Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Cinquième partie. Depuis le Moyen Âge

La mémoire des voyageurs dans le pays de Lorient de Dubuisson-Aubenay (1636) à Pierre Loti (1868)

Gérard Le Bouëdec

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1L’étude peut paraître modeste par rapport au projet initial qui n’était rien moins que celle de la production des voyageurs sur l’ensemble des agglomérations portuaires du littoral breton, mais le pays maritime de Lorient constitue un espace témoin pour une approche méthodologique de la Mémoire des voyageurs.

2Le travail sur les représentations et les images que nous livrent les voyageurs impose un certain nombre de précautions. Il s’appuie en effet sur des sources qui sont les produits d’impressions personnelles, nourries d’influences culturelles, et qui sont variables selon le statut, la sensibilité, les circonstances, l’objectif de celui qui fait l’observation et qui la rapporte. En privilégiant le discours sur le littoral et les espaces portuaires, s’y ajoute une interrogation supplémentaire sur les images auxquelles renvoient leurs observations.

  • 1 « La Mémoire du Voyageur, sociétés et espaces littoraux du xviie au xixe siècle », Actes de la tab (...)

3L’objet historique est complexe et sur le temps long (de 1636 à 1868), il s’est profondément transformé. L’approche méthodologique passe d’abord par la définition du terme de voyageur, ce qui suppose une typologie. Alain Cabantous désignait d’une part « ceux qui se déplacent vers les côtes pour poser un regard venu de l’extérieur et ceux qui sont déjà à l’intérieur, qui appartiennent au monde littoral1 ».

4Les voyageurs du corpus se répartissent dans quatre sous-ensembles :

  • les représentants de l’ordre politique, il s’agit d’officiers et de commissaires royaux ;
  • des scientifiques ;
  • des usagers de la mer, écrivain de bord, officiers, planteur colonial, mais étrangers à la société littorale ;
  • les vrais voyageurs, ceux de la curiosité et de la découverte parmi lesquels dominent les littérateurs.
  • 2 Dubuisson-Aubenay, Itinéraire de Bretagne en 1636, éd. Léon Maitre et Paul de Berthou, Nantes, 2 v (...)
  • 3 La Bretagne en 1665. Rapport de Charles Colbert de Croissy, éd. Jean Kerhervé, Fañch Roudaut et Je (...)

5Dubuisson-Aubenay, en 16362, et Charles Colbert de Croissy, en 16653, relèvent du premier sous-ensemble. François Nicolas Baudot, seigneur du Buisson et d’Ambenay, originaire de Normandie, après de solides études, va occuper différents emplois dans l’armée et dans la diplomatie. De 1623 à 1642 il parcourt la France et l’Europe. En 1629, officier dans les troupes des maréchaux Schomberg et de Thouras, il fait connaissance de l’intendant aux armées du Piédmont, Jean d’Estampes de Valençay. En 1636, ce maître des requêtes et intendant est nommé commissaire particulier du roi pour assister à la réunion des États de Bretagne qui se déroule à Nantes en décembre. Jean d’Estampes avant de s’y rendre se doit de faire un état de la province. Il part donc dans une enquête administrative d’avant réunion des États où vont se négocier les impôts et l’aide à l’effort de guerre de la monarchie engagée dans le conflit de la guerre de Trente Ans. Il rencontre les gouverneurs des places, les magistrats, les municipalités, les notables. Dubuisson-Aubenay l’accompagne non comme secrétaire mais comme gentilhomme distingué de son escorte. Mais Dubuisson n’est pas seulement un officier et un diplomate, c’est aussi un érudit, latiniste et expert en épigraphie reconnu. Rien ne semble échapper à sa curiosité. La densité de l’information révèle sa méthode de travail. Il prend des notes lors de ses déplacements mais dispose de correspondants qui lui fournissent des informations complémentaires. L’ensemble des notes accumulées ne sont mises en forme que bien plus tard, entre 1646 et 1652, à Paris quand, après vingt ans de chevauchée, il se retire en accédant aux honneurs : n’est-il pas devenu historiographe du roi en 1646 et intendant des devises, emblèmes et inscriptions pour jardins, galeries et bâtiments royaux de France ? Son grand souci d’exactitude quand il visite en octobre 1636 le pays du Blavet et du Scorff, se retrouve sur trois domaines particuliers : la description géographique et topographique de l’espace nautique et de ses rives ; la valeur défensive des villes et des forteresses. Son chapitre sur « le fort Louis » alors en construction est particulièrement fourni, mais qui peut s’en étonner de la part d’un officier auprès des armées à qui, sans doute, son protecteur avait demandé un rapport. Il se livre à des observations sur l’agriculture et le commerce. Il s’intéresse aux activités portuaires. Il note à propos du port d’Hennebont, la profondeur du chenal, le tonnage des navires qui peuvent y remonter et à Groix il détaille, en dehors de la sardine, les poissons de prise des saisons d’automne et de printemps. Le cadre dans lequel se déroule cet itinéraire offre peu de place pour l’observation de la société globale.

6Près de trente ans plus tard, en septembre-octobre 1665, Charles Colbert de Croissy va parcourir les côtes de Bretagne dans des circonstances analogues à celles qui ont mené Jean d’Estampes de Valençay dans la province. Il est alors jeune maître des requêtes exerçant des fonctions d’Intendant. En poste à Tours, il assiste en 1663 et 1665 aux réunions des États de Bretagne comme premier commissaire du roi. Sa tournée d’inspection est donc liée à la tenue des États à Vitré. En revanche, elle se déroule après la clôture de leurs travaux. Dans le contexte du début du règne de Louis XIV et de la reprise en main de la province, l’objet de l’enquête et du rapport inquiète. La noblesse redoute la réformation de la noblesse. Elle a raison et le but est bien d’évaluer la richesse et la puissance du second ordre.

  • 4 BnF, MC 106, f° 537, 9 mars 1663, de Brouage.

7Cette chevauchée, en présence du lieutenant général de la Bretagne et gouverneur de Port-Louis, le duc de Mazarin, protégé comme les Colbert de feu le Cardinal, a néanmoins un caractère rassurant. Jean-Baptiste Colbert a établi une grille d’enquête que respecte son frère Charles. Il décrit en effet les limites géographiques, l’état ecclésiastique, l’état de la noblesse, la justice, les finances, les fortifications et les forêts. Hennebont, chef-lieu de la sénéchaussée, n’apparaît que sous l’angle juridictionnel. La rade de Port-Louis, et son accès, sont décrits du point de vue de la capacité de mouillage et de radoub de navires de guerre. Il ne faut pas s’en étonner. En effet il a pu largement s’inspirer du rapport de la commission Colbert du Terron, cousin du contrôleur général, intendant de la Marine à Brouage et qui rend ses conclusions au roi sur son enquête sur les côtes depuis Dunkerque à La Rochelle le 1er mai 1665. Son objet était d’évaluer les qualités des sites littoraux potentiels propres à l’implantation d’un arsenal et d’un port militaire. Il est donc préférable de se rapporter au texte de la commission qui expertise la rade de Port-Louis en mars 1663 en notant les avantages et les handicaps du site4. La Marine va préférer Rochefort mais le dossier intéressera la Compagnie des Indes à la recherche d’un site depuis deux ans. C’est donc dans le plagiat de ce rapport Colbert du Terron qu’il faut chercher l’orientation de la présentation de Charles Colbert de Croissy.

  • 5 Arch. dép. du Morbihan, 9B 257, pour le procès-verbal sur l’amirauté de Vannes. Arch. nat. Marine, (...)
  • 6 E. Moisan, Les paroisses littorales et les activités de pêche dans l’Amirauté de Vannes d’après le (...)

8Le Mémoire de Le Masson du Parc5 nous permet d’entrer en contact avec la société littorale, et plus particulièrement avec les communautés des pêcheurs. Commissaire de la Marine, il est nommé le 4 mai 1726 « inspecteur général des pêches du poisson de mer pour les provinces de Flandres, Picardie, Normandie et Bretagne ». Dans un contexte supposé de crise de la ressource, les objectifs de sa mission définis par lettres patentes, enregistrées en ce qui concerne la Bretagne au parlement de Rennes, sont clairs. Il s’agit de dresser un état de la pêche pour faire cesser les abus en matière de techniques de pêche accusées de mettre en danger le potentiel halieutique. Sa visite dans l’amirauté de Vannes se déroule en novembre 1728. Il parcourt six îles, vingt-sept paroisses côtières ainsi que six villages et hameaux et ports dépendant de ces paroisses6. Le pays de Lorient constitue le terme de sa visite. Pour Riantec, Port-Louis, Groix, Hennebont-Saint-Caradec, Plœmeur, il dresse un état de l’activité des pêches maritimes en notant le nombre de chaloupes, leur tonnage, l’effectif des équipages, les instruments de pêche, les lieux de pêche, livrant également des informations qualitatives sur le statut professionnel des pêcheurs. Par ailleurs il dresse l’inventaire des pêcheries-pièges établies dans le Ter, le Scorffet le Blavet, fournissant des indications sur leur localisation, l’état de l’infrastructure et le nom des propriétaires et exploitants. Son enquête sur le terrain a été préparée par l’envoi de questionnaires d’information aux officiers de l’amirauté et aux commis des quartiers. Lors de sa visite, qu’il effectue à cheval ou par voie d’eau, il est accompagné par des officiers de l’amirauté et des archers. Dans chaque paroisse il a recours au syndic des gens de mer et à la médiation du recteur et éventuellement d’un interprète breton-français. En effet son enquête se déroule sur les lieux de pêche, voire dans les maisons des pêcheurs. Son souci est de vérifier la conformité des instruments de pêche avec les règlements édictés. Il interroge les pêcheurs pour connaître leurs méthodes. En outre son attention se porte sur le commerce de la rogue, le système des rémunérations des hommes d’équipage, le traitement des sardines en verd ou pressées, leur commercialisation. L’inspecteur a besoin de médiateurs de la paroisse car cette enquête inquiète et certains pêcheurs prévenus de sa visite disparaissent ou s’empressent de dissimuler leurs matériels de travail les plus litigieux. Au-delà de l’information sur les pêches, cette inspection est très révélatrice de la culture populaire littorale confrontée à la culture de la loi que l’État ne cesse de développer sur le littoral.

  • 7 Mignot de Montigny, Voyage…, bibl. Mazarine, ms. 2840 ; Henri Bourde de La Rogerie, « Voyage de Mi (...)

9Mignot de Montigny, Arthur Young et Prosper Mérimée appartiennent au groupe des voyageurs scientifiques. Mignot de Montigny effectue en 1752 un voyage dans l’Orléanais, le Blésois, la Touraine, l’Anjou et la Bretagne7. Ce membre de l’Académie des sciences arrive à Lorient alors que s’achève le grand programme d’investissements d’équipement de la Compagnie des Indes et que son niveau d’activité est élevé. Il est venu à Lorient pour cette Compagnie à laquelle il consacre la presque totalité de son séjour. Il dissèque ses installations et ses activités. Sa présentation est très structurée. La disposition des édifices dans le parc et l’enclos est longuement exposée après quelques lignes rapides sur l’ordonnancement des rues de cette ville nouvelle. Une description précise de la flotte lui permet de montrer qu’il a été initié à la technologie de la construction navale par l’ingénieur constructeur Cambry. Il note même la méthode des constructeurs pour faire échec aux tarets mangeurs de coque. Le lecteur a droit au processus de chargement des navires depuis les pontons et il lui offre de l’accompagner dans un vaisseau prêt à appareiller. Ses explications sur les ventes par adjudication sont précises au point de donner des indications de prix. Il rapporte même des échantillons des cotons dont les plantations se développent aux Mascareignes. Saisi par la dynamique du développement et de l’enrichissement, il a le souci de préciser le système de défense de la ville, et il n’évoque Port-Louis que pour décrire la citadelle, et de présenter les troupes dont dispose la Compagnie pour assurer la protection de ses comptoirs asiatiques.

  • 8 Arthur Young, Voyages en France, éd. Henri Sée, t. I, Paris, 1931.

10Arthur Young8, après ses voyages agricoles dans les différentes régions du royaume d’Angleterre entre 1768 et 1780, va traverser le Channel pour confronter le modèle de développement économique anglais à la réalité française en accomplissant trois voyages en France entre 1787 et 1790. Il est à Lorient les 15 et 16 septembre 1788. Arrivant de Quimper à cheval, il s’arrête à Lorient pour vérifier sa réputation, « c’est qu’il est le port attitré du commerce de l’Inde, qu’il contient tous les bateaux et magasins de la compagnie des Indes ». Son premier contact le met dans de mauvaises dispositions. En effet la Marine, propriétaire des installations du port depuis 1770, procède ce jour-là et en fait le lendemain au lancement d’un 80 canons, le Tourville. Cet événement a rempli les auberges et il ne peut trouver de chambre à l’Épée-Royale ni même au Cheval-Blanc qu’il traite de trou. Mais que cela ne tienne, il voyage avec un carnet d’adresses et il peut être accueilli chez le négociant Besné. Le regard avisé de l’économiste ne se trompe guère quand il note, après avoir décrit les bâtiments du port, « mais ce qui leur manque, du moins à présent, comme à beaucoup d’autres établissements magnifiques en France ! [la youngomania anglaise y puise son complexe de supériorité], c’est la vigueur et la vivacité d’un commerce actif. Les affaires que l’on négocie ici semblent peu de chose ». La conversation avec le négociant Besné lui a-t-elle suffi pour se forger une opinion sur le port désormais marchand et militaire, et touché par un renversement de conjoncture ? Le séjour est bref, il ne visite pas les installations comme le fit Mignot de Montigny. Ses a priori étaient vérifiés, cela suffisait. Il se contente d’observer le port dont il note que « le tableau est vivant ».

  • 9 Prosper Mérimée, Correspondance générale, t. I, Toulouse, Privat, 1972 et Notes de voyage, édition (...)

11Le 24 septembre 1835, le sous-préfet de Lorient signale que Prosper Mérimée9, inspecteur général des Monuments historiques, a fait son entrée en Morbihan par la route de Brest. Il a prévu de rendre visite au préfet maritime de Lorient et surtout à madame Ducrest de Villeneuve. Dans un courrier du 14 septembre 1835, elle écrit d’ailleurs à Georges Duvernoy :

« J’aurai prochainement, je crois, la visite de Mérimée qui parcourt en ce moment le département du Finistère et qui finira probablement sa tournée monumentale par la petite ville que j’habite quoiqu’elle soit trop moderne pour un érudit. Mais il trouvera du moins bonne mine d’hôtes et de plus quelques facilités pour explorer avec fruit les environs où l’on rencontre fréquemment des tombeaux et des outils druidiques sans compter de vieilles églises qui méritent quelques attentions. »

12Elle a vu juste. Il va consacrer quelques lignes à l’église, aux remparts, au château et à l’abbaye de La Joye d’Hennebont et faire le déplacement de Carnac. Sur Lorient la nouvelle, rien, sinon quelques mots sur la réception à la préfecture maritime. L’inspecteur des monuments historiques a alors d’autres préoccupations car il est au cœur d’une polémique avec Hersart de La Villemarqué au sujet d’un manuscrit du barde breton Guënclan. Dans une lettre datée de Paris, du 19 novembre 1835, au directeur des mines de Poullaouen, il répond à un article très accusateur, non moins que le vol d’un manuscrit, paru dans la presse.

« Les sauvages parmi lesquels vous vivez m’ont accusé de leur avoir enlevé leur trésor. Ce trésor c’est un manuscrit d’un certain Guënclan, barde, dit-on, auteur de prophéties antichrétiennes qui écrivait vers le ve siècle. Je cherchais ce Guënclan comme une aiguille dans une meule de foin et je désespérais d’avoir de ses nouvelles lorsqu’on m’a appris à Quimper qu’un M. V. (Hersart de La Villemarqué) l’avait découvert chez un curé du Finistère. J’en fus enchanté car c’était en bonnes mains, me disait-on, qu’il était tombé. Or voici le tour que le diable m’a joué. M. V., ayantvu le manuscrit en question, alla demander à l’Évêque la permission de l’emporter. L’Évêque consent. M. Hersart retourne mais point de Guënclan. Mon homme en perd la tête et devient fou et l’est encore (remarquer en passant combien j’avais raison de dire que les antiquités celtiques tournent la cervelle à qui s’en occupe), sur cette folie, on a bâti l’histoire suivante : on a imaginé que survenant après M. V. j’aurai sommé le maire du village, la gendarmerie, la garde nationale… de me prêter assistance pour esbigner le manuscrit. »

  • 10 Robert Challe, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales (1690-91), Paris, 1721 ; rééd. avec i (...)

13Les usagers de la mer constituent un troisième ensemble de voyageurs. Il s’agit de voyageurs qui embarquent ou débarquent à Lorient. Leur regard est tout aussi pluriel. Robert Challe10, fils d’un bourgeois de Paris, reçoit une formation solide au collège de la Marche qui semble devoir le conduire vers les ordres avant qu’il n’embrasse temporairement le métier des armes, en s’engageant pour la campagne de Flandre. Après le traité de Nimègue en 1678, il devient clerc chez l’avocat Monicault qui s’intéresse au commerce d’outre-mer. Après la mort de son père, ses oncles proches de Seignelay et de Céberet, s’intéressent aux entreprises coloniales et l’engagent comme quirataire d’une compagnie d’exploitation de la pêche à la morue sèche en Acadie. Il devient l’adjoint du chef d’expédition qui fonde l’établissement de Chedabouctou entre l’Île royale et l’Acadie au fond de la baie de Canceaux. Durant six ans l’établissement prospère à la fois grâce à la pêche et au traitement de la morue sèche et à la collecte des pelleteries. Il ajoute à ses campagnes transatlantiques des voyages dans la Méditerranée, peut-être dans le cadre des circuits de commercialisation de la morue sèche dont les marchés sont en péninsule Ibérique et en Méditerranée occidentale. Mais en 1688, lors de la dernière campagne, un raid des corsaires de Salem met un terme définitif à cette expérience fructueuse. On retrouve alors Robert Challe au Port-Louis comme écrivain à bord de l’Écueil, un navire de 500 tonneaux de la Compagnie des Indes. Ce poste apparaît comme une solution alternative après l’échec dans l’Atlantique nord. Ce navire appartient à une flotte de la Compagnie mais sous le commandement de Duquesne-Guiton, ce qui traduit bien la militarisation de la Compagnie des Indes depuis sa reprise en main en 1685 par Seignelay à la veille de la guerre de la Ligue d’Augsbourg. La flotte devait partir début 1689 mais elle est retardée. Elle doit rejoindre à Brest l’escadre destinée à l’Irlande en vue de permettre le débarquement de Jacques II Stuart qui veut reprendre son trône avec l’aide de la France. En réalité les navires se cantonnent dans une croisière sur la côte sud. C’est dans ces conditions que le voyage pour les Indes est retardé au début de 1690.

14L’écrivain-marin-bourlingueur se propose « d’écrire tous les soirs, ce qui sera arrivé dans la journée. Je n’écrirai que je n’aie vu moi-même ou du moins qui ne m’ait été assuré par des gens dignes de foi et dont la fidélité ne me paraîtra point suspecte et je distinguerai ce que j’aurai vu de ce que j’aurai appris afin qu’on puisse distinguer l’un de l’autre ». C’est l’annonce, avec une déclaration de pure déontologie journalistique, d’un véritable reportage qu’il destine à Monsieur. Malheureusement sur le séjour à Port-Louis-Lorient, il ne nous livre guère d’informations. Les navires étant en rade sous Groix, il ne nous dit rien sur les ports et la vie à terre. Faut-il s’en étonner ? Son territoire c’est plus l’océan que le continent si l’on se réfère à son expérience passée. De plus il est alors en pleine phase d’armement et dans l’attente de l’appareillage. Il va d’ailleurs, le 2 mars, ne pas manquer de nous donner les coordonnées astronomiques de Port-Louis. Mais le 1er mars il nous éclaire sur sa mission d’écrivain qui explique bien des choses :

« Il faut savoir qu’un écrivain de la compagnie est également chargé des marchandises et des vivres qui sont embarqués dans le vaisseau et que c’est pour cela que l’on a toujours en possession les clefs des cadenas qui ferment les barres de fer qui traversent et tiennent assujetties les écoutilles par lesquelles seules on peut descendre dans le fond de cale, dans lequel on ne met rien et dont on ne retire rien non plus sans son aide ou du moins sans sa connaissance. »

15C’est donc sur le chargement que se trouve concentrée son attention comme il l’écrit le samedi 25 février 1690 :

« Les canons, les grosses marchandises, le reste des agrès et apparaux arrivent à la file : notre vaisseau est entouré de barques et de chaloupes dont l’équipage travaille et est en mouvement […]. Je retournerai cette nuit à Lorient pour donner mon dernier reçu et signer le rôle de l’inventaire parce que demain matin à la pointe du jour nous sommes prêts à mettre la voile. »

  • 11 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Ile de France, 2 vol., 1773 ; rééd. Paris, 1983 ; « “Pages o (...)

16En 1768, en plein mois de janvier, Bernardin de Saint-Pierre arrive à Lorient pour embarquer pour l’île de France11. C’est déjà un grand voyageur qui connaît l’Allemagne, la Finlande, la Pologne, la Russie, la Hollande mais également Malte et la Guadeloupe. C’est un officier du génie sorti de l’école des Ponts et Chaussées, mais qui, après deux engagements dans les armées française et russe, est sans le sou et sans emploi en 1766. Il accepte alors en 1767, avec le grade de capitaine, de participer depuis l’île de France à l’expédition du comte Maudave pour aller créer un établissement à Madagascar à Fort-Dauphin. Son Voyage à l’île de France, publié en 1773, est le premier ouvrage de celui qui n’est pas encore écrivain de roman maritime. Son regard sur le pays de Lorient est très riche. C’est d’abord celui de l’officier du génie que l’on ressent dans la description et l’évaluation du système global de défense de la ville et de sa sentinelle port-louisienne. Il perçoit bien le déséquilibre économique qui s’est installé entre Lorient et Port-Louis quand il écrit : « Le Port-Louis est une ville ancienne et déserte. C’est un vieux gentilhomme dans le voisinage d’un financier [la formule est belle]. La noblesse demeure au Port-Louis mais les marchands, les mousselines, les soieries, l’argent, les jolies femmes sont à Lorient. » Il sait traduire l’atmosphère du port-arsenal et percer des traits de mentalité quand il écrit :

« Le bruit des charpentiers, le tintamarre des calfats, l’affluence des étrangers, le mouvement perpétuel des chaloupes en rade, inspirent je ne sais quelle ivresse maritime […]. Le peuple des campagnes ne parle plus français, celui de la ville ne connaît d’autre maître que la compagnie. Les honnêtes gens s’entretiennent de l’île de France et de Pondichéry comme s’ils étaient dans le voisinage. »

17Cette ivresse maritime, il la ressent encore plus fortement quand il regagne en chaloupe Port-Louis après avoir visité le Marquis de Castries sur lequel il va embarquer et exprime une nouvelle sensibilité face un océan devenu un monde inquiétant et tumultueux :

« Il faisait grand vent. Nous avons traversé la ville sans y rencontrer personne. J’ai vu, des murs de la citadelle, l’horizon bien noir, l’île de Groix couverte de brume, la pleine mer fort agitée ; au loin de gros vaisseaux à la cape, de pauvres chasse-marée à la voile entre deux lames, sur le rivage des troupes de femmes transies de froid et de crainte, une sentinelle à la pointe d’un bastion, tout étonnée de la hardiesse de ces malheureux qui pêchent avec les mauves et les goélands au milieu de la tempête […]. Nous sommes revenus bien boutonnés, bien mouillés et la main sur nos chapeaux […]. Nous sommes rentrés dans notre auberge, les oreilles tout étourdies du bruit du vent et de la mer. Il y avait avec nous deux parisiens […] qui devaient s’embarquer sur notre vaisseau ; ils ont sans rien dire fait atteler leurs chaises et sont retournés à Paris. »

18Il est un des rares voyageurs à avoir consacré dans son journal un développement sur le monde des pêcheurs qui ne se retrouve à Lorient, qui ignore l’activité halieutique, que pour la vente de ses prises. La description très poétique de la place du marché aux poissons prend un caractère biblique, « enfin une pêche miraculeuse comme celle des apôtres ». La famille de pêcheurs devient un modèle « de bonne foi et de piété », d’harmonie du couple et entre parents et enfants : « C’est l’amour conjugal des vieux temps, à mesure qu’ils arrivaient leurs femmes et leurs enfants se pendaient à leurs cous. C’est donc parmi les gens de peine que l’on trouve encore quelques vertus comme si l’homme ne conservait des mœurs qu’en vivant toujours entre l’espérance et la crainte. » Bernardin de Saint-Pierre participe à cette différenciation qui s’affirme à partir des années 1730-1740 entre les pêcheurs, gens de mer parés de toutes les qualités, et les matelots du commerce taxés de tous les défauts. Moins d’un mois après le départ, il insère dans son journal, mais rédigé définitivement qu’en 1770, « ses observations sur les mœurs des gens de mer ». Son observation de l’équipage du Marquis de Castries l’amène à aligner une liste impressionnante de qualifications négatives : grossier, indépendant, ignorant, médisant, inconstant, querelleur, taciturne, sombre, ivrogne, voleur. Mais « afin d’inspirer quelque indulgence sur les défauts qui tiennent à leur état », il invoque « l’influence de la mer sur les marins ». Mais il n’occulte pas quelques qualités, ils sont francs, généreux, braves et même bons maris (ce qui d’habitude n’est pas reconnu aux matelots au long cours), et il sort de la masse trois navigants qui brillent par leur probité, le maître d’équipage, le canonnier et le premier pilote.

  • 12 Mémoires du baron Tillette de Mautort, Paris, 1895.

19Dans ses mémoires, le baron Tillette de Mautort12 aux chapitres x et xi relate le périple de son régiment d’Austrasie pendant la guerre d’Indépendance américaine. Durant les années 1778 et 1779, son régiment, où il vient d’être promu lieutenant, va traverser toute la France depuis la frontière du nord-est jusqu’à Brest avant de reprendre la route en octobre 1779 pour le port de Lorient pour embarquer pour l’île de France. Durant les six à sept jours de marche entre Brest et Lorient, l’officier porte un jugement dual sur les ruraux et les marins. Sur les paysans, le jugement est sans nuance :

« Au reste les Bas-Bretons sont en retard de plus d’un siècle sur les autres provinces de France […]. L’étoffe la plus grossière sert à les vêtir. Leurs pieds sont renfermés dans d’énormes sabots de bois. Une barbe longue et épaisse, les cheveux pendants sur leurs épaules, un gros bonnet de laine, tout cet équipage les fait ressembler à des satyres. »

20Sur les gens de mer le commentaire est diamétralement opposé :

« Au reste les Bretons forment une classe d’hommes bien précieuse pour la navigation. Sur aucune de nos côtes, nous avons de matelots qui les égalent. Ils peuvent servir de modèle à tous pour la valeur, la constance à supporter les fatigues de la mer et l’habileté à la conduite des vaisseaux. »

21Bien qu’ayant attendu plus de trois mois son embarquement, il ne dit mot sur les environs de Lorient. Il relève comme Bernardin de Saint-Pierre, dix ans auparavant, un trait de mentalité spécifique : « Beaucoup d’habitants de ce port ont fait les voyages au-delà du Cap de Bonne d’Espérance […]. Ils ne mettent pas plus d’importance dans un voyage aux Indes que dans un voyage à Paris ; quatre ou cinq mois de mer sont, pour eux, une affaire de peu de conséquences. » Il fait par ailleurs le portrait d’une ville sur le déclin, dont la splendeur appartient au passé :

« Le port de Lorient autrefois si célèbre, si fréquenté du temps de la Compagnie des Indes à qui il appartenait, était alors presque désert […]. La marine militaire et marchande de cette compagnie étant anéantie [il oublie que le commerce de l’Asie n’a pas cessé !] la ville si florissante dans ses jours de prospérité, ne conservait de son ancienne splendeur que ce que le temps n’avait encore pu détruire […]. On sent la faiblesse de ces moyens pour ceux qui y étaient réduits, et combien cette ville avait dû déchoir de son opulence. »

22Cette dernière remarque est éclairante : « Les jolies maisons bâties dans des rues, spacieuses et parfaitement droites, n’étaient plus habitées par ces riches actionnaires et employés qui les avaient élevées. » En effet, s’il ne peut-être question de nier que la période de guerre maritime désorganise le commerce avec l’océan Indien, le jugement du lieutenant relève plus de la représentation d’une ville un peu imaginaire qui ne peut que le décevoir.

  • 13 Henri Paulin Panon-Desbassays, Petit Journal des Époques pour servir à ma mémoire (1784-1786), éd. (...)

23C’est cette même déception née d’une surestimation de la réalité lorientaise qui transparaît dans le journal d’Henri Paulin Panon-Desbassays13, ce jeune engagé aux Indes à l’âge de 19 ans devenu planteur de café esclavagiste à l’île Bourbon. « Je m’attendais à voir quelque chose de mieux. Je n’ai pas trouvé ce que mon imagination attendait. » Il a fait le voyage de Bourbon en France pour voir ses trois enfants partis dès 1780 pour faire leurs études à l’école royale militaire de Sorèze dans le diocèse de Lavaur dans la généralité du Languedoc. Le colon est mieux placé que quiconque pour percevoir que Lorient n’est qu’une ville-comptoir quand il écrit : « La ville de Lorient a un peu l’air des colonies par la quantité d’étrangers qu’il y a. » Mais Henri Paulin n’est pas à Lorient en étranger car ses relations du négoce lui ont permis de tisser des relations avec des correspondants. Il réside chez Gérard, décidément le négociant de tous les carnets d’adresse, et fréquente les notables du négoce, le maire Esnoul-Deschatelets, Lajus, Schmaltz mais aussi Thévenard, le commandant du port. Il se rend même dans leurs résidences de campagne à Kergroise (Gérard), à Saint-Uhel (Esnoul-Deschatelets). Il ne manque pas de se montrer dans les lieux de sociabilité à la mode, le bal Paré ou le théâtre dans la nouvelle salle de la Comédie. Son appréciation sur la situation lorientaise en 1785 est plutôt positive. Il faut dire que la porte des Indes voit s’ouvrir denouvelles perspectives aux États-Unis. En décembre 1785, il note que « la vie à Lorient est fort régulière et sur un ton honnête ». Il se réjouit de la bonne cote du café de Bourbon aux ventes de Lorient mais il remarque la faiblesse des activités de l’arsenal et l’inachèvement des quais et du port du Faouëdic devant le front de rivière des négociants réalisé par l’architecte Détaille de Kerorgan. Il n’est sans doute pas allé visiter le chantier d’Arnoux Dessaulsays, au Blanc, qui a un plan de charge bien fourni pour mettre à disposition de la troisième Compagnie des Indes une flotte de long-courriers.

  • 14 René Maurice, « Pierre Loti et Lorient », Les Cahiers de l’Iroise, 6e année, 1966/4, p. 202-204 ; (...)
  • 15 Philippe Buchez, « Un voyage en Bretagne », Nouvelle Revue de Bretagne, 1948/6, p. 455-459.

24En août 1868 Julien Viaud14 (Pierre Loti), aspirant âgé de 18 ans, arrive à Lorient sur le Bougainville qui vient de mouiller dans la rade. Dans son journal, le 19 août, il note que Lorient « ressemble beaucoup à Cherbourg et Rochefort […] tout en étant plus jolie que la première de ces deux villes et beaucoup moins que la seconde ». Comme chez de nombreux militaires et personnels de la Marine au xixe siècle, Lorient est une ville arsenal que l’on compare aux quatre autres sites similaires : Cherbourg, Brest, Rochefort, Toulon. Sur son premier contact, il retient que Lorient ne possède que deux monuments la statue de Bisson et une « église du plus mauvais goût ». « Le port est petit et représente rien de particulier. » Lors d’un séjour, dix ans plus tard, en 1877-1878, comme officier sur le Tonnerre, qui est suffisamment long pour qu’il prenne un garni rue de la Comédie, il écrit qu’il vécut « des jours mornes, interminables, des soirées sombres et mortelles ». En 1864, Philippe Buchez15 confirme cette impression en évoquant « les tristesses de cette ville de guerre, froide et glacée ». En 1868 il n’est pas encore à se plaindre sur sa future ville de garnison, mais sa plume est particulièrement sévère pour le Port-Louis où l’équipage du Bougainville peut aller se détendre :

« On a quelque fois plaisir à regarder un vieux château, un vieux monument tombant en ruine et couvert de plantes parasites, mais une ville toute entière désolée envahie par les herbes et le lierre, a quelque chose de profondément lugubre qui remplit de tristesse et même de répugnance : c’est l’effet que nous a produit Port-Louis, vrai pays de la mort, qui a un faux air de Pompéi, la ville exhumée ! »

  • 16 Lettre du 12 août 1689, Correspondance de la Marquise de Sévigné, t. III, Paris, La Pléiade, 1978.

25Le dernier sous-ensemble de voyageurs est constitué par les vrais voyageurs animés par la curiosité et qui découvre une région. La marquise de Sévigné et Louis Desjobert font un tourisme de relations. Madame de Sévigné16 qui fait des séjours en Bretagne, plus qu’elle n’y réside, afin de régler ses affaires et garder le contact avec la noblesse bretonne, se rend dans le diocèse de Vannes en août 1689, accompagnant le gouverneur de Bretagne, le duc de Chaulnes, juste avant le rappel de ce dernier à Paris. La ville de la rade est alors Port-Louis. Madame de Sévigné, qui a l’habitude de l’élément liquide quand elle se rend en Bretagne en descendant la Loire depuis Orléans jusqu’à Nantes, sait s’enthousiasmer pour « cette pleine mer devant les yeux ». Mais ce qu’elle retient c’est avant tout la réception chez Céberet, directeur général de la Compagnie à Lorient. Tout est réuni pour en faire une soirée exotique. Elle a pu voir « les marchandises qui viennent d’orient », « des porcelaines et des étoffes » et surtout entendre Céberet raconter son voyage au Siam. « Nous fîmes bien conter au mari son voyage qui est fort divertissant. »

  • 17 « Voyage en Bretagne de l’année 1699 », Un collège jésuite aux xviie et xviiie siècles, le collège (...)

26Le père jésuite Camille de La Rochemonteix17 se souvient de son périple sur le littoral breton en 1699. Alors en classe de philosophie au collège de La Flèche, son oncle, l’abbé Cavalier, lui avait promis un voyage pendant les grandes vacances jusqu’aux frontières de l’Espagne. Mais le provincial des jésuites ayant interdit cette destination trop méridionale alors que la question espagnole agite les gouvernements européens, le circuit breton s’impose en guise de voyage de remplacement, donc sans préparation. Les deux révérends et les trois pensionnaires du collège vont alors faire un tour de Bretagne au pas de course. Commencé à Rennes le 5 septembre, ils sont à Nantes le 22 du même mois. Les chevaux n’ont pas été ménagés. Leur passage sur la rade est ultra-rapide. Ils arrivent le 17 septembre à 16 heures et en repartent le 18 au petit matin. Le jeune jésuite a surtout retenu « les périls », celui de la traversée de la rade car à marée basse il y a des rochers cachés, celui de la descente très raide pour les chevaux pour prendre sans doute le bac sur le Scorff. Mais il y a bien sûr l’inévitable phrase sur « l’Orient qui est un bourg éloigné d’une lieue de la ville [Port-Louis] est rempli de marchandises de la Compagnie des Indes, laquelle y a ses plus beaux vaisseaux et magasins », mais qu’ont-ils vu réellement ?

  • 18 Vicomte de Grouchy, « Notes d’un voyage en Bretagne effectué en 1780 par Louis Desjobert », Revue (...)

27Louis Félix Desjobert18, 30 ans, grand maître des Eaux et Forêt de Soissons, est un touriste de la fin de l’Ancien Régime. Il reste quatre jours à Lorient. L’Orient n’est plus le simple lieu-dit, le bourg chantier du Far West, que madame de Sévigné a visité une fin d’après-midi. Il ne vient pas voir la mer même s’il a pris la peine de monter à la tour de la Découverte pour découvrir l’horizon insulaire à la lunette et s’il a goûté lors d’une traversée pour le Port-Louis en chaloupe l’air très vif de la pleine mer. Il est venu voir le port. Comme nous sommes en mai 1780, en pleine guerre d’Indépendance américaine, le port et la rade sont encombrés d’une part par des navires de guerre et de course, dont l’Alliance de l’Américain John Paul Jones, d’autre part par un convoi de 130 caboteurs escortés. Il est hébergé à l’auberge de l’Épée-Royale, dont il vente la qualité de la chambre et de la table, et semble particulièrement amateur de poisson, du maquereau et du merlan. Mais à Lorient il va de réception en réception. Le lendemain de son arrivée, il dîne à 13 h 30 chez le couple de La Granville dans leur maison au pied de la tour de la Découverte avec les princes de Salm et de Berg, du régiment d’Anhalt stationné à Quimperlé. Le lendemain, c’est chez le négociant Gérard, encore ! qu’il va dîner. L’après-midi il a le temps à nouveau de se rendre chez madame de La Granville où il rencontre des officiers de vaisseaux alors mouillés en rade. Il lui reste même, avant le souper, quelques heures pour assister aux spectacles du tout nouveau théâtre à l’italienne qui vient d’ouvrir. Il a dû s’enquérir de ses financeurs et rapporte qu’il s’agit à la fois des négociants, selon le principe de la tontine, et du prince de Guémené. Ce souci pour son confort et la sociabilité mondaine en fait un observateur très attentif de l’urbanisme lorientais. Certes, comme la plupart des voyageurs, il va souligner que « les rues sont bien alignées » mais il est le seul à faire ce commentaire : « Cette ville est une des plus propres que j’ai vue, on peut y aller en bas de soye blancs, malgré la pluie, parce qu’elle est bien pavée en dos d’âne et qu’il n’y amasse point de crotte. » Apparemment il est très sensible au système de pavage puisqu’à peine arrivé à Vannes, le mercredi 13 mai, il relève « le pavé seulement, de Vannes, est à la bretonne c’est-à-dire des plus mauvais et des plus rudes ». Comme quoi une ville peut être propre pour un voyageur préoccupé de ne pas salir ses bas, tout en ayant de gros problèmes sanitaires ! Il ne peut néanmoins passer à Lorient sans oublier le commerce des Indes, mais il en dit peu de chose. Il visite les magasins, « ces magasins sont vides aujourd’hui, en grande partie », et achète quelques souvenirs, « trois pièces de Nankin », dans un magasin rue Orry.

28Les Mémoires d’un touriste de Stendhal et l’œuvre conjointe de Gustave Flaubert et de Maxime du Camp, Par les champs et les Grèves et Souvenirs de Bretagne sont précieux alors que s’ébauche un nouveau rapport culturel à la mer.

  • 19 Stendhal, Mémoires d’un touriste, Paris, 1838 (rééd. 1984).

29Le diplomate Henri Beyle19 obtient de son ministre des Affaires étrangères, le comte de Molé, de bénéficier d’une prolongation de congé à mi-solde pour raison de santé afin de disposer de son temps pour se rétablir en effectuant un voyage en Bretagne durant l’été 1837. Il ne connaît pas la province. Près de dix ans après ses Promenades dans Rome, il s’agit d’un nouveau projet littéraire conçu comme un journal fictif tenu par un commis voyageur en fers qui vient de rentrer en France après six ans d’absence. Il procède à une recherche bibliographique pour établir le substrat historique et construire certaines descriptions. La vraie contribution de l’écrivain apparaît à travers les descriptions morales et psychologiques des paysages et dans la mise en scène de personnages qu’il est censé avoir rencontrés et qu’il a su faire parler. L’écrivain, alors âgé de 54 ans, est particulièrement sensible à son confort, c’est-à-dire à la qualité de l’hébergement et de l’alimentation. « À Lorient, écrit Stendhal, il faut aller à l’hôtel de France, c’est de bien loin le meilleur que j’ai rencontré dans ce voyage. » Cela rappelle le commentaire de Louis-Charles Desjobert sur l’Épée-Royale. De même que ce dernier avait goûté à la qualité d’une carafe d’orgeat au café de l’Union, de même Stendhal loue la « tasse de café à la crème sublime, comme on en trouve à Milan » qui lui est servie au Grand Café qui jouxte le théâtre. Mais qu’est venu chercher à Lorient le touriste Stendhal ? Sans doute pas le pittoresque car « on voit que Lorient a été bâti par la main de la raison ». Il reprend cette idée plusieurs fois. « Toutes les rues de Lorient soigneusement alignées sont formées par de jolies petites maisons bien raisonnables. » « Les Bourgeois de Lorient sont trop raisonnables pour venir perdre leur temps à entendre de la musique » (celle du bataillon d’infanterie). « Les habitants de Lorient sont les gens les plus rangés du monde. Jamais ils ne sortent de chez eux ; à neuf heures et demi, tout est couché dans la ville. » Plus certainement il est venu pour voir la mer.

30Mais ce n’est certainement pas dans l’arsenal qu’il semble avoir satisfait son attente. « J’ai dû subir la corvée de la visite des chantiers et magasins comme à Toulon. Dieu préserve les voyageurs d’un tel plaisir. » Décidément l’arsenal militaire fait moins recette que la Compagnie des Indes. Pourtant il a fait l’effort de monter à bord d’une barque pour aller le voir depuis le Scorff. Il a même eu droit à une visite commentée par un matelot qui égrainait les types de vaisseaux au mouillage ou sur cale. Mais « la mienne, au milieu de ces vastes plages de sable et par un vent glacial ne pouvait que me faire prendre en grippe la rivière de Lorient ; je ne pouvais pas être plus ennuyé que je ne l’étais ». En fait il ne voit pas la mer, il l’exprime clairement. Deux matins consécutifs, il écrit : « Ce matin en me levant j’ai couru pour voir la mer. Hélas, il n’y a point de mer, la marée est basse, je n’ai trouvé qu’un très large fossé empli de boue et de malheureux navires penchés sur le flanc en attendant que le flux le relève. » Cette frustration se retrouve quand il se rend à la tour de la Découverte et qu’il observe, en la traitant d’ingrate : « J’ai bien compris que je ne la verrais pas autrement » (à la longue-vue). Stendhal arrive avec deux représentations de la mer. D’une part, celle d’une Méditerranée sans marée et donc sans ces basses mers qui laissent apparaître ces vases, sans doute nauséabondes, en plein été, dans la rivière du Faouëdic. En se promenant sur l’ancien quai d’Aiguillon où l’ébauche de port marchand du xviiie siècle n’a guère connu en 1837 de travaux décisifs, il a raison de parler de « prétendu port de mer ». Mais plus décisif, il n’envisage la mer qu’à travers des images de tempêtes, de déchaînement des éléments qui viendraient se fracasser sur une digue ou mieux sur les rochers. Il eût fallu qu’il vînt l’hiver et qu’il allât sur les chaloupes des pêcheurs sardiniers grésillons.

  • 20 Gustave Flaubert, Par les champs et les grèves, t. VI de l’édition « Collections des œuvres complè (...)

31Dix ans plus tard, Gustave Flaubert et Maxime Du Camp20, deux jeunes gens de 25 ans, prennent à pieds et sacs au dos le chemin du littoral breton. C’est un voyage quasi thérapeutique que Flaubert entreprend après une année 1846 qui a vu la disparition de son père et de sa sœur. Mais le voyage n’est programmé que pour mai 1847 pour pouvoir le préparer, d’autant que l’entreprise doit permettre la publication d’un ouvrage à deux mains, chacun rédigeant la moitié des chapitres. Flaubert va écumer la bibliothèque de Rouen pour faire des recherches historiques. Cette démarche bibliographique à caractère historique et même archéologique va peser sur l’esprit de leur voyage. Maxime du Camp précise :

« Nous savions la veille ce que nous aurions à visiter le lendemain. Nous repassions ainsi notre histoire de Bretagne sur les lieux mêmes et quand nous entrions dans une église ou dans un château ruiné, nous allions droit à la statue, au bénitier, à la pierre tumulaire, au vestige archéologique qu’il était séant de regarder. »

32Quoi de plus étonnant dans ces conditions que les jugements sur Lorient la nouvelle, Hennebont et Quimperlé ? « La nuit était close quand nous arrivâmes à Lorient dont il n’y a rien à dire, sinon que c’est la ville la plus sotte de la géographie. » « Plaisante ville qu’Hennebont, suffisamment vieille pour n’être pas trop bête, suffisamment neuve pour n’être pas trop sale, elle a tout ce qu’il faut. » Quimperlé « une des plus agréables bonnes fortunes que nous ayons rencontrée dans notre voyage ».

33Mais nos futurs écrivains sont également venus pour éprouver de l’émotion devant l’Océan. Maxime Du Camp, qui rédige les chapitres sur le Morbihan et sur le Finistère, semble avoir quelque difficulté, comme Stendhal, à le voir : « Cependant nous y restâmes cinq jours, essayant de travailler […], nous enquérant à tous où était le port que nous furetions partout sans pouvoir le découvrir. » Sont-ils de mauvaise foi ? Certes le port militaire ne se voit pas des quais de la ville mais le port marchand, depuis la visite de Stendhal, connaît des travaux importants et les quais, rive gauche, sont achevés, tandis que l’écluse entre le bassin à flot et l’avant-port est quasi achevée. Alors pour comprendre, il suffit de lire ce qu’ils ressentent à la pointe du Raz :

« En face, à deux lieues environ, l’île de Sein, l’île des Druidesses et de Velleda, dormait sur les flots, ceinte d’écueils, aplatie, sinistre, noire et comme en deuil de tous les cadavres que les naufrages ont roulés sur les bords […]. L’île obscure, avec les mâts de ses bateaux et la fumée de ses toits, ressortait sur la lumière et y découpait la silhouette d’une prodigieuse ombre chinoise. Nous revînmes à la terre ferme, par l’autre côte de la pointe […]. Quand notre effrayant voyage fut terminé, nous allâmes nous asseoir à l’ombre d’un talus qui domine la baie des trépassés […]. Nous restions sans parler à côté l’un de l’autre, épuisés, rêveurs et presque consternés. Nous nous sentions la tête vide ; nos pensées flottaient vaguement dans notre cervelle ; nos yeux fous regardaient sans voir ; nous avions une sorte de vertige intellectuel qui nous brisait ; nous étions sous l’impression d’un fantastique réel que nous avions bu à trop amples gorgées. Nous savions bien que nous venions de voir des choses terrifiantes, mais nous ne pouvions pas nous l’expliquer. »

34Effectivement, sur le quai du port du Faouëdic en construction, qui plus est à marée basse, ils ne peuvent assurément ressentir cette ivresse d’un océan maléfique donnant un spectacle cruel et frissonnant…

35La mémoire des voyageurs est une source très riche pour la connaissance du monde littoral breton mais pour l’exploiter, l’historien doit s’attacher, en maîtrisant les contextes, à identifier leur personnalité, leurs références sociales et culturelles, surtout leur projet et leurs représentations parfois alimentées par un travail de recherche préparatoire. La plupart de nos voyageurs, même ceux classés dans la catégorie des touristes, ne viennent pas en découverte mais pour confronter leurs images avec la réalité lors d’un séjour qui n’excède pas les quatre à cinq jours. Quelques tendances fortes se dégagent de leurs œuvres :

  • en plus de deux siècles, on assiste à une métamorphose du pays des rades et des rivières ; d’une zone littorale frontière commandée par Hennebont et Port-Louis on passe à une ville-port, Lorient, familière de tous les continents et de tous les océans, qui ravale au rang de banlieue-musée les villes anciennes ;
  • la ville nouvelle aux auberges accueillantes, résiste mieux que le port ;
  • la Compagnie des Indes fait davantage recette que le port militaire, d’autant que la plupart des voyageurs ont déjà visité celui de Brest qui est d’une autre envergure ;
  • le besoin de mer est une revendication nouvelle du début du xixe siècle et ce littoral très aménagé ne peut satisfaire l’âme de nos écrivains à la recherche de l’émotion devant une côte sauvage menacée par les fureurs de l’océan.

36Mais bien évidemment cette mémoire des voyageurs nous construit une histoire par en haut. Nous visitons les demeures de la double élite locale, celle du négoce, celle des militaires. Où sont les milliers de marins qui embarquent ou débarquent ? N’ont-ils pas rencontré battant le pavé les ouvriers qui entrent ou sortent de l’arsenal ? Seul Bernardin de Saint-Pierre, de son île de France, met en scène la communauté des pêcheurs, sans doute parce qu’elle incarne le mieux les valeurs qu’il souhaite développer. Il dépeint les matelots des long-courriers dans des termes qui aujourd’hui appartiennent au portrait identitaire des gens de mer dressé par les historiens des sociétés littorales. Si l’on admet que l’identité se forge en partie à l’aide des images projetées par l’autre, l’historien se doit d’avoir une démarche très critique face à cette mémoire qui devient nécessairement objet d’histoire. Dans leur diversité, nos voyageurs présentent une grande modernité, allant jusqu’à la caricature avec ces jésuites qui sont passés, n’ont presque rien vu mais suffisamment pour écrire quelques lignes, comme d’autres aujourd’hui voyagent dans la précipitation avec comme seul objectif, faire des photos souvenirs qu’ils contempleront chez eux…

Notas

1 « La Mémoire du Voyageur, sociétés et espaces littoraux du xviie au xixe siècle », Actes de la table ronde de janvier 1995, universités Rennes 2 et de Bretagne-Sud, Lorient, 1996.

2 Dubuisson-Aubenay, Itinéraire de Bretagne en 1636, éd. Léon Maitre et Paul de Berthou, Nantes, 2 vol., 1898-1902 ; La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, dir. Alain Croix, Rennes, 2006.

3 La Bretagne en 1665. Rapport de Charles Colbert de Croissy, éd. Jean Kerhervé, Fañch Roudaut et Jean Tanguy, Brest, 1978.

4 BnF, MC 106, f° 537, 9 mars 1663, de Brouage.

5 Arch. dép. du Morbihan, 9B 257, pour le procès-verbal sur l’amirauté de Vannes. Arch. nat. Marine, C5 20 et 21 pour l’ensemble du procès-verbal sur les amirautés de Haute et de Basse Bretagne.

6 E. Moisan, Les paroisses littorales et les activités de pêche dans l’Amirauté de Vannes d’après le Mémoire de Le Masson du Parc de 1728, mémoire de maîtrise, UBS, Lorient, 1998.

7 Mignot de Montigny, Voyage…, bibl. Mazarine, ms. 2840 ; Henri Bourde de La Rogerie, « Voyage de Mignot de Montigny, de l’Académie des sciences, en Bretagne, 1752 », MSHAB, VI/1, 1925, p. 225-301.

8 Arthur Young, Voyages en France, éd. Henri Sée, t. I, Paris, 1931.

9 Prosper Mérimée, Correspondance générale, t. I, Toulouse, Privat, 1972 et Notes de voyage, édition complète du centenaire, Paris, Hachette, 1971.

10 Robert Challe, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales (1690-91), Paris, 1721 ; rééd. avec introduction et notes de Frédéric Deloffre et Melâhat Menemencioglu, Paris, 1979.

11 Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l’Ile de France, 2 vol., 1773 ; rééd. Paris, 1983 ; « “Pages oubliées” sur la Bretagne. Quelques lettres de Bernardin de Saint-Pierre », Nouvelle Revue de Bretagne, 1952/6, p. 455-460.

12 Mémoires du baron Tillette de Mautort, Paris, 1895.

13 Henri Paulin Panon-Desbassays, Petit Journal des Époques pour servir à ma mémoire (1784-1786), éd. A. Lafforgue, Saint-Gilles-les-Hauts, Musée historique, 1990.

14 René Maurice, « Pierre Loti et Lorient », Les Cahiers de l’Iroise, 6e année, 1966/4, p. 202-204 ; Journal inédit de Pierre Loti. En marge d’Azyade, Paris, 1995.

15 Philippe Buchez, « Un voyage en Bretagne », Nouvelle Revue de Bretagne, 1948/6, p. 455-459.

16 Lettre du 12 août 1689, Correspondance de la Marquise de Sévigné, t. III, Paris, La Pléiade, 1978.

17 « Voyage en Bretagne de l’année 1699 », Un collège jésuite aux xviie et xviiie siècles, le collège Henri IV de La Flèche, t. IV, Le Mans, 1889.

18 Vicomte de Grouchy, « Notes d’un voyage en Bretagne effectué en 1780 par Louis Desjobert », Revue de Bretagne, LXIII, 1910, p. 146-149.

19 Stendhal, Mémoires d’un touriste, Paris, 1838 (rééd. 1984).

20 Gustave Flaubert, Par les champs et les grèves, t. VI de l’édition « Collections des œuvres complètes », 1885 ; Maxime Du Camp, « Souvenirs de Bretagne », Revue de Paris (avril 1852, septembre 1853). Adolphe Le Goaziou, « Il y a cent ans. Trois mois en Bretagne avec Flaubert », Nouvelle Revue de Bretagne, 1re année, 1947/3, p. 200-202.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540