Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Cinquième partie. Depuis le Moyen Âge

Le Moyen Âge de Renan : savoir et croire

Jean Balcou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Abréviations usitées dans cette contribution : O.C., Œuvres complètes, édition Henriette Psichari, (...)
  • 2 NEHR, O.C., VII, p. 936-961 et HLF, O.C., VIII, p. 1067-1092.
  • 3 EHR, O.C., VII, p. 221-230.
  • 4 VII, p. 168-220.
  • 5 EMC, O.C., II, p. 252-301.
  • 6 HLF, O.C., VIII, p. 597-783.
  • 7 HLF, O.C., VIII, p. 787-935. Citation p. 934. Mais c’est tout un livre que composent les études de (...)

1Le Moyen Âge occupe chez Renan une place aussi importante que méconnue. À part évidemment pour la fameuse thèse Averroès et l’averroïsme sans cesse rééditée. À part aussi peut-être pour La Poésie des races celtiques qui continue d’enchanter. En réalité, c’est tout le Moyen Âge qui, sous toutes ses facettes, a toujours passionné Renan. Faire le recensement des textes qu’il lui a consacrés conduirait à édifier un fort volume de la collection « Bouquins1 ». Cela va de la simple notice à l’article tellement développé qu’il constituerait à lui seul tout un livre : ainsi de ceux qui traitent du règne de Philippe le Bel ou des Beaux-Arts aux xive et xve siècles. Encore faut-il ajouter que tout n’a pas été rassemblé dans les Œuvres complètes de l’édition d’Henriette Psichari, qu’il subsiste encore des inédits dont l’imposant manuscrit de plus de mille pages qui est à l’Institut sur le développement de la langue grecque en Occident durant le Moyen Âge. Des années 1846-1848, où frais échappé du séminaire de Saint-Sulpice il se lance immédiatement dans la recherche, à sa mort en 1892, Renan, en effet, savant vite reconnu (membre de l’Institut à 33 ans, élu au Collège de France à 40 !) et écrivain aussitôt apprécié, n’a cessé d’interpeller le Moyen Âge et d’en analyser le parcours. Car ce qui l’intéresse, c’est bien d’y retrouver les lignes de force qui, dans leur élan et les obstacles cherchant à le briser, conduisent au progrès en travaillant pour l’avenir. Les thèmes sont donc trop nombreux à nous séduire qui ont séduit Renan : j’aurais aimé parler des cas de pathologie religieuse stigmatisée dans Christine de Stommeln ou Douceline de Digne2, de la vie des saints parmi lesquels le compatriote Yves Helori3, de la sacralisation du Coran et de la propagation du mahométisme4, de la magie conquérante des chevaliers d’Arthur5, de la folie qui finit par être profanatrice de l’art gothique6, du sanglant Guillaume de Nogaret qui fut de « ceux qui firent sortir nettement la royauté de la voie du Moyen Âge pour l’engager dans un ordre d’idées emprunté en partie au droit romain et en partie au génie propre de notre nation7 », et de tant d’autres sujets. Je me limiterai ici à deux matières qui me semblent suffisamment révélatrices du double Renan, le combattant laïque et le chrétien qui lui colle : la transmission des savoirs, les révolutions évangéliques. Bien entendu il ne s’agit là que d’esquisses, ou mieux, de pistes de recherche.

  • 8 Exemple, entre autres, de la méthode, l’article « Les études classiques au Moyen Âge pendant la pé (...)

2On n’est pas loin de penser que si Renan s’est tourné vers le Moyen Âge, c’est qu’il s’y sentait lui-même impliqué : il voyait bien que l’Église où on l’avait engagé en était toujours au Moyen Âge, qu’il retrouverait sur sa route les ennemis d’Abélard ou d’Averroès, ces deux figures auxquelles il ne manquait pas de s’identifier. Abandonnant pour sa thèse le premier que lui imposait Victor Cousin pour le second qui était de son choix personnel, il allait découvrir que pour lui comme pour eux le lieu primordial du savoir était dans les bibliothèques. Celle d’Avranches qu’il avait fréquentée très tôt lui avait révélé ses richesses. Ce sont surtout les grandes bibliothèques italiennes de Florence, Rome et surtout du Mont-Cassin, qui, lors d’une mission en 1849-1850, le comblèrent. Y travailler sur des originaux d’Abélard ou des manuscrits en arabe d’Averroès n’avait pas de prix. Pour savoir comment se transmet le savoir, allons donc d’abord où il se conserve dans son authenticité. Mais une autre forme de transmission est alors nécessaire, qu’on pourrait qualifier d’horizontale, de chercheur à chercheur, de travaux à travaux. Deux exemples : la collaboration avec, entre autres, Adolphe Neubauer, de la Bodléienne, et qui connaît toutes les bibliothèques d’Europe occidentale ; le développement de comptes rendus des ouvrages des savants européens, particulièrement allemands, que Renan transforme en articles de fond8.

  • 9 Études non recueillies dans O.C. : sur les rabbins français, HLF, XXVII, p. 431-753 ; sur les écri (...)
  • 10 « Armengaud, fils de Blaise, médecin » : HLF, XXXI, p. 127-138 et 490.

3L’orientation de sa formation et de ses projets conduisait naturellement Renan vers la culture arabe, qui était de l’ordre philosophique et scientifique, mais aussi vers la culture juive, qui était de l’ordre biblique et talmudique. D’où une série d’études consacrées aux maîtres arabes et juifs dont les écoles rayonnèrent dans le Nord et le Midi9. Celle de Troyes, en particulier, mérite l’attention car c’est là, au xiie siècle, que les Tosaphistes (les commentateurs du Talmud) créèrent une langue plus adaptée, celle de l’hébreu rabbinique. Le héros de cette école est Raschi dont l’influence, dit Renan, domina pendant deux siècles et demi le judaïsme occidental. Chassés de France, les Juifs se retrouveront aux xiiie et xive siècles dans les territoires autonomes du Midi. Leur titre de gloire est d’avoir traduit les grands textes arabes en hébreu rabbinique. C’est à Samuel de Marseille que l’on doit la transmission de Maimonide, à « Armengaud, fils de Blaise, médecin », objet d’un article spécial10, que l’on doit, entre autres, la traduction en latin d’Avicenne et d’Averroès. Au dernier de ces maîtres, Ephodi, de dresser le livre blanc des persécutions des Juifs au Moyen Âge. On aura compris que pour Renan le fondement du savoir était bien la philologie et que les maîtres dans la transmission des savoirs étaient d’abord les grammairiens.

  • 11 Biblio. de l’Institut, 2208.
  • 12 L’épopée des lettrés irlandais est développée dans le manuscrit de l’Institut. Notre citation renv (...)
  • 13 « Quand Averroès mourut, en 1198, la philosophie arabe perdit en lui son dernier représentant et l (...)

4La transmission du grec et du latin se fait plus naturellement. La France, comme ses voisins, vivait dans le cadre de la romanité dont les langues romanes devaient naître. Que ressentit Renan en annotant le Formulaire de Tréguier du xiiie siècle, ce témoignage sur la relation entre les étudiants du diocèse et Paris ? Le grec allait de pair surtout avec la traduction de la Bible, mais bientôt aussi avec Aristote dont l’inévitable Averroès fut le commentateur. Rappelons encore l’émotion du jeune Renan découvrant dans la bibliothèque d’Avranches le thème grec d’un écolier du xie siècle. Le titre réel du manuscrit couronné en 1848 par l’Académie était Histoire de l’étude de la langue grecque dans l’Occident de l’Europe depuis la fin du ve siècle jusqu’à celle du xive siècle. Ce manuscrit11 développait l’épopée de ces « lettrés hibernais qui, sous le nom de Scots, furent, dans cette première moitié du Moyen Âge, les colonisateurs scientifiques de l’Europe occidentale12 ». Que d’abbayes firent-ils ainsi rayonner, ô merveille de Saint-Gall ! Reportons-nousà l’article publié en 1849 : « Les études classiques au Moyen Âge ». Deux périodes sont à considérer, bien connues : celle de la restauration « carlovingienne », celle de la révolution scolastique au xiie siècle. Plutôt que de recenser les maîtres, Renan s’en remet au résultat. Il ne veut ni trop rire des enthousiasmes juvéniles des premiers ni, pour le moment, trop s’effrayer des seconds. Les premiers s’enivraient d’étymologies et de gloses mais contribuaient à une forme d’humanisme. Et « sous la rude écorce » des seconds, possédés de la « fureur de déterminer », créateurs de « sommes », reconnaissons que « la pensée travailla », que ce fut dans l’histoire de l’esprit humain, comme on le verra plus loin pour l’université, un de ces grands moments qui compte mais qui, malheureusement, ne put échapper à une forme d’esprit totalitaire. Rien à voir avec l’averroïsme dont Renan fut l’incomparable historien : mais, combattu par saint Thomas et l’Église catholique, il était vite étranglé, étouffé, pour six cents ans disait Renan, par l’islamisme lui-même qui se coupait ainsi de toute transmission des savoirs et de tout progrès13.

  • 14 Dans « L’instruction supérieure en France », QC, O.C., I, p. 74.
  • 15 Ibid., p. 69-97. Voir surtout La Réforme intellectuelle et morale de la France, « Les remèdes », I (...)

5Toutes ces réflexions sur la transmission des savoirs aux différentes époques du Moyen Âge en France sont à corriger et compléter sur deux points. Voyons en premier lieu la situation en Italie. Malgré qu’il en eût, Renan n’échappe pas au grand cliché de « la nuit du Moyen Âge » si traversée qu’elle fût d’éclairs comme au ixe siècle ou si lumineux que fût le xiiie. Si cette nuit du Moyen Âge fut de dix siècles en France, elle ne fut que de cinq ou six en Italie. Le Moyen Âge y finit plus tôt, la Renaissance y commença plus tôt. Autres traits notables : elle connut moins la théologie que la philosophie, ou mieux encore, la philologie ; son enseignement était déjà laïque. Et sa Renaissance se fit en dehors de toute université. C’est justement sur le rôle de notre université que porte le second point. Or l’université que Renan est alors en train d’attaquer est celle qui à la fin du Moyen Âge creuse sa tombe. Pédantisme routinier, paresse bornée, « esprit de négation malveillante dont les corps purement enseignants ont beaucoup de peine à se préserver14 », caractérisent cette université qui avait pourtant réussi à devenir le lieu idéal de la transmission des savoirs en se libérant d’elle-même et grâce au pouvoir civil de la tutelle ecclésiastique pour former « un ordre indépendant ». « Le xiie et le xiiie siècle, s’écrie Renan, furent l’époque florissante de ce grand mouvement, qui rendit célèbres dans le monde entier la montagne Sainte-Geneviève, le clos de Garlande, les échoppes de la rue du Fouarre. » Une fois encore, c’est à partir d’une réflexion actuelle, celle-ci en 1864, sur la situation de l’enseignement supérieur, que Renan retrouve ce qui fut une des grandes leçons du Moyen Âge. Et quand dans l’« étrange défaite » de 1870 il recherche comment « réformer intellectuellement et moralement la France » et qu’il voit bien que la question de l’enseignement supérieur est la priorité des priorités, c’est encore vers le Moyen Âge qu’il se tourne. Et de proposer « le beau et grand système des universités autonomes et rivales, système que Paris a créé au Moyen Âge et que toute l’Europe a conservé, excepté justement la France qui l’a inauguré vers 120015 ». Voilà assurément de quoi toujours réveiller bien des passions.

  • 16 O.C., VII, p. 905.
  • 17 « L’auteur de l’Imitation de Jésus-Christ », EHR, O.C., VII, p. 231-243 ; « Joachim de Flore et l’ (...)

6« Il n’y a pas de grand siècle, écrit Renan, sans mouvement religieux16. » On peut dire que dans ce domaine le xiiie est non seulement le grand siècle du Moyen Âge mais l’un des plus grands de notre histoire. Et cela par la grâce providentielle de Gersen de Verceil, Joachim de Flore, François d’Assise17.

7L’Imitation de Jésus-Christ est un livre paradoxal. Il bouleverse le réel en niant l’histoire, en condamnant au nom du « tout est vanité » ce qui, aux yeux de Renan, est la marque même du génie humain, la « curiosité ». La découverte en août 1830 d’un nouveau manuscrit a relancé la querelle de la paternité. Renan en profite pour restituer l’auteur, qui pour lui ne peut être que Gersen de Verceil (A-Kempis, du xive siècle, n’étant qu’un copiste tardif), et le livre qui lui est attribué, cette fameuse Imitation, de la première moitié du xiiie siècle. C’était bien avant que les écoles ne soient atteintes par la « lèpre » du dogmatisme scolastique. C’était bien avant « cette fin du Moyen Âge qui de 1300 à 1450 se traîne en attendant le grand réveil » et que l’Église n’organise elle-même sa descente en enfer. Dès sa parution l’Imitation est ce qu’il restera, un livre à part. La naïveté absolue s’y présente en modèle, la « sainteté de l’âme » s’y déploie en totale liberté. On se trouve dans une sorte d’apesanteur, un peu comme s’était trouvé Renan lui-même quand il feuilletait là-bas, en Toscane, les manuscrits déposés au Dôme. On comprend pourquoi ce petit livre était destiné à « une fortune si extraordinaire ». Mais de tels moments sont-ils encore de ce monde ? Dans les bouleversements qui se préparent l’Imitation paraît le mirage consolateur.

8Mais un mirage que la communauté de Flore en Calabre avait déjà entrepris sous l’inspiration du moine cistercien Joachim de Flore de restaurer sur terre. Avec cette fois un drapeau autrement flamboyant, l’Évangile éternel. Confrontant les manuscrits de la Sorbonne et ceux de la Mazarine, qui sont les plus importants, avec d’autres manuscrits, recourant à des inédits, explorant à fond la complexité du temps, Renan se livre à une minutieuse enquête pour rendre Joachim de Flore et son Évangile éternel à leur réalité. Car Joachim était devenu un être légendaire et son livre un texte quasi mythique. Rarement une gloire posthume aura été aussi tapageuse, orchestrée par la mouvance fanatique des Franciscains menés par Jean de Parme. Débarrassés de cette récupération, Joachim et son message n’en retrouvaient que plus purement leur tranchant. Tel quel, en effet, cet Évangile éternel frappe par la violence de ses attaques, son radicalisme, la folie de ses ambitions : ce qui ne manque pas d’entraîner à sa suite la chasse aux hérésies, les pires persécutions (mais autrement aussi le protestantisme eût éclaté plus de deux cent sans avant l’heure !). Depuis douze siècles l’Église n’avait fait que faillir, et Rome n’était plus que Babylone « la grande prostituée ». « Ceux qui regardent le Moyen Âge, réagit Renan, comme l’époque de la parfaite soumission à l’Église seraient surpris de ce ton d’hostilité implacable et de rage concentrée. » Le radicalisme de la doctrine consiste donc à revenir au christianisme naissant pour le dépasser. Par l’ambition qui en découle, l’Évangile éternel devenait « le fait le plus extraordinaire peut-être du plus grand siècle du Moyen Âge ». En lui et par lui s’accomplissait, en effet, le « troisième état » de l’histoire de l’Église et partant, la régénération de l’humanité : à l’état du Père et de l’Ancien Testament a succédé l’état du Fils et du Nouveau Testament, et à ces deux états succède aujourd’hui le nouvel état qui est celui du Saint-Esprit. Et si, dans une telle perspective, le messie serait François d’Assise, il revenait à Joachim de Flore d’être son Jean-Baptiste.

  • 18 Texte de 1860 : « L’avenir religieux des sociétés modernes », QC, O.C., I, p. 233-281 ; texte de 1 (...)
  • 19 Dernière phrase de l’article sur l’auteur de l’Imitation, O.C., VII, p. 243.

9L’article que Renan consacre à saint François est écrit en 1866, au plus fort de la critique soulevée par sa Vie de Jésus, ce qui en explique la tonalité. Mais, en réalité, le saint est une figure familière de son univers. Ses amis s’en étonnaient, tel le protestant E. Scherer s’offusquant de le voir éprouver tant de sympathie pour « ce mendiant si complètement en révolte contre les saines idées de l’économie politique ». C’est que Renan avait toujours été sensible à cet homme qui avait épousé la Pauvreté, qu’il n’avait jamais oublié le choc ressenti en visitant Assise, qu’enfin il voyait dans l’aventure de François une aventure aussi belle que déterminante, révolutionnaire. Elle avait la beauté d’un printemps matutinal, elle s’était exprimée dans les Fioretti dont le « Chant des créatures » est un des plus beaux poèmes du Moyen Âge, elle avait inspiré, tant il est vrai qu’un grand mouvement religieux s’accompagne toujours d’un grand mouvement artistique, tout l’art de Cimabue et de Giotto. Mais surtout elle avait voulu renouveler la face du monde ; et c’était là, répète Renan, « une révolution populaire ». Car il ne s’agissait plus seulement, comme il le disait dans l’article sur l’Imitation, de cette « immense révolution accomplie dans la vie religieuse par les ordres mendiants » qui, elle, se limitait, si on peut dire, à l’action temporelle. Non, cette révolution-ci s’apparenterait plutôt à la Révolution française qui voulait « refaire totalement l’homme ». Car le plus extraordinaire est que c’est le christianisme lui-même qui s’en trouve bouleversé. Il est vrai que cette nouvelle façon d’interpréter l’histoire, Renan la développe ailleurs : dès 1860 et jusqu’en 188918. Non seulement François d’Assise est le second Christ mais il est comme la « plaque tournante », si j’ose dire, de la destinée du christianisme. Il a, en effet, véritablement « désorienté » le christianisme originel. Ce christianisme était trop sémitique, trop étranger à notre monde occidental. Ce réenracinement en nous, cette indispensable occidentalisation, qui pour le christianisme était une question de survie, est l’œuvre de François d’Assise, le sublime stigmatisé, auquel Renan associera nos grands saints du Moyen Âge. « Le christianisme, proclamera-t-il, en un sens, est bien notre œuvre. […] Le christianisme, c’est nous-mêmes et, ce que nous aimons le plus en lui, c’est nous. Nos vertes et froides fontaines, nos forêts de chênes, nos rochers y ont collaboré. » Ces déclarations de 1889 étaient encore moins explicites que celles-ci, de 1860 : « Qu’y a-t-il de juif dans notre christianisme ? […] Restons Germains et Celtes : gardons notre “évangile éternel”, le christianisme tel que l’a fait notre verte et froide nature. » C’est l’Europe, c’est la prodigieuse faculté de récupération de l’Europe qui a donné au christianisme la chance d’une nouvelle vie mais en le transformant, révolutionnairement. Est-ce à dire que la voie était ainsi ouverte au « véritable progrès » ? Évidemment non. « Il était, concluait Renan à la fin de son étude sur Joachim de Flore, dans le mouvement parallèle qui portait l’esprit humain vers la science, vers les réformes politiques, vers la constitution définitive vers une société laïque. » Mais ne soyons pas ingrats. Car, ainsi que le dit aussitôt Renan, « Tout ce qui a contribué à maintenir dans l’humanité une tradition de noblesse morale est digne de respect et, en un sens, de regrets, lors même que ce résultat a dû être acheté par beaucoup d’abus et de préjugés19. »

10À étudier ces deux esquisses de la transmission des savoirs et de la révolution religieuse au Moyen Âge, on en mesure les potentialités. Puissent-elles ouvrir sur l’ensemble de l’édifice ! Mais concluons sur un problème de réception. On peut dire que la seconde moitié du xixe siècle dans le domaine des sciences humaines est dominée par la personnalité de Renan. Les délires qui ont accompagné le succès phénoménal de la Vie de Jésus en 1863 lui ont donné une stature internationale. C’est qu’il était aussi un merveilleux écrivain. Or toute cette époque est caractérisée par un retour culturel au Moyen Âge. Découvertes de textes, éditions, commentaires se multiplient. Tout un réseau de savants français et étrangers passe par Renan, qu’on retrouve sous sa plume, et qui dressent le palmarès du temps. Le plus notable est qu’à chaque fois Renan fait de ses études sur le passé, et particulièrement sur le Moyen Âge, autant de « questions contemporaines ».

Notes

1 Abréviations usitées dans cette contribution : O.C., Œuvres complètes, édition Henriette Psichari, 10 volumes ; EHR, Études d’histoire religieuse ; NEHR, Nouvelles études d’histoire religieuse ; EMC, Essais de morale et de critique ; QC, Questions contemporaines ; HLF, Histoire littéraire de la France.

2 NEHR, O.C., VII, p. 936-961 et HLF, O.C., VIII, p. 1067-1092.

3 EHR, O.C., VII, p. 221-230.

4 VII, p. 168-220.

5 EMC, O.C., II, p. 252-301.

6 HLF, O.C., VIII, p. 597-783.

7 HLF, O.C., VIII, p. 787-935. Citation p. 934. Mais c’est tout un livre que composent les études de Renan sur l’époque de Philippe le Bel, tant il est passionné par les relations du temporel et du spirituel, le rôle des légistes, la naissance de l’État moderne, HLF, O.C., VIII, p. 787-1066.

8 Exemple, entre autres, de la méthode, l’article « Les études classiques au Moyen Âge pendant la période carlovingienne » part d’un compte rendu de deux ouvrages allemands dont l’un écrit en latin, pour être confronté à l’Histoire de la littérature classique au Moyen Âge de Heeren et redressé par la propre culture de Renan et sa philosophie du progrès.

9 Études non recueillies dans O.C. : sur les rabbins français, HLF, XXVII, p. 431-753 ; sur les écrivains juifs français au xive, XXXI, p. 351-789 et 796-802. De quoi faire tout un volume !

10 « Armengaud, fils de Blaise, médecin » : HLF, XXXI, p. 127-138 et 490.

11 Biblio. de l’Institut, 2208.

12 L’épopée des lettrés irlandais est développée dans le manuscrit de l’Institut. Notre citation renvoie à O.C., VIII, p. 1234. Note de Renan : « Les études de l’époque mérovingienne ne sont que la continuation des écoles romaines disparaissant peu à peu jusqu’au viiie siècle. »

13 « Quand Averroès mourut, en 1198, la philosophie arabe perdit en lui son dernier représentant et le triomphe du Coran sur la libre pensée fut assuré pour au moins six cents ans. » Constante de la pensée de Renan. Objet impitoyable d’un passage de sa leçon d’ouverture au Collège de France le 22 février 1862, qui serait aujourd’hui cible de la fatwa islamique !

14 Dans « L’instruction supérieure en France », QC, O.C., I, p. 74.

15 Ibid., p. 69-97. Voir surtout La Réforme intellectuelle et morale de la France, « Les remèdes », IV, O.C., I, p. 391-400.

16 O.C., VII, p. 905.

17 « L’auteur de l’Imitation de Jésus-Christ », EHR, O.C., VII, p. 231-243 ; « Joachim de Flore et l’Évangile éternel », NEHR, O.C., VII, p. 85-918 ; « François d’Assise », O.C., VII, p. 919-935.

18 Texte de 1860 : « L’avenir religieux des sociétés modernes », QC, O.C., I, p. 233-281 ; texte de 1889 : « Discours prononcé aux funérailles de M. Ernest Havet », O.C., I, p. 1127-1130.

19 Dernière phrase de l’article sur l’auteur de l’Imitation, O.C., VII, p. 243.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540