Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Deuxième partie. Écriture du factuel

Anecdote et récit de soi

Un manuscrit d’auteur à l’étude

Marie Chouleur

Résumé

La bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence conserve l’unique exemplaire connu des Mémoires de Guillaume Millet de Jeure (v. 1620-1690). Le récit autobiographique de ce fidèle des Cardinaux, témoin privilégié des troubles survenus à la faveur de la minorité du roi Louis XIV, renferme de nombreuses anecdotes. Bien qu’en apparence dénuées d’intention, elles participent de l’inscription générique du texte ainsi que de la construction de l’identité de l’auteur.

Texte intégral

  • 1 Millet De Jeure G., Mémoires, Aix-en-Provence, bibl. Méjanes, ms. 502 (153), année 1635, t. II, p. (...)

Je ne fais pas estat de circonstancier toutes les choses dont je parleray cy-après dans cet abrégé des actions de ma vie, parce que je n’ai pas veu toutes celles qui se sont passées en d’autres lieux que ceux où j’ay esté present. Je lairrai cette matiere aux historiens ou à ceux qui ont fait des Memoires plus exacts pendant le cours des temps. […] Je suprimeray plusieurs actions heureuses et glorieuses pour lors, selon le monde, toujours en horreur à Dieu, depuis devenues crimineles par la pieté de nostre grand roi1.

1Tels sont les mots qui ouvrent les Mémoires de Guillaume Millet de Jeure (v. 1620-1690), soldat et diplomate, serviteur des Cardinaux et de la monarchie, dont la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence conserve, sous la cote ms. 502 (153), l’unique exemplaire connu.

2Sur le feuillet liminaire, un lecteur anonyme du XVIIIe siècle, bibliophile ou marchand, résume l’ouvrage en ces termes : « Le manuscrit est de Mr Millet, auteur, selon ce qu’il ecrit, d’autres Memoires. […] Il contient l’histoire abregée des guerres depuis 1635 jusqu’à 1683. Il traite des negotiations dont Mr Millet a été chargé, il seme quelques anecdotes curieuses que je n’ay leu nulle part, et indique tous les livres qui ont approfondi les matieres qu’il abrege, et où l’auteur ne s’est point trouvé. » Né d’une famille de petite noblesse, Guillaume Millet entra au service de Richelieu puis de Mazarin, dont il gagna la confiance à la faveur de la Fronde. Le Cardinal, alors en exil, utilisa sa créature, demeurée à la cour en qualité de sous-gouverneur de Monsieur, frère du roi, pour correspondre secrètement avec Anne d’Autriche. Le mémorialiste occupa, en récompense de sa fidélité, de nombreux emplois à l’armée, dans la diplomatie et à la cour. Pourtant il devait mourir impécunieux et, comble d’infortune, privé d’héritier direct.

  • 2 Sur la valeur informative de tels écrits, voir « L’histoire en miettes. Anecdotes et témoignages d (...)
  • 3 Vittorio Siri laissa deux volumineux ensembles, Il Mercurio overo Historia de correnti tempori et (...)

3Le manuscrit des Mémoires de Guillaume Millet, de format grand in-folio, compte environ cinq cents pages. Sa rédaction s’échelonna entre 1678 et 1688. Manchettes et marques de révision y sont autographes. Le volume, divisé en années, détaille les principales missions de l’auteur, qui mêle aux épisodes vécus les principaux événements politiques, militaires et diplomatiques du temps2, puisant à l’envi dans la correspondance échangée avec les ministres et serviteurs de la monarchie et dans ses « autres Mémoires ». Guillaume Millet apporta le plus grand soin à l’arrangement de ces bribes de narration, mû sans doute par une intention démonstrative. Il avait déjà fait paraître une apologie de la paix des Pyrénées, et affectionnait à l’évidence les gazettes et récits historiques, en particulier ceux de Vittorio Siri, publiciste proche de Mazarin3. Il y a donc fort à penser, si l’on considère les seules lectures du mémorialiste, que l’art de conter les « particularités » de l’histoire ne lui était pas étranger !

  • 4 Se reporter à la définition donnée dans Montandon A., Les formes brèves, Paris, Hachette, 1993. Su (...)

4Anecdote qualifie une courte séquence narrative, centrée sur un personnage singulier et dépourvue de péripéties secondaires, qui, tout entière tendue vers un effet, révèle une circonstance historique méconnue4. Le relief des anecdotes relatées par Guillaume Millet tient moins à leur intérêt intrinsèque, dans la mesure où leur objet ne diffère guère de celui de l’ouvrage dans son entier, qu’au traitement formel qui leur est appliqué. Par conséquent la difficulté est ici, de même que dans la plupart des Mémoires, qui tous contiennent une multitude d’historiettes, d’identifier et de circonscrire cette pratique. L’usage de l’anecdote n’est pas pour autant vain. Au contraire, il semble que cette forme brève serve à double titre le dessein littéraire de l’auteur, en participant d’une part de l’inscription générique du texte, et d’autre part de la construction de son identité.

5Il convient d’envisager les anecdotes, nombreuses, que renferme le texte, comme constitutives d’une pratique de l’écrit, en s’attachant tout d’abord à leurs caractères et fonctions récurrents.

  • 5 Guion B., Du bon usage de l’histoire. Histoire, morale et politique à l’âge classique, Paris, Cham (...)
  • 6 Voir aussi le concept de « seuil anecdotique », développé par Karine Abiven (« La cristallisation (...)
  • 7 Sur la propension des mémorialistes à l’ajout, voir Beugnot B., « Pratiques de l’écriture au XVIIe(...)

6Guillaume Millet n’utilise pas le mot « anecdote », qui n’a pas alors son acception contemporaine, mais emploie en revanche deux termes de sens voisin, souvent associés, « circonstance » et « particularité5 ». Les anecdotes réunissent néanmoins, dans ses Mémoires, les conditions de facticité, de représentativité et de brièveté sur lesquelles s’entendent les spécialistes : souvent précédées d’une séquence méta-textuelle qui souligne le caractère incident de l’épisode et crée une rupture digressive, elles sont propres à susciter la réflexion6. Beaucoup ont pour objet la vie politique et ses acteurs. Le mémorialiste, fait inhabituel, recourt volontiers au discours direct. Néanmoins, la matière ne suffit à faire l’anecdote. Il faut par ailleurs se garder de la confondre avec des formes brèves voisines que sont le portrait, le trait d’esprit, le fait divers, la parabole, la sentence ou la farce. On rencontre quelques anecdotes parmi les passages révisés par l’auteur7 : ce sont elles, significativement, que le lecteur garde en mémoire. Le style de Guillaume Millet est quelquefois parataxique. La fréquence et l’éclat des anecdotes diminuent, à l’inverse, à mesure que le récit tend vers la chronique guerrière.

  • 8 Millet De Jeure G., op. cit., années 1672-1683, t. II, p. 588-589.

7Les anecdotes remplissent, quel que soit le genre littéraire considéré, des fonctions primaires, qui toutes sont présentes dans les Mémoires de Guillaume Millet. Certaines anecdotes ont fonction d’exemplarité. Prévenu contre la laideur de sa promise, Marie-Anne de Bavière, le Dauphin fit cependant savoir à son père, au cours d’un entretien particulier, que « de son choix, il prefereroit toujours une vertu connue à quelque beauté que ce fust ». Et l’auteur de conclure : « L’un et l’autre sortant du cabinet, je remarquay sur le visage de Sa Majesté une gayeté extraordinaire, et sur celuy de Monseigneur le Dauphin une rougeur qui relevoit sa bonne mine8 ». Les anecdotes peuvent également avoir fonction de caractérisation. Il en est une révélatrice du tempérament de Louis XIV, qui n’est alors qu’un jeune monarque :

  • 9 Ibid., année 1651, t. II, p. 461-462.

Il y avoit quelque temps que Mr le Prince ne voioit point Leurs Majestez, bien qu’il se promenast par les rues de Paris et passast souvent devant le Palais Royal sans y entrer. Il luy arriva mesme un jour que, faisant un tour de cours, le roy survint dans son carrosse, accompagné de Mr le mareschal de Villeroy, son gouverneur, des principaux de ses officiers et de ses gardes. Mr le Prince fut sans doute fort interdit, ne sçachant si cette partie avoit esté faicte pour l’arrester ou luy faire quelque violence, mais la presence du gouverneur ou d’autres motifs suspendirent possible la colere et le ressentiment du roy, dès lors très delicat sur les choses qui regardoient sa personne et sa gloire, et laissa retirer tranquilement Mr le Prince qui ne s’advisa plus d’y retourner9.

8Plus loin, le mémorialiste livre une anecdote qu’il situe lors d’un conseil extraordinaire, à la veille de la chute de Fouquet, dominée par la fonction dialogique :

  • 10 Ibid., année 1661, t. II, p. 546.

Celuy-ci, disant son advis à son tour, voulut dissuader le roy de secourir la republique de Venise soit de troupes soit d’argent, alleguant à Sa Majesté la disette de son espargne, dont il disoit luy avoir rendu compte et fait voir l’estat de ses finances. Le roy luy repliqua sur le champ d’un ton de maistre : « Si c’est le bien de mes affaires que je secourre les Venitiens à grands frais, je ferai en sorte que mes finances y subviendront, et aux autres besoings. » Je ne scay si le surintendant comprit bien le sens de cette declaration [de] Sa Majesté, mais un plus clair voiant et moins presomptueux que luy l’auroit bien entendu, et qui eut enfin son effect vers la fin de la mesme année, comme je dirai cy-après si cette matiere me tombe souz la plume dans le cours de ces Memoires10.

9D’autres n’ont de fonction que rhétorique. Le mémorialiste relate par exemple la méprise de l’un de ses compagnons d’armes, durant la campagne des Flandres, qui crut à une attaque ennemie en entendant des hennissements :

  • 11 Ibid., année 1647, t. II, p. 350.

Mr de Paluau, surpris, me dit assez bas : « Si les ennemis nous ont entendu marcher, nous serons coupez à nostre retour. » [...] Nous nous aperceusmes en marchant de l’erreur de Mr de Paluau, car nous entendismes les mesmes chevaux hannir qui nous avoient donné l’alarme avant le jour. Il y en avoit une quantité de tuez dans les champs, et plusieurs entr’autres qui n’avoient que les jambes coupées qui, sentant marcher d’autre chevaux le long du chemin, avoient hanni comme il est naturel à ces animaux. Les champs des environs du moulin estoient jonchez de cadavres d’hommes et de chevaux morts, nostre canon aiant faict un horrible fracas parmi les troupes des ennemis11.

10Au travers de cette description se manifeste en réalité le souvenir de l’« afreux spectacle des mort » qui résulta d’une bataille disputée par le jeune Guillaume Millet avec des mercenaires croates.

11Les anecdotes contenues dans le texte mettent de surcroît en évidence deux des composantes du genre des Mémoires, que l’on sait intimement lié au sentiment nobiliaire, la subjectivité et le secret.

  • 12 Foisil M., « L’écriture du for privé », dans Histoire de la vie privée, Ariès Ph. et Duby, G. (dir (...)
  • 13 Briot F., Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Le S (...)
  • 14 Abiven K., « “Comme une anecdote de la veille” : mise en scène énonciative de l’actualité dans les (...)

12Parfois qualifiés d’« écrits du for privé », les Mémoires, qui sont pour la plupart le fait d’acteurs de la vie politique, traitent bien davantage d’actualités que d’affects12. Guillaume Millet tire sa légitimité de sa qualité de témoin, si bien que le propos de l’ouvrage se trouve nécessairement limité. Ce procédé influe tant sur l’organisation du récit – en ceci qu’il implique « un rythme différent, et une chronique peu égale13 » –, que sur la teneur des anecdotes. Ces dernières constituent dès lors une mise en forme de l’expérience personnelle, en même temps qu’elles opèrent une actualisation du discours14. Guillaume Millet, mis dans la confidence de la fuite de la famille royale à la veille de la « nuit des rois », reçut ordre de s’assurer du soutien de ses partisans :

  • 15 Millet de Jeure G., op. cit., année 1649, t. II, p. 396-397.

J’allai chez Mr le Premier president, dont j’eus bien de la peine à esveiller le portier. Je treuvai cet illustre senateur en son lict, qui me fit introduire d’abord que l’on luy eut dit que j’avois a luy parler de la part de la reyne, qui m’avoit commendé la mesme chose et confirmé ce dont Mr le Prince et Mr le cardinal m’avoient chargé. Je luy exposai le sujet de ma mission, mais il n’eut pas plustost entendu parler de la sortie du roy que, jettant son bonnet sur son lict, il s’escria en soupirant, et presque les larmes aux yeux : « Ah Monsieur, quel conseil ! » […] Je treuvai Mr le Prince seul avec Son Eminence dans un cabinet du chasteau, qui me firent rendre compte de ce dont ils m’avoient chargé, et entre autres de la maniere que Mr le Premier president avoit receu ce que je luy avois dit de la part de la reyne. Mr le Prince dit en riant à Mr le cardinal : « Je me doutais bien que le bonhomme desaprouveroit la sortie du roy, mais je m’asseure qu’il fera son devoir15 ! »

  • 16 Lesne-Jaffro E., La Poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Champion, 1996, p. 296.

13L’anecdote, non dénuée d’artifice, démontre la capacité du mémorialiste, qui affecte du reste un style négligé jusque dans ses négociations, à insuffler du naturel et du mouvement au récit16.

  • 17 Voir à ce propos l’étude très complète de Frédéric Charbonneau (Les silences de l’histoire. Les Mé (...)
  • 18 Antoine Varillas profita de sa position de conservateur de la Bibliothèque royale pour s’essayer à (...)

14Le dictionnaire d’Antoine Furetière définit les Mémoires comme des textes d’histoire secrète, « qui n’ont point paru au jour, et qui n’y devroient point paroistre ». Guillaume Millet, à l’instar des autres mémorialistes, veut donner à voir les arcanes du pouvoir17. Ce faisant, il réintroduit de la contingence dans le récit et surtout lui confère une dimension étiologique. Le caractère rétrospectif de l’écriture l’autorise à proposer une vision finaliste des événements. L’auteur prétend rétablir les liens de causalité qui d’ordinaire échappent à des commentateurs éloignés de la vie politique, ou n’ayant pas eu accès aux archives ministérielles18. Les anecdotes que rapporte Guillaume Millet participent donc d’un discours d’autorité. Le mémorialiste rapporte par exemple une bien étrange mission visant à contrarier les intrigues de la duchesse de Chevreuse :

  • 19 Millet de Jeure G., op. cit., année 1645, t. II, p. 291.

Son Eminence, dis-je, eut advis que cette femme de chambre, venant de Madrid travestie ou autrement, par le moyen des amis et correspondances de la dicte dame [la duchesse de Chevreuse], devoit avoir passé environ ce temps-là à Paris, d’où elle devoit aller à Bruxelles ; que quelques gens de l’intelligence l’attendoient sur la riviere de Somme pour la luy faire passer hors des villes et la conduire à Cambrai ; qu’elle estoit sans doute chargée de papiers que l’on soupçonnoit neantmoins qu’elle ne porteroit pas sur elle depuis Paris jusques à la frontiere, et qu’elle les auroit donnés à quelqu’un des affidés de cette cabale pour les luy rendre au rendez-vous qu’ils se seroient donnés par differents chemins. La reyne avoit une envie extreme d’estre esclaircie du sujet du voiage de cette femme, qui etoit espagnole et qui parloit neantmoins françois. […] Je fis en sorte de la joindre, d’entrer en sa confidence par une ressemblance qu’elle treuva en moy d’un gentilhomme qu’elle avoit connu à Mr de Beaufort, et enfin, l’ayant suivie quelque temps au delà de la Somme sans qu’elle s’en aperceust, je la fis prendre prisonniere par un parti de Peronne, où je ne parus point, quoy que present à l’action, à une lieue de Cambrai, d’où l’aiant ramenée à Peronne sans qu’elle se fust aperceu de la tromperie, on la mit dans le chateau. Des femmes la depouillerent et fouillerent en presence de celle du commendant audict chateau. On me mit beaucoup de papiers et de lettres entre les mains, dont on en treuva de cousues dans son corps et ses habits. Je fis un paquet de tout et le portai à la reyne, qui fut fort satisfaicte de ma diligence et des lumieres qu’elle eut par cette prise. Cette femme fut amenée quelques mois après à Amiens où etoit la cour, et la reyne l’ayant entretenue en particulier, elle fut renvoiée à sa maitresse avec passeport du roy19.

  • 20 Bullard R., The Politics of Disclosure, 1674-1725. Secret History Narratives, London, Pickering & (...)

15L’absence de clôture supplante, par son effet, les autres procédés romanesques utilisés. L’auteur conserve une pleine maîtrise de l’information, qui justement se trouve au cœur de ses activités20.

16Les anecdotes, enfin, reflètent les tensions qui habitent l’auteur, tiraillé entre continuation des valeurs nobiliaires et adhésion au principe de raison d’État.

  • 21 McGowan M., « Découverte de soi ou poursuite de la gloire ? Le dessein ambigu des mémorialistes », (...)
  • 22 Bernos M., « Les nobles d’Ancien Régime face à leur conscience » dans Grell Ch. et Ramière de Fort (...)

17Les valeurs traditionnelles dans lesquelles se reconnaissait la noblesse sous l’Ancien Régime, telles que la loyauté ou la bravoure, s’expriment dans les Mémoires de Guillaume Millet, y compris au travers d’anecdotes. Malgré l’apparente absence de notations personnelles, il affirme par leur biais à la fois son appartenance à un ordre social, et sa singularité, qui réside notamment dans son attachement aux idées, alors émergentes, de mérite et de service monarchique21. Lors de la relecture, l’auteur s’appliqua d’ailleurs à faire disparaître les anecdotes susceptibles de porter préjudice à une identité construite au fil du texte. Comme le suggérait le préambule de l’ouvrage, il revint sur le récit de duels, dont il sortit pourtant vainqueur au premier sang, ou encore sur celui d’un différend domestique22 :

  • 23 Millet de Jeure G., op. cit., année 1643, t. II, p. 266. Ces lignes ont été biffées dans le manusc (...)

Dans ce temps, deux soldats du regiment des gardes de la compagnie de Malissy qui protegeoient un de mes laquais, eschapez [sic] sans congé de peur d’estre puni d’un larcin qu’il avoit fait, me trouverent dans l’allee du logis où je me retirois, qui attendois un autre laquais que j’avois envoié à la ville. Ces fanfarons me demanderent insolemment le congé de ce fripon que j’aperceus à quelques pas de là. Je m’avancai pour m’en saisir, les deux soldats mirent l’espée à la main pour m’arrester. Je me mis en defense et serrai la muraille pour n’estre pas surpris par derriere, mais un des deux s’etant trop indiscrettement jetté sur mon espée tomba blessé d’un coup dans le corps. Son camarade prit la fuite avec le laquais. Je fus toutefois porter ce temeraire chez un chirurgien assez proche, où il vomit plus de vin que sa playe ne versa de sang23.

18Le projet du mémorialiste tend en définitive à privilégier la célébration de l’ordre et de la rigueur gestionnaire instaurés par la monarchie et ses ministres aux dépens d’un héroïsme baroque.

  • 24 Sur les relations de fidélité, voir Kettering Sh., Patronage in Sixteenth-and Seventeenth-Century (...)
  • 25 Gauchet M., « L’État au miroir de la raison d’État. La France et la chrétienté », dans Zarka Y.-C. (...)

19En outre, Guillaume Millet n’a de cesse, dans ses Mémoires, de se réclamer du patronage de Mazarin, dont il était, de son propre aveu, une créature : leur relation reposait sur un échange de services, dans lequel l’un voyait une promesse d’ascension sociale, et l’autre celle d’un dévouement sans faille24. L’auteur était par conséquent tenu de souscrire au principe de la raison d’État, « discours d’autorité énonçant une prétention à l’indiscutable au nom du secret25 », comme en atteste une anecdote autographe portée en marge du manuscrit. Reprise, au siècle suivant, par un certain Louis Rustaing de Saint-Jory, elle raconte les circonstances troubles dans lesquelles Guillaume Millet repoussa la « criminelle proposition » faite par le vivandier de Turenne d’assassiner ce prince frondeur, puis résolut de s’en ouvrir à l’intéressé :

  • 26 Millet de Jeure G., op. cit., année 1650, t. II, p. 438. Ces lignes ont été ajoutées dans le manus (...)

Un somelier de Mr de Thurenne, pris à la bataille, et relaché par quelques officiers de sa connoissance, fit demander à parler à monsieur le cardinal pour luy ofrir, ce me dit-il depuis, par un zele de bon Francois d’empoisoner son maistre, auprez duquel il retournoit en ce cas ; sinon, il se retireroit en Bretagne, son pays. Cette proposition fit horreur a Son Eminence aussy bien qu’a moy, à qui elle avoit renvoye le meschant pour escouter ce qu’il vouloit luy dire d’important, ne luy ayant pas voulu parler luymesme. […] Le pendart m’asseura pour lors qu’il retournoit en son pays. Je le crus de la sorte jusques à ce : deux ou trois années aprez, me pourmenant dans la cour de monsieur de Thurenne que j’etois allé voir avec Pertuis, son capitaine des gardes et maintenant gouverneur de Courtray, je reconnus cet abominable qui passoit dans la mesme cour. […] Je ne m’expliquay pas davantage, je courus avertir Mr le cardinal de ce rencontre et luy representay que, m’ayant autrefois fermé la bouche par modestie sur ce sujet, je n’avois osé reveler la perfidie de cet infame domestique de monsieur de Thurenne, que je ne croyois plus à son service, mais que, venant de le voir dans sa maison, je ne pouvois me dispenser d’en avertir Son Eminence afin qu’elle le fist scavoir à monsieur de Thurenne ou me donnast la liberté de le faire26.

20La réflexion procède ici d’un double mouvement. Dans un contexte de guerre civile, l’opportunité d’un tel attentat méritait d’être étudiée. La paix rendit en revanche l’argumentaire initial caduc.

21Les Mémoires de Guillaume Millet se font, sur leur fin, plus sensibles. Peut-être est-ce là un effet de la réunion, en un même chapitre, des années 1672 à 1683, qui oblige l’auteur à plus de concision encore, et met à bas sa pudeur. Devenu sous-gouverneur de Monseigneur, l’ancien serviteur de la monarchie mena une vie de courtisan, mais demeura toujours sincèrement attaché à la famille royale, ainsi que le montre cette anecdote :

  • 27 Ibid., années 1672-1683, t. II, p. 591.

Monseigneur me fit l’honneur de me gratifier à Sainct-Germain de son portrait et de celuy de Madame la Dauphine, en email, en forme de table de brasselet, garni de diaments. Comme le duc de Montauzier n’estoit plus en aage – et affoibli meme d’une grand maladie – de suivre depuis quelques années Monseigneur le Dauphin en ses exercices de chasse perpetuelle violents, que j’estois et avois tousjours esté seul soubs-gouverneur, de maniere que tout le poids de la fatigue tomboit sur moy, je ne quittois ce prince de veue que pendant une heure pour disner, jusques après son coucher que je l’entretenois encore dans le lict de choses instructives, bien qu’agreables et de son goust. J’avois tant pris sur moy, pendant plus de dix années que j’estois attaché auprès ce prince, et m’estois si fort eschauffé le sang, que je fis pitié au roy, quelques jours après le mariage de la reyne d’Espagne, m’ayant veu comme pasmé au retour d’une chasse à la suite de Monseigneur, qui dit à Sa Majesté que s’il n’avoit heureusement trouvé son carosse à une lieue de Fontainebleau, il m’auroit laissé mort en chemin. Sadite Majeste, qui me defendit de plus coure le cerf, et de me contenter de suivre Monseigneur aux petites chasses, me dit quelques jours apres en particulier, dans la galerie des cerfs où elle se vint promener seule tandis que Monseigneur y jouoit au billard en petite compagnie, des choses si obligeantes, et me fit l’honneur de me temoigner tant de satisfaction de mon zele et de mes petits soins, que la rougeur me montant au visage ne pust estre dissipée que par l’humidité de mes yeux, et je ne pourois les redire en memes termes sans rougir comme je fis alors27.

  • 28 Chartier R., « Culture écrite et littérature à l’âge moderne », dans « Pratiques d’écritures », An (...)

22Le passage établit que la satisfaction que procura à Guillaume Millet les quelques paroles apaisantes de Louis XIV était bien supérieure à celle retirée d’une simple gratification matérielle. C’est pourquoi, même si les intentions qui président à la rédaction de Mémoires sont toujours complexes, « du regard rétrospectif porté sur une trajectoire sociale peu commune à l’inquiétude devant la possible disparition du nom et de la lignée28 », on peut affirmer que le dessein de l’auteur avait été longuement mûri : il entendait se rendre justice, et justifier aussi les hommes qu’il avait côtoyés. Il laissa un témoignage singulier de la condition de fidèle, et de la quête de reconnaissance inhérente à celle-ci. Ses Mémoires lui permirent, en l’absence de descendance, de se survivre symboliquement.

  • 29 Hourcarde Ph., « Problématique de l’anecdote dans l’historiographie à l’âge classique », dans « L’ (...)
  • 30 Beugnot B., Le Discours de la retraite au XVIIe siècle. Loin du monde et du bruit, Paris, PUF, 199 (...)

23Passé à la sœur du mémorialiste, le manuscrit serait entré dans la collection du marquis de Méjanes, qui portait un grand intérêt à la Fronde, en 1860, date de la vente du manoir familial. Il ne rencontra guère de fortune littéraire, même s’il contenait une multitude d’anecdotes touchant à l’exercice du pouvoir de nature à exciter la curiosité des historiens29. Au demeurant, la richesse des anecdotes réside dans leurs enseignements indirects, non dans les faits eux-mêmes. Au travers d’une forme brève, qui interpelle et qui concentre le sens, l’auteur dévoile les dessous d’une existence inquiète, consommée au service des Cardinaux et de la monarchie30. L’ascension sociale de Guillaume Millet se trouva certes limitée par la fragilité de sa condition nobiliaire, et son peu de fortune familiale, mais il eut, tout au long de sa carrière, accès aux secrets du gouvernement.

24Existait-il plus belle récompense pour cet artisan de l’absolutisme ?

Notes

1 Millet De Jeure G., Mémoires, Aix-en-Provence, bibl. Méjanes, ms. 502 (153), année 1635, t. II, p. 187. Les références – tomaison et numéro de page – renvoient à l’édition donnée dans Chouleur M., Guillaume Millet de Jeure, témoin de la vie politique du Grand Siècle, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, Poncet O. et Poumarède G. (dir.), Paris, École nationale des Chartes, 2011.

2 Sur la valeur informative de tels écrits, voir « L’histoire en miettes. Anecdotes et témoignages dans l’écriture de l’histoire » (XVIe-XIXe siècles), Elseneur, no 19, Dornier C. et Poulouin C. (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2004 et Jouhaud Ch., Ribard D. et Schapira N., Littérature, histoire, témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, 2009.

3 Vittorio Siri laissa deux volumineux ensembles, Il Mercurio overo Historia de correnti tempori et Memorie recondite dall’anno 1601 fino al 1640. Voir à son propos Laurain-Portemer M., Études mazarines, t. II, Paris, chez l’auteur ; Nogent-le-Roi, diff. Librairie des arts et métiers, 1997, p. 507-508.

4 Se reporter à la définition donnée dans Montandon A., Les formes brèves, Paris, Hachette, 1993. Sur l’étymologie et l’évolution sémantique du terme, voir Hadjadj D., « L’anecdote au péril des dictionnaires », dans Montandon A. (dir.), L’Anecdote : actes du colloque de Clermont-Ferrand, 1988, Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres, 1990, p. 1-20.

5 Guion B., Du bon usage de l’histoire. Histoire, morale et politique à l’âge classique, Paris, Champion, 2008, p. 377 : « Le terme “particularité” désigne soit ce qui n’est pas dit dans l’histoire générale, soit ce que peu de gens ont su, soit encore le détail de certains événements qui n’étaient jusqu’alors connus du public que dans leurs grands traits. »

6 Voir aussi le concept de « seuil anecdotique », développé par Karine Abiven (« La cristallisation narrative comme embrayeur de signification dans le récit anecdotique », dans Lecercle F., Marchand S. et Schweitzer Z. (dir.), Les Anecdotes dramatiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, PUPS, 2012, p. 13-26.

7 Sur la propension des mémorialistes à l’ajout, voir Beugnot B., « Pratiques de l’écriture au XVIIe siècle. Du manuscrit à l’imprimé », dans Lebrave J.-L. et Grésillon A. (dir.), Écrire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Genèses des textes littéraires et philosophiques, Paris, éditions du CNRS, 2000, p. 37.

8 Millet De Jeure G., op. cit., années 1672-1683, t. II, p. 588-589.

9 Ibid., année 1651, t. II, p. 461-462.

10 Ibid., année 1661, t. II, p. 546.

11 Ibid., année 1647, t. II, p. 350.

12 Foisil M., « L’écriture du for privé », dans Histoire de la vie privée, Ariès Ph. et Duby, G. (dir.), Paris, Le Seuil, 1999 (réimp.), t. III, p. 319-357. Se reporter à l’article fondateur de Marc Fumaroli (« Les Mémoires du XVIIe siècle au carrefour des genres en prose », dans XVIIe siècle, no 94-95, Paris, Société d’étude du XVIIe siècle, 1971, p. 7-37).

13 Briot F., Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1994, p. 91. Sur la relation ambivalente des mémorialistes à l’histoire, voir Carrier H., « Pourquoi écrit-on des Mémoires au XVIIe siècle ? L’exemple des mémorialistes de la Fronde », dans Bertaud M. et Cuche F.-X. (dir.), Le Genre des Mémoires, essai de définition, Paris, Klincksieck, 1995, p. 137-151.

14 Abiven K., « “Comme une anecdote de la veille” : mise en scène énonciative de l’actualité dans les genres anecdotiques (1660-1710) », dans « Écritures de l’actualité (XVIe-XVIIIe siècles) », Littératures classiques, no 78, 2012, p. 30.

15 Millet de Jeure G., op. cit., année 1649, t. II, p. 396-397.

16 Lesne-Jaffro E., La Poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Champion, 1996, p. 296.

17 Voir à ce propos l’étude très complète de Frédéric Charbonneau (Les silences de l’histoire. Les Mémoires français du XVIIe siècle, Sainte-Foy, Presses de l’université de Laval, 2001).

18 Antoine Varillas profita de sa position de conservateur de la Bibliothèque royale pour s’essayer à l’« l’histoire anecdotique ». Voir à son propos Uomini S., Cultures historiques dans la France du XVIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 403-445.

19 Millet de Jeure G., op. cit., année 1645, t. II, p. 291.

20 Bullard R., The Politics of Disclosure, 1674-1725. Secret History Narratives, London, Pickering & Chatto, 2009, p. 5 : « Secret history not only claims to reveal secrets but also scrutinizes the ethical, epistemic, historiographical and political implications of its own revelatory gestures. »

21 McGowan M., « Découverte de soi ou poursuite de la gloire ? Le dessein ambigu des mémorialistes », dans Hepp N. et Hennequin J. (dir.), Les Valeurs chez les mémorialistes français du XVIIe siècle avant la Fronde, Paris, Klincksieck, 1979, p. 211-222. Sur la publicité des faits d’armes, voir Drévillon H., « “Publier nos playes et valeurs”. Le fait d’armes et sa notoriété pendant la guerre de Trente Ans (1635-1648) », dans La Noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle, un modèle social ?, Anglet, Atlantica, 2002, t. I, p. 289-308.

22 Bernos M., « Les nobles d’Ancien Régime face à leur conscience » dans Grell Ch. et Ramière de Fortanier A. (dir.), [Mélanges Ellery Schalk], Paris, PUPS, 1999, p. 141-150.

23 Millet de Jeure G., op. cit., année 1643, t. II, p. 266. Ces lignes ont été biffées dans le manuscrit.

24 Sur les relations de fidélité, voir Kettering Sh., Patronage in Sixteenth-and Seventeenth-Century France, Aldershot, Ashgate, 2002.

25 Gauchet M., « L’État au miroir de la raison d’État. La France et la chrétienté », dans Zarka Y.-C. (dir.), Raisons et déraisons d’État. Théoriciens et théories de la raison d’État aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUF, 1994, p. 239.

26 Millet de Jeure G., op. cit., année 1650, t. II, p. 438. Ces lignes ont été ajoutées dans le manuscrit. Voir par ailleurs Rustaing de Saint-Jory L., Mémoires secrets sur la cour de France pendant la minorité de Louis XIV, Amsterdam, F. Girargi, 1733, t. II, p. 245-247.

27 Ibid., années 1672-1683, t. II, p. 591.

28 Chartier R., « Culture écrite et littérature à l’âge moderne », dans « Pratiques d’écritures », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no spécial, Paris, EHESS, 2001, p. 787. Sur le rapport des historiens au pouvoir, voir notamment Ranum O., Artisans of Glory. Writers and Historical Thought in Seventeenth Century France, Chapel Hill N. C., University of North Carolina Press, 1966.

29 Hourcarde Ph., « Problématique de l’anecdote dans l’historiographie à l’âge classique », dans « L’histoire au XVIIe siècle », Littératures classiques, no 30, 1997, p. 80 : « La survie [de l’anecdote] dépend, entre autres, de sa puissance d’effet sur la raison ou l’imagination, bref du degré de curiosité qu’elle suscite, ainsi que de la capacité d’accueil et de mémorisation de l’auditeur, de son goût pour le narré, de son non-conformisme d’individu universellement accessible et ludique. »

30 Beugnot B., Le Discours de la retraite au XVIIe siècle. Loin du monde et du bruit, Paris, PUF, 1996.

Auteur

Marie Chouleur a étudié l’histoire et la littérature, consacrant sa thèse de l’École nationale des Chartes à l’édition critique des Mémoires de Guillaume Millet de Jeure. Diplômée de l’Institut national du patrimoine, elle est aujourd’hui conservateur du patrimoine aux Archives nationales.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search