Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le capitalisme, une absurdité créatrice ?

 | 
Hervé Thouement

Première partie. Théorie néo-ricardienne et analyse systémique : un rapprochement inédit

Chapitre I. La théorie néo-ricardienne des prix

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La théorie néo-ricardienne des prix trouve son origine dans les écrits de Quesnay et des auteurs classiques. Et plus précisément dans l’œuvre de Ricardo. Tombée en désuétude à la fin du XIXe siècle sous le coup de la critique néoclassique, la théorie classique des prix a connu un regain d’intérêt dans les années soixante grâce aux travaux de l’économiste italien P. Sraffa. Néanmoins, depuis le début des années quatre-vingt, nombre de ses partisans s’en sont à nouveau éloignés pensant parfois mieux appréhender la phase actuelle de mondialisation des économies en partant d’une approche plus microéconomique, centrée sur les relations entre grandes firmes. Si bien que cette approche n’est plus guère enseignée aujourd’hui aux jeunes économistes.

Cette théorie s’exprime en fait dans une famille de modèles pressentis ou élaborés par des « économistes1 » aussi divers que Ricardo, Marx, Von Neumann, Leontief et Sraffa. Elle est notamment caractérisée par l’emploi de modèles « fermés », linéai...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540