Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

L’armée provençale au milieu du xive siècle : un document nouveau

Michel Hébert

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Michel Hébert, « Guerre, finances et administration : les États de Provence de novembre 1359 », Le (...)
  • 2 Gérard Gouiran et M. Hébert, Le livre Potentia des États de Provence (1391-1523), Paris, 1997 ; M. (...)
  • 3 Documents analysés brièvement dans M. Hébert, « La cristallisation d’une identité : les États de P (...)

1Au cours de mes recherches dans les archives de Tarascon il y a une trentaine d’années, j’avais découvert les chapitres d’une assemblée des États de Provence réunie à Aix en novembre 1359. L’étude de ce document, conduite en marge de mes travaux sur la ville de Tarascon, fit alors l’objet de ma première publication, dans les pages de la revue Le Moyen Âge1. Cette découverte et cette publication ont eu une influence déterminante sur mes recherches futures, dont témoigne la publication de deux volumes de sources concernant ces assemblées2. Dans ce volume d’hommage à Jean Kerhervé, il me semble utile de revenir sur l’une des conclusions les plus importantes de mon analyse désormais ancienne des États de novembre 1359, à propos de la constitution d’une armée du pays. Depuis cette date j’ai découvert et analysé plusieurs documents qui invitaient déjà à réviser le dossier de l’histoire militaire de la Provence en cette période troublée du milieu du xive siècle3. Un court texte, malheureusement non daté, des archives de Sisteron, que je propose aux lecteurs de ce volume, me servira de prétexte à une tentative de mise à jour de nos connaissances dans ce dossier.

  • 4 Sur le passage, dans la première moitié du xive siècle, de l’ancienne cavalcade à la cavalcade gén (...)
  • 5 Sur tout ceci voir M. Hébert, « Guerre, finances… », art. cit., p. 110-113 et Regeste des États…, (...)

2En novembre 1359, réunis sous l’autorité sans doute encore mal assurée du sénéchal italien Matteo di Gesualdo, les États doivent parer à un certain nombre de menaces à la fois intérieures et extérieures. Séquelles de la révolte des Baux au cours des années cinquante et de l’invasion des troupes d’Arnaud de Cervole qui ont eu partie liée avec une faction de la noblesse provençale, planent d’autres menaces dont on ignore la nature précise : il apparaît clairement que tout au long des années cinquante et soixante du xive siècle, en Provence comme ailleurs en Occident, la guerre est endémique et elle suscite une importante mobilisation des hommes et des ressources. C’est donc sans surprise que l’on voit le pays assemblé en 1359 à Aix tenter de rationaliser cette mobilisation en faisant sauter le cadre traditionnel de l’ancienne « cavalcade générale4 », pour établir en ses lieu et place une véritable armée nationale. Levée selon les dispositions d’un rôle militaire nouveau, la taxa glaviorum, cette armée se recrute en proportion des ressources de chaque viguerie et baillie. C’est dans ce cadre administratif local et sous le contrôle des élus des trois états que sont recrutés, passés en revue et soldés les combattants de cette armée nationale. Le contraste avec le contingent issu de la cavalcade générale est saisissant sur deux points fondamentaux. Tout d’abord, alors que celle-ci, fondée sur d’anciennes dispositions coutumières, fournissait un contingent fixe que l’on pourrait qualifier d’« armée de quotité » (j’emprunte délibérément au vocabulaire de la fiscalité car l’histoire fiscale et l’histoire militaire à cette époque sont étroitement liées), celle-là permet de répartir sur une population donnée un contingent dont l’importance numérique a été déterminée d’avance, indépendamment de la coutume, et constitue plutôt une « armée de répartition ». Les États de novembre 1359 ont ainsi fixé à 500 lances et 1 000 pavesiers (porteurs de boucliers) et arbalétriers le contingent à répartir par la taxa glaviorum. En second lieu, cette nouvelle armée, levée totalement en marge du cadre ancien, est placée d’emblée sous le contrôle de ceux qui en assurent le financement, les États, émanation de la communauté du pays. Ce sont les États, ou les agents qu’ils désignent, qui assurent le recrutement et le financement du contingent. S’ils en confient le commandement militaire au sénéchal, ils ont soin d’adjoindre à ce dernier un corps de six conseillers (deux par ordre) ayant explicitement mandat de surveiller l’utilisation que fait le sénéchal de cette troupe placée sous ses ordres5.

  • 6 Jean de Revest écrit : « Quare videbitur mihi multum expediens si fieri posset quod per totam Prov (...)

3Les États de 1359 ne présentaient pas cette armée comme une nouveauté. Une référence explicite aux assemblées antérieures (consiliis generalibus precedentibus), à propos de la taxa glaviorum, l’établit clairement. J’avais cru en 1977, sur la foi d’une lettre adressée par le vice-sénéchal Jean de Revest au conseil de la ville de Marseille en février 1358, qu’à cette date aucune armée de ce type n’avait encore été levée. Parce que Jean de Revest y suggère l’idée d’une telle armée, on pouvait naturellement penser à une nouveauté6. Mais tel n’est pas le cas. Il est assuré, désormais, que le pays a tenté au moins depuis 1347 une ou plusieurs expériences similaires.

4Le texte publié ci-dessous contient les capitula d’une assemblée de la noblesse provençale qui, bien avant 1359, prend un ensemble de dispositions relatives à la levée d’une armée du pays. Il importe de tenter de dater ce précieux document avant d’analyser ses dispositions et son intérêt pour l’histoire militaire du pays et sa place dans les tout premiers moments d’une cristallisation de l’identité provençale à travers l’action de ses États généraux.

5Bien qu’il ne contienne ni date ni marques d’authentification, le document est certainement complet. Les premiers mots (Subscripte ordinationes facte fuerunt…) ont toute l’apparence d’un incipit et suggèrent fortement l’intervention d’un notaire dans la mise par écrit des décisions de l’assemblée. La régularité de l’écriture, la disposition du texte sur la page, la maîtrise d’un latin conforme aux habitudes linguistiques des notaires provençaux de l’époque, contribuent à cette impression et en font quasiment une certitude. Le fait que le verso du second feuillet soit laissé en blanc donne à penser que le texte est complet, même s’il ne contient ni protocole final ni même le bref « Actum etc. » qui trahit habituellement l’intervention du notaire dans sa forme la plus rudimentaire.

  • 7 Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat-Venaissi (...)
  • 8 Bernard Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon, 1309-1376. Étude d’une société, Paris, 1962, p. (...)

6Cette absence de date pose évidemment problème. Plusieurs indices, cependant, permettent de proposer la date de 1347, non sans quelque hésitation cependant. La mention au paragraphe 8 des vicomtes de Tallard et de Beaufort permet d’établir une première fourchette chronologique. On sait en effet que la seigneurie de Tallard est érigée en vicomté par Robert d’Anjou en 13267, ce qui peut fournir un terminus a quo. Quant à la vicomté de Beaufort, elle sera érigée en comté par le dauphin Jean en 1347, en faveur de Guillaume Roger, frère aîné du pape Clément VI8. Notre texte, qui parle encore de vicomte, doit donc être antérieur à cette date ou tout au plus contemporain. Les autres éléments d’information contenus dans le texte ne permettent pas d’en préciser la chronologie. Tout au plus évoquent-ils un contexte militaire (§ 2 à 4 ; 6 ; 10 ; 16 ; 18-19), la levée d’un impôt (§ 7-9 ; 11-12) et la tenue à Aix, dans un passé récent, d’une assemblée peut-être plus large (§ 5). À partir de ces maigres données, deux hypothèses de datation sont plausibles :

  • 9 Sur l’ensemble des événements évoqués dans ce paragraphe, voir É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne I(...)
  • 10 F. Cortez, Les Grands Officiers…, op. cit., p. 64-65.

7a) 1344 ? Un indice nous est donné par la présence possible en Provence, au moment où se tient cette assemblée, des comtes d’Avellino, d’Ariano et de Montescaglioso, en même temps que des vicomtes de Beaufort et de Tallard (§ 8). Or nous savons que le comte d’Ariano (Guillaume de Sabran, depuis 1343) arrive en Provence à l’automne de l’année 1343, en ambassade auprès du pape Clément VI, pour lui demander de renoncer à l’administration du royaume de Naples (nous sommes au tout début du règne de Jeanne Ire)9. Quant au comte d’Avellino (Hugues de Baux, sénéchal de Provence dès mai 1343), il réside soit à Avignon, soit à Aix au moins jusqu’en juillet 134410. Enfin, le comte de Montescaglioso, Bertrand de Baux depuis 1309, qui est aussi grand justicier du royaume depuis 1343, quitte Naples pour la Provence au début avril 1344 et on sait qu’il s’y trouve encore en mai.

  • 11 Comme on en trouve ailleurs, par exemple lors des États de novembre 1359 (Arch. mun. Tarascon, AA (...)

8En somme, la rencontre simultanée de ces trois grands personnages en Provence, vers les mois d’avril-mai 1344, et peut-être jusqu’à l’été, et le fait qu’ils soient mentionnés dans notre texte, permet peut-être de situer à ce moment l’assemblée de la noblesse provençale dont nous conservons le procès-verbal. En ces années de début de règne, un parti napolitain dominé par les Duras et le conseil de régence cherche à éviter l’intrusion du pape Clément VI dans les affaires intérieures du royaume. On ignore le parti que prennent les Provençaux dans cette affaire mais il est aisé de penser que des tensions ont dû surgir dans le comté. Les comtes d’Ariano, d’Avellino et de Montescaglioso sont dans l’orbite durazziste et napolitaine, opposés donc à l’intervention pontificale. Or l’assemblée que nous étudions se dit réunie avant tout pour la révérence et l’honneur du Souverain Pontife (§ 1). S’agit-il d’une invocation dénuée de sens particulier11 ou d’une manifestation de fidélité envers le pape, qui aiderait à comprendre le clivage entre l’ensemble de la noblesse provençale et les trois comtes nommés ci-dessus ? Il est bien difficile de répondre.

  • 12 Lettres royaux du 28 octobre 1344, ouvrant une enquête contre les abus des officiers royaux de Pro (...)
  • 13 Protestation générale à travers le pays, à partir du 5 juin 1344 (ibid., p. 59).
  • 14 Longue liste de privilèges obtenus par une dizaine de communautés provençales à partir de juillet (...)

9On peut cependant envisager l’hypothèse d’une assemblée des nobles et communautés, peut-être aussi des prélats, entre avril et juillet 1344, dans un contexte de grave tension militaire (c’est de la levée d’une armée qu’il est question dans ce texte). Dès lors il n’est pas exclu de penser que cette même assemblée du pays ait pu prendre d’autres décisions, en particulier celle de demander à la reine de réprimer les excès des officiers royaux12, de protester contre le fouage levé l’année précédente13 ou d’envoyer des ambassadeurs à Naples pour obtenir des privilèges pour les communautés14.

  • 15 M. Hébert, « Les États de Provence et le contrôle de l’impôt (xive-xve s.) », Razo. Cahiers du Cen (...)

10b) 1347 ? On peut également comprendre – et cette hypothèse nous semble bien plus plausible – que les trois comtes nommés ci-dessus le sont moins à cause de leur présence dans le pays que pour des raisons fiscales. Ces barons provençaux, comme du reste les vicomtes de Tallard et de Beaufort, sont possessionnés à la fois dans le comté et à l’extérieur. À ce titre, ils risquent d’échapper à la fiscalité du pays et c’est ce que l’assemblée chercherait à éviter, en leur demandant de contribuer au financement de l’armée, au même titre que les prélats visés au paragraphe immédiatement précédent (§ 7), et les Lombards et Juifs, visés au paragraphe suivant (§ 9). La référence à tous ceux « que concerne » (quos tangit) cette clause, renvoyant explicitement au fameux Quod omnes tangit, conforte cette hypothèse, si l’on sait que l’usage habituel du q.o.t. en Provence à cette époque appartient essentiellement à la sphère fiscale et vise à assurer l’assiette la plus large possible des impositions15. C’est donc naturellement pour des raisons fiscales qu’ils apparaîtraient ici.

  • 16 Arch. mun. Sisteron, BB 79, f° 26.
  • 17 Ibid., et Edouard de Laplane, Histoire de Sisteron, t. I, Digne, 1843, p. 126-127. On ne trouve ce (...)
  • 18 Arch. mun. Sisteron, BB 79, f° 50 v°.

11En outre, l’épisode militaire (levée d’une armée et référence explicite à une menace d’invasion), inconnu par d’autres sources en 1344, évoque plus volontiers les années 1346-1347. Dès mars 1346 à Sisteron, il est question d’une revue (generale mostrum) de toute la population pour résister à un danger imminent16 et en avril, la menace se précise : à l’occasion d’une assemblée (parlamentum) de la noblesse du Dauphiné, il a été question pour cette dernière de s’emparer de la ville de Sisteron, dans l’espoir d’envahir tout le comté de Forcalquier17. En juillet 1347 encore, la menace se précise. Une foule (congregatio) de gens d’armes est réunie dans la cité, ville-frontière par excellence (capud et clavem comitatuum), en présence de laquelle le baile royal demande que se réunissent en cette ville, le 22 juillet suivant, les contingents envoyés par les baillies de Sisteron, Digne et Moustiers18.

  • 19 Le document porte au dos, d’une main du xixe siècle : « Registre de délibérations de 1348 ».
  • 20 Les détails concernant cette assemblée de juillet 1347 sont publiés dans M. Hébert, Regeste des Ét (...)
  • 21 Le Piémont angevin est perdu à l’été 1347 (Gennaro Maria Monti, La dominazione angioina in Piemont (...)

12Ces persistantes rumeurs d’invasion (§ 1), la présence d’une congregatio d’hommes d’armes à Sisteron en juillet 1347, le fait, enfin, que le texte qui nous intéresse ait justement été conservé aux archives de cette ville, glissé longtemps entre les feuillets d’un registre de délibérations19, autant d’indices qui rendent plausible, mais non certaine, la date de 1347. En ce cas, et c’est l’hypothèse qui nous paraît la plus raisonnable, cette assemblée serait reliée de très près à l’assemblée des trois états convoquée pour le 30 juillet 1347 à Aix. Il serait alors possible d’affiner encore un peu la datation. D’une part, notre document est postérieur à une assemblée destrois états (§ 5). Or on sait par divers recoupements que les États convoqués à Aix pour le 30 juillet ont sans doute duré jusqu’en septembre20. D’autre part, notre document fait une fois référence au « roi et à la reine » de Sicile (§ 1) et une autre fois, à la seule reine (§ 12, curie reginalis, terris reginalibus). Ce flottement peut certainement s’expliquer par le fait que Jeanne, veuve de son premier mari André de Hongrie depuis 1345, épouse le 22 août 1347 son cousin Louis de Tarente. La nouvelle de ce mariage a dû arriver en Provence et à la cour pontificale au tout début de septembre 1347 et n’a certainement pas été reçue avec faveur par tout le pays, tant l’opposition des partis des Tarente et des Duras avait des répercussions aussi bien à Naples qu’à Aix, à Avignon qu’à Paris. C’est donc dans un climat de grande instabilité politique que, devant une menace militaire venue non seulement de sa frontière septentrionale mais aussi de sa frontière orientale21, la Provence organise une armée d’un type nouveau, préfigurant celle de 1359 que nous avions auparavant étudiée.

  • 22 Si l’on comprend correctement le totidem de la dernière phrase du § 2, les communautés lèvent sans (...)

13Le document que nous publions ici s’intéresse à la part de la contribution militaire qui sera assumée par les barons et nobles (§ 1) mais aussi, du moins l’espère-t-on, par les clercs, puisqu’on doit demander au pape qu’il contraigne ces derniers à y contribuer (§ 7). En revanche, elle ne concerne pas la contribution du troisième état, celui des communautés, dont on apprend qu’elle est comptabilisée séparément (§ 2). Barons et nobles s’engagent à lever sur leurs terres, pour une durée de six mois, cinq cents cavaliers (armigeri equites) et autant de piétons, également répartis entre arbalétriers et pavesiers22. Les gages de ces combattants sont déterminés selon une double échelle : celle de leur type d’armement d’une part, celle de leur activité (attente ou combat) d’autre part, comme il apparaît au tableau ci-dessous. Ces dispositions préfigurent celles qui seront adoptées en 1359. Si les termes et conditions n’en sont pas identiques, en revanche le nombre total de combattants est assez semblable, la hiérarchie des gages entre les trois catégories de combattants est à peu près la même. Le montant de ces gages, cependant, sera plus élevé en 1359.

Tableau 1. – L’armée provençale en 1347 et en 1359 : effectifs, gages et durée de la levée.

Tableau 1. – L’armée provençale en 1347 et en 1359 : effectifs, gages et durée de la levée.
  • 23 M. Hébert, Regeste des États…, op. cit., p. 41, § 29-32.

14Le commandement de la troupe, ici, est confié à un capitaine désigné pour un an avec des gages de 300 florins complétés par diverses allocations (§ 16), alors qu’en 1359, c’est au sénéchal de Provence lui-même que sera confié le commandement militaire. Il est cependant plus intéressant de noter qu’aussi bien en 1347 qu’en 1359, le commandement est tempéré par une double structure élective, soit un groupe de conseillers et un certain nombre de connétables. Les conseillers que l’on impose au capitaine de 1347 sont à élire à raison de deux nobles par circonscription (viguerie ou baillie), choisis l’un parmi la plus grande noblesse (de magnatibus, § 6, de majoribus, § 13), l’autre parmi un groupe nobiliaire inférieur mais ici mal défini (de comunibus, § 6, de mediocribus, § 13). S’agit-il de la chevalerie urbaine ou de la petite noblesse castrale ? La réponse n’est pas aisée mais je pencherais plutôt pour la seconde hypothèse puisque le document qui nous intéresse concerne exclusivement la contribution de la noblesse à cette levée et non celle des contingents urbains. En 1359, la formule retenue sera plus cohérente et elle tiendra compte de l’ensemble du pays puisque c’est un groupe nettement plus restreint et plus représentatif, de six conseillers, choisis à raison de deux pour chaque état (prélats, nobles et communautés) que l’on adjoindra au sénéchal. Pour ce qui est des connétables, dont la fonction principale semble associée au recrutement local des combattants et à la revue de leur armement, en 1347 comme en 1359 ils sont élus localement, à raison d’un par viguerie et baillie (§ 10), mais les dispositions de 1359 sur les modalités de leur désignation et de leur travail sont beaucoup plus explicites23.

  • 24 Cette situation et les facteurs qui y conduisent rappellent de près l’évolution qui, en Catalogne (...)
  • 25 Voir en particulier, sur cette question, M. Hébert, « La cristallisation d’une identité », art. ci (...)

15Dans l’ensemble, les motifs qui ont conduit l’assemblée des États de Provence à lever une armée sur le pays, de même que les modalités retenues, sont assez semblables. L’idée principale, dans les deux cas, semble être le remplacement de la vieille cavalcade générale par une armée de caractère « national », représentative de la population et surtout placée sous l’ultime contrôle des délégués du pays (recrutement, montres, financement), même lorsque le commandement en est laissé au sénéchal comme ce sera le cas en 135924. Ce qui semble surtout changer entre les deux dates, mais l’impression provient peut-être de la nature même des sources conservées, c’est le détail des dispositions formulées. Peu développées encore en 1347, elles seront en novembre 1359 l’objet d’une attention toute particulière de la part d’une assemblée qui, entre ces deux dates, a très nettement pris conscience de son rôle et de sa fonction représentative dans le développement de l’identité de la « patria » provençale25.

Annexes

ANNEXE

Archives municipales de Sisteron, AA 8, double feuillet papier

1. [F° 1] Subscripte ordinationes facte fuerunt per barones et nobiles comitatuum Provincie et Forcalquerii, ad reverenciam et tuitionem honoris domini nostri Summi Pontificis et totius sancte Matris Ecclesie, fidelitatem et conservationem terre dominorum nostrorum regis et regine Jerhusalem et Sicilie et dominorum comitatuum prefatorum, bonumque statum pacifficum et tranquillum hominum comitatuum eorumdem, tam nobilium quam popularium, et ad protegendum ipsos comitatus ab invasione inimicorum quorumlibet et incidiantium statui paciffico eorumdem.

2. In primis ordinaverunt prefati barones et nobiles quod in dictis comitatibus eligantur, teneantur et habeantur per sex mensses armigeri equites quingenti et pedites alii quingenti, inter quos pedites sint IICL balistarii et alii26 IICL pavesati, decentibus armis comuniti ; et totidem faciant universitates comitatuum eorumdem.

3. Item ordinaverunt quod cuilibet27 dictorum equitum, dum non militabit seu non erit in armorum exercicio, mense quollibet, florenus unus detur, et cum militabit seu ibit ad dictum armorum exercissium, assignetur pro stipendiis florenos auri decem, quollibet mense, predictorum cuillibet vero dictorum peditum vel balisterio medius florenus cum non ibit ad armorum exercissium in loco etiam habitationis comorans, et cum ibit in exercicium, floreni IIIIor mense quollibet assignentur.

4. Et pavesato cuillibet, dum erit in loco habitationis, ut supra, non pergens in exercicium28 seu armorum exercicio non existens, solidi sex, et cum fuerit in dicto exercitu, floreni tres mense quollibet assignentur.

5. Et quod peccunia pro predictis nescessaria colligatur secundum quod ordinabitur Aquis per illos qui ad hoc fuerunt electi.

6. [F° 1 v°] Item ordinaverunt quod fiat unus capitaneus qui presit armigeris29 supradictis ad unum annum et sibi conciliarii adjungatur, videlicet duo nobiles de quallibet bajulia et vicaria, unus conciliarius de magnatibus et aliud de comunibus.

7. Item ordinaverunt quod premissa pro parte dictorum nobilium exponantur domino nostro summo pontiffici et quod supplicatur eidem ut ordinare dignetur quod omnes prelati, priores, ecclesiarum rectores et ceteri clerici, quilibet pro rata, cum dictis nobilibus contribuant in premissis, cum per30 ipsorum tuitionem et conservationem status paciffici sicut hominum ceterorum Provincie premissa fuerunt ordinata.

8. Item ordinaverunt quod requirantur domini comes Avellini, Jariani, Montis Scalhoni et vicecomites Bellifortis, Talardi et ceteri quos tangit negocium, ut in premissis pro rata contribuant cum nobilibus supradictis.

9. Item ordinaverunt quod omnes Lonbardi et Judei contribuant etiam in premissis pro hiis que habent in locis dictorum nobilium, prelatorum et etiam clericorum.

10. Item ordinaverunt quod in quallibet vicaria et bajulia comitatuum predictorum eligantur conestablia annualia qui habeant armigeros equites et pedites qui sibi evenient pro parte tangente.

11. Item ordinaverunt quod pecunia pro predictis talhiada in quallibet vicaria et bajulia comitatuum predictorum, deponatur penes unum nobilem vel mercatorem seu popularem sufficientes31, qui promitant et se obligent in solidum et cum juramento, dictam recipiendam peccuniam fideliter custodire, eamque assignare deputatis ad hiis seu etiam deputandis.

12. Item ordinaverunt quod terre curie reginalis, seu habi tantes in terris reginalibus, contribuant in premissis, cum hominibus nobilium dictorum comitatuum pro <aliis> eis bonis que tenent et possident in terris nobilium predictorum, pro rata eos rationabiliter contingente.

13. Item ordinaverunt quod, in quallibet vicaria et bajulia, eligantur duo conciliarii per nobiles dicte vicarie et bajulie, unus de majoribus, alius de mediocribus, qui sint […] associare dictum capitaneum cum ibit ad aliquem locum pro negociis nobilium prefatorum ; quorum cuillibet assignentur pro quollibet equo, pro stipendiis, floreni X. pro mense, quamdiu ibunt cum dicto capitaneo ad premissa, et si eos per totum menssem vacare non contingeret, quod eis detur illorum dierum quibus vacabunt ad rationem predictam ; et voluerunt quod major ex32 dictis conciliariis equos tres possit habere et minor, tres tantum.

14. [F° 2] Item ordinaverunt quod quando capitaneus voluerit aliquas partes concordare de aliqua questione inter eos vertente, quod hoc faciat cum concilio quatuor conciliariorum, videlicet illorum duorum de vicaria seu bajulia unde erunt discordantes et aliorum duorum de vicaria seu bajulia erecenti predicte.

15. Item ordinaverunt quod predictus capitaneus non possit movere gratiam novam nec de voluntate domini Provincie senescalli et omnium conciliariorum predictorum.

16. Item ordinaverunt quod capitaneus ipse pro gagiis suis habeat florenos auri IIIC per annum et cum equitabit pro negociis supra expressis, habeat ultra predicta gagia <flor> pro sua persona,XX. florenos per mensem et <VIII. sc> pro quollibet octo scutifferorum quos secum habeat, cum eorum equis, X. florenos pro mense quollibet ; quod si per totum mensem in dictis serviciis eos vacare non contingeret, quod eis dentur illorum dierum quibus vacabunt, ad rationem predictam.

17. Item ordinaverunt quod conciliarii qui33 electi <qui> fuerunt, ut prefertur, habeant potestatem dividendi et assignandi equos nobilibus de dicta vicaria seu bajulia, nec non extimandi eosdem, quiquidem equi sint XL. florenorum auri valoris ; habeantque potestatem etiam dividendi et eligendi servientes dictarum vicariarum seu bajuliarum seu conestabilias34.

18. Item ordinaverunt quod quillibet serviens debeat habere giponum, servelleriam, pavesium seu magnam ridellam, ensem, lanceam et cultellum ; hoc idem intelligatur35 de balistariis, exceptis paveseis et lanceis, et teneantur habere, ultra predicta, bonas balistas, quillibet unam, et duas XII.as viratonorum et bonum crocum.

19. Item ordinaverunt quod fiant conastibilie et sint in quallibet XXV, computata persona conastabili ; qui conastabilus, si fuerit miles, militando habeat pro persona sua per mensem florenos XV, et si scutiffer, XII florenos tantum ; eligantque ipsi conastabuli per36 conciliarios supradictos.

Notes

1 Michel Hébert, « Guerre, finances et administration : les États de Provence de novembre 1359 », Le Moyen Âge, 83, 1977, p. 103-130.

2 Gérard Gouiran et M. Hébert, Le livre Potentia des États de Provence (1391-1523), Paris, 1997 ; M. Hébert, Regeste des États de Provence, 1347-1480, Paris, 2007.

3 Documents analysés brièvement dans M. Hébert, « La cristallisation d’une identité : les États de Provence, 1347-1360 », Claire Dolan (dir.), Événement, identité et histoire, Québec, 1991, p. 151-164.

4 Sur le passage, dans la première moitié du xive siècle, de l’ancienne cavalcade à la cavalcade générale, sorte d’équivalent provençal de l’arrière-ban qui se généralise dans le royaume de France à la même époque, voir M. Hébert, « Aux origines des États de Provence : la cavalcade générale », Recherches sur les États généraux et les États provinciaux de la France médiévale, Paris, 1986, p. 53-68.

5 Sur tout ceci voir M. Hébert, « Guerre, finances… », art. cit., p. 110-113 et Regeste des États…, op. cit., p. 33-49.

6 Jean de Revest écrit : « Quare videbitur mihi multum expediens si fieri posset quod per totam Provinciam ordinaretur et tractatur quod qualibet terra faceret usque ad guerram finitam certam gentem secundum majus et minus… » (ibid., p. 124 n. 65, d’après Émile-Georges Léonard, Histoire de Jeanne Iere, reine de Naples, comtesse de Provence, 1343-1382, 3 vol., Paris/Monaco, 1932-1937, t. III, p. 625-626).

7 Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat-Venaissin, Monaco, Orange, Comté de Nice, Paris, 1969, p. 39.

8 Bernard Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon, 1309-1376. Étude d’une société, Paris, 1962, p. 167.

9 Sur l’ensemble des événements évoqués dans ce paragraphe, voir É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ière, op. cit., t. I, p. 340 sq. ; t. II, p.54 sq. Le comte d’Ariano est envoyé en Provence par des lettres de la reine Jeanne en date du 10 octobre (Fernand Cortez, Les Grands Officiers royaux de Provence au Moyen Âge, Aixen-Provence, 1921, p. 64).

10 F. Cortez, Les Grands Officiers…, op. cit., p. 64-65.

11 Comme on en trouve ailleurs, par exemple lors des États de novembre 1359 (Arch. mun. Tarascon, AA 16 f° 3).

12 Lettres royaux du 28 octobre 1344, ouvrant une enquête contre les abus des officiers royaux de Provence (É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ière …, op. cit., t. I, p. 58).

13 Protestation générale à travers le pays, à partir du 5 juin 1344 (ibid., p. 59).

14 Longue liste de privilèges obtenus par une dizaine de communautés provençales à partir de juillet 1344 (ibid., p. 56-57).

15 M. Hébert, « Les États de Provence et le contrôle de l’impôt (xive-xve s.) », Razo. Cahiers du Centre d’études médiévales de Nice, 9, 1989, p. 67-77.

16 Arch. mun. Sisteron, BB 79, f° 26.

17 Ibid., et Edouard de Laplane, Histoire de Sisteron, t. I, Digne, 1843, p. 126-127. On ne trouve cependant aucune trace d’une telle assemblée dans Auguste Dussert, Les États de Dauphiné aux xive et xve siècles, Paris, 1915, ni dans Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de France (1349-1408), Grenoble, 2002.

18 Arch. mun. Sisteron, BB 79, f° 50 v°.

19 Le document porte au dos, d’une main du xixe siècle : « Registre de délibérations de 1348 ».

20 Les détails concernant cette assemblée de juillet 1347 sont publiés dans M. Hébert, Regeste des États…, op. cit., p. 3-5.

21 Le Piémont angevin est perdu à l’été 1347 (Gennaro Maria Monti, La dominazione angioina in Piemonte, Turin, 1930, p. 213-226).

22 Si l’on comprend correctement le totidem de la dernière phrase du § 2, les communautés lèvent sans doute elles aussi 1 000 combattants, à cheval et à pied, et pas seulement 500 piétons mais cela ne me semble pas absolument certain. Le total des combattants serait alors de 1 500 ou de 2 000, selon l’interprétation.

23 M. Hébert, Regeste des États…, op. cit., p. 41, § 29-32.

24 Cette situation et les facteurs qui y conduisent rappellent de près l’évolution qui, en Catalogne à la même époque, régit la structure de mise en défense du pays et l’intervention des Cortes dans le processus : voir les nombreux travaux de Manuel Sánchez Martínez sur le sujet, et notamment « La convocatoria del usatge Princeps namque en 1368 y sus repercusiones en la ciudad de Barcelona », dans Manuel Rovira i Solà et Sebastià Riera i Viader (dir.), El temps del Consell de Cent, I. L’emergència del minicipi, segles xii-xv, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, 2001, p. 79-107 et « “Defensar lo principat de Catalunya” pendant la seconde moitié du xive siècle : du service militaire à l’impôt », Denis Menjot, Albert Rigaudière et M. Sánchez Martínez (dir.), L’impôt dans les villes de l’Occident méditerranéen, xiiie-xve siècle, Paris, 2005, p. 83-122 (aussi publié en espagnol dans M. Sánchez Martínez, Pagar al rey en la Corona de Aragón durante el siglo xiv, Barcelone, 2003, p. 171-211).

25 Voir en particulier, sur cette question, M. Hébert, « La cristallisation d’une identité », art. cit.

26 Ms. : « alii alii ».

27 Ms. : « quilibet ».

28 Ms. : « exercercitum ».

29 Ms. : « armigeric ».

30 Sic, pour « pro ».

31 Sic, pour « sufficientem », de même que les pluriels qui suivent.

32 Ms. : « et ».

33 Mot ajouté en surligne.

34 Ms. : « conastobulias ».

35 Ms. : « intellicatur ».

36 Ms. : « pro ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – L’armée provençale en 1347 et en 1359 : effectifs, gages et durée de la levée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5380/img-1.png
Fichier image/, 15k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540