Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

Noble Guillaume Pierre Pagèse, chevalier : un affairiste à Toulouse au xve siècle

Véronique Lamazou-Duplan

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Les notaires écrivent Pagesie, nous écrivons Pagèse.

1Comme souvent lorsque l’on tente de restituer l’histoire familiale des notables toulousains, l’origine des Pagesie (Pagèse ou Pagèze) reste floue1. Un Guillaume Pierre Pagèse surgit à la fin du xiie siècle, un autre est mentionné dans la seconde moitié du xiiie siècle. Aux xive et xve siècles, les silhouettes prennent davantage corps au gré de mentions récurrentes dans les listes capitulaires, les registres d’estimes, les registres notariés.

  • 2 Sont aussi cités Vital Pierre Pagèse (capitoul en 1273), Jean Pagèse (tout début du xive siècle), (...)
  • 3 Cité dans les années 1320-1330 pour des terres à Lacourtensourt ou la co-seigneurie de Bouloc, pou (...)
  • 4 En 1335 Guillaume Pagèse est l’estimateur du capitoulat de Saint-Sernin. Il appartient aux dix pre (...)
  • 5 P. Wolff, Commerces…, op. cit., p. 620-621.

2Parmi ces Pagèse2, au moins deux Guillaume, sinon trois, jalonnent le xive siècle, capitouls plusieurs fois. Ils sont dits « bourgeois » ou « bourgeois du Bourg de Toulouse », la partie de la ville qui s’est développée autour de Saint-Sernin, secteur artisanal et commerçant, mais aussi scolaire et universitaire, peuplé de clercs, de propriétaires fonciers. Certains Pagèse portent le titre de damoiseau. Or, compte tenu de l’attention portée aux titres chevaleresques dans la notabilité toulousaine à la fin du Moyen Âge, il n’est pas certain qu’un Guillaume Pagèse damoiseau3 puisse être confondu avec les nombreuses mentions d’un Guillaume Pagèse, fils de Jean Pagèse, puis avec un autre Guillaume Pagèse, fils du précédent Guillaume. Ces Guillaume, toujours dits « bourgeois », se constituent peu à peu des domaines autour de Toulouse (Fenouillet, La Lande…), sont capitouls en 1329, 13404, 1368, 1376, 1384, 1385, 1409. Il est évidemment tentant de confondre la mention de Guillaume Pagèse, capitoul et damoiseau en 1395, avec le Guillaume jusque-là dit bourgeois et prospérant à la fin du xive siècle, mais rien de moins sûr. Aucune trace d’anoblissement n’a été trouvée pour cette famille5, soit parce que cet acte ne nous est pas parvenu, soit parce que noblesse et titres chevaleresques, avérés à la génération suivante, sont entrés dans la famille par d’autres voies.

  • 6 Rue Méjane : actuelle rue du Taur, partie proche de Saint-Sernin.
  • 7 Arch. dép. Haute-Garonne (dorénavant la provenance des archives sera omise, seul figurera le numér (...)
  • 8 4391, f° 67 v°, mai 1418, testament de sire Guillaume Pagèse, bourgeois. Il élit sépulture au cloî (...)
  • 9 4391, f° 50, 1418, 6 l. t. ; f° 31-31 v°, 1419, 50 écus ; 50 écus en 1442 à la trésorière puis abb (...)

3La documentation est plus précise au tournant des xive et xve siècles : Guillaume Pagèse demeure rue Méjane6, principale artère du Bourg reliant la Cité à Saint-Sernin. Il est le père de Guillaume Pierre Pagèse et de deux filles au moins, Claire, mariée à Jean Gilabert, autre famille influente, et Gaillarde. Jean Gilabert et Claire meurent prématurément7, Claire avant son père8. Peut-être faut-il ajouter Franque Pagèse, chanoinesse de Saint-Sernin au tout début du xve siècle : G. P. Pagèse effectue plusieurs versements à cette maison des filles de la bonne société toulousaine9.

4Dès le premier tiers du xive siècle, la famille Pagèse, sans doute ramifiée en plusieurs branches aux destins divers, est l’une de ces familles anciennes et influentes de Toulouse, de celles avec qui l’on compte, a fortiori dans le Bourg où elle réside et qu’elle représente au capitoulat. Contrairement à d’autres familles toulousaines florissantes au xive siècle, les Pagèse les plus en vue ne tirent pas leur richesse de la marchandise, mais plutôt de la gestion appliquée de biens très divers à la campagne et en ville. Leur influence est le fruit de cette fortune et de leur implication dans les cercles dirigeants toulousains, entre gestion des affaires familiales et gestion des affaires publiques.

  • 10 V. Lamazou-Duplan, « Le patrimoine des oligarques toulousains à la fin du Moyen Âge : constitution (...)

5Noble G. P. Pagèse, riche propriétaire foncier résidant en ville, n’ignore rien des circuits et mécanismes de l’économie toulousaine10. Les registres notariés permettent de saisir un homme d’affaires avisé, parfois redoutable, qui gère son patrimoine sur plusieurs décennies avec méthode et efficacité, en faisant feu de tout bois.

  • 11 Ces registres, plus ou moins complets, sont conservés aux Arch. dép. Haute-Garonne, dix sous les c (...)

6Ce que l’on a seulement subodoré pour ses aïeuls ou pour son père, devient plus palpable pour lui grâce à douze registres du notaire André de Gressio, qui compilent minutes ou actes complets entre 1411 et 146111. Ils se font l’écho de transactions passées en majorité dans le Bourg ou par des hommes du Bourg.

  • 12 Bien mariée à noble Pierre Vidal Blazy, damoiseau, fils de noble Jean Blazy, chevalier. Dot : 800 (...)
  • 13 4392, 355 folios, 135 actes complets sans ordre chronologique, 1417-1434 ; sauf une vingtaine d’ac (...)
  • 14 3E 452. 68 actes concernent G. P. Pagèse entre 1442 et 1446.

7Comme d’autres familles influentes, telles celles des Maurand, Molinier, Vinhas, Blazy, Aurival, les Pagèse y sont souvent cités : Guillaume au tout début du xve siècle, son fils Guillaume Pierre, puis ses propres fils Guillaume, Raymond, Hugues, sa fille Lombarde12. Plus, l’un de ces registres a été tenu pour lui13 : la quasi-totalité des actes permet de suivre ses affaires entre 1417 et 1434. S’y ajoute un registre de Huc Auzanet pour les années 1440, dans lequel G. P. Pagèse apparaît de façon répétée14.

  • 15 Allusions à des actes que nous n’avons pas car l’intégralité des registres d’A. de Gressio ne nous (...)

8Malgré ce gisement – plus de 200 actes pour notre homme – le hasard ne nous a certainement pas livré tous les registres dans lesquels G. P. Pagèse a fait enregistrer sa gestion : la fin de la décennie 1430 est, par exemple, sous-représentée15.

Un homme aux affaires

  • 16 A. Navelle, op. cit., p. 155, cf. 10 J 8.
  • 17 Lacourtensourt est mentionné pour un Pagèse damoiseau au début du xive siècle : Guillaume en avait (...)

9Que peut-on restituer du parcours de G. P. Pagèse ? Il est d’abord l’héritier de la fortune, du nom et des armes des Pagèse. Son père l’associe à la gestion du patrimoine familial16, le désigne pour inventorier les biens de sa sœur Claire en 1418. L’année suivante, il hérite de son père à une condition : il devra léguer à l’un de ses fils tous les biens du défunt à Lacourtensourt et à Auzielle, fleurons du patrimoine amassé aux générations précédentes17. En raison des crises de mortalité du temps, son père prévoit des clauses de substitution qui en disent long sur les mentalités de notables toulousains pétris de chevalerie urbaine : G. P. est institué héritier universel, à son défaut ce seront les plus proches parents portant son cognomen et ses armes, à leur défaut, les plus proches parents de Guillaume du côté maternel, à condition qu’ils prennent son cognomen et ses armes.

  • 18 Miles à partir de 1420 dans les listes capitulaires, à partir de 1423 dans les registres notariés (...)
  • 19 En 1404 Géraud de Pins verse 150 l. pour la dot de sa fille Jeanne épouse de G. P. Pagèse (101 H 1 (...)
  • 20 4392, f° 21 et f° 25, septembre 1419, un marguil (pêcherie) sur la Garonne, à Portet, acheté à sa (...)
  • 21 101 H 133, 31 mars 1414 et 10 janvier 1415.

10Guillaume est toujours désigné par dominus et bourgeois, mais son fils G. P. met systématiquement en avant l’épithète d’honneur nobilis, le titre de damoiseau puis de chevalier18, celui de seigneur d’Azas ou d’autres seigneuries. Aucun acte d’anoblissement n’a été pour l’heure retrouvé mais deux éléments au moins ont poussé G. P. Pagèse dans la noblesse. Son mariage d’abord : il épouse Jeanne de Pins, fille de noble Géraud de Pins et de Raymonde Jean de Montastruc19 dont les noms, et surtout les biens reviennent ensuite dans les registres, récupérés par le cher gendre20… Mais si un beau mariage fait entrer dans la noblesse, l’héritage peut aussi faire passer de bourgeoisie à noblesse par le truchement d’une belle seigneurie. Or, A. de Gressio enregistre en 1414, chez Guillaume Pagèse rue Méjane, le testament de noble Sanche Gayssie de Navarre, damoiseau et seigneur d’Azas, qui désigne Guillaume comme héritier universel ; l’année suivante, le testament est exécuté21 et à la mort de son père, noble G. P. Pagèse est seigneur d’Azas. Par la suite, il ne se lasse jamais de faire la chasse à la seigneurie, ou à la co-seigneurie, en Toulousain.

  • 22 Cf. les listes capitulaires d’Abel et Froidefont. Le site des Arch. mun. Toulouse propose transcri (...)
  • 23 4400, juin 1457 : nobles Hugues et Guillaume Pagèse, fils de feu noble G. P. Pagèse, vendent des o (...)

11Déjà marié en 1404, il accède à de multiples reprises au capitoulat : il serait trois fois trésorier des capitouls (1400-1401, 1407-1408, 1414-1415), sept fois capitoul pour le Taur (1405-1406, 1412-1413, 1419-1420, 1427-1428, 1434-1436, 1448-1449, 1455-1456)22. Le conditionnel s’impose : s’agit-il du même homme de 1401 à 1456 ? Si, à partir de 1417-1420, l’abondance des documents notariés et l’absence de mention d’un homonyme plaident dans le sens d’une belle longévité physiologique et politique, les précautions ne peuvent cependant pas être ôtées en amont, période pour laquelle la documentation est lacunaire. G. P. Pagèse, déjà marié en 1404 mais peut-être très jeune, capitoul encore en 1456 – les séries documentaires parcourues plaident pour qu’il s’agisse du même homme du début des années 1420 à 1457 – meurt avant juin 145723.

12Cet homme aux affaires jusqu’au bout de sa vie, tant au capitoulat qu’à la tête de sa fortune, peut être qualifié d’affairiste tant les documents le montrent tourné, tendu vers la meilleure rentabilité, mettant à profit toutes les occasions qui passent à portée, au moment-même où la vie politique toulousaine est agitée de troubles majeurs, en 1417-1418 en particulier, au moment-même où la démographie et l’économie toulousaines sont au plus bas. Les registres notariés, ceux-là même où G. P. Pagèse ne cesse d’arrondir son patrimoine, en donnent de multiples indices : testaments, successions, procès pour héritages témoignent de la récurrence des mortalités ; prêts, dettes et saisies pointent la gêne de beaucoup ; les mentions d’espaces vacants, détruits, de biens à réparer, tant en ville qu’à la campagne, disent l’impact des malheurs du temps et de la déprise démographique ; les multiples notations monétaires – bonne monnaie ancienne, monnaie courante actuelle, affaiblie, notation précise de la valeur des espèces utilisées… – révèlent l’ampleur de la crise monétaire.

  • 24 Exemples : 1427, achat d’une borie à Vieille-Toulouse, 100 écus, payés en 47 écus, 8 moutons d’or, (...)

13Or, dans ce marasme, noble G. P. Pagèse dispose de liquidités pour acheter, pour prêter, manie avec habileté les diverses monnaies ou moyens de paiement : il paie en gros, en écus, en francs, en doubles, en oboles etc., mais aussi en ducats, en florins d’Aragon, mais encore en tasses d’argent ou en marcs d’argent24. D’autre part, pour parvenir à ses fins et faire fructifier au mieux les biens acquis, il met en œuvre tous les moyens juridiques et financiers dont il connaît visiblement les arcanes : manieur de fonds, dans tous les sens du terme, c’est dans cette utilisation méditée des ressources du droit et des jeux financiers qu’il faut chercher les clefs de sa réussite.

Domaines et seigneuries en toulousain : de la terre à la rente

  • 25 Les dettes : au drapier Pierre Jordy, 4 écus dus (4392, f° 33 v°, 1417) ; en 1442 40 écus pour un (...)

14Le patrimoine de noble G. P. Pagèse est avant tout foncier. Il hérite d’un bel ensemble aux portes de Toulouse (Lacourtensourt, Fenouillet, Lacournaudrie, Auzielle…) ou dans la région de Verfeil, à Azas mais pas seulement. Puis il achète, met en location, échange parfois, vend très rarement, des domaines entiers (les bories), des parcelles (terres, vignes, bois), recherche presqu’exclusivement des biens dits francs. Il accroît sans cesse son patrimoine : sur plus de 200 actes, seulement deux dettes, trois ventes, trois échanges25 !

  • 26 Domaine agricole complet décrit comme « une borie sise à… avec terres, vignes, prés, bois, oblies, (...)
  • 27 H. Richardot, « Le fief roturier à Toulouse aux xiie et xiiie siècles », Revue historique du droit (...)
  • 28 Plus de la moitié des actes concerne des actes féodaux, en Toulousain et dans Toulouse, baux à fie (...)

15Il acquiert surtout des bories (métairies)26et des parts de seigneurie directe, procède à de nombreux baux à fief, gère avec soin et ténacité les oblies qui en découlent. Ces oblies27 sont une redevance annuelle versée pour un bien reçu en fief, recognitives du droit de seigneurie directe conservé par le bailleur sur le fief concédé. Il perçoit alors des droits, justicia (en cas de faute du feudataire), pax (en cas d’aliénation ou d’engagement du fief par le tenancier), acapte et racapte (lors de mutation), procède à des lausimes (lors de vente, droit de lods). Aux xive et xve siècles, compte tenu des évolutions du marché de la terre et du prix du sol dans Toulouse, deux types d’oblies co-existent : les « menues », recognitives (quelques deniers), et celles qui sont devenues de véritables rentes, dites « oblies grosses » (de quelques sous à quelques livres). G. P. Pagèse joue sur les deux types d’oblies, mais ses achats d’oblies aux montants élevés concernent les oblies grosses, et les lausimes, qu’il perçoit ensuite, assurent des rentrées d’argent régulières et au final juteuses28.

  • 29 Exemples : 4 arpents de prés à Montaudran vendus en 1419 et récupérés en 1423 par Bertrand de Noga (...)
  • 30 Sire Bertrand de Nogaret, docteur ès lois, lui vend des biens et des droits à Azas, Mauvaisin, Cin (...)
  • 31 Noble Jean de Saint-Quirc, damoiseau, seigneur de Saint-Quirc, pour lui et sa mère, vend biens et (...)
  • 32 Nombreux prêts en nature (blé) ou en argent à des laboureurs des lieux où il a du bien, des bories (...)

16Toutes ces opérations sont parfois combinées à des prêts ou à des ventes à réméré29, à travers lesquels on pointe les hommes avec qui il est en affaires : ses pairs, co-seigneurs avec lui de tel ou tel lieu, qui parfois lui revendent leur part30, des familles dans la gêne qui peu à peu se délestent de leurs biens et droits31, des Toulousains et des habitants des lieux dans lesquels il est possessionné, qu’il tient en son pouvoir, de droit, reconnu par des oblies, et de fait, par des prêts ou des opérations diverses32.

  • 33 Nous tenons à la disposition du lecteur intéressé toutes les références d’archives qu’il n’a pas é (...)

17N’échappe à noble G. P. Pagèse que l’ouest toulousain, tandis que de tous les autres côtés il est pourvu en terres ou en droits, en domaines et seigneuries, depuis les portes de Toulouse jusqu’à une cinquantaine de kilomètres, la plupart des biens étant concentrés dans un rayon d’une trentaine de kilomètres, à portée d’une journée de trajet (cf. carte). Puis, durant les décennies 1420-1430, à partir de ces points d’ancrage dont il ne se défera pas, il accroît son emprise par une politique d’achat de parcelles, de bories et surtout d’oblies, tandis que les actes datés des années 1440 témoignent plus d’une gestion courante que d’un développement du patrimoine33.

18Nous ne détaillerons ici que quelques exemples, bien documentés ou aux facettes intéressantes.

  • 34 4391, f° 65 v° ; 4392, f° 86 v°, 155, 349 v° ; 452, f° 199, 209, 211.

19À la mort de sa sœur Claire, noble G. P. Pagèse entre en possession en 1418 de la borie den Cossat sise au-delà du pont du même nom sur l’Hers. En 1423, il l’arrente pour quatre ans. Trois ans plus tard, un autre métayer et trois hommes reconnaissent qu’ils lui doivent 4 cartons et demi de froment et 24 écus prêtés pour acquérir quatre bœufs de labour, autant de traces de frais d’exploitation que les preneurs n’ont pu soutenir. Finalement, en 1434, moyennant l’ajout de 30 écus, G. P. Pagèse échange cette borie avec tous ses droits à Balma et Fonsegrives, contre le lieu du Fossat, cédé par sire Pierre Bigot, licencié ès-lois. On suit dès lors ses affaires au Fossat. En 1444, il s’accorde avec la veuve d’un notaire et son fils pour des terres et des vignes restées vacantes pendant 14 ans, qu’ils ont occupées sans autorisation du seigneur : pour éviter le procès, ils paieront les oblies stipulées dans les actes anciens ainsi que les arrérages. En 1445, il loue à un habitant les terres et dépendances d’une borie, pour cinq récoltes, à 4 cartons de froment et un d’avoine, livrés à Toulouse tous les ans34.

Les biens en Toulousain de G. P. Pagèse, seigneur d'Azas et de Mauvaisin, co-seigneur d'Auzielle
La carte mentionne les localités citées dans la gestion de G. P. Pagèse. Nous détaillons infra les lieux mentionnés de façon répétée (dates extrêmes rencontrées).

  • 35 4391, f° 90, 1418 ; 4392, f° 31, 23, 40, 43, 144, 168 v°, 199 v°.

20Déjà seigneur d’Azas, il arrondit ses possessions dans la région de Verfeil. Il y achète à Jean de Nabegiis, docteur ès-lois de Toulouse, une borie en 1419 pour 150 l. t. Le 17 avril 1420, il achète au même juriste la moitié de deux autres bories à Verfeil, pour 50 l., et le 21 avril suivant l’autre moitié des propriétés pour 40 livres manulevata sur un habitant de Verfeil insolvable. En 1427, il loue une molina sur la Balerme, à Montcabrier. Le preneur n’ayant pas réédifié la maison, comme convenu, G. P. Pagèse le fait citer : l’homme est reconnu infirme, son fils paie 10 écus, 2 émines de froment, G. P. Pagèse reprend son bien et donne quittance. En 1429, noble Hélène, veuve de Robert de Morlanis, chevalier et seigneur de Saint-Agnan, et ses deux fils lui vendent des oblies pour 20 écus35.

  • 36 4392, f° 25, 21, 38 ; 452, f° 210. Le marguil est sis au lieu-dit a navedoria, a nabodena, a nabed (...)
  • 37 4392, f° 84 v°, 1423 ; f° 127, 1424.

21On a vu l’intérêt de noble G. P. Pagèse pour le sud de Toulouse, lorsqu’il déplace certains investissements vers le Fossat. Plus près de la ville, il dispose de biens au Portet. Outre les revenus de la borie et des droits possédés à Gaujouze, il ajoute l’exploitation d’un marguil, d’une pêcherie sur la Garonne, à la confluence de l’Ariège et de la Garonne, acheté en 1419 à sa belle-famille. Le bien est en piteux état, ingravatus, rempli de gravier. Quelques jours plus tard, il le loue pour deux ans à des conditions privilégiées car il faut réparer : les preneurs, un homme de Port Garaud et son fils, se serviront en bois dans sa borie de Gaujouze, ne lui devront rien jusqu’à Noël, puis 4 l. t. par an. En 1421, seul le fils reprend l’affaire, pour dix ans, 10 l. t. par an et, à chaque Carême, des poissons jusqu’à 2 gros pendant huit jours. En 1445, deux habitants du Portet l’exploitent pour un an, contre 7 écus, 3 livres de poissons chaque dimanche de Carême et l’entretien. La hausse des exigences du propriétaire va donc de pair avec une exploitation redevenue rentable36. Entreprenant, noble G. P. Pagèse investit aussi dans des moulins à pastel cités dans plusieurs bories, à Cintegabelle en particulier37.

  • 38 4392, f° 101, 58 v°, 63, 133 v°, 111, 136, 150 v°, 120, 167 v°, 179, 189 v°, 242 v° ; 4397, f° 188 (...)

22Dans le secteur de Nailloux, il se rend maître en une dizaine d’années des communautés de Saint-Léon et de Caussidières. Dans ces tractations, noble Guillaume Peytavy, nobles Jean Bernard de Bruguières et son fils Guillaume Bernard, visiblement aux abois, se délestent de leurs droits au fur et à mesure de leurs besoins d’argent frais. Au damoiseau Guillaume Peytavy, co-seigneur de Saint-Léon et Vieillevigne, il achète, en mars 1423, le tiers de 28 l. d’oblies pour 80 écus, payés en écus, ducats, tasses d’argent ; en 1428, 2 l. 13 s. et 4 d. t. de 25 l. d’oblies, pour 25 écus payés en 2 marcs d’argent. Nobles Jean Bernard de Bruguières et son fils Guillaume Bernard lui vendent, en octobre 1423, 19 l. et 14 s. t. d’oblies sur des habitants de Saint-Léon et Caussidières, contre 200 l. t. ; en janvier 1424, 10 l. t. d’oblies sur la justice haute et basse qu’ils ont à Saint-Léon et sur tous leurs biens, pour 100 l. ; en 1427, ils vendent les gélines, œufs, corrax, avoine dus par les habitants des deux lieux avec tous droits et seigneuries pour 40 écus ; en juillet 1429, les tasques, agriers, quints et quarts que leur versent des habitants des deux lieux, et tous autres droits, contre 40 écus… Certains achats font chou blanc : des oblies sont vendues à réméré par les veuves des nobles Raimond de Turre et Bernard de Roquefort, mais elles parviennent à les racheter entre 1428 et 1435. Des habitants du coin, plus modestes, sont aussi ratissés : il achète un bois à Saint-Léon avec le territoire d’Auragne et la rivière de l’Aise, avec les oblies « s’il trouve des feudataires » ; un laboureur de Saint-Léon lui vend un écu d’oblies pour 10 écus ; il achète à un faure de Saint-Léon un hôtel dans le fortalicium, ainsi qu’une borde avec jardin, une pièce de terre, des vignes, un jardin devant l’église, le tout pour 20 écus38

De la campagne à la ville : intermédiaire indispensable

  • 39 Quelques exemples : mai 1428, un habitant de Saint-Léon doit un carton de blé, à livrer à Toulouse (...)

23Noble G. P. Pagèse s’enrichit et se nourrit des fruits de la terre, des rentes, des seigneuries. Cette campagne d’investissements, méditée sur plusieurs années, ancre en Toulousain capitaux, sources de ravitaillement et de prestige. Comme d’autres notables, il fait fructifier les produits de la terre pour s’approvisionner : blé, vin, animaux de ses domaines sont livrés à son hôtel toulousain ; lorsqu’il prête à des campagnards, il se fait rembourser en argent mais aussi en nature39.

24Mais au-delà de ces opérations classiques, il inscrit certaines de ses transactions dans les échanges les plus juteux de l’économie toulousaine.

25On le voit rentabiliser les produits de la pêche de son marguil en temps de Carême. Il participe surtout au commerce des animaux de trait et de boucherie, à travers gasailles, locations et prêts, se faisant ainsi l’intermédiaire indispensable entre Toulouse, centre de consommation, et les campagnes environnantes.

  • 40 4392, f° 185 v° (gasaille, Fenouillet, 2 roncins, jusqu’à la foire de la saint Sernin et plus au g (...)
  • 41 Pour sa borie d’En Cossat, celle de Brantalon et gasaille (452, f° 182 v°).
  • 42 Gasaille d’une paire de braux, taurillons, à Montbrun, pour un an, à mi-gain et mi-perte (452, f° (...)
  • 43 452, f° 209.
  • 44 4392, f° 83 v°, 176, 322 v°.
  • 45 En 1442-1443, dettes de deux habitants de la borie des ovelhiers : 3 écus et 3 deniers pour le prê (...)

26Il trafique de chevaux qu’il achète et revend, en prêtant si besoin40, il conclut des gasailles de bœufs de labour41, de taurillons42. Il s’immisce dans le marché des animaux de boucherie et des produits dérivés. En 1445 il passe gasaille pour 48 chèvres, estimées à 16 l. t. ½, pour trois ans, contre un fromage par chèvre laitière43. S’agit-il ici de se fournir ou de commercer ? Le doute n’est plus permis pour les agneaux : il vend des bêtes en nombre, prête à des macelliers qui sont aussi parfois ses locataires. Ainsi, Étienne Quarti, agnelier de Toulouse, lui doit en 1425 une tasse d’argent et 15 écus prêtés pour l’achat d’agneaux ; en 1429, le même lui doit 3 écus ½, reste du prix d’agneaux. En 1428, Étienne Quarti lui a vendu la seigneurie directe d’un hôtel franc rue des Agneliers, pour 30 écus : cette vente a-t-elle permis de rembourser44 ? La gestion de noble G. P. Pagèse cite ensuite créances et oblies sur des habitants d’une borie rue des Ovelhiers et des Agneliers45.

  • 46 4392, f° 92, 187 v° ; 452, f° 196 v° et 197. Janvier 1444 : le procureur de G. Fabri reconnaît dev (...)
  • 47 452, f° 205 v°-206, janvier 1445.

27Même logique rue du Cloître-Saint-Sernin. Dès 1423, G. P. Pagèse y achète 150 écus un hôtel. Vingt ans plus tard, il y loue des bancs et ouvroirs à des macelliers qui sont aussi ses débiteurs. En avril 1444, Guillaume Fabri, macellier, et sa mère, lui doivent 17 l. 10 s. t. pour l’achat de 61 agneaux, à rembourser d’ici 8 ans, et louent, pour la même durée, un banc avec ouvroir 11 l. t., mais G. P. Pagèse, déjà leur propriétaire, a des difficultés à se faire payer puisqu’il les a fait citer devant la cour des capitouls quelques mois auparavant46. En 1445, même opération avec le macellier Bernard Salveti : le boucher lui doit, d’ici 4 ans, 27 l. t. prix de 70 agneaux, et lui loue, pour 4 ans aussi, un banc et 2 ouvroirs rue du Cloître-Saint-Sernin, pour un loyer de 6 écus et demi par an et une spalla de mouton47.

  • 48 En 1443 contrat avec un ovelhier de Sévignacq en Béarn (65 brebis, 10 moutons, 19 agneaux) qui con (...)
  • 49 V. Lamazou-Duplan, « Le patrimoine… », art. cit., p. 643-644.

28Propriétaire dans les rues dédiées à la boucherie dans le Bourg, créancier, et sans doute maquignon, noble G. P. Pagèse tient ainsi le commerce de la viande : peut-être écoule-t-il les animaux de ses domaines, de ses gasailles, mais il permet aussi aux bouchers toulousains de s’approvisionner et de tenir boutique. Du vivant de leur père, ses fils Hugues et Guillaume poursuivent d’ailleurs ce trafic fructueux, en traitant parfois fort loin, avec un berger béarnais par exemple48. Les Pagèse ne sont pas les seuls notables toulousains à participer à l’engraissage et au commerce des animaux revendus lors des foires ou en boucherie à Toulouse49. Mais, alors que la plupart n’y investissent que de façon occasionnelle, G. P. Pagèse contrôle de multiples façons le commerce de la viande sur une longue période.

29Ses affaires à Toulouse parlent autant du riche propriétaire du sol urbain que de l’homme d’argent, de l’homme d’affaires : sa gestion immobilière complexe reflète ses ambitions à mettre la main sur des portions cohérentes du sol toulousain, mais aussi ses capacités à lier des secteurs différents de ses activités.

  • 50 4391, f° 67 v° ; 4392, f° 23 v°, mai 1420 et 1422, les trésoriers des capitouls reçoivent un carto (...)

30Depuis plusieurs générations la famille Pagèse vit dans le Bourg, le domine et le représente. En 1418, dans son testament, Guillaume Pagèse, lègue 100 l. t. aux clôtures de la ville pour construire une stagia sive gachile au-dessus de la porte de la barbacane d’Arnaud-Bernard. Il prévoit aussi que, pendant 10 ans, à l’Ascension, « un carton de blé cuit » soit donné à la Maison Commune pour les pauvres, payé sur ses biens à Auzielle. Guillaume Pierre fait ensuite payer certains de ces legs aux trésoriers des capitouls50.

  • 51 À son hôtel, on livre ce qu’on lui doit. En 1432, achat d’un hôtel rue Méjane, confronté de deux c (...)
  • 52 Parfois en copropriété : avec le marchand Raymond de Puybusque un hôtel rue du Taur (1418, 4391, f (...)
  • 53 4392, f° 164.
  • 54 Ibid., f° 165 v° : « Item fuit actum quod, durante tempore debilitacionis monete currentis, dictus (...)
  • 55 Oblies sur un jardin, 2 arpents de terre hors de la porte Matabiau, sur deux hôtels, l’un rue Mata (...)
  • 56 4392, f° 325, 1432, un hôtel confronté par le jardin des Frères Prêcheurs.
  • 57 Ibid., f° 48 v°, 1422, bail à nouveau fief de 2 hôtels contigus, 32 l. t. pro intratis, 12 d. tols (...)
  • 58 4391, f° 38 v° ; 101 H 133, f° 242.

31Notre homme perçoit la majorité de ses loyers et oblies dans le Bourg de Toulouse. Comme son père, il vit rue Méjane, parvient à y composer un ensemble contigu51. Dans la rue du Taur, qui prolonge la rue Méjane, il loue des hôtels52 à des artisans en se faisant régler en argent mais surtout en travail pour pallier les dévaluations constantes de la monnaie. En 1420, un fustier (charpentier) loue un hôtel pour 29 ans, contre 6 l. t. par an « et 2 jornalia pro fustando53 ». En 1420, Bernard Capelle, tisserand de lin, loue un hôtel rue du Taur, pour 29 ans et 6 l. t. « ayant cours en 1414 ou leur valeur », soit, en raison de l’affaiblissement de la monnaie, la fabrication de toiles jusqu’au prix équivalant à cette somme54. Liés au commerce des animaux, on a évoqué les biens possédés rue du Cloître-Saint-Sernin, rue des Ovelhiers et des Croses. Les environs de la Porte Matabiau l’intéressent55, ainsi qu’à la jonction du Bourg et de la Cité les rues Pargaminière56, Mirabel57, et surtout Villeneuve, alors en cours d’aménagement. Dès 1417 G. P. y achète deux hôtels ainsi que des oblies sur une vigne. Ces biens sont acquis lors du règlement de la succession de Maître Raimond Costa dont les régents et bailes de l’église du Taur sont les héritiers. En 1442 il achète deux autres hôtels, toujours dans le cadre d’une succession dont les exécuteurs sont cette fois les confrères des Saints-Apôtres de Saint-Sernin58.

  • 59 Loyers et oblies sur des hôtels et une borde, rue du Chef du Pont Vieux vers Saint-Cyprien/rue de (...)
  • 60 4391, f° 59 v°, 1418, il achète des oblies au drapier Raimond Azémar, qu’il avait en indivis avec (...)
  • 61 Un hôtel, lausime, 7 florins or et une demie livre de poivre d’oblies, 4392, f° 7, 1419.
  • 62 Location d’un hôtel à un affachayre (4392, f° 171 v°, 173, septembre 1428).
  • 63 4391, f° 50 v°, 1er février 1418, f° 52, 5 février 1418.

32Si la majorité de ses immeubles et droits sont dans le Bourg, il ne délaisse pas Saint-Cyprien59 et surtout la Cité. Hôtels et oblies sont mentionnés pour la rue des Ymaginaires60, la rue Servinières61, des Affachayres62, des Regans et Raimond den Faro, ce qui sera bientôt le quartier des Parlementaires. Il a ainsi baillé en fief un hôtel au coin de la rue Raimond den Faro et des Regans à un fustier qui ne l’a pas payé durant deux ans au moins. Exécution faite contre ses biens, le fustier relaxe ses droits à G. P. Pagèse qui les réinféode 4 jours plus tard63 à Blanche de Oliu, à 6 l. t. d’oblies, 12 d. tolsans de justice et acapte. S’engage alors un véritable marchandage : si elle verse 20 l. t., les oblies seront réduites à 4 l., 20 l. encore, elles seront ramenées à 2 l., 20 l. encore, elles seront symboliques, 6 d. tolsans. G. P. Pagèse a alors besoin d’argent frais pour investir en Toulousain.

C. Saint-Martin ; d'après H. Molet, Saint-Sernin de Toulouse, Inventaire des Archives Anciennes, T1, Toulouse 2000, p. 44.
Infographie : Monique Morales, IRSAM, UPPA.
Biens de G.P. Pagèse dans Toulouse
* Réside rue Méjane
BOURG CITÉ
1 - Rue Méjane
2 - Rue du Taur
3 - Rue Matabiau
4 - Rue des Agulhiers
5 - Rue Ovelhiers
6 - Rue de las Croses
7 - Rue des Bancs Saint-Sernin
8 - Rue Mirabel
9 - Rue Villeneuve
10 - Rue Pargaminières
11 - Rue des Affachayres
12 - Rue des Régans
13 - Rue den Faro
14 - Rue des Ymaginaires
15 - Rue Servinères
16 - Rue du Temple
17 - Rue des Pujols
St. CYPRIEN
Rue du Chef du Pont Vieux, Rue de la Tour St Cyprien

  • 64 1444, il lui vend des oblies sur divers hôtels à Saint-Cyprien, 452, f° 198.
  • 65 Ibid., f° 191 v°, 202, 207 v°, 1444-1445, séries d’oblies sur des biens aux portes de Toulouse, su (...)

33En ville, noble G. P. Pagèse a hérité d’une partie de ses biens mais il continue d’acheter pour constituer des blocs cohérents là où il est déjà pourvu ou investit dans d’autres zones prometteuses de Toulouse. Il fait parfois une bonne affaire grâce à ses relations dans les cercles dirigeants ou dans les confréries, en particulier celles de Saint-Sernin ou du Taur. Il met la main sur des oblies, domine donc des parcelles du sol toulousain, en achetant parfois beaucoup à quelques hommes dont on pressent la gêne, par exemple noble Antoine Tornier64 ou Raimond Roux, bourgeois65.

  • 66 4391, f° 76, à un boursier, 3 l. ½ pour un carton de froment ; 4394, f° 229, à un boursier et un b (...)
  • 67 452, f° 195, 204 v°, 207 : avril 1444, à Étienne de Saint-Loup, il prête 4 pugnères de blé ; mars (...)
  • 68 4392, f° 143, f° 141 v°, 140 v°.

34Disposant de liquidités et de produits alimentaires, il prête à de petites gens, des brassiers, des artisans66, à des gens plus aisés mais fragilisés67. Certains prêts à des artisans sont liés à des baux à besogne. Ainsi, en mai 1428, un teulier de la rue du Bazacle doit à G. P. Pagèse un carton de blé moussole, puis, un mois plus tard, 2 000 tuiles et un « quartonem de teulello » pour rembourser une pipe de vin, s’engageant à livrer le tout d’ici le 15 juillet. Trois ans plus tard, les deux hommes sont toujours liés : le teulier doit 5 émines de froment68… G. P. Pagèse use dans ce rapport de force, qui lui est favorable, des compétences de cet artisan pour se fournir en matériaux pour son usage ou la revente.

  • 69 4392, f° 123, 1427, Jean Samara, de Toulouse, lui donne tous ses biens « à raison de divers servic (...)
  • 70 Jean Olier, marchand, lui doit 226 moutons or. Pagèse fait saisir des objets mobiliers et Olier lu (...)
  • 71 4392, f° 104, 114 ; 4394, f° 152.

35Lorsque des débiteurs ne peuvent le rembourser, il procède à des saisies déguisées en dons69, en ventes70, ou lance des procédures en bonne et due forme. Là encore, son influence et le poids de ses relations ont pu jouer. Entre février 1425 et juillet 1427, noble G. P. Pagèse récupère une créance sur Arnaud de Rivis, de Montech, qui lui doit 17 écus et 3 florins d’or d’Aragon. La cour des capitouls est saisie, la dette confessée ; par lettres des capitouls de Toulouse au baile royal de Montech, on procède à la saisie et vente des biens du débiteur71. Faut-il rappeler que noble G. P. Pagèse est capitoul en 1427-1428, pas encore « élu » en juillet mais probablement déjà pressenti…

  • 72 4391, f° 53, 55 v°-56. Au sujet du paiement des gens d’armes, décision et promesse de 12 capitouls (...)
  • 73 4394, f° 271. Serment des trésoriers Raimond Roux, bourgeois de la cité (qui vend tant d’oblies à (...)
  • 74 En septembre 1427, par exemple, témoin lors de la vente d’une chape pour payer les réparations de (...)
  • 75 4398, f° 61 v°.

36La réussite des affaires de noble G. P. Pagèse est certainement liée à sa place dans les cercles de notables, tant du côté de la politique que de la piété urbaines. Certes, les registres notariés n’en donnent pas toutes les preuves mais les indices relevés disent cependant les convergences d’intérêts, les concomitances de dates. On peut en ajouter d’autres. Quand il n’est pas capitoul ou trésorier des capitouls, G. P. Pagèse ne rompt pas pour autant avec le milieu capitulaire : en février 1418, dans Toulouse en proie aux troubles, il est le lieutenant du capitoul sire Jacques de Montealto72 ; en 1424-1425, il se porte garant des trésoriers des capitouls ; en 1426, il est un des six témoins lors de la publication d’un mandement royal sur les élections capitulaires ; en 1436 les capitouls l’acquittent de ses arrérages d’impôts73… Il est aussi présent dans les œuvres charitables du Bourg : il est nommé à plusieurs reprises dans les affaires de l’église du Taur74 ; en 1454, il est co-baile de la confrérie de l’Hôpital du Corps du Christ et procède, rôdé à ce genre d’opération, à un achat d’oblies75

37Noble Guillaume Pierre Pagèse est nanti d’un patrimoine classique fondé sur la domination du sol et des hommes, administré activement mais sans grande innovation, ce qui n’interdit pas ici la réussite. Doté d’un indéniable esprit d’entreprise, avec ses qualités et ses défauts – la ténacité, la prudence, mais aussi l’âpreté au gain, l’opportunisme – il contrôle des secteurs clé de l’économie toulousaine : la production agricole, l’élevage, l’alimentation, le logement, le crédit… Il n’a pas hésité à faire jouer ses réseaux, son influence, le pouvoir de son nom mais surtout celui de son argent dans un monde en crise, autant de leviers qui ont pu peser pour flairer et conclure certaines affaires mais aussi pour amorcer la relance de l’économie toulousaine dès les années 1430-1440.

Notes

1 Les notaires écrivent Pagesie, nous écrivons Pagèse.

2 Sont aussi cités Vital Pierre Pagèse (capitoul en 1273), Jean Pagèse (tout début du xive siècle), un autre Jean (capitoul pour Saint-Pierre des Cuisines en 1369), Raymond Pagèse (estimes de 1335), Jean Pierre Pagèse, damoiseau, possessionné à Lacourtensourd.

3 Cité dans les années 1320-1330 pour des terres à Lacourtensourt ou la co-seigneurie de Bouloc, pour trois mentions au capitoulat en 1325, 1333, mais aussi en 1395 (s’agit-il du même ?). Outre les registres notariés consultés, nous avons glané ces renseignements sur la famille Pagèse dans P. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, 1954 ; id., Les « estimes » toulousaines des xive et xve siècles, Toulouse, 1956 ; A. Navelle, Familles nobles et notables du midi toulousain aux xve et xvie siècles, Fenouillet, 1994-1995, p. 153-155.

4 En 1335 Guillaume Pagèse est l’estimateur du capitoulat de Saint-Sernin. Il appartient aux dix premières fortunes du Bourg : il est estimé à 6 300 l., pour des hôtels et ouvroirs dans le Bourg, des oblies, des biens à La Lande, à Villeneuve près de Bouloc et à Lux (n° 422, cf. P. Wolff, Les « estimes »…, op. cit.). L’autre Guillaume est le capitoul de la seconde moitié du siècle.

5 P. Wolff, Commerces…, op. cit., p. 620-621.

6 Rue Méjane : actuelle rue du Taur, partie proche de Saint-Sernin.

7 Arch. dép. Haute-Garonne (dorénavant la provenance des archives sera omise, seul figurera le numéro du registre), 3E 4391, f° 65 v°, mai 1418, Claire fille de sire Guillaume Pagèse, bourgeois, veuve de Jean Gilabert, est morte intestate. Son père accepte l’héritage sous bénéfice d’inventaire, constitue procureur son fils, noble G. P. Pagèse. Il se rend à la borie den Cossat, au-delà de l’Hers, en prend possession. Jean Gilabert est mort en 1416 et G. P. administre les biens de son propre fils, Raymond, héritier du défunt (101 H 133, 5 mai 1416).

8 4391, f° 67 v°, mai 1418, testament de sire Guillaume Pagèse, bourgeois. Il élit sépulture au cloître Saint-Sernin où est enterrée sa fille Claire. Codicille et exécution du testament entre 15 et 18 février 1419 (4392, f° 1-4, 23 v°).

9 4391, f° 50, 1418, 6 l. t. ; f° 31-31 v°, 1419, 50 écus ; 50 écus en 1442 à la trésorière puis abbesse, Aude Ysalguière (452, f° 178 v°).

10 V. Lamazou-Duplan, « Le patrimoine des oligarques toulousains à la fin du Moyen Âge : constitution et gestion », M. Bertrand (éd.), Pouvoirs des familles, familles de pouvoir, Toulouse, 2005, p. 633-648.

11 Ces registres, plus ou moins complets, sont conservés aux Arch. dép. Haute-Garonne, dix sous les cotes 3E 4391 à 4400, deux dans le fonds Saint-Sernin, 101 H 133, 101 H 154. Nous renvoyons au seul numéro du registre. A. de Gressio était aussi notaire des capitouls, trésorier du capitoulat, et portraituré comme tel en 1440-1441. Ses registres témoignent aussi de l’administration des capitouls.

12 Bien mariée à noble Pierre Vidal Blazy, damoiseau, fils de noble Jean Blazy, chevalier. Dot : 800 moutons or, dont 400 payés. Augment 400 moutons, 4392, f° 327 v°, 1430.

13 4392, 355 folios, 135 actes complets sans ordre chronologique, 1417-1434 ; sauf une vingtaine d’actes, ils concernent G. P. Pagèse.

14 3E 452. 68 actes concernent G. P. Pagèse entre 1442 et 1446.

15 Allusions à des actes que nous n’avons pas car l’intégralité des registres d’A. de Gressio ne nous est pas parvenue (cf. titres des registres).

16 A. Navelle, op. cit., p. 155, cf. 10 J 8.

17 Lacourtensourt est mentionné pour un Pagèse damoiseau au début du xive siècle : Guillaume en avait-il hérité directement ou indirectement ?

18 Miles à partir de 1420 dans les listes capitulaires, à partir de 1423 dans les registres notariés qui hésitent entre damoiseau et chevalier en 1423 (4392, f° 50-56 v°). À partir de 1424, toujours chevalier.

19 En 1404 Géraud de Pins verse 150 l. pour la dot de sa fille Jeanne épouse de G. P. Pagèse (101 H 115, 3 avril 1404).

20 4392, f° 21 et f° 25, septembre 1419, un marguil (pêcherie) sur la Garonne, à Portet, acheté à sa belle-famille. Ibid., f° 115, décembre 1427, il achète à Bernard Raimond de Pins, seigneur de Caucalières, une borie près de Vieille-Toulouse, franche, pour 100 écus. Ibid., f° 252, mai 1428, procès entre 1° Raimond Pagèse, fils de G. P., dame Jeanne, sa mère, fille de Raymonde fille de sire Pierre Jean de Montastruc et 2° Azémar de Sancto Lario, marchand de Toulouse, exécuteur du testament de sire Pierre Jean de Montastruc. Où l’on reparle de la dot… et où l’on transige en faveur de Raimond Pagèse qui récupère des biens que Pierre Jean de Montastruc avait à Rivalibus, au Portet, à Saint-Cyprien…

21 101 H 133, 31 mars 1414 et 10 janvier 1415.

22 Cf. les listes capitulaires d’Abel et Froidefont. Le site des Arch. mun. Toulouse propose transcriptions et enluminures des Annales manuscrites de Toulouse. La thèse de F. Bordes, leur directeur, met désormais à jour les listes du personnel capitulaire.

23 4400, juin 1457 : nobles Hugues et Guillaume Pagèse, fils de feu noble G. P. Pagèse, vendent des oblies achetées par leur père.

24 Exemples : 1427, achat d’une borie à Vieille-Toulouse, 100 écus, payés en 47 écus, 8 moutons d’or, 7 tasses d’argent pesant 7 marcs, et oboles blancs ; 1428, des oblies à Saint-Léon pour 25 écus payés en 2 marcs d’argent ; 1434, échange d’une borie contre le lieu du Fossat, et 30 écus payés en 4 tasses d’argent, 2 f. or dits a pe, 2 f. or dits a caval, un moresca, un réal d’or (4392, f° 108, 115, 136, 349 v°). Il paie aussi en gros blancs « appelés corronatz », ducats d’or, florins d’Aragon, etc.

25 Les dettes : au drapier Pierre Jordy, 4 écus dus (4392, f° 33 v°, 1417) ; en 1442 40 écus pour un roncin (4399, f° 367). Les ventes : en 1435, un hôtel à Cintegabelle à un habitant du lieu (4397, f° 177) ; 1443, la taille d’un arpent de bois à un habitant de Castelmaurou (452, f° 200 v°), à un habitant du Fossat les herbes de 6 arpents ½ de prés (ibid., f° 204, 1445). Les échanges : un petit hôtel à Auzielle contre un autre (4392, f° 224 v°, 1427) ; une borie à Préserville contre une autre à Saint-Jory (ibid., f° 314, 1431), la borie d’en Cossat contre le lieu du Fossat (ibid., f° 349 v°, 1434).

26 Domaine agricole complet décrit comme « une borie sise à… avec terres, vignes, prés, bois, oblies, cens, seigneurie directe et autres droits… » à Castelnau (4391, f° 34, 1417), à Gaujouze, Vieille-Toulouse, près de l’Hers au pont d’En Cossat, à Verfeil, Garrigues (4392, f° 69, 1426 ; 331, 1432 ; 4391, f° 65 v°, 1418 ; 4392, f° 86 v°, 155, 349 v°, 1423-1436 ; f° 25, 40, 1419-1420) ou « une borie à Cintegabelle avec moulin à pastel, hôtel, colombier, vignes, prés, oblies, parsions de blés, vins et pastel, tasques, justice, acapte et racapte, et tous droits et hommages » (4392, f° 84 v°, 1423).

27 H. Richardot, « Le fief roturier à Toulouse aux xiie et xiiie siècles », Revue historique du droit français et étranger, 1935, p. 307-359, 495-569.

28 Plus de la moitié des actes concerne des actes féodaux, en Toulousain et dans Toulouse, baux à fief, inféodations et sous-inféodations, reconnaissances féodales, lausimes, achat et gestion d’oblies, avec parfois la liste des feudataires.

29 Exemples : 4 arpents de prés à Montaudran vendus en 1419 et récupérés en 1423 par Bertrand de Nogaret (4392, f° 7 v°) ; en 1435 G. P. revend, selon pacte, à dame Pomaforta, veuve de noble Raimond de Turre, à Jeanne, sa fille, veuve de noble Bernard de Roquefort, et à Marthe leur fille, 2/3 de 15 l. t. d’oblies à Causidières et Saint-Léon, vendues pour 100 écus en 1428 (4392, f° 150 v°, 1428 ; 4397, f° 188, 1435).

30 Sire Bertrand de Nogaret, docteur ès lois, lui vend des biens et des droits à Azas, Mauvaisin, Cintegabelle, Auterive (4392, f° 127, 1424) ; il est co-seigneur avec lui à Auzielle (lausimes des deux hommes, et procureurs du troisième co-seigneur, Raimond Gonterii, bourgeois de Pézenas, ibid., f° 44, 1420, f° 119, 1428 ; 452, f° 185 v°, 187, 188, 1443). En 1446 sire Bertrand de Nogaret est mort et G. P. représente deux dames, sa veuve et une autre dame (toutes deux des Villeneuve) pour une lausime au Fossat (452, f° 211).

31 Noble Jean de Saint-Quirc, damoiseau, seigneur de Saint-Quirc, pour lui et sa mère, vend biens et droits à Cintegabelle (4392, f° 124, 1425). Aymeric Tornier, marchand, vend des droits à La Cournaudrie en 1423, certains biens de G. P. étant confrontés par ceux d’Antoine Tornier, damoiseau (ibid., f° 65 v°, 249 v°) qui lui vend ses oblies sur un hôtel rue de la Tour de Saint-Cyprien à Toulouse (452, f° 198, 1444). Dame Maurande Maurand vend des oblies à Cugnaux (ibid., f° 108, 1426), à Quint (ibid., f° 89 v°, 1421) ; ventes de la famille de Montastruc-Pins (cf. infra). Noble Guillaume Peytavy, co-seigneur de Saint-Léon, et surtout nobles Jean Bernard de Burguières et Guillaume Bernard son fils, de Saint-Léon, se délestent avec régularité de leurs droits et biens à Saint-Léon et Caussidières, les ventes à réméré n’enrayant pas la tendance (cf. infra).

32 Nombreux prêts en nature (blé) ou en argent à des laboureurs des lieux où il a du bien, des bories. Exemples : des gens de Muret (4392, f° 128, 1428), un charretier d’Azas (ibid., f° 339, 1431), des laboureurs de Bruguières, du Fossat, d’Auzielle, de La Cournaudrie, à Saint-Jory (452, f° 178, 1442, 179 v°, 181 v°, 187 v°, 190 v°, 1443, f° 212 v°, 1446), père et fils qui travaillent ses vignes à Brantalon (borie à Vieille-Toulouse, ibid., f° 183 v°, 1443). À Toulouse, prêts, locations d’immeubles ou de bancs, affaires, se combinent avec des macelliers, des artisans (cf. infra).

33 Nous tenons à la disposition du lecteur intéressé toutes les références d’archives qu’il n’a pas été possible de produire ici en raison des contraintes éditoriales.

34 4391, f° 65 v° ; 4392, f° 86 v°, 155, 349 v° ; 452, f° 199, 209, 211.

35 4391, f° 90, 1418 ; 4392, f° 31, 23, 40, 43, 144, 168 v°, 199 v°.

36 4392, f° 25, 21, 38 ; 452, f° 210. Le marguil est sis au lieu-dit a navedoria, a nabodena, a nabedeira, « jusqu’à la pointe de l’Ariège et jusqu’à 3 arcz/ arcos construits sous le marguil ».

37 4392, f° 84 v°, 1423 ; f° 127, 1424.

38 4392, f° 101, 58 v°, 63, 133 v°, 111, 136, 150 v°, 120, 167 v°, 179, 189 v°, 242 v° ; 4397, f° 188. Jean Bernard de Bruguières et son fils se délestent en 1425 d’oblies à Merville, pacte de rachat, exécuté en 1428, mais vendent en 1431 (4392, f° 79, 228, 231).

39 Quelques exemples : mai 1428, un habitant de Saint-Léon doit un carton de blé, à livrer à Toulouse, idem pour 3 émines de blé prêtées à un habitant de Muret (4392, f° 167 v°, 182). En 1440 deux hommes de Lardenne doivent un carton de froment ; un habitant des environs de Toulouse doit 24 l. t. et 10 pugnères de froment (gasailles et dettes). La somme sera payée à Pentecôte, saint Barthélemy, saint Sernin ; le froment porté « in domo dicti nobilis creditoris, in carreria mediam Th olose » (101 H 133, f° 153, 163 v°-164). De 1442 à 1446, même chose avec des habitants d’Auzielle, d’Aussonne, de Bruguières, Montbrun, Lacournaudrie, Saint-Jory, du Fossat… (452, f° 178, 180 v°, 181 v°186 v°, 187 v°, 189 v°, 190, 202, 212 v°, etc.).

40 4392, f° 185 v° (gasaille, Fenouillet, 2 roncins, jusqu’à la foire de la saint Sernin et plus au gré, 1424), f° 322 v° (1431, un brassier de Toulouse doit 2 écus et un mouton or, prix d’un roncin), f° 339 (un charretier d’Azas doit 5 écus et 2 charretées de bois à Toulouse prix d’un roncin, 1431). 4399, f° 367, 1442 (dette envers un chanoine de Rodez pour l’achat d’un roncin). 452, f° 180 v° et 184 v° (1442, gasailles, jument et roncin).

41 Pour sa borie d’En Cossat, celle de Brantalon et gasaille (452, f° 182 v°).

42 Gasaille d’une paire de braux, taurillons, à Montbrun, pour un an, à mi-gain et mi-perte (452, f° 180, 1442).

43 452, f° 209.

44 4392, f° 83 v°, 176, 322 v°.

45 En 1442-1443, dettes de deux habitants de la borie des ovelhiers : 3 écus et 3 deniers pour le prêt d’une pipe de vin ; un carton de blé moussole. 1444, achat d’oblies sur un ovelhier, pour un hôtel, un jardin, une borde rue des Croses… 452, f° 178, 189, 191 v°.

46 4392, f° 92, 187 v° ; 452, f° 196 v° et 197. Janvier 1444 : le procureur de G. Fabri reconnaît devant la cour lui avoir loué un banc de macellier et ouvroir contigu rue du Cloître-Saint-Sernin… La fin de l’acte est laissée en blanc.

47 452, f° 205 v°-206, janvier 1445.

48 En 1443 contrat avec un ovelhier de Sévignacq en Béarn (65 brebis, 10 moutons, 19 agneaux) qui conduira les bêtes en montagne ; profits et pertes seront partagés par moitié (452, f° 76 v°-77).

49 V. Lamazou-Duplan, « Le patrimoine… », art. cit., p. 643-644.

50 4391, f° 67 v° ; 4392, f° 23 v°, mai 1420 et 1422, les trésoriers des capitouls reçoivent un carton de pain cuit.

51 À son hôtel, on livre ce qu’on lui doit. En 1432, achat d’un hôtel rue Méjane, confronté de deux côtés par ses propres biens (4392, f° 317 v°).

52 Parfois en copropriété : avec le marchand Raymond de Puybusque un hôtel rue du Taur (1418, 4391, f° 71).

53 4392, f° 164.

54 Ibid., f° 165 v° : « Item fuit actum quod, durante tempore debilitacionis monete currentis, dictus Pagesie promisit dare dicto Bernardo operas dicti ministerii, videlicet filum pro faciendo telas, et dictus Bernardus promisit facere cannam dictarum telarum pro precio quo consuevit et per alios textores consuetum extitit recipere tempore monete antique usque ad dictam summam sex librarum turonensium dicte monete antique. Item fuit conventum quod si dicta moneta fortifficabatur et statu quo erat tempore dicti anni MCCCCXIV, quod idem Bertrandus non tenatur facere dictas telas dicto domino Pagesie, set tantum solvere dictas libras terminis antedictis. »

55 Oblies sur un jardin, 2 arpents de terre hors de la porte Matabiau, sur deux hôtels, l’un rue Matabiau confronté par les coursières de la ville, l’autre près de la porte (4392, f° 46 v°, 1421 ; 452, f° 188 v°-189, 202, 1443-1445).

56 4392, f° 325, 1432, un hôtel confronté par le jardin des Frères Prêcheurs.

57 Ibid., f° 48 v°, 1422, bail à nouveau fief de 2 hôtels contigus, 32 l. t. pro intratis, 12 d. tolsans d’oblies, justice et acaptes.

58 4391, f° 38 v° ; 101 H 133, f° 242.

59 Loyers et oblies sur des hôtels et une borde, rue du Chef du Pont Vieux vers Saint-Cyprien/rue de la Tour de Saint-Cyprien (4392, f° 88 v°, 1419 ; 452, f° 182, f° 198, 1443).

60 4391, f° 59 v°, 1418, il achète des oblies au drapier Raimond Azémar, qu’il avait en indivis avec lui, sur un hôtel confronté « cum domo orphanorum » à l’arrière, 17 l. t.

61 Un hôtel, lausime, 7 florins or et une demie livre de poivre d’oblies, 4392, f° 7, 1419.

62 Location d’un hôtel à un affachayre (4392, f° 171 v°, 173, septembre 1428).

63 4391, f° 50 v°, 1er février 1418, f° 52, 5 février 1418.

64 1444, il lui vend des oblies sur divers hôtels à Saint-Cyprien, 452, f° 198.

65 Ibid., f° 191 v°, 202, 207 v°, 1444-1445, séries d’oblies sur des biens aux portes de Toulouse, sur 9 hôtels et une vigne dans Toulouse, surtout dans le Bourg.

66 4391, f° 76, à un boursier, 3 l. ½ pour un carton de froment ; 4394, f° 229, à un boursier et un brassier, un carton de froment et un écu ; 452, f° 181 v°, 202 : à un triguier de Toulouse, 1 écu prêté pour du bois ; à un pancossier, 2 cartons de blé moussole, prêtés.

67 452, f° 195, 204 v°, 207 : avril 1444, à Étienne de Saint-Loup, il prête 4 pugnères de blé ; mars 1445, un carton de blé à Bernard de Toulouse, bourgeois ; f° 207, mai 1445, un carton de blé à Étienne Maurand, bourgeois, à rendre chaque fois pour la saint Barthélemy.

68 4392, f° 143, f° 141 v°, 140 v°.

69 4392, f° 123, 1427, Jean Samara, de Toulouse, lui donne tous ses biens « à raison de divers services ».

70 Jean Olier, marchand, lui doit 226 moutons or. Pagèse fait saisir des objets mobiliers et Olier lui vend, pour reste du paiement, un hôtel rue des Affachayres. Autre affaire du même type sur un hôtel rue du Temple, 4392, f° 156 v°, 159 v°, 1428.

71 4392, f° 104, 114 ; 4394, f° 152.

72 4391, f° 53, 55 v°-56. Au sujet du paiement des gens d’armes, décision et promesse de 12 capitouls, 10 présents et 2 représentés par Raimond de Puybusque, lieutenant de sire Pierre Ysalguier, G. P. Pagèse, lieutenant de sire Jacques de Montealto.

73 4394, f° 271. Serment des trésoriers Raimond Roux, bourgeois de la cité (qui vend tant d’oblies à G. P. Pagèse) et Jean Pecolh, épicier du Bourg (cité dans les registres d’A. de Gressio). Garants : noble G. P. Pagèse, chevalier, Pierre Raimond d’Aurival, damoiseau, Nicolas de Najac, marchand, Pierre Roux, bourgeois. Et Arch. mun. Toulouse, AA6/158 ; AA 57/8.

74 En septembre 1427, par exemple, témoin lors de la vente d’une chape pour payer les réparations de l’église du Taur.

75 4398, f° 61 v°.

Table des illustrations

Légende Les biens en Toulousain de G. P. Pagèse, seigneur d'Azas et de Mauvaisin, co-seigneur d'AuzielleLa carte mentionne les localités citées dans la gestion de G. P. Pagèse. Nous détaillons infra les lieux mentionnés de façon répétée (dates extrêmes rencontrées).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5376/img-1.png
Fichier image/png, 30k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5376/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Légende C. Saint-Martin ; d'après H. Molet, Saint-Sernin de Toulouse, Inventaire des Archives Anciennes, T1, Toulouse 2000, p. 44.Infographie : Monique Morales, IRSAM, UPPA.Biens de G.P. Pagèse dans Toulouse* Réside rue MéjaneBOURG CITÉ1 - Rue Méjane2 - Rue du Taur3 - Rue Matabiau4 - Rue des Agulhiers5 - Rue Ovelhiers6 - Rue de las Croses7 - Rue des Bancs Saint-Sernin8 - Rue Mirabel9 - Rue Villeneuve10 - Rue Pargaminières11 - Rue des Affachayres12 - Rue des Régans13 - Rue den Faro14 - Rue des Ymaginaires15 - Rue Servinères16 - Rue du Temple17 - Rue des PujolsSt. CYPRIENRue du Chef du Pont Vieux, Rue de la Tour St Cyprien
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5376/img-3.png
Fichier image/png, 57k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540