Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

La Remembrance de Du Guesclin : mystères et enseignements d’un manuscrit angevin

Jean-Michel Cauneau et Dominique Philippe

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Chronique du religieux de Saint-Denis, contenant le règne de Charles VI, texte latin établi et tra (...)
  • 2 Voir F. Autrand, Charles VI, Paris, 1995, p. 225-227 et G. Minois, Du Guesclin, Paris, 1993, p. 46 (...)
  • 3 Angers, Bibliothèque municipale Toussaint, ms. 549 (514), p. 60a-62b (f° 31v a – 32v b) [Angers, B (...)

1Lors des grandes fêtes de Saint-Denis qu’il ordonna en mai 1389, le jeune roi Charles VI fit célébrer la mémoire du connétable de son père, Bertrand du Guesclin, qui était mort depuis neuf ans. Il existe de cet événement deux relations. La plus connue fut rédigée par Michel Pintouin, dans sa chronique latine du règne de Charles VI1. Elle a été souvent commentée, jusqu’à prendre la place de l’événement lui-même alors qu’elle lui est sans doute postérieure d’un bon quart de siècle2. On ne sait pas toujours qu’il y a un autre texte, un poème presque contemporain de ces journées, et qui n’a qu’elles pour sujet. On n’en trouve qu’un seul manuscrit, conservé à la bibliothèque municipale d’Angers : c’est de ce second texte que nous parlerons3.

  • 4 Titre plus commode que : Comment le roy de France fist faire pour le fu conestable, voir infra.
  • 5 Dom Edm. Martène, « Description des obsèques de Bertrand de Guesclin, connétable de France », Th e (...)
  • 6 L. Mirot, « La messe de Requiem de Du Guesclin en 1389 », Revue des questions historiques, 1903, p (...)

2La Remembrance de Du Guesclin – c’est le titre que nous avons choisi de donner ici à ce poème4 – n’est certes pas un inédit, puisqu’on en compte deux publications : celle de dom Martène, donnée dès le début du xviiie siècle5, puis celle substantiellement introduite par Léon Mirot, au siècle dernier6. Mais nous allons voir que les outils créés depuis et l’accessibilité améliorée des sources – en partie inédites – permettent aujourd’hui non seulement d’en compléter et d’en corriger la transcription, mais encore d’en modifier les perspectives de commentaire.

La hâte des érudits

  • 7 Ibid., p. 228.
  • 8 Ibid., p. 229.
  • 9 Angers, BM, ms. 549, p. 1-56b. Éditions : dom H.-G. Morice, Mémoire pour servir de Preuves à l’His (...)
  • 10 Les principaux travaux concernant ce texte sont : A. Du Bois De La Villerabel, « Gestes des Breton (...)
  • 11 Angers BM, ms. 549, p. 56b-60a ; Martène, c. 1500-1502.

3Dans son introduction, Léon Mirot continuait de s’en remettre aux lectures que les érudits du xixe siècle avaient faites des informations données par Martène. Ainsi, concernant l’identification de l’auteur, il affirme que les 136 vers du poème ont été composés « à Avignon en 1390, par un chevalier breton, Guillaume de la Penne7 ». Il précise même que « cet auteur est originaire du diocèse de Quimper » et « servit peut-être sous Bertrand du Guesclin8 ». En fait, il attribue le texte au même auteur que ceux qui le précèdent dans le manuscrit, copiés par le même scribe. La plus grande part des pages du volume est en effet occupée par une chronique en vers octosyllabes, connue sous le titre adopté dans les Preuves de dom Morice : « Gestes des Bretons en Italie9 ». Ce texte a été souvent commenté10. Un autre texte, resté encore inédit, si l’on excepte quelques lignes données par Martène, traite du schisme de 137811.

4Cependant, L. Mirot ne croit pas utile de restituer en tête de sa transcription la rubrique qui introduit le texte sur le manuscrit : « Cy finit ceste matiere/ et commance comment le roy/ de France fist faire pour le fu connestable. » Pourtant, cette phrase livre un indice important si on la rapproche de celle qui fait la transition entre Gestes des Bretons en Italie et le texte sur le schisme :

  • 12 Ibid., p. 56 b. C’est cette page que l’on peut voir sur le site Enluminures de l’IRHT.

« Icy finit la matiere de cest/ rommans pour que en celluy/ temps trepassa de vie le pape/ Gregoyre et pour la crea/cion du saint pere pape Cle/ment VIIme lequel fut croyé/ l’an mil.CCC.LXXVIII. & le/ premier jour de novembre/ de la quelle creacion le dit/ chevalier Monser Guillaume de la Penne/ qui fist cest present rommans/ fist auxi membrance laquelle/ s’ensuyt12. »

5On voit en effet que, si les deux premiers textes du volume sont explicitement attribués à Guillaume de la Penne, il n’en va nullement ainsi pour le troisième, celui qui nous intéresse ici. D’ailleurs Martène, qui transcrit la rubrique de transition et sépare soigneusement le troisième texte des deux autres, par une frise typographique, ne suggérait nulle part que La Penne en eût la paternité. Tout au plus peut-on regretter qu’il n’ait pas su transcrire intégralement le colophon du scribe :

  • 13 « Ce livre est fini, Dieu merci. Si je l’ai mal fait, j’en demande pardon, si je l’ai bien fait, q (...)

Explicit iste liber, deo gratias.
Si male quod feci veniam peto, si bene gratiam.
Qui me scribebat Guillelmus nomen habebat,
Corisopitensis diocesis, & habebat cognomen
« Corr » et fui scriptus in civitate Avinionensi
sub anno Domini M.CCCentesimo nonagesimo13.

6On voit que ces indications permettent de distinguer du rommans (écrit par Guillaume de la Penne) le liber, c’est-à-dire sa copie ici effectuée par un scribe originaire du Quimpérois, portant le même nomen, mais dont le cognomen « Corr », est de langue bretonne (« corr » signifie « nain »). Or Martène a laissé en blanc les mots cognomen Corr, signalant clairement, par cinq points de suspension, la lacune due aux difficultés de lecture du manuscrit à cet endroit (fig. 1).

Fig. 1. – Le colophon au bas de la Remembrance de Du Guesclin. Au-dessus, à droite, l’une des « hermines » qui parsèment le manuscrit. Angers, Bibliothèque municipale, ms. 549 (514), p. 62, détail. Cl. J-M.C.

Fig. 1. – Le colophon au bas de la Remembrance de Du Guesclin. Au-dessus, à droite, l’une des « hermines » qui parsèment le manuscrit. Angers, Bibliothèque municipale, ms. 549 (514), p. 62, détail. Cl. J-M.C.

7Malheureusement, cette carence, pourtant honnêtement reconnue par l’éditeur de 1717, ne sera pas considérée comme telle par les érudits du xixe siècle, qui recopieront le texte du Mauriste sans la prendre en compte. Ils en feront un argument pour chercher une origine cornouaillaise à l’auteur de Gestes des Bretons en Italie, origine qui n’est nullement établie, pour ne pas dire qu’elle est peu probable. Ainsi, Cayot-Delandre, collaborateur du dictionnaire de biographies bretonnes de Prosper Levot, considère La Penne comme l’auteur de la Remembrance et interprète ainsi le colophon :

  • 14 P. Levot, Biographie bretonne. Recueil de notices sur tous les Bretons qui se sont fait un nom, 2 (...)

« Cette annotation nous apprend que Guillaume de la Pérenne était né dans le diocèse de Quimper et qu’il composa cette pièce à Avignon, l’an 139014. »

8Nous reviendrons plus loin sur la modification du nom de l’auteur – « La Pérenne » au lieu de « La Penne » – qui apparaît ici, mais on reconnaît sans peine la source Léon Mirot. Faut-il tenir rigueur à ce dernier d’avoir été trop hâtif dans ses conclusions ? Le fait est qu’il n’avait pas sous les yeux un document autrement plus probant, dont nous allons maintenant parler.

Le folio volé

  • 15 Lemarchand, Catalogue des manuscrits de la bibliothèque d’Angers, Angers, 1863, n° 514. L’auteur n (...)

9Signalons d’abord que, depuis l’époque où les Mauristes consultèrent le manuscrit d’Angers – à l’abbaye de Saint-Aubin qui le détenait – le premier feuillet de celui-ci a disparu, arraché ou découpé. Quand cela ? Avant l’établissement du premier catalogue de la bibliothèque municipale, où cette mutilation est indiquée avec précision dans la notice. Ce catalogue a été édité en 186315.

  • 16 Sur la confiscation des livres à Angers durant la Révolution, voir Elisabeth Verry, « D’un monde à (...)

10La découpe a laissé un talon de quelques millimètres de large, vestige d’une enluminure qui a dû motiver le vol, commis peut-être dans la période qui sépare les confiscations révolutionnaires et la création de la bibliothèque municipale, en 180516. On ne possédait donc plus de ce feuillet que la transcription publiée par Martène. Celle-ci livrait, outre le texte des 54 premiers vers de Gestes des Bretons en Italie, cette rubrique introductive d’importance, que l’on pouvait évidemment considérer comme une copie du texte médiéval :

  • 17 Martène, c. 1457-1458.

« L’an Mil CCC LXXVIII fist monsieur Guillaume de la Perene cest Romans pour amour & honour de nostre mere Sainte Eglise, & pour vaillance d’armes, que fist en celuy temps monsieur Selvestre Budes avecque plusieurs hommes qui en sa compagnie estoint ou fait de l’Eglise. Lequel messire Guillaume fut trois fois prisonnier ouditpa y [sic]17. »

11Cette rubrique confirmait la date de 1378, le nom de l’auteur – appelé « La Perene » – du premier texte du volume et donnait un élément biographique qui faisait de cet auteur un acteur des événements qu’il raconte. Mais, telle quelle, elle ne réglait pas la question de la Remembrance, troisième et dernier texte du manuscrit.

  • 18 BnF, fr. 22329 (Blancs Manteaux 45, pap. 915 p., 0,31 × 0,215 m), intitulé « Extraits de cartulair (...)

12Or, nous avons découvert avec surprise qu’il existe une autre copie de ce folio disparu. Elle figure dans l’un des registres constitués par dom Denis Briant, pour l’Histoire de Bretagne de dom Lobineau18. Cette transcription inédite estapparemment plus complète et illustrée. À la première page, sous un dessin d’armoiries, on lit cette version du texte édité par Martène (nous en maintenons les abréviations) :

  • 19 BnF, fr. 22329, p. 473.

« L’an m.ccc° lxxviii fist Monsr Guille de la Pēne chevalier cest romans pour amour & honour de nr˜e mere Ste Eglise & pour vaillance d’armes que fist en celui temps Mons. Selvestre Budes avec plusrs gens qui en sa compaingnie ont fait de l’Eglise en Italie. Lequel Mess. G. fut troys fois prisonnier ou dit pays & mourut l’an IIIIxx & I19. »

  • 20 Quant à Sylvestre Budes, il avait été condamné à mort et décapité au début de 1380, par ordre de C (...)
  • 21 Les lecteurs familiers des abréviations paléographiques comprendront que le problème était de voir (...)

13En marge de cette dernière notation, évidemment capitale, une transposition, dont on ne peut savoir si elle était sur l’original ou si elle est ajoutée par Briant : « 1381 ». Elle est suivie d’une mention biffée : « ou 1390 comme il y a a la fin ». On voit qu’est confirmée une information donnée dès l’origine par le manuscrit, à savoir que Guillaume de la Penne ne peut être l’auteur de la Remembrance, puisqu’il était mort depuis huit ans, lors de la célébration ordonnée par Charles VI20. On observe aussi que là ou Martène a lu « Pérene », Briant transcrit « Penne21 ». Tout cela donne une cohérence aux trois rubriques et le troisième texte du manuscrit d’Angers doit donc être considéré comme anonyme (fig. 2).

  • 22 Le volume mesure 0,258 × 0,18 m. Le texte est écrit sur deux colonnes de 24 lignes. Ces chiffres p (...)
  • 23 Page « 56 ». Il faut ajouter pour ce texte une page « 8bis », recto d’un quart de feuillet relié e (...)
  • 24 Page « 60 ».
  • 25 Concernant le scribe Guillaume Corr, A. Jamme (dans « En marge… », op. cit., p. 31, et note 8) pen (...)

14Une hypothèse pourrait certes en faire une création ou une initiative du scribe Guillaume Corr lui-même. Elle n’est pas absurde, au vu de la rubrique de transition et quand on examine le document. Recevant commande d’une copie des deux œuvres de G. de la Penne, il prévoit quatre quaternions (cahiers de 4 bifeuillets, soit 16 pages) de parchemin22 : Gestes des Bretons en Italie occupe trois cahiers complets, et s’arrête dans la seconde colonne de la dixième page du quatrième23 ; le texte sur le Schisme se termine dans la première colonne de la treizième24. Cela laissait libre un peu plus d’un feuillet entier. Le copiste a-t-il décidé, proposé ou accepté d’intégrer au volume un texte qui célébrait un ancien chef de Sylvestre Budes, le héros de la principale œuvre présente dans le manuscrit ? On remarque qu’il a exécuté tout son travail avec un certain soin, utilisant l’encre rouge pour ses rubriques et son colophon ; il parsème aussi son manuscrit de petites hermines, emblèmes de son origine, et dessine la silhouette d’une minuscule église pour signaler la page où commence le texte sur le Schisme. Son écriture, usant assez souvent de l’abréviation, est une grande textualis, formée sans doute un peu rapidement, et peine parfois à maîtriser l’encombrement des vers un peu longs, mais elle est toujours lisible. Tout cela indique une certaine implication, et il aurait donc aussi pu vouloir exposer en sus « comment le roy de France fist faire pour le fu connestable ». Toutefois, dans l’absence d’indice probant, nous considérerons qu’attribuer à Guillaume Corr la paternité de la remembrance ne relève que de l’hypothèse25.

  • 26 Les vestiges colorés encore visibles sur le talon du feuillet disparu semblent correspondre à la p (...)

15Concernant les circonstances de sa commande, une information pourrait être donnée par le dessin monochrome d’armoiries visible sur la copie de Denis Briant (fig. 2) Celui-ci semblerait correspondre au moins à une partie de l’enluminure disparue avec le premier feuillet du ms. 549 d’Angers. On peut y distinguer un écu vu de trois-quarts, timbré d’un heaume surmonté d’un cimier zoomorphe. L’écu, assez peu visible, est figuré de nouveau un plus bas, mais vu de face. Si la figure du cimier est difficile à identifier – peut-être une licorne ? –, on peut, sans trop de peine dire que l’écu porte de vair à la barre de gueules26. Rappelons que la barre est, à l’inverse de la bande, une diagonale de senestre à dextre, c’est-à-dire de droite à gauche pour le spectateur. Nous n’avons pas trouvé ce choix de blasonnement dans les répertoires que nous avons consultés ; en revanche, si l’on considère que le dessin, dont la gueule du cimier est tournée vers la droite, est sans doute à l’envers comme s’il reproduisait la matrice d’un sceau, on pourrait reconnaître les armes de vair à la bande de gueules d’illustres seigneurs bretons : les Châteaugirons.

Fig. 2. – Copie (par dom Briant ?) des armoiries du feuillet disparu. Paris, BnF, ms. fr. 22329, p. 473, détail. Cl. BnF.

Fig. 2. – Copie (par dom Briant ?) des armoiries du feuillet disparu. Paris, BnF, ms. fr. 22329, p. 473, détail. Cl. BnF.

16Il y aurait là mieux qu’une coïncidence, car c’est à cette famille qu’appartenait Jean de Malestroit, personnage plusieurs fois nommé dans Gestes des Bretons en Italie, mais qui reste difficile à identifier parce il a plusieurs homonymes en son temps. Cela constitue même une des plus épineuses questions généalogiques de la Bretagne médiévale, que les plus récents ouvrages spécialisés n’ont pu résoudre. Question qui serait de moindre importance ici, si elle ne se doublait d’un problème héraldique.

  • 27 Ou d’Haouïse de Kaër, suivant les sources, auquel cas Jeanne de Malestroit aurait été la mère de J (...)
  • 28 A. du Paz, Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, Paris, 1619 [Du Paz], (...)
  • 29 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Jean de Malestroit en Italie et l’autonomie fiscale du clergé breto (...)

17Essayons de simplifier l’interrogation généalogique en la ramenant au seul aspect qui ait des conséquences pour le manuscrit d’Angers : la date de décès de Jean II de Châteaugiron, dit de Malestroit, fils aîné de Jean I de Châteaugiron, sire d’Oudon, et de Jeanne de Malestroit27, mariés en 1347. La tradition, remontant à Augustin du Paz, suivie par Le Mené et Kerviller, et qui semble toujours servir de base aux chercheurs actuels, fait mourir ce personnage en 1394, soit vingt ans après son père28. Mais, suivant B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, qui s’appuie sur les études antérieures de L. Mirot et de Roger Grand, il faut placer cette disparition onze ans plus tôt29. Les généalogistes l’auraient confondu avec des homonymes : tantôt avec son demi-frère, mort en 1397, fils de Jeanne de Combourg, tantôt avec son fils (ou frère, suivant la tradition) le sire de Kaër, tantôt avec son gendre Jean de Beaumont, qui serait le vrai sire de Malestroit après 1383, date véritable de la mort de Jean II. En tout état de cause, les notices biographiques le chargent sans doute de trop d’actions : celui dont parlent La Penne, Froissart et les chroniqueurs italiens, et qui est appelé dans les archives vaticanes « le capitaine général », fut le plus souvent absent du duché après 1371. Il alterna le service des rois de France, et des campagnes mercenaires pour différents maîtres dont les papes français et serait mort en 1383, dans la logique de ce qu’il avait vécu, au service de Louis Ier d’Anjou, sous les murs de Naples. Au cours de cette tumultueuse destinée, il fut souvent un compagnon du connétable Du Guesclin, et l’associé de son acolyte et semblable Sylvestre Budes, héros de Gestes des Bretons en Italie.

  • 30 Plusieurs documents montreraient qu’il était toujours en Italie, durant la reconquête du duché par (...)
  • 31 Arch. vat., reg. vat. 301, f° 54 et 146 v°, référence de Pocquet. Cette somme donna lieu à la levé (...)
  • 32 La commande d’une copie de la remembrance n’aurait rien eu non plus d’étonnant, puisque Malestroit (...)

18Même si le tableau de Pocquet du Haut-Jussé n’amende pas toujours de façon convaincante celui de Kerviller, il faut convenir qu’il est le seul à donner une place claire au « capitaine général » mentionné par les archives romaines30. L’une d’entre celles qui sont citées par Pocquet se révèle particulièrement intéressante à rapprocher du manuscrit d’Angers. Il s’agit d’une bulle attestant un concordat signé à Beaucaire, le 16 août 1390, entre le Saint-Siège et Jean de Beaumont, sire de Malestroit, gendre de Jean II de Châteaugiron. Jean de Beaumont transigeait pour le paiement à sa femme de 32 000 francs dus à son beau-père en tant qu’ancien « capitaine général » de l’armée recrutée par le pape31. On pourrait conjecturer, que Beaumont, connaissant ou apprenant l’existence à Avignon de l’œuvre de Guillaume de la Penne qui cite son beau-père, a pu en commander une copie à Guillaume Corr durant la période ou la délégation bretonne séjournait dans le domaine pontifical32. Peut-être Guillaume Corr était-il même un de ses envoyés ? Seule une analyse détaillée du document romain – que nous n’avons pas – permettrait de répondre plus précisément à ces questions.

  • 33 Morice, Preuves, planches, sceau n° 154. On trouve aussi De vair au bâton de gueules d’après le re (...)
  • 34 Ou de sa mère, cf. supra n. 25.
  • 35 Morice, Preuves, sceau n° 268.
  • 36 Comme Alain, sire d’Oudon, frère de notre Jean II : M. Pastoureau, « Le rôle d’armes du second tra (...)
  • 37 C’étaient semble-t-il celles de Patry de Châteaugiron, présent au second traité de Guérande : ibid (...)
  • 38 Qui avait donné un évêque de Rennes au début du siècle. Sur cette question héraldique, on peut aus (...)

19Toujours est-il qu’à partir de là, se pose un autre problème encore plus ardu, dont nous avons parlé, celui des pratiques héraldiques chez les sires de Châteaugiron et de Malestroit. Jusqu’à Hervé de Châteaugiron, grand-père du « capitaine général », les armes sont celles que nous pensons trouver sur la copie du manuscrit d’Angers : de vair à la bande de gueules33. Cela se complique lorsque Jean I adopte un écartelé de l’écu hérité de ses ancêtres et des armes de son épouse34, unique héritière du nom de Malestroit : de gueules à neuf besants d’or. Ce choix est attesté par un sceau reproduit dans les Preuves de dom Morice35. Pour ses descendants, dont on conserve des données héraldiques éparses, on constate une diversité de solutions difficile à appréhender : les Malestroits portent des variantes de l’écu besanté36, et les Châteaugirons – qui ont repris le nom par les femmes – ont opté pour des armes très différentes : d’azur au chef d’or alias de gueules37. En fait, il faut se résoudre à admettre que nous ne savons pas quelles armes utilisait Jean II lui-même : on peut simplement supposer que ses héritiers ont pu vouloir honorer ainsi la vieille lignée de Châteaugiron38.

  • 39 Bertrand d’Argentré, Histoire de Bretagne…, Paris, 1668, p. 402-407.
  • 40 Du Paz, p. 828.
  • 41 Ibid. De même, un ouvrage qu’on voudrait exhaustif sur le sujet : J. Le Laboureur, Histoire généal (...)
  • 42 A. Le Moyne de La Borderie, Correspondance historique des bénédictions bretons et autres documents (...)
  • 43 Le filigrane de la copie faite à Angers représente un « pot ». Comme feuillet 500bis, est reliée u (...)
  • 44 Angers, BM, ms. 941, légué en 1744, portant l’ex libris de Gabriel Boylesve du Saulays, fils d’un (...)
  • 45 Le ms. 549 d’Angers se présente dans une reliure de veau, à quatre nerfs et aux plats décorés d’un (...)

20Il reste une autre question concernant notre document, c’est celle de sa transmission jusqu’à nous : comment a-t-il pu se retrouver à l’abbaye Saint-Aubind’Angers, où les Mauristes ont pu le copier, avant les confiscations de 1791 ? Était-il en Bretagne à la fin du Moyen Âge ? On constate que Pierre Le Baud et Alain Bouchart, qui visitèrent pourtant de nombreuses sources, paraissent en ignorer l’existence, puisqu’ils ne parlent pas même de l’expédition italienne de Sylvestre Budes. Quant à D’Argentré, s’il connaît cet aspect de l’histoire bretonne et même le rôle qu’y joua un Malestroit, il affirme aussi que « nulle de nos histoires n’en fait mention » et qu’il faut en « rechercher le tesmoignage des autheurs estrangers », auteurs dont il donne une douzaine de noms39. On note encore qu’Augustin du Paz, visita trois érudits angevins en septembre 1618, rencontrant en particulier le prieur de Saint-Aubin, François Langevin40 : sans doute que, si ce dernier avait eu le manuscrit, il n’aurait pas manqué de le faire voir à son hôte, dont l’œuvre ne laisse même aucune place à la lignée des Budes41. En revanche, on peut dater aisément la copie de Briant des quatre mois de l’année 1694 que Lobineau et lui passèrent en Anjou et en Touraine42. Les filigranes du papier acheté pour l’occasion se retrouvent dans la plupart des feuilles du registre n° 45, où est reliée la copie du ms. 54943. Entre la venue de Du Paz et celle de Briant, le manuscrit a pu entrer dans la bibliothèque de Saint-Aubin, de la même façon que la copie des Compilations de Le Baud qui s’y trouve aussi44. Il est à noter, toutefois, que ces deux documents bretons n’apparaissent jamais sur les catalogues conservés ou publiés de la bibliothèque de Saint-Aubin, avant la Révolution45.

  • 46 « Romans ms. imprimé dans le Recueil de D. Edm. Martenne », Guy-Alexis Lobineau, Histoire de Breta (...)
  • 47 « … vides si lubet nostrum Alexium Lobineau in hist. Brit. pag. 427 », Martène, c. 1457.
  • 48 Vers 1701, de Marmoutier où il résidait, Martène correspondit avec Hervé Ménard, prieur de Saint-A (...)

21On s’étonnera peut-être aussi que Lobineau n’ait pas publié la transcription de Briant en 1707, dans le second volume de son Histoire de Bretagne. En fait, il en donne un résumé dans le premier, et note en marge que l’œuvre de La Penne figurera dans le « recueil » de Martène46. On peut supposer une entente entre les deux auteurs, puisque, en 1717, Martène renvoie à l’ouvrage de son confrère47. Il avait du reste pu se procurer une autre copie du manuscrit, car son Thésaurus contient quelques vers du texte sur le schisme, extrait qui manque dans la copie de Briant48.

Des vers nouveaux ?

22Mais revenons au texte qui a motivé cette étude : la Remembrance de Du Guesclin, dont on sait maintenant que son auteur nous est et nous restera sans doute inconnu. Disons tout de suite que ce ne peut être, comme les deux autres textes de son manuscrit, l’œuvre d’un chevalier au savoir-faire littéraire très limité. La Penne a la réputation méritée d’un piètre versificateur et Martène ne lui accordait que le goût de la vérité des faits.

  • 49 Sur la strophe « carrée » : J. Mazaleyrat, Éléments de métrique française, Paris, 1995, p. 96-97.
  • 50 Il est vrai qu’Eustache Deschamps, contemporain du texte, conseillait un équilibre entre les deux, (...)
  • 51 Ainsi, au vers 13, faut-il peut-être corriger noble pour nobile, présent au vers 53 ; il est vrai, (...)
  • 52 Image utilisée par Jean Molinet pour railler les rimes inexactes, G. Lote, Histoire…, op. cit., t. (...)

23En revanche, même s’il n’écrit pas un chef-d’œuvre, l’anonyme de la Remembrance construit un poème élaboré sur des règles conscientes et assez souvent maîtrisées, pour créer une forme signifiante inspirée par son sujet. L’observation de la mise en page du copiste est déjà féconde, car elle met en valeur par les lettres rubriquées la présence de strophes rigoureuses. Cette particularité avait échappé à L. Mirot, mais pas à Martène qui l’avait mise en relief dans sa typographie. Ces huitains isométriques, au nombre de 17, regroupent des octosyllabes, type de vers très répandu à l’époque, mais la quadrature (8 × 8) ainsi obtenue était rare avant le xve siècle49. Cette disposition n’est pas gratuite, mais repose sur l’adoption constante d’un modèle a b a b a b a b, c’est-à-dire de deux rimes uniques croisées par strophe, respectant une alternance des féminines et des masculines, particularité qui n’était pas encore exigée50. Cette forme était certainement plus contraignante que les banales rimes plates de La Penne. Indépendamment de ce qui peut relever des inexactitudes de la copie51, convenons qu’il arrive parfois à notre auteur de s’embarrasser dans la règle qu’il s’est donnée, en particulier à la strophe XII, mais on lui concédera que des noms illustres de la poésie médiévale se sont parfois repliés sur ces rimes « en goret52 », d’ailleurs autrement plus fréquentes chez La Penne. Pardonnons-lui encore de faire rimer tel mot avec lui-même : les exemples ne manquent pas non plus de ces « plattes redittes », dans le corpus de son époque. Au total, l’impression donnée par une lecture à haute voix de ce texte n’est pas dépourvue d’une certaine musicalité solennelle, accordée au sujet, et où se fondent les nombreux patronymes : une performance dont Guillaume de La Penne paraît bien loin.

24Un élément très stimulant pour le lecteur de ce poème est aussi la façon dont la suite 2/4/8, qui régit déjà la quadrature formelle (2 rimes, croisée, octosyllabe et huitain), semble une clé de la représentation de l’événement traité. Ainsi, le connétable est nommé huit fois par son prénom Bertran. Il faudrait aussi approfondir, comment les reprises de duos et de quatuors rythment les vers et structurent chaque coupplet, comment les 17 strophes peuvent être groupées en deux séries de huit, avant l’envoi final. Ou encore comment ces strophes s’apparient deux à deux par la reprise d’un motif : la mention du roy dans les deux premières, des destriers dans les deux suivantes, de l’offrende, des escus, des espees et ainsi de suite. Mais la place nous manque : nous retiendrons seulement que les vers de notre anonyme sont peut-être plus nouveaux qu’on l’aurait cru.

La rumeur poétisée

25Il est temps de faire aussi le point sur le traitement spécifique appliqué à la représentation de mai 1389. Texte beaucoup plus proche de l’événement que celui de Michel Pintouin, la Remembrance en proclame une connaissance privilégiée : bien l’oy nommer, affirme un vers, au milieu des formules modalisatrices du même ton. Peut-on supposer qu’elles sont d’un témoin oculaire ? On peut en douter. Même s’il distingue le service et l’offrande, notre anonyme ne dit pas, comme le moine de Saint-Denis, qu’il s’agissait de deux journées différentes : il ne conserve que le 7 mai, date de la seconde. Maint détail lui échappe qui se trouve sous la plume de l’autre auteur, comme l’omniprésence du noir marquant le deuil, le catafalque, le blasonnement des armes du connétable défunt, les écus pointe en bas, leur bordure de treize cierges. Notre auteur aurait même omis une étape de la cérémonie : l’offrande des casques. Il remplace ces points par l’expression rhétorico-poétique de la sensation et de son abondance répétée :

La ot mainte thorche alummee
Et maint cierge certainement.

  • 53 Mais Louis de Sancerre, cité par la chronique de Saint-Denis est absent de notre texte.

26En revanche, il cite 28 personnages présents, là où son successeur ne donne que les huit plus élevés en noblesse, sans même identifier l’officiant. Michel Pintouin insiste sur l’immensité d’une foule, mais ne la détaille qu’en sous-groupes53. Tout se passe comme si le moine chroniqueur avait eu à sa disposition une sorte de protocole écrit, mais sans catalogue des participants. Alors que l’anonyme de notre manuscrit, s’il n’est sans doute pas un témoin plus véritable, semble poétiser la rumeur colportée par les vétérans, tous attentifs à reconnaître les notables mis en valeur par le rituel.

L’hommage de l’État au connétable

27La conséquence est qu’on opposera sa sensibilité – même si la rhétorique y participe – à la froideur analytique et documentaire de la relation dionysienne. Cette dernière, née de la clairvoyance que donne le recul est certainement davantage en prise sur les projets de l’État monarchique illustrés par ce Requiem de 1389 en l’honneur de Bertrand du Guesclin. Rappelons en brièvement ce contexte politique.

  • 54 Voir Cl. Gauvard, La France au Moyen Âge du ve au xve siècle, Paris, 1996, p. 428.

28Cette période de premier humanisme, où juristes et clercs réfléchissent sur les notions de pouvoir et de bien commun avait vite trouvé sa concrétisation politique sous Charles V. D’abord mise en veilleuse par les frères du feu roi, elle vient de reprendre en 1388 – Charles VI a 20 ans – à la suite d’un conseil élargi. Le jeune roi a congédié ses oncles pour enfin gouverner à sa guise. Aux fameux marmousets, noyau ancien des conseillers de son père, comme le connétable de Clisson ici présent, viennent se greffer des hommes d’Église qui, chose nouvelle, servent à la fois Avignon et le roi, comme Ferry Cassinel, chargé ici de l’oraison funèbre54. Appartenant à des réseaux bien établis, ils permettent une nouvelle politique où le service public s’oriente vers le service du roi, tout en écartant les princes de sang. Certains de ces derniers sont ici, mais comme figurants d’une cérémonie décidée ans eux : tout au plus se sont-ils vu confier l’offrande des épées, emblèmes essentiels de la fonction chevaleresque.

  • 55 Chronique…, op. cit., p. 589.
  • 56 Le choix du mois de mai renvoyait aux premiers temps de la royauté franque, où cette période marqu (...)
  • 57 L. Theis, Histoire du Moyen Âge français, Paris, 1992, p. 314.

29Une cérémonie comme celle de Saint-Denis s’inspire largement des idées d’un des conseillers de l’éducation de Charles VI, Philippe de Mézière (1327-1405), et de son ouvrage Le Songe du Vieil Pèlerin. Michel Pintouin souligne ainsi comment sont remis au goût du jour des rites « étranges et extraordinaires à ceux qui ne connaissaient point les antiques coutumes de la chevalerie55 ». Les fêtes qui se déroulent du 1er au 7 mai 1389, apogée de la régénérescence chevaleresque, s’organisent autour de trois temps forts56. Au premier jour, voué à l’adoubement par le roi lui-même de ses jeunes cousins d’Anjou, avaient succédé trois jours de tournois ; et « ce temps heureux de la royauté française57 » s’achevait par la messe de requiem de Bertrand du Guesclin. Ce troisième temps, prévu de recueillement, nous est seul rapporté dans nos 136 vers d’Avignon. Ce texte ne dit pas comme l’autre que la foule des nobles porte – avec le noir – le deuil du connétable. Mais son lecteur est submergé par une masse de noblesse, comme on n’en vit oncques, charriant les titres dans un flot de larmes.

  • 58 Chronique…, op. cit., p. 605.
  • 59 Voir M. Sot, J.-P. Boudet et A. Guerreau-Jalabert, Histoire culturelle de la France, dir. J.-P. Ri (...)
  • 60 F. Autrand, Charles VI…,op. cit., p. 193.

30La cérémonie en elle-même constitue, de la part du roi, un message politique adressé à l’ensemble des participants. L’oraison funèbre prononcée par l’évêque d’Auxerre, relais ici de la parole royale, est fidèlement condensée par le chantre de Saint-Denis, qui en a sans doute le texte sous les yeux. Cette oraison ne laisse aucun doute sur la mission dévolue à la chevalerie : instituée pour le bien public, elle ne peut prendre les armes sans l’autorité royale58. L’organisation même de la cérémonie le scénarise parfaitement : c’est le connétable Olivier de Clissonqui, souligne Michel Pintouin, ouvre le deuil. C’est donc bien l’État qui ren dhommage, non pas à la personne du disparu, mais au serviteur de l’État. C’est à ce prix que la cérémonie accentue la dimension mythique de Bertrand Du Guesclin, en confirmant sa position de dixième preux59, élément de cette « mystique de l’Etat60 » dont les fêtes de Saint-Denis marquent le point d’orgue.

31Ne sachant rapporter les paroles mêmes de l’officiant, peut-être parce qu’il ne les a qu’entendues, l’anonyme de la remembrance avignonnaise célèbre un héros, certes auteur de fez d’armes, mais qui, surtout,

Pour France grant peine endura.

32Un sacrifice qui n’était pas pour une abstraction, mais pour un peuple :

Bertran qui tant vous amoit.

  • 61 On pourra comparer cette image du connétable avec celle donnée par Eustache Deschamps : T. Lassaba (...)

33Bref, un Monser Bertran quasi christique. Mais un Christ honoré par le roi qu’on doit aimer, un roi qui fist faire et a fait faire memoire. L’essentiel du message, certes moins explicite que dans la chronique dionysienne, est donc ici, sur un mode plus spontané, préservé au moins dans une dimension « sub-liminale » – oserait-on dire – véhiculée par le poème61. C’est que, sans doute, son propos reste quelque peu clérical.

Plutôt clerc et poète

  • 62 J. Favier J, Dictionnaire…, op. cit., p. 706.
  • 63 B. Laurioux, L. Moulinier, Éducation et cultures dans l’Occident chrétien, du début du douzième si (...)
  • 64 Voir Chronique…, op. cit., p. 599.

34Certes, depuis que Charles V a confié la rédaction d’une histoire officielle à des hommes de sa cour comme Pierre d’Orgemont62, la composition historique, auparavant monopole de la tradition monastique, s’est laïcisée, et cela lui donne une orientation au service du roi, moins morale et plus politique. Même si, à partir de 1422, l’abbaye de Saint-Denis « récupère » l’écriture de l’histoire officielle63, Michel Pintouin, qui n’a pas masqué son point de vue clérical dans sa relation des journées précédentes et de leurs ripailles – condamnées sans appel64 –, le dissimule pour cette messe de requiem. Et il s’efface derrière le discours rapporté d’un autre clerc : Ferry Cassinel – qu’il ne nomme pas, ne conservant que sa fonction. Et l’on a vu combien ce discours est l’expression limpide de l’idéologie qui lui est commandée.

35En revanche, notre anonyme du ms. 549 d’Angers, certainement plus clerc et poète que soldat et historien, privilégie encore une tonalité essentiellement religieuse tant dans la composition de son texte que dans de nombreuses formules qui le parsèment. Son échelle mentale place bien le roi tout en haut, mais, au-dessus et au début de tout, il y a Jhesu Crist qui a grant puissance, dont la longue initiale rubriquée borde les cinq premiers vers du poème. C’est Dieu encore qui octroie honorance à l’âme du héros et l’accueille ez ceulz ou sont li seraphin. Michel Pintouin usera de la formule habituelle « in collegio sanctorum », prêtée à l’officiant. On voit que, dans notre texte l’effet est plus visuel et peut se comparer au saisissant enfeu de l’église Saint-Laurent du Puy-en-Velay où reposent les entrailles du connétable (fig. 3). Entre-temps, les recours continuels aux invocations de la nécessité du salut ont préparé l’Amen qui clôt le poème comme une prière. Si notre auteur n’est pas un clerc, il en prend tout au moins le discours. Un discours peut-être encore plus avignonnais que ne le dit le colophon.

Fig. 3. – Ez ceulz ou sont li seraphin. . Tombeau . de Du Guesclin. Eglise Saint-Laurent du Puy-en-Velay. Cl. J-MC.

Fig. 3. – Ez ceulz ou sont li seraphin. . Tombeau . de Du Guesclin. Eglise Saint-Laurent du Puy-en-Velay. Cl. J-MC.

TRANSCRIPTION65

  • 65 L’orthographe du manuscrit a été respectée, mais la distinction actuelle entre i et j, et u et v, (...)

36Comment le roy de France fist faire pour le fu conestable

i
f° 60 a
Jhesu Crist, qui a grant poissance,
Vueille tous ceulz de mal garder,
Qui du connestable de France,
Monser Bertran orront chanter :
5 Oyr porront de l’ordenance,
Comment le roy, qu’en doit amer,
Fist faire a Saint Denis en France
Memoire du noble guerrier.
ii
L’an de grace troys cens & mille
10 Et quatre vins & puis .ix. ans,
Sept jours en may, ne fut pas guile,
60 b
Fist de France li roys poissans
Faire un servise mult noble
De Bertran qui tant fu vaillans :
Maint roy maint duc maint conteable
Furent au servise plesans.
iii
Ouncques mez si noble assemblee
Ne fut veüe nullement :
La ot mainte thorche alummee
20 Et maint cierge certainement ;
Huit destriers, c’est chose prouvee,
Furent en armes noblement ;
De Bertran qui l’arme ayt sauvee
Orent lez armes plainement.
iv
25 Quatre destriers, qui en l’eglise
Furent a l’offrende menez :
Deus en y ot de telle guise
Comme pour un tournay armez,
Et lez aultres deus en la guise
30 De guerre furent ordenez ;
Quatre escuiers plains de franchise
Ot sus com lez destriers armez.
v
Deus escuz y ot pour la guerre,
Et deus auxi pour le tournay :
35 S’il est nul qui me vueil enquerre
Qui lez porta mult bien le say ;
61 a Je croy ouncques homme sus terre
Ne vit mez ossi bel arroy.
Puis precha l’evesque d’Ausserre,
40 Meiz ains de l’offrende diray.
vi
Il y avoit quatre bennieres :
Deus pour guerre & deus pour tournay ;
Quatre espees nobles & cleres :
Deus d’un et deus d’autre pour vray.
45 Or, vuege conter la matiere
De l’offrende sans nul delay :
La fesoient mainte priere
Pour Bertran prince duc & roy.
vii
Le franc conte de Longueville
50 Porta le primier dez escuz ;
Freres fut de Bertran sans guile :
Dieux recieve s’ame la sus.
Li cons de Danmartin nobile
Fu avec luy n’en doubte nulz.
55 Le secont escu, par saint Gile,
Fu porté du seignour cremus :
viii
Alain de Biaumont, sans doubtance,
Le porta et deus chevaliers ;
Monser Olivier, sans faillance,
60 De Maugni y porta le tiers ;
Le quart escu, par reverance,
61 b Fu porté de nobles guerroiers :
Maugni, Beaumenoir en presence,
Et le Begues fesoit le tiers.
ix
65 Puis y fu noblece hautaine,
Quant vint aux espees porter ;
Quar le noble duc de Touroine
En porta l’une sans doubter,
Et le conte, chose est certaine,
70 De Nevers volt apres aller ;
Les aultres, de pensee saine,
Alerent apres presenter.
x
De Navarre Monser Pierre
Porta la tierce vrayement ;
75 La quarte presenta grant erre
Henri de Bar certainement.
Je croy qu’onques en nulle terre
Ne fut plus noble parement
Qu’il ot pour ceulx qui gist en terre,
80 A qui Dieux face sauvement.
xi
Quatre bennieres, sans faillance,
Ala on apres presenter :
L’unne en porta par reverence
Le Baudrain, bien l’oy nommer
85 Treziguidi de s’aliance ;
Et la seconde volt porter
62 a Le marescal, sans deffaillance,
Qui Blainville se fait nommer.
xii
Monser Guillaume des Bordes
90 Avecques celluy la portoit,
Et la tierce portoit li Borgnes
De Mondouchet ; avec estoit
Un escuier qui mult est nobles :
D’Angenais ; et la quarte avoit
95 Grantpré, Beaujeu auxi par ordre :
Chescun son office fesoit.
xiii
Apres cela, je vous affie,
Furent presentez li cheval :
Le primier, je vous certifie,
100 Mena monseignour de Laval ;
Labret fu en sa compaingnie ;
Clicon, le bon seignour loyal,
Mena l’autre quanquez nul die ;
La Marche fut o luy egual.
xiv
105 Et le tiers destriers, sans eloigne,
Si fu presentez noblement
Par le noble duc de Bourgoigne
Et de Borbon certoinement ;
Le quart destrier sans nullessoine
110 Si presenta tres noblement
Duc de Lorraine, sans vergoigne,
62 b Felippe du Bar ensement.
xv
Quant l’offrende si fu passee,
L’evesque d’Aucerre precha :
115 La ot mainte lerme ploree
Dez paroles qui leur recorda ;
Quar il conta comment l’espee
Bertran de Glaiequin bien garda,
Et comme en bataille rengee
120 Pour France grant poine endura.
xvi
Lez princes fondoint en lermes
Dez moz que l’evesque monstroit,
Quar il disoit : « Plorez, gens d’armez,
Bertran qui tres tant vous amoit !
125 On doit regreter lez fez d’armez
Qu’il fist au temps que il vivoit.
Dieux ayt pitié sus toutez amez
De la siene, quar bonne estoit. »
xvii
Charles, li nobles roys de France,
130 Qui Dieux doint vie et bonne fin,
A fait faire telle remembrance
Du noble Bertran de Claiquin,
Qu’on doit bien avoir souvenance
Du noble guerrier enterin :
135 Dieux otroit a s’ame honorance
Ez ceulz ou sont li seraphin.
Amen.

Annexes

ANNEXE

Notes sur les personnages

L’officiant (Strophes 5, 15 et suiv.)

Ferry Cassinel, évêque de Lodève en 1374, d’Auxerre en 1382, archevêque de Reims en 1389 († 26 mai 1390).

Les compagnons de Du Guesclin (Strophes 7 et 8)

Olivier Du Guesclin, frère cadet du connétable. Il hérita du comté de Longueville, donné par Charles V à Bertrand († 1403).

Charles de Trie, comte de Dammartin, parrain de Charles VI († 1394 ?).

Alain de Beaumont, sénéchal du Poitou en 1372.

Olivier de Mauny, cousin de Du Guesclin, capitaine de Dol en 1380.

X… de Mauny ?, frère du précédent ?

Jean de Beaumanoir, seigneur du Bois-de-la-Motte, † 1403 ?

Pierre de Villaines dit Le Bègue, héros de l’expédition en Espagne.

Les princes du sang

(Strophes 9-10)

Louis de Touraine, frère du roi, duc d’Orléans en 1392 (1372-1407).

Jean de Nevers, dit Jean sans Peur, cousin germain du roi, fils aîné de Philippe de Bourgogne (1371-1419).

Pierre de Navarre, comte de Mortain, cousin du roi, fils de Charles le Mauvais (1366-1412).

Henri de Bar, seigneur de Marle, cousin germain du roi, fils de Marie de France (1362-1397).

(Strophes 14-15)

Philippe de France, dit le Hardi, oncle du roi, duc de Bourgogne (1342-1404).

Louis II duc de Bourbon, oncle maternel du roi (1337-1410).

Jean Ier, duc de Lorraine, cousin du roi (1346-1390).

Philippe de Bar, cousin germain du roi, frère cadet d’Henri.

Les officiers du roi

(Strophe 11)

Maurice de Tréziguidy, dit Baudouin, sire de Morisse, capitaine du connétable, conseiller du roi (1351 ?-1402 ?).

Jean de Mauquenchy dit Mouton de Blainville, maréchal de France en 1368 († 1392).

(Strophe 12)

Guillaume des Bordes, gardien de l’oriflamme, conseiller du roi († 1396).

Robert de Montdoucet, dit Le Borgne, grand écuyer du roi en 1386 (1345-1398 ?).

X… d’Angenais, peut-être Jean d’Angosse ou d’Argorisse, chevalier de Bigorre, compagnon de Du Guesclin ?

Édouard Ier, comte de Grandpré, fils de Jean III et de Catherine de Châtillon.

Robert de Beaujeu, seigneur de Joux, fils de Guillaume VI, († 1390) ?

(Strophe 13)

Guy XII de Laval, qui épousa Jeanne de Tinténiac, veuve de Du Guesclin (1327-1412).

Arnaud-Amanieu d’Albret. D’abord anglophile, il rallia la France et épousa Marguerite de Bourbon, belle-sœur de Charles V († 1402).

Olivier IV de Clisson, connétable de France en 1380 (1336-1407).

Jean Ier de Bourbon, comte de La Marche, fils de Jacques de Bourbon (1344-1393).

Notes

1 Chronique du religieux de Saint-Denis, contenant le règne de Charles VI, texte latin établi et trad. par L. Bellaguet, Paris, 1842, repr. préf. de B. Guenée, 1994, t. I/VI, x, 3 (p. 598-605).

2 Voir F. Autrand, Charles VI, Paris, 1995, p. 225-227 et G. Minois, Du Guesclin, Paris, 1993, p. 461-462.

3 Angers, Bibliothèque municipale Toussaint, ms. 549 (514), p. 60a-62b (f° 31v a – 32v b) [Angers, BM, ms. 549].

4 Titre plus commode que : Comment le roy de France fist faire pour le fu conestable, voir infra.

5 Dom Edm. Martène, « Description des obsèques de Bertrand de Guesclin, connétable de France », Th esaurus novus anecdotorum…, t. 3, Paris, 1717, [Martène] col. 1502-1504.

6 L. Mirot, « La messe de Requiem de Du Guesclin en 1389 », Revue des questions historiques, 1903, p. 228231 [Mirot].

7 Ibid., p. 228.

8 Ibid., p. 229.

9 Angers, BM, ms. 549, p. 1-56b. Éditions : dom H.-G. Morice, Mémoire pour servir de Preuves à l’Histoire de Bretagne, 1743, [Preuves], t. II, col. 133-172 : « Gestes des Bretons en Italie sous le pontificat de Grégoire XII [sic] », traduction du titre de la première édition du texte par Martène : « Gesta Britonum in Italia sub Gregorio papa undecimo », Martène, col. 1457-1500.

10 Les principaux travaux concernant ce texte sont : A. Du Bois De La Villerabel, « Gestes des Bretons en Italie au xive siècle », Bull. Soc. d’émulation des Côtes-du-Nord, t. 27, 1889. p. 73-105 ; L. Mirot, « Sylvestre Budes (13 ? ?-1380) et les Bretons en Italie », BEC, t. 58, 1897, p. 579-814 ; t. 59, 1898, p. 262-303 (existe en 1 vol.) ; J.-C. Cassard, « Les gestes des Bretons en Italie ou le voyage sans la découverte », 1991, La Bretagne, terre d’Europe, Coll. intern., Brest, oct. 1991, dir. J. Kerhervé et T. Daniel, CRBC, Soc. arch. du Finistère, 1992, p. 101-117 ; A. Jamme, « Les soudoyers pontificaux d’Outremont et leurs violences en Italie (1372-1398) », Guerre et violence, t. 1, Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, 1996, p. 151-168 ; id., « En marge de l’université d’Avignon : valeurs et vanités de la noblesse curiale », Études vauclusiennes, Avignon, 2004, p. 31-32. Nous tenons ici à remercier Alain Jamme de nous avoir lui-même procuré son plus récent article, dont sans lui nous aurions ignoré l’existence, et nous lui sommes très reconnaissants d’avoir bien voulu échanger avec nous, concernant le présent travail. A. Jamme doit publier prochainement le résultat de ses recherches, menées dans les archives italiennes, à propos de l’œuvre de Guillaume de La Penne.

11 Angers BM, ms. 549, p. 56b-60a ; Martène, c. 1500-1502.

12 Ibid., p. 56 b. C’est cette page que l’on peut voir sur le site Enluminures de l’IRHT.

13 « Ce livre est fini, Dieu merci. Si je l’ai mal fait, j’en demande pardon, si je l’ai bien fait, qu’on m’en remercie. Celui qui m’écrivit se prénommait Guillaume, du diocèse de Quimper, et son surnom était Corr. Et j’ai été écrit dans la cité d’Avignon en l’an du Seigneur 1390. » Mirot, pour sa part, omet d’éditer la quatrième ligne du colophon : Mirot, p. 233. Une transcription exacte de cet explicit a été donnée avant nous dans : Jamme, « En marge… », op. cit., p. 32.

14 P. Levot, Biographie bretonne. Recueil de notices sur tous les Bretons qui se sont fait un nom, 2 vol., Vannes/Paris, 1857 [Levot], t. II, art. « La Perenne ».

15 Lemarchand, Catalogue des manuscrits de la bibliothèque d’Angers, Angers, 1863, n° 514. L’auteur ne renvoie pas à l’édition de Dom Martène. C’est sans doute lui qui inscrit une pagination en chiffres arabes sur le manuscrit, attribuant le « 1 » au recto de l’ancien second feuillet. A. Lemarchand, avait commencé à travailler à la bibliothèque d’Angers en 1848 : Célestin Port, Dictionnaire de Maine & Loire, revu par J. Levron etc., 4 vol., Angers, 1965-1996, t. II, p. 353. Une nouvelle notice, sous la responsabilité d’Auguste Molinier, figure dans le catalogue paru en 1898. Elle omet de signaler la mutilation, mais renvoie à l’édition de D. Martène et indique comme « premiers vers actuels » du manuscrit, ceux du second folio de l’état primitif. L’auteur y retranscrit l’intégralité des rubriques et du colophon, mais lit : si bene ge[ssi], à la seconde ligne de ce dernier, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France-départements, t. 31, Paris, 1898, p. 363-4, n° 549.

16 Sur la confiscation des livres à Angers durant la Révolution, voir Elisabeth Verry, « D’un monde à l’autre : Saint-Martin d’Angers et la Révolution », Archives d’Anjou, n° 10, 2006, p. 69-71.

17 Martène, c. 1457-1458.

18 BnF, fr. 22329 (Blancs Manteaux 45, pap. 915 p., 0,31 × 0,215 m), intitulé « Extraits de cartulaires, nécrologes et titres, relatifs à l’histoire de Bretagne », p. 473-505 ; H. Omont, Catalogue général des manuscrits français. 1, Anciens Petits fonds français : 20065-22884, Paris, 1898, p. 480. Le texte de La Penne y est spécifiquement signalé dans la notice, mais l’index avec l’entrée « La Penne (Guillaume), Roman de Silvestre Budes en Italie » n’est paru que 40 ans plus tard : A. Vidier et P. Perrier, Table générale et alphabétique…, t. IV, Paris, 1937, p. 67.

19 BnF, fr. 22329, p. 473.

20 Quant à Sylvestre Budes, il avait été condamné à mort et décapité au début de 1380, par ordre de Clément VII.

21 Les lecteurs familiers des abréviations paléographiques comprendront que le problème était de voir ou de ne pas voir une barre sur la hampe du P. Peut-être le manuscrit, qui par ailleurs marque assez peu nettement cette abréviation, était-il altéré à cet endroit ? Dans sa copie du ms. 549, Briant forme ses P avec un empattement que l’on pourrait prendre à la rigueur pour une barre, mais il développe toujours les P barrés par « per ». Toutefois on pourrait noter ici qu’il passait, auprès de ses confrères, pour le plus fin déchiffreur de grimoires. Remarquons aussi que, si l’on ne peut vérifier que Briant lisait bien Penne pour la seconde occurrence pourtant bien visible sur le manuscrit (p. 56b) – passage qu’il n’a pas retranscrit dans sa copie –, force est de reconnaître que Martène réimprime Perene pour ce passage : Martène, 1500. Cette erreur de Martène est ainsi à l’origine de la conjecture qui identifie l’auteur cité dans le ms. 549 comme étant un certain Guillaume du Pereno, cf. A. Couffon de Kerdellech, Recherche sur la chevalerie du duché de Bretagne, 2 vol., Paris/Nantes, 1877, t. II, p. 280. A. Jamme, dans « En marge… », op. cit., p. 31, note 2, donne une source (ASV, Collectoriae 359 A, f° 215) suivant laquelle La Penne serait originaire du diocèse du Mans : on peut volontiers souscrire à cette hypothèse avec un rapprochement que nous avons pu faire grâce à internet. Le cartulaire de l’abbaye de Bellebranche, à Saint-Brice (Mayenne), conserve en effet deux actes, passés en 1362 et 1367, où intervient un « Guillaume de La Penne, chevalier de la paroisse d’Auvers-le-Hamon », Archives dép. de la Sarthe, H 692. Aujourd’hui, le lieu-dit de « La Penne » est devenu « La Panne », en Auvers-sur-Hamon (Sarthe).

22 Le volume mesure 0,258 × 0,18 m. Le texte est écrit sur deux colonnes de 24 lignes. Ces chiffres permettent de conjecturer que le recto du feuillet disparu ne comptait que 6 vers (sur deux colonnes ?) en plus de la rubrique de titre et d’une enluminure assez conséquente, qui ne se réduisait pas nécessairement aux armoiries copiées par Briant.

23 Page « 56 ». Il faut ajouter pour ce texte une page « 8bis », recto d’un quart de feuillet relié entre les pages 8 et 9 (cinquième et sixième folios du manuscrit dans son état d’origine).

24 Page « 60 ».

25 Concernant le scribe Guillaume Corr, A. Jamme (dans « En marge… », op. cit., p. 31, et note 8) pense qu’il pourrait être « un fils ou un neveu de Nicolas Corr, originaire du diocèse de Quimper, notaire au civil de la cour temporelle d’Avignon à partir de 1349, mort vers 1384 », et il donne la référence suivante : D. Williman, K. Corsano et A.-M. Hayez, « Les statuts de la cour temporelle d’Avignon en 1375 », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 8e série, 8, 1999, p. 9-27, p. 26.

26 Les vestiges colorés encore visibles sur le talon du feuillet disparu semblent correspondre à la partie inférieure gauche de l’écu, et aux hachures choisies dans le dessin.

27 Ou d’Haouïse de Kaër, suivant les sources, auquel cas Jeanne de Malestroit aurait été la mère de Jean I, mais cela importe peu ici.

28 A. du Paz, Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, Paris, 1619 [Du Paz], p. 187 ; J.-M. Le Méné, « Généalogie des sires de Malestroit », Bulletin de la société polymathique du Morbihan, Vannes, 1880, p. 11-24, p. 14 ; R. Kerviller, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, 8 vol., repr. de l’éd. 1886-1904, Mayenne, 1976, t. V, p. 8.

29 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Jean de Malestroit en Italie et l’autonomie fiscale du clergé breton », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. VII, 1926., p. 61-90, p. 74 (14) [Pocquet] ; L. Mirot, « Sylvestre… », op. cit., t. 59, p. 300 (76) ; R. Grand, « Les Routiers bretons pendant guerre de Cent Ans », MSHAB, t. V-2, 1926, p. 23-78, p. 46. Ces deux auteurs se réfèrent aux chroniques latines de Naples, mais sans précisions.

30 Plusieurs documents montreraient qu’il était toujours en Italie, durant la reconquête du duché par Jean IV, de 1379 à 1381.

31 Arch. vat., reg. vat. 301, f° 54 et 146 v°, référence de Pocquet. Cette somme donna lieu à la levée de décimes exceptionnelles dans les diocèses Bretons, Pocquet, p. 75 sq.

32 La commande d’une copie de la remembrance n’aurait rien eu non plus d’étonnant, puisque Malestroit avait servi sous Du Guesclin dans sa jeunesse.

33 Morice, Preuves, planches, sceau n° 154. On trouve aussi De vair au bâton de gueules d’après le recueil de Martine Fabre (n° 566) (cf. infra), mais le bâton n’est qu’une variante plus étroite de la bande (voir n° 564). On trouve aussi la bande chargée de trois coquilles, sur un sceau de 1306 : M. Fabre, Héraldique médiévale bretonne, Images personnelles (v. 1350-1500), Armoriaux, sceaux, tombeaux, Études et documents, 2 vol., Paris, 1993.

34 Ou de sa mère, cf. supra n. 25.

35 Morice, Preuves, sceau n° 268.

36 Comme Alain, sire d’Oudon, frère de notre Jean II : M. Pastoureau, « Le rôle d’armes du second traité de Guérande (1381) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1976, n° 88.

37 C’étaient semble-t-il celles de Patry de Châteaugiron, présent au second traité de Guérande : ibid., n° 7. Il est vrai, comme le dit l’auteur, que ces armes peuvent être des additions du xviie siècle.

38 Qui avait donné un évêque de Rennes au début du siècle. Sur cette question héraldique, on peut aussi retenir la possibilité d’une autre piste, même si elle semble moins probante : parmi les témoins d’un accord signé à Rome, en 1378, par le Saint-Siège avec Jean II de Châteaugiron-Malestroit, figure Thibault Anger, Pocquet, p. 66. Ce personnage, à peu près du même âge que Jean II, devint seigneur du Plessix-Angier, en 1386 et ne serait mort qu’en 1400. Or ses armes étaient très semblables à celles du manuscrit d’Angers : De vair au bâton de gueules, Hervé Torchet, La Réformation des fouages de 1426, diocèse de St Malo, introd. Michel Nassiet, Paris, 2005, p. 79.

39 Bertrand d’Argentré, Histoire de Bretagne…, Paris, 1668, p. 402-407.

40 Du Paz, p. 828.

41 Ibid. De même, un ouvrage qu’on voudrait exhaustif sur le sujet : J. Le Laboureur, Histoire généalogique de la maison des Budes, Paris, 1650, se borne à copier d’Argentré.

42 A. Le Moyne de La Borderie, Correspondance historique des bénédictions bretons et autres documents inédits relatifs à leurs travaux sur l’histoire de Bretagne, Paris, 1880, p. 98. Roger de Gaignères passa à Angers l’année suivante, ibid., p. 97.

43 Le filigrane de la copie faite à Angers représente un « pot ». Comme feuillet 500bis, est reliée une lettre adressée par Briant à son supérieur dom Maur Audren, alias Jean A. de Kerdrel, l’initiateur de l’Histoire de Bretagne, qui était alors prieur à Redon. Mais le papier de cette lettre, une demi-feuille, ne comporte pas de filigrane

44 Angers, BM, ms. 941, légué en 1744, portant l’ex libris de Gabriel Boylesve du Saulays, fils d’un conseiller non résident au parlement de Rennes.

45 Le ms. 549 d’Angers se présente dans une reliure de veau, à quatre nerfs et aux plats décorés d’une étroite roulette dorée, qui pourrait être postérieure à la venue de Briant. En effet, celui-ci n’a pas l’air gêné dans sa lecture des rimes de certains vers, aujourd’hui peu visibles à cause de cette reliure. Mais est-ce déterminant ? Sur les catalogues anciens de Saint-Aubin d’Angers : A. Deguilly, L’évolution de la bibliothèque de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers, mémoire dact., dir. J.-M. Matz, Angers, 2004, n° 197 de l’inventaire.

46 « Romans ms. imprimé dans le Recueil de D. Edm. Martenne », Guy-Alexis Lobineau, Histoire de Bretagne, 2 vol., Paris, 1707, op. cit., I, c. 427.

47 « … vides si lubet nostrum Alexium Lobineau in hist. Brit. pag. 427 », Martène, c. 1457.

48 Vers 1701, de Marmoutier où il résidait, Martène correspondit avec Hervé Ménard, prieur de Saint-Aubin, BnF, ms. fr. 25538n, f° 207-208. Dans ses Preuves, Morice ne reprendra que Gestes des Bretons en Italie.

49 Sur la strophe « carrée » : J. Mazaleyrat, Éléments de métrique française, Paris, 1995, p. 96-97.

50 Il est vrai qu’Eustache Deschamps, contemporain du texte, conseillait un équilibre entre les deux, mais n’en faisait nullement une obligation. C’est donc avec liberté qu’il en use dans son célèbre poème La belle dame sans merci, formé aussi sur une quadrature 8 × 8. À la fin du xve siècle, le théoricien Jean Molinet cite une forme approchante, la ricqueracque, qui fait de l’alternance une véritable règle : G. Lote, Histoire du vers français, I : Le Moyen Âge, 3 vol., Aix-en-Provence, repr. 1991, t. II, 307-308.

51 Ainsi, au vers 13, faut-il peut-être corriger noble pour nobile, présent au vers 53 ; il est vrai, que cela ne résout pas le problème posé par le vers 15, ou nous lisons – comme Briant – conteable (pour conetable ?). Pour ce vers 15, la tanscription de Mirot (conte) est donc erronée.

52 Image utilisée par Jean Molinet pour railler les rimes inexactes, G. Lote, Histoire…, op. cit., t. II, p. 109. Pour des exemples de ces manquements caractérisés à la règle, voir ibid., III, p. 323-326.

53 Mais Louis de Sancerre, cité par la chronique de Saint-Denis est absent de notre texte.

54 Voir Cl. Gauvard, La France au Moyen Âge du ve au xve siècle, Paris, 1996, p. 428.

55 Chronique…, op. cit., p. 589.

56 Le choix du mois de mai renvoyait aux premiers temps de la royauté franque, où cette période marquait l’assemblée de guerriers libres autour de leur chef : F. Autrand, Charles VI…, op. cit., p. 218- 219.

57 L. Theis, Histoire du Moyen Âge français, Paris, 1992, p. 314.

58 Chronique…, op. cit., p. 605.

59 Voir M. Sot, J.-P. Boudet et A. Guerreau-Jalabert, Histoire culturelle de la France, dir. J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelliu, t. I : Le Moyen Âge, Paris, 2005, p. 267.

60 F. Autrand, Charles VI…,op. cit., p. 193.

61 On pourra comparer cette image du connétable avec celle donnée par Eustache Deschamps : T. Lassabatère, « Théorie et éthique de la guerre dans l’œuvre d’Eustache Deschamps », P. Contamine et O. Guyotjeannin (dir.), La guerre, la violence et les gens au Moyen Âge, Comite des travaux historiques et ecclésiastiques, t. I, 1996, p. 41-47.

62 J. Favier J, Dictionnaire…, op. cit., p. 706.

63 B. Laurioux, L. Moulinier, Éducation et cultures dans l’Occident chrétien, du début du douzième siècle au milieu du quinzième siècle, Paris, 1998, p. 108.

64 Voir Chronique…, op. cit., p. 599.

65 L’orthographe du manuscrit a été respectée, mais la distinction actuelle entre i et j, et u et v, a été rétablie. Toutes les abréviations ont été résolues. Ponctuation, majuscules et accents diacritiques sont le fait des auteurs.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Le colophon au bas de la Remembrance de Du Guesclin. Au-dessus, à droite, l’une des « hermines » qui parsèment le manuscrit. Angers, Bibliothèque municipale, ms. 549 (514), p. 62, détail. Cl. J-M.C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5382/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 2. – Copie (par dom Briant ?) des armoiries du feuillet disparu. Paris, BnF, ms. fr. 22329, p. 473, détail. Cl. BnF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5382/img-2.png
Fichier image/png, 229k
Titre Fig. 3. – Ez ceulz ou sont li seraphin. . Tombeau . de Du Guesclin. Eglise Saint-Laurent du Puy-en-Velay. Cl. J-MC.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5382/img-3.png
Fichier image/png, 3,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540