Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Troisième partie. Anecdote et système de valeurs

Anecdotes et éducation morale dans Les Lectures pour les enfans ou choix de petits contes

Annette Baudron

Résumé

S’inspirant des philosophes qui cherchent à toucher de nouveaux publics, les publications pour l’enfance utilisent des formes variées pour « instruire et amuser » leurs jeunes lecteurs. Les Lectures pour les enfants ou choix de petits contes publiés par Arnaud Berquin entre 1775 et 1785 introduisent des anecdotes au fil des volumes. L’étude de ces anecdotes montre qu’elles jouent un rôle de caution du discours moral en l’inscrivant dans une réalité suggérée par les exemples de vertu qu’elles proposent.

Texte intégral

  • 1 Sans doute faut-il plutôt parler des définitions dont Dany Hadjadj a proposé une étude dans « L’An (...)
  • 2 5e édition, 1798.
  • 3 Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition, 1986.

1La définition de l’anecdote a évolué depuis le XVIIIe siècle1. Présentée dans le Dictionnaire de l’Académie française comme « une particularité secrète d’Histoire qui avait été omise ou supprimée par les historiens précédents2 », l’anecdote, dont la racine grecque signifie « choses inédites », est aujourd’hui considérée comme « le récit d’un fait curieux ou peu connu, révélateur d’un personnage, des mœurs d’une époque »3 et se distingue des faits-divers, ces incidents de caractère dramatique relatés dans la presse, dans une rubrique dédiée.

  • 4 Coulet H., « Le récit court en France au XVIIIe siècle », dans Cook M. et Plagnol-Dieval M.-E. (di (...)
  • 5 Ibid., p. 20.

2Cette distinction n’existait pas au XVIIIe siècle et l’on trouve aussi bien l’un que l’autre type de récits dans les périodiques sous la rubrique « anecdotes ». Ces textes côtoient dans des recueils qui les compilent, les contes et les nouvelles, des formes qu’Henri Coulet4 préfère regrouper sous le terme de « récits courts » tant il est parfois difficile de démêler la fiction du réel. Dans ces publications du XVIIIe siècle, « les mots histoire, nouvelle, anecdote désignent aussi bien des récits authentiques que des fictions5 ». Ces recueils se multiplient et visent tous les publics y compris un nouveau lectorat qui se constitue au cours du siècle et qui se caractérise par l’enfance, la jeunesse.

3Publiée pour le divertissement, comment l’anecdote parvient-elle à entrer dans le champ de l’éducation morale, quel rôle entend-on lui faire jouer ? Quel imaginaire de la vertu – fondement de l’éducation morale – contribue-t-elle à construire ?

  • 6 Filassier J. J., « Avertissement », Dictionnaire historique d’éducation, ou sans donner de précept (...)
  • 7 Ibid., p. viij.

4« Jamais on n’a mieux senti que dans notre siècle, la nécessité d’une bonne éducation : jamais on n’a tant écrit sur cette importante matière… » Ces mots empruntés à J. J. Filassier ont été écrits en 1771 dans l’Avertissement qui ouvre son Dictionnaire historique d’éducation6. Ils rendent compte de l’importance que l’éducation a prise tout au long du XVIIIe siècle. Cette préoccupation est à l’origine d’un nombre croissant de publications qui traitent du sujet mais également d’ouvrages destinés aux jeunes lecteurs. Les premières tentatives pour s’adresser au plus grand nombre datent des années 1750 avec Le Magasin des enfans de Marie Leprince de Beaumont (1756). D’autres auteurs suivent ses pas et les publications pour la jeunesse se multiplient. Le Dictionnaire historique d’éducation est l’une d’entre elles. Il a la particularité de proposer, sur près de 1500 pages, des centaines d’anecdotes extraites de l’histoire religieuse, de l’histoire ancienne et moderne, « une collection raisonnée de tout ce que l’Histoire offre de plus instructif & de plus agréable : c’est l’histoire des vertus qui embellissent les annales de tous les peuples du monde7 ».

  • 8 Ibid., p. ix.
  • 9 La Condamine, Lettre critique sur l’éducation, A Paris, chez Prault père, 1751, p. 37.
  • 10 Rousseau J.-J., Émile ou de l’éducation, livre III, [1762], Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque (...)

5L’intérêt du XVIIIe siècle pour la question de l’éducation des enfants conduit à interroger leurs lectures. « Il y a longtemps que l’on se plaint, avec raison, de n’avoir point de livres à donner aux enfans8 » note Filassier. Le Dictionnaire historique d’éducation, en sa forme spécifique, tente de répondre à une demande récurrente des auteurs de traités d’éducation qui s’opposent à la vogue des contes merveilleux. En 1751, dans sa Lettre critique sur l’éducation, La Condamine blâme ces textes « qui ne sont propres qu’à laisser dans un cerveau faible des impressions ineffaçables d’avarice, de frayeur, de haine, de vengeance ». Pensant au jeune lecteur, il exhorte les auteurs « à former son cœur et son esprit à la fois, en captivant son attention par des récits véritables d’action d’humanité, de justice, de courage, de reconnaissance, de désintéressement, de générosité9 ». Il n’est pas le seul à réclamer que l’on mette d’autres ouvrages dans les mains des enfants. Rousseau qui n’en propose qu’un seul dans Émile s’interroge : « N’y aurait-il pas moyen de rapprocher tant de leçons éparses dans tant de bons livres, de les réunir tous sous un objet commun, qui put être facile à voir, intéressant à suivre, et qui put servir de stimulant10 ? »

  • 11 L’ouvrage de D. Defoe n’était pas destiné à la jeunesse.

6Ce livre, Rousseau pense l’avoir trouvé dans Robinson Crusoé11 mais d’autres réclament des ouvrages spécifiquement conçus pour la jeunesse. D’Alembert reprend le même motif dans ses Réflexions sur l’Histoire lues à l’Académie française le 19 janvier 1761 :

  • 12 DAlembert, Réflexions sur l’Histoire, lues à l’Académie française dans la séance publique du 19 j (...)

Mais pourquoi bornerait-on l’étude de l’Histoire à n’être pour les enfants qu’un exercice de mémoire ? Pourquoi n’en ferait-on pas le meilleur catéchisme de morale qu’on put leur donner en réunissant sous leurs yeux dans un même livre les actions et les paroles mémorables12 ?

7En réponse à ces demandes, J. J. Filassier propose une compilation de multiples anecdotes ou extraits d’ouvrages qu’il a organisés à partir d’entrées alphabétiques qui vont d’« Abnégation » à « Zèle » qui clôt le second volume.

8S’adressant à un public de lecteurs adolescents, l’ouvrage a un caractère austère en raison de l’absence de variété dans les formes narratives et d’une typographie peu aérée. Le choix des lectures et leur commentaire sont laissés au co-lecteur de l’enfant : précepteur, maître de pension ou parents.

9Les Lectures pour les enfans ou choix de petits contes, objet de cette étude, s’adressent à un public sensiblement plus jeune. Elles ont été publiées sans nom d’auteur en 1775. Quelques-unes des anecdotes du Dictionnaire historique d’éducation y sont reprises.

10L’ouvrage, dont la dernière édition augmentée est publiée par Arnaud Berquin au « Bureau de l’Ami des enfans » en 1785, se présente sous la forme de petits in-18 à la typographie soignée et aérée, permettant une lecture plus aisée pour un lecteur peu expérimenté.

Publication et réception

  • 13 La citation des auteurs dans le volume inaugural d’une série dont il est difficile de savoir si el (...)

11L’histoire éditoriale de l’ouvrage présente quelques particularités. Publié dès l’origine, en 1775, avec privilège du Roi, le bénéficiaire n’en est pas mentionné. L’ensemble se présente sous la forme d’une compilation de textes ou d’extraits d’auteurs du XVIIIe siècle, mais non exclusivement. Le nom de Berquin apparaît à plusieurs reprises dans le premier volume, le seul à comporter les noms des auteurs de la plupart des textes. Il côtoie Voltaire dont on donne le conte Jeannot et Colin, Montesquieu avec l’Histoire des Troglodytes extraite de la lettre XIV des Lettres persanes, Saint-Lambert, Gessner, Marmontel, Fénelon13. Dès ce premier volume, la variété des formes narratives est inscrite dans l’ouvrage avec des textes en vers, un drame de Garnier, des fables de Saint-Lambert et La Fontaine, un conte de Voltaire, et déjà deux textes qui se présentent comme des faits divers ou des anecdotes dont l’une est signée M. d’Arnaud, l’autre restant anonyme.

  • 14 L’ouvrage a fait l’objet d’augmentations au cours de trois éditions en 1777, 1783 et 1785. L’exemp (...)

12Les volumes suivants, dont nous ne connaissons pas l’ordre exact de publication14, s’enrichissent de récits épistolaires et font la part belle aux anecdotes que l’on trouve en plus grand nombre, notamment dans les volumes 2 et 3. Le volume 5 présente quant à lui la particularité de ne comporter que quatre textes dont trois sont des dialogues portant sur des points de religion.

  • 15 L’Année littéraire, vol. VII, lettre XV, 14 décembre 1775, p. 346-347.
  • 16 Mercure de France, janvier 1776, second volume, A Paris, chez Lacombe, p. 85.

13Dès la publication du premier volume, les échos des gazettes sont favorables. L’Année littéraire le considère comme un ouvrage « très agréable et surtout extrêmement utile pour les enfants de toutes conditions15 », tandis qu’au début de l’année suivante le Mercure de France salue « l’attention qu’a eu l’éditeur de ne recueillir que les traits les plus capables d’inspirer à la jeunesse de la docilité, de la bienfaisance, de l’amour pour la vertu16 ».

14Berquin fut-il intéressé dès le début à la publication ? 1775 est pour lui une période de forte activité éditoriale. Son premier volume d’Idylles, publié l’année précédente, a été salué par la critique littéraire qui l’a encouragé à poursuivre. En cette année 1775 l’écrivain, né à Bordeaux en 1747, en donne un second volume, ainsi qu’un opuscule de traductions de textes anglais.

15Il entre dans ces années-là dans le cercle des proches de l’éditeur Panckoucke qui lui confie la charge de précepteur de ses filles. Cette activité le conduit à s’intéresser aux ouvrages pour la jeunesse qui sont publiés en Allemagne mais également en Angleterre.

16À partir de 1782, il se consacre à l’édition d’ouvrages pour l’enfance en donnant le premier périodique pour cet âge : l’Ami des enfans dont le succès lui permet d’ouvrir le « Bureau de l’Ami des enfans », organe de distribution de ses publications destinées à la jeunesse. Pour composer son périodique ainsi que le suivant, destiné aux adolescents, Berquin empruntera beaucoup aux littérateurs de langue allemande et anglaise.

17Élevé dans le monde du négoce bordelais, Berquin pratique la promotion de ses ouvrages ainsi qu’une politique commerciale attractive en offrant des exemplaires gratuits pour l’achat de plusieurs séries. Ce bonus commercial nous renseigne un peu plus sur le public visé. Au-delà des particuliers à qui il conseille ses ouvrages comme récompense pour les enfants, il s’adresse également aux maîtres et maîtresses de pension qui accueillent de jeunes élèves.

18Dès 1782, il conseille aux lecteurs de l’Ami des enfans d’acheter des Lectures pour les enfants. Celles-ci figureront régulièrement dans le catalogue des ouvrages proposés par le « Bureau de l’Ami des enfans », que ce soit l’édition de 1783 ou bien celle de 1785 qui voit l’ouvrage s’étendre à 5 volumes.

Ce que les anecdotes racontent au jeune lecteur

19La visée morale de l’ouvrage est annoncée dès son titre : Lectures pour les enfants ou choix de petits contes également propres à les amuser et à leur inspirer le goût de la vertu. Notons que le terme « anecdote » n’apparaît pas. Il sera introduit en sous-titre dans certaines éditions du XIXe siècle. Ce titre évoque deux aspects repris par nombre des auteurs du XVIIIe siècle en matière d’éducation : instruire et amuser, inspirer le goût de la vertu et divertir, ne pas séparer l’utile de l’agréable. Si la variété des formes et la brièveté des textes contribuent au second c’est bien le premier, l’utilité, que vise le contenu des textes et le choix des anecdotes. Pour mettre en scène la vertu, deux voies s’offrent aux auteurs : inspirer le dégoût du vice ou susciter l’émulation pour les modèles vertueux.

20L’ouvrage choisit la seconde voie, par la mise en scène de la vertu, c’est-à-dire de « tous les devoirs de l’homme » selon l’Encyclopédie.

21En quoi les anecdotes participent-elles à l’élaboration ou au renforcement de ce message ? Quel imaginaire de la vertu contribuent-elles à dessiner ?

  • 17 L’anecdote, comme le souligne Henri Coulet à propos des récits courts, appartient au domaine publi (...)

22Trente-quatre anecdotes ont été retenues, réparties inégalement dans les volumes 1 à 4, et dont l’origine n’est pas toujours connue. Pour celles qui ont été identifiées, six d’entre elles se trouvent dans le Dictionnaire historique d’éducation de Filassier, deux sont extraites du Mercure de France (1771 et 1778), deux proviennent du Journal encyclopédique ou universel (1778). L’une est d’origine anglaise et une autre provient des Affiches du Poitou publiées par le Journal encyclopédique ou universel17.

23Avant de s’intéresser au contenu moral, il est nécessaire d’interroger les textes. Qui est mis en scène ? Dans quels espaces géographiques voyage-t-on ? De quels temps historiques est-il question ? De qui parle-t-on dans ces anecdotes ? S’agit-il de proposer des modèles auxquels le lecteur peut facilement s’identifier ou alors de l’imprégner des conduites d’ancêtres prestigieux ? S’agissant d’ouvrages destinés à l’enfance, quelle place est faite à l’enfant héros ?

  • 18 Pour limiter les notes de bas de page, les titres des anecdotes sont regroupés à la fin de l’artic (...)
  • 19 Berquin développe le sujet en recourant à la forme dramatique dans un premier opus qu’il intitule (...)

24Il apparaît que l’enfant n’est pas le sujet des anecdotes contrairement aux autres textes publiés dans le recueil et notamment aux drames. Une seule anecdote met en scène un enfant, fils d’un soldat (3)18. Celle-ci fera d’ailleurs l’objet d’une reprise par Berquin dans son premier périodique, sous une forme largement développée19.

25S’adressant à un public issu de la bourgeoisie aisée ou de la petite noblesse, quels sont les protagonistes des récits ? La distribution sociale des personnages centraux est variée : la moitié des textes mettent en scène des puissants (roi, empereur, princes français ou étrangers, grands du royaume), sept concernent des personnalités du monde des lettres, des sciences, de la philosophie (Gassendi, Descartes, Cochin). Les autres évoquent des gens de modeste extraction : un soldat (10 et 15), un peintre (7), un marin (34), un paysan (4), des prisonniers (2) ou des Indiens d’Amérique (6). La fonction de modèle n’est donc pas réservée à une élite sociale et est accessible à tous. Seuls les actes fondent l’individu comme modèle.

26Concernant la géographie, les lieux évoqués sont multiples et ne se limitent pas au territoire national. Si bon nombre d’anecdotes se passent en France, à Paris (10), à Poitiers (15), l’hexagone n’est pas le lieu exclusif des séquences rapportées. Le lecteur voyage en Europe, notamment en Autriche (9), en Angleterre (33), en Italie (7), et plus loin en Fionie (4), mais également en Afrique du Nord avec l’évocation d’Alger (2), en Amérique du Nord avec des Iroquois (6), ainsi qu’en Orient et en Chine (28). Cette diversité des lieux fait écho au cosmopolitisme des Lumières. Elle ouvre l’horizon du lecteur sur une altérité riche d’enseignements et l’invite à dépasser les préjugés.

27Quant à l’inscription temporelle des anecdotes, le jeune lecteur est également invité à un voyage dans le temps, revisitant l’Antiquité par l’évocation de Pline (8), de Platon (27) ou de Marc-Aurèle (23), et remontant le cours de l’Histoire de France avec Louis XI (29), Louis XII (14), Turenne (30), Montmorency (11). Il faut noter que l’Histoire sainte est complètement absente de l’ensemble des anecdotes retenues pour l’ouvrage, seule l’histoire profane est convoquée. Le mouvement philosophique qui vise à inscrire la vertu dans une morale laïque est ici à l’œuvre.

Ce que les anecdotes enseignent au jeune lecteur

28Outre les disparités que nous avons observées dans la sociologie des personnages, dans la dispersion géographique et temporelle, les valeurs morales dont l’ouvrage se veut porteur sont également plurielles.

29Les vertus cardinales de courage et de justice se déploient sous diverses approches. Le courage au nom de la piété filiale est représenté par un fils qui s’engage à l’armée pour sauver son père de la prison (1) et par un enfant qui se prive de nourriture par respect pour ses parents dans la misère (3). C’est aussi Pline qui accepte le risque de périr sous les cendres du Vésuve pour sauver sa mère. Le courage soutenu par l’amitié est évoqué à travers le récit de deux prisonniers s’échappant solidairement par la mer alors que l’un d’eux ne sait pas nager et que l’autre manque d’y laisser la vie (2). C’est également le courage lié à la reconnaissance qui pousse un officier algérois à défier l’autorité de son chef pour sauver un officier français (21).

30La justice est présente dans des anecdotes qui mettent en scène l’égalité de tous devant la loi : un prince anglais n’y échappe pas à Londres malgré son rang (12) et l’empereur de Vienne fait droit à la pauvre fille qui s’est confiée à lui sans le reconnaître (9). Il faut noter le contraste des deux situations : la justice s’abat sur le prince tandis que la jeune fille voit rétablir une pension due à son père pour services rendus.

31D’autres qualités morales sont proposées en exemple. La magnanimité et la modération font l’objet d’une succession d’anecdotes, publiées ensemble sous un titre commun : Exemples de modération. Elles évoquent Louis XI et Louis XII, Turenne en plusieurs occasions, le président du grand tribunal des crimes de Pékin, Saladin etc… (28 à 31). Elles concernent des hommes de pouvoir. L’effet de série que provoque le regroupement de ces courtes mentions renforce le message tout autant que le cosmopolitisme des personnages.

32Les hommes de lettres, les hommes de sciences, les grands soldats du royaume sont présentés comme des modèles de modestie, sachant rester dans l’ombre lorsque leurs fonctions ne les appellent pas sur le devant de la scène. Platon, Gassendi voyagent sans se faire connaître, Cochin refuse les lauriers que lui tresse une dame de qualité qu’il vient de défendre devant le Parlement.

33Les exemples de bienfaisance et de générosité sont choisis parmi les différentes strates de la société. Elles ne sont pas l’apanage d’un groupe en particulier. Elles sont l’œuvre d’un prêtre de paroisse (5), d’un modeste artisan de Modène envers un jeune peintre désargenté et malade (7), mais également du cardinal d’Amboise (32), du duc de Montmorency avec un paysan ou bien ses domestiques (11). Toutes ces leçons sont renforcées par une anecdote anglaise qui donne à voir les conséquences désastreuses de l’individualisme prôné par certains penseurs anglais lorsque leurs préceptes sont appliqués à la lettre (33).

  • 20 Alain Montandon note, dans sa préface, que l’anecdote, outre « sa fonction d’exemplarité » qui jou (...)

34Si les anecdotes n’apportent rien de nouveau quant au contenu moral de l’ouvrage, elles entrent en résonance avec les autres textes et amplifient leur message. Elles l’inscrivent dans une réalité supposée20 des comportements mis en scène par ailleurs dans les fictions. Leur choix participe de l’entreprise d’éducation au même titre que les historiettes et nous renseigne sur la position de Berquin quant à son rapport à la notion de vertu.

Ce que les anecdotes nous apprennent

  • 21 Cité par Bonnet J.-Cl., Naissance du Panthéon – Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayar (...)
  • 22 Berquin A., « Courage et bienfaisance d’un paysan », Le livre de famille suivi de la Bibliothèque (...)

35Plusieurs thématiques sont appuyées par ces anecdotes. Celles-ci participent à la redéfinition du mérite qui est mise en œuvre dans la seconde moitié du siècle. Jean-Claude Bonnet a montré comment les philosophes avaient été conduits à questionner le critère de valeur, autrefois fondé sur la notion aristocratique de vaillance. Cette nouvelle perception du « grand homme » avait imprégné la société jusque dans l’institution académique. Fontenelle avait « dénoncé la fausse gloire en souhaitant que soit exclusivement pris en compte désormais le mérite personnel21 ». Les anecdotes des Lectures témoignent d’un déplacement de la notion de valeur. Les actions de courage et de vaillance ne sont plus le fait des grands officiers, elles ne les définissent plus. Nul fait d’armes n’est exposé, nul combat où le sang aristocratique s’offre à l’admiration du lecteur. Ce sont des gens du peuple, marins, paysans qui portent témoignage de leur courage et dont le mérite est donné en exemple à la jeunesse. La position de Berquin est exprimée en ouverture de l’une des anecdotes : « La grandeur d’âme ne suppose pas nécessairement une haute naissance. Les sentiments généreux se trouvent souvent dans les classes les plus basses des citoyens22. » Le mérite personnel évoqué par Fontenelle n’est pas le propre de la classe aristocratique et les anecdotes en témoignent. Les héros sont de simples citoyens.

  • 23 « Le fils d’Ulysse […] reconnaissait que la véritable grandeur n’est que dans la modération, la ju (...)

36Toutefois, les figures aristocratiques ne sont pas absentes des textes mais c’est un autre registre qu’elles sont chargées d’illustrer. Elles sont proposées comme exemples de modération, de modestie, de générosité. Il y a là des échos de ce que Fénelon définissait comme la véritable grandeur : la modération, la justice, la modestie et l’humanité23.

  • 24 Masseau D., Inventaire Voltaire, article « bienfaisance », Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 199 (...)
  • 25 Berquin A., op. cit., « Qu’il est bon de faire des heureux », p. 317.

37Cette nouvelle définition de l’homme de mérite, à l’œuvre dans le siècle, s’exprime également à travers une laïcisation de la morale et l’exaltation des vertus sociales. Aux vertus chrétiennes d’humilité et de charité se substituent la modestie et la bienfaisance. Cette bienfaisance, dont Voltaire écrit dans le Dictionnaire philosophique qu’elle est la seule vraie vertu, est vue par les philosophes des Lumières comme un devoir social qui témoigne de la sensibilité de l’âme et de l’humanité de celui qui l’exerce. Didier Masseau note que le mot « va pénétrer, puis saturer, dans la deuxième moitié du siècle, tout le discours moral de définition des devoirs de l’honnête homme en société. […] “bienfaisance” laïcise en quelque sorte “charité chrétienne”24 ». C’est par la bouche du duc de Montmorency que s’exprime cet aspect des devoirs de l’homme. À « ceux qui lui représentaient que ses largesses convenaient plus à un roi qu’à un grand seigneur, [il répondait] qu’il n’avait reçu tant de biens du Ciel que pour en faire part aux autres25 … » Si les vertus sociales se rencontrent dans toutes les couches de la société, l’homme de qualité y a plus d’obligation en ce qu’il lui a été donné du superflu pour soulager la misère autour de lui. La détermination de Berquin à montrer les figures aristocratiques dans l’exercice des vertus sociales est à croiser avec d’autres textes du recueil et à mettre en relation avec le public visé. En effet revient régulièrement au fil des pages la critique de l’attitude d’une certaine bourgeoisie qui cherche à imiter l’aristocratie par l’étalage du luxe, l’égoïsme et l’absence d’humanité. Les anecdotes visent à renforcer un autre modèle de conduite, plus humain et plus en adéquation avec les valeurs philosophiques diffusées en cette seconde moitié du XVIIIe siècle.

  • 26 Ibid., « Les deux liards, un cœur vertueux ne saurait rester insensible à une bonne action », p. 3 (...)
  • 27 Ibid., « L’heureuse acquisition », p. 336.
  • 28 Duclos Ch., Considérations sur les mœurs de ce siècle [1751], Paris, Honoré Champion, 2005, p. 226

38Autre fait sensible, le choix des anecdotes s’inscrit dans un optimisme pédagogique dont Berquin fut l’un des représentants et qui traverse tout l’ouvrage. Les anecdotes, comme les récits, ne présentent que des exemples valorisant les conduites vertueuses et tendant à faire naître une émulation et un désir d’imitation de la part du lecteur. Chaque récit se termine par la réussite de l’entreprise, la récompense du personnage valeureux, mais surtout le bonheur éprouvé d’avoir fait le bien. Ici s’exprime la morale de sentiment par laquelle l’exercice du bien contribue au bonheur de celui qui l’exerce autant que de celui qui en bénéficie ainsi qu’à l’harmonie sociale. « Puisque vous aimez les pauvres, je veux que vous ayez le plaisir de leur faire du bien26 » dit un vieux soldat à une dame de qualité. Quant au cardinal d’Amboise qui a renoncé à une terre, il « ne parut jamais si content que d’avoir acquis un ami au lieu d’une terre27 ». Ces propos font écho à ce qu’écrivait Duclos dans ses Considérations sur les mœurs de ce siècle : « Le vrai bienfaicteur cède à son penchant naturel qui le porte à obliger, & il trouve dans le bien qu’il fait une satisfaction qui est à la fois, & le premier mérite & la première récompense de son action28. » Cette idée irrigue les volumes des Lectures ainsi que les périodiques et les autres publications de Berquin.

  • 29 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, article « Société ».
  • 30 Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1764, article « Vertu », éditions Redon, L’Atelier historiqu (...)
  • 31 Masseau D., op. cit., article « Vertu », p. 1375.

39Se pose également la question de l’imaginaire de la vertu qui se déploie au fil des anecdotes choisies. Il me semble qu’on peut voir dans la multiplicité des lieux, des époques et des personnages l’inscription de la vertu dans un universalisme que crée l’effet de réalité, qu’il soit vrai ou non, produit par les anecdotes. Par-delà les époques, les frontières, la qualité sociale des êtres, mais également les religions se dessine un modèle d’homme de bien, dont les actions sont régies par les règles de la sociabilité, c’est-à-dire par « cette disposition qui nous porte à faire aux hommes tout le bien qui peut dépendre de nous, à concilier notre bonheur avec celui des autres et à subordonner toujours notre avantage particulier à l’avantage commun et général », selon la définition de l’Encyclopédie29. Voltaire écrit à propos de la vertu : « Nous vivons en société ; il n’y a donc de véritablement bon pour nous que ce qui fait le bien de la société30. » Anecdotes, historiettes, drames et dialogues contribuent à mettre en scène cette vertu qui est « un acte désintéressé qui répond au seul désir de servir autrui. Secourir l’indigent, améliorer la compréhension entre les hommes et plus largement contribuer à favoriser la condition commune, c’est ainsi que se définit le mieux la vraie vertu31 ».

40L’anecdote prise individuellement révèle un trait particulier, singulier d’un individu. Lorsqu’elles se multiplient, se côtoient, elles dressent un tableau signifiant, amplifiant les représentations portées par chacune d’entre elles. Lorsqu’elles se mêlent à des récits de fiction, il me semble qu’elles sont chargées d’apporter une caution au modèle développé dans l’ouvrage où elles trouvent place.

41Dans un article paru dans le journal Le Monde du 5 janvier 2012, Martine Boyer-Weinmann note, à partir de plusieurs ouvrages littéraires publiés récemment, ce qu’elle appelle « les noces renouvelées du fait-divers et de la littérature ». Si aujourd’hui l’anecdote nourrit la fiction, qu’elle soit littéraire ou cinématographique, au xviiie siècle, l’anecdote, dont les recueils dressent des tableaux subjectifs de la société d’Ancien Régime, est mise à contribution pour inscrire dans une réalité suggérée et universelle un discours visant à l’élévation morale de la jeunesse.

Liste des anecdotes dans l’ordre d’apparition de l’édition en 5 volumes conservés à la Bibliothèque Sainte Geneviève à Paris :

42Tome 1er : 1 – Le Bon Fils ; 2 – Le Courage de l’amitié.

43Tome second : 3 – Le Bon Fils ; 4 – Courage et bienfaisance d’un paysan ; 5 – L’Ami fidèle ; 6 – On trouve partout de bonnes gens, même chez les sauvages ; 7 – La Dette de l’humanité ; 8 – Traité de piété filiale ; 9 – Trait de justice ; 10 – Éducation singulière d’un moineau.

44Tome troisième : 11 – Qu’il est beau de faire des heureux ; 12 – Le Respect des lois ; 13 – Il n’est point d’amitié sans la vertu ; 14 – Le Bon Roi ; 15 – Un Cœur vertueux ne saurait être insensible à une bonne action ; 16 à 23 – Variétés ; 21 – La Reconnaissance récompensée ; 22 à 27 – Exemples de modestie ; 28 à 31 – Exemples de modération ; 32 – L’heureuse Acquisition.

45Tome Quatrième : 33 – La Nécessité des bons principes ; 34 – Le Secours généreux.

Notes

1 Sans doute faut-il plutôt parler des définitions dont Dany Hadjadj a proposé une étude dans « L’Anecdote au péril des dictionnaires », dans Montandon A. (dir.), L’Anecdote, Clermont Ferrand, Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand, 1990, p. 1-20.

2 5e édition, 1798.

3 Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition, 1986.

4 Coulet H., « Le récit court en France au XVIIIe siècle », dans Cook M. et Plagnol-Dieval M.-E. (dir.), Anecdotes, faits-divers, contes, nouvelles 1700-1800, French Studies of the Eighteenth and Nineteenth Centuries, vol. 5, Oxford, 2000, p. 15-25.

5 Ibid., p. 20.

6 Filassier J. J., « Avertissement », Dictionnaire historique d’éducation, ou sans donner de préceptes, on se propose d’exercer & d’enrichir toutes les facultés de l’âme & de l’esprit, en substituant les exemples aux leçons, les faits aux raisonnemens, la pratique à la théorie, Tome premier, À Paris, chez Vincent, rue des Mathurins, hôtel de Cluny, MDCCLXXI, p. vij.

7 Ibid., p. viij.

8 Ibid., p. ix.

9 La Condamine, Lettre critique sur l’éducation, A Paris, chez Prault père, 1751, p. 37.

10 Rousseau J.-J., Émile ou de l’éducation, livre III, [1762], Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, p. 454.

11 L’ouvrage de D. Defoe n’était pas destiné à la jeunesse.

12 DAlembert, Réflexions sur l’Histoire, lues à l’Académie française dans la séance publique du 19 janvier 1761, Édition HTML par Guido Abbattista pour Cromohs © (janvier 1997). URL: [http://www.eliohs.unifi.it/testi/700/alemb/reflect.html].

13 La citation des auteurs dans le volume inaugural d’une série dont il est difficile de savoir si elle a été pensée comme telle dès 1775 peut être envisagée comme la recherche d’une caution apportée à un ouvrage dont le genre est encore peu répandu à l’usage de la jeunesse.

14 L’ouvrage a fait l’objet d’augmentations au cours de trois éditions en 1777, 1783 et 1785. L’exemplaire de la Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris comporte des éléments de ces différentes éditions et non un ensemble issu de l’édition de 1785.

15 L’Année littéraire, vol. VII, lettre XV, 14 décembre 1775, p. 346-347.

16 Mercure de France, janvier 1776, second volume, A Paris, chez Lacombe, p. 85.

17 L’anecdote, comme le souligne Henri Coulet à propos des récits courts, appartient au domaine public : « on peut la plagier, la défigurer, la reproduire sous un autre titre etc. » (Coulet H., op. cit., p. 24). Cette pratique est très répandue au XVIIIe siècle.

18 Pour limiter les notes de bas de page, les titres des anecdotes sont regroupés à la fin de l’article, dans l’ordre d’apparition de l’édition conservée à la Bibliothèque Sainte-Geneviève. Les numéros des anecdotes sont repris dans le corps de cet article et renvoient à cette liste.

19 Berquin développe le sujet en recourant à la forme dramatique dans un premier opus qu’il intitule l’École militaire et qu’il prolonge par un second qui a pour titre la Suite de l’école militaire. Les deux textes sont publiés dans le tome XI de L’Ami des enfans.

20 Alain Montandon note, dans sa préface, que l’anecdote, outre « sa fonction d’exemplarité » qui joue à plein dans l’ouvrage qui nous intéresse, a de plus « le charme et la saveur de la vie ». Montandon A. (dir.), L’Anecdote, op. cit., p. VI.

21 Cité par Bonnet J.-Cl., Naissance du Panthéon – Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998, p. 145.

22 Berquin A., « Courage et bienfaisance d’un paysan », Le livre de famille suivi de la Bibliothèque des villages et d’un choix de lectures extrait des meilleurs auteurs, Paris, Didier, libraire-éditeur, 1852, p. 299.

23 « Le fils d’Ulysse […] reconnaissait que la véritable grandeur n’est que dans la modération, la justice, la modestie et l’humanité. » (Fenelon, Télémaque [1699], Paris, Gallimard, 1996, p. 279.)

24 Masseau D., Inventaire Voltaire, article « bienfaisance », Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1995, p. 154-155.

25 Berquin A., op. cit., « Qu’il est bon de faire des heureux », p. 317.

26 Ibid., « Les deux liards, un cœur vertueux ne saurait rester insensible à une bonne action », p. 327.

27 Ibid., « L’heureuse acquisition », p. 336.

28 Duclos Ch., Considérations sur les mœurs de ce siècle [1751], Paris, Honoré Champion, 2005, p. 226.

29 Diderot et d’Alembert, Encyclopédie, article « Société ».

30 Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1764, article « Vertu », éditions Redon, L’Atelier historique de la langue française, édition numérique.

31 Masseau D., op. cit., article « Vertu », p. 1375.

Auteur

Membre de l’équipe de recherche « Interactions culturelles et discursives » de l’université François-Rabelais de Tours. Ses recherches concernent la littérature d’enfance sous l’Ancien Régime et notamment l’œuvre d’Arnaud Berquin, sujet de sa thèse (2009) : « L’œuvre d’Arnaud Berquin, littérature de jeunesse et esprit des Lumières ».

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search