Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le capitalisme, une absurdité créatrice ?

 | 
Hervé Thouement

Deuxième partie. Une maquette historique du capitalisme

Chapitre III. L’économie domaniale1 (et féodale) analysée comme une organisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les économies naturelles précèdent ainsi les économies marchandes sur le sentier de la complexité. Et il apparaît normal de commencer ce chapitre par proposer une définition de ce type d’économie. Par économie naturelle, il faut entendre une économie dans laquelle la production et la répartition des biens sont organisées directement en nature. On verra que le mode de coordination sous-jacent des activités économiques est ici spécifique, qu’il est étranger autant à la logique du marché qu’au principe de planification. Il y a, pour reprendre le langage de F. Braudel2, opposition de « la vie matérielle » à « la vie économique ».

Les économies naturelles se distinguent encore des économies marchandes par leur grande variété3 : les économies des peuples premiers (Dogons, Dayaks) côtoient ici les économies des sociétés tributaires (systèmes impériaux antiques, sociétés féodales européennes, etc.). Les Anglo-Saxons ont pris l’habitude de les scinder en deux groupes : les économies régies pa...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540