Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Cinquième partie. Depuis le Moyen Âge

Variations autour des clés

Dominique Le Page

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d’Armor, Douarnen (...)
  • 2 Jean apparaît dans de nombreuses scènes du Nouveau Testament : lors de la pêche miraculeuse, lors (...)
  • 3 Consulté, Georges Provost, que je tiens ici à remercier, m’a fait savoir que la présence de saint (...)
  • 4 Saint Jean pouvait être associé aussi aux clés du moins si l’on en croit le témoignage de Jean-Mar (...)

1Dans l’évêché de Tréguier, en plein centre de la Bretagne, il est une commune du nom de Gurunhuel que, dans une analyse toponymique approximative, j’ai longtemps interprété comme le « tonnerre d’en haut ». Le bourg, limité à quelques maisons, est bien situé sur une hauteur susceptible d’attirer la foudre mais le nom serait un composé du vieux breton cun run (« sommet de la colline ») et de uhel (« haut »)1. Il n’y aurait donc aucun lien avec le tonnerre dont l’évocation donnait pourtant quelque chose de magique à l’endroit. L’église dédiée à la Vierge (et qui serait due aux Hospitaliers) est toujours entourée par un cimetière qui se distingue par un beau calvaire datant du xvie siècle. Celui-ci n’est en rien comparable à ceux du Léon – l’argent était rare dans cette paroisse aux possibilités économiques modestes – mais il n’en possède pas moins, dans sa simplicité, un charme incontestable. Au pied de la Croix, on identifie les statues de saint Jean et de saint Pierre. Si la présence du premier peut s’expliquer aisément2, celle du second est plus surprenante. Saint Pierre est bien entendu l’un des saints les plus populaires du christianisme, à la fois prince des Apôtres et lieutenant du Christ, mais s’il a assisté à l’arrestation de ce dernier, on sait aussi qu’il l’a renié trois fois. De ce fait, son association avec saint Jean pose problème même si l’on peut essayer de l’interpréter : elle peut être vue soit comme le résultat d’une recomposition du calvaire, soit, plus vraisemblablement, comme l’expression d’une volonté de délivrer un message d’espoir aux fidèles, dont le salut devient possible grâce au sacrifice du Christ et accessible grâce à saint Pierre, le « portier du paradis ». Quoi qu’il en soit3, saint Pierre est aisément identifiable grâce à la clé qu’il tient dans la main et qui paraît concentrer en elle toute la force de la scène4. On prend ainsi soudainement conscience de la puissance de cet objet, à la fois familier et étrange, à tel point que c’est lui qui retient finalement l’attention, au détriment de l’interrogation première. Dès lors, on se surprend à noter, au gré des archives consultées, souvent à d’autres fins, les histoires de clés afin d’apprécier l’importance de celles-ci dans la vie quotidienne sous l’Ancien Régime. C’est le résultat, partiel, de ces trouvailles que je voudrais livrer ici, en présentant successivement quelques usages pratiques de cet objet pour évoquer ensuite, grâce à une lettre de rémission, l’une de ses dimensions symboliques.

De quelques usages traditionnels des clés

Les clés des villes de Nantes, Rennes et d’ailleurs

  • 5 La remise des clés n’était pas dans ce cas le signe d’une soumission inconditionnelle puisqu’en se (...)
  • 6 Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xv(...)
  • 7 Nantes a obtenu le même privilège en mai 1449 (Arch. dép. Loire-Atlantique, E 157).
  • 8 Ce privilège ne fut acquis par Angers qu’en 1474.
  • 9 Jacques Vailhen, Le conseil des bourgeois de Nantes, thèse de droit, Rennes, 1965.

2Des générations d’enfants en France ont découvert à l’école primaire l’image desbourgeois de Calais remettant les clés de leur cité au roi d’Angleterre, Édouard III, au début de la guerre de Cent Ans ; les petits Italiens ont grandi quant à eux avec une illustration représentant Piero Capponi accomplissant le même geste lors de l’entrée de Charles VIII à Florence en 14945. Toutefois, avant d’être le signe de leur soumission, les clés ont d’abord constitué pour les autorités municipales, le symbole de leur autonomie. C’est pourquoi elles ont cherché très tôt à s’en assurer le contrôle. Dans le cas de la Bretagne, les principales évolutions semblent avoir été accomplies aux xive et xve siècles quand les Montforts ont cherché à élargir les soutiens dont ils disposaient dans le duché6. En 1449, le capitaine Pierre – il s’agit du futur duc Pierre II – a accepté que les autorités municipales de Rennes aient la garde d’une clé de chaque porte et que les issues de la ville ne soient pas ouvertes sans leur autorisation pendant la durée des hostilités contre les Anglais7. À Saint-Malo, la conquête de ce droit semble encore avoir été plus précoce puisqu’en 1415, quand le roi de France a laissé le duc Jean V entrer en possession de la ville, ses envoyés, Pierre Eder et Pierre Yvette, ont dressé un procès-verbal dans lequel il est indiqué que l’une des portes avait une triple clef, dont l’une était détenue par le capitaine, l’autre par l’évêque et la dernière par les bourgeois. Comme ces exemples le révèlent, ces derniers n’étaient pas totalement maîtres de leur sécurité et ils ont dû composer longtemps avec les représentants des autorités seigneuriales8. Là où il existait un château, il a suffi d’ailleurs bien souvent à ces dernières d’en prendre le contrôle pour devenir les maîtres de la cité. En mars 1491, quand Alain d’Albret a livré Nantes à Charles VIII, celui-ci a fait venir des artisans d’Angers pour changer les serrures des portes du château afin d’éviter toute mauvaise surprise9.

  • 10 En mai 1578 la ville de Nantes a racheté la charge de connétable qui dépendait jusque-là du capita (...)

3La mise en place de municipalités structurées a accru la capacité des villes à se défendre. En Bretagne, les principaux changements sont intervenus à partir du xvie siècle. Ainsi Nantes a été, en 1559, la première cité bretonne à être dotée d’un bureau de ville par le roi François II et si sa mise en place a été retardée du fait de la résistance des cours de justice locales qui craignaient de voir leurs pouvoirs se réduire, la réforme n’en a pas moins fini par s’imposer en 1564 lors du Tour de France de Charles IX. Cela a donné aux bourgeois un réel pouvoir d’action dont ils ont fait notamment usage, et ce n’est pas le fait du hasard, pour limiter les prérogatives du capitaine du château10 et pour éviter, à chaque fois que cela a été possible, l’entrée de troupes extérieures dans la cité. Parallèlement la milice urbaine avait été, à l’initiative de François Ier, réorganisée sur le modèle français. Dans un royaume où les troupes étaient peu nombreuses, Nantes, à l’instar des autres « bonnes villes », a donc continué, dans le prolongement de ce qui faisait au Moyen Âge, à assurer sa propre défense. Dans l’accomplissement de cette tâche, la maîtrise des clés a constitué un enjeu important puisque, pendant la journée, les milices contrôlaient les trois portes ouvertes sur les six que comptait l’enceinte urbaine. Cette défense quotidienne, qui a alimenté un fort patriotisme local, a fait la preuve de son efficacité au cours des guerres de Religion contre les protestants du Poitou ; elle n’a toutefois pas permis à la ville de se tenir à l’écart des périls et le ralliement des milices au duc de Mercœur en 1589 a entraîné son basculement dans la Ligue.

  • 11 Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, La Bretagne province, t. V, Rennes, 1913, Mayenne, p. 93 (...)

4À Rennes, qui ne bénéficiait pas d’une autonomie municipale comparable à Nantes en raison de la présence du Parlement, l’évolution est moins bien connue même si l’on peut supposer que la législation royale en matière de défense s’y est également appliquée. En 1589 en tout cas, son destin s’est joué en partie sur une histoire de clés. Sur le modèle de ce qui s’était produit à Paris en mai 1588 quand la population avait chassé Henri III, les ultra-catholiques ont organisé, le 13 mars 1589, leur journée des barricades et ont pris le contrôle de la cité. Les officiers du roi, placés devant le fait accompli, ont dû, pour ramener le calme, accepter de remettre les clés des sept portes de la ville au président du Parlement, Jacques Barrin, qui les a conservées dans sa maison sous la surveillance des Ligueurs. Le 14 mars, il s’est chargé lui-même de la réouverture de la cité et le 15 mars, quand le duc de Mercœur s’est présenté devant elle, il lui a, avec l’accord du Parlement, remis les clés qu’il conservait. La victoire du gouverneur a été de courte durée : aussitôt que la nouvelle de sa destitution par Henri III est parvenue en Bretagne le 2 avril, les royaux ont repris l’offensive et le sénéchal Guy Le Meneust s’est emparé à son tour des clés des portes afin de permettre l’entrée des troupes du lieutenant général de Bretagne, La Hunaudaye11. Après ce bref intermède, Rennes a réintégré définitivement le camp royaliste. On sait qu’il n’en a pas été de même de Nantes qui est demeurée fidèle à Mercœur jusqu’en 1598 et qui a fait l’objet ensuite d’une reprise en main de la part du pouvoir royal. En plus d’un contrôle du choix des maires, il semble que c’est à partir de cette période que les gardes de jour aux portes ont été supprimées et que les milices ont été remplacées dans cette tâche par des employés municipaux. Théoriquement nommés par le bureau de ville, ceux-ci ont été dans la pratique choisis, pendant la majeure partie du xviie siècle, par le gouverneur de Nantes, dont l’autorité a été ainsi réaffirmée.

  • 12 Les Portugais étaient détestés par une partie des gens du peuple qui les suspectaient d’être resté (...)
  • 13 À Dijon, pendant la révolte des « Lanturelus », les émeutiers demandent à la municipalité les clés (...)

5Avec la pacification progressive du royaume, les enceintes urbaines ont perdu de leur importance et n’ont plus fait l’objet que d’un entretien irrégulier. La garde des portes n’a pourtant pas cessé, au moins de façon intermittente, pour faire face aux émeutes populaires, nombreuses en ce sombre xviie siècle marqué par une forte hausse de la fiscalité. Lors du soulèvement anti-portugais à Nantes en novembre 163612, la municipalité a, dans sa délibération du 27 novembre, décidé de réorganiser au plus vite les corps de garde pour la milice et… de mettre de nouvelles serrures aux portes de la ville. En avril 1675, lors de la Révolte du papier timbré, les « bons habitants » se sont à nouveau mobilisés aux portes pour éviter tout trouble et empêcher les habitants miséreux des faubourgs d’envahir un espace intra muros qui, du fait de sa faible étendue, concentrait une grande partie des habitants aisés. Avec le temps, la maîtrise des clés des portes est donc devenue, face à l’éclatement de la société d’ordres, un enjeu dans les luttes sociales opposant ceux qui avaient du bien et ceux qui en étaient dépourvus13.

  • 14 Sandrine Garcia, Les entrées de ville à Nantes du milieu du xvie siècle à la première moitié du xv (...)

6Les clés n’étaient toutefois pas uniquement objets de conflits : elles pouvaient être aussi le signe d’un dialogue entre la ville et les autorités. On sait qu’au temps où les rois étaient itinérants, il était habituel de leur offrir les clés lors de leur entrée dans les villes en échange de la confirmation des privilèges urbains. Les monarques n’étaient pas les seuls à bénéficier d’un tel honneur. On remettait également les clés au gouverneur de la province. À Nantes, le premier qui ait été accueilli avec quelque solennité est Jean de Brosse, duc d’Étampes, en 1543 mais « il n’eut point le dais et on ne lui présenta pas les clefs de la ville » selon l’abbé Travers14. En revanche, tous ses successeurs y eurent droit à l’exemple du duc de Montpensier en 1572. Le gouverneur de la ville – à l’instar d’Albert de Gondi en 1574 – et, au xviiie siècle, les commandants de la province de Bretagne et du comté nantais avaient droit également à une telle réception.

  • 15 Monique Morin et Marie-Annick Roux, Les entrées de ville et les querelles de préséance à Nantes au (...)
  • 16 En 1565, Charles IX fit toutefois son entrée par la porte Saint-Nicolas.
  • 17 Celui-ci résidait au château et c’est là qu’il recevait ensuite officiellement la municipalité qui (...)
  • 18 Ce fut le cas pour le duc de Chaulnes en 1673 et pour le maréchal d’Estrées en 1690.

7La remise des clés obéissait à un cérémonial réglé : à Nantes15, la présentation se faisait généralement à la porte Saint-Pierre16 dans le cas du roi17 et du gouverneur de la province. Il s’agissait d’une prérogative du maire qui était accompagné des milices bourgeoises en cas d’accueil à l’extérieur des remparts. La tentative en 1747 de l’intendant pour imposer que ce soit le commandant de l’évêché de Nantes, le comte de Menou, qui présente les clés au duc de Penthièvre lors de son entrée solennelle tourna vite court et le premier magistrat fut rétabli dans ses prérogatives. Le nombre de clés présentées était variable. Pour les personnages les plus importants, il était de tradition d’offrir les « quatre cleffz de la ville ». Ce fut le cas pour Louis XIV en 1661 et pour le duc de Chaulnes en 1673. Le duc de Penthièvre n’eut droit, quant à lui, qu’à deux clés en 1747 et le duc d’Aiguillon à trois en 1754. Derrière ces différences, se manifestait le pouvoir que ces personnages avaient sur la ville. Le monarque, en sa double qualité de seigneur de Nantes et de souverain, bénéficiait logiquement du plus d’égards. Des nuances semblables se retrouvaient dans la qualité des clés. En 1661 celles qui furent remises à Louis XIV étaient d’argent vermeil doré et frappées d’un côté aux armes de France, de l’autre aux armes de Bretagne. En 1717, en revanche, le maréchal de Montesquiou entra en conflit avec la mairie de Nantes car les clés qui lui avaient été données étaient en fer et non en argent. La tradition voulait de toute façon que le visiteur de marque rende les clés à ses hôtes en disant « qu’elles estoient en de très bonnes mains » et qu’il ne garde que le bassin d’argent sur lequel elles étaient posées. Pour conserver la mémoire des entrées les plus solennelles, la ville faisait fabriquer une clé d’argent aux armes du visiteur et qui était déposée aux archives18.

  • 19 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes des fac (...)

8Du Moyen Âge à l’époque moderne, le cérémonial de la remise des clés garda donc une réelle signification, même s’il prit au fil du temps, à Nantes comme ailleurs, une dimension de plus en plus symbolique. La décision de Louis XIV, le 2 mars 1660, de ne pas accepter les clés qui lui étaient offertes par les bourgeois de Marseille qui venaient de se révolter, et d’entrer dans la ville en franchissant par une brèche le mur de l’enceinte en carrosse19 marque bien, à cet égard, la fin de l’époque où certaines villes pouvaient prétendre encore au statut de « république » et négocier sur un pied d’égalité avec le pouvoir royal.

  • 20 Sylvie Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Toulou (...)

9La transmission des clés jouait aussi un rôle important lors d’un changement de municipalité. Ainsi à Rodez, lors de la passation des pouvoirs entre les consuls, le premier remettait au nouveau les clés de la salle des archives, le deuxième et le troisième qui avaient une mission d’assistance confiaient à leurs collègues les clés du tronc des fonds de la paroisse et des comptes de la fabrique, le quatrième transmettait celles de la salle des délibérations. Comme le note justement Sylvie Mouysset20, les clés étaient dans ce cas utilisées comme un moyen de transmission symbolique d’un pouvoir réel : elles représentaient tout à la fois le pouvoir transmis, sa continuité, ainsi que l’initiation aux secrets que sa possession supposait. Comme la clé de saint Pierre, elles avaient un double rôle d’ouverture et de fermeture, d’initiation et de discrimination, des dimensions que l’on retrouve dans le cas de la Chambre des comptes de Bretagne.

Les clés de la Chambre des comptes de Bretagne

  • 21 Lors de la clôture du 25 mars 1564, les clés sont confiées au premier président, au maître Martin (...)

10Dans cette cour souveraine, chaque ouverture se concluait au xvie siècle par le cérémonial des clés. Sur les trois que comptait la porte principale, l’une était remise au garde et concierge, l’autre à un maître et la dernière à un président21. Ce rituel venait ponctuer un temps « ordinaire » de travail au cours duquel les officiers devaient le service au roi et étaient tenus de s’acquitter de la majeure partie de leurs tâches. Il symbolisait aussi l’autonomie de l’institution et sa souveraineté en matière financière. Toute ouverture hors des périodes prévues ressortait du régime de l’« extraordinaire ». Exigée lors des opérations d’assainissement des finances, elle nécessitait un ordre exprès du roi et une délibération du bureau de la Chambre où siégeaient les principaux magistrats. Il fallait généralement plusieurs lettres de jussion pour que ceux-ci s’inclinent, et encore ne le faisaient-ils qu’après s’être assurés qu’ils seraient justement rémunérés du travail supplémentaire qui leur était demandé.

  • 22 Ibid., B 601, f° 15 sqq.

11Les événements politiques venaient là aussi perturber les habitudes établies. Quand en avril 1589, le duc de Mercœur prit le contrôle de Nantes, il dut, pour que la Chambre des comptes reprenne ses travaux, faire ouvrir les portes. Lors de la fermeture de l’institution le 23 mars 1589, les trois clés avaient été remises au président Nicolas Coutureau, au maître Yves Le Lou et à l’huissier Hervé Bertaud. Si ces deux derniers acceptèrent facilement, dès le 10 avril, de remettre la leur, signifiant ainsi leur ralliement à la Ligue, le troisième fit preuve de plus de résistance. Détenu au château avec quatre-vingts notables suspects d’être demeurés fidèles au roi, il refusa tout d’abord habilement de la remettre à quelqu’un d’autre qu’à un maître, en sachant que la majeure partie des magistrats de cette catégorie avaient gagné Rennes et que ceux qui étaient demeurés à Nantes hésitaient à prendre parti ouvertement pour Mercœur. Il demanda ensuite à un auditeur et à un huissier qui avaient été envoyés auprès de lui en délégation, qu’on lui certifie qu’il ne se ferait rien en la Chambre qui « puisse préjudicier aux officiers d’icelle » ; ce n’est finalement que le 13 avril qu’il accepta de se séparer de sa clé après qu’on lui eut délivré une « décharge signée de quelques maîtres et auditeurs de la compagnie22 ». Grâce au délai ainsi gagné et à cette querelle autour d’une clé, il avait fait la preuve de son dévouement au roi, affaibli l’autorité du gouverneur rebelle et contraint, après avoir fait vainement appel à la solidarité corporative, les officiers à choisir leur camp dans la guerre civile qui commençait.

12Les portes principales n’étaient pas les seules à être fermées. C’était le cas aussi de celles des différentes pièces ainsi que celles des armoires qui s’y trouvaient. On sait que le développement de l’État s’est accompagné d’une inflation de papiers en tous genres : ainsi la Chambre a dû, pour ce qui la concerne, assurer la conservation des aveux des vassaux du roi, des comptes rendus par les financiers et des réformations de la noblesse. Faisant partie des institutions où les officiers travaillaient sur place et n’avaient pas le droit d’emporter de dossiers chez eux, elle a dû, plus tôt que les autres, procéder à un classement des documents qui lui étaient confiés. Les livres des audiences abondent en mention de dépenses faites pour la pose de serrures. Ainsi, en décembre 1565, 27 l. 10 s. sont versées à un serrurier qui a posé

  • 23 Deux serrures étaient également prévues pour la chambre des huissiers (ibid., B 584, f° 224).

« […] huit serrures à huit liectes estant au tablier du grand bureau, sept serrures à sept autres liectes au tablier et bureau de la Chambre appelée chambre des fouages, quatre serrures et huit fiches à une paire d’armoires dans la chambre dite de Basse Bretagne et à un petit coffre en façon d’escabeau servant à messieurs les présidents auprès du grand Bureau23 ».

  • 24 C’est là que le garde Guillaume Meneust trouve en juin 1566 la copie du mandement du traité de mar (...)

13Tous ces travaux, apparemment anodins, révélaient le souci de mettre à l’abri les documents les plus précieux – c’est dans le coffre près du grand bureau qu’étaient enfermées les chartes les plus anciennes24 –, de trier les comptes à contrôler, mais aussi une volonté d’organiser plus rigoureusement le travail des officiers : en application du règlement Tambonneau de 1557, les auditeurs se voyaient assignés des pièces précises – la chambre de Basse Bretagne et des fouages – pour travailler et ils étaient écartés du « Grand Bureau » où maîtres et présidents procédaient aux jugements et à l’enregistrement des édits royaux. Les clés, en introduisant un usage différencié de l’espace interne de l’institution, devenaient ainsi un instrument contribuant à hiérarchiser davantage son personnel.

  • 25 Le 26 mai 1564 les maîtres et les procureurs se transportent dans la salle basse de la Chambre pou (...)

14Malgré les progrès faits, il serait pourtant exagéré de dresser un tableau idyllique de la situation à la Chambre. Les clés se perdaient25, rendant impossible la délivrance des extraits demandés par les contribuables ou les vassaux du roi ; des incendies éclataient occasionnellement comme celui qui se déclara le 11 mai 1565 et qui, en raison de l’absence d’une clé, menaça de détruire tout le bâtiment. Le récit qu’en fait le greffier permet de saisir sur le vif une scène de la vie quotidienne de la Chambre :

  • 26 Ibid., B 584, f° 8.

« Pour ce que à l’entrée de la Chambre s’est trouvé une grande fumée en la chambre des fouaiges sont descenduz en la salle basse partie de messieurs qui ont trouvé les fermiers des ports et havres faisant du feu en l’une des cheminées et scellant des briefz pour servir à leur ferme, à l’occasion duquel feu on a apperceu en la chambre prochaine du costé de la grosse tour en laquelle estoint partie des lettres du feu seigneur de Châtaubriant une grande fumée et incontinant me François Motay, conseiller et maître des comptes, estant en ladite Chambre a dict avoir une des clefs et s’en est allé promptement en sa maison pour apporter la clé céans et pour ce que on a craint qu’il feust long et aussi pour éviter au danger qui en eust peu arriver, a esté de nécessité rompre une des fenestres pour faire entrée en icelle laquelle est vis-à-vis du puiz de la seconde cour et estans entrez en icelle on a trouvé du feu qui avoit outrepassé la chemynée là où estoint faitz lesdits briefs, lequel feu a esté incontinant estaint et depuis a esté représenté l’une desdites clés par ledit me François Motay, laquelle a été baillée à me Ponce Granjon, huissier pour faire réparer la démollition de la fenêtre ensemble la chemyné26. »

  • 27 En Provence, le garde et concierge portait significativement le nom de clavaire.
  • 28 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 581, f° 102.

15La bonne marche de l’institution dépendait aussi du zèle avec lequel le garde et concierge, responsable des archives27, accomplissait sa tâche. À Nantes, la charge est occupée au xvie siècle par une dynastie, celle des Meneust, dont les membres se voient régulièrement accusés par le procureur général de ne pas bien conserver les archives qui leur étaient confiées. En 1561, c’est pourtant pour une affaire apparemment mineure concernant les jardins de la Chambre dont il a pris la responsabilité en plus de ses fonctions de garde que Guillaume Meneust est mis en cause. Après avoir rappelé que « les présidents, maîtres et auditeurs sont en possession joir et entrer esdits jardins deladite Chambre, de les faire ouvrir pour soy récréer et donner plaisir aux gens d’onneur qui ont affaire en ladite Chambre attendant expédition, joir et avoir des fruitz y croissant », le procureur général l’accuse d’avoir « voullu faire à son plaisir comme de son propre héritaige, faisant refaire clefz et claveures » et de refuser de « bailler herbes, petiz et menuz fruits aux serviteurs de nosdits seigneurs, combien qu’il y soit tenu par son estat de concierge et garde à la nomination des gens des comptes ». Malgré la proposition de Meneust de renoncer aux 10 livres qui lui sont allouées pour sa tâche et son engagement de laisser entrer dans le jardin « toutes personnes d’honneur tant gentilhommes, damoiselles que aultres », le bureau de la Chambre se montre inflexible et ordonne de faire deux autres clés à remettre aux huissiers28, empêchant qu’un espace « public » voué au service du roi et de ses représentants soit utilisé à des fins privées.

Des clés à usages multiples

  • 29 Les souverains qui voulaient donner la preuve de leur volonté d’économie s’engageaient généralemen (...)
  • 30 La légende rapporte aussi que François Ier aurait défoncé une porte du château d’Amboise du fait q (...)
  • 31 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 427.

16Comme tous ces exemples le révèlent, l’emploi des clés s’est généralisé au cours de l’époque moderne. On sait ainsi que François Ier a formulé le rêve un peu fou dans les années 1520-1530 de créer au Louvre un trésor où seraient venus s’accumuler tous les revenant-bons des provinces et d’en confier les clés à des membres de son Conseil, en lieu et place des grands officiers de finances qu’il avait écartés29. Le même roi30 gardait sur lui la clé de la galerie de Fontainebleau pour pouvoir la faire visiter personnellement à ses hôtes de marque – c’est ce qu’il fit avec l’ambassadeur anglais John Wallop en 154031 – et leur en expliquer la signification. Loin d’être ouverte à tous, la culture de la Renaissance était affaire d’initiés, ce qui impliquait d’en contrôler l’accès.

  • 32 Laurence Baribeau, Le diocèse nantais au temps de la Contre-Réforme catholique au xviie siècle, mé (...)
  • 33 Un arrêt du Parlement du 27 avril 1691 fait obligation aux fabriqueurs de conserver les archives d (...)
  • 34 Alain Corbin, Les cloches de la terre, Paris, 1994, p. 229.

17Avec la Réforme catholique, l’usage s’est imposé, sous la pression des évêques, de mettre à l’abri les objets du culte et les habits sacerdotaux ainsi que les archives et les comptes de fabrique. Les uns et les autres devaient être entreposés dans des pièces particulières – les sacristies – ou dans des coffres fermant généralement à trois clés. Les progrès furent lents – sur 200 paroisses visitées dans l’évêché de Nantes de 1638 à 1689, 101 n’avaient ni coffres ni papiers comme il était prescrit32 – mais réels, surtout au xviiie siècle quand le Parlement apporta son appui aux autorités religieuses33. On ne sait en revanche si les églises étaient fermées à clé : la facilité avec laquelle les paysans parvenaient à faire sonner le tocsin au xviie siècle pour appeler à la révolte inclinerait à penser que non. Il fallut attendre le xixe siècle pour que cette question soit en partie résolue sans mettre fin aux conflits puisque dans nombre de communes, si l’on en croit Alain Corbin, maires et curés se disputèrent longtemps pour savoir qui aurait la garde des clés des clochers. La loi de 1884 qui autorisa les premiers à faire fabriquer, sans l’assentiment des seconds, un double des clés constitua un indice supplémentaire des progrès de la République34.

  • 35 L’autre, Jacques Rondel, est accusé de « cas de maléfice ».

18Les clés étaient aussi un objet familier dans les prisons où elles étaient utilisées pour ferrer les prisonniers les plus dangereux. Une lettre de rémission de 1530 montre ainsi cinq prisonniers – trois religieux et deux laïcs – dans une geôle de Rennes. Les deux plus dangereux – un religieux, Saint-Jacques, des « parties de France », qui est poursuivi pour fausse monnaie, et Jacques Evrard, fondeur de son état, qui est accusé de viol35 – sont ferrés, alors que les trois autres sont simplement enfermés dans une pièce. L’intérêt du document ne se limite pas à cela puisqu’il permet de découvrir un exemple d’évasion au xvie siècle. La lettre bénéficie en effet au geôlier, Gabriel Bédier, qui a laissé échapper les détenus. Le récit qu’il présente pour sa défense vaut la peine d’être cité. Il déclare que

« […] estimant qu’il fust plus convenable que celuy Evrard et autres surdits prisonniers se occupassent à quelque chose que demeurer oyseulx, [il] souffrit et toléra audit Evrard, fondeur, de besougner esdites prinsons de sondit métier à fere un rouet à hacquebute, disant ledit Evrard audit Bédier qu’il faisoit ledit rouet à ladite hacquebute pour gaigner partie de ses despens. Et pour ce faire envoya ledit Evrard quérir en sa maison ou ailleurs dont ledit Bédier n’a congnoissance, ladite hacquebute et feirrements convenables audit mestier quels furent apportez audit Evrart par gens audit Bédier incongneuz. Aussi est-il que, durant partie du temps de la détemption, ung serviteur dudit Bédier, nommé Pierre Grinel qui avoit la garde de la porte de sesdistes prisons, fist fere audit appellé Saint-Jacques et audit Rondel une macze à sergent quelle estoit de boys et pour icelle fere ledit Grinel, comme est venu à congnoissance audit Bédier, leur bailla des sizeaulx, lymes, rapes et ung rabot et firent lesdits Rondel et appelé Saint-Jacques audit Bédier deux petitz crucifix de boys qu’ilz luy donnèrent ».

  • 36 Nicole Dufournaud, Comportements et relations sociales en Bretagne vers 1530 d’après les lettres d (...)

19Travaillant dans la chambre même de Grinel, les prisonniers, grâce aux outils qui leur ont été obligeamment fournis, parviennent à fabriquer une fausse clé et à se mettre en franchise au couvent Saint-François de Rennes après avoir enfermé préalablement leurs geôliers36. Ils finissent par être repris, ce qui explique sans doute, plus que les arguments invoqués, le pardon accordé par le roi, qui a sans doute été peu amusé par cette façon originale de prendre la clé des champs.

Les clés de la confiance

  • 37 Lors des épidémies, on enfermait aussi les malades contagieux pour éviter la propagation du mal.
  • 38 Les portes fermées à clés n’empêchent pas, dans la célèbre gwerz, Iannik Skolan de revenir auprès (...)

20Les clés constituaient un moyen de se protéger contre les dangers, de structurer des espaces, d’isoler des prisonniers dangereux37. Elles permettaient aussi de mettre à l’abri des biens précieux, qu’il s’agisse de bijoux, de monnaie, de papiers, de tableaux ou… de fruits et légumes rares. L’histoire des clés est aussi celle du développement de la propriété, de l’enrichissement individuel, de la naissance de la vie privée ; il est significatif à cet égard que dans la cité utopique de Th omas More, où les biens sont mis en commun, les maisons soient dénuées de toute serrure. L’emploi des clés n’était toutefois pas général38. Dans une analyse sur leur place au sein des communautés rurales du xixe siècle, Alain Corbin fait remarquer que

  • 39 A. Corbin, Les cloches…, op. cit., p. 229.

« […] l’usage de ces instruments y est, tout à la fois, restreint et plein de sens. La clé, ici, atteste le manque de confiance ou la volonté de distance, qui est toujours quelque peu tissée de mépris. Son usage apparaît vite injurieux au sein de la sphère d’interconnaissance. On le réserve aux risques que font courir les individus venus de l’extérieur : migrants, vagabonds, voyageurs, colporteurs, gens de la route. En un mot, la clé est protection contre les étrangers […] que l’on ne peut situer, qui n’appartiennent pas à l’aire de reconnaissance39… »

21Ce constat, même s’il est un peu exagéré, vaut pour l’Ancien Régime et si l’on trouve mention dans les sources de clés pour des boîtes ou des coffres, il est rare d’en trouver pour des pièces d’habitation. Dans une société où l’individu n’existait que par rapport au groupe – famille, quartier, paroisse, corps ou clientèle… – auquel il appartenait, il y avait peu de place pour une vie privée qui se serait développée à l’abri de portes closes.

  • 40 A. Corbin montre que lors du développement du suffrage universel en France, des maires ont considé (...)
  • 41 Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Paris (...)
  • 42 Ce dernier eut une carrière plus active qui l’amena à gérer une série de fermes importantes – impô (...)

22Aussi limité fût-il, l’usage des clés n’était pourtant pas toujours synonyme de méfiance40 ; le fait de les confier à quelqu’un était aussi une façon de témoigner le crédit qu’on lui accordait. Cela pouvait être un moyen aussi de tester un dévouement, une fidélité ou… un réel repentir, comme le suggère la lettre de rémission par laquelle nous voudrions achever cette contribution et qui, plus que de longs développements, révèle la force symbolique des clés (cf. texte ci-dessous). Elle met en scène des « gens de finances » qui ne sont pas totalement inconnus : le principal protagoniste, Guillaume Derien, doit sans doute être identifié avec l’individu du même nom qui fut receveur ordinaire de Carhaix à partir de 152241. Dans la lettre, il se présente comme sous-fermier de Jean du Fresne, receveur de la traite des bêtes vives en Bretagne42 et l’on voit qu’il rend également des services dans le domaine judiciaire à des nobles du pays de Rostrenen. Il offre donc le profil d’un homme polyvalent, qui profite des faiblesses d’une administration encore peu développée pour jouer le rôle d’intermédiaire et réaliser de menus profits. S’il prend son déjeuner et son souper à l’extérieur de chez lui, sa fortune semble modeste puisque le cheval qu’il utilise pour ses déplacements ne semble pas lui appartenir et qu’il sous-loue une partie de sa maison à une certaine Marguerite de Tourneuil et à sa chambrière.

  • 43 On peut penser aussi que c’est cette découverte publique de son infortune qui contraint Derien à u (...)

23Ses démêlés avec la justice sont dus au fait qu’il a tué son épouse pour avoir dilapidé de l’argent qu’il lui avait confié. Le récit du crime est construit avec soin : chaque détail semble pesé afin que l’accusé puisse bénéficier des circonstances atténuantes et obtenir plus facilement le pardon du roi. Un peu à la manière d’une pièce de théâtre, il commence par la présentation des personnages – Guillaume Derien, son épouse et l’aubergiste Berthault – et de l’intrigue : le nœud de celle-ci est constitué par la clé de la boîte où a été mise la bourse contenant l’argent que Derien a donné à sa femme. L’action se développe ensuite dans l’auberge où les époux prennent leur repas et enfin dans leur maison où le crime est commis. Par touches successives, Derien fait l’objet d’un portrait flatteur : son activité le conduit à fréquenter des membres de la noblesse, ce qui est à interpréter comme une preuve de son honorabilité ; il se montre par ailleurs bon chrétien – il entend la messe avant de partir travailler puis il prend soin de dire les grâces après avoir soupé –, et inspire la pitié puisqu’il souffrirait d’un handicap – il demande à la chambrière de l’aider à mettre son bonnet de nuit parce que dit la lettre « il ne se peult aydé que d’une main ». Face à lui, son épouse est dépeinte de façon négative : elle est paresseuse – comme le suggère le fait qu’elle est encore couchée quand Derien quitte la maison –, menteuse – elle prétend avoir déjà rendu la clé que Derien lui avait donnée – et surtout d’une infidélité éhontée. Dès le début du récit, on la montre s’inquiétant de la durée de l’absence de son mari comme si elle voulait s’assurer de disposer de temps pour mieux le tromper ; au cours du repas, elle reçoit des messages qui lui font changer de « couleur et de contenance » et quand elle revient à la maison en compagnie de son époux, celui-ci a le temps de voir un individu, dont on suppose qu’il est son amant, s’en échapper. Tous ces éléments contribuent à justifier la « chaude colle » qui s’empare de Derien. Son crime n’est pourtant pas présenté comme un simple crime d’honneur commis par un mari trompé ; il est imputé au fait que la femme a dilapidé l’argent qui lui a été confié. La violence n’éclate toutefois qu’au bout d’un long processus au cours duquel Derien prend soin de questionner à plusieurs reprises son épouse d’abord devant témoins43, puis dans l’espace clos de la chambre où il lui offre une dernière chance de s’expliquer. Ce n’est que lorsqu’il a la preuve de son infortune qu’il commet son crime ; celui-ci n’aurait donc eu rien de prémédité mais serait le fait d’un homme excédé qui s’est vu ruiné.

24La colère de Derien est d’autant plus justifiée que sa confiance a été trompée : son épouse est présentée à trois reprises dans la lettre comme une femme de mauvaise vie qu’il aurait prise en mariage afin de la remettre dans le droit chemin et à qui il aurait déjà pardonné plusieurs écarts, en acceptant à chaque fois de la reprendre auprès de lui. La lettre de rémission conte donc l’histoire d’une nouvelle chute de la femme et d’un pardon impossible. Elle fait penser bien sûr à la Madeleine sauvée par le Christ et qui est devenue ensuite l’une de ses disciples les plus dévouées, au point de l’avoir, d’après la tradition, assisté dans ses derniers instants. L’épouse de Guillaume Derien serait morte quant à elle de n’avoir pu, à la différence de la Sainte, s’amender durablement et son drame serait donc celui d’une rédemption inachevée. Sans que l’on puisse connaître la part de vérité qui existe dans son récit, il apparaît que Derien – ou celui qui s’exprime en son nom – construit sa défense sur une trame familière, et en l’occurrence chrétienne, pour obtenir plus facilement un pardon des autorités.

  • 44 Cela atteste au passage que, comme dans nombre d’autres sociétés du temps, les épouses avaient en (...)
  • 45 Erwin Panofsky, La vie et l’art d’Albrecht Dürer, Paris, 1987 ; Anja-Franziska Eichler, Albrecht D (...)
  • 46 Au même titre que la bourse que la femme porte également à sa ceinture.

25Le fait que tout se joue autour d’une clé détenue par la femme dans une boîte qu’elle porte à sa ceinture44 suggère une autre interprétation : elle fait penser, en effet, à la célèbre gravure de Dürer intitulée La Mélancolie où l’on voit une figure féminine, la tête appuyée sur la main gauche, qui se tient devant un ouvrage de maçonnerie sur lequel sont accrochés une cloche, un sablier, une balance et un carré magique. Cette gravure peut s’interpréter à la fois comme une allégorie de la mélancolie éprouvée par l’artiste devant son incapacité, malgré ses efforts, à produire des œuvres pouvant rivaliser avec la création divine et comme une symbolisation de la voie intellectuelle conduisant l’homme vers le salut45. Par ces dimensions, nous serions donc très loin de notre lettre de rémission. Un parallèle peut cependant être établi entre les deux documents grâce à la vision négative de la femme qui y est donnée. Dans la gravure, la figure féminine, qui s’inspire de la représentation traditionnelle de la paresse, a pour fonction de personnifier la mélancolie. Les clés et la bourse qu’elle porte à la ceinture seraient le symbole du pouvoir46 dont elle dispose. Dans la lettre de rémission, l’épouse de Derien porte aussi une clé qui révèle qu’elle bénéficie, en temps ordinaire, d’une réelle autonomie dans sa vie de couple et donc d’un certain pouvoir. Toutefois cette clé, du fait qu’elle sert à conserver de l’argent qui n’appartient pas au ménage, prend, dans la lettre, une autre dimension et devient un test de sa fidélité. Il n’est sans doute pas sans importance de relever que lorsque Derien lui demande ce qu’est devenu l’argent, le greffier note qu’« elle ne luy respondit aucune parrolle », et il ajoute significativement : « Dont iceluy Derien fut en grant perplexité et mélancolie, considérant que ledit argent n’estoit pas à luy et que de brief luy convenoit le bailler et rendre audit Dufresne recepveur surdit. » La mélancolie qui s’empare de lui n’est pas celle de l’artiste confronté aux affres de la création comme dans la gravure de Dürer mais celle de l’homme impuissant face au caractère incontrôlable des femmes. En jouant sur ces thèmes de l’inconstance féminine et de la mélancolie, Derien exprimait quelques-unes des inquiétudes des hommes du xvie siècle et se plaçait donc sur un terrain familier à ses juges dont il pouvait ainsi plus facilement obtenir la clémence.

26Cette lettre de rémission révèle donc une structure plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Au-delà du récit d’un fait divers, elle nous livre, comme nombre de contes ou de chansons traditionnelles, quelques clés de l’imaginaire et de la culture populaire à l’époque moderne. Aucune explication ne peut cependant en épuiser la richesse. Ce sentiment d’inachevé qui pourrait inciter le chercheur à s’abandonner, à son tour, à la mélancolie, constitue au contraire une incitation à poursuivre les investigations, stimulé par le charme ineffable des documents du xvie siècle dont Jean Kerhervé, grâce à ses cours de paléographie, a livré les clés à de très nombreux étudiants, contribuant ainsi à faire naître quelques vocations d’historiens.

Annexes

ANNEXE

Rémission pour Guillaume Derien, la verificacion / à la court de Kerahes / dont la teneur ensuilt47

Archives départementales de la Loire-Atlantique, B 33, f° 5-10

François…à tous présens et avenir, salut. Savoir / faisons, nous avoir receu l’humble supplicacion et requeste / des parens et amys consanguins de Guillaume Derien, natiff/ de la ville de Rostrenan, en l’evesché de Cornouaille, / contenant que le vingt troisième jour d’octobre derroin, entre / huit et neuf heures du matin, ledit Derien partit de / sa maison estant en ladite ville de Rostrenan, pour aller au manoir / de Rivelo ( ?) distant dudit Rostrenan de deux lieues, savoir / et entendant que luy voulloit la dame dudit Rivelo ( ?) que les mercredi / et jeudi précédans, luy avoit mandé aller par devers elle. / Laissa ledit Derien, Katherine de Kergrel, sa femme encores / couchée en leur lict laquelle luy demandoit s’il retournavoit / cedit jour en ville à l’heure de soupper, qui luy respondit / ne savoir quel affere auroit ladite damoiselle de Rivelo ( ?) / et que s’il ne retournoit à seix heures de soir / à soupper qu’elle fust aller soupper en la maison de / Thomas Berthault audit Rostrenen et eust porté avec elle / une espaulle de mouton estant en ladite maison et / qu’ilz ne l’eussent point actendu l’heure de souper / passée, et dist outre à ladite Katherine que / si Jehan Dufresne, recepveur de la traicte des bestes / viffves en cedit pays, fust cependant venu ou envoyé / en leur maison, qu’elle luy eust baillé quatre vingts / cinq testons que ledit Derien, comme commis dudit Dufresne / avoit dès le moys de septembre dernier receuz de / Guillaume Guyomarch et Guillaume Clohies, marchans de / beuffs, lesquels testons estant dedans une bourse de / cuyr en une bouette de laquelle ledit Derien avoit paravant / celuy jour baillé la clef à sadite femme / affin de bailler lesdits testons audit Dufresne ou autre / qui de par luy les fust venu demander en absence dudit. / Et incontinent s’en alla ledit Derien ouyr la messe, / puis fust déjuner chez ledit Berthault et tost après / monta à cheval et alla audit lieu de Rivelo ( ?) où il / ne sesjourna que envyron troys heures et illecq / print charge de la dame dudit lieu de intimer / à sa requeste ung mandement que naguères elle avoit / impétré puix remonta à cheval pour retourner audit / Rostrenan et y arriva envyron l’heure de seix / heures du soir et descendit chez ledit Berthault / où il avoit prins ledit cheval et trouva ladite / Katherine qui y estoit aller soupper ainsi qu’ilz / avoint délibéré le matin dudit jour. Et en entrant / tous deux en ladite maison, demanda ledit Derien / si le souper estoit prest, à quoy fut respondu / qu’il ne restoit que se asseoir à table, / ce qu’ilz firent et y furent envyron l’espace d’une / heure faisant grans chere. Durant lequel temps et / peu auparavant dire graces, apperczeut / ledit Derien que on venoit fere quelques messaiges à ladite / Katherine et voyant que icelle Katherine / changeoit souvent de coulleur et contenance / eut suspeczon que ladite Katherine luy avoit faict / quelque mauvaix tour et qu’elle estoit retournée / à sa précédante vie et mauvaix gouvernement dont / ledit Derien l’avoit puis naguères retirer et appeler / à sa compaignie espérant qu’elle se y feust gouvernée / et traictée comme une femme de bien doit faire en / mariaige. Et à ceste cause ledit Derien pria ceulx / de la compaignie de dire graces et icelles dictes / print congé dudit Berthault et s’en allèrent luy / et sadite femme à leur logeix et avecques eulx Jehanne / Lemée pour les accompagner, laquelle Jehanne avoit / aussi souppé chez ledit Berthault. Et eulx arrivez / ou logeix dudit Derien, veyt iceluy Derien / ung homme à luy incogneu sortir dudit logeix / fuyant sitost qu’il ne le peust congnoistre, lequel / Margarite Tourneuil demeurant en la maison dudit / Derien appella luy disant : « Venez cza retournez. » / et sur ce dit ledit Derien à ladite Katherine que / c’estoit quelque rustre et paillard qui estoit venu à elle. / À quoy ladite Margarite luy respondit que / c’estoit Julien, serviteur d’un nommé de Rosmadec. Et/ après ledit Derien et ladite Katherine de Kergrel sa femme estre montez / en leur chambre où incontinant arrivèrent ladite Margarite / de Tourneuil, Jehanne Lemée, ledit Derien demanda / à sadite femme si elle avoit faict àsoupper / ailleurs que cheix ledit Berthault. À quoy elle respondit / que non. Aussi luy demanda ledit Derien la cleffde la / bouette que luy avoit baillé et luy respondit ladite / Katherine la luy avoir baillée le jour précédant, ce que / n’estoit véritable et sur ce dirent ledit Derien / et sadite femme à ladite Margarite Tourneuil et Jehanne / Lemée : « Retirez-vous ». Et eulx retirez, demanda / ledit Derien à sadite femme pourquoy elle se gouvernoit / aussi mal et que s’il eust estimé qu’elle fust retournée / à son premier estat qu’il ne l’eust jamais reprinse, / ni recuillye avecq luy. Et lors ledit Derien descendit / au bas de sadite maison que tenoit à louaige ladite / Margarite et où alors elle estoit et sa chambrière, / à laquelle chambrière ledit Derien fist nouer son / couvrechef de nuyct pour ce qu’il ne se peut ayder / que d’une main, remonta ledit Derien en sadite chambre / et ferma l’huys espérant aller au lict. Toutesfoiz, avant se / coucher, ne déshabiller, demanda derecheffà ladite Katherine où estoit / la cleffde ladite bouette, à quoy elle ne fit aucune response / et le luy disant qu’il falloit qu’elle luy dist qu’elle en / avoit faict, print la bouette dicelle Katherine qui estoit pandu / à sa saincture dedans laquelle il trouva ladite cleff/ dont il ouvroit ladite bouette et lors aperczeut / que on y avoit prins lesdits quatre vingt cinq testons / demanda à ladite Katherine où elle avoit mis / lesdits testons, laquelle ne luy respondit aucune / parrolle dont iceluy Derien fut en grant perplexité / et mélancolie, considérant que ledit argent n’estoit / pas à luy et que de brief luy convenoit le bailler / et rendre audit Dufresne recepveur surdit. Et tout esmu / se alla adreczer à ladite Margarite, disant qu’il / estoit plus pouvre que jamays luy demanda / si elle savoit point qui eust prins et emporté / ledit argent. Laquelle Margarite respondit / n’en savoir rien et en faire mesme emocion, se / adrecza derechef à ladite Katherine luy disant / telles parolles ou semblables : « Méchante traistresse / et laronnesse, esse le bon tour que je t’ay faict de te / avoir recuillie puis ung moys veu les tours que / tu m’avois faictz auparavant ? Si faut-il que tu me / (dies) présentement qu’est devenu ledit argent ? » luy donnant / assez à congnoistre que il estoit fort desplaisant de / la perte dudit argent. / À quoy elle ne fist aucune / réponse. Quoy voyant ledit Derien luy donna ung / ou deux soufflectz de la main sur le visage / et tout eschauffé et esmeu, print une / espée qui estoit en ladite chambre assez près de luy, / laquelle il évagina et en la tenant en sa / main la faisoit bransler et s’aprochant dicelle / Katherine pour luy donner crainte et l’invocquer / à luy dire qu’estoit devenu ledit argent, l’actaignit / de ladite espée ung seul coup en l’une de ses jambes / au dessoubz du genoil. Après lequel coup tomba / ladite Katherine à terre cryant : « ayou, ayou ! ». Quoy / voyant ledit Derien desplaisant d’avoir faict ledit / coup, craignant que sadite femme en fust en danger, / s’en alla soudain ches maître Allain Lesné, barbier et / cyrurgien demeurant audit Rostrenan, lequel il / pria venir incontinent en sa chambre panser sa / femme qu’il avoit blecée, ce que luy accorda / ledit barbier. Et ainsi qu’ilz estoint arrivez en / ladite chambre où estoit ladite Katherine pour la / devoir penser et habiller et que ledit Lesné visitoit / ladite playe, aperceut ledit Derien que sadite femme / avoit perdu grant quantité de son sang ; et / pour ce que iceluy cirurgien dist qu’elle estoit / presque morte, se retira ledit Derien de ladite / chambre, s’enfuyt et deux ou troys heures après / ouyt dire que icelle Katherine estoit décédée. / Par quoy, craignant rigueur de justice s’est / abscenté et n’oseroit résider sur les lieux sans / obtenir de nous noz lettres de grace et rémission. / Nous remontrans oultre lesdits exposans que / ledit Derien avoit espousé par mariaige deux autres / femmes auparavant ladite Katherine de Kergrel, / subsécutivement avecques lesquelles il s’est / bien et honnestement gouverné et ne fut jamais / actaint ne convaincu d’aucun villain cas disgne / de reproche que celuy depuis luy avenu de cas de fortuit / et en chaulde colle. Nous supplians lesdits exposans / dudit cas impartir audit Guillaume Derien nos lettres / de grace, rémission…

Mandart

Notes

1 Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d’Armor, Douarnenez, 1992, p. 78.

2 Jean apparaît dans de nombreuses scènes du Nouveau Testament : lors de la pêche miraculeuse, lors de la Cène, près du Christ au jardin des Oliviers ; il est aussi présent au pied de la Croix où il soutient dans ses bras la Vierge pâmée.

3 Consulté, Georges Provost, que je tiens ici à remercier, m’a fait savoir que la présence de saint Pierre, comme personnage latéral sur un croisillon « géminé », adossé à la Vierge ou à saint Jean, est courante ; dans ce cas, il ne ferait toutefois pas partie de la scène de la Crucifixion puisqu’il lui tourne le dos.

4 Saint Jean pouvait être associé aussi aux clés du moins si l’on en croit le témoignage de Jean-Marie Déguignet : selon ce dernier, lors de la fête de la Saint-Jean, les paroissiens de Basse Bretagne faisaient le maximum de bruit en frappant des clés contre des bassines en métal. Il n’explique pas le sens de cette pratique (Jean-Marie Déguignet, Mémoires d’un paysan bas-breton, Le Relecq-Kerhuon, 1998, p. 74).

5 La remise des clés n’était pas dans ce cas le signe d’une soumission inconditionnelle puisqu’en se ralliant à Charles VIII une partie du patriciat florentin espérait obtenir son soutien pour le rétablissement des libertés de la cité après l’élimination des Médicis. Leurs attentes ne furent pas totalement satisfaites et le roi de France chercha à profiter de sa domination pour exiger des subsides de la ville. Cela amena Piero Capponi, quand Charles VIII menaça de recourir à la force, à prononcer cette phrase devenue proverbiale : « Eh ! bien vous sonnerez vos trompettes, mais nous sonnerons nos cloches » (Yvonne Labande-Mailfert, Charles VIII, Paris, 1986, p. 244).

6 Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, 1981.

7 Nantes a obtenu le même privilège en mai 1449 (Arch. dép. Loire-Atlantique, E 157).

8 Ce privilège ne fut acquis par Angers qu’en 1474.

9 Jacques Vailhen, Le conseil des bourgeois de Nantes, thèse de droit, Rennes, 1965.

10 En mai 1578 la ville de Nantes a racheté la charge de connétable qui dépendait jusque-là du capitaine du château. À partir de cette date, le maire est reconnu comme le colonel de la milice (Guy Saupin, Nantes au temps de l’édit, La Crèche, 1998, p. 61).

11 Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, La Bretagne province, t. V, Rennes, 1913, Mayenne, p. 93 sqq.

12 Les Portugais étaient détestés par une partie des gens du peuple qui les suspectaient d’être restés fidèles au judaïsme et par les notables qui redoutaient leur concurrence sur le plan commercial et qui leur reprochaient de ne pas vouloir s’intégrer à la société nantaise (Guy Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, 1996, p. 138).

13 À Dijon, pendant la révolte des « Lanturelus », les émeutiers demandent à la municipalité les clés des portes de la ville pour laisser entrer les paysans. Devant son refus, ces derniers n’hésitent pas à escalader les murs et les fortifications pour pénétrer dans la cité (Boris Porchnev, Les soulèvements populaires en France au xviie siècle, édition abrégée, Paris, 1972).

14 Sandrine Garcia, Les entrées de ville à Nantes du milieu du xvie siècle à la première moitié du xviiie siècle, mémoire de maîtrise, dir. G. Saupin, université de Nantes, dactyl., 1996, p. 20.

15 Monique Morin et Marie-Annick Roux, Les entrées de ville et les querelles de préséance à Nantes aux 17e et 18e siècles, mémoire de maîtrise, dir. Yves Durand, université de Nantes, dactyl., 1970.

16 En 1565, Charles IX fit toutefois son entrée par la porte Saint-Nicolas.

17 Celui-ci résidait au château et c’est là qu’il recevait ensuite officiellement la municipalité qui venait lui renouveler le serment de fidélité de la ville tout en sollicitant la confirmation de tous les privilèges existants.

18 Ce fut le cas pour le duc de Chaulnes en 1673 et pour le maréchal d’Estrées en 1690.

19 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes des factions, Paris, p. 353.

20 Sylvie Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Toulouse, 2000.

21 Lors de la clôture du 25 mars 1564, les clés sont confiées au premier président, au maître Martin de Beaune et au garde (Arch. dép. Loire-Atlantique, B 583, f° 116).

22 Ibid., B 601, f° 15 sqq.

23 Deux serrures étaient également prévues pour la chambre des huissiers (ibid., B 584, f° 224).

24 C’est là que le garde Guillaume Meneust trouve en juin 1566 la copie du mandement du traité de mariage entre « le roy Loys et Anne duchesse de Bretagne, ainsi que le double du mariage du roy et duc Françoys de Valoys et Claude royne de France » que le seigneur de Cucé avait charge de transmettre au chancelier de France (ibid., B 584, f° 261).

25 Le 26 mai 1564 les maîtres et les procureurs se transportent dans la salle basse de la Chambre pour faire des extraits en faveur de Charles de Bourbon et de Philippe de Montespedon, duc et duchesse de Beaupréau, prince et princesse de La Roche-sur-Yon dans le procès qui les oppose à Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes au Parlement de Paris. Ils ne peuvent exécuter leur tâche du fait que la troisième clé, indispensable pour ouvrir, la porte est introuvable, ce qui contraint le bureau à ordonner d’en forger une nouvelle (ibid., B 583, f° 157).

26 Ibid., B 584, f° 8.

27 En Provence, le garde et concierge portait significativement le nom de clavaire.

28 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 581, f° 102.

29 Les souverains qui voulaient donner la preuve de leur volonté d’économie s’engageaient généralement à mettre l’argent public sous clé. En 1597, Henri IV, qui voulait obtenir du parlement de Paris l’enregistrement d’édits fiscaux, promit « de ne plus mal dépenser, de mettre les espèces dans un coffre à plusieurs serrures différentes et de laisser une clé à un membre de la compagnie qui pourrait vérifier tous les prélèvements d’argent » (Roland Mousnier, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, 1971, p. 197).

30 La légende rapporte aussi que François Ier aurait défoncé une porte du château d’Amboise du fait qu’on ne lui apportait pas la clé assez rapidement.

31 Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 427.

32 Laurence Baribeau, Le diocèse nantais au temps de la Contre-Réforme catholique au xviie siècle, mémoire de maîtrise, Nantes, 2001, p. 35-36.

33 Un arrêt du Parlement du 27 avril 1691 fait obligation aux fabriqueurs de conserver les archives dans un coffre muni de trois clés.

34 Alain Corbin, Les cloches de la terre, Paris, 1994, p. 229.

35 L’autre, Jacques Rondel, est accusé de « cas de maléfice ».

36 Nicole Dufournaud, Comportements et relations sociales en Bretagne vers 1530 d’après les lettres de grâce royale, mémoire de maîtrise, université de Nantes, 1999, t. II, lettre n° 11.

37 Lors des épidémies, on enfermait aussi les malades contagieux pour éviter la propagation du mal.

38 Les portes fermées à clés n’empêchent pas, dans la célèbre gwerz, Iannik Skolan de revenir auprès de sa mère. Quand celle-ci lui demande : « Et par où êtes-vous entré ? J’avais fermé mes portes ; mes portes, je les avais fermées à clef, et mes fenêtres au verrou », il répond : « Si vous aviez fermé vos portes à clef, je sais les ouvrir depuis longtemps. Allumez la chandelle, soufflez le feu et vous verrez deux au lieu d’un » (Vicomte Hersart de La Villemarqué, Chants populaires de la Bretagne, Barzaz Breiz, Paris, 1963, p. 345).

39 A. Corbin, Les cloches…, op. cit., p. 229.

40 A. Corbin montre que lors du développement du suffrage universel en France, des maires ont considéré que le fait d’exiger d’eux que l’on mette l’urne sous clé entre les deux jours du scrutin revenait à douter de leur honnêteté (ibid., p. 233).

41 Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547, Paris, 1997, p. 468.

42 Ce dernier eut une carrière plus active qui l’amena à gérer une série de fermes importantes – impôts et billots, ports et havres –, puis à devenir receveur du fouage dans l’évêché de Dol (1525-1540). Son mariage avec Marie Parajau, qui était probablement apparentée au trésorier général de Bretagne Jean Parajau (1524-1528) explique sans doute cette intégration dans le monde de l’office. Son fils poursuivit dans la même voie et reprit la même recette dans les années 1550.

43 On peut penser aussi que c’est cette découverte publique de son infortune qui contraint Derien à user ensuite de violence pour rétablir son honneur. Luigi Pirandello reprend ce thème de façon quelque peu paradoxale dans l’une de ses nouvelles : un paysan de Sicile tue sa femme qui l’a trompée du fait de la pression de l’opinion publique… et de la propre épouse de l’amant de sa femme qui a fait connaître à tous son infortune (Luigi Pirandello, Nouvelles pour une année, La vérité, t. II, trad. fr., 1973).

44 Cela atteste au passage que, comme dans nombre d’autres sociétés du temps, les épouses avaient en Bretagne la responsabilité de l’argent du foyer.

45 Erwin Panofsky, La vie et l’art d’Albrecht Dürer, Paris, 1987 ; Anja-Franziska Eichler, Albrecht Dürer, Cologne, 1999.

46 Au même titre que la bourse que la femme porte également à sa ceinture.

47 N. Dufournaud, Comportements…, op. cit., lettre n° 3 (11 janvier 1531, n. st). Je tiens à remercier cette dernière pour m’avoir autorisé à publier cette lettre et pour m’avoir communiqué ses travaux sur les femmes en Bretagne au xvie siècle. Un grand merci aussi à Michel Nassiet qui a engagé à l’université de Nantes l’exploitation des lettres de rémission et qui m’a autorisé à utiliser celles qui évoquaient des histoires de clés.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540