Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Troisième partie. Anecdote et système de valeurs

Les anecdotes chrétiennes : trois recueils du premier xixe siècle au service de la morale

Christian Renoux

Résumé

Entre 1801 et 1824, Joseph Reyre, Henri Lemaire et Simon-François Blocquel, auteurs prolifiques, publient chacun un recueil d’anecdotes qu’ils qualifient de chrétiennes. Ces ouvrages de morale, destinés principalement à l’éducation de la jeunesse, se réfèrent à la valeur d’exemple des anecdotes et privilégient celles tirées de l’histoire ecclésiastique, seule garante à leurs yeux de moralité. Dans les décennies suivantes, ces œuvres sont adaptées par les éditeurs aux évolutions politiques et connaissent une diffusion assez remarquable jusqu’à l’extrême fin du siècle.

Texte intégral

1Au début du XIXe siècle, plusieurs auteurs qualifient les anecdotes, qu’ils publient sous forme de recueils, de chrétiennes. Ils entendent ainsi les caractériser et ils désignent par la même occasion si ce n’est un genre du moins un courant particulier à l’intérieur de la littérature anecdotique qui a connu un certain renouveau à la fin du XVIIIe siècle.

2Ces auteurs, se conformant à une tradition bien établie, expliquent leur projet éditorial dans les préfaces de leurs ouvrages, au long desquelles ils présentent leurs intentions à leurs lecteurs. C’est à partir de ces textes introductifs que nous souhaitons approcher ces œuvres et analyser la démarche de leurs auteurs, que nous aurons préalablement présentés. Nous nous intéresserons ensuite à la diffusion non négligeable que connaissent jusqu’à l’extrême fin du XIXe siècle ces recueils d’anecdotes chrétiennes qui, au croisement de la littérature morale et de la littérature pour la jeunesse, traversent plusieurs époques, se jouant des modes littéraires, portés par des éditeurs qui savent leur faire subir les adaptations nécessaires à leur pérennité.

Un corpus original

  • 1 [Reyre J.], Anecdotes chrétiennes ou Recueil de traits d’histoire choisis auxquels on a ajouté les (...)

3Ce sont donc trois ouvrages parus entre 1801 et 1824 que nous étudierons ici. Le premier, les Anecdotes chrétiennes ou recueils de traits d’histoire choisis auxquels on a ajouté les grands exemples de vertu qu’ont donné les Catholiques Français pendant la Révolution. Pour servir à l’éducation de la jeunesse et à l’édification de tous les fidèles, est paru à Lyon en deux volumes en 1801 et 1802. Cet ouvrage est publié anonyme mais son auteur est identifié par l’éditeur comme étant « l’auteur de l’Ami des enfants et de l’École des jeunes demoiselles », c’est-à-dire le père Joseph Reyre1.

  • 2 Lemaire H., Anecdotes chrétiennes ou choix d’anecdotes propres à entretenir chez les jeunes gens de (...)

4Le second ouvrage est de Henri Lemaire. Il est publié à Paris en 1820 sous le titre Anecdotes chrétiennes ou choix d’anecdotes propres à entretenir chez les jeunes gens des deux sexes l’amour de la religion et à leur faire pratiquer dans les différentes conditions de la vie2.

  • 3 [Blocquel S.-F.], La vraie morale mise en action ou choix d’anecdotes chrétiennes instructives et a (...)
  • 4 Buqcello.s est l’anagramme de Blocquel S[imon] qui publie aussi sous les pseudonymes d’Ana-Gramme B (...)
  • 5 [Blocquel S.-F.], Morale chrétienne enseignée par l’exemple, choix d’anecdotes et de traits sublime (...)

5Le troisième ouvrage est La vraie morale mise en action ou choix d’anecdotes chrétiennes instructives et amusantes recueillies par Buqcello.s à l’usage des écoles, qui paraît en 1824 à Paris et à Lille3. Buqcello. s est un des pseudonymes de Simon-François Blocquel4. C’est sous ce même pseudonyme qu’il fait paraître la même année à Paris et à Lille Morale chrétienne enseignée par l’exemple. Choix d’anecdotes et de traits sublimes inspirés par la religion, à l’usage de toutes les écoles, qui est une version augmentée de La vraie morale5.

6Les titres et sous-titres de ces trois ouvrages définissent leur genre et leur projet. Ils les présentent comme des recueils d’anecdotes qualifiées de chrétiennes. Henri Lemaire se sent obligé de renforcer ce caractère religieux de l’ouvrage en précisant qu’il veut inculquer aux lecteurs « l’amour de la religion » tandis que le P. Reyre entend rappeler les « grands exemples de vertu qu’ont donné les catholiques pendant la Révolution » et destine son œuvre à « tous les fidèles », s’inscrivant ainsi dans une démarche ecclésiale qui sied à son statut. Simon-François Blocquel, lui, préfère insister sur le fait que ces anecdotes sont « instructives et amusantes », élément commercial important dans le cadre de la littérature enfantine mais qui n’est pas tout à fait attendu pour la littérature religieuse.

Trois auteurs prolifiques

  • 6 Voir Duclos P., « Reyre (Jacques) », dans Dictionnaire de Spiritualité, t. 13, 1987, col. 505-506 ;(...)

7Joseph Reyre (1735-1812) est un jésuite d’origine provençal, professeur dans le collège de son ordre, à Lyon, puis préfet du collège d’Aix6. À la suppression de l’ordre en France en 1764, il enseigne les humanités à Carpentras puis, après l’expulsion des jésuites de l’État pontifical en 1768, il retourne vivre auprès des siens, dans son village natal d’Eyguières. Il acquiert alors une réputation de prédicateur dans le Midi avant de s’installer à Paris en 1785 chez les Eudistes, congrégation engagée dans l’enseignement et la formation des séminaristes. Il prêche le carême à Notre-Dame en 1789. Dès le déclenchement de la Révolution, il quitte la capitale. Emprisonné en Provence, il est libéré le 27 juillet 1794, à la chute de Robespierre. Il est alors accueilli par son neveu Vincent Reyre à Lyon où il écrit plusieurs ouvrages pour les enfants de ce dernier. Quelques années plus tard, fuyant le climat lyonnais, il se fixe à Avignon et y meurt en 1812.

  • 7 L’ouvrage devint Le Mentor des enfants en 1786. Le P. Reyre est d’ailleurs désigné dans le premier (...)
  • 8 Sur L’École des demoiselles, voir Pascal J.-N., « La Lettre et la fable : sur Joseph Reyre et son É (...)
  • 9 Sur le Fabuliste des enfants, voir Pascal J.-N., « Mettre la morale religieuse en fables : sur deux (...)
  • 10 Voir ses Prônes nouveaux en forme d’homélie pour servir à l’instruction du peuple des villes et des (...)

8Cet ancien enseignant a publié plusieurs ouvrages destinés à la jeunesse, comme l’Ami des enfants en 17657, l’École des jeunes demoiselles8, en deux volumes, en 1786, et le Fabuliste des enfants et des adolescents en 18039. Il rédige également plusieurs ouvrages religieux qui montrent son intérêt pour l’instruction religieuse en général10. Ses deux tomes d’Anecdotes, qui paraissent en 1801 et 1802, sont le fruit d’un long travail de compilation, commencé dès son premier séjour lyonnais.

  • 11 Sur Henri Jeanmaire dit Henri Lemaire, voir Manson M., Les Livres pour l’enfance et la jeunesse pub (...)
  • 12 Quérard J., La France littéraire, Paris, Firmin-Didot, t. V, 1833, p. 127-129.
  • 13 Voir, par exemple, Havelange I., Huguet F., Les livres pour l’enfance et la jeunesse de Gutenberg à (...)
  • 14 Beautés de l’histoire sainte (1811) ; Histoire de la Révolution française (3 vol., 1816) ; Vie de J (...)
  • 15 Morceaux choisis de Bourdaloue (1818).
  • 16 Chefs-d’œuvre de morale, ou Recueil en prose et en vers de ce qui a été dit ou écrit de plus utile (...)
  • 17 Beautés de l’histoire des voyages les plus fameux autour du monde et dans les deux hémisphères (182 (...)
  • 18 Le Petit Robinson, ou les Aventures de Robinson Crusoé, trad. de l’anglais de D. Defoe et arrangées (...)
  • 19 Vie de Sainte Geneviève… modèle des jeunes personnes, ouvrage propre à former le cœur de la jeuness (...)
  • 20 Guide de la jeunesse à son entrée dans le monde ou Le retour des anciennes vertus ; leçons d’un onc (...)
  • 21 L’Indispensable, ou Raisonnement humain, ouvrage utile à la jeunesse (1815), qui est une édition fr (...)
  • 22 Correspondance morale d’un père avec son fils, ou Lettres d’un père à son fils et d’un fils à son p (...)
  • 23 Récréations morales de l’enfance, ou Entretiens de plusieurs enfans avec leur père sur ce qui fait (...)
  • 24 Conseils d’un père à ses enfants. Ouvrage propre à former le cœur et l’esprit des jeunes gens des d (...)
  • 25 Contes moraux pour la jeunesse (1819) ; La Jeune Ursule, conte moral (1820).
  • 26 Modèles de la jeunesse chrétienne, ou Exemples de piété, de charité et des autres vertus inspirées (...)

9Henri Lemaire est un auteur plus mystérieux. À notre connaissance, il n’a fait l’objet d’aucune étude et n’a eu droit à aucune notice de dictionnaire. Il semble que cet oubli vienne de son homonymie avec Henri Jean Maire ou Jeanmaire, dit Henri Lemaire (Nancy 1757, Francfort 1808), romancier et journaliste qui rédigea également deux ouvrages pour la jeunesse, Mélanie et Félicité ou la Différence des caractères (an VII) et Rosine ou le Pas dangereux (an VII)11. Ainsi Joseph Quérard, qui devait ignorer la date du décès de ce journaliste, lui a attribué dans La France littéraire (1833), de nombreux ouvrages parus entre 1810 et 1828 et qu’il faudrait considérer comme posthumes mais qui sont en fait l’œuvre de l’auteur qui nous intéresse12. L’opinion de J. Quérard a ensuite été suivie jusqu’à très récemment pour tous ou quelques-uns de ces titres13. Il est vrai que notre auteur a fait preuve d’une grande discrétion sur lui-même puisqu’il ne livre aucune information le concernant dans la trentaine de livres qu’il publie. Ces ouvrages relèvent de différents genres littéraires. On peut citer en premier des livres d’histoire sainte ou profane, dont un consacré à Jeanne d’Arc et un autre à l’histoire de la Révolution que son auteur qualifie de « grande calamité politique14 ». Il a donné des morceaux choisis de Bourdaloue15, des anthologies d’écrits moralistes16 ou de récits de voyage17. La majeure partie de son œuvre est cependant composée de livres destinés à la jeunesse. Il publie ainsi une adaptation de Robinson Crusoé18, des biographies historiques ou pieuses destinées à l’édification de la jeunesse : sainte Geneviève, saint Vincent de Paul et Fénelon ont retenu son attention19. Ses livres destinés à la jeunesse sont des ouvrages de morale qui prennent différentes formes : manuel ou guide20, pensées21, lettres22, entretiens23, recueil d’exempla et de conseils24, contes moraux25 ou encore vies modèles26.

10Dans cette production importante dirigée vers la jeunesse et centrée sur le discours moral, il faut signaler, à côté des Anecdotes chrétiennes qui va retenir notre attention, trois autres ouvrages qui donnent une place importante aux anecdotes : tout d’abord, paru en 1812, les Conseils d’un père à ses enfants […] renfermant une grande quantité d’anecdotes qui en font un livre aussi intéressant qu’instructif puis, en 1817, Les Exemples célèbres ou nouveaux choix de faits historiques et d’anecdotes propres à orner la mémoire de toutes les vertus qui peuvent faire le bonheur et la gloire de l’homme en société et enfin, en 1834, Les Anecdotes de l’enfance, ou Traits de courage et d’humanité, présence d’esprit, bons mots, saillies, reparties et réponses spirituelles de jeunes enfants. Henri Lemaire apparaît donc comme un familier du genre anecdotique et il sera intéressant de comprendre comment les anecdotes chrétiennes s’inscrivent dans son œuvre.

  • 27 Cf. Vaucelles P., « Blocquel (Simon-François) », Dictionnaire de biographie française, t. VI, 1954, (...)
  • 28 Voir note no 4.
  • 29 Le catalogue de la BnF contient pas moins de 185 fiches de livres édités ou réédités sous son nom o (...)
  • 30 L’Ami du peuple, almanach des connaissances utiles et amusantes (1842), Almanach de l’agriculteur, (...)
  • 31 Le chansonnier national (1830), L’Art de désopiler la rate, ou le Chanteur comique (1851), Le Chans (...)
  • 32 Almanach des joueurs, ou Petite Académie des jeux (1849), Les Mille et un amusements de société, re (...)
  • 33 La Magie rouge. Crème des sciences occultes (1843), Manuel complet du démonomane (1847), Les Mille (...)
  • 34 Mulieriana, ou Recueil d’anecdotes sur le beau sexe (s. d.) ; Trésor des anecdotes sur les femmes, (...)
  • 35 Jurisprudentiana, trésor des anecdotes de jurisprudence et recueil de faits singuliers relatifs à c (...)
  • 36 Sphinxiana, recueil curieux d’énigmes, de charades et de logogriphes (1855).
  • 37 Beaux Traits de l’histoire des voyages, ou Anecdotes curieuses sur différens peuples des cinq parti (...)
  • 38 Éloge de l’ivresse, des buveurs et du jus de la treille, suivi d’Ivrogniana, recueil d’anecdotes ba (...)
  • 39 Sermoniana, choix de sermons facétieux, bizarres, ridicules ou plaisants, suivi d’anecdotes curieus (...)
  • 40 Le Trésor des bons mots, pensées, traits remarquables, etc. des personnages célèbres : Scarroniana, (...)

11Simon-François Blocquel (1780-1863), dit Buqcello.s, est un imprimeur et un écrivain qui vit à Lille, ville dont il est un inamovible conseiller municipal de 1820 à 1857, franc-maçon et engagé dans l’aide sociale27. La plupart de ses livres sont édités par son beau-frère Marie-François Delarue à Lille puis, conjointement, par son beau-père Jean-Baptiste Castiaux à Paris. Ses œuvres, publiées sous divers pseudonymes28, comportent plus d’une centaine de titres qui laissent entrevoir un goût éclectique, qui correspond assez bien au genre du compilateur d’anecdotes29. Dans cette nombreuse production, qui appartient en bonne partie à la littérature de colportage, on relève des almanachs30, des chansonniers31, des ouvrages sur les jeux32 ou la magie33 ainsi que des recueils d’ana, sur des sujets aussi différents que les femmes, l’amour et le mariage34, la jurisprudence35, les énigmes36, les récits de voyage37, le vin38, les sermons39 ou les bons mots des auteurs classiques40.

  • 41 Petit manuel de politesse. Traité de la civilité à l’usage des enfants (1813).
  • 42 Le Nouveau Fablier à l’usage du jeune âge (1840).
  • 43 Le Petit Voyageur français dans les cinq parties du monde (1829).
  • 44 Manuel d’arithmétique ancienne et décimale (1811), Abrégé de toutes les sciences, ou Encyclopédie d (...)
  • 45 Histoire abrégée de la vie et des vertus de saint Vincent de Paul (1826) et Histoire de Jeanne d’Ar (...)
  • 46 Histoire abrégée de la vie et des miracles de N. S. Jésus-Christ, édition revue et publiée pour l’i (...)
  • 47 La Morale de l’ouvrier, ou Choix d’anecdotes réunies pour consacrer les belles actions des artisans (...)
  • 48 Il semble qu’on puisse opposer une première partie de son œuvre qui irait jusque dans les années 18 (...)

12Simon-François Blocquel rédige également des ouvrages pour l’enfance ou la jeunesse comme un manuel de civilité41, un fablier42 ou des récits de voyage43 mais aussi des manuels d’histoire, de géographie, d’arithmétique ou de sciences naturelles44. Comme Henri Lemaire, il se fait le biographe de Jeanne d’Arc et de saint Vincent de Paul45. Il a aussi donné plusieurs ouvrages de piété46 et de morale47, dont La vraie morale mise en action ou choix d’anecdotes chrétiennes instructives et amusantes recueillies à l’usage des écoles (1824), qui nous intéresse ici et qui se trouve au croisement de plusieurs de ses sujets d’intérêt : les anecdotes, le livre pour la jeunesse et la littérature religieuse et morale48.

Le projet éditorial des anecdotiers chrétiens

13Avec Joseph Reyre, Henri Lemaire et Simon-François Blocquel, nous avons donc affaire à trois auteurs contemporains, d’origine assez diverse mais que l’intérêt pour la littérature morale chrétienne à destination de la jeunesse ainsi que le goût pour le genre anecdotique réunissent dans ce premier quart du XIXe siècle.

14Chacun de leurs recueils d’anecdotes chrétiennes comporte un texte introductif, de taille variable, long avis de l’éditeur de J. Reyre, courte préface par H. Lemaire, et plus bref avis de l’éditeur pour S.-F. Blocquel, qui semble bien cependant en être l’auteur puisqu’il est à la fois l’auteur et l’éditeur du livre en tant que libraire-imprimeur. Ces trois textes ont pour mission d’expliciter la nature et le projet des ouvrages. Les livres de littérature enfantine, qui supposent soit une lecture directe par des enfants et des adolescents, soit une lecture faite à des enfants par des adultes, invitent plus particulièrement les auteurs à rédiger ces propos liminaires pour expliquer leur démarche soit aux jeunes lecteurs eux-mêmes, soit aux adultes qu’il s’agit d’éclairer sur leur rôle dans la transmission des valeurs et des processus éducatifs qui sont au cœur de leur projet éditorial.

15L’analyse des préfaces de ces trois recueils d’anecdotes chrétiennes permet de circonscrire ce projet des auteurs et de faire ressortir les nombreux points communs qui se retrouvent dans la démarche de ces derniers, au-delà de leur originalité propre que chaque auteur ne manque pas de cultiver.

Des exemples de vertu à suivre

  • 49 [Reyre J.], « Avis de l’éditeur », Anecdotes chrétiennes, op. cit., 1801, p. III. L’auteur donne en (...)
  • 50 [Reyre J.], op. cit., p. V.
  • 51 « Avis du libraire-éditeur », dans [Blocquel S.-F.], Morale chrétienne, op. cit., p. V.
  • 52 Ibid., p. V.
  • 53 Ibid., p. VI.

16Le premier élément commun au projet anecdotique, tel qu’il ressort de ces préfaces, est la présentation des anecdotes comme des exemples ou du moins des récits contenant des exemples. Ainsi, l’avis de l’éditeur des Anecdotes chrétiennes, c’est-à-dire de l’auteur, puisque le P. Reyre ne se considère que comme l’éditeur de ces récits, débute par cette sentence, renvoyant à Sénèque : « On a toujours été persuadé que les exemples conduisent beaucoup plus rapidement à la vertu que les préceptes49. » D’emblée, les anecdotes, qui ne sont pas nommées, sont assimilées à des exemples de vertu. Ce qu’il confirme en donnant pour mission à son ouvrage « d’offrir aux regards [des jeunes gens] la sainte image de la vertu50 ». Il fait d’ailleurs figurer sur la page de titre du livre une sentence latine, dont il ne dit pas qu’il s’agit d’un verset biblique (Exode, 25, 40) : Respice et fac secundum exemplar. Il en donne une traduction assez libre, au service de son propos : « Lisez et formez-vous sur ces modèles. » Si Henri Lemaire n’évoque pas le thème de l’exemplarité dans la courte préface de ses Anecdotes chrétiennes en 1820, il a déjà manifesté l’importance qu’il lui accorde à travers le choix du titre d’un autre recueil d’anecdotes qu’il a donné en 1817 : Exemples célèbres ou nouveau choix de faits historiques et d’anecdotes propres à orner la mémoire de la jeunesse. De son côté, dans les premiers mots de son « avis du libraire-éditeur » de la Morale chrétienne, Simon-François Blocquel reprend l’idée du P. Reyre qu’il appuie sur la même autorité, sans cependant la citer : « il est prouvé depuis longtemps que les exemples sont plus puissants que les préceptes pour conduire rapidement à la vertu51 » et précise que « pour instruire la jeunesse, on s’est toujours appliqué à lui mettre sous les yeux les belles actions dont l’histoire a conservé le souvenir dans ses fastes52 ». Dans l’avis de La vraie morale, il confirme que « MM. les instituteurs désiraient un livre […] [qui] ne refermât que des anecdotes offrant des exemples sublimes de piété, de bienfaisance, de générosité, de reconnaissance, de bonté, de piété filiale, d’amour fraternel, de charité, de grandeur d’âme et d’humanité53. »

  • 54 [Reyre J.], « Avis du libraire-éditeur », op. cit., p. IV-V.

17Pour ces auteurs, qui s’inscrivent dans la longue tradition de l’exemplum, la présentation des exemples de vertu s’accompagne de la réaffirmation de la vertu de l’exemple. Ainsi, le P. Reyre détaille le processus qui permet de passer de la lecture à l’imitation : « mais à la vue des grands modèles que [les fidèles] auront sous les yeux, leurs idées s’agrandiront, leur âme s’élèvera, leur cœur s’enflammera ; et qui sait si piqués d’une sainte émulation, ils ne s’écrieront pas comme le sage courtisan dont parle saint Augustin : Pourquoi ne pourrois-je pas ce qu’ont pu tant d’autres54 ? »

  • 55 Lemaire H., « Préface », Les exemples célèbres ou nouveau choix de faits historiques et d’anecdotes (...)
  • 56 Ibid., p. VI. On peut considérer que Henri Lemaire exprime ici, sans le nommer, un jugement sévère (...)
  • 57 Lemaire H., « Préface », op. cit., p. VI.

18De son côté, en 1817, Henri Lemaire défend cette valeur d’exemplarité de l’anecdote en l’opposant au conte, qui repose sur l’imaginaire et qui représente une autre forme populaire de la littérature enfantine depuis Berquin. Pour H. Lemaire, « les contes ne vaudront jamais pour l’instruction de la jeunesse les exemples pris dans les livres d’histoire et dans les recueils de faits particuliers » car, explique-t-il, « un enfant, arrivé déjà à un certain âge, et sachant conséquemment ce que c’est qu’un conte, en admire le héros, et le suit avec curiosité et avec plaisir dans toutes ses aventures mais il n’est pas naturel qu’il se regarde comme obligé à imiter ses vertus55 ». En effet, poursuit-il, « craignez même que dans sa petite conception il ne s’en croie dispensé par cela seul, que le héros est un personnage imaginaire, que l’auteur a pu embellir à son gré, en lui attribuant des traits de générosité et des actes de dévouement au-dessus des forces humaines. » Et, il appuie son discours sur une anecdote ! Il raconte comment « un jour », en sa présence, une mère reprochait à son fils de neuf ans de ne pas suivre l’exemple du héros du livre qu’elle lui avait lu quelques temps auparavant. La réponse de l’enfant fusa : « Mais, maman, […] tu sais bien que ce n’est qu’un conte56 ! » Il tire alors un enseignement ferme de cette anecdote : « Il n’aurait pu faire la même réponse s’il avait été question d’un livre où l’on aurait donné pour exemples de chacune des vertus recommandées, une suite de faits authentiques provenant de personnages plus ou moins considérables. » Car « ce que l’un a fait, l’autre peut le faire. » Et, donc, on peut espérer que, pour le lecteur de ces anecdotes vertueuses, « il n’y a là à suivre qu’une route tracée, qui ne peut effrayer la timidité, ni autoriser la paresse et il ne s’agit plus que de se trouver dans la situation du personnage57 ».

Histoire profane, histoire ecclésiastique

  • 58 [Reyre J.], op. cit., p. III.
  • 59 Des extraits des Vies parallèles de Plutarque avaient été publiés sous forme de recueil de sentence (...)
  • 60 Le P. Reyre fait allusion ici aux ouvrages de Charles Rollin (1661-1741), Histoire ancienne des Égy (...)
  • 61 Cf. Dumas J.-B., Notice historique sur Laurent-Pierre Bérenger lue dans la séance publique de l’Aca (...)
  • 62 En 1810, L.-P. Bérenger publie, à Lyon, une Morale chrétienne en action, ou Choix d’histoires édifi (...)
  • 63 [Guibaud E.], « Préface », dans La Morale en action […] contenant le Manuel de la Jeunesse François (...)

19Dans cette logique, le P. Reyre rappelle la longue tradition qui a consisté à choisir les anecdotes morales dans les récits historiques : « on s’est appliqué dans tous les temps à mettre sous les yeux [de la jeunesse] les belles actions dont l’histoire a conservé le souvenir dans ses fastes », écrit-il58. Il cite en exemple Plutarque, qui « nous a laissé les Dits et faits des grands hommes de la Grèce et de Rome59 », « le célèbre Rollin » qui « a eu soin de recueillir ce que les ouvrages des anciens renferment de plus instructif et de plus frappant60 » et « un auteur plus récent [qui] sous le titre de Morale en action, nous a donné dans ces derniers temps, un recueil des plus beaux traits de l’Histoire profane. » Ce dernier auteur est Laurent-Pierre Bérenger (1749-1822), provençal comme le P. Reyre, qui a commencé sa carrière comme professeur d’éloquence au Collège royal d’Orléans, de 1776 à 1785, avant de devenir le précepteur du prince de Monaco puis le proviseur du lycée de Lyon61. Son ouvrage La Morale en action, que cite le P. Reyre, est paru anonyme en 1783 à Lyon et à Paris, et a pour sous-titre Élite de faits mémorables et d’anecdotes instructives, propres à faire aimer la vertu et à former les jeunes gens dans l’art de la narration. Ouvrage utile à messieurs les élèves des écoles militaires et des collèges62. Dès 1787, une suite lui a été donnée par Eustache Guibaud (1711-1794), oratorien, sous le titre Manuel de la jeunesse française qui, écrit-il, « intéressera, sans doute, une Nation naturellement brave et généreuse, et sera utile aux jeunes gens qu’on instruit dans les Écoles militaires » puisque, poursuit-il, « l’éducation est actuellement presque dans tout le Royaume, revêtue, s’il est permis de s’exprimer ainsi, de l’uniforme militaire, et qu’elle se donne sous les drapeaux de Mars63 ».

  • 64 [Reyre J.], op. cit., p. III.
  • 65 [Blocquel S.-F.], La Morale chrétienne, p. V.

20Mais, sans mettre directement en doute l’intérêt de ces anecdotes tirées de « l’histoire profane », le P. Reyre leur préfère un recueil d’anecdotes tirées des « Annales de la religion », car ce recueil est à ses yeux « encore plus utile et plus propre à former l’esprit et le cœur de jeunes gens64 ». Simon-François Blocquel, en 1824, dans La Morale chrétienne, évoque lui aussi le travail de Bérenger et partage le premier constat du P. Reyre : « M. Bér**, auteur de la Morale en action, écrit-il, a donné un recueil des plus beaux traits de l’histoire profane au milieu desquels il a placé quelques anecdotes puisées dans les annales de la Religion. » Mais il reproche aussitôt aux « éditeurs des réimpressions de ce livre, [d’avoir] cru ajouter à son mérite, en l’augmentant d’un certain nombre d’anecdotes ; mais le choix de ces augmentations avait été confié à des personnes imbues des préceptes de la philosophie moderne, le caractère primitif de cette estimable production, a été dénaturé, et ce n’est plus aujourd’hui qu’avec défiance qu’on donne cet ouvrage aux jeunes gens65 ». La même année, dans La vraie morale mise en action ou choix d’anecdotes chrétiennes, il réitère ses reproches de façon à peine voilée :

  • 66 [Blocquel S.-F.], La Vraie Morale mise en action, op. cit., préface, p. VI-VII.

Quelques libraires ont cru remplir l’attente [des instituteurs], en mettant au jour des recueils qui n’ont satisfait personne, parce qu’ils contiennent beaucoup d’anecdotes dont la moindre tache est de n’offrir aucune moralité, ou parce que le plus grand nombre des héros dont ils citent les belles actions, ont été maladroitement choisis parmi les infidèles66.

  • 67 [Bérenger P.-L.], « Avis du libraire-éditeur », dans La morale en action […] nouvelle édition augme (...)

21Le responsable de l’édition de La Morale en action, parue en 1830, semble avoir entendu ces appels de S.-F. Blocquel quand il explique dans la préface de l’ouvrage que « les éditeurs des réimpressions nombreuses qui se sont succédées jusqu’à ce jour, ont cru leur donner un nouveau prix en les augmentant d’un certain nombre d’anecdotes : mais cette augmentation, faite sans choix et sans critique, a contribué à dénaturer ce livre en l’éloignant de son caractère primitif. Cependant la plupart de ces additions ne présentent aucun but moral, et plusieurs même portent les traces du philosophisme moderne67 ».

  • 68 [Blocquel S.-F.], « Avis du libraire-éditeur », La Morale chrétienne, p. V-VI.

22Comme le P. Reyre, Simon-François Blocquel entend donc centrer son ouvrage sur des anecdotes chrétiennes, pensant ainsi « qu’il remplirait le vœu des amis de la religion et des mœurs » et, qu’en « publiant un recueil dans lequel, aux tableaux capables d’éveiller les passions, aux anecdotes profanes portant l’empreinte d’une philosophie dangereuse, et aux traits plaisants qui n’offrent rien de moral, il substituerait un nombre de faits historiques, sublimes et vraiment chrétiens, parmi lesquels se trouveraient principalement retracés (sic) les vertus des ministres de notre sainte religion68 ». D’où le choix du titre La vraie morale mise en action ou choix d’anecdotes chrétiennes, qui, en ajoutant les adjectifs « vraie » devant morale et « chrétienne » à la suite d’« anecdotes », a valeur de manifeste.

Des anecdotes chrétiennes

  • 69 [Reyre J.], « Préface », op. cit., p. IV.
  • 70 Ibid., p. IV.

23Cette identité chrétienne de la morale transmise par ces trois recueils d’anecdotes est réaffirmée par les auteurs au-delà du choix déjà significatif du titre de leurs œuvres. Le P. Reyre assure que son ouvrage a pour but de favoriser « l’observation des préceptes et des conseils évangéliques » et de permettre à son lecteur de « parvenir au degré de perfection où la religion nous appelle69 ». Et il qualifie de « sublime morale » l’enseignement de la religion70. La gravure de la page de garde de son ouvrage confirme cette vue des choses : elle présente une femme qui montre le ciel à trois enfants qui la suivent et dont l’un tient à la main un livre sur lequel est écrit Anecdotes chrétiennes. Sa légende en éclaire le sens :

Imitez, mes enfans, les hommes vertueux,
Dont les noms sont ici consacrés par l’histoire
En suivant leur exemple au séjour de la gloire
Vous parviendrez un jour comme eux.

24C’est bien la marche de ses jeunes lecteurs vers le Paradis, le séjour de la gloire chrétienne, que le P. Reyre entend favoriser par les anecdotes tirées de l’histoire ecclésiastique qu’il leur propose.

  • 71 [Blocquel S.-F.], « Avis du libraire-éditeur », La Morale chrétienne, p. VII.
  • 72 Lemaire H., op. cit., 1820, p. II.

25Pour l’éditeur de La Morale chrétienne, « MM. les instituteurs peuvent être persuadés qu’en le donnant à leurs élèves, cet ouvrage leur inspirera le désir de pratiquer toutes les vertus chrétiennes71 ». De son côté, Henri Lemaire indique dans le sous-titre de ses Anecdotes chrétiennes qu’elles « sont propres à entretenir chez les Jeunes gens des deux sexes l’amour de la Religion, et à la leur faire pratiquer dans les différentes conditions de la vie ». Il précise cependant dans sa préface, que « le trop de mysticité de quelques narrateurs anciens [est] très-propre à dégoûter les jeunes gens de la lecture de leurs relations, qui peuvent avoir été faites, après tout, pour des cloîtres ou des séminaires », laissant entendre qu’il ne tombera pas dans ce travers. Au contraire, il entend offrir un discours « convenable aux personnes destinées à vivre au sein de la société et dans ses liens » car, « quand on écrit pour le monde, il faut se mettre à la portée du monde72 ».

  • 73 [Reyre J.], op. cit., p. V.
  • 74 Lemaire H., op. cit., 1817, p. VII.
  • 75 Ibid., p. VIII.

26Il faut relever qu’au-delà de la seule jeunesse, nos auteurs entendent bien s’adresser à toutes les générations. Ainsi, pour le P. Reyre, les avantages à retirer de la lecture de son livre concernent les jeunes, destinataires principaux de son travail, « mais encore toutes les personnes qui ont conservé quelque attachement pour la Religion, quelque goût pour la piété73 ». Pour Henri Lemaire, son ouvrage paru en 1817 « a aussi l’avantage de pouvoir être utile aux hommes […] de tous les âges74 », et il précise qu’« on le lira à neuf ans pour apprendre à connaître la vertu ; à dix-huit ans pour s’instruire à la pratiquer ; à quarante pour se maintenir dans ses bonnes mœurs ; et plus tard il sera encore un mémorial et un consolateur précieux75 ».

Une morale de combat

  • 76 [Reyre J.], op. cit., p. V.
  • 77 Ibid., p. III-IV.

27Pour nos trois auteurs, cette morale chrétienne est considérée comme supérieure aux autres et leurs propos s’inscrivent volontiers dans une démarche polémique et apologétique. Ainsi le P. Reyre, en 1801, juste au lendemain de la Révolution française, se rattache ouvertement au courant catholique antiphilosophique, traditionnel chez les jésuites du XVIIIe siècle : il affirme que les jeunes lecteurs de ses Anecdotes chrétiennes « sentiront du moins combien les hommes que dirige et anime ma Religion, l’emportent par leurs sentimens et par leur conduite, sur ceux qui ne suivent que les penchans de la nature corrompue, ou les maximes de la Philosophie moderne ; et en comparant les désordres et les vices qu’on remarque ordinairement dans ceux-ci, avec la sagesse et les vertus qu’on ne peut s’empêcher d’admirer dans ceux-là, ils seront forcés de reconnoître qu’il n’y a que le vrai chrétien qui puisse être véritablement sage et solidement vertueux76 ». Aucun doute n’est possible pour lui : « rien n’est plus capable d’élever, de perfectionner l’homme que la doctrine que [le christianisme] nous enseigne77 ».

  • 78 Ibid., p. IV.

28Et, sans craindre l’affrontement, il veut contrecarrer l’influence des « incrédules » et des « libertins » qui présentent les préceptes et les conseils évangéliques comme « impraticables » ou « comme une pieuse chimère ». Mais il entend justement que ces anecdotes permettent à ses lecteurs de se convaincre que les adversaires des préceptes chrétiens les dénigrent « uniquement parce qu’ils n’ont pas le courage de les pratiquer », contrairement aux héros de ses anecdotes78. Et il présente, comme l’ont fait bien souvent avant lui les moralistes, ces recueils d’anecdotes comme des antidotes aux vices de l’époque :

  • 79 Ibid., p. V.

Dans un temps où le vice corrupteur se présente de toute part aux yeux des jeunes gens, il est plus nécessaire que jamais d’offrir à leurs regards la sainte image de la vertu ; et puisque dans le monde, ils ne rencontrent que des désordres capables de les scandaliser, il faut qu’ils trouvent du moins dans les livres, des exemples qui les édifient79.

La Révolution

  • 80 Ibid., p. VI. « Joseph Reyre semble avoir été le premier à attirer l’attention d’un large public su (...)

29L’allusion aux vices corrupteurs des temps résonne de façon particulière dans les milieux catholiques français entre 1801 et 1824. Les mises en cause de la morale des philosophes visent aussi de façon transparente les révolutionnaires, même s’ils ne sont pas nommés directement – peut-être par prudence en 1801 et parce qu’ils sont moins d’actualité en 1820 et en 1824. Il faut souligner une approche différente des événements de la Révolution française par le P. Reyre et Henri Lemaire. L’ancien jésuite, qui a fait l’expérience de la prison en 1794, annonce clairement son choix dans le titre de son ouvrage qui paraît alors que la Révolution est déjà terminée pour certains ou s’achève pour d’autres, puisqu’il indique qu’il y traitera d’Anecdotes chrétiennes ou recueil de traits d’histoire choisis auxquels on a ajouté les grands exemples de vertu qu’ont donné les Catholiques Français pendant la Révolution. Il confirme ce choix dans sa préface : « J’ai surtout beaucoup insisté sur les actes héroïques par lesquels plusieurs Catholiques François se sont signalés pendant la Révolution, afin qu’en les lisant, les âmes Chrétiennes puissent avoir la consolation de se dire que si notre Patrie a donné de grands scandales, elle les a en quelque sorte réparés par de grands exemples ; et que jamais la Religion et la piété n’ont brillé avec plus d’éclat, que dans ce siècle d’impunité et d’irréligion80. » Cette évocation s’inscrit d’ailleurs dans une démarche nationaliste : « les exemples domestiques font plus d’impression sur nous que les étrangers », affirme-t-il. Et il préfère retenir « les grands modèles que nous offre la France, à ceux qu’on peut trouver chez les nations étrangères ». Si, en 1802, le second volume des Anecdotes chrétiennes reprend, dans son sous-titre, la mention des « grands exemples de vertu qu’ont donné les Catholiques Français pendant la Révolution », ce n’est plus le cas dans les rééditions suivantes, dès 1807. Le sous-titre devient « recueil de traits d’histoire choisis, avec de grands exemples de vertu, pour servir à l’éducation de la jeunesse et à l’instruction de tous les fidèles », comme si les éditeurs voulaient s’adapter à la politique d’apaisement religieux conduite par Napoléon. Cependant, si la Révolution est désormais passée sous silence dans le titre, les récits sur les catholiques dans la période sont conservés dans l’ouvrage.

  • 81 Lemaire H., op. cit., 1820, p. III.
  • 82 Lemaire H., Histoire de la Révolution française, depuis l’année 1787 jusqu’en 1816. Ouvrage contena (...)

30Henri Lemaire, qui écrit vingt ans plus tard, sous la Restauration, se situe sur une position différente par rapport à l’évocation de ces événements révolutionnaires. Quoiqu’il en partage avec le P. Reyre une lecture critique, puisqu’il se réfère « aux malheurs et aux crimes qu’a enfantés notre révolution », il pense cependant, dans un esprit semblable à celui qui prévalut après l’Édit de Nantes, que l’oubli est nécessaire : « ce sont là des souvenirs qu’il faut perdre pour le bien général et la tranquillité de tous81 ». Et son recueil d’anecdotes ne fait donc pas de place à ce type de récits. Rappelons cependant qu’il a publié peu de temps auparavant, en 1816, une histoire en trois volumes de la Révolution française qu’il qualifie dans le titre même de son ouvrage de « grande calamité politique82 ». Ce qui laisse penser que, pour lui, la Révolution doit être évoquée d’un point de vue historique et politique et non pas servir à des polémiques religieuses.

  • 83 C’est le cas des éditions chez Rusand en 1816, 1819, 1820 et 1825, chez Jolly en 1822, chez Offray (...)

31Notons qu’après le décès du P. Reyre, les éditeurs de ses Anecdotes chrétiennes poursuivent les adaptations du titre au gré des aléas politiques. Ainsi la réimpression de la quatrième édition chez Rusand en 1816 est opportunément présentée comme « augmentée de traits relatifs à la famille des Bourbons » et plusieurs éditions portent ce sous-titre jusqu’à la Révolution de 183083. Les éditions suivantes font tout aussi opportunément disparaître cette mention dynastique, raccourcissant le sous-titre qui devient plus sobrement « recueil de traits d’histoire choisis pour l’éducation de la jeunesse et l’instruction de tous les fidèles ».

Le choix des anecdotes

  • 84 [Reyre J.], op. cit., p. VI.

32Les préfaces des ouvrages nous renseignent aussi sur le travail d’écriture des auteurs de ces recueils d’anecdotes. Leur première tâche est de sélectionner les anecdotes qu’ils souhaitent publier, en fonction de divers paramètres. Le premier d’entre eux est la taille que l’auteur souhaite donner à son ouvrage et qui conditionne le nombre d’anecdotes qu’il peut présenter. Quoique ce soit lui qui donne l’ouvrage le plus épais, le P. Reyre apparaît comme le plus sensible de nos trois auteurs à cette contrainte de la taille du volume. Dans sa préface, il note : « il m’eût été facile de multiplier les exemples, et de rendre ce Recueil beaucoup plus volumineux ; mais comme je craignais qu’il ne le fut trop, je me suis borné à choisir les traits qui m’ont paru les plus intéressans84 ». Mais il se réserve la possibilité de donner une suite à son travail « si le public le juge digne de son approbation », ce qu’il fera dès l’année suivante, en publiant un second volume aussi épais que le premier.

  • 85 Ibid., p. VI.
  • 86 L’abbé Augustin Barruel (1741-1820), ancien jésuite comme le P. Reyre, publie son Histoire du clerg (...)
  • 87 L’abbé Liévin-Bonaventure Proyart (1743-1808) a publié plusieurs biographies de membres de la famil (...)
  • 88 [Reyre J.], op. cit., p. VII.

33On pourrait penser que le choix des anecdotes doit aussi répondre à une volonté d’originalité car on peut supposer que l’auteur sait que son lecteur est en attente, dans ce domaine de la littérature comme dans les autres, de nouveauté. En 1801, le P. Reyre répond à cette attente supposée par un choix d’anecdotes contemporaines : « j’ai passé légèrement sur les Anecdotes des premiers siècles de l’Église, qui sont généralement connues, pour m’attacher particulièrement à celles de ces derniers temps, que bien des personnes ignorent85 ». Cependant, il précise avoir puisé ses récits dans l’Histoire du Clergé pendant la Révolution de l’abbé Barruel86 et dans les « différentes vies composées par l’abbé Proyart87 », deux prêtres et auteurs antirévolutionnaires de premier plan. Ce réemploi semble compromettre, en grande partie, la nouveauté des dites anecdotes. Mais cette contradiction n’a pas l’air d’en être une pour lui, comme si le travail de l’anecdotier ne pouvait être que de seconde main et comme si la reprise d’un récit déjà imprimé était une garantie de véracité donnée au lecteur. Le plagiat serait donc la norme dans la publication des anecdotes par souci d’authentifier la chaine de transmission du récit. Et, lorsqu’il donne des récits totalement inédits, c’est au nom du même souci de véracité et d’authenticité que le P. Reyre tient à rassurer son lecteur sur la qualité de ses sources : « si j’ai rapporté quelques Anecdotes qui n’ont pas encore été imprimées, c’est qu’elles m’ont été racontées par des hommes dignes de foi, et que j’avois tout lieu de croire qu’en les citant, je ne pouvois compromettre la vérité88 ». Sur ce point, l’anecdotier a des soucis d’historien.

Le mode d’écriture

34En matière d’écriture, le P. Reyre affiche une très grande modestie puisqu’il a choisi de recopier mot à mot les anecdotes qu’il a trouvées chez les autres. Et il s’en explique dans la préface de son ouvrage : « Quant au style que j’ai employé, pour ne pas m’approprier comme tant d’autres, une gloire qui ne m’appartient pas, je me crois obligé de prévenir les lecteurs, que ce style est celui des auteurs mêmes de qui j’ai emprunté les différents morceaux d’histoire que je rapporte. J’aurois craint de les gâter en y mettant le mien, et je n’ai fait le plus souvent que les copier. » Cette copie, qui n’est plus un plagiat dans la mesure où elle est annoncée, n’est cependant pas totalement fidèle puisque l’auteur reconnaît tout de même qu’il a retouché certains passages dans un souci pédagogique :

  • 89 Ibid., p. VIII.

je me suis cependant permis quelquefois d’abréger la narration de certains faits, et d’y ajouter quelques réflexions qui en sont comme le sens moral, parce que ces légers changemens et ces courtes additions m’ont paru nécessaires pour rendre ce Recueil plus utile et plus instructif89.

  • 90 Lemaire H., op. cit., 1820, p. I.
  • 91 Ibid., p. II-III.
  • 92 Ibid., p. I.
  • 93 Outre les ouvrages déjà signalés, le P. Reyre cite, comme faisant partie de ses sources, les Lettre (...)

35Une nouvelle fois, Henri Lemaire fait un choix opposé à celui du P. Reyre, qui, relève-t-il à juste titre, « de son propre aveu, n’a fait, la plupart du temps, que copier de côtés et d’autres, les pièces de son recueil : en cela nous différons de lui90. » Il souhaite en effet donner « une couleur uniforme de style » aux « morceaux détachés » que sont ces anecdotes rédigées par des plumes variées. Et ce, cette fois aussi, pour en améliorer la lecture afin qu’elle soit « moins fatigante et plus fructueuse », et pour la rendre plus pédagogique car, pense-t-il, les événements divers racontés de la même façon au fil des pages « se gravent plus facilement et plus profondément dans l’esprit des lecteurs91 ». Ce besoin vient peut-être du fait qu’il a allègrement pillé les deux volumes du P. Reyre pour composer celui qu’il publie, comme il le reconnaît dans une phrase habilement tournée : « on a déjà, écrit-il en effet, sous ce titre d’Anecdotes chrétiennes rassemblé dans un livre une grande partie des traits historiques ou particuliers que nous offrons en ce moment au Public92. » De ce fait, le style de certains de ces récits issus de plumes ecclésiastiques de la première et de la seconde moitié du XVIIIe siècle apparaît certainement démodé aux lecteurs du premier quart du XIXe siècle et exige cette mise au goût du jour93.

Construire le recueil

  • 94 Le seul élément d’organisation qu’il introduit pour distinguer les anecdotes est « un titre particu (...)

36Même si un style peut unifier un recueil d’anecdotes, il faut s’interroger sur la construction de ce type d’ouvrages formés, comme le dit Henri Lemaire, de « morceaux détachés ». L’auteur doit-il se préoccuper de l’ordre dans lequel il présente les récits qui composent son livre ? Et si oui, quel ordre adopter ? Le P. Reyre aborde la question sans détour dans sa préface. Se référant implicitement aux critères d’une rhétorique valorisant l’organisation du discours, il confesse : « j’aurois voulu pouvoir mettre dans cette compilation une suite méthodique qui enchaîna d’une manière naturelle les faits que je rapporte ». Pour faire aussitôt le constat de son échec en la matière : « mais comme cet enchaînement m’a paru impossible, le seul ordre que je me sois prescrit a été de n’en point suivre94 ». Cette réponse n’épuise cependant pas vraiment le sujet et semble une facilité. Devançant les éventuelles critiques, le P. Reyre explique que « l’espèce de confusion qui règne nécessairement dans un ouvrage du genre de celui-ci, ne sauroit [nuire] à son utilité. » Et, pour mieux se faire comprendre, il présente une comparaison horticole :

  • 95 Ibid., p. VII-VIII.

peu importe que les arbres d’un verger soient allignés avec art, ou épars ça et là sans simétrie, pourvu qu’ils produisent des fruits salutaires. Or, il en est de même des traits d’histoire que j’ai réunis dans ce Recueil. Il est indifférent qu’ils soient classés avec méthode, ou rapportés sans ordre, pourvu qu’ils inspirent des sentimens vertueux et chrétiens à ceux qui les liront95.

Diffusion des œuvres

  • 96 L’inventaire fait par le P. Sommervogel se révèle ici imprécis et incomplet (Cf. Sommervogel C., «  (...)
  • 97 Il semble que ce premier tome des Anecdotes chrétiennes soit l’unique ouvrage que Mlle Girard ait p (...)
  • 98 La préface du second volume commence ainsi : « comme le rapide débit qu’ont eu les Anecdotes chréti (...)
  • 99 Les années de parution sont 1807, 1810, 1812, 1813 (4e), 1816 (4e augmentée), 1819 (5e), 1820 et 18 (...)
  • 100 Les éditions chez Périsse paraissent en 1828, 1830, 1834, 1835, 1836, 1840, 1842, 1844, 1853, 1854, (...)

37De fait, les trois recueils d’anecdotes chrétiennes qui nous intéressent ici trouvent un public tout au long du XIXe siècle, comme en témoigne le nombre d’éditions de chacun d’eux. Pour les Anecdotes chrétiennes du P. Reyre96, l’on sait que les 4 000 exemplaires de la première édition du premier volume paru en 1801, à Lyon chez Mlle Girard97, s’écoulent rapidement et que, du fait de ce succès, un second volume paraît chez l’éditeur lyonnais Rusand dès 180298. La même maison en publie huit éditions en 2 volumes in-8° jusqu’en 182599. La maison Périsse, autre éditeur lyonnais, prend le relais en 1828 et donne douze impressions de l’ouvrage, également en 2 volumes, jusqu’en 1857100. En 1838, à Lyon toujours, Pélagaud et Leste, qui ont racheté la maison Rusand, en publient une nouvelle édition, elle aussi en deux volumes.

  • 101 C’est le cas de Méquignon jeune en 1824, de Beaucé-Rusand et de Boiste fils aîné en 1825, de D. Bel (...)
  • 102 Ces éditions paraissent chez Joly à Avignon en 1822 (2 vol.), chez Haener à Nancy en 1826 (2 vol.), (...)

38De leur côté, dans cette première moitié du XIXe siècle, plusieurs éditeurs parisiens mettent les Anecdotes chrétiennes à leur catalogue mais, semble-t-il, avec moins de succès que les maisons lyonnaises puisqu’elles se contentent quasiment toutes d’une seule édition101. Plusieurs éditeurs de province ne dépassent pas, eux non plus, l’unique édition en 2 volumes. C’est le cas à Avignon, à Nancy, au Mans, à Besançon et à Évreux102.

  • 103 Cf. Duprat C., Usages et pratiques de la philanthropie, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité soc (...)

39Sous Charles X, les Anecdotes du P. Reyre connaissent une diffusion beaucoup plus importante par leur intégration dans la littérature catholique de colportage : en effet, l’ouvrage de l’abbé Reyre fait partie des huit premiers titres de la « Bibliothèque catholique », édités par la Société catholique des bons livres, créée en 1824 pour diffuser la pensée catholique dans les campagnes perçues par la bourgeoisie catholique de la Restauration comme dangereusement déchristianisées à la suite de la Révolution française. On sait que chacun des ouvrages de cette Bibliothèque est diffusé à plus de 25 000 exemplaires103. Les Anecdotes y paraissent en 1825 en 3 volumes in-12 alors que la seconde édition, dans la même collection, parait en 1827 en un seul volume in-16.

  • 104 Ce Choix d’anecdotes chrétiennes extraites des meilleurs auteurs par l’abbé Reyre paraît en 1826, 1 (...)
  • 105 L’ouvrage figure dans la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne (1837, 1865, 1870, 1875, 1878, 1881 (...)
  • 106 Les Anecdotes chrétiennes font partie tour à tour de la Bibliothèque religieuse, morale, littéraire (...)
  • 107 Publiées en 1866, 1867, 1869 et 1872.
  • 108 Publiées en 1864, 1866, 1868, 1869, 1870, 1873, 1874, 1876 et 1878.
  • 109 L’édition de 1853 est tirée à 3 000 exemplaires, celle de 1855 à 4 500, celle de 1857 à 4 000, cell (...)
  • 110 Sur cette tradition des prix, voir Glénisson J., « Du livre de prix au livre de jeunesse : naissanc (...)

40L’édition en un volume avait déjà été choisie par Thiériot et Belin en 1824 et 1827 pour leurs Nouvelles anecdotes chrétiennes et par Beaucé-Rusand en 1825. C’est le modèle qui s’impose ensuite dans les années 1830 chez tous les éditeurs, au moment où les Anecdotes intègrent la littérature pour les écoles, qui se développent rapidement dans ces années, sous l’impulsion de la loi Guizot de 1833 sur l’éducation primaire. Plusieurs maisons d’édition, le plus souvent catholiques et de province, reprennent alors le titre et lui donnent une diffusion qu’il n’avait jamais connue jusque-là à travers un nombre important d’éditions jusqu’à la fin du siècle. Ainsi, à Lille, Letort publie douze fois l’ouvrage de 1826 à 1885, en modifiant légèrement son titre104. À Tours, Mame le publie à partir de 1837 et le réimprime vingt-sept fois jusqu’en 1891 dans ses différentes collections de livres de jeunesse105. À Limoges, les éditions Ardant en font autant de 1841 à 1881 avec au moins trente-deux éditions106, auxquelles il faut ajouter treize éditions sous les titres légèrement différents d’Anecdotes édifiantes107 et de Traits d’histoire et anecdotes108. À Rouen, les éditions Mégard en tirent plus de 20 000 exemplaires pour leur seule « Bibliothèque morale de la jeunesse » entre 1853 et 1863, comme l’a montré Michel Manson109. Pour ces quatre maisons (Letort, Mame, Ardant et Mégard) entre 1826 et 1891, on dépasse donc les 90 éditions, soit environ 400 000 volumes imprimés. Ces ouvrages ont en particulier servi de prix dans les écoles ou les petits séminaires. On peut, à titre d’exemple, signaler un exemplaire de l’édition Mame donné en premier prix le 17 août 1844 à une élève de 3e classe, de l’institution de Mme Sain-Claire, avenue des Champs-Elysées à Paris, ou un exemplaire de l’édition 1850 du même éditeur, donné en 3e prix de Pâques à Justin Bordage lors de la distribution des prix du 4 avril 1853 au Petit séminaire de Polignan (Haute-Garonne)110.

  • 111 Christelyke geschiedenissen of verzameling van uytgekozene daden der historie, tot onderrigting der (...)
  • 112 Christelyke geschiedenissen of verzameling van uytgekozene daden der historie, Gent, van Ryckegem-L (...)
  • 113 Christelyke Anecdoten of verzameling van uitgezochte geschiedenis trekken voor de opvoeding en het (...)

41Contrastant avec ces nombreuses éditions françaises et avec la traduction dans différentes langues d’autres ouvrages du P. Reyre, la diffusion à l’étranger des Anecdotes chrétiennes est plutôt réduite. On ne compte guère que quelques éditions en Belgique. Les publications en français paraissent à Liège, chez Duvivier, en 1826, et à Tournai, chez Casterman, en 1848. Les éditions en flamand se localisent à Saint-Nicolas en 1830-1832 et 1839111, à Gand en 1846 et 1851112 et à Tournai, chez Casterman à nouveau, en 1850113.

42Mais, en comparaison, les œuvres de Henri Lemaire et de Simon-François Blocquel connaissent une diffusion beaucoup plus… anecdotique. Les Anecdotes chrétiennes du premier ne bénéficient que d’une seconde édition chez le même éditeur, Emery, en 1824, tandis que ses Exemples célèbres, ou Nouveau choix de faits historiques et d’anecdotes ont droit à quatre éditions jusqu’en 1829. De son côté, La Vraie Morale mise en action, ou Choix d’anecdotes chrétiennes de S.-F. Blocquel ne semble pas avoir eu de seconde édition. Seule sa Morale chrétienne enseignée par l’exemple, choix d’anecdotes et de traits sublimes inspirés par la religion est rééditée en 1843.

  • 114 Il faut signaler la parution en 1851 par l’abbé Paul Jouhanneaud du Dictionnaire d’anecdotes chréti (...)

43Bilan et perspectives À l’aube du XIXe siècle, les anecdotes chrétiennes réussissent à trouver leur place dans la littérature anecdotique en prenant la suite des anecdotes morales de Laurent-Pierre Bérenger, auxquelles elles entendent cependant s’opposer en mettant en avant leur identité chrétienne, seule garante de moralité à leurs yeux. L’ouvrage phare de ce courant, celui du Père Joseph Reyre, très marqué par le souvenir des persécutions anticatholiques de la Révolution française, aurait pu mettre en danger sa carrière. Mais, dès 1807, les éditeurs de l’ancien jésuite ressentent le besoin d’adapter le titre du recueil pour lui conserver son actualité en misant sur sa dimension éducative, qui l’inscrit dans une littérature enfantine en pleine expansion. Le projet moraliste des auteurs est ainsi conservé et leurs œuvres peuvent entamer une carrière, dont la longueur aurait certainement étonné leurs auteurs eux-mêmes114.

44Une étude détaillée de ces nano-histoires que sont les anecdotes chrétiennes, à travers l’analyse des milieux sociaux qu’elles mettent en scène et des thèmes moraux qu’elles entendent promouvoir, permettrait de mieux comprendre la longévité de ces recueils. De même il resterait à étudier la circulation de ces anecdotes d’un recueil à l’autre ainsi que les choix faits par les éditeurs lors des différentes rééditions, jusqu’aux versions abrégées.

Notes

1 [Reyre J.], Anecdotes chrétiennes ou Recueil de traits d’histoire choisis auxquels on a ajouté les grands exemples de vertu qu’ont donné les Catholiques Français pendant la Révolution. Pour servir à l’éducation de la jeunesse et à l’édification de tous les fidèles, par l’auteur de l’Ami des Enfans et de l’École des jeunes Demoiselles, Lyon, Mlle Girard, 1801, in-8°, XII-395 p. et [Reyre J.], Anecdotes chrétiennes servant de suite à celles qui ont déjà paru, ou Nouveau recueil de traits d’histoire choisis auxquels on a ajouté les grands exemples de vertu qu’ont donné les Catholiques Français pendant la Révolution, pour servir à l’éducation de la Jeunesse et à l’édification de tous les Fidelles, par l’auteur du Mentor des Enfans et de l’Ecole des Jeunes Demoiselles, Lyon, Rusand, 1802, in-8°, II-400 p.

2 Lemaire H., Anecdotes chrétiennes ou choix d’anecdotes propres à entretenir chez les jeunes gens des deux sexes l’amour de la religion et à leur faire pratiquer dans les différentes conditions de la vie, Paris, Librairie de l’éducation d’Alexis Emery, rue Mazarine, 1820, in-12, 344 p.

3 [Blocquel S.-F.], La vraie morale mise en action ou choix d’anecdotes chrétiennes instructives et amusantes recueillies par Buqcello. s ; à l’usage des écoles, Paris, Delarue/Lille, Castiaux, s. d. [1824], 214 p.

4 Buqcello.s est l’anagramme de Blocquel S[imon] qui publie aussi sous les pseudonymes d’Ana-Gramme Blismon (anagramme de Simon Bl[ocquel]), de Cryptonyme Blismon, de Monblis, de Luc de Bloréquale ou de Julia Orsini.

5 [Blocquel S.-F.], Morale chrétienne enseignée par l’exemple, choix d’anecdotes et de traits sublimes inspirés par la religion, à l’usage de toutes les écoles, par Buqcello.s, Paris, Delarue - Lille, Castiaux, [1824], XII-298 p. Une réédition paraît en 1843.

6 Voir Duclos P., « Reyre (Jacques) », dans Dictionnaire de Spiritualité, t. 13, 1987, col. 505-506 ; Bertrand R., « L’abbé Reyre (1735-1812), l’auteur du Mentor des enfants », dans Provence historique, vol. 59, 2009, p. 471-483, et Pascal J.-N., « Reyre, Joseph », dans Nières-Chevrel I., Perrot J. (dir.), Dictionnaire du livre de jeunesse. La littérature d’enfance et de jeunesse en France, Paris, Éd. du Cercle de la Librairie, 2013, p. 598.

7 L’ouvrage devint Le Mentor des enfants en 1786. Le P. Reyre est d’ailleurs désigné dans le premier tome des Anecdotes chrétiennes comme l’auteur de L’Ami des enfants (1801) et comme celui du Mentor des enfants dans le second tome (1802). Sur Le Mentor des enfants, et son important succès éditorial, voir Pascal J.-N., « Un best-seller à géométrie variable du “livre de sagesse” à destination de l’enfance, le Mentor des enfants de l’abbé Reyre », dans Brucker N. (dir.), Le Livre de sagesse. Supports, médiations, usages. Actes du colloque de Metz (13-15 septembre 2006), Berne, Peter Lang, 2008, p. 201-221.

8 Sur L’École des demoiselles, voir Pascal J.-N., « La Lettre et la fable : sur Joseph Reyre et son École des jeunes demoiselles (1786) », dans Michalowsky U. (dir.), Sur la plume des vents. Mélanges de littérature épistolaire offerts à Bernard Bray, Paris, Klincksieck, 1996, p. 225-244.

9 Sur le Fabuliste des enfants, voir Pascal J.-N., « Mettre la morale religieuse en fables : sur deux recueils d’apologues publiés au tout début du XIXe siècle », Cahiers Roucher-André Chénier. Études sur la poésie du XVIIIe siècle, no 24, 2005, p. 89-115.

10 Voir ses Prônes nouveaux en forme d’homélie pour servir à l’instruction du peuple des villes et des campagnes (1809), et son Petit carême en forme d’homélies, ou Explication courte et familière de l’Évangile de tous les jours du Carême (1809).

11 Sur Henri Jeanmaire dit Henri Lemaire, voir Manson M., Les Livres pour l’enfance et la jeunesse publiés en français de 1789 à 1799, Paris, INRP, 1989, p. 128 et 201 ; et Moledina S., « Lemaire (Henry Jeanmaire dit) », Dictionnaire de biographie française, t. 20, 2003, col. 1430.

12 Quérard J., La France littéraire, Paris, Firmin-Didot, t. V, 1833, p. 127-129.

13 Voir, par exemple, Havelange I., Huguet F., Les livres pour l’enfance et la jeunesse de Gutenberg à Guizot, Paris, INRP, 1997, p. 395. La mort de l’auteur en 1808 y est indiquée et on lui attribue des ouvrages parus pour la première fois en 1825.

14 Beautés de l’histoire sainte (1811) ; Histoire de la Révolution française (3 vol., 1816) ; Vie de Jeanne d’Arc (1818) ; Beautés de l’histoire de la maison royale de France (1821) ; Histoire de l’empire de Turquie (1821) ; Histoire de France, depuis la mort de Louis XVI jusqu’au 1er août 1821 (1822) ; Beautés et bienfaits de la religion chrétienne (1823).

15 Morceaux choisis de Bourdaloue (1818).

16 Chefs-d’œuvre de morale, ou Recueil en prose et en vers de ce qui a été dit ou écrit de plus utile aux mœurs par les hommes qui ont acquis une grande célébrité dans les temps anciens et modernes, tels que Plutarque, Cicéron, Sénèque, Fénelon, Pascal (1820).

17 Beautés de l’histoire des voyages les plus fameux autour du monde et dans les deux hémisphères (1821).

18 Le Petit Robinson, ou les Aventures de Robinson Crusoé, trad. de l’anglais de D. Defoe et arrangées pour l’amusement de la jeunesse (1810) ; Petit Anacharsis, ou Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, abrégé de J.-J. Barthélemy, pour l’usage de la jeunesse (1820) ; Modèles de la jeunesse ou Nouvelles historiques composées pour l’instruction et l’amusement des deux sexes (1827).

19 Vie de Sainte Geneviève… modèle des jeunes personnes, ouvrage propre à former le cœur de la jeunesse par les instructions morales qui résultent des actions de la Sainte (1812) ; Vie de saint Vincent de Paule (sic), écrite en faveur de la jeunesse (1825) ; Vie de Fénelon, écrite en faveur de la jeunesse (1825).

20 Guide de la jeunesse à son entrée dans le monde ou Le retour des anciennes vertus ; leçons d’un oncle à ses neveux et à sa nièce, appuyées d’exemples et de morceaux de morale puisés dans la vie des personnages et dans les ouvrages des auteurs les plus célèbres (1818) ; Manuel moral de la jeunesse, ou Traité de morale et de conduite, particulièrement destiné aux jeunes gens des deux sexes, mais pouvant servir à régler la conduite des personnes de tous les âges et de toutes les conditions (1824).

21 L’Indispensable, ou Raisonnement humain, ouvrage utile à la jeunesse (1815), qui est une édition française de l’ouvrage du moraliste anglais Robert Dodsley († 1764), plus connu sous le titre L’économie de la vie humaine ou le bramine inspiré (1751). H. Lemaire en donne une seconde édition, la même année, intitulée L’Épictète de la jeunesse, ou Pensées morales sur les principaux devoirs de la société exprimées de manière à se graver facilement dans la mémoire (1815).

22 Correspondance morale d’un père avec son fils, ou Lettres d’un père à son fils et d’un fils à son père sur les moyens de surmonter les passions ordinaires aux jeunes gens, et de disposer ces derniers à faire choix d’un état (1823).

23 Récréations morales de l’enfance, ou Entretiens de plusieurs enfans avec leur père sur ce qui fait le fond de l’éducation de la jeunesse (1823).

24 Conseils d’un père à ses enfants. Ouvrage propre à former le cœur et l’esprit des jeunes gens des deux sexes, dont le principal objet est de leur apprendre à se présenter et à se conduire dans le monde, et renfermant une grande quantité d’anecdotes qui en font un livre aussi intéressant qu’instructif (1810) ; Les Exemples célèbres, ou Nouveau choix de faits historiques et d’anecdotes propres à orner la mémoire de la jeunesse et à lui inspirer l’amour de toutes les vertus qui peuvent faire le bonheur et la gloire de l’homme en société (1817) ; Anecdotes de l’enfance, ou Traits de courage et d’humanité, présence d’esprit, bons mots, saillies, reparties et réponses spirituelles de jeunes enfants (1834).

25 Contes moraux pour la jeunesse (1819) ; La Jeune Ursule, conte moral (1820).

26 Modèles de la jeunesse chrétienne, ou Exemples de piété, de charité et des autres vertus inspirées par la religion (1817) ; Le Nouvel écolier vertueux, ou Vie d’un jeune écolier proposé pour modèle à tous les jeunes gens de son âge (1817).

27 Cf. Vaucelles P., « Blocquel (Simon-François) », Dictionnaire de biographie française, t. VI, 1954, col. 685 ; Séguin J.-P., « Aperçu de l’histoire de l’imagerie à Lille de la fin du XVIe siècle à nos jours », et « Blocquel (Simon-François) », Exposition de l’image de Lille. Lille, Palais des Beaux-Arts, 25 novembre 1957-12 janvier 1958, Paris, Musée des arts et traditions populaires, 13 février-14 mai 1958, Paris, 1958, p. XI-XII et p. 37-38 ; Collins R. D. J., « Simon Blocquel, imagier et éditeur lillois », Journal de la Société des Océanistes, 1985, t. 41, no 81, p. 235-240.

28 Voir note no 4.

29 Le catalogue de la BnF contient pas moins de 185 fiches de livres édités ou réédités sous son nom ou ses divers pseudonymes.

30 L’Ami du peuple, almanach des connaissances utiles et amusantes (1842), Almanach de l’agriculteur, de l’industriel et des ménages (1843), Almanach perpétuel, scientifique, agricole, proverbial, historique, moral et prophétique (s. d.).

31 Le chansonnier national (1830), L’Art de désopiler la rate, ou le Chanteur comique (1851), Le Chansonnier de l’hymen (1855), Le Chansonnier des amis de la table et du vin (1855), L’Ami de la famille, couplets pour fêtes patronales, naissances, anniversaires, convalescences (1855), Le Bréviaire de Grégoire, recueil de chansons bachiques (1855).

32 Almanach des joueurs, ou Petite Académie des jeux (1849), Les Mille et un amusements de société, recueil de tours d’adresse, de cartes et d’escamotage (1853).

33 La Magie rouge. Crème des sciences occultes (1843), Manuel complet du démonomane (1847), Les Mille et un tours, ou Expériences de physique amusante et de magie blanche (1856).

34 Mulieriana, ou Recueil d’anecdotes sur le beau sexe (s. d.) ; Trésor des anecdotes sur les femmes, l’amour et le mariage (s. d.).

35 Jurisprudentiana, trésor des anecdotes de jurisprudence et recueil de faits singuliers relatifs à cette science (1858).

36 Sphinxiana, recueil curieux d’énigmes, de charades et de logogriphes (1855).

37 Beaux Traits de l’histoire des voyages, ou Anecdotes curieuses sur différens peuples des cinq parties du monde (1825).

38 Éloge de l’ivresse, des buveurs et du jus de la treille, suivi d’Ivrogniana, recueil d’anecdotes bachiques (1857).

39 Sermoniana, choix de sermons facétieux, bizarres, ridicules ou plaisants, suivi d’anecdotes curieuses sur les prédicateurs célèbres par leur talent ou par leur originalité (1858).

40 Le Trésor des bons mots, pensées, traits remarquables, etc. des personnages célèbres : Scarroniana, Fontenelliana, Moliérana, Fontainiana (1855).

41 Petit manuel de politesse. Traité de la civilité à l’usage des enfants (1813).

42 Le Nouveau Fablier à l’usage du jeune âge (1840).

43 Le Petit Voyageur français dans les cinq parties du monde (1829).

44 Manuel d’arithmétique ancienne et décimale (1811), Abrégé de toutes les sciences, ou Encyclopédie des enfans (1816), Précis de l’histoire de France, à l’usage de la jeunesse (1821), Le Nouveau Buffon de la jeunesse, ou Précis élémentaire d’histoire naturelle (1827), Géographie des enfants (1850).

45 Histoire abrégée de la vie et des vertus de saint Vincent de Paul (1826) et Histoire de Jeanne d’Arc, surnommée la Pucelle d’Orléans (1841).

46 Histoire abrégée de la vie et des miracles de N. S. Jésus-Christ, édition revue et publiée pour l’instruction de la jeunesse (s. d.), Le Clergé de France, recueil de faits retraçant les vertus des prêtres catholiques (s. d.), Vertus des chrétiens, ou Histoire et traits édifiants pour l’éducation de la jeunesse (1824), Les Beautés de la littérature morale et de l’éloquence religieuse, recueil de morceaux en prose, extraits des ouvrages… des écrivains et des orateurs les plus célèbres de tous les temps (1827).

47 La Morale de l’ouvrier, ou Choix d’anecdotes réunies pour consacrer les belles actions des artisans, et les encourager à en renouveler les exemples (1824), Étrennes morales et religieuses (1826), Morceaux choisis de littérature et de morale (s. d.), Variétés littéraires, anecdotiques et morales, album dédié aux dames (1855).

48 Il semble qu’on puisse opposer une première partie de son œuvre qui irait jusque dans les années 1830-1835 à une seconde partie marquée par un goût de plus en plus prononcé pour une littérature fantaisiste voire drolatique.

49 [Reyre J.], « Avis de l’éditeur », Anecdotes chrétiennes, op. cit., 1801, p. III. L’auteur donne en note la citation de Sénèque : Longum iter per præcepta, breve per exempla. La citation complète est : Longum iter est per praecepta, breve et efficax per exempla (Sénèque, Ép., 6, 5). Philippe Martin cite ce passage de J. Reyre pour introduire la catégorie des vies édifiantes dans la littérature religieuse de l’époque, sans mentionner que le P. Reyre ne vise pas ici les vies édifiantes mais les anecdotes chrétiennes (Martin P., Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003, p. 211).

50 [Reyre J.], op. cit., p. V.

51 « Avis du libraire-éditeur », dans [Blocquel S.-F.], Morale chrétienne, op. cit., p. V.

52 Ibid., p. V.

53 Ibid., p. VI.

54 [Reyre J.], « Avis du libraire-éditeur », op. cit., p. IV-V.

55 Lemaire H., « Préface », Les exemples célèbres ou nouveau choix de faits historiques et d’anecdotes propres à orner la mémoire de la jeunesse, et à lui inspirer l’amour de toutes les vertus qui peuvent faire le bonheur et la gloire de l’homme en société, Paris, Ledentu, 1817, préface, p. V.

56 Ibid., p. VI. On peut considérer que Henri Lemaire exprime ici, sans le nommer, un jugement sévère sur Arnaud Berquin (1747-1791) et son œuvre, dont la critique récurrente fera naître les termes péjoratifs de berquinade, berquinerie ou berquinisme dans les années 1840. Sur le conte moral et la berquinade, voir Marcoin F., Librairie de jeunesse et littérature industrielle au XIXe siècle, Paris, H. Champion, 2006, p. 15-64, et l’article d’Annette Baudron dans le présent volume.

57 Lemaire H., « Préface », op. cit., p. VI.

58 [Reyre J.], op. cit., p. III.

59 Des extraits des Vies parallèles de Plutarque avaient été publiés sous forme de recueil de sentences et d’anecdotes à l’époque moderne. Ainsi, par exemple, l’imprimeur Guillaume Silvius édite à Anvers en 1567 Le Trésor des vies de Plutarque, contenant les beaux dits et faits, sentences notables, réponses, apophthegmes et harangues des empereurs, rois, ambassadeurs et capitaines, tant grecs que romains. Claude Delandes fait de même à Tournon en 1601 avec Mémorables enseignemens et exemples moraux et civils tirez des dits et faits des hommes Illustres, Grecs et Romains, de Plutarque et de Sénèque.

60 Le P. Reyre fait allusion ici aux ouvrages de Charles Rollin (1661-1741), Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens, des Grecs (Paris, 1730-1738, 13 vol.) et Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium (Paris 1738-1748).

61 Cf. Dumas J.-B., Notice historique sur Laurent-Pierre Bérenger lue dans la séance publique de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, en date du 1er juillet 1823, Lyon, L. Boitel, 1836, 23 p., et Saussac R., Laurent-Pierre Bérenger. Le troubadour de Provence, Paris, L’Harmattan, 2012.

62 En 1810, L.-P. Bérenger publie, à Lyon, une Morale chrétienne en action, ou Choix d’histoires édifiantes, d’anecdotes, de contes moraux en deux volumes.

63 [Guibaud E.], « Préface », dans La Morale en action […] contenant le Manuel de la Jeunesse Françoise, Lyon, Paris, Périsse, 1787, p. V.

64 [Reyre J.], op. cit., p. III.

65 [Blocquel S.-F.], La Morale chrétienne, p. V.

66 [Blocquel S.-F.], La Vraie Morale mise en action, op. cit., préface, p. VI-VII.

67 [Bérenger P.-L.], « Avis du libraire-éditeur », dans La morale en action […] nouvelle édition augmentée par M. Hocquart, Tournai, Casterman, 1830, p. V. Edouard Hocquart (1789-1870) qui a repris l’ouvrage est présenté par l’éditeur comme « un homme de lettres, connu par des ouvrages Religieux et Monarchiques ».

68 [Blocquel S.-F.], « Avis du libraire-éditeur », La Morale chrétienne, p. V-VI.

69 [Reyre J.], « Préface », op. cit., p. IV.

70 Ibid., p. IV.

71 [Blocquel S.-F.], « Avis du libraire-éditeur », La Morale chrétienne, p. VII.

72 Lemaire H., op. cit., 1820, p. II.

73 [Reyre J.], op. cit., p. V.

74 Lemaire H., op. cit., 1817, p. VII.

75 Ibid., p. VIII.

76 [Reyre J.], op. cit., p. V.

77 Ibid., p. III-IV.

78 Ibid., p. IV.

79 Ibid., p. V.

80 Ibid., p. VI. « Joseph Reyre semble avoir été le premier à attirer l’attention d’un large public sur la mort de Mgr du Lau et l’exécution des religieuses d’Orange. » (Bertrand R., art. cité, p. 481.)

81 Lemaire H., op. cit., 1820, p. III.

82 Lemaire H., Histoire de la Révolution française, depuis l’année 1787 jusqu’en 1816. Ouvrage contenant des détails sur les événements les plus curieux de cette grande calamité politique, et des notes exactes sur les principaux personnages qui s’y sont fait remarquer, Paris, Ledentu, 1816, 3 vol. Cette histoire est rééditée en 1822.

83 C’est le cas des éditions chez Rusand en 1816, 1819, 1820 et 1825, chez Jolly en 1822, chez Offray en 1826 et en 1827 à Avignon, chez Méquignon en 1824 et Boiste en 1825 à Paris, et chez Haener en 1826 à Nancy.

84 [Reyre J.], op. cit., p. VI.

85 Ibid., p. VI.

86 L’abbé Augustin Barruel (1741-1820), ancien jésuite comme le P. Reyre, publie son Histoire du clergé pendant la Révolution française dès 1793 à Londres. Elle est rééditée plusieurs fois hors de France dans les années suivantes puis en 1797 à Paris. Cet ecclésiastique anti-révolutionnaire a développé dans ses Mémoires pour servir à l’histoire du Jacobinisme (1797-1799, 5 vol.) la théorie selon laquelle la Révolution est née d’un complot maçonnique anti-chrétien.

87 L’abbé Liévin-Bonaventure Proyart (1743-1808) a publié plusieurs biographies de membres de la famille royale de France, avant et après la Révolution. On peut citer la Vie du Dauphin, père de Louis XVI (1777), la Vie du Dauphin, père de Louis XV (1782), la Vie de la reine de France, Marie Lecksinska (1794), la Vie de Madame Louise de France : religieuse carmélite, fille de Louis XV (1808) et son Louis XVI et ses vertus aux prises avec la perversité de son siècle (1808), qui lui valut d’être emprisonné quelque temps avant sa mort. Ancien professeur de Maximilien Robespierre, il a aussi rédigé Vie et crimes de Robespierre surnommé le Tyran, depuis sa naissance jusqu’à sa mort (1795). Ses deux premiers ouvrages étaient des biographies édifiantes à destination de la jeunesse : L’Écolier vertueux ou Vie édifiante d’un Écolier de l’Université de Paris (1772) et Le Modèle des jeunes gens ou Vie de Souzi le Pelletier (1772).

88 [Reyre J.], op. cit., p. VII.

89 Ibid., p. VIII.

90 Lemaire H., op. cit., 1820, p. I.

91 Ibid., p. II-III.

92 Ibid., p. I.

93 Outre les ouvrages déjà signalés, le P. Reyre cite, comme faisant partie de ses sources, les Lettres édifiantes et curieuses, écrites des Missions étrangères, publiées par les jésuites entre 1723 et 1776, LHistoire de l’Église de l’abbé Bérault-Bercastel, parue en 24 volumes de 1778 à 1790, ou encore les Vies des pères, des martyrs et des autres principaux saints (1763-1782) de J.-F. Godescard.

94 Le seul élément d’organisation qu’il introduit pour distinguer les anecdotes est « un titre particulier qui en fait connoître l’objet » ([Reyre J.], op. cit., p. VII).

95 Ibid., p. VII-VIII.

96 L’inventaire fait par le P. Sommervogel se révèle ici imprécis et incomplet (Cf. Sommervogel C., « Reyre (Joseph) » dans Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bibliographie, t. VI, Bruxelles, Paris, 1895, col. 1691-1699 et t. IX, Supplément, 1900 col. 803).

97 Il semble que ce premier tome des Anecdotes chrétiennes soit l’unique ouvrage que Mlle Girard ait publié (Cf. Arbour R., Dictionnaire des femmes libraires en France, 1470-1870, Genève, Droz, 2003, p. 250).

98 La préface du second volume commence ainsi : « comme le rapide débit qu’ont eu les Anecdotes chrétiennes, dont on avait tiré plus de quatre mille exemplaires, me fait présumer qu’on en a trouvé la lecture agréable et utile, je crois pouvoir et devoir remplir la promesse que j’avois faite d’en donner un second volume, si le public daignoit accueillir favorablement le premier. » ([Reyre J.], Anecdotes chrétiennes servant de suite à celles qui ont déjà paru ou Nouveau recueil de traits d’histoire choisis, Lyon, Rusand, 1802, p. I).

99 Les années de parution sont 1807, 1810, 1812, 1813 (4e), 1816 (4e augmentée), 1819 (5e), 1820 et 1825.

100 Les éditions chez Périsse paraissent en 1828, 1830, 1834, 1835, 1836, 1840, 1842, 1844, 1853, 1854, 1856 et 1857.

101 C’est le cas de Méquignon jeune en 1824, de Beaucé-Rusand et de Boiste fils aîné en 1825, de D. Belin en 1827, de Bouland en 1830, de Saintin en 1837 et de Poussièlgue-Rusand en 1842. Seuls parmi les éditeurs parisiens, Thiériot et Belin réussissent à sortir une première édition en 1824 et une seconde en 1827.

102 Ces éditions paraissent chez Joly à Avignon en 1822 (2 vol.), chez Haener à Nancy en 1826 (2 vol.), chez Deis à Besançon en 1835 (2 vol.), chez Thinet et Costerousse en 1845 à Évreux, et chez Gallienne au Mans en 1849. Seul Offray à Avignon réussit, en province, à publier deux éditions, une en 1826 et l’autre l’année suivante, chacune en deux volumes.

103 Cf. Duprat C., Usages et pratiques de la philanthropie, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 1996, t. I, p. 417, note 39. En 1830, la société annonce avoir distribué en tout 1 600 000 volumes depuis sa fondation.

104 Ce Choix d’anecdotes chrétiennes extraites des meilleurs auteurs par l’abbé Reyre paraît en 1826, 1828, 1833, 1854, 1855, 1859, 1862, 1866, 1868, 1874, 1878 et 1885.

105 L’ouvrage figure dans la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne (1837, 1865, 1870, 1875, 1878, 1881, 1883, 1888), la Bibliothèque des écoles chrétiennes (1844, 1846, 1848, 1850, 1855, 1858, 1860, 1862, 1886, 1891) et sans mention de collection connue (1843, 1852, 1856, 1864, 1867, 1879, 1882, 1884 et 1887).

106 Les Anecdotes chrétiennes font partie tour à tour de la Bibliothèque religieuse, morale, littéraire pour l’enfance et la jeunesse (en 1841, 1845, 1853, 1857, 1859, 1862, puis dans une version raccourcie en 1865, 1866, 1868, 1869, 1873) et de la Bibliothèque chrétienne de l’adolescence et du jeune âge (1860, 1867, 1870, 1872, 1877, 1878, 1881). Ardant en donne aussi une édition revue par l’abbé Georges (1865, 1866, 1867, 1868, 1869, 1870, 1871, 1874, 1876, 1877). On note deux éditions hors collection (1861, 1863) et deux sous le titre La Morale chrétienne en action, choix d’anecdotes recueillies par l’abbé Reyre (1859, 1863).

107 Publiées en 1866, 1867, 1869 et 1872.

108 Publiées en 1864, 1866, 1868, 1869, 1870, 1873, 1874, 1876 et 1878.

109 L’édition de 1853 est tirée à 3 000 exemplaires, celle de 1855 à 4 500, celle de 1857 à 4 000, celle de 1859 à 6 000 et celle de 1863 à 3 000 (Manson M., Rouen, le livre et l’enfant, 1700-1900, la production rouennaise de manuels et de livres pour l’enfance et la jeunesse, INRP, 1993, p. 250).

110 Sur cette tradition des prix, voir Glénisson J., « Du livre de prix au livre de jeunesse : naissance d’une édition spécialisée », dans Glénisson J., Le Men S. (dir.), Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, 1994, p. 13-17.

111 Christelyke geschiedenissen of verzameling van uytgekozene daden der historie, tot onderrigting der geloovigen, Sint-Nikolaes, A.-L. Rukaert-van Beesen, 1830-1832, 2 vol., in-8° (Autre édition: 1839, 302 p.).

112 Christelyke geschiedenissen of verzameling van uytgekozene daden der historie, Gent, van Ryckegem-Lepère, 1846, in-12°, 302 p. (Autre édition: in-18, 1851, 306 p.).

113 Christelyke Anecdoten of verzameling van uitgezochte geschiedenis trekken voor de opvoeding en het onderwys der Jeugd. Uit het Fransch vertaeld door P. D. Cracco, Doornik (Tournai), J. Casterman en Zonen, 1850, in-18, VIII-260 p.

114 Il faut signaler la parution en 1851 par l’abbé Paul Jouhanneaud du Dictionnaire d’anecdotes chrétiennes, puisées dans les annales de la religion, dans les diverses vies des saints, dans les auteurs ascétiques, dans les ouvrages les plus moraux, dans un grand nombre d’autres recueils remplis de traits édifiants, enfin dans les histoires profanes, anciennes et modernes, françaises et étrangères, propres à enrichir toutes les facultés de l’esprit et à sanctifier toutes celles du cœur. L’ouvrage paraît dans la Nouvelle encyclopédie théologique, publiée par l’abbé Migne. Il connaît trois éditions (1851, 1857 et 1863) mais cet ouvrage, s’il garde le projet édifiant des anecdotes chrétiennes, ne s’inscrit pas dans la littérature de jeunesse.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search