Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Cinquième partie. Depuis le Moyen Âge

Fortune et infortunes des maîtres de Wolfenbüttel : paradoxes, faux-semblants et réalités de la condition matérielle des enseignants après la guerre de Trente Ans

Jean-Luc Le Cam

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’enseignant est mal payé. C’est ce dont il convient toujours, ainsi que l’historien de l’éducation. Car la misérable condition du maître est un lieu commun de l’historiographie de l’école ancienne, qui tient à vrai dire sa source dans les doléances des intéressés, abondamment conservées dans les archives. Pourtant, faire œuvre d’historien, c’est essayer de repérer ce qui change dans la société, et il serait bien étonnant que la condition enseignante soit restée immobile, même sous l’Ancien Régime. Suivant l’angle que l’on prend et les sources que l’on privilégie, on peut obtenir des résultats tout à fait contradictoires. Pour l’illustrer, je prendrai le cas des enseignants de l’école de Wolfenbüttel au milieu du xviie siècle. Présentons d’abord en quelques lignes cet établissement et le contexte historique. Ensuite nous traiterons de la question en suivant comme il se doit le plan scolastique.

L’école de Wolfenbüttel à la fin de la guerre de Trente Ans

  • 1 Ce qui fait qu’on parle plus commodément des ducs de Brunswick-Wolfenbüttel même si la titulature (...)

2Wolfenbüttel est un peu à Brunswick ce que, mutatis mutandis, Versailles est à Paris. Petite ville de résidence où se sont retirés en 1432 les ducs de Brunswick et Lunebourg de la branche de Wolfenbüttel1 à la suite d’incessantes querelles, parfois armées, avec la puissante ville hanséatique, elle est composée d’un quartier du château et d’une ville bourgeoise, dite Heinrichstadt du nom du duc qui la dessina, administrée par une petite municipalité sous étroite tutelle du pouvoir ducal. À la veille de la guerre de Trente Ans, la ville tous quartiers compris doit compter pas loin de 6 000 habitants, dont les deux tiers dans la Heinrichstadt. Celle-ci abrite depuis la fin du Moyen Âge une école paroissiale, qui passe au xvie siècle sous patronage municipal. La première tentative de réforme suite à la conquête du duché par la ligue de Schmalkalde en 1543-1547 atteste l’existence d’une école de deux maîtres. La réforme définitive de 1568 lui permet de se développer progressivement jusqu’à constituer un établissement de quatre maîtres avant la guerre de Trente Ans, et de six enseignants à sa fin.

  • 2 C. Woltereck, Wolfenbütteler Denkwürdigkeiten, Wolfenbüttel, 1719, p. 723.
  • 3 F. Koldewey, Geschichte des Gymnasiums zu Wolfenbüttel, Teil 1, Wolfenbüttel, 1874, p. 25.

3Le statut de résidence princière exposa particulièrement Wolfenbüttel aux dommages de cette guerre. Supportant dès 1626 une occupation danoise, elle tomba l’année suivante aux mains des Impériaux qui n’évacuèrent la place qu’en 1643. Les sièges, les combats et les contributions d’occupation malmenèrent la population de la ville et des environs. L’activité de l’école en souffrit également : le bâtiment était souvent réquisitionné comme écurie et n’était plus entretenu, les élèves se faisaient rares et les maîtres n’étaient plus payés2. On se passa faute de finances de co-recteur (second dans la hiérarchie) de 1634 à 1638 et le recteur Johann Augsburg, après avoir assuré en surplus cette charge, dut en en outre, pour obtenir un complément de salaire bien nécessaire, faire de 1638 à 1644 office de pasteur aux habitants des villages d’Halchter et Linde réfugiés derrière les murs de la ville. Au reste, le salaire promis arrivait rarement et l’enseignant pasteur se répandait en lamentations que son savoir rhétorique ne rendait pas plus efficaces3.

  • 4 Sammler, Fürst, Gelehrter : Herzog August zu Braunschweig und Lüneburg 1579-1666, Wolfenbüttel, 19 (...)

4C’est donc avec soulagement et espoir que les habitants accueillirent le 14 septembre 1644 leur nouveau souverain dans sa capitale. En effet depuis que leur dernier duc, Friedrich Ulrich, était mort en août 1634 et que s’était avec lui éteinte la maison moyenne de Brunswick, la ville était toujours restée en mains étrangères. Le duché était finalement échu à Auguste le Jeune, un cadet de la ligne de Lunebourg, dite de Dannenberg, un quasi retraité de 59 ans qui avait passé la plupart de sa vie dans les livres à Hitzacker après des études poussées4. Celui-ci n’avait pu depuis sa reconnaissance fin 1635 qu’attendre à Brunswick que les occupants veuillent bien quitter son duché et sa résidence pour gouverner véritablement. Et de fait, une fois arrivé, il prit toutes mesures pour hâter la reconstruction de sa ville et la remise sur pied du pays. Une intense activité législative pouvait commencer à mettre en musique cette restauration. L’école en faisait partie. C’est dans ce contexte et sous cet angle, législatif et normatif, que nous allons d’abord évoquer la question du salaire des maîtres de Wolfenbüttel.

La vision par le haut : l’ordonnance de 1646 revalorisant le salaire des maîtres

5Publiée le 5 août 1646, cette ordonnance revalorisant le salaire des maîtres principaux de l’école de Wolfenbüttel montre par son long préambule dans quel contexte il faut replacer cette mesure pour comprendre son sens :

  • 5 Manifestations publiques où le rang de chacun est fonction de sa position dans la hiérarchie socia (...)
  • 6 Église BMV (Beatae Mariae Virginis). Les divers revenus ecclésiaux avaient été réunis après la Réf (...)
  • 7 NSAW [Niedersächsisches Staatsarchiv Wolfenbüttel], 2Alt 15872, f° 3. Traduction de l’auteur.

« Par la grâce de Dieu, Nous, Auguste, duc de Brunswick et Lunebourg ; n’avons pas eu de plus haut souci, dès notre arrivée au gouvernement princier de cette principauté, notre héritage, qu’en premier l’honneur de Dieu soit favorisé et diffusé, et que puisse être poursuivi avec un zèle particulier tout ce qui peut être utile à une telle intention, percevant bien, ce faisant, à quel point ceci tient à une bonne éducation et instruction de la jeunesse, et que celle-ci est la seule base et pépinière de tout le bien et en particulier d’un gouvernement sta ble des affaires spirituelles et temporelles.
Mais comme, du fait de la poursuite de la guerre dans notre principauté et pays, le système scolaire est pour une bonne part tombé en ruine et en décadence, Nous Nous sentons, en vertu de la haute charge princière pesant sur Nous, et du devoir de prévoyance du souverain qui en découle, lié aux louables traces de nos ancêtres reposant en Dieu, et nous tenons le plus fermement à restaurer ce système scolaire en ruine et l’enseignement de la jeunesse. Mais Nous estimons dans cette tâche qu’il faut […] premièrement que soit prescrite aux précepteurs une certaine méthode d’enseignement, deuxièmement que non seulement on ordonne [nomme] des précepteurs capables et qualifiés, mais aussi qu’on leur offre un entretien et un salaire suffisant et honnête.
Par conséquent […] nous sommes à l’ouvrage pour que, de façon la plus profitable, soit publiée une certaine méthode générale d’enseignement pour les écoles de toute notre principauté et nos territoires, que soient nommés des enseignants qualifiés, que ceux-ci soient pourvus d’un salaire suffisant ; de même que Maître Christoph Schrader, professeur d’éloquence à Notre université Julius à Helmstedt, et nos surintendants généraux et autres ecclésiastiques de chaque endroit soient ordonnés respectivement Grand Inspecteur et Inspecteurs. Nous voulons aussi à côté de cela veiller dorénavant à ce que lesdits précepteurs soient un peu plus relevés dans les rencontres en société5 et qu’ils puissent être tenus en plus grand honneur qu’ils ne l’ont été jusque-là.
Et pour commencer ici par notre Heinrichstadt, Nous Nous référons en ce qui concerne l’enseignement à l’organisation existante et Nous Nous déclarons en grâce satisfaits des précepteurs actuellement en poste, et avons par conséquent ordonné et voulons désormais que leur soient versés pour leur entretien annuel :
1. Au recteur 200 thaler et un deputat [redevance en nature] à savoir : de notre monastère de Riddagshausen 160 thlr et un bœuf de boucherie, 3 cochons gras, 3 moutons de boucherie, 4 ½ boisseaux de seigle, 15 charrettes de bois de chauffage et les 40 thlr restants de notre église de la Heinrichstadt6.
2. Au Corecteur 160 thaler et un deputat : de Riddagshausen 140 thlr, 3 cochons gras, 3 moutons de boucherie, 3 ½ boisseaux de seigle, 10 charrettes de bois de chauffage et les 20 thlr restants de notre église de la Heinrichstadt.
3. Au Subcorecteur 57 thaler.
4. Au Cantor 44 thaler.
5. Au Quintus 33 thaler.
6. À l’Ultimus 17 thaler7. »

  • 8 Sur tout ceci, cf. J.-L. Le Cam, La politique scolaire d’Auguste le Jeune de Brunswick-Wolfenbütte (...)

6S’il s’agit sans doute de doter la petite résidence princière d’un établissement de premier plan en y attirant les meilleurs maîtres, on peut y voir aussi une mesure symbolique capable de frapper les esprits et de montrer aux milieux concernés que le prince est déterminé à relever les écoles en y mettant les moyens, notamment ceux des monastères. C’est ce qui explique pourquoi on choisit cette ordonnance de portée locale pour annoncer, dans une introduction quel que peu hypertrophiée, la publication d’une ordonnance générale, destinée à unifier les méthodes et les contenus de l’enseignement dans le pays, de même que la prochaine nomination d’un Inspecteur général encore appelé « Grand Inspecteur8 ». L’école de la résidence sert de modèle, de vitrine et de champ d’expériences.

  • 9 Abbaye cistercienne fondée en 1145 dans une région marécageuse à 3 km environ à l’est du château d (...)
  • 10 August der Jüngere, Verfassung, Wy es mit Besetz : und Verfassung der Clöster…, Wolfenbüttel, 1655 (...)
  • 11 Ibid., p. 20-22.

7Sur le plan du financement de l’école, la nouveauté tient au fait que les ressources du monastère de Riddagshausen9 sont utilisées pour relever ces salaires. Voilà qui préfigure une autre grande réforme du duc, celle qui consiste à faire passer totalement l’administration des monastères réformés aux mains de fonctionnaires ducaux et d’en réserver les titres et les prébendes pour distinguer et rémunérer les principaux ecclésiastiques et responsables d’écoles du pays. Tout cela sera expérimenté pas à pas, le cas de Riddagshausen constituant un premier ballon d’essai, pour aboutir finalement à l’ordonnance claustrale (Klosterordnung) de 1655 qui donne à cette pratique un fondement légal, une organisation systématique et une relative publicité10. Désormais les recteurs des principales écoles latines du pays soit Wolfenbüttel, Schöningen, Helmstedt, Gandersheim, Blankenburg, Seesen, Königslutter, Schöppenstedt recevront un complément de salaire au titre de troisième ou quatrième conventuel d’un monastère voisin11.

  • 12 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2, f° 5.
  • 13 Cf. ibid., f° 7, la lettre du Consistoire le 2-11-1649, qui propose au duc ce montage financier po (...)
  • 14 Selon A. Keilitz (Die Wirkungen des Dreißigjährigen Krieges in den Wittumsämtern des Herzogtums Br (...)

8Quelques lignes, griffonnées au bas d’un état des salaires de 1649, nous permettent de mieux apprécier cet effort financier12 : le recteur aurait reçu auparavant 90 thlr (mais on ne sait pas qui les versait) et obtenu en 1646 une augmentation de 110 thlr ; le co-recteur n’aurait gagné d’abord que 40 thlr, ce qui lui ferait 120 thlr de plus. Enfin, le cas du cantor est plus clair car son augmentation est plus récente : il touchait 30 thlr de la Cour et 30 thlr de l’église B.M.V. ; on augmente ce dernier poste de 14 thlr en 1646, puis on ordonne en 1649 au monastère de Riddagshausen de lui payer 60 thlr annuellement au lieu des 30 thlr de la cour, soit au total 44 thlr de plus13. Sans compter, pour ces trois maîtres, un deputat (salaire en nature) en bœufs, moutons, porcs, seigle et bois, que l’on peut évaluer au minimum à plus de 33 thlr pour le recteur, et plus de 28 thlr pour les deux autres (bois exclu)14.

9L’augmentation du recteur serait donc de 222 % pour le salaire en argent et de 259 % pour l’ensemble du revenu (deputat compris) ; celle du co-recteur respectivement de 400 et 470 % ; celle du cantor de 173 et 220 %. La masse salariale globale pour ces trois postes est ainsi passée de 190 à 464 thlr (544 thlr avec les fournitures en nature) soit une élévation de 244 % (286 % en tout).

10On ne sait rien au sujet des trois autres maîtres : sans doute ont-ils eu aussi une augmentation, mais il est clair que l’essentiel de l’engagement financier a porté sur les trois premiers postes, les seuls à faire véritablement la renommée de l’école car détenant les classes supérieures où l’on vient des écoles de moindre importance. Vue donc à partir des seuls actes du souverain, la condition enseignante connaît alors au moins dans cette école une amélioration considérable. Voilà qui vient démentir le topos sur l’immuable misère des maîtres d’école.

Antithèse et plongée dans les archives du Consistoire : la longue lamentation des impayés

11Tout ceci pourrait donner une image idyllique de la condition matérielle des maîtres de Wolfenbüttel, du moins après cette revalorisation. Mais lorsqu’on plonge dans les archives du Consistoire (conseil religieux princier également en charge de l’école) ou que l’on examine sur ce point les rapports de l’inspection générale, on gagne une impression contraire. Les maîtres ne cessent de se plaindre aux autorités des énormes difficultés de paiement de leur salaire.

  • 15 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2, f° 12 r°-v°.
  • 16 Regroupées dans le dossier NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2 (1647-1680).

12D’une part les caisses de l’église B.M.V., sur lesquelles ils recevaient l’essentiel de leur salaire jusqu’en 1646, ont été vidées par la guerre et mettent une dizaine d’années après celle-ci à se redresser. D’autre part les assignations sur les caisses de l’abbaye de Riddagshausen ont été prises sans vraiment tenir compte de la situation financière du monastère. Peu après la nouvelle assignation prise en novembre 1649 en faveur du cantor, l’abbé Petrus Tuckermann, qui se trouve être en outre un ancien directeur du Consistoire en retraite, répond qu’il lui est impossible de financer de nouveaux bénéfices quand les titulaires des anciens ne peuvent déjà être payés. Il faudrait dit-il en substance, avant de solliciter les monastères, leur laisser le temps de se refaire une santé financière et ne pas les accabler par ailleurs de toute sorte de charges et de contributions. Et de rappeler « qu’à l’époque où ce monastère était réellement florissant et en bon état, on a certes attribué à quelques pauvres pasteurs ruraux un petit complément de salaire annuel de 20, au grand maximum 30 florins, qu’ils n’ont d’ailleurs pas pu recevoir pendant ces années de guerre, mais qu’on n’a jamais entendu parler de salaires et de deputats entiers15 ! » Au-delà de la mauvaise volonté d’un prélat de l’ancien temps, qui n’allait d’ailleurs pas tarder à être remplacé, ce fut la réelle impécuniosité du monastère qui empêcha pendant longtemps la réalisation de la revalorisation voulue par le duc. Les plaintes des maîtres se succèdent donc dans les rapports de l’inspecteur général Christoph Schrader et s’accumulent dans les archives du Consistoire16.

  • 17 Ibid., f° 2, lettre du 3-11-1647 et f° 3, lettre du Consistoire à l’intendant de Riddagshausen le (...)
  • 18 Ibid., f° 4, lettre du 10-10-1649.

13Dès l’année suivant l’ordonnance, le recteur et le co-recteur se plaignent de n’avoir reçu encore que 60 thlr pour l’un et 40 thlr pour l’autre17. En 1649 le cantor écrit qu’en 12 ans, les caisses de B.M.V. ont accumulé une dette de 200 thlr d’arriérés à son égard et qu’il n’a rien reçu de la Cour depuis 2 ans : c’est pourquoi il voudrait aussi, comme le recteur et le co-recteur, un complément de salaire de Riddagshausen18.

  • 19 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. 35, f° 13 v° 1650, f° 38 r°-v° 1651, f° 81 v° 1653, f° 94 r° 1654, f° 124 v (...)
  • 20 On est parti des sommes indiquées par Schrader complétées par quelques interpolations repérées par (...)

14À partir de 1650, nous pouvons suivre ces difficultés de paiement dans les rapports annuels de l’inspecteur Schrader19. Nous en avons tiré le tableau 1 qui indique en face du salaire théorique le montant des arriérés relevés chaque année, généralement au moment de l’inspection20 et la figure 1 qui visualise l’évolution des retards de paiement pour les trois premiers postes, exprimés de façon relative par rapport au montant du salaire annuel. La première constatation qui s’impose, c’est que les trois maîtres supérieurs sont bien plus frappés par les impayés que les trois maîtres inférieurs. D’une certaine façon, on n’emprunte qu’aux riches. Les marguilliers de l’église B.M.V. ont sans doute conscience de devoir assurer aux maîtres inférieurs le minimum vital alors qu’ils savent que recteur, co-recteur et cantor ont par ailleurs des revenus bien plus importants. Seul le subco-recteur connaît entre 1651 et 1654 des retards de paiement significatifs, qui en viennent à dépasser le montant de son salaire annuel, mais sa situation s’arrange ensuite. Il est significatif par contre que l’inspecteur n’ait jamais eu à répercuter la moindre plainte du sextus à ce sujet.

15Tout se passe comme si les marguilliers, après avoir été pendant la guerre dans l’impossibilité de payer régulièrement les trois maîtres supérieurs à l’époque où une bonne partie de leur salaire venait de ces caisses, avaient considéré que le transfert de ces charges salariales sur le monastère de Riddagshausen à partir de 1646 les dispensait de régler rapidement ces arriérés comme les salaires à venir. Ils en arrivent ainsi à devoir en 1655 au cantor plus de 5 fois, au co-recteur 6 fois et au recteur 15 fois son salaire annuel ! Ce dernier est de loin le plus mal loti car l’évolution des arriérés montre qu’il n’a rien reçu pendant au moins dix ans tandis que le co-recteur touche en gros la moitié de son salaire et que le cantor traîne surtout des impayés remontant à la fin de la guerre.

16Les règlements de Riddagshausen sont un peu plus réguliers mais comme les sommes en jeu sont nettement plus importantes, des retards proportionnellement plus faibles produisent aussi en fin de compte des arriérés imposants. Là c’est le co-recteur qui est le plus à plaindre, du moins dans les années 1650. Dans les années 1660, c’est de nouveau le recteur qui est proportionnellement le plus touché par les impayés, suivi par le co-recteur, tandis que le cantor semble désormais régulièrement payé. À quoi tiennent ces différences ? Sans doute encore à celle des sommes en jeu (le salaire du recteur et du co-recteur représente ici environ 2 fois 1/2 celui du cantor) mais peut-être aussi au fait que ces versements sont assis sur des recettes d’origine et donc de fiabilité différentes.

Tableau 1. – Les arriérés des salaires des maîtres de Wolfenbüttel 1650-1665.

Tableau 1. – Les arriérés des salaires des maîtres de Wolfenbüttel 1650-1665.

Figure 1. – Évolution des arriérés exprimés en proportion du salaire théorique.

Figure 1. – Évolution des arriérés exprimés en proportion du salaire théorique.

Nota : les traits pointillés correspondant à la lacune 1656-1666 sont seulement une aide au suivi des courbes de part et d’autre et non pas une reconstitution exacte de l’évolution pendant cette période.

  • 21 Le règlement aux partants des dernières sommes dues a pu provoquer des difficultés de trésorerie l (...)

17L’évolution dans le temps du cumul de ces arriérés fait apparaître trois périodes entre 1650 et 1665. Jusqu’en 1654 les impayés ne font qu’augmenter pour atteindre cette année là des sommes considérables : 914 thlr pour le recteur, plus de 400 pour le co-recteur et le cantor, et un total de 1842 thlr pour les six postes. C’est pour l’école le sommet de la crise financière héritée de la guerre. Puis de 1655 à 1661, c’est le reflux : non seulement les salaires sont plus régulièrement payés mais les différentes caisses liquident leurs anciennes dettes, sans doute parce qu’elles arrivent à réaliser elles-mêmes, grâce à la reprise économique, un certain nombre de leurs créances. Dans les années 1660, le gonflement des impayés reprend, à un niveau il est vrai bien inférieur à celui de la décennie précédente. Seul le monastère de Riddagshausen est désormais défaillant. La coïncidence avec le remplacement en 1662 du recteur et du co-recteur est trop forte pour qu’on puisse évoquer seulement les conditions économiques ou financières qui ne paraissent d’ailleurs pas peser sur les autres salaires. Visiblement l’intendant de Riddagshausen entend jouer de la patience des nouveaux venus en attendant le dernier moment et les rappels réitérés des autorités pour les payer21.

  • 22 Voir par exemple (cf. n. 19) : f° 14 v° (1650 audience au Consistoire) ; f° 82 r°, 94 v°-95 r° (16 (...)
  • 23 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2.
  • 24 Ibid., f° 13.
  • 25 Ibid., f° 17, 19.
  • 26 Ibid., f° 25 (1652). Le co-recteur Georg Preusse doit être payé de la même manière sur une créance (...)
  • 27 Cf. n. 19, 1655, f° 124 r°.
  • 28 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2, f° 32.

18Les autorités réagissent naturellement à cette inertie : l’inspecteur Schrader en fait chaque fois la relation détaillée dans son rapport et demande instamment au Consistoire, voire au duc d’intervenir22. Ceux-ci envoient donc de nombreuses lettres de rappel à l’intendant de Riddagshausen qui ont le succès que l’on sait23. Parfois le ton se fait plus comminatoire : le 13 octobre 1650, le Consistoire met en demeure le monastère de payer les maîtres dans les quatre semaines24 ; le 4 juin 1651, le duc signe un ordre analogue assorti d’une menace d’amende de 100 thlr ; mais il doit le renouveler dès le 28 juillet en réduisant cette fois le délai à deux semaines et en portant l’amende à 200 thlr25. Pour plus d’efficacité, on transfère quelquefois la dette sur un créancier du monastère : le cantor, auquel on doit 94 thlr en 1652 reçoit l’autorisation d’en réclamer 40 au boucher Erich Burger qui a reçu du monastère cette valeur en bétail26. En 1655, l’intendant essaie de payer en nature, ce qui ne satisfait pas le recteur qui se plaint de devoir accepter trop de grain27. Mais il arrive que les commandements répétés aient tout de même une efficacité : une lettre de remerciement du cantor en novembre 1656 nous apprend que le duc a été finalement obéi et l’on constate ensuite la disparition des plaintes du cantor28.

  • 29 Cf. n. 27. Le système se dérègle déjà la première année mais aboutira finalement à l’apurement de (...)
  • 30 Cf. n. 19, 1654, f° 94 r°.

19Il semble par contre que les caisses de B.M.V. aient réussi à partir de 1655 à redresser la situation en programmant un règlement des arriérés étalé sur plusieurs années29. Il est certain que ces retards de paiement mettent parfois les maîtres dans des situations pénibles : en 1654, le recteur à qui l’on doit 914 thlr, a dû emprunter 80 thlr sur la caisse de la chorale pour pouvoir survivre30. Mais on peut s’étonner de ne pas rencontrer des cas plus dramatiques. Comment ces maîtres qui ne reçoivent presque rien comme salaire pendant des années peuvent-ils tenir ? Une troisième façon d’envisager les choses permet de le comprendre.

Aufhebung (synthèse) : la complexité du revenu enseignant

20Cette incongruité oblige en effet à reconsidérer en détail la variété des éléments du revenu enseignant, qui seule peut expliquer qu’un individu, a fortiori un chef de famille, puisse survivre plusieurs années en étant privé de l’essentiel de son salaire fixe.

  • 31 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 10, f° 2-6.

21Outre le salaire en argent fixé par la Bestallung, la lettre d’installation, les maîtres bénéficiaient en effet de plusieurs autres ressources et avantages en nature. Cela commence par le logement gratuit ou l’indemnité de loyer. En 1653 le co-recteur, le subco-recteur et le quintus habitent à l’école et se plaignent d’ailleurs du mauvais état de leur logement. Lorsque le quintus demande en 1687 un supplément de salaire pour louer un appartement car le logement de l’école est mal commode, on lui objecte qu’il n’y a pas de précédents pour les quinti qui ont toujours habité à l’école ; mais comme il est marié, on veut bien faire une exception et lui attribuer une indemnité de 10 thlr31. Les maîtres supérieurs qui étaient mariés et habitaient hors de l’école touchaient généralement une indemnité compensatrice du loyer.

  • 32 Cf. n. 19, 1650, f° 13 v°, 14 v° ; 1651, f° 38 v°. 1 thlr = 18 gr.
  • 33 On a conservé des comptes de la collecte de l’Holzgeld et de la fourniture de bois pour les années (...)
  • 34 Cf. n. 19, 1654, f° 94 v° ; 1665, f° 59 r°. Voir aussi deux listes de testaments en faveur de l’éc (...)

22Ensuite, les maîtres se partageaient à part égale le Schulgeld, soit l’écolage payé par les familles à raison de 12 groschen par semestre en prima, de 6 gr. en secunda et de 4 gr. dans les autres classes. Bien qu’il rentre difficilement, il représente tout de même dans les années 1650 18 à 20 thlr environ par an pour chacun des maîtres32. Une contribution (Holzgeld) de même montant que l’écolage semestriel est perçue pour l’achat du bois qui sert à chauffer l’école et donc aussi le logement des maîtres qui y habitent33. Il existe aussi un certain nombre de legs en faveur des maîtres : ceux-ci auraient rapporté environ 10 thlr par an à chacun d’eux avant guerre mais leur paiement s’est réduit comme une peau de chagrin si bien qu’ils ne reçoivent plus guère qu’un thlr à ce titre34.

  • 35 Le quintus Albertus Erasmi explique que le revenu de ses leçons privées est faible car il a surtou (...)
  • 36 Cf. reproches à ce sujet au recteur de Gandersheim (cf. n. 19) 1655, f° 126 v°-127 r°, 129 v°.
  • 37 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. VIII, 1, vol. II, chap. I, § 6.

23Tous les maîtres donnent des leçons privées, sans avoir les mêmes possibilités dans ce domaine : le sextus et quintus n’ont que les débutants et aussi souvent les élèves les plus pauvres, les plus aisés ayant des répétiteurs particuliers35 ; et le recteur, bien que ses cours privés soient les plus recherchés, doit aussi laisser ses grands élèves rejoindre leurs hospitia après l’école (places de précepteurs à domicile chez les bourgeois)36. Les disputes entre maîtres à ce sujet ne sont pas rares comme le prouve la Nebenschulordnung de 1679 qui pose ce principe que les enseignants ne doivent prendre en cours privé que les élèves de leur classe et ne pas les garder quand ils passent dans la classe suivante, même si les parents le leur demandent37. Il est impossible de savoir ce que pouvait représenter ce supplément de salaire pour chacun des maîtres, cette comptabilité étant par essence du domaine privé.

  • 38 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 3, le 15-01-1703, copie.
  • 39 On peut supposer qu’il y en a en moyenne 1 ou 2 par semaine, si l’on en croit les plaintes des maî (...)

24La participation de l’école aux obsèques célébrées à l’église B.M.V. rapporte aux maîtres un certain nombre d’accidentia (revenus casuels). Nous avons la chance de connaître sinon leur montant, du moins leur clé de répartition grâce au protocole d’un accord passé entre le surintendant et tous les maîtres en 1703, après enquête approfondie dans les archives et auprès des plus anciens témoins de la tradition (tableau 2)38. C’est le cantor qui a toujours la plus grande part, ce qui est bien normal, puisqu’il a l’essentiel du travail et de la responsabilité dans la direction et l’exécution de la musique. Les autres maîtres ne sont là que pour le décorum et l’encadrement disciplinaire des élèves. Sinon le recteur et le co-recteur sont parfois mieux rémunérés que les autres : cela dépend du prix de l’enterrement. Mais le recteur n’assiste qu’aux obsèques qui mobilisent au moins la moitié de l’école, or nous ne savons pas grand chose de leur fréquence39.

Tableau 2. – Répartition des accidentia entre les maîtres pour la participation aux enterrements (exprimée en thaler).

Tableau 2. – Répartition des accidentia entre les maîtres pour la participation aux enterrements (exprimée en thaler).
  • 40 Les 3 derniers maîtres accompagnent le cantor à tour de rôle.

25Notes(*)40

Nota : les élèves présents sont aussi rétribués, d’où la différence entre la colonne Prestation/prix et la colonne Total des maîtres.

  • 41 Il n’est pas possible de reproduire ici tous les éléments du calcul d’estimation qui seront publié (...)

26Nous avons tout de même essayé de cerner grossièrement le montant annuel de ces accidentia pour chaque maître en travaillant sur plusieurs hypothèses : en faisant varier d’une part la quantité des enterrements auxquels participe l’école et d’autre part leur qualité c’est-à-dire la proportion de chaque catégorie d’enterrement41. Les résultats obtenus sont assez étonnants : même dans le cas le plus défavorable, ce revenu représente au moins l’équivalent de l’écolage pour les maîtres inférieurs, un tiers en plus pour le recteur et le co-recteur, et un second salaire pour le cantor ! Et dans les hypothèses plus favorables, les écarts de revenus entre maîtres supérieurs et inférieurs s’accroissent encore plus. Les accidentia représentent donc pour plusieurs maîtres une part essentielle de leur salaire. C’est tout particulièrement le cas du cantor qui fait plus que le doubler ainsi ; c’est aussi celui des maîtres les plus modestes, le sextus et le quintus, qui n’ont comme fixe que 17 et 33 thlr.

  • 42 Cf. n. 19, 1665, f° 59 r°.
  • 43 Les symphoniaci sont des élèves spécialement recrutés en fonction de leur voix et de leurs aptitud (...)
  • 44 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 14.
  • 45 Sans parler de leurs participations éventuelles à la vie musicale de la Cour.

27Le cantor – encore lui ! – tire avantage de son service quotidien à l’église : il reçoit 6 thlr pour assurer la direction du chant à l’office du matin (Frühpredigt)42. Enfin son travail à la tête du Chorus Symphoniacus43, qui embellit la liturgie les dimanche et jours de fêtes, lui rapporte d’autres accidentia qu’il ne partage pas avec ses collègues. Il est aussi rémunéré à l’occasion des mariages de la bonne société qui ont lieu aux Commisse et profite également de la collecte du Nouvel An, lorsque les élèves font le tour de la ville et même de la campagne alentour pour chanter devant les portes des maisons44. On comprend encore mieux après cela l’étonnante stabilité des cantors de Wolfenbüttel. Grâce à tous ces revenus annexes, ils touchaient autant, voire plus que le recteur de l’école45.

  • 46 Quand l’un d’eux part pour un autre poste, on ordonne le règlement de ses arriérés, qui a finaleme (...)

28En conclusion, seule une analyse croisée et critique des différentes sources, dégagée des lieux communs, permet de rendre compte de la réalité de la condition matérielle des enseignants. Loin d’être un monde immobile, ce groupe social a connu dans le Brunswick après la guerre de Trente une très importante revalorisation matérielle qui se voulait le premier pas d’une reconstruction du pays par l’école. Cette mutation ne s’est pas faite sans à coups ni retards, comme le montre la montagne d’arriérés due aux maîtres de Wolfenbüttel vers 1655. Bien souvent, les enseignants en étaient réduits à déployer une activité permanente de quémandeurs et de plaignants, dont les archives témoignent encore. Mais il faut dépasser l’impression désastreuse que leur lecture peut donner : tous ces maîtres ont finalement bien reçu leur dû, à quelque chose près46. Ceci ne doit donc pas occulter le fait que les maîtres principaux de l’école de Wolfenbüttel ont reçu après la guerre entre le double et le quadruple de ce qu’ils touchaient comme salaire fixe, avant et pendant cette guerre. Mais avant d’être distribué régulièrement, ce surplus a plutôt pris d’abord la forme d’un capital payé avec retard sinon en fin d’exercice. Si les maîtres survivaient malgré tout, c’est qu’ils pouvaient disposer d’un ensemble non négligeable de revenus casuels et d’avantages en nature. On doit considérer en effet que le revenu réel des enseignants est à cette époque toujours bien supérieur à ce que les actes consignent comme salaire fixe en argent. C’est d’autant plus vrai qu’on descend dans la hiérarchie ou quand on a affaire à des maîtres spécialisés dans la musique comme les cantors et les organistes. Enfin, cette plongée dans la complexité révèle qu’il n’y a évidemment pas une condition enseignante mais une disparité terrible de statut qui s’observe à l’intérieur d’un même établissement comme Wolfenbüttel : entre la position enviable du recteur ou du cantor, et la modestie voire la misère de leur dernier collègue dans la hiérarchie du savoir enseigné comme du salaire, et que l’ordonnance de 1646 désigne justement comme… l’ultimus.

Notes

1 Ce qui fait qu’on parle plus commodément des ducs de Brunswick-Wolfenbüttel même si la titulature exacte, commune aux diverses branches est Brunswick et Lunebourg.

2 C. Woltereck, Wolfenbütteler Denkwürdigkeiten, Wolfenbüttel, 1719, p. 723.

3 F. Koldewey, Geschichte des Gymnasiums zu Wolfenbüttel, Teil 1, Wolfenbüttel, 1874, p. 25.

4 Sammler, Fürst, Gelehrter : Herzog August zu Braunschweig und Lüneburg 1579-1666, Wolfenbüttel, 1979.

5 Manifestations publiques où le rang de chacun est fonction de sa position dans la hiérarchie sociale.

6 Église BMV (Beatae Mariae Virginis). Les divers revenus ecclésiaux avaient été réunis après la Réforme dans des caisses communes (Gemeine Kasten) aux mains de marguilliers (Kirchenvorsteher) pour subvenir aux besoins de l’église, de l’école et de l’assistance aux pauvres. 1 Thaler = 25,98 g d’argent ; 1 Scheffel (boisseau) = 311,45 l.

7 NSAW [Niedersächsisches Staatsarchiv Wolfenbüttel], 2Alt 15872, f° 3. Traduction de l’auteur.

8 Sur tout ceci, cf. J.-L. Le Cam, La politique scolaire d’Auguste le Jeune de Brunswick-Wolfenbüttel et l’inspecteur Christoph Schrader 1635-166/80, 2 vol., Wiesbaden, 1996.

9 Abbaye cistercienne fondée en 1145 dans une région marécageuse à 3 km environ à l’est du château de Brunswick. Une école interne, une bibliothèque et un atelier de copistes firent du monastère un centre de vie intellectuelle d’une certaine importance. Après le passage à la Réforme en 1568, on y créa une école pour boursiers se destinant au service de l’Eglise, qui disparut momentanément pendant la guerre de Trente. En 1625 fut élu abbé le directeur du Consistoire, premier ecclésiastique du pays. Désormais les deux fonctions seraient toujours liées (J. Ehlers, « Die Anfänge des Klosters Riddagshausen und der Zisterzienserorden », Braunschweigisches Jahrbuch, 67, 1986, p. 59-85).

10 August der Jüngere, Verfassung, Wy es mit Besetz : und Verfassung der Clöster…, Wolfenbüttel, 1655 ; J.-L. Le Cam, op. cit., p. 400-418.

11 Ibid., p. 20-22.

12 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2, f° 5.

13 Cf. ibid., f° 7, la lettre du Consistoire le 2-11-1649, qui propose au duc ce montage financier pour payer le cantor.

14 Selon A. Keilitz (Die Wirkungen des Dreißigjährigen Krieges in den Wittumsämtern des Herzogtums Braunschweig-Wolfenbüttel, Wolfenbüttel, 1938, p. 46), le Scheffel (boisseau) de seigle valait 4 thlr 30 gr. dans la région de Schöningen en 1649. Les prix du bétail sont ceux relevés dans la même région vers 1680 par W. Achilles (Vermögensverhältnisse braunschweigischer Bauernhöfe im 17. und 18. Jahrhundert, Stuttgart, 1965, p. 27, 32, 48). Il ont sans doute baissé avec le retour à la normale. Un bœuf valait alors 4 thlr 1/2, un mouton 1 thlr et un porc 1 thlr 1/3. Tandis que le recès de la fondation de Schöningen en 1659 donne les prix suivants : 1 boisseau de seigle = 5 thlr, 1 bœuf gras = 13 thlr, 1 porc = 4 thlr, 1 mouton = 1,5 thlr.

15 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2, f° 12 r°-v°.

16 Regroupées dans le dossier NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2 (1647-1680).

17 Ibid., f° 2, lettre du 3-11-1647 et f° 3, lettre du Consistoire à l’intendant de Riddagshausen le 6-11-1647, lui enjoignant d’exécuter les dispositions prises en 1646.

18 Ibid., f° 4, lettre du 10-10-1649.

19 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. 35, f° 13 v° 1650, f° 38 r°-v° 1651, f° 81 v° 1653, f° 94 r° 1654, f° 124 v° 1655, f° 258 v° 1661, f° 309 r°-v° 1664 : Nr. 36, f° 22 r° 1663, f° 59 r° 1665. Sur les attributions et l’activité de l’inspecteur, cf. J.-L. Le Cam, op. cit., p. 509-622.

20 On est parti des sommes indiquées par Schrader complétées par quelques interpolations repérées par ? (et dans les cumuls par *).

21 Le règlement aux partants des dernières sommes dues a pu provoquer des difficultés de trésorerie la première année mais on ne saurait admettre cette explication pour les années suivantes.

22 Voir par exemple (cf. n. 19) : f° 14 v° (1650 audience au Consistoire) ; f° 82 r°, 94 v°-95 r° (1653-1654 audience en présence du chancelier) ; f° 258 v°, f° 22 r°, f° 309 r°-v° (1661, 1663, 1664 demande d’un ordre ducal).

23 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2.

24 Ibid., f° 13.

25 Ibid., f° 17, 19.

26 Ibid., f° 25 (1652). Le co-recteur Georg Preusse doit être payé de la même manière sur une créance due par un certain Christoph Papen, ibid., f° 35-36 (1658).

27 Cf. n. 19, 1655, f° 124 r°.

28 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2, f° 32.

29 Cf. n. 27. Le système se dérègle déjà la première année mais aboutira finalement à l’apurement de la dette.

30 Cf. n. 19, 1654, f° 94 r°.

31 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 10, f° 2-6.

32 Cf. n. 19, 1650, f° 13 v°, 14 v° ; 1651, f° 38 v°. 1 thlr = 18 gr.

33 On a conservé des comptes de la collecte de l’Holzgeld et de la fourniture de bois pour les années 1690-1691, 1710, 1731-1735, cf. NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 13.

34 Cf. n. 19, 1654, f° 94 v° ; 1665, f° 59 r°. Voir aussi deux listes de testaments en faveur de l’école, l’une de 1632, l’autre de 1646, NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. VIII, 1, non folioté.

35 Le quintus Albertus Erasmi explique que le revenu de ses leçons privées est faible car il a surtout des pauvres et les enfants de la Currende (manécanterie) dans sa classe, NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 10, f° 2 (1687).

36 Cf. reproches à ce sujet au recteur de Gandersheim (cf. n. 19) 1655, f° 126 v°-127 r°, 129 v°.

37 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. VIII, 1, vol. II, chap. I, § 6.

38 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 3, le 15-01-1703, copie.

39 On peut supposer qu’il y en a en moyenne 1 ou 2 par semaine, si l’on en croit les plaintes des maîtres sur la désorganisation du travail scolaire.

41 Il n’est pas possible de reproduire ici tous les éléments du calcul d’estimation qui seront publiés ultérieurement. Il suffit de savoir que la base de la fourchette est très probablement toujours atteinte, même les « mauvaises » années, c’est-à-dire celles où il y a peu de mortalité (cf. J. S. Bach) !

42 Cf. n. 19, 1665, f° 59 r°.

43 Les symphoniaci sont des élèves spécialement recrutés en fonction de leur voix et de leurs aptitudes musicales. Ils reçoivent une formation plus approfondie de la part du cantor. Ils tirent de leur participation aux enterrements, baptêmes, mariages et au tour de chant au Nouvel An un certain nombre de subsides qui leur permettent de financer leurs études. Certains sont des quasi-professionnels. Cf. J.-L. Le Cam, « Les chorales liturgiques scolaires en Allemagne luthérienne entre tradition et Réforme (xvie-xviiie siècle) », B. Dompnier (éd.), Maîtrises et chapelles aux xviie et xviiie siècles, Des institutions musicales au service de Dieu, actes du colloque du Puy-en-Velay, Clermont-Ferrand, 2003, p. 569-595.

44 NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 14.

45 Sans parler de leurs participations éventuelles à la vie musicale de la Cour.

46 Quand l’un d’eux part pour un autre poste, on ordonne le règlement de ses arriérés, qui a finalement bien lieu, même s’il traîne encore un peu. Voir les requêtes satisfaites du co-recteur Möring (1656) ou du subcorecteur Hevecker (1657), NSAW 14 Alt Fb. 1, Nr. XII, 2, f° 26-29, 33-34.

Notes de fin

40 Les 3 derniers maîtres accompagnent le cantor à tour de rôle.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Les arriérés des salaires des maîtres de Wolfenbüttel 1650-1665.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5389/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 1. – Évolution des arriérés exprimés en proportion du salaire théorique.
Légende Nota : les traits pointillés correspondant à la lacune 1656-1666 sont seulement une aide au suivi des courbes de part et d’autre et non pas une reconstitution exacte de l’évolution pendant cette période.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5389/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 2. – Répartition des accidentia entre les maîtres pour la participation aux enterrements (exprimée en thaler).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5389/img-3.png
Fichier image/png, 12k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540