Versión clásicaVersión móvil

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Quatrième partie. Transmission, circulation et usages sociaux de l'anecdote

Anecdotes et rubans dans les Mémoires du cardinal de Retz

Frédéric Briot

Resumen

Cette communication s’attache à l’usage particulier que font les Mémoires du cardinal de Retz des anecdotes historiques. En jouant de la métaphore du ruban, on en arrive à la conclusion que les anecdotes du temps passé ont pour fonction de restituer au présent toute son énergie, tout son scandale et tout son relief.

Texto completo

  • 1 À ce sujet voir les lumineuses mises au point de Wild F., Naissance du genre des ana (1574-1712), (...)

1Les Mémoires du XVIIe siècle ont partie liée avec l’anecdote ; si ce n’est un état de fait, c’est du moins ainsi que les présentent les véritables inventeurs éditoriaux du genre, on a nommé les libraires du XVIIIe siècle. Les (longs) titres en témoignent : Mémoires de Gui Joli, conseiller au Chastelet & Contenant l’histoire de la Regence d’Anne d’Autriche. Ouvrage qui sert de supplément aux Mémoires du cardinal de Retz. Nouvelle édition, augmentée de remarques et d’éclaircissemens curieux sur l’histoire de ce tems là (1718), Mémoires de Henri de Campion,… contenant des faits inconnus sur partie du règne de Louis XIII et les onze premières années de celui de Louis XIV, notamment beaucoup d’anecdotes intéressantes sur les ducs de Vendôme et de Beaufort et le cardinal Mazarini, depuis 1634 jusqu’en 1654 (1807), Mémoires de Charles Perrault, de l’Academie française et premier commis des bâtimens du roi, contenant beaucoup de particularités et d’anecdotes intéressantes du ministère de M. Colbert (1759). Seulement il est toujours loisible de se demander s’il s’agit là d’une honnête description des récits, ou d’un effet d’annonce destiné à attirer un lecteur supposé plus ou moins crédule, ou friand de telles promesses, d’autant que ces titres promettent comme bonheur (de lecture) des anecdotes portant toujours sur un objet historique (un règne, un grand personnage) et non sur un sujet (d’écriture), comme souvent le font, à rebours, et sans doute aussi faussement, les recueils d’ana1.

  • 2 Cette antique pratique a toujours cours, qui consiste, par soustraction d’éléments du texte, voire (...)

2Dans les faits c’est, comme toujours, plus compliqué que cela. Bornons-nous pour l’instant à deux constats. Tenir les mémorialistes pour des historiens ou des proto-historiens relève largement d’une vue de l’esprit, ce qui fait qu’on ne trouvera pas dans les pactes initiaux de lecture des Mémoires, ces promesses d’anecdotes, ni les moindres visées historiographiques, prêtées donc bien à tort aux mémorialistes et à leurs récits. De ce fait c’est à d’autres fonctions que sont appelés les éléments textuels présentés souvent comme des faits curieux, des raretés, des particularités. Il faut s’arrêter, pour noter que ces particularités touchent autant à l’Histoire qu’au mémorialiste lui-même, à sa personne : et ce sont ces dernières qu’écartent volontiers éditeurs – du texte même – et commentateurs – de leur réflexion2.

  • 3 Voir à cet égard Stierle K., « L’Histoire comme Exemple, l’Exemple comme Histoire », Poétique, no (...)

3Second constat : se pose dans ces récits un véritable problème des frontières textuelles des anecdotes, et partant de leur identification même, d’autant qu’on peut toujours se demander (le mot même étant bien peu employé) si par exemple ce qui est présenté comme « conte » relève ou non de l’anecdote, ou bien quelles relations s’établissent entre l’anecdote et l’exemplum3.

4Pour toutes ces raisons, on a choisi, dans les Mémoires du cardinal de Retz, les anecdotes dont lesdits Mémoires ne sont pas la source (supposée ou réelle), mais celles qu’ils réutilisent, celles dont la traçabilité, si l’on nous passe le terme, est – au moins potentiellement – possible, comme celle, on y reviendra, venant de Suétone, selon laquelle l’empereur Caligula aurait envisagé de nommer son cheval favori, Incitatus, consul. Anecdotes donc historiques, plus ou moins anciennes, mais qui ont perdu de fait toute valeur de secret, à propos desquelles l’on se demandera : quelle est leur valeur d’usage, quelle est la raison de leur apparition dans les textes, et – surtout – quelle unité pourrait bien former leur hypothétique et apparemment disparate mise bout à bout, comme un long ruban coloré ? Si le ruban est ce « tissu plat qui sert à noüer, lier, & serrer quelque chose », selon le dictionnaire de Furetière, qu’est-ce donc qu’ici les anecdotes viennent nouer, lier, serrer ?

Valeurs d’usage

5Puisque nous parlions de rubans, on commencera par noter qu’il n’y a pas ici d’anecdotes à valeur ornementale, contrairement à ce que pouvaient promettre les titres, et que ce n’est donc pas là qu’il faudra chercher la valeur métaphorique du ruban. Pas de style fleuri, donc, ou de recherche de la copia chez le cardinal de Retz. Si les anecdotes apparaissent dans les grands discours, certes, elles reposent avant tout sur une connivence (qu’il nous faudra interroger), elles semblent surtout devoir être rattachées à leur valeur pragmatique.

  • 4 Retz Cardinal de, Mémoires, éd. S. Bertière, Paris, Le Livre de poche/Classiques Garnier, La Pocho (...)
  • 5 Ibid., p. 665.
  • 6 Ibid., p. 1125-1127 (pour le projet), et p. 1128-1129 (pour la chute de cheval).

6Dans un long discours (officiel, publié) au Roi, après sa majorité, donc à l’extrême fin de la Fronde, et peu de temps avant l’arrestation du cardinal de Retz, on trouvera trois anecdotes (ou éléments pouvant s’y assimiler). Deux concernent d’autres rois (Henri IV, puis Saint Louis), la troisième appartient à l’histoire ecclésiastique, en 390 apr. J.-C. (citons ici la note explicative de Simone Bertière dans son édition : « Nouvelle allusion à saint Ambroise refusant l’entrée de sa cathédrale [de Milan] à Théodose, coupable d’avoir massacré les habitants de Thessalonique au cours d’une émeute. C’est ici un rappel au pardon en faveur des sujets révoltés4. ») Première remarque : pour que ces anecdotes aient leur valeur pragmatique, il faut qu’elles soient connues de celui à qui elles sont adressées (idéalement le Roi, plus sûrement ici son entourage). C’est ce qui explique qu’elles ne soient présentes que de façon allusive : elles sont connues, ou du moins supposées connues. De ce strict point de vue il n’y a pas de différence ici entre la valeur d’une anecdote, et la valeur de ce qui a une forme d’anecdote (on en verra un exemple plus loin), de la même manière que le mémorialiste joue de la différence entre le secret et la forme du secret : « Remarquez, je vous supplie, qu’il y a beaucoup de différence entre le secret et la forme du secret. J’ai observé, en plus d’une occasion, que ce n’est pas la même chose5. » La seconde remarque concerne cette valeur pragmatique : les renvois à Saint Louis et à Henri IV peuvent renvoyer à deux types d’effet. Il y a l’éloge oblique du roi, mais comme au patinage artistique, c’est dans un cas de figures imposées, une situation de programme imposé, puisque cette double référence fait partie de l’encomiastique royale traditionnelle, et joint à cet éloge un élément plus délicat à traiter, celui de l’appel au choix de la clémence pour les sujets « français » (on joue ainsi sur plusieurs cordes rhétoriques). Troisième remarque : il s’agit tout de même de forcer quelque peu la décision, comme le montre l’ajout de la troisième anecdote, en rappelant le pouvoir de rétorsion que saint Ambroise-l’Église de Paris pourrait exercer contre Théodose-Louis XIV (du reste l’évasion de la prison de Nantes du cardinal de Retz aura pour premier dessein d’aller s’enfermer dans l’archevêché de Paris, et de résister au pouvoir temporel : une chute de cheval aura raison du projet6). Quatrième et dernière remarque : il faut donc ici nouer ensemble les anecdotes pour comprendre leur valeur d’usage.

  • 7 Et tout particulièrement celui que l’on trouve p. 367-372.

7L’analyse des longs discours, de nature plus privée, tenus au prince de Condé, de façon non moins longue et détaillée (ce qu’évidemment on ne fera pas ici…) aboutirait aux mêmes conclusions7. On notera juste (pierre d’attente pour la suite) qu’avec Condé abondent les anecdotes tirées des guerres de Religion du siècle précédent.

  • 8 Ibid., p. 780.
  • 9 Ibid.

8Seulement on note dans la lecture des Mémoires deux grandes catégories d’usage de l’anecdote. Il y a celles que le protagoniste (par commodité, disons Gondi) glisse soit dans un discours soit, plus intéressant pour nous (et peut-être plus fréquent, on en verra quelques exemples plus loin), dans une conversation ; elles sont là, on l’a vu, destinées notamment à emporter une forme de conviction. Mais il y a aussi celles que le mémorialiste (par la même commodité, disons Retz) adresse à sa mystérieuse destinataire, celle qu’il sollicite si souvent tout au long de son récit, de sa Vie, pour reprendre le titre qui se trouve sur le manuscrit autographe. Là la valeur politique, la valeur pragmatique ne peuvent rentrer en ligne de compte. Prenons un exemple : « Téligny, beau-fils de l’amiral de Coligny, disait, la veille du jour de la Saint-Barthélemy, que son beau-père avait plus perdu dans le parti huguenot en laissant pénétrer sa lassitude, qu’en perdant les batailles de Moncontour et de Saint-Denis8. » Or juste avant cette anecdote se trouve une analyse du personnage de Condé, pris dans les contradictions de sa difficulté toute personnelle à être un chef de parti : « c’est ce qui arrive toujours dans les affaires dont le chef est connu pour ne pas aimer la faction. Un esprit bien sage ne la peut jamais aimer, mais il est de la sagesse de cacher son aversion quand on a le malheur d’y être engagé9 ».

  • 10 La Bruyère, Les Caractères, Paris, Librairie Générale Française, Le Livre de poche classique, 1995 (...)

9On voit bien qu’on est dans un autre registre que dans celui du discours adressé au Roi : nulle valeur performative à attendre ici. Et l’on peut même se demander en quoi il pourrait être efficace de venir ici expliquer, ou même simplement illustrer, pour la destinataire, ce qui lui est connu (au moins textuellement), le caractère de Condé, celui de ne pas avoir l’âme d’un chef de parti, et sa situation – se retrouver précisément, et fort paradoxalement, chef de parti, au moyen de ce qui l’est sans doute moins, beaucoup moins, l’anecdote de la parole de Téligny. Faudrait-il alors y voir un pur effet Hérille, ce caractère de La Bruyère, qui ne cesse de citer : « ce n’est ni pour donner plus d’autorité à ce qu’il dit, ni peut-être pour se faire honneur de ce qu’il sait. Il veut citer10 » ?

10Sans doute pas.

La raison de leur apparition dans le texte

11Si l’on s’éloigne en effet de la solennité enrubannée des grands discours pour aborder la familiarité des conversations, on note que notre objet d’étude permet à Gondi d’établir, ou de réassurer un lien, un nœud avec celui auquel l’anecdote est adressée :

  • 11 Retz, op. cit., p. 349-350. C’est nous qui soulignons.

Novion entra en soupçon que je n’eusse moi-même du concert avec la cour. Je ne fis aucun semblant de l’avoir remarqué ; mais je me ressouvins du prédicant de Genève qui soupçonna l’amiral de Coligny, chef du parti huguenot, de s’être confessé à un cordelier de Niort. Je le dis en riant, au sortir de la conférence, au président Le Coigneux, père de celui que vous connaissez. Cet homme, qui était fou, mais qui avait beaucoup d’esprit, et qui ayant été en Flandres ministre de Monsieur, avait plus de connaissance du monde que les autres, me répondit : « Vous ne connaissez pas nos gens, vous en verrez bien d’autres11 ! »

12Le rire vient ici de plusieurs discordances : celle du comportement des parlementaires et de la situation dans laquelle ils sont en fait, qui se retrouve comme incluse dans l’anecdote – comme dans un effet d’homothétie géométrique – celle entre le passé et le présent (car il n’y a pas, semble-t-il, de gravité commune aux deux situations), et celle entre l’activité politique sérieuse (ce sont des parlementaires, tout de même…) et le rire entre deux protagonistes complices. Ce rire, on va encore le retrouver dans une autre occurrence d’anecdote :

  • 12 Ibid., p. 515. C’est nous qui soulignons.

Il [M. de Bouillon] m’avait souvent dit que le comte Maurice avait accoutumé de reprocher à Barnevelt, à qui il fit depuis trancher la tête, qu’il renverserait la Hollande en donnant toujours le change aux États par la supposition certaine de ce qui faisait la question. J’en fis ressouvenir, en riant, M. de Bouillon12

13Dans cette forme biaisée d’hysteron-proteron, on assiste de surcroît à un effet de retour à l’envoyeur : à celui qui a fourni l’anecdote est renvoyée l’anecdote.

  • 13 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Paris, Furne et Cie, 1854, p. 327, note.

14L’anecdote, donc, circule, et, plus généralement, dans les Mémoires une anecdote (souvent du présent – celles dont on ne parle pas ici) en appelle une autre (celles du passé, dont on parle), comme dans un effet de communication, de vases communicants, il y a ici une ductilité de l’anecdote comme corps conducteur ; on pourrait ici, mais à condition d’en ôter l’effet polémique et critique, songer à cette remarque de Voltaire : « Il faut remarquer que dans presque tous les livres d’anecdotes, dans les ana, on attribue presque toujours à ceux qu’on fait parler des choses dites un siècle et même plusieurs siècles auparavant13. » L’anecdote noue entre eux des temps différents…

  • 14 Retz, op. cit., p. 400-401.

15L’anecdote peut ainsi apparaître comme une machine à remonter le temps, ou plus exactement comme une machine à faire coïncider deux temps différents. C’est qu’ici l’anecdote rencontre la question de l’application, mais de l’application qui ne convient pas, de l’application discordante – comme il en est un exemple assez (au sens du XVIIe siècle) illustre dans les Mémoires du cardinal de Retz, cette fois-ci au tout début de la Fronde : « Ce mélange d’écharpes bleues, de dames, de cuirasses, de violons, qui étaient dans la salle, de trompettes qui étaient dans la place, donnait un spectacle qui se voit plus souvent dans les romans qu’ailleurs14. » S’ensuivent dès lors des applications très directes tirées de L’Astrée :

  • 15 Ibid., p. 401.

Noirmoutier, qui était grand amateur de L’Astrée me dit : « Je m’imagine que nous sommes assiégés dans Marcilly. – Vous avez raison, lui répondis-je : Madame de Longueville est aussi belle que Galathée ; mais Marcillac (M. de La Rochefoucauld le père n’était pas encore mort) n’est pas si honnête homme que Lindamor15. »

16Ce même effet d’enchâssement, et qui va jouer également sur des détails vestimentaires, se prolonge lorsque le mémorialiste s’aperçoit, ou feint de s’apercevoir, qu’il a oublié de donner à sa destinataire l’« étymologie » (sic) du mot frondeur (présenté à l’origine comme un terme injurieux à eux adressé) :

  • 16 Ibid., p. 552.

Le président de Bellièvre m’ayant dit que le premier président prenait avantage contre nous de ce quolibet, je lui fis voir un manuscrit de Sainte-Aldegonde, un des premiers fondateurs de la république de Hollande, où il était remarqué que Brederode se fâchant de ce que, dans les premiers commencements de la révolte des Pays-Bas, l’on les appelait les Gueux, le prince d’Orange, qui était l’âme de la faction, lui écrivit qu’il n’entendait pas son véritable intérêt, qu’il en devait être très aise, et qu’il ne manquât pas même de faire mettre sur leurs manteaux de petits bissacs en broderie, en forme d’ordre. Nous résolûmes, dès ce soir-là, de prendre des cordons de chapeaux qui eussent quelque forme de fronde. Un marchand affidé nous en fit une quantité, qu’il débita à une infinité de gens qui n’y entendaient aucune finesse. Nous n’en portâmes que les derniers pour n’y point faire paraître d’affectation qui en eût gâté tout le mystère. L’effet que cette bagatelle fit est incroyable. Tout fut à la mode, le pain, les chapeaux, les canons, les gants, les manchons, les éventails, les garnitures : et nous fûmes nous-mêmes à la mode encore plus par cette sottise que par l’essentiel16.

17Bagatelle, quolibet : on semble être dans le monde du peu de chose, du peu de valeur. Si l’on sollicite une fois encore le dictionnaire de Furetière, voici ce que l’on trouve à l’article quolibet : « Façon de parler commune & triviale, dont les gens du peuple & les mauvais plaisans affectent de se servir pour railler les autres, ou pour paroistre agreables […]. Les quolibets sont presque tous fondez sur des allusions, mauvaises pointes & turlupinades. Il est encore resté à la Cour quelques diseurs de quolibets, de vieux plaisans qui ne sont plus à la mode. » Et, dernière phrase, où se manifestent très clairement l’auteur du dictionnaire et ses animosités personnelles : « Il y a dans l’Academie beaucoup de faiseurs de quolibets. » Le quolibet apparaît donc comme une parole rabaissée, une parole aplatie, tenue par ceux qui ne sont peut-être pas – comme à la Cour ?… – contemporains de leur propre temps. Comme elle est parée de tout son prestige (d’ancienneté, de grandeur, de culture), qu’elle est encore dépositaire de sa valeur de secret révélé (que manifeste à sa façon dans la citation précédente de Retz la mention du manuscrit), il est tentant de faire dans ces conditions de l’anecdote un anti-quolibet. Tentation à laquelle il n’est nulle raison de résister.

Le paysage mental

  • 17 Question que l’on se propose du reste de prolonger ultérieurement…

18Jusque-là on s’est contenté de l’effet-anecdote, plus que du contenu même des anecdotes proprement dites, et – surtout – de leur force d’attraction, de leur magnétisme. On constate alors que les trois grandes sources des anecdotes chez Retz sont l’Antiquité romaine (il n’y a là évidemment nulle surprise), l’histoire ecclésiastique (ce qui est peut-être plus surprenant), et les guerres de Religion (ce qui mériterait toute une reconsidération des Mémoires, à nouveaux frais17). Même si l’on connaît les évolutions notables du XVIIe siècle en ce sens, il faut se souvenir ici que, dans les Mémoires du cardinal de Retz, c’est à une femme que l’on s’adresse, et qu’il n’est pas sûr que, comme sans doute de nombreux hommes à l’époque, les anecdotes lui soient toutes connues, d’autant qu’elles apparaissent souvent sur un mode allusif. On peut alors se demander si les anecdotes ne valent pas surtout par leur valeur d’aura (forcément au sens où l’entend Walter Benjamin), et si l’on ne peut pas risquer la formule – totalement et résolument anachronique – d’anecdotes d’Épinal.

  • 18 Breton A., Arcane 17, Paris, Pauvert, 1971, p. 46.

19On songe alors ici à André Breton, en train de « feuilleter un cours élémentaire d’histoire de France18 » dans Arcane 17, et commentant ainsi ses observations :

  • 19 Retz, op. cit., p. 47-48.

Ces illustrations n’aident pas, en effet, à l’intelligence du livre, elles n’en commentent pas moins les épisodes les plus saillants et cette observation s’applique également aux anecdotes appelées à frapper les jeunes esprits et qui prennent volontiers un tour bizarrement oiseux, en tout cas irrationnel en même temps que concret : leur ruban paraît se dérouler tout à fait en marge de la relation historique proprement dite et je ne puis m’empêcher, à distance, de leur voir prendre un caractère occulte très marqué. Leur trame est en grande partie différente de celle du tableau général dont elle n’épouse plus même que certains contours19.

  • 20 Ibid., p. 441.

20À supposer donc cette communication des anecdotes entre elles, comme autonomes, on peut s’attacher déjà à voir comment une anecdote en appelle une autre, dans un nouveau (et ici dernier) jeu d’attraction entre les anecdotes. Henriette d’Angleterre et sa fille, en exil, sont à Paris sans feu, fait qui est présenté en ces termes : « cette circonstance est curieuse par la rareté du fait20 ». Le commentaire de ce que l’on peut ainsi tenir pour une anecdote va alors conduire à une autre, fort connue, déjà évoquée plus haut dans notre propos, et tirée de Suétone :

  • 21 Ibid., p. 412.

La postérité aura peine à croire qu’une fille d’Angleterre, et petite-fille de Henri le Grand, ait manqué d’un fagot pour se lever au mois de janvier dans le Louvre. Nous avons horreur, en lisant les histoires, de lâchetés moins monstrueuses que celle-là ; et le peu de sentiment que je trouvai dans la plupart des esprits sur ce fait m’a obligé de faire, je crois, plus de mille fois cette réflexion, que les exemples du passé touchent sans comparaison plus les hommes que ceux de leur siècle. Nous nous accoutumons à tout ce que nous voyons ; et je vous ai dit quelquefois que je ne sais si le consulat du cheval de Caligula nous aurait autant surpris que nous l’imaginons21.

21Pourquoi ce lien entre ces deux anecdotes ? Qu’est-ce qui permet de les nouer ? Qu’y a-t-il de commun entre une princesse sans feu (ni lieu) et un cheval consul ? Rien. C’est bien là qu’est le scandale, que nous puissions répondre : rien.

  • 22 Ce rapport critique à l’utilisation de l’Histoire et de ses anecdotes dans le temps présent pourra (...)

22Au fond, ce scandale, c’est ce que l’on avait pu remarquer dès le début, sans pouvoir bien en saisir la raison. L’anecdote, toujours plus grande que ce par quoi elle est appelée, et même souvent trop grande, trop lourde, est précisément ce détour pour mieux faire ressortir, pour mieux faire saillir, pour mieux faire bouffer le présent. Car le présent, celui que nous racontent les Mémoires, ne nous frappe pas, ne nous étonne pas, ne nous surprend pas : contemporains de Caligula, nous n’eussions guère été choqués, nous dit Retz22.

  • 23 Du coup, la conclusion des analyses somme toute assez conventionnelles et datées d’Emmanuel Terray (...)

23L’anecdote pour se désaccoutumer, voilà donc son rôle. Cela expliquerait alors par exemple qu’elles aggravent toujours le fait présent, qu’elles en sont une amplification. Cette amplification est d’autant plus grande que notre accoutumance est grande. Il faut du présent se désaccoutumer ; c’est que nous n’en sommes jamais contemporains : que nous ne l’avons jamais été, que nous ne le serons sans doute jamais vraiment. Voilà pourquoi il nous faut lire le présent comme s’il était déjà passé, et l’anecdote comme si elle était d’hier. C’est seulement ainsi qu’on pourra retrouver tout le relief, toute la force et tout le scandale de l’ici et du maintenant23.

24L’anecdote (passée) rend à l’anecdote (présente) toute sa valeur traumatique. On est donc à rebours du lien petites causes/grands effets dont sera redevable (et souvent accusée) la pratique de l’anecdote ; ici, s’il y a de petits effets, on va tout au contraire en dévoiler les grandes causes.

25Pour retrouver nos rubans et conclure, ce sont donc les anecdotes qui vont venir donner du volume au récit des Mémoires. La question est donc tout autant philosophique que (métaphoriquement) vestimentaire. Ou, pour le dire encore autrement : le présent est aplati, le présent est à plat ; il est détortillé, il le faut donc rentortiller.

Notas

1 À ce sujet voir les lumineuses mises au point de Wild F., Naissance du genre des ana (1574-1712), Paris, Honoré Champion, coll. « Études et Essais sur la Renaissance », 2001.

2 Cette antique pratique a toujours cours, qui consiste, par soustraction d’éléments du texte, voire en changeant le titre originel d’une œuvre, à rendre plus historique un texte qui l’est sans doute beaucoup moins. On pourrait ainsi citer, dans les exemples les plus récents des victimes de ces petits arrangements avec les textes mêmes, Mme de Motteville (Chroniques de la Fronde, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2003).

3 Voir à cet égard Stierle K., « L’Histoire comme Exemple, l’Exemple comme Histoire », Poétique, no 12, 1972, p. 176-198.

4 Retz Cardinal de, Mémoires, éd. S. Bertière, Paris, Le Livre de poche/Classiques Garnier, La Pochothèque, 1998, p. 1043, n. 1.

5 Ibid., p. 665.

6 Ibid., p. 1125-1127 (pour le projet), et p. 1128-1129 (pour la chute de cheval).

7 Et tout particulièrement celui que l’on trouve p. 367-372.

8 Ibid., p. 780.

9 Ibid.

10 La Bruyère, Les Caractères, Paris, Librairie Générale Française, Le Livre de poche classique, 1995, p. 476.

11 Retz, op. cit., p. 349-350. C’est nous qui soulignons.

12 Ibid., p. 515. C’est nous qui soulignons.

13 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Paris, Furne et Cie, 1854, p. 327, note.

14 Retz, op. cit., p. 400-401.

15 Ibid., p. 401.

16 Ibid., p. 552.

17 Question que l’on se propose du reste de prolonger ultérieurement…

18 Breton A., Arcane 17, Paris, Pauvert, 1971, p. 46.

19 Retz, op. cit., p. 47-48.

20 Ibid., p. 441.

21 Ibid., p. 412.

22 Ce rapport critique à l’utilisation de l’Histoire et de ses anecdotes dans le temps présent pourrait être utilement confronté aux analyses non moins critiques de Saint-Réal dans De l’Usage de l’Histoire, qui paraît en 1671, soit à peu près dans le temps de la rédaction des Mémoires de Retz.

23 Du coup, la conclusion des analyses somme toute assez conventionnelles et datées d’Emmanuel Terray dans Politique de Retz (Paris, Galilée, 2013) sonne singulièrement : « [les Mémoires] nous renvoient l’image inversée de notre présent » (p. 122).

Autor

Maître de conférences en littérature française du XVIIe siècle à l’université Lille 3. Les Mémoires de l’Ancien Régime occupent une part importante de ses réflexions. Il leur a notamment consacré un essai (Usage du monde, usage de soi, Paris, Le Seuil, collection La couleur de la vie, 1994), ainsi que des articles et des communications sur divers mémorialistes (Bassompierre, Pontis, Campion, Marolles, Omer Talon, Retz, Brienne le jeune, Tessé, Saint-Simon…).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search