Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Troisième partie. Anecdote et système de valeurs

Instruire et inventer : l’anecdote au service de la raison dans l’œuvre de Catherine Levesque

Agnès Walch

Résumé

Fille d’avocat, épouse heureuse et mère de famille, Catherine Levesque est un auteur provincial du XVIIe siècle. Oubliée, elle s’impose par sa vaste culture et par son style réfléchi dans une œuvre centrée sur la morale du mariage. Dans un but pédagogique, elle invente des « pseudo-anecdotes » qui rompent le classicisme du genre littéraire à dominante éthique et religieux qu’elle utilise. Ces anecdotes livrent des portraits sociaux saisissants.

Texte intégral

  • 1 Cette communication me replonge quelques années en arrière lors de mes soutenances, d’abord de thè (...)
  • 2 On trouvera des premiers éléments d’analyse et une bibliographie dans La Spiritualité conjugale, o (...)
  • 3 Sachy E. de, Essais sur l’histoire de Péronne, Paris, J. Clayer, 1866 ; Journal de Péronne, 26 oct (...)

1Peu d’archives subsistent qui permettent de connaître Catherine Levesque1, car Péronne, la ville où elle a vécu, a payé un tel tribut aux deux guerres du XXe siècle, que ses archives et ses monuments ont disparu2. Bien que mariée et mère, ses enfants n’ont pas eu de descendance et aucune archive familiale n’a subsisté. Restent les témoignages et les bribes d’archives collationnées et publiées par des érudits du XIXe siècle3. La seule véritable source pour la connaître est constituée par les quatre ouvrages qu’elle a écrits dans lesquels elle livre de nombreux détails intéressants sur elle-même. Le Triomphe de la croix, paru en 1668, et Les Cinq Fleurs de la grâce, paru en 1683, sont des poèmes dont les sujets sont religieux. Ils ne sont guère utiles. En revanche, deux ouvrages publiés à Paris en 1685, Les Trois Fleurs de lys spirituelles de la ville de Péronne, biographies croisées de trois personnalités locales, et La Perfection de l’amour du prochain dans tous les états, traité sur le mariage et les relations familiales, livrent plus d’informations personnelles et historiques. Au travers de cet exemple inédit, puisque le texte support est une œuvre oubliée, il s’agit de comprendre le statut de l’anecdote dans une argumentation à dominante éthique.

Une femme écrivain et auteur

  • 4 C’est son futur beau-père qui a accueilli Louis XIII le 1er mai 1635 lors de son entrée solennelle (...)
  • 5 Péronne possède une troupe de canonniers formée au début du XVIe siècle.

2Catherine Levesque est née en 1616 dans une famille de notables péronnais dont le chef exerce la profession d’avocat. Elle est la troisième de huit enfants. Devenue orpheline de mère, elle s’occupe de ses frères et sœurs plus jeunes durant ses quinze premières années. La grande affaire de sa vie est son histoire d’amour avec Basile Vaillant, fils puîné d’un conseiller en l’Élection de Péronne, colonel de la milice, dont le frère est maire de 1635 à 16554. Elle raconte qu’elle est tombée amoureuse à vingt ans en 1636. Pourtant, le mariage n’est célébré que le 1er août 1638, la mariée étant enceinte. Sans doute, cette grossesse a-t-elle fini par vaincre les réticences de son beau-père qui a consenti à ce mariage, inégal pour son fils. En effet, la famille Vaillant appartient, selon toute vraisemblance, au second ordre. Son mari, de trois ans plus âgé, est le capitaine des canonniers et arquebusiers de Péronne5. Le couple est très uni. Le mari et la femme ont fait un mariage d’amour. Elle émaille ses écrits de remarques sur les tendres sentiments qui les ont liés.

3Douze ans plus tard, son mari meurt, la laissant veuve à trente-quatre ans, avec cinq enfants en bas âge. Lorsque son dernier fils, Claude, né en 1645, futur capucin, est placé dans une école cathédrale, elle se retire dans l’hospice de Péronne pour y demeurer dans la retraite et écrire. Le couple Vaillant-Levesque n’a pas de descendance par suite des décès prématurés ou de l’entrée en religion de leurs enfants. La fin de la vie de Catherine est obscure. D’après des documents disparus et sur la foi d’indications livrées par des érudits péronnais du XIXe siècle, il semblerait qu’elle se soit remariée à un âge avancé avec un Parisien et soit venue vivre dans la capitale où elle serait morte en 1693, lors de la Grande Famine.

4En résumé, c’est une femme indépendante, amoureuse, qui aime la vie et l’amour, qui passe sa retraite, entre l’âge de quarante ans et soixante ans, à lire, écrire et se faire publier. Son écriture a deux caractéristiques : elle exprime sa volonté de prouver qu’elle a autorité à parler par le fait qu’elle est une femme et que les femmes sont douées pour l’écriture. Deuxièmement, elle s’inspire des moralistes, tout en adoptant un style qui, par de multiples aspects, s’oppose à celui de ses devanciers, en particulier de La Rochefoucauld, se rapprochant plutôt de celui de La Bruyère dans ses Caractères, parus postérieurement à ses ouvrages, en 1688.

5En effet, La Rochefoucauld illustre deux types de discours qu’affectionnent ses contemporains : celui des protestataires et celui des boudeurs. C’est à la suite de son échec politique pendant la Fronde qu’il se replie dans une retraite dont les Maximes sont le fruit. Il ne les destinait pas à la publication, car il prétendait n’avoir aucune autorité pour parler. C’est là un topos d’écrivain. Remarquons que Catherine Levesque, loin de le reprendre à son compte, affirme au contraire sa volonté d’être publiée.

  • 6 Thèse défendue par Costentin C., « La scène judicaire de L’Apologie du prince de Marcillac : marqu (...)

6Par ailleurs, le duc cultive le paradoxe, dans la mesure où il érige en devoir moral ce que la monarchie en voie d’absolutisation déclare hors la loi6. Cela se traduit par des sentences fondées sur des paradoxes qui révèlent des comportements ou des jugements moraux pervertis, comme l’illustre la Maxime 5 : « La passion fait souvent un fou du plus habile homme et rend souvent les plus sots habiles », ou encore la Maxime 64 : « La vérité ne fait pas tant de bien dans le monde que ses apparences y font de mal. » Cette dénonciation des fausses valeurs traduit une maturité d’analyse, qualité également présente chez Catherine Levesque, qui s’abstient toutefois de traiter de politique. Le style des Maximes est le reflet de l’écartèlement entre une fidélité de type seigneuriale et la montée de l’État moderne : c’est à la première qu’il donne la primauté puisqu’il s’engage contre Mazarin. Enfin, si les anecdotes sont bannies de ses Maximes, elles truffent l’œuvre de Catherine Levesque.

7Avec elle, nous sommes dans la seconde moitié du XVIIe siècle, c’est-à-dire à une époque où l’absolutisme a triomphé. L’opposition s’est diluée dans la soumission au pouvoir. Dès lors, ceux qui font profession de moralisme rompent avec un discours frontal d’opposition souvent sévère et pessimiste. Dans l’air du temps absolutiste, ils préfèrent adopter un discours qui recourt à l’anecdote avec tout ce qu’elle comporte de bizarreries et de fantaisies. L’anecdote devient un auxiliaire indispensable à la pensée.

8L’anecdote est ici utilisée avec originalité. Elle ne répond pas à la définition qu’en donnent aussi bien le Dictionnaire de Furetière que, dix ans plus tard, en 1694, le Dictionnaire de l’Académie française, à savoir des « particularités d’Histoire » où sont « inscrits les secrets de la politique et de la conduite des princes ».

9En effet, les quelques princes ou personnalités qui apparaissent sont des personnages bibliques (Adam, Ève, Caïn, Abel, Judith, Marie, Joseph, Jésus, etc.). Les événements qui les concernent sont connus de tous les chrétiens. C’est dans la manière dont elle les présente qu’elle s’autorise quelques libertés, ajoutant des détails ou recréant des conversations, assez souvent savoureuses comme lorsqu’elle met en scène le dialogue d’Adam et d’Ève au Paradis avant d’en être chassés. Le procédé est certes peu académique, mais en rapprochant ces saints personnages de ses contemporains, elle abolit la chronologie et actualise le message évangélique. En revanche, elle truffe ses ouvrages d’histoires courtes et illustratives qui répondent à la définition actuelle de l’anecdote : « trait de mœurs ou de caractère, petite histoire qui se retient aisément, bref récit d’un fait peu connu, curieux et piquant ». Voyons pourquoi elle utilise volontiers ces « anecdotes contemporaines » ou « pseudo anecdotes ».

La pédagogie de l’anecdote

10Catherine Levesque invente son propre style avant tout dans l’objectif d’être lue par tout public : elle veut instruire « les petits » et « les grands ». L’épitre introductive de son dernier ouvrage, La Perfection de l’amour du prochain, annonce « un doux assemblage », composé pour être « profitable au public, agréable et nouveau ». La forme se veut en harmonie avec le fond puisqu’elle s’attache à « raisonner sur l’amour ». Bref, elle veut être lue, trouver des moyens de capter l’attention du lecteur. Elle compose donc dans un style singulier où l’anecdote trouve toute sa place. Elle s’oppose complètement à La Rochefoucauld pour trois raisons. Son objectif n’est pas le combat politique mais le combat religieux ; elle est une femme, La Rochefoucauld est un homme ; elle est une bourgeoise, alors qu’il est un grand seigneur.

11La question qu’elle s’est posée en prenant la plume est : comment convaincre ? Elle ne cherche pas à illustrer son propos par des exemples, mais à soutenir l’attention de son lecteur par de courts récits anecdotiques puisés dans l’observation de ses contemporains, dans sa culture religieuse ou classique et dans son imagination. L’anecdote est ainsi mise au service d’un genre littéraire qui aimerait devenir plaisant alors qu’il est tout le contraire, puisqu’il est sérieux. Elle est l’arme de séduction de l’auteur face à un lecteur toujours tenté de se tourner vers le futile et le léger, ce lecteur ingrat qui préfère le genre romanesque qu’elle a, avoue-t-elle, tant aimé dans sa jeunesse. Ainsi l’anecdote jette-t-elle un pont entre deux genres littéraires : le traité et le roman.

12Son écriture juxtapose la sentence morale, le portrait et la scène dialoguée. C’est dans ces deux derniers qu’apparaît l’anecdote.

  • 7 Lévesque C., La Perfection de l’amour du prochain, Paris, Cusson, 1685, p. 177.

13Dans les portraits, Catherine Levesque rassemble les petits faits empruntés à la vie quotidienne qu’elle érige en traits universels. Par exemple, elle décrit le couple idyllique : le mari et la femme ne sont plus qu’un « esprit par la communication de leurs pensées, qu’une âme par l’accord de leurs sentiments, qu’un cœur par le flux et le reflux de leurs flammes amoureuses ». Dans ce contexte surgit alors l’historiette rapide, succincte, sorte d’instantané de vie humaine : « Il n’y a rien qui fâche tant un mari qui prend plaisir à jouer du luth ou de la guitare pour récréer [divertir] son épouse que lorsqu’il s’aperçoit qu’elle ne l’écoute pas, en faisant mépris de ces agréables accords7. » La fonction de l’anecdote est ici avant tout pédagogique.

  • 8 Ibid., p. 181.

14Catherine Levesque aime aussi à classer ses portraits en fonction des catégories sociales. Elle imagine un catalogue de difficultés inhérentes à la vie conjugale, tributaires du statut social. Elle décrit l’intimité de la bourgeoisie, en mettant en scène un couple à table, qui se déchire pour des broutilles : « L’un veut du rôti, l’autre du bouilli. L’un veut de la viande fort cuite, l’autre de la viande à demie cuite. L’un veut du bœuf, l’autre du mouton. Et tant que le repas n’est apprêté ils ne font que crier, que reprocher et se plaindre, par la sensualité qui les tente de ce qui est à leur goût. » Par conséquent, « ils vivent comme chien et chat qui se grondent, se mordent, s’égratignent pour un morceau de chair8 ». La fonction pédagogique est la même : susciter la curiosité du lecteur qui aura envie de connaître la fin de l’histoire et la moralité, à savoir ici : « La contradiction est la plus ordinaire des tentations des mariés qui se voient souvent. » Un second type d’anecdotes invite le lecteur à faire appel à son expérience vécue. L’anecdote est en quelque sorte mnémonique, c’est-à-dire qu’elle doit faire surgir dans l’esprit du lecteur des scènes vues ou des propos entendus, certains détails auxquels il n’avait pas fait attention, et qui, curieux et insolites, s’avèrent révélateurs. Elle sollicite sa mémoire pour faire apparaître des souvenirs qui doivent le faire adhérer aux conclusions qu’elle propose.

15Par exemple, elle stigmatise les personnes qui vont à la messe par habitude, sans aucun sens du respect dû aux choses sacrées et y emmènent des animaux de compagnie. Elle dénonce l’amour déréglé des animaux : le petit chien qu’on emmène à l’église ou le petit chat que l’on préfère à sa famille et qui passe avant tout le monde. Suit une description du brouhaha causé par ces bêtes durant les offices divins. Ou encore des gens qui chantent trop fort, à contretemps et faux. « Quand l’église serait une halle on entendrait pas plus de bruit », prétend-elle. La formule sentencieuse parle ici directement à l’imagination. On entend les aboiements des chiens, les chuchotements, les conversations tandis qu’un prêtre entre dans une chapelle pour dire la messe. Catherine Levesque plante le décor. Ces exemples illustrent un défaut à dénoncer, une erreur à corriger ou un péché à combattre. Ils rendent concret ce qui serait resté abstrait.

16Elle se met parfois en scène, dans des auto-anecdotes, souvent en début de chapitre, de sous-chapitre ou de paragraphe : « J’ai rencontré dans une certaine ville des prêtres assez dociles pour recevoir mon avis sur le sujet, avouant que j’avais raison et ils ont fait mettre… » Et elle mélange habilement son expérience à sa culture. Elle a vu un caméléon, cet animal curieux qui change de couleur, et se souvient de ce que Pline en dit dans le livre VIII de son Histoire naturelle : c’est l’animal qui passe pour le plus peureux de la création. Combien de chrétiens, s’indigne-t-elle, pétris de crainte, imitent cet animal ! Ils n’osent pas affirmer leur foi et, préférant la facilité, suivent le comportement des mondains et des libertins.

17Dans ces trois types d’anecdotes, celles des portraits, celles des scènes qui peuvent être vécues par le lecteur ou celles qui relèvent du discours autobiographique, la fonction pédagogique est la même.

La scène anecdotique

18On trouve un quatrième type d’anecdotes, plus étoffées, qui se transforment en scènes dialoguées.

19C’est par exemple le cas lorsque Catherine Levesque évoque la misogynie masculine. Elle exprime le fait que les hommes aiment les femmes naturellement mais que la pression sociale et religieuse les amène à les mépriser avec des conséquences dramatiques : « se rappelant qu’Ève a fait tomber Adam, qu’Aristote a dit que la femme est un monstre, et que les saints même ont méprisé le sexe, il étudie tout ce qui est dit contre la femme et se forme une idée monstrueuse de celle dont les charmes l’avaient blessé et commence à la haïr parce qu’elle est femme ». Pour illustrer cette idée, elle rapporte une question entendue :

Comment pourrai-je vivre en paix avec elle ?, dit le mari, C’est une tête mal faite qui aurait besoin d’un Lustucru [benêt] pour la raccommoder. Si je veux une chose, elle en veut une autre, je ne lui puis dire un mot sans qu’elle se fâche, elle me répond tant des yeux que de la langue, elle pleure pour un rien, c’est une humeur insupportable. Enfin, je ne puis plus vivre avec elle.

20Réponse de Catherine :

  • 9 Ibid., p. 42.

À cela je réponds que vous êtes l’ignorant Lustucru qui pensant raccommoder une tête qu’il trouvait mal faite l’a gâtée et rendue pire qu’elle n’était. Tout beau mon frère… Et vous petit ver de terre, vous ne sauriez souffrir dans votre compagne une petite désobéissance9

21Elle retranscrit parfois un dialogue entendu, fruit d’une situation à laquelle elle a assisté. Ainsi, elle signale ce qu’il faut éviter de faire lorsqu’on souhaite se marier. Les jeunes filles acceptent le premier prétendant venu afin de quitter les jupes de leurs mères, ce qui est désastreux pour l’union future. La femme lassée d’être sous le joug d’une mère trop sage à son gré dit en elle-même :

  • 10 Ibid., p. 51.

Bon on va me marier, je serai la maitresse chez moi, j’aurai des jupes à la mode telles qu’il me plaira, je serai libre d’aller jouer et promener avec mes compagnes, j’aurai de la consolation dans la compagnie de mon époux qui m’aime bien et qui a beaucoup de complaisance pour moi, je ferai ce que je voudrai avec lui10.

22Catherine Levesque montre que cette liberté est illusoire, le joug matrimonial étant rarement plus léger que le joug parental. Elle conseille aux jeunes filles de n’accepter de se marier qu’après avoir réfléchi, qu’après avoir pris conseils d’amis, s’être informées des qualités morales du prétendant, qu’après avoir prié. Enfin, en dernier ressort, qu’après avoir écouté leur cœur.

23Autre exemple : elle explique comment un mari peut adresser des reproches à son épouse avec douceur. Elle recrée le dialogue de paix qui doit permettre au mari d’arriver à ses fins sans susciter d’aigreur :

Ma chère épouse, ma bien aimée, trouvez bon que je vous dise que vous ne devriez pas dire telle parole en telle compagnie, que vous ne devriez pas faire une telle réponse devant les domestiques, que vous ne devriez pas acheter une telle étoffe sans m’en parler, et ainsi du reste. Mais ne croyez pas que je veuille vous quereller, à Dieu ne plaise que je m’érige en maître. C’est seulement pour vous dire mes sentiments et quand vous y aurez fait réflexion vous verrez que j’ai raison.

  • 11 Ibid., p. 169.

24Le mari doit terminer par un baiser de paix. Il n’y a point de femme qui ne reçoive de bonne grâce une telle admonestation11. Le lecteur est ainsi diverti par une scène qui reproduit la réalité. Elle scénarise les situations grâce à ces récits courts et succincts.

25L’anecdote chez Catherine Levesque est ainsi toujours brillante, percutante, concise. Elle est puisée dans la culture populaire comme dans la plus savante : sa référence populaire aux Lustucrus voisine avec celles tirées des Histoires naturelles de Pline. Chaque anecdote porte en elle sa moralité. Qu’elle se présente sous la forme d’un dialogue, d’une scène vécue, qu’elle parle d’un type de personnage, d’une situation banale ou d’un sentiment répandu, elle permet de s’affranchir de la sécheresse d’un énoncé purement didactique. L’anecdote se rapproche du florilège, du bouquet agréable de pensées philosophiques et religieuses. Sa fonction est pédagogique, illustrative ou divertissante. C’est une peinture d’imagination d’après réalité. Elle empêche le style d’être lisse. Elle l’agrémente de pauses et permet les variations de ton, sans pourtant aucune recherche baroque, car les procédés sont répétitifs : portraits, récits, dialogue.

26Ce faisant, elle crée un style vivant, qui se rapproche de la mise en scène théâtrale. Elle rend ainsi ses ouvrages, qui pourraient être rébarbatifs, intéressants pour tout lecteur. Ces anecdotes sont hissées à un rang universel, mais elles sont empruntées à la vie quotidienne. Chacun peut se reconnaître ou reconnaître une situation qu’il a vécue. À l’historien, il apporte un tableau social saisissant où la réalité surgit par touches successives.

  • 12 Maintenon Mme de, Correspondance générale, t. II, Paris, Charpentier, 1865, p. 16 et p. 23.
  • 13 La Perfection…, op. cit., p. 58.

27Par exemple, en décrivant les travers de ces bourgeois qui cherchent leurs aises, se disputent pour un morceau de rôti, elle s’associe aux critiques généralement faites par les femmes de son milieu. Il est banal à son époque de croire que les bourgeois sont en décalage par rapport aux normes mondaines. Elle rejoint le constat de Madame de Maintenon à l’égard de sa belle-sœur. Dans sa correspondance avec son frère, Charles d’Aubigné, la future épouse secrète de Louis XIV, qui lutte pour s’élever, déplore que ce dernier ait épousé sans lui demander son avis la fille d’un médecin. Les lettres dans lesquelles elle parle de sa belle-sœur expriment une haine de classe féroce quand elle brosse le portrait d’une jeune fille incivile, dispendieuse, fainéante, gourmande, coquette, décalée dans la bonne société12. Lorsqu’aux tares du milieu social s’ajoute l’imbécillité d’une jeunesse mal dégrossie, le portrait est cruel. Cette belle-sœur est la version féminine du Bourgeois Gentilhomme. Catherine Levesque, qui est entrée dans la noblesse par son mariage, assassine aussi ces bourgeois prétentieux qui devraient avant tout être fort pieux afin de rendre grâce de leur bonne fortune. Il est permis de sourire à ce moralisme naïf. Les propos ne tranchent pas forcément par leur originalité. Les pensées restent conventionnelles et conservatrices. Pourtant, l’analyse est par moment subtile, s’affranchissant des préjugés et des conventions. « C’est, affirme-telle, un abus très commun d’attribuer certains défauts à un sexe particulier comme de dire les hommes ont tels vices, les femmes ont telles faiblesses, car tous les sexes sont sujets à mêmes imperfections et chacun a ses défauts particuliers selon son tempérament13. » Dans ces nombreuses remarques, la pensée singulière de l’auteur se déploie au-delà des discours convenus. C’est dire l’intérêt de cette œuvre surprenante. Et si le pouvoir politique n’est pas l’objet de ses récriminations, il n’en est pas de même du pouvoir religieux, discrètement critiqué, surtout lorsqu’il est hypocrite et abuse de son autorité sur les laïcs.

Conclusion : une respiration salutaire

  • 14 Ibid., p. 132.

28L’anecdote a donc vocation à servir la démonstration en l’illustrant et, surtout, en la rendant plaisante. L’auteur reproduit une situation générale, réelle ou imaginaire, mais, dans tous les cas, réaliste. Suivons une dernière fois Catherine Levesque postée sur le seuil de sa maison, observant ses contemporains. Elle apostrophe « un vaillant capitaine [qui] s’en va à l’armée. Où allez-vous, Monsieur ? Je vais joindre l’armée. Pourquoi faire ? Pour combattre. Pour qui ? Pour soutenir les intérêts du roi. Mais pourquoi ? Parce que Dieu le veut, m’ayant donné la charge qu’y (sic) m’y engage. On peut donc avoir plusieurs fins, mais il faut que la volonté de Dieu soit la fin de plusieurs fins14 ». Telle est la conclusion de la moraliste, tout doit tendre vers l’obéissance à Dieu qui est aussi obéissance au roi. Elle est donc ralliée à l’absolutisme.

29Chez Catherine Levesque, l’anecdote revêt une dimension méthodologique évidente. Récit court, certes accessoire, mais essentiel, elle donne vie et fantaisie au discours moralisateur conservateur. L’auteur évite ainsi que son épais volume ne tombe des mains de ses lecteurs. Souvent sortie tout droit de son imagination, mais vraisemblable, elle constitue une respiration salutaire au milieu des instructions, des pensées didactiques abstraites et de la succession de sentences morales sévères. Elle témoigne aussi que d’une période glorieuse et frondeuse, on est passé à un temps plus raisonnable, rigidifié par une étiquette rigoureuse et soumis à l’absolutisme. Voilà pourquoi l’usage que Catherine Levesque en fait, particulièrement « moderne », transcende celui de son époque.

Notes

1 Cette communication me replonge quelques années en arrière lors de mes soutenances, d’abord de thèse puis d’habilitation où la révélation de l’œuvre de Catherine Levesque avait suscité l’enthousiasme de mon jury. Thèse publiée sous le titre La Spiritualité conjugale dans le catholicisme français (XVIe-XIXe siècle), Paris, Cerf, 2002 et mémoire principal d’habilitation publié sous le titre Histoire de l’adultère, Paris, Perrin, 2009.

2 On trouvera des premiers éléments d’analyse et une bibliographie dans La Spiritualité conjugale, op. cit., p. 248-271, et dans l’article : « Du singulier à l’universel. La perfection de l’amour selon Catherine Levesque (1616-1693) », XVIIe siècle, no 209, 4-2000, p. 703-718.

3 Sachy E. de, Essais sur l’histoire de Péronne, Paris, J. Clayer, 1866 ; Journal de Péronne, 26 octobre et 1er novembre 1879 et Gosselin J., « Catherine Levesque, poète mystique et historien péronnais », Mémoires de l’Académie d’Amiens, Amiens, Yvert et Tellier, t. 49, 1902, p. 145-192.

4 C’est son futur beau-père qui a accueilli Louis XIII le 1er mai 1635 lors de son entrée solennelle dans la ville.

5 Péronne possède une troupe de canonniers formée au début du XVIe siècle.

6 Thèse défendue par Costentin C., « La scène judicaire de L’Apologie du prince de Marcillac : marqueurs de multi-adressage et naissance d’une écriture duplice », dans Mercier-Leca F. (dir), L’Esprit et les lettres, Mélanges offerts à Pierre-Alain Cahné, Paris, PUPS, 2011, p. 311-324.

7 Lévesque C., La Perfection de l’amour du prochain, Paris, Cusson, 1685, p. 177.

8 Ibid., p. 181.

9 Ibid., p. 42.

10 Ibid., p. 51.

11 Ibid., p. 169.

12 Maintenon Mme de, Correspondance générale, t. II, Paris, Charpentier, 1865, p. 16 et p. 23.

13 La Perfection…, op. cit., p. 58.

14 Ibid., p. 132.

Auteur

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en histoire moderne à l’université d’Artois. Ses travaux portent sur l’histoire du mariage, du couple et de la famille. Elle a publié Histoire de l’adultère (Perrin, 2009), La marquise de Brinvilliers (Perrin, 2010), Où va le mariage ? (Fayard, 2012) et Duel pour un roi (Tallandier, 2014). Elle a dirigé La Médiatisation de la vie privée (Artois Presses Université, 2012)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search