Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Deuxième partie. Écriture du factuel

D’arbres et de monastères

L’usage de l’anecdote dans les publications généalogiques anglaises (xviie-xviiie siècles)

Stéphane Jettot

Résumé

Dans les discours généalogiques, la culture érudite coexiste bien souvent avec l’art de la digression et de l’anecdote. Au-delà de la question du vrai et du faux, les recherches se portent à présent sur une contextualisation plus étroite des récits généalogiques. Les auteurs qui composent ces discours s’adressent à un public qui recherche la confirmation de l’ancienneté de certains lignages ou, dans les temps de crise, l’existence d’une identité collective et parfois une source de divertissement. À travers diverses anecdotes autour des arbres et des monastères extraites de généalogies anglaises à l’époque moderne, on montrera comment certaines histoires circulent d’une génération à une autre pour des usages bien différents.

Texte intégral

  • 1 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751, tome I, p. 452.
  • 2 Ibid., tome VII, p. 458.

1Dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1770-1780), les notices consacrées à la généalogie et à l’anecdote présentent plusieurs analogies. Elles sont définies comme des formes de transgressions mémorielles à mi-chemin entre les sphères publique et privée. L’anecdote permet de faire connaître les « histoires secretes de faits qui se sont passés dans l’intérieur du cabinet ou des cours des Princes1 ». La généalogie établit que pour toute famille, il existe une lignée de descendants où l’on « verroit des capitaines et des pastres, des ministres d’État et des artisans, des princes et des goujats2 ». Le deuxième point commun, c’est qu’en dépit de leur fiabilité douteuse, elles rencontrent toutes les deux un fort engouement auprès du public. Ainsi, si les anecdotes sont « la plupart du tems fausses ou du moins suspectes », le rédacteur de la notice évoque le grand succès des Trésor d’anecdotes en cinq volumes de Dom Martene. Celui de la notice « généalogie » déplore « la vanité et la foiblesse » de ces discours, « qu’il faudroit nommer l’art des conjectures hasardées », mais qui font l’objet de publications abondantes comme le « manuel généalogique de M. Schumann, qui paroît tous les ans à Leipsick ».

  • 3 Bizzocchi R., Généalogies fabuleuses. Inventer et faire croire dans l’Europe moderne, Paris, Éditio (...)
  • 4 Wagner A., The Records and Collections of the College of Arms, Londres, Burkes Peerage, 1952; Parry (...)
  • 5 « The value of the anecdote lies not in its idiosyncrasy but in its relationship to a new overall n (...)

2Enfin, la comparaison entre ces deux notices conduit à s’interroger sur la construction du discours généalogique. Les travaux pionniers de Roberto Bizzocchi nous incitent à considérer, au-delà de la question du vrai et du faux, la structure composite des récits généalogiques mêlant légendes, érudition et mythologies3. Outre-Manche, l’historiographie est plutôt centrée sur les pratiques généalogiques, autour des hérauts d’armes du College of Arms et de la sociabilité des élites comtales4. Cette différence est d’autant plus remarquable que dans l’histoire culturelle, les études se sont portées de manière assez précoce vers une analyse discursive des sources. Dans ce qu’il est convenu d’appeler le « néo-historicisme », Stephen Greenblatt a réhabilité le potentiel herméneutique du fragment dans la « conversation culturelle » qui se noue entre les membres d’une même société, entre le particulier et l’abstraction, l’inspiration et la tradition5.

  • 6 The Lives of the Berkeleys, Lords of the Honour Castle and Manor of Berkeley from 1066 to 1618, 162 (...)

3Dans cet article, ces pistes nouvelles de réflexion aident à éclairer la place du phénomène anecdotique dans les pratiques généalogiques dans l’Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles. Trois études de cas ont été retenues. Sont envisagées une généalogie familiale publiée en 1628 sous le titre, The Lives of the Berkeleys, les recueils généalogiques publiés en 1656 et en 1675 par Sir William Dugdale et un dictionnaire généalogique publié par Thomas Wotton en 17406. L’écart chronologique entre ces publications permet d’approcher l’anecdote dans des contextes différenciés : le règne de Charles Ier et les suites de la réforme protestante, la fin de la guerre civile et la Restauration, le règne de George II et l’émergence d’un mouvement patriote potentiellement hostile aux élites foncières.

  • 7 Margaret A., « English ruin and English history, sense of the past », Journal of the Warburg and Co (...)

4Pour mieux éclairer les effets de réemplois et d’usages circonstanciés de l’anecdote, on retiendra deux figures particulièrement valorisées : les monastères et les arbres. Les uns comme les autres apparaissent comme des supports privilégiés de l’imaginaire généalogique. L’arbre autant que le monastère sont utilisés comme preuves autant que comme métaphores de l’ancienneté des familles. Dans leur matérialité, ce sont des monuments inscrits dans un temps long, qui témoignent des actes de fondations, des exploits autant que des destructions du passé et qui entretiennent la fiction d’une continuité des lignages. À l’état de ruine ou de carcasse, ils rendent visible la filiation entre le passé lointain et le présent. Archives matérielles, ils forment un palimpseste de diverses traditions et de récits, recueillis par les moines dans leurs bibliothèques. Comme le rappelle Alain Corbin, liber en latin est à la fois le livre et la pellicule entre l’écorce et le tronc7

Quelques histoires édifiantes de la famille Berkeley (1628)

  • 8 Stone L., « The Inflation of Honours, 1558-1641 », Past and Present, vol. 14, no 1, 1958, p. 45-70, (...)

5En premier lieu, l’anecdote peut être utilisée pour soutenir l’authenticité des lignages, dans un contexte d’intenses compétitions entre les élites anciennes et les newcomers. En effet, sous les premiers Stuarts, la vente des biens ecclésiastiques, la forte inflation des prix ainsi que la création de nouvelles dignités (création de l’ordre de Baronet en 1611) conduisent à de fortes rivalités familiales et à l’usage combatif de la généalogie8.

  • 9 Woolf D. R., The Social Circulation of the Past. English Historical Culture, 1500-1730, Oxford, Oxf (...)
  • 10 Broadway J., « John Smyth of Nibley : a Jacobean man-of-business and his service to the Berkeley fa (...)

6Dans la région de Bristol, la dynastie ancienne des Berkeley est confrontée à la montée en puissance des Sidney, une famille avec laquelle ils sont en procès depuis quarante années. Ces derniers sont suspectés de descendre d’un charpentier et c’est pour cette raison que les Berkeley auraient refusé une proposition de mariage en 1570. Philip Sidney fait circuler une défense de son lignage (Defence of the Earl of Leicester), plaidoyer dans lequel il se présente comme un modèle de protestant et de bon gestionnaire de son domaine. Par la suite, les Sidney sont accusés d’avoir subtilisé des documents dans les archives des Berkeley afin de se rattacher à leur prestigieux lignage9. C’est dans ce contexte qu’apparaît The Lives of the Berkeleys écrit par John Smyth (1567-1641) et publié en 1628. Né en 1567, d’origine assez modeste, Smyth entre dans la clientèle de la famille de Lord Berkeley et obtient le financement de ses études à Oxford puis à Londres dans les écoles juridiques. En 1595, il remplit les fonctions d’intendant des domaines des Berkeley, fonction qu’il occupe jusqu’à sa mort10. C’est une responsabilité qui favorise une bonne connaissance des archives manoriales, puisqu’elle suppose de négocier avec les fermiers sur les versements de leurs baux et avec les autres seigneuries voisines. Ses études, autant que son activité, l’ont conduit à l’écriture d’une généalogie des Berkeleys depuis la période saxonne, à partir des archives du château au moment où la famille est en procès avec les Sidney. La rédaction de ces Vies se situe sur plusieurs décennies et semble s’achever vers 1620. La composition de l’ouvrage est très rigoureuse : chaque chapitre est consacré à la restitution du lignage patrilinéaire et se termine par une leçon de morale édifiante, qu’il nomme « the applications and use of his life ». C’est à cette occasion que les anecdotes sur les arbres et les monastères sont les plus nombreuses.

  • 11 « The Abbessse over theis Nunnes was a noble woeman and a beautifull, Earle Goodwine by a cunninge (...)

7Un premier passage se situe au XIe siècle et traite d’un monastère à proximité de Bristol. Smyth rapporte que la communauté des nonnes est alors en proie à des dérèglements inacceptables. L’ancien bénéficiaire, un certain comte saxon du nom de Goodwin, convoite la belle abbesse et demande à son neveu de s’introduire dans le monastère en se faisant passer pour malade. Sa mission est de ne pas quitter les religieuses avant de les avoir toutes mises enceintes. Par divers artifices, il gagne son pari et transforme ce « temple de Dieu » en un bordel, ces « agneaux purs en louves » et ces vierges en prostituées11. Le conte égrillard, proche des fabliaux médiévaux comme le Roman de Renard, se mêle à des considérations fantastiques sur ces femmes surnaturelles et inquiétantes. Bien entendu, l’arrivée des premiers Berkeley met fin au scandale.

  • 12 Thompson B., « Monasteries and Their Patrons at Foundation and Dissolution », Transactions of the R (...)
  • 13 Ainsi Holinshed rapporte cette histoire de William de Malmesbury selon laquelle Rufus, fils aîné de (...)

8Le passage fait écho aux nombreux récits protestants (Les Chroniques de Raphael Holinshed de 1577 ou le Britannia de William Camden de 1586) dont l’objectif est d’atténuer la violence de la rupture avec la papauté en construisant un lien entre les excès des ordres réguliers et la dissolution des monastères sous Henry VIII. Avec la théologie calviniste, si les ancêtres n’agissent plus comme intercesseurs en faveur des vivants, ils peuvent au moins servir de modèles édifiants pour les élites protestantes. Les premiers Berkeley apparaissent donc bien comme les premiers réformateurs de l’église d’Angleterre et leur mise sous tutelle du monastère est une réponse justifiée aux dérèglements monastiques. Le premier Berkeley est d’ailleurs associé au roi David, fondateur du temple de Jérusalem. Comme les Berkeley ont profité des dissolutions monastiques, il est essentiel de défendre la piété des derniers descendants, en restituant la chaîne ininterrompue des bienfaits apportés par la famille aux ordres religieux au moment où les liens entre lignages et fondations monastiques ont disparu12. Après la Réforme, les actes charitables se marquent par l’hospitalité offerte aux plus démunis de Bristol et à la fondation d’écoles dont Smyth se fait fort de rappeler l’importance. Comme le rappelle Annabelle Patterson, ces chroniques réformées n’excluent pas l’insertion de passages prosaïques et humoristiques13.

  • 14 « In soe much as from my house at Nibley, were I write, I doe behold them, as groves or thickets, t (...)
  • 15 Thomas K., Dans le Jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre époque moderne 1 (...)

9Le deuxième passage choisi est moins conventionnel et s’adresse d’abord aux membres de la famille. Dans son récit, Smyth rompt la monotone compilation du lignage pour faire part de son admiration pour les chênes plantés par Thomas Berkeley II en 1321, arbres qu’il observe depuis sa résidence de Nibley. À l’occasion d’une opération de coupe, Smyth contemple les anneaux de croissance sur les troncs abattus14. La signification de ces anneaux semble acquise à partir du XVIe siècle. Smyth confirme que le nombre d’anneaux correspond à la datation indiquée dans les archives relatant les premières plantations de chênes. La digression permet de consolider la légitimité de l’archive par l’observation de la nature. Ces arbres qu’il décrit avec précision soulignent bien la présence ancienne et continue des Berkeley ainsi que leurs pratiques agricoles avisées, la vente des chênes rapportant selon Smyth une somme considérable. Or, sollicité par la veuve Berkeley afin de vendre plusieurs des manoirs, Smyth s’y oppose, estimant que la famille devrait d’abord limiter les dépenses somptuaires. Dans sa restitution du lignage, il envisage ces digressions bucoliques comme autant d’exempla pour la veuve et ses héritiers. Bien d’autres anecdotes tournent autour des différentes espèces arborées et des modes de faire-valoir, alors que le domaine se trouve aussi à proximité d’une riche région textile. Dans cette Arcadie rurale qui ne devrait rien à envier à celle des Sidney, l’honneur de la famille tient au soin apporté au domaine au moment où la législation royale essaie de favoriser la sylviculture15.

L’anecdote contre le traumatisme : expiation et consolation

  • 16 Dyer C., Richardson C. (dir.), William Dugdale, Historian, 1605-1686, Rochester (N.Y.), Boydell Pre (...)

10Alors que la plupart des histoires protestantes avant le régicide de 1649 s’emploient à justifier les dissolutions monastiques, nombre de récits publiés sous le Commonwealth et la Restauration des Stuarts déploient la thématique nostalgique d’une Angleterre joyeuse (Merry England) détruite par les excès de la réforme et les violences de la guerre civile. Pour un anglican traditionnel comme le généalogiste Sir William Dugdale (1605-1686), dont le père était recteur d’une paroisse, le régicide apparaît comme la conséquence de la destruction des biens ecclésiastiques16. Ses enquêtes dans les divers comtés lui ont permis d’acquérir une excellente connaissance des familles et de leurs possessions. En 1656, il publie les Antiquities of Warwickshire : un ouvrage richement illustré de plus de 800 pages sur les villes, villages et châteaux des grands propriétaires. À la différence du Gloucestershire et des Berkeley, aucune grande famille de la noblesse ne domine le Warwickshire et Dugdale prend soin de recueillir les manuscrits des principales familles de la gentry, qu’elles soient catholiques ou protestantes, républicaines ou royalistes.

11Le récit n’est plus organisé de manière chronologique, mais de façon typologique sur le modèle de Britannia, de Camden. Chaque lieu est associé à la description d’un lignage, soulignant son ancienneté à partir de gravures présentant les armoiries sur les vitraux des églises et les monuments funéraires. Le discours se fait à la fois plus visuel et plus érudit, car à la différence de Smyth, Dugdale pourrait être qualifié de généalogiste professionnel. Il obtient précocement le titre d’héraut d’armes en 1638 et la distinction de Garter King, au sommet de la hiérarchie du College of Arms, ce qui lui assure des revenus importants et une forme d’indépendance. Il formule une méthode précise dans ses enquêtes et celles des autres hérauts d’armes dont il a la responsabilité, ce qui ne l’empêche pas d’agrémenter l’exposition des lignages par de nombreuses digressions.

  • 17 « All that I can say is from the relation of an aged gentleman sometime the honour of this country (...)
  • 18 « For the substance of all that had been thus rak’t together by the Father was in a short time wast (...)

12Ainsi Dugdale accompagne ses Antiquities de portraits d’une dizaine de lignes destinés à mieux restituer l’esprit d’un lieu ou d’une époque. Il raconte s’être rendu personnellement sur les ruines du prieuré de Warwick. Il y rencontre un vieillard qui lui apprend le sort peu enviable de la famille Hawkins. Dans les années 1540, Thomas Hawkins, le fils d’un petit poissonnier du marché de Coventry, serait parvenu par diverses intrigues à gagner la faveur d’Henry VIII et à recevoir un grand nombre de terres monastiques pour un vil prix17. Cette acquisition entraîne la disparition des institutions charitables et une très grande misère des habitants. Un climat de convoitise s’installe entre les élites et contribue à la corruption de certains. Elevé dans le luxe et la paresse, le fils aîné des Hawkins dilapide le patrimoine paternel et meurt sans enfant et poursuivi par les créanciers18. À la différence de Smyth, Dugdale, bien que protestant, regrette la prospérité et les actions charitables des ordres réguliers. Il témoigne d’une remarquable connaissance des diverses fondations monastiques dont il publiera une histoire érudite de 1655 à 1673 (Monasticon Anglicanum).

13Cette histoire édifiante s’inscrit dans une logique expiatoire, mais Dugdale se gardant bien de prendre ouvertement parti, choisit ses contre-modèles dans les familles dont le lignage a disparu. Le temps semble opérer une forme de sélection naturelle entre les bonnes et les mauvaises lignées. En 1656, toutes celles qui sont présentes dans le comté sont célébrées, quelle que soit la nature de leur engagement dans le conflit. Toute allusion explicite aux affrontements est occultée au profit de la célébration de la prospérité et de l’unité d’une communauté comtale. Avec le régicide et le régime cromwellien, la plupart des élites se sont retirées dans leur domaine dans une forme d’exil intérieur. L’exaltation d’un comté et de ses habitants permet de souligner l’unité culturelle des élites protestantes ou catholiques, parlementaires ou royalistes.

  • 19 « For though to beget the higher honor to the fame of heroick men, those antients writers (the Monk (...)
  • 20 Il évoque la fondation du monastère de manière allusive par la formule suivante « By his Wife Found (...)
  • 21 « If your Lady would be preserved from the danger of this dreadful Tempest, let her vow to God, tha (...)
  • 22 Weiser B., « Owning the king’s story: the Escape from Worcester », Seventeenth Century, 14, 1999, p (...)

14À la Restauration, Dugdale entreprend une synthèse plus ambitieuse, il s’agit de regrouper l’ensemble des familles anglaises ayant acquis le titre de Baronet depuis sa création en 1611. The Baronage of England est publié en 1675. Bien que déplorant dans la préface les « libertés poétiques » prises par les anciens chroniqueurs monastiques, Dugdale rappelle que celles-ci sont indissociables de la vérité des temps anciens19. Dans le premier volume, il choisit cependant de supprimer l’anecdote de Smyth sur le monastère de Bristol20. Cependant, dans la notice qu’il consacre aux ancêtres normands du comte d’Arundel, il s’arrête sur Adeliza, la promise du premier comte. Dans son voyage pour retrouver son fiancé en Angleterre, elle se trouve prise dans une tempête sur la Manche. Son chapelain voit apparaître dans un songe Marie-Madeleine qui demande à la future Lady Arundel d’établir sur le lieu de sa rencontre avec son futur époux une église à côté d’un chêne creux21. Adeliza s’exécute et dans la forêt de Quatford, elle obtient de son mari la fondation de St Marie-Madeleine. À nouveau, le parallélisme implicite entre la vente des biens ecclésiastiques et la destruction de la monarchie est significatif. Dugdale rapporte cet épisode au moment où se diffuse la légende du chêne royal. Après la défaite de Worcester en 1651, le fils de Charles Ier se serait caché dans le tronc creux d’un grand chêne millénaire dans le parc d’un squire catholique. Ce récit contribue à la relance d’une mystique généalogique touchant à la fois les Stuarts et les élites politiques, il est commémoré chaque année par diverses célébrations et donne lieu au projet d’un ordre des chevaliers du chêne qui s’inspirerait de la création de l’ordre de Baronet par James Ier22. Le devoir des grandes familles est de veiller simultanément à la prospérité de l’église anglicane et au maintien de l’institution royale.

15On voit comment les histoires de monastères et d’arbres sont réutilisées dans des contextes très différents et s’enrichissent de nouvelles significations. Les histoires d’arbres ne symbolisent plus seulement l’ancienneté des familles, mais l’entremêlement des dynasties royales et aristocratiques. Que ce soit dans les Antiquités, le Baronage ou dans l’histoire du chêne royal, l’anecdote joue ici un rôle inclusif et fédérateur. Les abus du passé sont dénoncés afin de mieux souligner l’unité harmonieuse des élites comtales.

Du Baronetage à l’anecdotage : généalogies et faits-divers

  • 23 Borsay P., The English urban Renaissance : Culture and Society in the Provincial Town, 1660-1770, O (...)
  • 24 Langford P., Public Life and the Propertied Englishman, 1689-1798, Oxford, Clarendon Press, 1991, p (...)

16La dernière étude de cas se déroule dans les années 1730-1740 et s’inscrit dans un débat britannique sur l’aristocratie et ses fondements. À partir de 1688, il n’existe plus d’enquêtes chargées de vérifier l’exactitude des lignages. Le statut social des élites n’est plus seulement déterminé par leur ancienneté ou par l’exercice de charges publiques dans le comté. L’essentiel c’est désormais l’insertion dans l’échelon national de la vie publique par le biais du Parlement de Londres, de l’armée et par la maîtrise d’une culture de la politeness formée dans la fréquentation de villes d’eaux, de sociétés d’antiquaries et l’entretien d’une Country house23. Dès lors, les auteurs de recueils généalogiques ne sont plus nécessairement des gentlemen et le public de tels ouvrages s’ouvre aux catégories urbaines qui s’identifient au récit aristocratique sans nécessairement vouloir en faire partie. Les histoires comtales continuent d’être publiées à l’initiative de gentlemen, mais ils en délèguent l’exécution à des catégories sociales plus modestes et à destination d’un public étendu. Les enjeux de l’écriture généalogique et le rôle de l’anecdote s’en trouvent transformés. On observe une plus grande diversité dans les formes du discours ainsi que dans de nouvelles logiques mémorielles. Il s’agit à présent de façonner un récit national dans lequel un nombre croissant d’individus est susceptible de s’identifier. À l’ancienneté ou au caractère ininterrompu des lignages se substitue la valorisation d’un exploit d’un descendant particulier. Ces « Worthies » selon l’expression de Thomas Fuller sont célébrés pour leurs valeurs personnelles, leur contribution au bien public et non plus nécessairement pour leur appartenance à un lignage particulier24.

  • 25 Sur le mouvement patriotique, on se reportera à Armitage D., « A patriot for whom ? The afterlives (...)

17La présence accrue du genre généalogique dans la sphère publique nourrit aussi des critiques sur une oligarchie parlementaire accusée de confondre ses intérêts et ceux du bien public. Les années 1730 voient s’affirmer une idéologie patriote, potentiellement hostile à la position de monopole acquise par les élites foncières dans les institutions25. Les volumes du Baronetage, édités par Thomas Wotton en 1740, reflètent ces ambiguïtés, entre la célébration des élites britanniques et la mise en cause des liens entre le sang et la vertu.

  • 26 British Library Add Mss 24120-21, Thomas Wotton’s correspondence (A-H).
  • 27 « So general and so short that it is very easy to draw such account and just as easy to forget it.  (...)

18Wotton n’est ni juriste comme John Smyth, ni un généalogiste comme William Dugdale. Fils d’un libraire de la City, il ne dispose d’aucun accès aux archives familiales ni à celle du College of Arms. Sa méthode est la suivante : il écrit aux familles susceptibles de posséder encore le titre de Baronet, leur envoie une première notice réalisée à partir des ouvrages de référence (le Britannia de Camden, le Baronage de Dugdale) et leur demande de compléter par des informations personnelles. Il s’agit, écrit-il, de composer une œuvre d’utilité « publique ». À ce titre, il leur demande en retour de contribuer financièrement à la publication26. Un grand nombre de familles répondent avec enthousiasme et soulignent la nécessité de notices allongées. Elles transmettent quantités de récits brefs dont l’avantage selon l’un des correspondants est de faciliter la mémorisation des lignages27. Ces initiatives conduisent à une augmentation des formats de chaque notice, une importance accrue donnée aux récits inscrits dans une expérience vécue, et non plus seulement issus d’un savoir livresque. L’initiative est une belle réussite commerciale et donne lieu à trois rééditions au cours du XVIIIe siècle dans un marché en forte croissance porté par la convergence entre les élites urbaines et les propriétaires fonciers.

19L’éditeur retranscrit les récits familiaux avec fidélité autour des thématiques habituelles : l’ancienneté des domaines, les actions héroïques et la piété réformatrice. Mais Wotton ne se contente pas de retranscrire les récits familiaux, il accumule des centaines de notices composées d’extraits de gazettes portant sur les héritiers de ces lignages. Dans un exemplaire des Baronetages, il laisse diverses annotations en marge de chaque notice. Ces notes manuscrites traitent de faits-divers sordides ou grotesques auxquels sont associées ces familles de Baronets. À nouveau, on retiendra deux exemples autour de la thématique des monastères et de l’arbre.

  • 28 « In the Hall at Hengrave is a picture of sr Tho Kitson. who built ye house and it is so observed u (...)
  • 29 « Sr Thomas reply’d he did not doubt but he shd livd to have an estate answerable to it which soon (...)

20Jusqu’à présent, les histoires de monastères ont tantôt permis de souligner les vertus réformatrices de la famille Berkeley, tantôt la coupable cupidité de la famille Hawkins. Wotton introduit une nouvelle signification, en renvoyant dos à dos le clergé régulier et les acquéreurs laïcs. Ainsi, en marge de la notice consacrée à la famille Cage et à leur domaine d’Hengrave, il évoque l’existence d’un tableau placé dans le hall d’entrée et qui représenterait Sir Thomas Kitson, un des ancêtres prestigieux de la famille. Grâce à une grande fortune acquise dans le commerce de la City, il achète sous le règne d’Henry VIII de nombreuses terres considérables ainsi que le château de Hengrave. Wotton rapporte alors qu’un voisin, l’abbé du monastère de Burry, serait venu le rencontrer et lui aurait prédit une faillite imminente. Selon l’abbé, la fortune de Kitson ne pourrait financer les dépenses occasionnées par la construction du domaine28. À la différence de l’histoire des Hawkins rapportée par Dugdale, celle de Kitson se termine de manière ironique. L’abbé de Burry ignore au moment de sa visite que les terres de son monastère ont été déjà données par le roi à Kitson29. Dans ce face-à-face, aucune intention moralisante n’est possible, la naïveté de l’abbé n’a d’égale que la rapacité de Kitson. À la différence de Smyth et de Dugdale, l’intention de Wotton n’est pas de défendre la dissolution des monastères ou bien d’en déplorer les effets. Il introduit une remarque qui ne vise pas à défendre la réputation d’un lignage, mais plutôt à restituer le caractère plaisant d’une scène entre un nouveau riche de la City et un abbé naïf. Les remarques de Wotton ne trahissent aucune nostalgie pour un âge d’or pré-réformateur ni une admiration pour cette famille des Kitson.

  • 30 Baronetage, op. cit., vol. 3. 1, p. 109.
  • 31 « A husbandman looking in a wood near Borstall in Bucks for a sheep he had lost his dog tow up some (...)
  • 32 « Sr John the eldest son, some years ago, got one of his fathers’maid with child and kept it concea (...)

21Wotton évoque aussi divers faits-divers contemporains peu avantageux pour ces familles de Baronets. Dans la notice consacrée à la généalogie des Aubrey, il est fait référence à l’ascension de cette famille par le droit, l’obtention d’un titre de chevalier sous Elisabeth, l’acquisition de domaines dans le Pays de Galles et le Buckinghamshire puis l’élection au Parlement30. La notice s’achève sur le parcours au Parlement du 4e Baronet Sir John Aubrey. Wotton indique en marge que le cadavre d’un nourrisson est retrouvé dans un bois de leur domaine de Borstall (Buckinghamshire) par le chien d’un fermier à la recherche d’un mouton égaré31. L’enquête suit son cours et les soupçons se tournent vers le fils aîné du baronet. Ce dernier – homme présenté par Wotton comme sévère et violent – s’est absenté à Londres et son fils s’est amouraché d’une des servantes du château qu’il a mise enceinte. Redoutant la colère de son père, il s’est arrangé pour faire disparaître l’enfant. Convoqué au tribunal d’assise, il obtient la relaxe et vit dans l’isolement, son père l’ayant déshérité au profit de son second32. Par un procédé d’inversion, Wotton transforme la figure glorieuse de l’arbre pour en faire le lieu d’une découverte macabre après la dissimulation par le fils aîné des Aubrey du double crime de copulation et d’infanticide. Le domaine des grandes familles peut apparaître comme un espace favorisant l’impunité et la corruption morale. C’est par l’intrusion inopinée d’un modeste fermier (husbandman) que la vérité est rétablie, même si, comme le mentionne Wotton, le meurtrier échappe aux poursuites judiciaires.

  • 33 Lever M., Canards sanglants : naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993.
  • 34 Cash A., John Wilkes : The Scandalous Father of Civil Liberty, Yales, Yale Up, 2006, p. 296.

22À l’évidence, ces deux notices relatives aux Cage et aux Aubrey ne paraissent dans aucune édition et témoignent d’une curiosité personnelle de Wotton qui n’est pas sans rappeler la passion de Pierre de l’Estoile pour la collection de « Canards Sanglants33 ». Ce goût pour les faits-divers peut être interprété comme une source de divertissement sans conséquence. Mais il fait écho dans les années 1740 à l’émergence d’une littérature assez hostile aux grandes familles. Divers pamphlets dénoncent une corruption des mœurs, une incompétence dans les affaires. Un public urbain de la middle sort, dont Thomas Wotton fait partie, témoigne d’une vive curiosité au sujet de suicides, de procès ou de meurtres impliquant les élites. À partir des années 1740, la légitimité du sang est profondément remise en question. Divers mouvements radicaux revendiquent la suppression du suffrage censitaire aux élections municipales et parlementaires. Ces protestations s’accompagnent de discours assez hostiles à une aristocratie jugée efféminée et corrompue. Le Baronetage trouve ainsi un miroir inversé dans ce que le réformateur radical John Wilkes appelle ces anecdotages, historiettes amères et moqueuses autour de la vie des élites34.

23Au-delà des enjeux spécifiques liés à la publication de chaque ouvrage, apparaît le caractère composite de discours emboités les uns dans les autres, où la source orale côtoie la charte médiévale et la chronique historique, les papiers de famille. Les anecdotes y trouvent aussi leur place et leurs usages sont nombreux. De manière générale, elles contribuent à rompre la monotonie des restitutions lignagères et à assurer le succès commercial des publications généalogiques. Comme l’attestent les thématiques de l’arbre et du monastère, leur présence n’a pas pour seul effet de divertir. Leur résonnance pour le lecteur dépend de leur caractère familier et répétitif. Sujettes à de multiples réemplois, elles circulent d’un récit à un autre, mais se prêtent à des usages bien différents. Il importe ainsi de mieux contextualiser leurs usages. Elles contribuent parfois à renforcer l’ancienneté des lignages, parfois à façonner une communauté comtale idéale ou bien elles témoignent de critiques implicites vis-à-vis d’un ordre politique oligarchique.

24Du juriste employé par les Berkeley, au héraut d’armes en passant par le libraire londonien, on peut constater la grande diversité des acteurs sociaux employés dans l’écriture et l’édition généalogiques. L’étude des anecdotes ne permet pas seulement de restituer les débats d’une époque, par une forme de micro-histoire, elles éclairent aussi le travail de tri réalisé par un individu. Il faut compter avec la présence du narrateur qui commente les sources, établit des parallèles entre différentes temporalités (le temps de tels ancêtres et celui de l’écriture). Il est ainsi essentiel de placer le généalogiste dans un contexte social précis pour éclairer un rapport de mimétisme avec la famille décrite. L’usage de l’anecdote permet de renforcer la crédibilité de leurs discours, mais il ressort de leur lecture une profonde ambiguïté. Smyth fait la leçon à ses employeurs en matière de gestion des terres, Dugdale réalise des portraits très désavantageux de certains propriétaires et Wotton s’amuse des revers de fortune de ses clients. Pour le généalogiste, l’anecdote est aussi un instrument de distanciation critique par rapport aux grandes familles dont il doit fonder la postérité. La mémoire collective et inégalitaire des ancêtres coexiste ici avec une subjectivité individuelle et créatrice.

Notes

1 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751, tome I, p. 452.

2 Ibid., tome VII, p. 458.

3 Bizzocchi R., Généalogies fabuleuses. Inventer et faire croire dans l’Europe moderne, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2010 (1re éd. Bologne, 1995) ; dans les premières contributions en France sur cette thématique on notera l’article de Christian Maurel, « Construction généalogique et développement de l’État moderne. La généalogie des Bailleul », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 4, 1991, p. 807-825 ; Uomini S., Cultures historiques dans la France du XVIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 1998.

4 Wagner A., The Records and Collections of the College of Arms, Londres, Burkes Peerage, 1952; Parry G., The Trophies of Time: English Antiquarians of the Seventeenth Century, Oxford, Oxford University Press, 1995; Broadway J., « No historie so meete »: Gentry Culture and the Development of Local History in Elizabethan and Early Stuart England, Manchester, Manchester University Press, 2006.

5 « The value of the anecdote lies not in its idiosyncrasy but in its relationship to a new overall narrative, a new understanding of “normality” on the past », Maza S., « Stephen Greenblatt, New Historicism and Cultural History », Modern Intellectual History, 1.2, 2004, p. 263; Patterson A., « Foul, his wife, the mayor, and Foul’s mare: the power of anecdote in Tudor historiography », Kelley D. R. et Sacks D. H. (dir.), The Historical Imagination in Early Modern Britain: History, Rhetoric, and Fiction, 1500-1800, Cambridge, Cambridge UP, 1997, p. 159-178.

6 The Lives of the Berkeleys, Lords of the Honour Castle and Manor of Berkeley from 1066 to 1618, 1628. L’ouvrage est réédité sous un format réduit par John Nicols, Berkeley manuscripts. Abstracts and extracts of Smyth’s Lives of the Berkeleys, illustrative of ancient manners, 1821. L’édition utilisée est celle de 1883. The Antiquities of Warwickshire illustrated, 1656; The Baronage of England or An Historical Account of the Lives and most memorable Actions of our English Nobility, 1675-1676; The Baronetage of England: Containing a Genealogical and Historical Account of All the English Baronets, 1740.

7 Margaret A., « English ruin and English history, sense of the past », Journal of the Warburg and Courtauld Institute, 36, 1973, p. 231-255 ; Klapisch-Zuber C., L’Ombre des ancêtres, Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000 ; Pastoureau M. (dir.), L’Arbre, histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen-Age, Paris, Léopard d’or, 1993 ; Sherlock P., Monuments and Memory in Early Modern England, Aldershot, Ashgate, 2008 ; Corbin A., La Douceur de l’ombre. L’arbre source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, 2013, p. 17.

8 Stone L., « The Inflation of Honours, 1558-1641 », Past and Present, vol. 14, no 1, 1958, p. 45-70, p. 47-48; James M., English politics and the concept of honour : 1485-1642, Oxford, Past and Present Society, 1978; Cust R., « Honour and politics in early Stuart England: the case of Beaumont v. Hastings », Past and Present, 149, 1995, p. 57-94.

9 Woolf D. R., The Social Circulation of the Past. English Historical Culture, 1500-1730, Oxford, Oxford UP, 2003, p. 77.

10 Broadway J., « John Smyth of Nibley : a Jacobean man-of-business and his service to the Berkeley family », Midland History, 24, 1999, p. 79-97.

11 « The Abbessse over theis Nunnes was a noble woeman and a beautifull, Earle Goodwine by a cunninge and subtile wit, desireing not herselfe, but hers, as hee passed that way left with her a Nephewe of his, a very proper and beautifull yonge gentleman (pretending he was sickly) […]. He should keepe his bed and in noe wise seeme to be recovered untill hee had goth both her and as many of ye nunnes as he could with child, as they cam to visit him […]. The Devil therefore thrust out Pallas, brought in Venus, and made the Church of our Saviour and his Saints, an accursed temple of all idolls, and the shryne a very stewes. And so of pure lambes hee made them shee wolves, and of pure virgins filthy harlots. » The Lives, op. cit., p. 26.

12 Thompson B., « Monasteries and Their Patrons at Foundation and Dissolution », Transactions of the Royal Historical Society, Sixth Series, vol. 4, 1994, p. 103-125.

13 Ainsi Holinshed rapporte cette histoire de William de Malmesbury selon laquelle Rufus, fils aîné de Guillaume le conquérant, regrettait de porter des pantalons à 3 shillings. Il envoie son domestique aller en chercher un d’une valeur d’un mark d’argent, le domestique lui ramène un pantalon à l’identique et empoche la différence in Patterson A., « Foul, his wife, the mayor, and Foul’s mare », op. cit., p. 166. Nelson W., Fact or Fiction : the Dilemna of the Renaissance Storyteller, Cambridge Mass, 1973.

14 « In soe much as from my house at Nibley, were I write, I doe behold them, as groves or thickets, through the neernes of the Hedges in those small inclosures: and my selfe having at the sellinge of some of the fairest Oakes in theise places, told theire ages (a thinge certainely and easily to be done, by the graine (as we call it) made in a circle in every kind of tree, by the yearly assent and consolidation of the sapp), I have constantly found theur rysinges and plantings to answere theis very tymes. » The Lives, op. cit., p. 161.

15 Thomas K., Dans le Jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre époque moderne 1500-1800, Paris, Gallimard, 1988, p. 266. Sur la postérité littéraire de l’Arcadia de Sidney, on se reportera à Allen M. J. B., Sir Philip Sidney’s Achievement, New York, AMS Press, 1990.

16 Dyer C., Richardson C. (dir.), William Dugdale, Historian, 1605-1686, Rochester (N.Y.), Boydell Press, 2009; Hughes A., Politics, Society and Civil War in Warwickshire 1640-1660, Cambridge, Cambridge UP, 1987.

17 « All that I can say is from the relation of an aged gentleman sometime the honour of this country for his singular knowledge in Antiquities, viz that his true name was Hawkins and that his father, being by profession on that sold fish by retail at the mercate cross in Coventry. » (Antiquities, op. cit., p. 364.)

18 « For the substance of all that had been thus rak’t together by the Father was in a short time wasted by the Son who lavish’t it out so fast as that foreseeing his own ruin he betook himself to the course of unthrifts. » (Ibid., p. 365.) Pour une chronique équivalente des malédictions encourues par les familles pilleuses de monastères, on se reportera à l’œuvre d’un proche de Dugdale, Henry Spelman, The History and Fate of Sacrilege, 1698.

19 « For though to beget the higher honor to the fame of heroick men, those antients writers (the Monks) did assume a poetical liberty in extolling their glorious exploits somewhat farther than strictly they ought, to the end that the greater veneration should be had to their memories; if for that reason, those their reports, shall be totally exploded, there is nothing more certain, than that much of truth will be utterly lost. » (The Baronage, op. cit., preface.)

20 Il évoque la fondation du monastère de manière allusive par la formule suivante « By his Wife Foundress of a Religious House called the Magdalens, near Bristoll » (The Baronage, op. cit., vol. 1, p. 351).

21 « If your Lady would be preserved from the danger of this dreadful Tempest, let her vow to God, that she will build a Church to the honor of S. Mary Magdalen, in the place where she shall first meet the Earl her Husband in England, and specially where an hollow Oak groweth near an Hogstie. » (The Baronage, op. cit., vol. 1, p. 27.)

22 Weiser B., « Owning the king’s story: the Escape from Worcester », Seventeenth Century, 14, 1999, p. 43-62.

23 Borsay P., The English urban Renaissance : Culture and Society in the Provincial Town, 1660-1770, Oxford, Oxford UP, 1989 ; Ruggiu F.-J., Les Élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe -XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997.

24 Langford P., Public Life and the Propertied Englishman, 1689-1798, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 569.

25 Sur le mouvement patriotique, on se reportera à Armitage D., « A patriot for whom ? The afterlives of Bolingbroke’s patriot king », Journal of British Studies, 36, 1997, p. 397-418; Samuel R., Patriotism: The Making and Unmaking of British National Identity, 3 vols., Londres, Routledge, 1989; Newman G., The Rise of English Nationalism: A Cultural History, New York, St. Martin’s, 1987.

26 British Library Add Mss 24120-21, Thomas Wotton’s correspondence (A-H).

27 « So general and so short that it is very easy to draw such account and just as easy to forget it. » Sir Mark Stuart Pleydell of Coleshill à Wotton, BL Add Ms 24121, fol. 171.

28 « In the Hall at Hengrave is a picture of sr Tho Kitson. who built ye house and it is so observed under it, after he had build ye house being with ye company of ye abbot of Burry a little before ye surrendry. The abbot observ’d.. the house being too large for his fortune. » BL Add Ms 24118, fol. 16.

29 « Sr Thomas reply’d he did not doubt but he shd livd to have an estate answerable to it which soon after came to pass, how little ye abbot was aware if it for a considerable part of his abby lands was procur’d by Sr Tho of the King. » Ibid.

30 Baronetage, op. cit., vol. 3. 1, p. 109.

31 « A husbandman looking in a wood near Borstall in Bucks for a sheep he had lost his dog tow up some fresh earth and ye country man coming to ye place & digging up the earth found ye child buried, this being noised about ye country. » BL Add MS 24116, fol. 160.

32 « Sr John the eldest son, some years ago, got one of his fathers’maid with child and kept it conceal’d & when Sr john ye father was in London […] the son being afraid ye affair shd come to his father’s ears (who was one of ye most passionate, hot, violent man I heard of it) he wd provide a nurse for it, ye child was not heard of more […] ye coroner inquest sat upon ye child & fd it wilfull murder agst John the son & at next assize he was indicted but never appeard to ye indictment and lives somewhere in obscurity & Sr John settled all he had on his second son. » Ibid.

33 Lever M., Canards sanglants : naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993.

34 Cash A., John Wilkes : The Scandalous Father of Civil Liberty, Yales, Yale Up, 2006, p. 296.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search