Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Troisième partie. Anecdote et système de valeurs

L’esprit du bienheureux François De Sales de Camus : témoigner par l’anecdote

Francine Wild

Abstract

Avec L’Esprit du bienheureux François de Sales, J.-P. Camus rédige un témoignage sur la sainteté de son ami, discontinu et constitué d’anecdotes. Celles-ci ont pour première fonction de prouver les vertus du saint homme, comme dans toute hagiographie. Elles réalisent aussi un portrait à la fois figé et contrasté, non chronologique. Les anecdotes permettent aussi de mettre en œuvre les ressources de la narration et du style, et de mettre en valeur l’esprit de chacun des deux protagonistes, le saint et son témoin.

Testo integrale

  • 1 L’original est très rare. Mes citations renverront à l’excellente édition critique : Camus J.-P., L (...)
  • 2 Esprit, L’imprimeur au lecteur, p. CXLVII.

1L’Esprit du bienheureux François de Sales, paru en plusieurs livraisons entre 1639 et 16411, est un ouvrage anonyme. L’imprimeur le présente comme tiré, « par une espèce de glanage, [des] sermons, exhortations, conférences, conversations, livres et lettres2 », de Jean-Pierre Camus, ancien évêque de Belley, par un mystérieux et audacieux intermédiaire. En réalité, il n’est pas douteux que Jean-Pierre Camus lui-même est à l’origine de l’ouvrage.

  • 3 Le diocèse était « composé de 84 paroisses, dont 32 en Savoie, 18 en Dauphiné et 34 en Bugey, petit (...)
  • 4 « L’auteur de ces remarques y ayant été attaché l’espace de quatorze ans, et s’étant nourri à souha (...)

2Camus, jeune théologien issu d’une bonne famille parisienne fidèle à Henri IV, avait été nommé évêque de Belley, diocèse pauvre et délaissé mais aussi stratégique puisque frontalier3, avant même d’avoir l’âge canonique de vingt-cinq ans. C’est son voisin savoyard François de Sales, évêque de Genève vivant à Annecy, qui l’avait ordonné avec une dispense de Rome, en 1609. Il était resté son directeur spirituel, son guide et son ami, jusqu’à sa mort en décembre 1622. Camus fait état de cette fréquentation de « quatorze ans4 ». Il écrit pour épancher son affection, mais il est clair qu’il souhaite faire avancer la cause de la béatification alors en cours.

  • 5 La somme célèbre de René Aigrin note que les biographies de saints dues à des témoins comportent d’ (...)
  • 6 La situation peut être extrêmement vague : « une fois », « je ne sais plus où ». Mais le récit est (...)
  • 7 Sur ce point, voir mon article « Place de l’anecdote dans la biographie, d’après l’Histoire de la v (...)

3Son texte n’est pas une biographie en règle. Du point de vue de l’hagiographie, il se rattache à la catégorie des récits de témoignage, fort bien représentée au XVIIe siècle5. Du point de vue de la composition, c’est une suite de tout petits chapitres, tantôt narratifs, tantôt faits d’extraits des œuvres de l’évêque, tantôt rapportant des dialogues entre lui et Camus, des paroles ou des avertissements qui ont compté pour celui-ci. Si l’on admet que l’anecdote est un fait ou un récit, particulier et situé (ou situable) dans l’espace et le temps6, comportant une révélation ou au moins quelque chose d’amusant ou de surprenant7, L’Esprit du bienheureux François de Sales peut être considéré comme un ouvrage essentiellement anecdotique. Seuls les extraits de chapitres de l’œuvre de François de Sales cités ne peuvent être considérés comme relevant de l’anecdote.

4Pourquoi ce choix anecdotique et en outre fragmentaire ? Qu’apporte le récit anecdotique au pouvoir de persuasion du témoignage ? À coup sûr, des anecdotes sont indispensables au récit de sainteté, dans lequel elles fonctionnent comme des exemples. Mais ici, nous sommes bien au-delà. Après avoir envisagé la fonction conventionnelle des anecdotes, j’essaierai de montrer comment les choix narratifs de Camus traduisent un point de vue sur son personnage, et de voir au passage comment il divertit son lecteur, sans perdre de vue l’objectif sérieux et quasi sacré qui le guide.

5L’anecdote est constamment présente dans les récits hagiographiques depuis l’Antiquité. Elle peut prendre la forme de la parole significative ou du petit récit à valeur exemplaire – sur ce point, l’hagiographie reprend en droite ligne les pratiques antiques de l’apophtegme, et le modèle de Plutarque – ; ce peut être aussi le récit d’un miracle ou de signes extraordinaires prouvant la faveur divine. Dans ce dernier cas, c’est plutôt le modèle médiéval de la Légende dorée ou des Fioretti qui guide le narrateur. Mais le contexte culturel n’est plus médiéval. En particulier, le concile de Trente et les progrès du rationalisme imposent une prudence dont ne font pas preuve les récits médiévaux quant aux interventions surnaturelles.

6C’est par de petits récits ou dialogues que se prouvent les vertus exemplaires de François de Sales, par exemple, sa soumission à la volonté de Dieu :

  • 8 Esprit, II, p. 71-72.

Votre congrégation, mes sœurs, reçut une rude secousse au commencement qu’elle fut établie. Cette très vertueuse dame, que notre bienheureux père choisit pour en faire la première pierre, et qui vit encore parmi vous avec tant de bonne odeur de piété et de sainteté, tomba malade si grièvement que les médecins désespérèrent de sa vie […]. Notre Bienheureux reçut cette sentence avec sa tranquillité ordinaire, se résignant aussitôt au bon plaisir de Dieu ; et prévoyant bien que la bergère étant par terre, les brebis se dissiperaient, et que malaisément trouverait-il une âme de cette trempe sur laquelle il pût fonder l’édifice de votre congrégation, il ne dit autre chose sinon : « Dieu se contentera de notre volonté, il connaît assez notre faiblesse, et que nous n’étions pas assez forts pour faire le voyage entier8. »

7son humilité :

  • 9 Ibid., I, p. 22-23 et 24.

Il fallait qu’il passât le Rhône pour se rendre à la ville de Gex, et quoiqu’il le pût passer autre part, son plus droit chemin était de traverser la ville de Genève. Il se commet donc à la Providence en ce passage parmi les Samaritains, et enquis à la porte qui il était, il fit répondre par un des siens, que c’était l’évêque du diocèse, qui ne demandait qu’à passer. […] Il m’advint de lui dire : « Eh bien, mon Père, le pis aller eût été votre mieux ; quand ce peuple vous eût assommé, d’un confesseur ils eussent fait un martyr. – Que savez-vous, me dit-il, si Dieu m’eût fait cette grâce, et m’eût donné la constance nécessaire pour arriver à une telle couronne. » Je réponds que ma conjecture était bien fondée, de penser qu’il eût mieux aimé souffrir mille morts, que de renoncer la foi. « Je sais bien, reprit-il, ce que j’eusse dû faire ; c’est cela même que vous dites : mais suis-je prophète pour deviner ce que j’eusse fait ? Saint Pierre patron de l’Église de Genève, était bien aussi résolu que moi ; vous savez néanmoins ce qu’il fit à la simple voix d’une chambrière. […] Nous pouvons tout quand [Dieu] nous fortifie ; car il est notre force et notre salut : sans lui, rien. » Voyez, mes sœurs, comme ce saint homme nageait entre l’humilité et l’espérance, la défiance de soi, et la confiance en Dieu, opérant son salut avec crainte et tremblement9.

8ou encore son extrême chasteté :

  • 10 Ibid., II, p. 68.

On parlait une fois d’une dame de son pays et sa parente, et comme on disait que c’était la plus belle femme de la contrée, il se tourna vers moi et me dit : « Je l’ai déjà ouï dire à plusieurs. » Je lui répondis assez brusquement : « Vous la voyez fort souvent, elle est votre parente assez proche, en parlez-vous ainsi pour rapport ? » Il me répliqua avec une simplicité merveilleuse : « Il est vrai que je l’ai vue souvent et lui ai parlé beaucoup de fois, mais je vous promets que je ne l’ai pas encore regardée. – Mon Père, lui dis-je, comment faut-il faire pour voir les gens sans les regarder ? » Il se trouva un peu surpris, et connut qu’il s’était un peu plus engagé qu’il ne pensait. « Voyez-vous, me dit-il, je vous ai souvent vu et regardé, mais cette parente est d’un sexe qu’il faut voir sans le regarder ; il le faut voir superficiellement et en général, pour distinguer que c’est une femme à qui on parle, et non pas un homme, et se tenir sur ses gardes pour ne la regarder pas fixement et d’un regard arrêté et fort discernant10. »

9Camus, romancier confirmé, mais aussi prédicateur, se révèle dans ces petits récits un excellent conteur. Il se met en scène lui-même comme narrateur : il prend le rôle de l’interlocuteur naïf qui ne perçoit pas immédiatement le sens des paroles ou de l’attitude du Bienheureux, et qui par ses observations ou questions, non dépourvues de bon sens, l’oblige à expliciter sa pensée. Il se place ainsi aux côtés du lecteur. Ce procédé presque constant est très efficace pour donner vie aux petites scènes qu’il raconte et pour en faire sentir la portée. Il met en scène aussi son public, comme le montrent deux de mes trois exemples : ses récits sont fictivement faits devant des religieuses de la Visitation de Belley. Camus se représente comme naïf, mais il n’est nullement un narrateur naïf.

10L’ouvrage n’a d’ordre ni logique ni chronologique, comme le dit le message de « l’imprimeur » en tête du texte :

  • 11 Ibid., « L’imprimeur au lecteur », p. CXLVII.

Il n’y a point en ce recueil, d’autre ordre que fortuit, et selon que les pièces ont été ramassées de la bouche et de la plume de M. de Belley. C’est pourquoi chaque section fait ici son corps à part, de sorte qu’à l’ouverture du livre, tu trouveras toujours le commencement, le milieu et la fin. C’est ici un ouvrage à la mosaïque, un bouquet de diverses fleurs, une salade de diverses herbes, un festin de plusieurs mets, un verger de divers fruits, où chacun pourra prendre ce qui sera selon son goût11.

  • 12 Quelques anecdotes évoquent la mission de François de Sales en Chablais dans les années 1592-1596 :(...)

11Une conséquence importante de ce choix d’une écriture fragmentaire est que la chronologie se trouve écrasée. Les anecdotes sont bien situées dans l’espace et dans leurs circonstances temporelles (une saison, une heure de la journée), mais ne situent pas Camus et François de Sales dans leur histoire personnelle12. Ils se sont fréquentés pendant quatorze ans. Il est évident que tous deux ont évolué durant ce laps de temps. Mais à aucun endroit on ne s’en aperçoit. Ils paraissent immuables, figés dans leur personnage. Les dialogues et petits récits ne permettent pas à l’esprit du lecteur de construire une biographie – ce qui est pourtant une tendance spontanée –, ni même un portrait du parfait chrétien, mais un portrait des deux hommes. L’impression de fixité du modèle est liée aussi à quelques icônes que le narrateur-témoin garde dans sa mémoire :

  • 13 Esprit, I, p. 96.

Je prêchai un jour devant lui à Annecy, en l’église où il faisait son office cathédral. Il était lors au milieu de tous ses chanoines sur les bancs, où accompagné de tout son chapitre, il avait coutume d’ouïr les sermons. Ô qu’il le faisait bon voir en cet arroi ! vous eussiez dit que c’était un roi des abeilles, couronné de rosée, environné de son essaim13.

  • 14 Par exemple : « La sérénité de son âme le tenait toujours joyeux ; tant est véritable cet oracle sa (...)

12François de Sales apparaît indépendant des événements, de tout ce qui dans une vie est accidentel. Il est déjà, en quelque sorte, dans la béatitude et l’éternité : c’est bien ce que discernait Camus lorsqu’il le voyait dans sa cathédrale, et qu’il veut transmettre. La sérénité du saint, souvent soulignée14, apparaît d’autant mieux qu’elle est aussi une conséquence structurelle du mode de récit.

13Cet aspect immobile et divin, qu’accentuent quelques prodiges, risquerait de l’éloigner de nous, et ce n’est pas ce que souhaite Camus. L’exemplarité ne peut fonctionner sans une certaine proximité. L’anecdote, c’est aussi l’exploitation du détail, le souci du vécu et des petites circonstances. C’est surtout Plutarque qui semble guider Camus, lorsqu’il remarque :

  • 15 Esprit, I, p. 138. François de Sales lui-même avait la même conception post-tridentine des récits s (...)

À propos de ceci, il me souvient de ce que dit saint Chrysostome, souhaitant que quelqu’un eût remarqué les moindres et plus domestiques actions de saint Paul, et des autres Apôtres ; estimant qu’elles eussent beaucoup servi au règlement de la vie des chrétiens en semblables opérations15.

  • 16 Plutarque, Vie des hommes illustres, trad. J. Amyot, éd. G. Walter, Paris, Gallimard, coll. « Bibli (...)

14Derrière saint Chrysostome, on retrouve à peu de chose près les idées exprimées dans le célèbre préambule de la Vie d’Alexandre16. Mais il y a une nuance entre eux : Camus, bien plus que Plutarque, veut susciter chez le lecteur le désir d’imiter le personnage dans ses vertus. Dans son témoignage, il y aura donc d’infimes détails, des indices de la vie familière, des souvenirs de leurs conversations et même quelques « propos de table ». Il fait état de la sollicitude de François de Sales pour ses domestiques, ainsi que pour les petites gens :

  • 17 Esprit, I, p. 300.

Il avait cette coutume de ne refuser point les petits présents que les pauvres gens lui donnaient, même pour l’administration des sacrements de Pénitence et d’Eucharistie. C’était une chose pleine d’édification et de consolation de voir de quel œil et de quel cœur il recevait, en ces occasions, une poignée de noix ou de châtaignes, ou des pommes ou des œufs, ou de petits fromages, que les enfants ou les pauvres lui présentaient17.

  • 18 Ibid., I, p. 412.

15Il prouve l’humanité du saint en le montrant sensible, accessible aux passions : « Il confessait ingénument et avec sa candeur et simplicité ordinaire que les deux passions qui lui avaient donné le plus de peine à dompter, c’étaient celles de l’amour et de la colère18. » Nous le voyons pleurer à de nombreuses reprises : à la mort de Marie-Aimée de Chantal, sa jeune belle-sœur, fille de Jeanne de Chantal :

  • 19 Ibid., I, p. 132.

Il me vint […] voir, et me raconta l’histoire de cette sainte mort, précédée d’une si pieuse vie, avec tant de larmes, que je pensai avec lui fondre en pleurs, ne lui pouvant répondre que par cette rhétorique plus coulante que les plus fluides discours19.

16ou après la mort de son ancien précepteur, M. d’Age :

  • 20 Ibid., I, p. 388.

La première messe qu’il dit pour ce cher défunt en particulier (à ce que m’a raconté un de ses aumôniers qui y assistait), fut entrecoupée de plusieurs soupirs qui témoignaient assez le sentiment de son âme, et combien il était touché de cette séparation. Mais quand il fut arrivé au Pater noster, […] il fallut qu’il s’arrêtât après la prolation de trois ou quatre paroles pour lâcher la bonde à ses larmes, et fut assez longtemps sans pouvoir faire autre chose que pleurer. À la fin, ayant fait quelque trêve avec ses yeux, il acheva sa messe noyé dans une profonde tristesse20.

17Il explique alors sa tristesse à son aumônier :

  • 21 Ibid.

Mais voulez-vous savoir ce qui m’a arraché tant de pleurs quand je suis venu à dire le Pater noster ? Hélas, c’est qu’il m’est souvenu que c’était ce bon homme qui m’avait appris le premier à dire mon Pater21.

18Passionné du salut des âmes, il pleure aussi lorsqu’il rencontre un pécheur insensible et endurci :

  • 22 Ibid., I, p. 191-192. La prière paraphrase le mot du centurion de l’évangile : Luc, 7, 7.

Quand un pécheur était obstiné en son mal, envieilli en de mauvais jours, pourri en ses plaies à la face de sa folie, affermi en son mauvais propos, arrivé à cette profondeur de misère de se moquer des remontrances, comme un malade désespéré qui repousse les médecins, et renvoie les médecines ; jusques à ce point de malheur de se réjouir d’avoir mal fait, et se délecter en son iniquité ; […] il soupirait, il pleurait, touché d’une douleur intérieure de cœur, de voir que cette Babylone ne pût être pansée. […] Il proférait quelque élan de dilection, comme celui-ci : « Hé ! Seigneur, dites que cet aveugle voie, dites seulement une parole, et il sera guéri22. »

  • 23 Ibid., I, p. 34.

19Simultanément, sa gaieté éclate, et Jean-Pierre Camus rapporte certainement les bons mots et les plaisanteries qu’il a entendus, retrouvant même à l’occasion un ton typiquement salésien qui donne l’impression d’un verbatim : « Le mariage est un certain ordre, où il faut faire la profession devant le noviciat, et s’il y avait un an de probation comme dans les cloîtres il y aurait peu de profès23. » D’autres fois c’est simplement l’humour du saint, et son eutrapélie (conversation agréable) qu’il met en scène. On le voit ainsi se moquer gentiment de son ami pour reprendre sa conduite, par exemple lorsque Camus décide de ne plus s’entretenir avec les femmes qu’à travers une grille :

  • 24 Ibid., I, p. 124.

Le Bienheureux, sans blâmer cette sévérité, se contentait d’en rire gracieusement, comme d’un procédé nouveau ; et de dire que ce prélat ne semblait pasteur qu’à moitié, puisqu’il se séparait ainsi de la moitié de son troupeau, et de cette partie, qu’un écrivain de nos jours, avec un peu de licence, appelle la plus belle moitié du monde : et c’était possible pour cette qualité que ce pasteur faisait cette séparation24.

20ou lorsqu’il se plaint à lui du fardeau de la confession :

  • 25 Ibid., I, p. 42-43.

Quel honneur pour vous, quel bonheur, que Dieu s’en daigne servir pour délier tant de pauvres âmes, et les retirer de la mort du péché, qui est la région de l’ombre de mort, pour les ramener au jour et à la vie de la grâce ! […] Il en est comme des vendangeurs et des moissonneurs, qui ne sont jamais si contents et joyeux que quand ils plient sous leur faix : qui les a jamais ouï plaindre de l’excès de la moisson, ou de la vendange ? Je vois bien pourtant que vous voulez que je vous plaigne un peu, et que je souffle sur votre agréable mal, or sus, ainsi soit-il25.

21Le témoignage de Camus sur la douceur et l’affabilité du saint est corroboré par le style des écrits de François de Sales, mais en outre il correspond à un message spirituel, ce qui amène Camus à y insister :

  • 26 Ibid., I, p. 117-118.

Ce Bien-heureux nous a découvert quantité d’étoiles en la vie dévote, qui devant lui avaient été aperçues de peu de personnes spirituelles […]. La condescendance, le support des mauvaises humeurs d’autrui, l’eutrapélie ou bonne conversation, l’égalité d’esprit, la joyeuseté modeste, la cordialité, la vraie simplicité, la débonnaireté, la ponctualité, l’attention sur ses actions, la douceur et la patience envers soi-même, l’amour de son abjection, de la pauvreté parmi les richesses, l’affabilité, la bénignité, la courtoisie, la candeur, la franchise, la sainte liberté d’esprit, la rondeur en la conversation, et tant d’autres semblables bonnes habitudes, n’étaient pas seulement négligées, mais peu connues26.

22C’est bien une forme nouvelle de sainteté que cette humanité aimable, alors même que François de Sales est d’une sévérité de mœurs exemplaire, et vit sa vie spirituelle comme un combat permanent. Nous avons affaire à un saint à la fois attrayant et rude, et les choix d’écriture de Jean-Pierre Camus, qui mettent en scène ensemble l’icône du saint et la représentation de son humanité, correspondent bien à l’originalité spirituelle de son sujet.

23Camus a une trop bonne formation classique et rhétorique pour ignorer qu’on n’a aucune chance d’instruire sans plaire. Aux séductions naturelles de l’affabilité salésienne et de l’humour du saint, il joint les détails qui peuvent divertir son lecteur.

24À cet égard, rien n’est aussi efficace qu’un peu de rire moqueur. Certes l’Évangile interdit la médisance, mais par ailleurs toutes les armes sont bonnes contre les ennemis de la vérité, qui sont ici les réformés calvinistes tout proches, regroupés autour de Genève. Les réformés donnent donc lieu à de petites scènes amusantes pour lesquelles Camus est sûr de trouver une connivence dans son public. Il fait appel par exemple à des souvenirs de conversations plaisantes à propos d’un ministre porté sur le vin :

  • 27 Ibid., I, p. 76-77.

[Un gentilhomme est obligé de tolérer dans son village un ministre réformé, avec lequel il controverse de temps à autre] […] nous entretenant après le repas de ses disputes et entretiens avec ce ministre, « lequel, disait-il, quand je l’ai réduit au bout de ses finesses, sa meilleure défaite est de boire à mes bonnes grâces, et il dissout comme cela tous mes arguments ». À quoi le Bien-heureux repartit d’une grâce non pareille : « Vraiment, Monsieur cela s’appelle proprement en latin diluere argumenta. » Et le gentilhomme : « Certes vino diluit argumenta, sed aqua non diluit vinum : et s’il ne voit goutte dans mes arguments, il ne met goutte d’eau dans son vin. – Possible, dit le Bien-heureux, qu’entre verum et merum il ne fait pas grande distinction. – Vous l’avez dit, reprit le gentilhomme ; car in vino veritas. Quand il a un peu bu il m’accorde tout ce que je veux, mais quand il a cuvé son vin il ne s’en souvient plus […]. » […] à la fin quelqu’un conclut que c’étaient là de vrais symposiaques ou propos de table27.

25Et Camus développe largement le dialogue entre François de Sales et un protestant parisien venu lui reprocher agressivement le trop beau et peu évangélique carrosse dans lequel il l’a vu passer :

  • 28 Actes, 8, 31.
  • 29 Esprit, I, p. 52-53.

Ce personnage lui demande en entrant, sans lui faire autre compliment ni révérence : « Est-ce vous que l’on nomme l’évêque de Genève ? – Monsieur, lui dit notre saint prélat, l’on m’appelle ainsi, quoique je n’aie pas grand accès dans cette ville-là, mais assez dans le reste du diocèse qui est commis à ma charge. – Je voudrais bien savoir de vous, que l’on tient partout pour un homme apostolique, si les Apôtres allaient en carrosse. » Notre Bien-heureux qui m’a raconté cette histoire me dit qu’à cet assaut il se trouva un peu surpris. Néanmoins ayant remis son âme en bonne assiette, il s’avisa de ce qui est écrit de saint Philippe aux Actes des Apôtres, qui entra dans le chariot ou carrosse de l’eunuque de la reine de Candace28 ; et quoique ce ne fût pas saint Philippe l’Apôtre mais Philippe le diacre, c’était toujours un homme apostolique : ce qui lui donna sujet de repartir, qu’ils allaient en carrosse quand la commodité et l’occasion se présentait. […] « Mais dans des carrosses dorés, brodés et si riches que le Roi n’en aurait pas de plus précieux, comme est le vôtre, Monsieur, reprit le Protestant, ni traînés par de plus beaux chevaux, ni conduits par des cochers mieux couverts, c’est ce qui ne se lit point : et c’est ce qui me scandalise en vous, qui faites le saint, et que les Papistes tiennent pour tel. Vraiment, voilà de beaux saints ; et qui vont en paradis bien à leur aise. » François s’apercevant où le bât blessait ce psychique : « Hélas ! Monsieur, lui dit-il, ceux de Genève qui retiennent le bien de mon évêché, m’ont coupé l’herbe si courte, et m’ont mis le ratelier si haut, que c’est tout ce que je puis faire de vivre petitement et pauvrement de ce peu qui me reste ; je n’eus jamais de carrosse à moi, ni le moyen d’en avoir. » [De fait, le carrosse objet de l’enquête a été mis à sa disposition par le roi de France.] Tout ceci contenta de telle sorte ce Protestant, et adoucit de telle façon son esprit farouche, hagard, et hautain, qu’il lui protesta de l’avoir désormais en estime, et qu’il se retirait avec beaucoup de satisfaction29.

26Le protestant s’en retourne satisfait de ses réponses et de sa modestie. Non seulement François l’a calmé et convaincu – on peut noter l’humour de ses répliques à propos de son évêché –, mais il l’a dupé sur la citation biblique, puisqu’il a pu substituer Philippe le diacre à Philippe l’apôtre sans que ce fanatique imbu de l’Écriture s’en aperçoive. Le triomphe est total.

  • 30 Par exemple à propos de la mission du Chablais, où leurs habits divers et leur violence verbale eff (...)
  • 31 Voir par exemple l’anecdote sur l’oraison de quiétude (Esprit, I, p. 116-117), ou celle sur une rel (...)
  • 32 Tallemant des Réaux raconte l’anecdote (Historiettes, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, coll. « Biblio (...)
  • 33 Esprit, I, p. 72.

27Ailleurs, c’est sur les moines30, ou sur des religieuses très naïves31, que le récit attire l’attention de façon moqueuse. Dans ces cas, on retrouve les idées de Jean-Pierre Camus, adversaire des moines et misogyne, beaucoup plus que celles de François de Sales. Mais le plus souvent, le naïf objet de moqueries est Camus lui-même : plusieurs des citations faites plus haut le montrent dans cette posture. Un passage est resté célèbre32 : à François de Sales qui se plaint de sa mémoire fautive, Camus dit qu’il a lui-même beaucoup de mémoire et très peu de jugement. Cela fait rire le saint, car, dit-il, « je n’ai jamais trouvé qu’un homme avec vous qui m’ait dit qu’il n’avait guère de jugement : car c’est une pièce de laquelle ceux qui en manquent davantage, pensent en être les mieux pourvus33 » : rire sympathique et réflexion de moraliste.

  • 34 Esprit, I, p. 96-98. L’à-peu-près est rapporté comme ayant pour auteur l’évêque de Salluces.

28Un autre procédé pour se faire agréer est le choix des ornements du style. Je ne m’y attarderai pas : il suffit de renvoyer aux textes cités, qui montrent la qualité du style des deux évêques en même temps que leurs différences ; celui de François de Sales, de formation humaniste, marqué par l’Italie aussi, est fleuri et abondant. Les comparaisons, tantôt érudites tantôt familières, y abondent. Camus a un style plus moderne et plus économe dans la narration, mais les figures extraordinaires sont chez lui très nombreuses. Il multiplie les à-peu-près, comme lorsqu’il décompose le nom de Sales en sal es, et celui de Salluces en sal et lux34. Entre les pointes d’humour et les calembours, les jeux sur les définitions des mots, les envolées quasi oratoires, on retrouve tous les moyens dont usaient quotidiennement ces évêques, théologiens et prédicateurs, habitués à scruter l’Écriture et à la commenter, rompus à la pratique de la parole. Les fidèles pouvaient y trouver un attrait puissant lors de leur lecture.

  • 35 C’est le cas d’un protestant converti prêt à apostasier, que son sermon ramène au catholicisme (Esp (...)
  • 36 Esprit, II, p. 59-61.
  • 37 Ibid., I, p. 340.

29On peut aussi considérer comme un moyen de plaire l’euphorie que créent les récits de succès brillants obtenus par le saint. Quelquefois, ces succès sont dus à la grâce que diffracte le saint personnage, par exemple lorsque ses paroles suffisent à susciter la conversion du plus endurci des pécheurs35 ou à réconcilier des personnes fâchées36. Ces réussites contribuent à prouver la sainteté de François de Sales, qui a bénéficié de toute évidence du soutien divin. Mais quelquefois, aucun enjeu spirituel direct n’apparaît et nous constatons seulement une bonne disposition de la Providence, comme lorsqu’il traverse Genève sans encombre, ou lorsqu’une précieuse bague que lui a offerte Christine de France, tombée le long de sa route dans la montagne, est retrouvée et rapportée37. Dans tous ces cas, nous éprouvons l’euphorie qui accompagne immanquablement la vision du monde « tel qu’il devrait être ».

30L’anecdote garde sa fonction traditionnelle de représentation des vertus exemplaires d’un héros mises en acte. Mais le désordre, la fragmentation de la démonstration la rendent plaisante et permettent à chaque trait de porter. C’est une fonction habituelle et connue du fragment. L’anecdote permet aussi à Camus de sortir de l’apparente contradiction entre la volonté de montrer un homme tout céleste et le désir de le faire voir proche de nous, proposé à notre imitation ; grâce à elle on dépasse l’opposition entre héroïsme exceptionnel et familiarité, à laquelle se heurtent d’ordinaire les auteurs d’Hommes illustres et les hagiographes. Elle est aussi un moyen d’appâter le lecteur aimant le divertissement. Pour cela, Camus joue sur le dialogue, sur l’efficacité de son style narratif, sur les figures dont il fait un grand usage, et sur l’opposition de son style et de celui de François de Sales, point qui mériterait à lui seul une analyse spécifique.

Note

1 L’original est très rare. Mes citations renverront à l’excellente édition critique : Camus J.-P., L’Esprit du bienheureux François de Sales, éd. J.-I. Depéry, Paris, Gaume frères, 1840, 3 vol., sous le titre abrégé Esprit.

2 Esprit, L’imprimeur au lecteur, p. CXLVII.

3 Le diocèse était « composé de 84 paroisses, dont 32 en Savoie, 18 en Dauphiné et 34 en Bugey, petite province qui venait d’être acquise à la France par le traité conclu le 17 janvier 1601, entre Henri IV, roi de France, et le prince Charles-Emmanuel, duc de Savoie » (ibid., préface des éditeurs, p. XXVI).

4 « L’auteur de ces remarques y ayant été attaché l’espace de quatorze ans, et s’étant nourri à souhait dans la poitrine de ce bien-heureux père et conducteur de son âme, il ne se faut pas étonner si sa bouche parle de l’abondance de son cœur, et si ses sermons, conférences, propos familiers, lettres, livres, écrits, mémoires, sont tous remplis du nom, des actions et des enseignements notables de ce bien-heureux et apostolique prélat dont il a été le Tite et le Timothée. » (Ibid., II, p. 251.)

5 La somme célèbre de René Aigrin note que les biographies de saints dues à des témoins comportent d’« excellents spécimens » au XVIIe siècle, comme, pour saint François de Sales, l’ouvrage de Camus à la suite des biographies de Louis de La Rivière (1625) et de Charles-Auguste de Sales (1634) (L’Hagiographie, Bloud and Gay, 1953, p. 352).

6 La situation peut être extrêmement vague : « une fois », « je ne sais plus où ». Mais le récit est anecdotique si le caractère unique et précis du fait est supposé par le narrateur et par l’auditeur ou lecteur.

7 Sur ce point, voir mon article « Place de l’anecdote dans la biographie, d’après l’Histoire de la vie du duc d’Épernon et le Discours sur la vie de M. Ancillon », dans Boillet D., Fragonard M.-M. et Tropé H. (dir.), Écrire des vies, Espagne, France, Italie, XVIe-XVIIIe siècle, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2012, p. 61-74, en particulier p. 61-62.

8 Esprit, II, p. 71-72.

9 Ibid., I, p. 22-23 et 24.

10 Ibid., II, p. 68.

11 Ibid., « L’imprimeur au lecteur », p. CXLVII.

12 Quelques anecdotes évoquent la mission de François de Sales en Chablais dans les années 1592-1596 : Esprit, I, p. 189 ; II, p. 11-17. Camus ne peut en avoir eu connaissance que par des récits de François de Sales ou d’autres ecclésiastiques. D’autres, plus nombreuses, renvoient au séjour fait par François de Sales à Paris en 1619, lors du mariage du prince Victor-Amédée de Savoie avec Christine de France, sœur de Louis XIII : I, p. 52-54 ; I, p. 166 ; I, p. 240 ; I, p. 339-340 ; II, p. 326.

13 Esprit, I, p. 96.

14 Par exemple : « La sérénité de son âme le tenait toujours joyeux ; tant est véritable cet oracle sacré, que la bonne conscience est un banquet perpétuel : aussi la joie est-elle un don du Saint-Esprit. » (Esprit, I, p. 38) La référence biblique est Prov 15, 15.

15 Esprit, I, p. 138. François de Sales lui-même avait la même conception post-tridentine des récits sur les saints. Voir le sermon pour le dimanche des Rameaux de l’année 1622 : « L’on ne fait donc point de tort aux saints quand on raconte leurs défauts et péchés en parlant de leurs vertus ; ains au contraire, ceux qui écrivent leur histoire font un grand tort à tous les hommes en les celant, sous prétexte de les honorer, ou en ne racontant pas le commencement de leur vie, crainte que cela diminue ou amoindrisse l’estime que l’on a de leur sainteté. Ô non, cela n’est pas, ains ils font injustice à ces bienheureux et à toute la postérité. » (Œuvres complètes, t. X, Annecy, 1898, p. 345.)

16 Plutarque, Vie des hommes illustres, trad. J. Amyot, éd. G. Walter, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1951, t. II, p. 323.

17 Esprit, I, p. 300.

18 Ibid., I, p. 412.

19 Ibid., I, p. 132.

20 Ibid., I, p. 388.

21 Ibid.

22 Ibid., I, p. 191-192. La prière paraphrase le mot du centurion de l’évangile : Luc, 7, 7.

23 Ibid., I, p. 34.

24 Ibid., I, p. 124.

25 Ibid., I, p. 42-43.

26 Ibid., I, p. 117-118.

27 Ibid., I, p. 76-77.

28 Actes, 8, 31.

29 Esprit, I, p. 52-53.

30 Par exemple à propos de la mission du Chablais, où leurs habits divers et leur violence verbale effraient la population (Esprit, II, p. 13-14).

31 Voir par exemple l’anecdote sur l’oraison de quiétude (Esprit, I, p. 116-117), ou celle sur une religieuse qui, confondant propriété et propreté, s’applique à devenir aussi sale que possible (I, p. 228).

32 Tallemant des Réaux raconte l’anecdote (Historiettes, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1960-1961, t. II, p. 66).

33 Esprit, I, p. 72.

34 Esprit, I, p. 96-98. L’à-peu-près est rapporté comme ayant pour auteur l’évêque de Salluces.

35 C’est le cas d’un protestant converti prêt à apostasier, que son sermon ramène au catholicisme (Esprit, I, p. 148) ; d’un condamné à mort qu’il parvient à tirer du désespoir (I, p. 221).

36 Esprit, II, p. 59-61.

37 Ibid., I, p. 340.

Autore

Professeur émérite de littérature française du XVIIe siècle à l’université de Caen-Basse Normandie. Elle a travaillé principalement sur les textes anecdotiques (ana, historiettes), sur le récit non fictionnel (biographies, mémoires, hommes illustres), et sur les épopées. A publié en particulier : Naissance du genre des ana (1574-1712), Paris, Champion, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540