Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

L’infanterie de Pierre IV en Roussillon (1344)

Françoise Lainé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 D’une très abondante série, on retiendra principalement Ma. T. Ferrer i Mallol, Organització i def (...)
  • 2 M. Prestwich, Armies and Warfare in the Middle Ages. The English Experience, New Haven/Londres, 19 (...)
  • 3 « Guerra, avituallamiento del ejercito y carestias en la Corona de Aragon : la provision de cereal (...)
  • 4 Universitat de Valencia, Servei de publicacions, 2003 (accessible en ligne).
  • 5 F. X. Hernández, Història militar de Catalunya, vol. II : Temps de conquesta, Barcelone, 2002.
  • 6 La grande synthèse de Philippe Contamine, La guerre au Moyen Âge, Paris, 1980, 3e éd. 1992, reflèt (...)

1En moins d’un quart de siècle, des travaux de première importance ont porté au premier plan l’historiographie militaire des pays de la Couronne d’Aragon, d’abord avec les nombreux ouvrages de Maria Teresa Ferrer i Mallol où l’on trouvera toutes les références possibles quant aux catégories de troupes et aux structures territoriales et institutionnelles1. Les recherches de Manuel Sánchez Martinez et de son équipe, orientées plutôt vers les finances, mettent en lumière les prodromes de la « révolution militaire médiévale2 » avec l’organisation du ravitaillement3. Plus récemment, la thèse de Jorge Saíz Serrano, Guerra y nobleza en la Corona de Aragó. La caballería en los ejércitos del rey (siglos xiv-xv)4 a montré la naissance d’une armée contractuelle, et ce dès 1320-1330, dans une perspective résolument comparatiste. Un manuel général complète le lot5. La péninsule Ibérique n’est plus la parente pauvre de l’historiographie militaire qu’elle était encore il y a quelques années6.

  • 7 Archivo de la Corona de Aragón (désormais ACA), Maestre racional (désormais MR) 879.
  • 8 Pour les aspects événementiels, Pere III of Catalunia, Chronicle, trad. M. Hillgarth, introduction (...)

2Les pays de la Couronne d’Aragon participent au grand bouillonnement guerrier sur terre et sur mer qui en Europe occidentale va de pair avec l’émergence de la fiscalité. Le Libre primer dels acurriments feyt par Pedro dez Boschs, Escrivà de racio del Senyor Rey7 enregistre les paiements faits aux gens de pied qui participent à la campagne de Roussillon en 13448, ou plus exactement les albarans de paiement adressés par l’Escrivà de racio au trésorier royal Bernat Dulzinells pour indiquer les sommes à payer aux homens de peu (gens de pied). Ce registre, épave d’une comptabilité certainement volumineuse, présente deux types d’intérêt : d’une part, il illustre les pratiques administratives qui accompagnent la réunion d’une armée soldée ; d’autre part, il permet d’étudier les composantes de l’armée de Pierre IV lors du second assaut sur le Roussillon, campagne décisive qui aboutit à la prise des principales villes.

  • 9 P. Bofarull i Mascarò, Gobierno y casa real de los monarcas de Aragón, Colección de Documentos Ine (...)
  • 10 CoDoIn, V, p. 163.
  • 11 « E con nos convendra e vorem pagar los nostres soldejats de la host en diners lo nostre scrivà de (...)

3Sur le premier point nous ne ferons qu’esquisser des remarques. Quelques mois après cette campagne, les Ordenacions de la casa de Pierre IV codifient minutieusement le rôle des principaux officiers de la cour et parmi eux de l’Escrivà de racio, personnage qui doit veiller au paiement du personnel de la cour. Il est censé tenir au moins quatre livres : le premier répertorie tous les gens de l’hôtel royal avec leurs gages ; un second inventorie les biens meubles de l’hôtel ; un troisième contient le journal des dépenses de la cour, et un quatrième le versement des primes annuelles de vêtements, ainsi que les dons gracieux9. L’Escrivà de racio a aussi un rôle essentiel pour payer l’armée ; on ne doit distribuer de denrées aux gens de l’hôtel mais aussi de l’armée royale qu’au vu de ses certificats (albarans)10, mais surtout cette procédure s’applique au paiement des soldes par la trésorerie royale11. Les Ordenacions ne précisent pas quel document comptable il doit établir à ces fins, mais le registre que nous exploitons ici illustre bien cette activité de l’officier ordonnateur des dépenses de l’hôtel qui devient en cas de guerre celui de l’armée. L’expérience des opérations de 1343-1344, 1353-1354 et ensuite de la guerre contre la Castille (1356-1364) achève de rôder ce dispositif que des ordonnances de 1369 précisent.

  • 12 J. S. Serrano, Guerra y nobleza…, op. cit., p. 306-318.
  • 13 MR 850, f° 2, 26 (1346).
  • 14 MR 879, f° 15 v°, deux articles « son dempnats per ço com foren mudats en lo libre segon extraordi (...)
  • 15 Une centaine de personnes, rarement explicitement désignées par leur office (sots reboster, falcho (...)

4Tout ce dossier mériterait d’être repris a novo, mais la récente thèse de Jorge Saíz Serrano, quoique consacrée à une période plus tardive, fournit un point de départ suffisant, étayé sur d’amples comparaisons avec les dispositifs français et anglais12. En temps ordinaire, les registres d’albarans de quitacions ou d’albarans de vestir répartissent le personnel de l’hôtel en plusieurs catégories allant des richs homens, cavallers e altres qui van en compte de cavallers aux simples homens de peu (palefreniers ou marmitons)13. Pendant la campagne s’instaure une distinction nette entre cavaliers et piétons ; l’hôtel se fond dans l’armée et se coule donc dans les catégories militaires. Quand une compagnie d’hommes d’armes ou de gineters a été inscrite par erreur dans le registre d’infanterie, l’article est biffé avec renvoi à un autre livre14 ; au folio 11 se trouvent deux listes de personnes dont beaucoup de noms évoquent une origine plus aragonaise que catalane et qui ne sont autres que les membres de l’hôtel comptés comme piétons et accompagnant le roi dans son expédition15.

5Le document comporte plusieurs sections qui esquissent un classement thématique imparfait :

  • début non folioté : index nominum ;
  • f° 1-27 arbalétriers de la garnison de Canet16, chefs de compagnies de fantassins levés en Catalogne et dans le royaume de Valence ;
  • f° 28-99 blancs ;
  • f° 100-113 Titol dels metges, barbers, ferrers et altres ;
  • f° 114-149 blancs ;
  • f° 150 droits versés au sénéchal de Catalogne et à l’Escrivà de racio ;
  • folios blancs.

6Les articles concernant le transport et le montage des machines de guerre et les « écoutes » ne font pas l’objet d’un titre spécifique, on les a truffés dans les deux principales sections. Le plus gros de la rédaction a été réalisé par deux mains assez différentes, reconnaissables à l’emploi par l’une de petites barres obliques en délié, par l’autre de pieds de mouches pour séparer les noms dans les nombreuses listes de chefs de compagnies.

  • 17 MR 322 (janvier-juin 1344) et 323 (juillet-décembre 1344).
  • 18 MR 879, f° 1 (notaments 2 fois, acurriments une fois, ensuite essentiellement acurriments), f° 10 (...)
  • 19 L’autre épave de cet ensemble, les albarans finaux de l’expédition de Roussillon (MR 893), est en (...)

7Chaque article porte en marge une annotation faite lors du paiement à la trésorerie, avec parfois dans le cas d’un groupe de plusieurs compagnies, le nom de celui à qui l’argent a été remis pour tous les autres. Le document a donc probablement été présenté par l’Escrivà de racio, ou l’un de ses auxiliaires, lors des paiements, en même temps que les albarans laissés pour justificatifs à la trésorerie ; on retrouve facilement trace des paiements effectifs dans les registres semestriels du trésorier17. Le début de très nombreux articles comporte des renvois à l’inscription dans un libre segon dels acurriments, parfois aussi désigné comme libre dels notaments ; dans certains cas, le folio précis est indiqué18 ; le document se situe donc dans un appareil documentaire complexe d’une grande minutie19.

  • 20 Sur le droit d’elatge, J. S. Serrano, Guerra y nobleza…, op. cit., p. 311.

8On trouve aussi trace de flottements : c’est ainsi que la retenue d’un jour de paiement allouée sur les soldes au sénéchal de Catalogne et à l’Escrivà de racio n’est indiquée qu’à partir de l’enregistrement des fantassins valenciens, et encore pas systématiquement, mais surtout on l’a parfois défalquée de la summa summarum de l’article, parfois non. Tout cela explique le besoin d’une nouvelle section sur les droits alloués au sénéchal et à l’Escrivà en fin de document20.

  • 21 Chronique catalane de Pierre IV d’Aragon, dit le Cérémonieux ou « del Punyalet », éd. A. Pagès, To (...)
  • 22 Ibid., § 67-69.
  • 23 Ibid., § 163-164.

9Comme l’année précédente, les troupes se sont concentrées à Figueres avant d’emprunter le col de Paniçars, mais elles font irruption en Roussillon le 16 mai21 et non pas fin juillet comme en 1343, quand Pierre IV y avait tenté une campagne éclair après son succès à Majorque, mais sans matériel de siège22. L’Escrivà de racio avait peut-être en vue de longues opérations, dont un siège de Perpignan, et il a choisi de commencer un gros registre que ses clercs n’ont que très partiellement noirci : Perpignan s’est rendue le 16 juillet sans véritable siège, après avoir subi simplement un début d’investissement. Jacques III de Majorque avait capitulé la veille23. La comptabilité de Pedro dez Boschs permet de mieux suivre le récit déjà très détaillé de la Chronique de Pierre IV en montrant où sont les effectifs.

  • 24 Nous avons aussi noté dans des rubriques distinctes les sommes intermédiaires quand les noms appar (...)

10Pour aller au-delà de constatations élémentaires, nous avons compilé sous Filemaker une base de données rassemblant les conestables (chefs de compagnie) de la garnison de Canet et de l’armée qui entre en Roussillon. Chaque fiche note pour un personnage, identifié par son numéro, la date de paiement, éventuellement celles de début et de fin de la période payée, l’effectif de la compagnie et la somme touchée24, les références et le lieu du service. Une fiche par personne récapitule le début et la fin de service, l’effectif au début, la variation généralement négative en fin de service et les différents sièges auxquels elle a participé. Pour dresser un bilan du paiement total par conestable, il a fallu exporter les fiches pour les traiter sur tableur.

11La grande lisibilité des différentes mains, les possibilités de recoupements entre les mentions successives et avec celles du livre de trésorerie nous ont permis d’assembler sans trop de mal les données individuelles et de suivre pratiquement tous les chefs de compagnies du début à la fin. Après avoir observé la grande stabilité des effectifs des compagnies et de leurs chefs, nous avons résolu les cas d’homonymie sur la base des différences d’effectifs initiaux ; seuls deux ou trois Bernat Fuster – tous à la tête d’une compagnie de 20 piétons − ont résisté à nos efforts.

L’Escrivà de Racio et les montres

  • 25 MR 879, f° 2.
  • 26 MR 879, f° 13. Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’almogavers.
  • 27 La milice de Barcelone compte en 1389 des groupes de 10 et de 50, cf. recensement édité par F. Mar (...)
  • 28 MR 879, f° 2-7.

12La première compagnie enrôlée, le 24 mars, celle de Pere Aladern25, compte 100 hommes ; un mois plus tard, lui et ses hommes opèrent déjà sur la frontière de Roussillon26. La plupart des bataillons n’entrent en service au mieux que le 16 avril : 163 compagnies de 10 à 80 fantassins27, mais surtout de 15 à 30, groupant plus de 3 985 hommes28. Notre registre ne dérive alors pas d’un document unique établi après une montre récapitulative car les paiements s’éparpillent sur plus de 30 articles, correspondant à des groupes sans homogénéité ; chaque fois, l’argent (au plus 7 000 s. environ) est remis à l’un des conestables.

  • 29 Ibid., Bonanat Selva, f° 9 v° et Blascho Filhera, f° 10 v°.
  • 30 Ibid., f° 7 v°-8, 8, 8 v°-9 v°.
  • 31 Chronique de Pierre IV, § 99.

13Le 22 avril a dû avoir lieu à Barcelone une montre bien organisée car, à deux exceptions près29, les 162 chefs de compagnies − les mêmes que le 16 avril, ou de peu s’en faut − ont été recensés en trois articles homogènes : 62 compagnies de 30, 43 de 20 et 55 de 10 à 25 selon un classement approximatif30, en tout 4 055 hommes. À voir les noms et les quelques provenances indiquées, ils viennent de Catalogne. Ils quittent Barcelone sans tarder pour se rassembler à Gérone vers le 28 avril31.

  • 32 On ne connaît que le rassemblement de 32 compagnies de 50 hommes – arbalétriers et piquiers –, dan (...)
  • 33 MR 879, f° 14 v°.
  • 34 Ibid., 10 articles, f° 13-14, 15.

14À cette date, Barcelone voit arriver d’autres groupes, ceux des fantassins de Valence, relativement faciles à compter car tous ou presque formés en unités de 50 hommes32 : le 28 avril, 604 hommes en une compagnie de 100, 10 de 50 et une de 433 ; le surlendemain, 45 compagnies de 50 et une de 5334. Ce sont donc près de 7 000 fantassins qui se dirigent vers Gérone en deux vagues, puis vers le Roussillon, avec les cavaliers.

15Ensuite, les paiements se font à la fin de chaque siège – successivement ceux d’Argelès, Collioure, Laroque, Elne – et lors de la probable dispersion des troupes le 28 juillet (cf. les tableaux 2 et 5). Dans les trois premiers cas, le registre indique soigneusement les effectifs dans une liste unique, plus ou moins classée par importance des compagnies ; on peut supposer qu’il y a eu une véritable revue des hommes à payer en fin d’opération. Après, le nombre d’hommes ne figure plus et la liste semble un peu « en vrac ». Nous ne saurions dire si le paiement se fondait, en cas de pertes humaines uniquement sur l’effectif résiduel final.

Taille

  • 35 Ma. T. Ferrer i Mallol, « La organización militar… », art. cit., p. 170.

16Le nombre d’hommes réunis, 7 000, dépasse celui de 1343, 4 000 ; l’armée de Pierre IV en 1344 doit avoir un effectif global de 10 000 hommes probablement, soit l’équivalent du corps expéditionnaire qui était parti conquérir la Sardaigne en 1323-132435, mais en 1344 les navires n’ont à transporter que ravitaillement et machines, l’expédition est donc moins lourde.

  • 36 Voir M. Sánchez Martínez, « La “cort general” de Barcelona (1340) y la contribución catalana al la (...)
  • 37 Ma. T. Ferrer i Mallol évoque plus l’obligation militaire, le recrutement et le rôle militaire des (...)
  • 38 Ead., Organització i defensa…, op. cit., p. 242, 248.

17Il s’agit d’un ensemble hétéroclite quant à la taille des compagnies ; les Catalans qui fournissent près de 60 % des troupes se répartissent en unités de toutes tailles, et surtout très petites, en moyenne de l’ordre de 25 hommes, soit la moitié des compagnies valenciennes, beaucoup plus uniformes. Cela renvoie à des pratiques propres à chaque territoire et qui impliqueraient une enquête plus approfondie. La diversité des compagnies catalanes correspond peut-être à la modulation des exigences royales en fonction de la taille des localités de provenance, sur la base peut-être de cotes fiscales, mais en réalité nous ne savons pas du tout si le groupement a eu lieu sur une base géographique. L’échelonnement des tailles de 1 à 8 en 7 paliers (10, 15, 20, 25, 30, 40, 80) ressemble assez peu, car beaucoup plus resserré, à ce que l’on peut savoir de la répartition des subsides et profertes entre communautés à cette période où le gouvernement royal lève des impôts de type fouage36, mais la piste serait à vérifier37. Les compagnies valenciennes de 50 hommes, quant à elles, ne font pas du tout penser à des almogavers car ces derniers opèrent généralement par unités plus restreintes38. La Chronique de Pierre IV en cite à plusieurs reprises au cours des expéditions en Roussillon, et en particulier un certain Bernat Vallet que le roi récompense de sa bravoure après le siège d’Argelès en l’élevant au grade d’adalil, mais il ne s’agit pas d’un des conestables de piétons recensés ici.

Effectifs au cours des opérations (mai-juin)

Tableaux 1. – Effectifs et compagnies lors des acurriments généraux fin avril.

Tableaux 1. – Effectifs et compagnies lors des acurriments généraux fin avril.

18Au moins jusqu’au siège de Laroque-des-Albères, les pertes semblent très limitées : les compagnies ont rarement perdu plus de 2 ou 3 hommes pour les plus importantes, et l’on suit 227 des 232 chefs de compagnies de fin avril à fin juin, et 214 un mois de plus. Lorsque l’on confronte les effectifs initiaux des compagnies soldées aux derniers chiffres connus fin juin ou début juillet, le déficit n’est que de 90 environ. Il a pu y avoir des réajustements, des départs et des arrivées, mais limités sans doute.

Tableau 2. – Effectifs et compagnies lors des trois sièges de mai-juin.

Tableau 2. – Effectifs et compagnies lors des trois sièges de mai-juin.

19Lorsqu’il y a une variation de l’effectif, il s’agit presque toujours d’une baisse due aux effets inévitables de la mort, des blessures ou maladies, des désertions, mais dans quelques cas il y a eu un léger réajustement à la hausse qui peut correspondre, en dehors de menues erreurs, à l’agrégation de nouvelles recrues ; c’est le cas de la compagnie de Pere de Novalles qui reçoit deux hommes supplémentaires le 10 juin.

Tableau 3. – Réajustements d’effectifs.

Tableau 3. – Réajustements d’effectifs.
  • 39 Chronique de Pierre IV, § 135, 13 juin. Pierre IV demandait 2 000 sergent ! G. Ensenyat Pujol, La (...)
  • 40 15 nouveaux (doute sur 4) noms, mais il peut s’agir de nouveaux chefs remplaçant un mort ou un ble (...)
  • 41 9 nouveaux noms (doute sur 3) (ibid., f° 19 v°-20).
  • 42 Ibid., f° 20 v°-21.
  • 43 Chronique de Pierre IV, § 157.

20La Chronique de Pierre IV fait du reste explicitement allusion à des demandes de renforts à Barcelone et dans le proche comté d’Ampurdan pour attaquer Collioure39. En réalité, de modestes renforts sont arrivés dès le siège d’Argelès40, puis effectivement lors de celui de Collioure41. Tous les noms sont de type catalan ou valencien, sauf Ximeno, Fortuny, Garcia et Guillem Sanchez, une possible fratrie d’Aragonais venus sans personne d’autre42. Ces fantassins soldés sont des sujets du roi d’Aragon, issus, pour l’essentiel, de la partie catalane et valencienne de ses états ; il a probablement été jugé inutile, ou inopportun, de recourir à une levée obligatoire en Aragon et à des mercenaires. Pierre IV décline début juillet, l’offre de compagnies languedociennes, présentée par Arnaud de Roquefeuil43 ; il dit pouvoir se contenter de ses gens. La campagne avait tourné à son avantage, mais il aurait eu grand mal à solder des mercenaires à ce moment-là, alors qu’il ne payait plus que fort difficilement ses propres sujets enrôlés.

Paiement

  • 44 Intéressant parallèle entre les cas catalano-aragonais, français et anglais chez J. Sáíz Serrano ((...)
  • 45 Pour ce chapitre iii particulièrement, le texte qui n’est « achevé » qu’en 1375 prend l’allure d’u (...)
  • 46 Chronique de Pierre IV, § 147-148. Comme on n’a pas conservé le livre d’acurriment des cavaliers, (...)

21La date des paiements initiaux illustre bien la notion d’acurriment qui, normalement, désigne l’avance que la trésorerie fait à un officier envoyé en mission : le paiement est anticipé. Les premiers versements aux fantassins ont lieu le 16 avril à Barcelone et, ensuite, l’essentiel a lieu en deux étapes, le 22 avril pour les Catalans, les 28-30 avril pour les Valenciens, d’acurriment general. Un mois de solde (mai) se trouve ainsi payé à l’avance. Nous insisterions peut-être moins que Jorge Saíz Serrano sur le caractère « contractuel » de ce recrutement qui se base tout de même sur une obligation militaire, mais l’accuriment est bel et bien l’équivalent catalan du « prêt à compter de la lettre de retenue française44 ». Tout au moins au départ, car la confrontation des dates de paiement et de la chronologie très précise que la Chronique de Pierre IV permet de dresser45, montre qu’à partir de juin on ne paie les hommes qu’à la fin de chaque siège ou investissement de place, et même une bonne quinzaine de jours après l’entrée des troupes royales à Perpignan. La Chronique ne fait du reste pas mystère du mécontentement des cavaliers, au moins le 29 juin, c’est-à-dire à la fin du premier mois sans solde : ils menaçaient de partir si on ne les payait pas, ce qui fut fait le lendemain46 Au fil de la campagne, la notion d’acurriment se vide de son sens.

Tableau 4. – Dates de paiement et étapes de la campagne.

Tableau 4. – Dates de paiement et étapes de la campagne.
  • 47 G. Ensenyat Pujol, La reintegració de la Corona de Mallorca, op. cit., I, p. 220.

22La récapitulation des versements par personne ayant servi du début à la fin des opérations documentées (début mai-28 juillet), fait apparaître que l’immense majorité des compagnies ont été gagées de 64 à 70 jours si leur acurriment remonte au 22 ou au 28-30 avril, c’est-à-dire quand leurs gages courent à partir du 1er mai : elles ont touché leur solde complète du mois de mai, puis des paiements beaucoup plus incertains, et finalement participé pendant trois mois aux opérations avec un peu plus de deux mois de solde. Les exemples des conestables Arnau Domenech, Berenguer Fuster et Berenguer Janer illustrent ces cas, tandis que le peu de jours payés à Eximeno Sanchez et Pere Lobera, qui n’ont servi qu’en juin et juillet, montrent que le paiement n’a pas été continuel durant cette période. Le sort plus faste des gens acordats (engagés) le 16 avril tient au fait qu’ils empochent à ce moment presque un mois de solde, 25 sous par homme (Anthoni Alegret, Ramon Dalmau). Les Valenciens n’ont pas eu cette chance, mais, au moment de la formation des compagnies dans le royaume de Valence, un premier acurriment leur a été versé sur une autre caisse47.

De la qualité d’une infanterie

  • 48 MR 879, f° 104, 106 v° ; MR 322, f° 126.
  • 49 MR 322, f° 100 v°. Le cavall armat est généralement compté pour cinq hommes : Ma. T. Ferrer i Mall (...)

23La solde de 10 d. par jour allouée aux fantassins était des plus modestes, comparée même à ce qui était versé aux artisans enrôlés pour les machines de guerre : un maître artisan touchait facilement 3 s. par jour, ses auxiliaires 16 d., un chirurgien 3 s., un médecin 6 ou plus48. Parmi les combattants, les arbalétriers de la garnison de Canet avaient une solde journalière d’un sou et les cavall armat (= « lance ») de 8 s., mais ils devaient entretenir montures et auxiliaires49. Nous ne sommes pas en mesure de juger de la qualité de l’équipement et des talents guerriers de ces troupes, mais elles étaient indispensables au verrouillage des places à assiéger.

  • 50 Chronique de Pierre IV, § 116.
  • 51 Ibid., § 150.
  • 52 MR 879, f° 24.
  • 53 Chronique de Pierre IV, § 156.

24Cette armée est restée groupée en en seul bloc les deux premiers mois, ce qui a peut-être contribué à sa cohésion. La Chronique de Pierre IV évoque un conseil de guerre, qui aurait eu lieu vers le 22 mai, pour savoir s’il fallait piller le Roussillon ou attaquer Argelès, il n’était manifestement pas question de faire les deux à la fois50. C’est l’ensemble des fantassins qui participent aux sièges d’Argelès et de Collioure. Pierre IV ne prend le risque de diviser ses troupes et ne s’enfonce dans l’intérieur que pour assiéger Laroque avec un peu moins de 5 000 fantassins. Les 2 000 fantassins que la Chronique de Pierre IV indique comme étant en même temps avec l’infant Pierre dans les parages de Thuir, représentent donc un chiffre très vraisemblable51. Ensuite, la division des troupes persiste puisque le siège d’Elne qui ne rassemble que 35 compagnies, soit peut-être un millier d’hommes52, a lieu en même temps que le début de l’encerclement de Perpignan53.

Tableau 5. – 70 ou 90 jours de solde.

Tableau 5. – 70 ou 90 jours de solde.
  • 54 MR 879, f° 24, sur la base des effectifs repérés pour chaque compagnie lors des opérations précéde (...)
  • 55 Chronique de Pierre IV, § 158.

25Pour 20 des 35 compagnies ayant combattu à Elne, la somme payée en sous et en florins correspondrait à des pertes de 40 %54 sur la base d’une opération ayant duré 5 jours ; pour 9 autres qui ont touché uniquement des piécettes comptabilisées en sous, les effectifs auraient augmenté. Autant dire que ces chiffres ne sont pas interprétables et que nous ne sommes pas en mesure d’évaluer les pertes subies par l’infanterie lors de cette opération assez brève, mais qu’elles ont pu largement dépasser les six morts indiqués lors d’un des épisodes de la Chronique55. Il n’est pas exclu que l’on ait regroupé des lambeaux de compagnies. Avec le dernier paiement, tout se brouille : délitement des compagnies ou précipitation administrative, la belle ordonnance des débuts s’efface après le 5 juillet.

  • 56 Ma. T. Ferrer i Mallol, « La organización militar… », art. cit., p. 176.
  • 57 J. A. Fernández de Larrea Rojas, Guerra y sociedad en Navarra durante la Edad Media, Bilbao, 1992, (...)
  • 58 Ma. T. Ferrer i Mallol, « La organización militar… », art. cit., p. 170.
  • 59 Ibid., p. 181-186.
  • 60 K. DeVries, Infantry Warfare in the early Fourteenth Century. Discipline, Tactics and Technology, (...)
  • 61 Les calculs de M. Sánchez Martínez montrent que les besoins des montures se montent à 73 % du tonn (...)
  • 62 G. Ensenyat Pujol, La reintegració de la Corona de Mallorca, op. cit., II, p. 157-186.

26Nous n’avons pas trouvé trace de désertions significatives tant que les effectifs sont précisés, ce qui tempère les appréciations très pessimistes généralement portées56. L’infanterie massée autour d’Argelès, Collioure, Laroque puis Elne a asphyxié ces places permis leur attaque par des trébuchets et rendu possible les assauts ; elle a certes participé à ces combats, mais à aucune bataille rangée puisqu’il n’y en pas eu. Les seuls arbalétriers figurent dans la garnison de Canet ; l’infanterie conduite en Roussillon est là pour faire nombre et mobilisée peu de temps pour une opération guère plus que frontalière, un peu comme les piétons navarrais lancés contre des places aragonaises en 136257. On ne retrouve de déploiement analogue, de la part du roi d’Aragon, au cours de la guerre contre les Castillans, que lors des opérations autour de Valence en 1364, à nouveau dans un contexte de siège58. Or les développements sur l’infanterie du roi d’Aragon et sur la profonde militarisation de la société jusque dans les couches populaires, surtout en secteur frontalier, font généralement la part belle aux almogavers59, guerriers coureurs de montagne, hommes des raids et des pillages au contact des pays musulmans et qui s’illustrent en Grèce60. L’infanterie amenée en Roussillon par Pierre IV avait moins martiale allure, mais à l’âge de l’artillerie à trébuchet, elle était fort nécessaire, voire indispensable à une guerre de conquête contre une zone très urbanisée. Cette masse humaine posait certainement des problèmes logistiques mais moins que l’appétit des chevaux61. La comptabilité de Pedro dez Boschs montre que Pierre IV et ses conseillers avaient une idée précise des effectifs réunis au départ, et qu’après il suffisait de savoir compter les hommes à l’issue de chaque grosse opération et de contenir leur grogne d’être mal et tardivement payés. Cela ne pouvait se faire que peu de temps, avec à un adversaire réduit à capituler rapidement. Face au roi de Castille, il s’agissait, douze ans plus tard, d’un pari suicidaire, alors que Pierre IV arrivait à peine à payer les fantassins de sa petite armée en 134462.

Annexes

ANNEXE

Retenue de compagnies du royaume de Valence fin avril 1344

Archivo de la Corona de Aragón, MR 879, f° 13

Conestables del regne de Valencia Al honrat Miçer Bernat etc. fas vós saber que la dejus scrits caps de companyes qui son acordats de anar ab lo dit Senyor Rey en les partes de Rosselló per raho de la execució de justicia que fas contra lo noble En Jacme de Mallorches son per mi notades a cascun d’ells en lur titol en lo libre meu segon dels acurriments dels conestables e de hòmens de peu qui ab lo dit Senyor deven anar les dites partes de Rosselló, comptant sobre lur sou, les quantitats dejus contengudes, les quales vós lurs acorregues en la ciutat de Barcelona, ab aquest present albaran lo dia e any dejus scrits. Ço és per lo sou de I mes qui commensa lo prim dia del mes de mayg primer vinent del any dejus scrit et sera fenit per tot lo darrer dia del dit mes que son XXXI dia [sic] qui, a raho de X diners per cascun dels dits servents lo dia fan :

Les quales quantitats damunt dites se munten en summa V millia63 s. CLXVI s. VIII d.

Des quals lurs abat per lo sou del seneschal de Cathalunya, ço és assaber per lo sou de I dia

[summa] quinque millia centum sexaginta sex solidi et octo denarii barchinonensium.

Scrit en Barcelona, darrer dia del mes d’abril, anno Domini. M° CCC° XL° quarto.

Solutum Bernardo Pedrissa64.

¶Berenguer de Casafont

Semblant albaran fo fet an Berenguer de Casafont cap de cap de L servents de quantitat de mille ducentis nonaginta unus [sic] solidis octo denariis barchinonensium. Scrit ut supra.

Solutum.

[f° 13 v°]

¶Berenguer de Massana

Semblant albaran fot fet en [sic] Berenguer Massana cap de L hòmens de peu de quantitat de mille ducentis nonaginta unus [sic] solidis octo denariis barchinonensium.

Scrit en Barcelona, prim dia del mes de maig anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo quarto.

Solutum.

¶Nicholau Cervero

Semblant albaran fot fet en [sic] Nicholau Cervero cap de L servents de quantitat de mille ducentis nonaginta unus [sic] solidis octo denariis barchinonensium.

Scrit ut supra.

Solutum.

Francesch Calvo¶Ramon Rocha

Semblant albaran fot fet an Francesch Calvo e an Ramon Rocha cascun cap de L servents de quantitat de

[summa] Duobus millibus quadringentis octuaginta tres [sic] solidis et quatuor denariis barchinonensium. Scrit ut supra.

Solutum65.

¶Bernat Çabater ¶Pere Ferrer ¶Ramon Cavaller ¶ Simon Porta e Anthoni Martorell Semblant albara fot fet an Bernat Çabater ¶ Pere Ferrer ¶ Ramon Cavaller ¶ Simon Porta e Anthoni Martorell cascun cap de L servents de quantitat de de

[summa] Sex millibus quadringentis quinquagenta octo solidis et quatuor denarii [sic] barchinonensium. Scrit en Barcelona ut supra.

Solutum Bernardo Çabater66

¶ Pere. Çescala ¶ Jacme. de Barcelona ¶ Guillem. de Comadolins¶ Jacme Çavayl

¶ Domingo Vilar ¶ Pere Frexe ¶ Domingo Molto

Semblant albaran fot fet an Pere Çescala ¶ an Jacme de Barcelona. ¶ an Guillem. de Comadolins ¶ an Jacme Çavayl ¶ an Domingo Vilar ¶ an Pere Frexe cascun cap de L servents ¶ e an Domingo Molto cap de III servents, ço és a rahó de X deners per cascun dels dits servents lo dia de quantitat de

[summa] Septem millibus octingentis triginta septem solidis et sex denariis barchinonensium.

Scrit en Barcelona, derrer dia del mes d’abril, anno predicto.

Solutum Petro Çescala67. […]

[f° 14 v°]

¶Anthoni Messeguer ¶ Bernat Crexell ¶ Anthoni Berenguer ¶ Arnau de Frexenet

¶ Pere Almudever ¶ Ponç Torra ¶ Bernat Morera

Al honrat Miçer Bernat etc. ffas vós saber que als caps de companya dejus scrits, acordats d’anar ab lo dit Senyor Rey en les partes de Rosselló per rahó de la exequció de justicia que fa contre lo Noble En Jacme de Mallorches, he jo notades en lo libre meu segon dels acurriments dels conestables e hòmens de peu del viatge de Rosselló a cascun d’ells en lur titol que vós lus accorregues en Barcelona ab aquest present albara lo dia l’any dejus scrits en acurriment lur et dels servents que deven amenar en la dita exequció, ço és per lo sou de I mes prim esdevenidor qui commensa lo prim dia del mel de maig del any dejus scrit e sera fenit per tot lo derrer dia del dit mes que son XXXI dia [sic] a rahó de X deners per cascun servent lo dia, les quantitats dejus contengudes sepens (segon ?) que.s segueix. És assaber.

[1] an Anthoni Messeguer

¶ [2] an Bernat Crexell

¶ [3] an Anthoni Berenguer

¶[4] an Arnau de Frexenet ¶

[5] e Pere Almudever

que sont V persones, cascun cap de L servents MCC XCI s. VIII d. per cascun d’ells que fan

[summa] que fan VI millia CCCC LVIII solidos IIII denarios barchinonensium.

Les quales quantitats damunt dites munten en

summa VII millia DCCCLIII solidos IIII denarios.

Dels quals lurs abat per dret del seneschal de Cathalunya per lo sou de I dia

CCLIII solidos IIII denarios.

Item lurs abat per dret de mon ofici per lo sou de I altre dia

CCLIII solidos IIII denarios.

Et axi a compliment del dit sou reman lurs a pagar

[summa] septem millia trecenti quadraginta sex solididi et octo denarii barchinonensium.

Scrit en Barcelona XXVIII dies del mes d’abril, anno Domini M°CCC° XL°

Quarto.

Solutum Bernardo de Morera68.

Notes

1 D’une très abondante série, on retiendra principalement Ma. T. Ferrer i Mallol, Organització i defensa d’un territori fronterer. La governació d’Oriola en el segle xiv, Barcelone, 1990, et dans une perspective plus générale « La organización militar en Cataluña en la Edad Media », Revista de Historia Militar, 2001, XLV, núm. Extraordinario, Conquistar y defender. Los recursos militares en el Edad Media, p. 119-222.

2 M. Prestwich, Armies and Warfare in the Middle Ages. The English Experience, New Haven/Londres, 1996. Voir les développements sur la logistique et les bases de ravitaillement.

3 « Guerra, avituallamiento del ejercito y carestias en la Corona de Aragon : la provision de cereal para la expedicion granadina de Alfonso el Benigno (1329-1333) », Historia, Instituciones Documentos, 20, 1993, p. 523-549.

4 Universitat de Valencia, Servei de publicacions, 2003 (accessible en ligne).

5 F. X. Hernández, Història militar de Catalunya, vol. II : Temps de conquesta, Barcelone, 2002.

6 La grande synthèse de Philippe Contamine, La guerre au Moyen Âge, Paris, 1980, 3e éd. 1992, reflète bien la place modeste de ces pays, comme il y a encore peu E. U. Crosby, Medieval Warfare. A Bibliographical Guide, New York/Londres, 2000.

7 Archivo de la Corona de Aragón (désormais ACA), Maestre racional (désormais MR) 879.

8 Pour les aspects événementiels, Pere III of Catalunia, Chronicle, trad. M. Hillgarth, introduction et notes par J. N. Hillgarth, Medieval Sources in Translation, 23, Toronto, 1980, vol. 1, chap. iii, p. 227-387, avec d’abondantes notes infra-paginales et des cartes qui synthétisent la bibliographie ancienne.

9 P. Bofarull i Mascarò, Gobierno y casa real de los monarcas de Aragón, Colección de Documentos Ineditos del Archivo General de la Corona de Aragon, t. V, Barcelone, 1850, p. 149-263. Désormais cité comme CoDoIn, V, p. 161.

10 CoDoIn, V, p. 163.

11 « E con nos convendra e vorem pagar los nostres soldejats de la host en diners lo nostre scrivà de racio albarans a aquells de mes en mes faça del sou o quitacio que nos en aquella host haurem ordonat e atorgat donador, los quals la nostre trersorer s’endreçaran e lod dit trresorer a ells pach, e reebra mostra ensemps ab l’alguatzir e menescal e altres per nos assignadors dels cavall e armes dels dits stipendiaris : guartse pero que si d’aquelles persones de les quals reebuda mostra ni ha alguns que sien tenguts danar ab nos en host dels cavalls e armes d’aquells no faça estima e aquells que estimats hauran en escrit mete per tal que si l’estima d’aquells volrem o deurem esmenar auquella façam segons la estimacio reebuda » (CoDoIn, V, p. 164). Cf. aussi l’introduction dactylographiée (1996) du fonds du Maestre Racional aux ACA, non paginée. T. Montagut i Estragues n’évoque l’Escrivà de racio que très allusivement (El Mestre racional a la corona d’Aragó, 1283-1419, Barcelone, 1987, t. I, p. 336).

12 J. S. Serrano, Guerra y nobleza…, op. cit., p. 306-318.

13 MR 850, f° 2, 26 (1346).

14 MR 879, f° 15 v°, deux articles « son dempnats per ço com foren mudats en lo libre segon extraordinari dels acurriments dels hòmens a cavall del viatge de Rosselló en XII cartes ».

15 Une centaine de personnes, rarement explicitement désignées par leur office (sots reboster, falchoner) ; nous les avons identifiées par le recoupement avec notre base de données sur le personnel de l’hôtel, d’après les paiements de 1345 (ACA MR 640) et 1346 (MR 850).

16 On trouve beaucoup plus de précisions dans le registre du trésorier, soit parce que l’enregistrement des albarans dans le registre MR 879 f° 2 (24 mars), 22 v° (5 juin), 24 v°-25 (20 août) a été pour eux très sommaire, soit parce que le trésorier a eu à sa disposition un cahier de compte spécifique plus complet, cf. par exemple l’article laconique de MR 879, f° 2, comparé aux indications pointilleuses de MR 322, f° 100 v°-103.

17 MR 322 (janvier-juin 1344) et 323 (juillet-décembre 1344).

18 MR 879, f° 1 (notaments 2 fois, acurriments une fois, ensuite essentiellement acurriments), f° 10 (renvoi au f° CVII et XCVII), f° 12 (au f° XVII et CXXVI), f° 16 (f° CXXXV et CXXXVI), 16 v° (f° CXXI et LVI), etc. Précisément au folio 16 v°, un article rayé comporte un renvoi au folio 110 du présent document, ce qui se vérifie. On trouve aussi au f° 100 v° et 112 des références à un septième livre.

19 L’autre épave de cet ensemble, les albarans finaux de l’expédition de Roussillon (MR 893), est en très mauvais état et inconsultable.

20 Sur le droit d’elatge, J. S. Serrano, Guerra y nobleza…, op. cit., p. 311.

21 Chronique catalane de Pierre IV d’Aragon, dit le Cérémonieux ou « del Punyalet », éd. A. Pagès, Toulouse/Paris, 1941 ; Pere III of Catalunia, Chronicle, vol. 1, § 104-105 ; la numérotation étant la même dans les principales éditions de référence, nous n’indiquerons plus que le titre et le paragraphe.

22 Ibid., § 67-69.

23 Ibid., § 163-164.

24 Nous avons aussi noté dans des rubriques distinctes les sommes intermédiaires quand les noms appartiennent à une série de mêmes effectifs et mêmes gages, et le numéro d’ordre dans cette série, pour faciliter les vérifications.

25 MR 879, f° 2.

26 MR 879, f° 13. Il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’almogavers.

27 La milice de Barcelone compte en 1389 des groupes de 10 et de 50, cf. recensement édité par F. Marsá, Onomástica barcelonesa del siglo xiv, Barcelone, 1977.

28 MR 879, f° 2-7.

29 Ibid., Bonanat Selva, f° 9 v° et Blascho Filhera, f° 10 v°.

30 Ibid., f° 7 v°-8, 8, 8 v°-9 v°.

31 Chronique de Pierre IV, § 99.

32 On ne connaît que le rassemblement de 32 compagnies de 50 hommes – arbalétriers et piquiers –, dans l’hiver 1343-1344 (G. Ensenyat Pujol, La reintegració de la Corona de Mallorca a la Corona d’Aragó (1343-1349), Palma de Mallorca, 1991, II, p. 220, n. 1).

33 MR 879, f° 14 v°.

34 Ibid., 10 articles, f° 13-14, 15.

35 Ma. T. Ferrer i Mallol, « La organización militar… », art. cit., p. 170.

36 Voir M. Sánchez Martínez, « La “cort general” de Barcelona (1340) y la contribución catalana al la guerra del estrecho », Pagar al Rey en la Corona de Aragón durante el siglo xiv, Barcelone, 2003, p. 240-290 et id., « Corts, parlaments y fiscalidad real en Cataluna : las profertes para las guerras mediterraneas (1350-1356) », ibid., p. 291-311.

37 Ma. T. Ferrer i Mallol évoque plus l’obligation militaire, le recrutement et le rôle militaire des milices de fantassins que leur structure (« La organización militar… », art. cit., p. 162-163) ; ead., « El sagramental : una milícia camperola dirigida per Barcelona », Barcelona. Quaderns d’Història, 1, 1995, p. 71-70.

38 Ead., Organització i defensa…, op. cit., p. 242, 248.

39 Chronique de Pierre IV, § 135, 13 juin. Pierre IV demandait 2 000 sergent ! G. Ensenyat Pujol, La reintegració de la Corona de Mallorca, op. cit., II, p. 174-176 ; sur l’ensemble des opérations, ibid., I, p. 225-239.

40 15 nouveaux (doute sur 4) noms, mais il peut s’agir de nouveaux chefs remplaçant un mort ou un blessé, par exemple Andreu Vidal, à la tête de 49 hommes (MR 879, f° 17 v°), peut prendre la suite de Domingo Molto primitivement chef de 50 hommes (f° 13 v°) et réduit à un rôle plus modeste.

41 9 nouveaux noms (doute sur 3) (ibid., f° 19 v°-20).

42 Ibid., f° 20 v°-21.

43 Chronique de Pierre IV, § 157.

44 Intéressant parallèle entre les cas catalano-aragonais, français et anglais chez J. Sáíz Serrano (Guerra y nobleza…, op. cit., p. 295-307).

45 Pour ce chapitre iii particulièrement, le texte qui n’est « achevé » qu’en 1375 prend l’allure d’un véritable journal de campagne, manifestement fondé sur l’utilisation de documents comptables, outre des pièces de chancellerie et bien sûr le Procès contre Jacques de Majorque : Pere III of Catalunia, Chronicle, op. cit., vol. I, p. 53, 58-59, 65-67.

46 Chronique de Pierre IV, § 147-148. Comme on n’a pas conservé le livre d’acurriment des cavaliers, on ne sait pas à quelle date ils ont été payés : il faudrait pour cela procéder au dépouillement intégral des comptes du trésorier.

47 G. Ensenyat Pujol, La reintegració de la Corona de Mallorca, op. cit., I, p. 220.

48 MR 879, f° 104, 106 v° ; MR 322, f° 126.

49 MR 322, f° 100 v°. Le cavall armat est généralement compté pour cinq hommes : Ma. T. Ferrer i Mallol, « La organización militar… », art. cit., p. 169. Sur les médecins et chirurgiens dans l’armée des rois d’Aragon, L. Cifuentes, « Medicina i professionals sanitaris de la Corona d’Aragó en l’expedició militar a Sardenya de 1354-55 », La Corona d’Aragona in Italia (secc. xiii-xviii). Actas del XIV Congreso di storia della Corona d’Aragona, Sassari-Alghero mai 1990, Sassari, 1995, t. I, vol. 2, p. 305-328 et Arnaldi de Villanova Regimen Almarie (Regimen castra sequentium), Michael R. McVaugh (éd.), Arnaldi de Villanova Opera omnia, X. 2, Barcelone, 1998, p. 149-166. Pour les vétérinaires dans l’armée royale : L. Cifuentes, C. Ferragud et L. García Ballester, « Els menescals i l’art de la menescalia a la Corona d’Aragó durant la Baixa Edat Mitjana », Història de la ramaderia i la veterinària als països catalans. IV Colloqui d’història agrària, Maig del 1997, Actes, Universitat de Barcelona, 1999, p. 75-98.

50 Chronique de Pierre IV, § 116.

51 Ibid., § 150.

52 MR 879, f° 24.

53 Chronique de Pierre IV, § 156.

54 MR 879, f° 24, sur la base des effectifs repérés pour chaque compagnie lors des opérations précédentes, f° 13 v°, 19 v°, 20, 21-22.

55 Chronique de Pierre IV, § 158.

56 Ma. T. Ferrer i Mallol, « La organización militar… », art. cit., p. 176.

57 J. A. Fernández de Larrea Rojas, Guerra y sociedad en Navarra durante la Edad Media, Bilbao, 1992, p. 66-73, 95.

58 Ma. T. Ferrer i Mallol, « La organización militar… », art. cit., p. 170.

59 Ibid., p. 181-186.

60 K. DeVries, Infantry Warfare in the early Fourteenth Century. Discipline, Tactics and Technology, Woodbridge, 1996, p. 58-65 (bataille de Kephissos, 1311).

61 Les calculs de M. Sánchez Martínez montrent que les besoins des montures se montent à 73 % du tonnage de grain à transporter lors de prévisions faites en 1329 (« Guerra, avituallamiento… », art. cit., p. 527-528).

62 G. Ensenyat Pujol, La reintegració de la Corona de Mallorca, op. cit., II, p. 157-186.

63 Les scribes écrivent toujours millia et non milia.

64 ACA MR 822, f° 129.

65 Ibid., f° 129.

66 Ibid., f° 128 v°.

67 Ibid., f° 128 v°.

68 Ibid., f° 129.

Table des illustrations

Titre Tableaux 1. – Effectifs et compagnies lors des acurriments généraux fin avril.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5378/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Titre Tableau 2. – Effectifs et compagnies lors des trois sièges de mai-juin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5378/img-2.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 3. – Réajustements d’effectifs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5378/img-3.png
Fichier image/png, 9,2k
Titre Tableau 4. – Dates de paiement et étapes de la campagne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5378/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 5. – 70 ou 90 jours de solde.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5378/img-5.png
Fichier image/png, 35k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5378/img-6.png
Fichier image/png, 8,8k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5378/img-7.png
Fichier image/png, 5,5k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5378/img-8.png
Fichier image/png, 5,3k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540