Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Deuxième partie. Écriture du factuel

Caractérisation et usage de l’anecdote dans l’encyclopédie

Marie-Paule de Weerdt-Pilorge

Résumé

L’anecdote dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert prend le sens d’« histoire secrète » selon la tradition antique mais aussi celui de séquence narrative brève et piquante. Elle se trouve à la croisée d’un discours historique lui accordant crédit ou légèreté, lorsqu’elle concerne un personnage public, et d’un discours philosophique polémique qui lui dénie toute qualité même si elle est utilisée à des fins démonstratives. Elle illustre enfin un discours biographique dans une relation plus plaisante et moins tendue à la vérité. En cela et malgré l’hétérogénéité des contributions, l’anecdote dans l’Encyclopédie témoigne de l’émergence d’un nouveau discours propre au XVIIIe siècle.

Texte intégral

  • 1 Encyclopédie, 1751, Tome 1, p. 452.
  • 2 Voir également l’article « Ana, anecdotes » des Questions sur l’Encyclopédie de Voltaire.
  • 3 Op. cit.,
  • 4 Ibid., p. 452-453. Le discrédit porté aux anecdotes de Varillas n’est pas propre à E. F. Mallet. À (...)

1Après une définition étymologique de l’anecdote – « histoires secrètes de faits qui se sont passés dans l’intérieur du cabinet ou des cours des princes, et dans les mystères de leur politique1 » –, l’article rédigé par Edme-François Mallet pour l’Encyclopédie condamne ceux qui usent de ce titre dans leurs ouvrages2 : Procope qui a « peint avec des couleurs odieuses l’empereur Justinien et Théodore épouse de ce Prince3 », Varillas qui « parmi les modernes a publié de prétendues anecdotes de la maison de Florence ou de Médicis et a semé dans plusieurs autres de ses ouvrages différents traits d’imagination qu’il a donnés comme anecdotes, et qui n’ont pas peu contribué à discréditer ses livres4 ». À noter que l’article concerne l’histoire ancienne et moderne ; d’ailleurs, la plupart des notices où figure le terme « anecdotes » a trait à ce domaine tandis qu’il apparaît de manière récurrente dans des sujets qui traitent de géographie et dans une moindre mesure dans ceux qui se rapportent à l’économie, la philosophie, la morale, la langue, la théologie ou la métaphysique. D’une manière plus générale, le substantif reçoit une caractérisation directe par des qualificatifs tels que « prétendues, fausses », parfois nettement moins péjoratives avec « petites, particulières, physiques », voire nettement mélioratives « intéressantes, singulières ». Sans caractérisation directe, le terme trouve son orientation en fonction du contexte proche ou lointain dans lequel il apparaît. Quoiqu’il en soit, l’anecdote convoquée dans les articles de l’Encyclopédie témoigne d’un rapport plus ou moins tendu à la vérité, lorsqu’elle entre en jeu dans l’histoire des princes, dans le débat philosophique ou dans le discours biographique.

L’anecdote et l’histoire des princes

2La définition étymologique de l’anecdote comme « histoire non publiée », donnée par Edme-François Mallet, suscite une condamnation sans appel des « ana », recueils d’anecdotes sur les princes qui se transforment en ouvrage d’impostures et d’injures. Voltaire poursuit en quelque sorte la réflexion lorsqu’il traite de l’anecdote dans son article « Histoire » :

  • 5 Ibid., Tome 8, p. 225.

De la maxime de Cicéron concernant l’histoire ; que l’historien n’ose dire une fausseté, ni cacher une vérité. La première partie de ce précepte est incontestable ; il faut examiner l’autre. Si une vérité peut être de quelque utilité à l’état, votre silence est condamnable. Mais je suppose que vous écriviez l’histoire d’un prince qui vous aura confié un secret, devez-vous le révéler ? Devez-vous dire à la postérité ce que vous seriez coupable de dire en secret à un seul homme ? Le devoir d’un historien l’emportera-t-il sur un devoir plus grand ?
Je suppose encore que vous ayez été témoin d’une faiblesse qui n’a point influé sur les affaires publiques, devez-vous révéler cette faiblesse ? En ce cas, l’histoire serait une satire.
Il faut avouer que la plupart des écrivains d’anecdotes sont plus indiscrets qu’utiles. Mais que dire de ces compilateurs insolents, qui se faisant un mérite de médire, impriment et vendent des scandales, comme Lecauste vendait des poisons5.

  • 6 Pour envisager le traitement de l’anecdote dans l’œuvre de Voltaire, se reporter à l’article de Vo (...)
  • 7 L’anecdote d’Henri III et de ses petits chiens figure à deux reprises dans l’Encyclopédie : dans l (...)

3De fait, l’anecdote, histoire secrète qui ne concerne que la vie du prince, sa vie privée, intime ou personnelle, n’a pas voix au chapitre de l’histoire. Elle n’est que satire visant à flatter les bas instincts du lecteur et la curiosité malsaine qu’il est toujours aisé de susciter. En revanche, si cette histoire secrète a quelque rapport avec les affaires publiques ou quelque influence sur elles, elle concerne au premier chef l’histoire et mérite d’y figurer. Si l’argumentation voltairienne envisage les deux aspects du problème, elle se déploie cependant à la défaveur de la satire, ouvrant une porte étroite à l’anecdote historique, que le philosophe exploite par ailleurs dans son Siècle de Louis XIV (1751) et dans l’Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand (1760-1763)6. Associée à un sens plutôt péjoratif dans cet article de l’Encyclopédie, l’anecdote n’est pourtant pas définitivement exclue du champ opérationnel de l’histoire, mais associée à un usage conditionnel, dans lequel se croisent nécessité historique et vraisemblance. Cependant, les grandes orientations historiographiques proposées par Voltaire pour l’anecdote dans sa notice « Histoire » n’éliminent pas absolument, dans l’Encyclopédie, le plaisir du curieux, de l’esthète qui aime à revivre un passé prestigieux, celui des princes. En cela, il serait vain de rechercher dans la notice matricielle « Anecdotes » ou dans l’article « Histoire » de l’Encyclopédie, qui traitent tous deux de l’Histoire, un principe générique pour l’ensemble de l’ouvrage, puisque le grand dictionnaire philosophique ne prétend pas faire œuvre d’histoire, mais faire, pour une part, le bilan des connaissances et des progrès de l’esprit humain et de la raison. Cependant, il est remarquable de noter que dans des articles qui concernent de grands personnages historiques, l’anecdote revient sur le devant de la scène, davantage comme une singularité capable d’éveiller la curiosité du lecteur. Ainsi, dans son article sur la Ligue, le chevalier de Jaucourt apprécie des règnes d’Henri III et Henri IV les anecdotes, pièces fugitives, mémoires, livres, chansons satiriques, estampes et « tant de choses singulières », tandis que dans l’article « Rosny », ville où naquit Sully, le même contributeur regrette de ne pas voir, chez l’abbé de l’Écluse, qui a produit une nouvelle version des Oeconomies royales de Sully, quelques « anecdotes singulières », comme celle d’Henri III et ses petits chiens7. Dans ces deux articles, il semble donc que l’anecdote ne renoue pas précisément avec une historiographie susceptible d’intéresser les Grands dans leur dimension publique ; elle laisse respirer au lecteur un air du temps, une atmosphère que seuls ces courts récits sont capables de restituer. Enfin, l’anecdote historique, lorsqu’elle concerne encore l’histoire des princes, ne procure plus d’enseignements politiques sur la gestion du royaume, mais trouve une orientation morale et fournit une sorte de vademecum à l’usage du particulier tout autant qu’une consolation à ceux qui ne font pas l’histoire. L’article « Ennui » cherche ainsi quelques remèdes efficaces contre ce mal : les plaisirs sont ainsi relégués au nom de leur frivolité et de leur caractère trop éminemment passager ; de même la méditation ne peut être qu’une activité réservée à quelques privilégiés d’une constitution propre à ce genre de pratiques. Reste le travail, ultime refuge d’une économie et d’une morale bourgeoises. À cette solution peu satisfaisante et quelque peu dysphorique, le chevalier de Jaucourt, loin de se lancer dans une démonstration philosophique, oppose une sorte de consolation toute stoïcienne dans l’examen de la vie des Grands puisée directement dans les anecdotes du Siècle de Louis XIV : parvenue au faîte de sa gloire, Mme de Maintenon ne trouve de remède à l’ennui, ni dans les honneurs ni dans la fortune. Le philosophe ne rapporte qu’

  • 8 Ibid., Tome 5, p. 694-695.

un seul trait d’une des lettres de madame de Maintenon à madame de la Maisonfort : il est trop instructif et trop frappant pour y renvoyer le lecteur.
« Que ne puis-je, dit madame de Maintenon, vous peindre l’ennui qui dévore les grands, & la peine qu’ils ont à remplir leurs journées ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu’on aurait eu peine à imaginer ? Je suis venue à la plus haute faveur, et je vous proteste, ma chère fille, que cet état me laisse un vide affreux. » Elle dit un autre jour au comte d’Aubigné son frère : « Je ne peux plus tenir à la vie que je mène, je voudrais être morte8. »

4L’article s’achève sur ces mots, à l’exemplarité et la représentativité incontestables.

  • 9 « L’usage du singulier va se répandre et supplanter la forme plurielle, sans doute vers le milieu (...)

5L’anecdote dans son rapport à l’Histoire, ou plus précisément à l’histoire des princes, témoigne d’une certaine ambivalence : jugée utile lorsqu’elle peut avoir des incidences sur la vie publique du personnage historique et considérée à ce titre comme sérieuse, elle flatte à d’autres endroits une curiosité plus légère mâtinée de morale pragmatique. Ne faisant pas œuvre historique, l’Encyclopédie témoigne d’une caractérisation de l’anecdote encore classique à l’époque, redevable à l’étymologie, mais d’un usage plus souple en ce qu’elle tend à l’anecdotique9.

L’anecdote ou les enjeux du débat philosophique

6Utilisée avec parcimonie dans l’histoire des princes, l’anecdote revient pourtant en force lorsqu’elle concerne l’histoire générale. Ainsi, la notice consacrée à l’histoire des Gaulois constate l’ignorance dans laquelle se trouvent les philosophes quant à la connaissance de ce peuple, son origine, ses migrations, ses coutumes. Si Jaucourt convoque Plutarque pour saisir les raisons de leur immigration, c’est pour aussitôt le congédier comme un auteur peu fiable sur le reste du sujet :

  • 10 Op. cit., Tome 7, p. 528.

je ne le cite guère que sur ce point ; car ce qu’il nous débite d’ailleurs sur les premiers Gaulois qui se jetèrent en Italie, et sur leurs descendants qui assiégèrent Rome, est chargé d’exagérations, d’anachronismes ou d’anecdotes populaires ; ainsi nous devons nous borner aux témoignages de Tite-Live et de César10.

  • 11 Les Transactions philosophiques, qui ont aussi pris temporairement le nom de Collections philosoph (...)
  • 12 Ibid., Tome 2, p. 859.

7Le rapport à la vérité n’est pas plus tendu lorsque les auteurs Diderot et Prades travaillent sur le concept de Certitude. Dans l’analogie qui les mène à comparer évidence et certitude, cette dernière est déterminée à partir des Transactions philosophiques11 : l’auteur y prétend pouvoir calculer mathématiquement la fiabilité d’un témoignage à partir du pourcentage de récits rapportés sur un même fait. La règle est la suivante : plus ce pourcentage est élevé, plus il engage la fiabilité de ce fait. Vient l’examen des témoignages oraux auxquels on adjoint les témoignages livresques, censés plus vrais. Le paradigme exemplaire est celui de l’histoire. Or, celle-ci semble bien mise à mal tant en ce qui concerne les temps anciens que les temps modernes. Cela s’explique par trois facteurs : l’esprit partisan de l’historien, le goût du merveilleux que l’on flatte chez le lecteur, et la préoccupation esthétique chez l’historien qui lui fait chercher des embellissements pour séduire. C’est l’anecdote qualifiée de « fausse », introduite par un irréel du passé, qui suggère un écueil supplémentaire et qui sert de surenchère à la démonstration : « On aurait dû encore grossir la difficulté de toutes les fausses anecdotes et de toutes ces historiettes du temps qui courent, et conclure de là que tous les faits qu’on lit dans l’Histoire Romaine sont pour le moins douteux12. » Non plus citée en clausule d’un raisonnement, mais véritablement racontée, l’anecdote prend un poids démonstratif qu’elle n’avait pas jusqu’alors. Il en est ainsi du temple d’Herculanum dont Jaucourt décrit les vestiges prestigieux ; il s’attache à en ressusciter la splendeur sans toutefois accréditer la thèse d’un peuple si passionné d’art dramatique qu’il n’aurait pas songé à fuir l’éruption du Vésuve. Non seulement l’anecdote est refusée comme telle, mais elle est réfutée en ces termes :

  • 13 Ibid., Tome 8, p. 151.

L’embrasement du Vésuve, au rapport de Dion, fut précédé d’un tremblement de terre qui dura plusieurs jours, mais qui ne parut pas redoutable à des Campaniens, accoutumés à ces agitations de la nature : bientôt il s’accrut tellement, que tout semblait prêt à être renversé. On vit sortir du volcan un nuage d’une grandeur immense, blanc, noir, ou tacheté, selon qu’il était plus ou moins épais, et qui élevait avec lui la terre, la cendre, ou l’un et l’autre. À cette vue, il n’est pas possible d’imaginer que ceux d’Herculanum aient poussé l’amour des spectacles, jusqu’à attendre leur perte inévitable dans l’enceinte de leur théâtre13.

  • 14 Ibid., Tome 3, p. 331.

8De même, la notice « Chiens », qui concerne l’économie rustique et qui renferme à elle seule une série d’anecdotes visant à montrer l’utilisation des chiens dans les différentes civilisations égyptienne, romaine, éthiopienne, souligne le caractère irrationnel des pratiques liées à cet animal : immolation et sacrifice. Le chien figure encore comme un modèle de fidélité comme celui de Xantipe qui suivit à la nage le bateau qui emmenait son maître à Salamine. La notice se poursuit sur un renversement spectaculaire : si le chien est fidèle à l’homme, la réciproque est vraie jusqu’à souligner sa folie. Pour illustrer le fait, le témoignage de Sully dans ses Mémoires est reproduit, montrant Henri III toujours accompagné de ses petits chiens. Enfin, c’est en série que la notice produit des anecdotes : les Mahométans ont conçu des hôpitaux pour animaux et leurs maîtres leur laissent des pensions avec des exécuteurs testamentaires pour faire leurs dernières volontés. Elle évoque enfin un chien qui parlait. L’ensemble est inséré dans un dispositif discursif critique où les modalisateurs laissent le champ ouvert au libre-arbitre du lecteur avec des termes qui mettent à distance les faits rapportés comme « faire mention, assurer ». La conclusion, péremptoire – « et l’histoire de ces animaux fournirait des anecdotes très honorables pour l’espèce14 » – suggère en filigrane et par antiphrase ce qu’on doit penser : si ces anecdotes sont très honorables pour les chiens, elles semblent parfaitement détestables pour l’homme qui ne montre ainsi que crédulité et sottise.

9Boulanger, quant à lui, en procurant l’article très technique et très érudit sur la langue hébraïque n’accorde que peu de crédit à l’anecdote. L’objet de la réflexion porte sur l’origine et l’évolution de la langue hébraïque et plus particulièrement sur « la ponctuation qui lui sert de voyelles ». Or, si l’analyse des causes qui ont conduit à trouver des livres ponctués et non ponctués dans l’histoire « renferme une des plus intéressantes anecdotes de l’histoire du monde » comme le précise l’auteur lui-même dans un sens mélioratif, l’abandon de ces points voyelles, élément fondamental de cette langue, a conduit à des inepties de traductions sans nombre :

  • 15 Ibid., Tome 8, p. 81.

Cette histoire des points voyelles nous offre sans doute la plus forte preuve que l’on puisse donner de leur indispensable nécessité. Nous avons vu dans quelles erreurs sont tombées les nations qui les ont perdus par accident, ou négligés par ignorance et par mauvais goût15.

  • 16 Ibid., Tome 8, p. 81.
  • 17 Ibid., Tome 8, p. 81.
  • 18 Ibid., Tome 8, p. 81.
  • 19 Ibid., Tome 8, p. 82.

10La démonstration montre ainsi que l’on rapporta à un nom « une anecdote essentielle sur le personnage qui l’avait porté16 » ; les noms d’Orphée, de Mercure, d’Isis par exemple donnèrent lieu à cinq ou six racines orientales qui évoquent « une anecdote de leurs légendes17 ». L’erreur ainsi s’étend immanquablement jusqu’à apporter une grande confusion, puisque ce qu’on a pu dire des deux ou trois noms cités pourrait s’étendre à tous les noms des grandes mythologies. C’est de cette manière qu’on produisit des noms de personnages « des anecdotes de leur roman18 ». En suivant des racines différentes, les juifs ont abouti à l’idée qu’Esdras était « l’ordonnateur, le réviseur et l’éditeur des textes sacrés » et Boulanger de conclure : « Tel est le grand art des Juifs dans la composition de leurs histoires traditionnelles : c’est donc avec bien de la raison que les Chrétiens ont rejeté ce qu’ils débitent sur Esdras, et tant d’autres anecdotes qui n’ont pas de meilleurs fondements19. » Boulanger retrace ainsi l’évolution d’une langue, qui, à partir d’une interprétation multiple de chaque mot, conduit à des allégories, à des histoires et bientôt à une histoire secrète que prétendrait révéler la langue sacrée, histoire secrète véhiculée par les analyses cabalistiques et mystiques qui ont eu cours tout au long des âges. L’anecdote se trouve ainsi associée à la fable, à la légende, au merveilleux bien peu pensables pour celui qui ne suit que raison, libre-arbitre et esprit critique.

11Enfin, si l’article « Économie politique » distingue trois gouvernements, le despotique, le républicain, le monarchique, c’est dans la théocratie primitive et dans l’établissement, dans les plus anciens âges et dans toutes les contrées, d’un Dieu, maître invisible des hommes, que l’on doit chercher l’origine des gouvernements. Des anecdotes sur le début et la fin du monde sont associées au règne des dieux, fondant de cette manière ce type de gouvernement. Quant à la polygamie des gouvernements orientaux, elle apparaît moins comme le signe d’une société qui autorise à l’homme tous les plaisirs par l’asservissement des femmes que comme l’attribut d’une puissance surnaturelle accordé aux souverains dans la théocratie primitive. Boulanger en voit encore la preuve évidente lorsqu’il cite deux anecdotes :

  • 20 Ibid., Tome 11, p. 378.

En se rappelant ce que nous avons dit ci-devant des femmes que l’incontinente théocratie avait donné au dieu monarque, et des devoirs honteux auxquels elle avait asservi la virginité, on ne doutera pas que les symboles des dieux n’aient aussi hérité de ce tribut infâme, puisque dans les Indes on y marie encore solennellement des idoles de pierre, et que dans l’ancienne Lybie, au livre. L. au rapport d’Hérodote, les pères qui mariaient leurs filles étaient obligés de les amener au prince la première nuit de leur noce pour lui offrir le droit du seigneur. Ces deux anecdotes suffisent sans doute pour montrer l’origine et la succession d’une étiquette que les despotes ont nécessairement dû tenir d’une administration qui avait avant eux perverti la morale, et abusé de la nature humaine20.

12Dans tous ces exemples, l’anecdote est associée à la fable, à la légende, à l’affabulation, aux superstitions qui contreviennent à l’esprit critique et à la raison. Elle est un instrument au service du combat philosophique.

13Mais elle apparaît, dans autres effets de démonstration, beaucoup plus ambivalente. Dans l’article « Déluge », qui vise à confronter l’histoire sacrée aux thèses naturalistes, la première occurrence du terme « anecdote » associée au terme « détail » entretient avec lui un rapport synonymique : les anecdotes ou détails des différents récits de déluge se retrouvent dans la Genèse. Les « anecdotes particulières », liées aux différentes contrées ont été conservées, preuve qu’il est resté des survivants au déluge, de même que « les anecdotes physiques » sont reconnaissables dans différentes contrées. Boulanger fait les objections suivantes aux anecdotes « particulières » et aux anecdotes « physiques » :

  • 21 Ibid., Tome 4, p. 798.

Telle est donc la source de ces détails particuliers et propres aux contrées qui nous les donnent ; ce sont les monuments eux-mêmes qui les ont transmis et qui les transmettront à jamais. Mais, dira-t-on encore, les dates ne sont point les mêmes. Et qu’importe, si c’est toujours le même fait ? Les Hébreux, de qui nous tenons l’histoire d’un déluge universel, sont-ils entre eux plus d’accord sur les époques ? N’y a-t-il pas dans celles qu’ils nous donnent, de prodigieuses différences, et en convenons nous moins qu’il n’y a cependant dans leurs différents systèmes qu’un seul et même déluge ? Croyons donc qu’il en est de même à l’égard de l’histoire profane, qu’elle ne nous présente que le même fait, malgré la différence des dates ; et quant aux circonstances particulières, que ce sont les seuls monuments qui les ont suggérées aux nouveaux habitants de la terre, et non comme on le voudrait conclure, la présence des différents témoins qui y auront survécu ; ce qui serait extrêmement contraire à notre foi. Les chronologistes, à la vérité, n’adopteront peut-être jamais ce sentiment : mais dès qu’ils conviennent du fait, c’est une raison toute naturelle de s’en tenir pour l’époque au parti des théologiens qui trouvent ici les physiciens d’accord avec eux. Au reste, s’il y a encore dans cette solution quelque difficulté physique ou historique, c’est aux siècles, aux temps et au progrès de nos connaissances à nous les résoudre21.

14Enfin, on prête peu d’attention à « une des anecdotes du déluge » selon laquelle le rythme nycthéméral de la terre aurait connu un grand bouleversement. Boulanger étudie la thèse d’un savant Whiston qui attribue ces perturbations au passage d’une comète à la proximité de la terre. Mais pour expliquer les changements phénoménaux, Boulanger avance une autre hypothèse :

  • 22 Ibid., Tome 4, p. 800.

Mais pour se conformer au texte de la Genèse, est-il nécessaire de se jeter dans ces embarras, et de rendre si composés les actes qui se passèrent alors dans la nature ? La plupart de ces auteurs ayant conçu qu’il y eut alors des marées excessives, ne pouvaient-ils pas s’en tenir à ce moyen simple et puissant, qui rend si vraisemblable la souplesse qu’on a lieu de soupçonner dans les continents de la terre ? Souplesse dont l’auteur d’une mappemonde nouvelle vient d’expliquer les phénomènes et les effets dans les grandes révolutions22.

15Toutes ces anecdotes proviennent de la Genèse ou des récits immémoriaux qui attestent de la réalité du déluge. Si elles semblent scrupuleusement remises en question ou tout du moins confrontées aux thèses naturalistes, elles entérinent cependant les récits de la tradition, parce que ces anecdotes ou détails du déluge sont tirés du texte sacré et associés à un présupposé majeur, celui de leur véridicité, comme l’indique très clairement le début de la citation : « pour se conformer au texte de la Genèse ».

16À l’inverse, lorsque Diderot s’emploie à évoquer la secte philosophique cyrénaïque et son fondateur Aristippe, l’affaire semble entendue : l’anecdote qui raconte la liaison d’Aristippe avec la courtisane Laïs doit être prise avec beaucoup de précautions. Cependant, rapportée en des termes très précis et soumise à caution, elle n’en sert pas moins à poursuivre la démonstration :

  • 23 Ibid., Tome 4, p. 604.

Il ne rougit point à Egine de se montrer entre les adorateurs les plus assidus de Laïs, et il répondait aux reproches qu’on lui en faisait, qu’il pouvait posséder Laïs sans cesser d’être philosophe, pourvu que Laïs ne le possédât pas ; et comme on se proposait de mortifier son amour-propre en lui insinuant que la courtisane se vendait à lui et se donnait à Diogène, il disait : Je l’achète pour m’en servir, & non pour empêcher qu’un autre ne s’en serve. Quoi qu’il en soit de ces petites anecdotes, dont un homme sage sera toujours très-réservé, soit à nier, soit à garantir la vérité, je ne comprends guère par quel travers d’esprit on permettait à Socrate le commerce d’Aspasie, et l’on reprochait à Aristippe celui de Laïs. Ces femmes étaient toutes deux fameuses par leur beauté, leur esprit, leurs lumières, et leur galanterie. Il est vrai que Socrate professait une morale fort austère, et qu’Aristippe était un philosophe très-voluptueux ; mais il n’est pas moins constant que les philosophes n’avoient alors aucune répugnance à recevoir les courtisanes dans leurs écoles, et que le peuple ne leur en faisait aucun crime23.

17Quant à l’un de ses successeurs, Bion le boristhénite, il fut en proie lui aussi aux calomnies :

  • 24 Ibid., Tome 4, p. 605.

On l’accuse d’avoir traité de sottise la continence de Socrate avec Alcibiade ; mais on n’a qu’à consulter l’auteur que nous avons déjà cité, pour connaître quel degré de foi il faut accorder à ces anecdotes scandaleuses, et à quelques autres de la même nature. Les prêtres du Paganisme ne pouvaient supporter qu’on accordât de la probité aux inconvaincus de leur temps : ou ils leur reprochaient comme des crimes les mêmes faiblesses qu’ils se pardonnaient ; ou ils en accusaient leur façon de penser, quoiqu’avec des sentiments plus orthodoxes ils ne fissent pas mieux qu’eux ; ou ils les calomniaient sans pudeur, lorsqu’ils en étaient réduits à cette ressource : C’est toujours montrer de la piété envers les dieux, disaient-ils, que de dénigrer à-tort et à-travers ces hommes pervers24.

18Diderot utilise donc des anecdotes fausses qui servent pourtant son propos : il montre comment cette philosophie fut la cible de la justice, des religieux qui la soupçonnaient d’athéisme, des philosophes qui l’accusaient de corruption. Défendre le philosophe contre l’intolérance, combat immémorial et pourtant éminemment d’actualité, tel est l’objectif de Diderot dans cet article qui suggère que l’histoire de la philosophie combat toujours les mêmes ennemis.

19À travers tous ces exemples, on peut dessiner les rapports que l’Encyclopédie entretient avec l’anecdote : cette dernière apparaît en premier lieu associée à l’erreur, la fable, la superstition. Elle est citée sans être rapportée dans un effet entendu avec le lecteur et entre dans le débat philosophique avec les éclairages que nous lui connaissons. Rapportée avec détails ou en séries, l’anecdote a valeur démonstrative, persuasive. Mais certains articles entretiennent une relation plus ambiguë à l’anecdote et plus tendue à la vérité : elle est supposée vraie d’entrée de jeu et aucune démonstration, aussi poussée soit-elle, ne la remet en cause tandis que déclarée fausse, elle permet tout de même une démonstration rigoureuse et poursuit l’Infâme.

L’anecdote ou les séductions du discours biographique

  • 25 Sur les rapports de l’anecdote au biographique au XVIIIe siècle, voir Sgard J., « Problèmes théori (...)
  • 26 Ibid., Tome 6, p. 6.
  • 27 Ibid., Tome 8, p. 322.

20Mais les charmes de l’anecdote opèrent dans un rapport moins tendu à la démonstration et à la vérité et ce, plus particulièrement dans le discours biographique25. On pourra passer rapidement sur l’hommage funèbre placé dans l’Avertissement du tome six de l’Encyclopédie sur Lenglet-Dufresnoy chez qui l’on appréciait « la conversation animée et pleine d’anecdotes26 ». Mais un amateur d’anecdotes sur le théâtre anglais ne peut que regretter, dans l’article « Stratford », de ne pas savoir quelle a été la première pièce de Shakespeare. De Guy Patin qui naquit à Houdan (sujet de la notice), on apprécie les lettres qui « ont été lues avec avidité, parce qu’elles sont naturelles, parce que d’ailleurs, selon la remarque de M. de Voltaire, elles contiennent des anecdotes qu’on aime, et des satires qu’on aime encore davantage27. » La notice théologique et métaphysique sur les Unitaires du contributeur Naigeon expose la doctrine antitrinitaire des sociniens : la remise en cause des textes sacrés par la raison fait pleinement partie de leur démarche, ce qui laisse se profiler le déisme puis le matérialisme. La démonstration est assortie de précautions oratoires qui renvoient régulièrement à des articles plus orthodoxes de l’Encyclopédie, comme s’il s’agissait de désamorcer une pensée trop aventureuse. La transition qui permet de passer des opinions des unitaires à des anecdotes biographiques concernant leurs fondateurs et adeptes semble du même acabit ; elle oriente le débat vers des détails sans doute moins consistants du point de vue dogmatique sans perdre de vue tout à fait l’objet du débat :

  • 28 Ibid., Tome 17, p. 400.

Au reste quoique le but de l’Encyclopédie ne soit pas de donner l’histoire des hérétiques, mais celle de leurs opinions, nous rapporterons cependant quelques anecdotes historiques sur ce qui concerne la personne et les aventures des principaux chefs des Unitaires. Ces sectaires ont fait trop de bruit dans le monde, et s’y sont rendus trop célèbres par la hardiesse de leurs sentiments, pour ne pas faire en leur faveur une exception28.

  • 29 Ibid., Tome 15, p. 135.

21Plus remarquable dans la perspective biographique est l’article intitulé « Séville » qui consacre une partie de la notice au fameux Cervantès. Le contributeur s’attache au dernier roman de l’espagnol Les travaux de Persile et Sigismonde et aux circonstances de l’écriture : « Il était alors attaqué d’une maladie qui ne l’empêcha pas d’écrire ce roman, et les petites anecdotes qui s’y rapportaient. Comme nous n’avons point d’autre historien que lui-même, et qu’il raconte tout avec grâce : voyons ce qu’il nous dit à ce sujet. Il s’exprime en ces termes29. »

22Suit une longue citation dans laquelle Cervantès, atteint d’hydropisie, raconte comment il avait rencontré sur les routes un étudiant qui lui avait conseillé un remède. L’anecdote racontée avec grâce et enjouement montre la renommée du célèbre romancier mais n’a aucune incidence sur la guérison du conteur. En laissant place à cette anecdote, en déléguant la parole, c’est le plaisir du récit qui est mis en valeur. Sans quitter tout à fait l’anecdote concernant un fait ou un personnage historique, ces quelques notations indiquent un rapport au fait moins démonstratif et plus ludique.

Conclusion

  • 30 Ibid., Tome 3, p. 331.
  • 31 Ibid., Tome 3, p. 331.
  • 32 Ibid., Tome 14, p. 374.

23Nous avons eu l’occasion de le remarquer : la même anecdote sur Henri III et ses petits chiens est reprise par Daubenton à l’article « Chiens » et par Jaucourt à l’article « Rosny ». La comparaison précise de ces deux récits et de leur utilisation nous fournira une conclusion exemplaire sur l’usage de l’anecdote dans l’Encyclopédie. Les deux versions sont à peu près identiques à quelques différences près ; elles citent les propos de Sully au style direct, tirés des Oeconomies royales. Celle de Daubenton est la suivante : « Je me souviendrai toujours, dit M. de Sully, de l’attitude et de l’attirail bizarre où je trouvai ce prince un jour dans son cabinet : il avait l’épée au côté, une cape sur les épaules, une petite toque sur la tête, un panier plein de petits chiens pendu à son cou par un large ruban ; et il se tenait si immobile, qu’en nous parlant il ne remua ni tête, ni pied, ni main30 ». Le discours rapporté est caractérisé d’anecdote par les deux contributeurs mais leur point d’insertion dans l’article diffère : chez Daubenton, le fait est introduit dans une série d’anecdotes visant à montrer la folie des hommes et plus encore l’affection débordante qu’ils éprouvent pour la race canine. L’anecdote vient illustrer plus précisément le fait qu’« Henri III aima les chiens mieux que son peuple31 ». Introduit par cette assertion polémique, le portrait du souverain prend une dimension satirique en inversant les attributs du pouvoir et les caractéristiques du portrait en majesté. Non pas roi des hommes mais roi des chiens, Henri III se livre entièrement à sa passion sans plus se préoccuper de ses congénères. De manière plus générale, cette citation s’insère dans un discours propre à discréditer les contes que l’on rapporte sur les chiens et illustre pour une part le peu de crédibilité que les encyclopédistes accordent à l’anecdote. Chez Jaucourt, la référence à l’anecdote sur Henri III est beaucoup plus ludique : comparant l’ouvrage de Sully avec sa version remaniée, celle de l’abbé de l’Écluse, il reconnaît à cette dernière quelques manquements : « C’est un très bon ouvrage, mais qui n’a point fait tomber le mérite de l’original au jugement des curieux. Il n’a pu insérer dans son abrégé, quantité de choses instructives sur les affaires d’état ; et en même temps il a passé sous silence quelques anecdotes singulières32. » Les termes, tels que « curieux » ou « singulières », signalent un goût prononcé pour l’original, la petite histoire. En citant Sully, les deux contributeurs n’échappent pas au pittoresque, au piquant mais ils usent de l’exemplarité et de la représentativité de l’anecdote dans des perspectives différentes : Daubenton en fait un instrument polémique au service de la raison et de l’esprit critique, bien dans l’esprit général de l’Encyclopédie, quand Jaucourt s’y adonne pour le simple plaisir du petit fait qui caractérise.

24En fonction des rédacteurs et des sujets, l’anecdote subit des opérations différentes. Hétéroclite dans ses définitions, dans ses usages, elle semble en partie répondre au projet philosophique dans son ensemble à travers un refus assez massif de ce qui apparaît souvent comme rumeurs infondées, curiosités malsaines, billevesées sans fondement. Pourtant, certains articles de l’Encyclopédie témoignent d’un jugement moins sévère à l’égard de l’anecdote dans un rapport plus indulgent à ce type de fait. Au croisement du factuel et du fictionnel, de l’histoire et de la légende, du démonstratif et du ludique, l’anecdote prend toute son ampleur dans l’Encyclopédie. De la diversité des contributeurs, de leurs sujets, de leurs sensibilités, il paraît cependant difficile de construire une unité à partir de notices fondamentalement hétérogènes.

Notes

1 Encyclopédie, 1751, Tome 1, p. 452.

2 Voir également l’article « Ana, anecdotes » des Questions sur l’Encyclopédie de Voltaire.

3 Op. cit.,

4 Ibid., p. 452-453. Le discrédit porté aux anecdotes de Varillas n’est pas propre à E. F. Mallet. À la suite de Bayle, l’Europe savante et érudite jette l’opprobre sur ce qu’elle ne considère que comme affabulation romanesque, indigne de l’histoire. Guion B., Du bon usage de l’histoire. Histoire, morale et politique à l’âge classique, Paris, Champion, 2008, p. 408-414.

5 Ibid., Tome 8, p. 225.

6 Pour envisager le traitement de l’anecdote dans l’œuvre de Voltaire, se reporter à l’article de Volpilhac-Auger C., « L’historien et ses masques : Voltaire théoricien de l’anecdote », L’Histoire en miettes. Anecdotes et témoignages dans l’écriture de l’histoire (XVIe-XIXe siècle), Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, Elseneur no 19, p. 215-229.

7 L’anecdote d’Henri III et de ses petits chiens figure à deux reprises dans l’Encyclopédie : dans la notice « Chiens » de Daubenton et dans celle de « Rosny » de Jaucourt. Elle sera l’occasion d’une analyse plus précise dans la suite de cet article.

8 Ibid., Tome 5, p. 694-695.

9 « L’usage du singulier va se répandre et supplanter la forme plurielle, sans doute vers le milieu du XVIIIe siècle où les deux usages coexistent encore. En effet le Dictionnaire de Trévoux, dans son édition de 1743, choisit pour adresse anecdote au singulier alors que l’Encyclopédie de 1751 conserve le pluriel. » Hadjadj D., « L’anecdote au péril des dictionnaires », Montandon A. (dir.), L’Anecdote, Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’université Blaise Pascal, Fascicule 31, 1990, p. 5.

10 Op. cit., Tome 7, p. 528.

11 Les Transactions philosophiques, qui ont aussi pris temporairement le nom de Collections philosophiques, forment une sorte de journal, mensuel à ces débuts, qui rassemble des mémoires concernant des découvertes en sciences ou dans les belles-lettres et que l’on lit à la société royale de Londres.

12 Ibid., Tome 2, p. 859.

13 Ibid., Tome 8, p. 151.

14 Ibid., Tome 3, p. 331.

15 Ibid., Tome 8, p. 81.

16 Ibid., Tome 8, p. 81.

17 Ibid., Tome 8, p. 81.

18 Ibid., Tome 8, p. 81.

19 Ibid., Tome 8, p. 82.

20 Ibid., Tome 11, p. 378.

21 Ibid., Tome 4, p. 798.

22 Ibid., Tome 4, p. 800.

23 Ibid., Tome 4, p. 604.

24 Ibid., Tome 4, p. 605.

25 Sur les rapports de l’anecdote au biographique au XVIIIe siècle, voir Sgard J., « Problèmes théoriques de la biographie », L’Histoire au XVIIIe siècle, Colloque d’Aix-en-Provence – mai 1975, Aix-en-Provence, Édisud, 1980, p. 187-199. Abiven K., L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. Un genre miniature de Tallemant des Réaux à Voltaire, Paris, Classiques Garnier, 2015.

26 Ibid., Tome 6, p. 6.

27 Ibid., Tome 8, p. 322.

28 Ibid., Tome 17, p. 400.

29 Ibid., Tome 15, p. 135.

30 Ibid., Tome 3, p. 331.

31 Ibid., Tome 3, p. 331.

32 Ibid., Tome 14, p. 374.

Auteur

Maître de conférences à l’université François-Rabelais de Tours et l’auteur d’ouvrages et d’articles sur les Mémoires et la littérature du XVIIIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540