Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

Des mercenaires anglais à Rennes en 1488 : une occasion pour faire ripaille

Laurence Moal

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Marie-Claire Grassi, « Passer le seuil », Alain Montandon (dir.), Le livre de l’hospitalité, accue (...)

1L’hospitalité pose d’emblée la question de l’étranger, celle d’un être de passage, qui vient du dehors. En grec, le même mot xenos signifie « hôte » et « étranger1 ». L’hospitalité vise en fait à accueillir l’étranger tout en mettant à l’écart l’hostilité. Pour cela, quoi de plus convivial qu’une joyeuse bombance ? C’est ce qu’organisent les bourgeois de Rennes en l’honneur d’une troupe de mercenaires anglais dirigée par le seigneur de Scalles, le jeudi 5 juin 1488.

  • 2 Arch. mun. Rennes, AA 21.
  • 3 Bruno Laurioux, « Banquets, entremets et cuisine à la cour de Bourgogne », Danielle Régnier-Bohler(...)

2Les modalités de cette réception sont connues grâce à un acte, conservé aux Archives municipales de Rennes, qui fait minutieusement le compte des dépenses réalisées en leur honneur2. Toute l’ambiguïté de la définition de l’hospitalité se retrouve dans cet accueil. Il ne s’agit pas, en effet, de n’importe quels étrangers, mais d’hommes d’armes, expression déjà porteuse d’une connotation négative, généralement assimilée à l’ennemi. Certes, ceux-ci ne viennent pas pour occuper mais pour aider les Bretons, alors envahis par les Français. Ils entrent dans le champ des alliés du duc, mais il faut compter avec des sentiments anglophobes parmi la population. Dans le même temps, que la présence étrangère soit subie ou ardemment désirée, l’accueil est un devoir auquel ne saurait déroger aucune institution. Il suffit de lire les récits des festins organisés par les ducs de Bourgogne pour s’en persuader3. Bien plus qu’un simple repas, le banquet constitue un événement politique lors duquel le pouvoir se donne en représentation et contribue au prestige de celui qui reçoit. Ce document constitue par conséquent un témoignage du cérémonial d’accueil réservé à l’étranger par une communauté urbaine à la fin du Moyen Âge. Mais la façon de recevoir témoigne tout autant du traitement accordé à l’étranger que de la culture sociale de l’époque.

Présentation de Scalles et de sa compagnie

  • 4 Arthur de La Borderie, Histoire de la Bretagne, Rennes, 1896, rééd. Mayenne, 1972, t. IV, p. 544 ; (...)
  • 5 A. de La Borderie, Histoire de la Bretagne, op. cit., p. 549 ; Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, « (...)
  • 6 A. de La Borderie, Histoire de la Bretagne, op. cit., p. 549 ; Antoine Dupuy, Histoire de la réuni (...)

3Avant d’en venir au document proprement dit, intéressons-nous à ces hôtes qui occasionnent tant de préparatifs pour les accueillir, ainsi qu’aux raisons de leur venue. Quand ils débarquent sur les côtes bretonnes, le duché est déjà en guerre contre la France depuis un an. Sans entrer dans les détails, rappelons que François II, conseillé par un certain nombre d’intrigants français opposants au pouvoir royal, adhère à une ligue contre les Beaujeu. L’accueil de Louis d’Orléans (le futur Louis XII) servant de prétexte à l’invasion du duché, Louis de La Trémoille est alors chargé par Charles VIII de coordonner les opérations militaires. L’appel aux mercenaires est une constante dans l’histoire des États médiévaux du fait de l’insuffisance des armées permanentes. Ainsi dans le royaume, malgré une réorganisation sous Charles VII puis Louis XI, des étrangers sont recrutés pour compléter l’armée permanente. L’invasion du duché en 1488 conduit d’ailleurs Charles VIII à mettre sur pied une compagnie de 5 000 à 6 000 volontaires suisses, « robustes et pleins d’entrain4 ». Le duc de Bretagne doit lui aussi recourir à des contingents étrangers, du fait de l’insuffisance des effectifs de l’armée bretonne et de la défection d’une partie de la noblesse, partie rejoindre le camp français. En règle générale, les mercenaires sont envoyés par une nation alliée dans le cadre d’un accord militaire qui précise les effectifs, la durée du service, l’armement et la solde. Ces hommes d’armes sont encadrés par un capitaine avec lequel est signé un contrat. En 1488 l’armée ducale aurait compté environ 11 500 hommes, dont 4 600 auxiliaires étrangers5. Dans le cadre d’une alliance avec Maximilien d’Autriche, des capitaines allemands de renom servent dans le duché avant même l’invasion française : Henry de Villespern est ainsi mentionné à la tête de trente hallebardiers en 1484. Ferdinand le Catholique fournit également des hommes qui s’embarquent à Bilbao et arrivent en Bretagne sous les ordres de Mosen Gralla, suivis par les gens du comte de Salinas, puis par ceux de Diego Perez Sarmiento6. Généralement, les étrangers sont ainsi recrutés dans le cadre d’un traité avec une puissance alliée, mais il peut aussi s’agir d’initiatives individuelles. Les opposants au roi de France apportent ainsi leur contribution à la défense du duché en y amenant leurs troupes. Mais ces réfugiés servent leurs propres intérêts et leur démarche est avant tout politique.

  • 7 Léon Mirot, « Sylvestre Budes et les Bretons en Italie », Bibliothèque de l’École des Chartes, LVI (...)
  • 8 François II peut les garder treize autres semaines, mais alors à ses frais (Calendar of the Patent (...)

4La venue de Scalles se situe dans une optique sans doute plus aventurière, mais pas désintéressée, dans la lignée des chefs de grandes compagnies qui, durant la guerre de Cent ans, allaient servir dans de lointaines contrées, tels Du Guesclin en Espagne ou Sylvestre Budes en Italie7. En effet, la compagnie de Scalles n’est pas envoyée par le roi d’Angleterre. Le duc de Bretagne avait pourtant sollicité une aide militaire en dépêchant une ambassade conduite par Maupertuis et Guillaume Guillemot. Traditionnellement alliés de la Bretagne contre la France, les rois anglais ont, à de nombreuses reprises, fourni des contingents au duc, prenant même parfois en charge une partie de la solde : 2 000 archers sont ainsi envoyés en 1475 par le roi d’Angleterre en Bretagne sous le commandement de Gaillard de Durfort, seigneur de Duras, accompagné par Bertrand et George de Durfort, ainsi que Richard Haruys, Édouard IV prenant à sa charge la solde de 1 000 archers dont le service est prévu pour treize semaines8. Mais cette fois Henri VII ne veut pas risquer une guerre contre la France et fait même publier une ordonnance défendant à tout Anglais de partir en Bretagne sans sa permission. À la suite de ce refus, les ambassadeurs bretons se rendent sur l’île de Wight pour rencontrer le sire de Scalles.

  • 9 Beauchesne (marquis de), « Expédition d’Edouard Wydeville en Bretagne (1488) », Revue de Bretagne (...)
  • 10 Il reçoit d’abord 100 l. en mars 1484 puis 900 l. en janvier 1485 pour payer la solde de ses homme (...)
  • 11 Beauchesne, « Expédition… », art. cit., p. 187.
  • 12 Voir en effet le « mandement au tresorier general de poier le frect des navires que François Brequ (...)
  • 13 Ibid., n° 1041, 20 juin.
  • 14 Beauchesne, « Expédition… », art. cit., p. 189, 196-197.
  • 15 Lors de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, « pour cuider donner entendre qu’il y avoit plus gr (...)
  • 16 Ibid., p. 197-198 ; Louis de La Trémoille, Correspondance de Charles VIII et de ses conseillers av (...)

5Ce personnage n’est pas n’importe qui en Angleterre. Édouard Woodville est en effet affilié à la famille royale après le mariage de sa sœur, Élisabeth, avec Édouard IV, et c’est à la mort de son frère aîné, Antoine, survenue en 1483, qu’il reprend les titres de comte de Rivers et lord Scalles9. Il connaît bien la Bretagne pour y avoir séjourné dans l’entourage d’Henri Tudor, comte de Richmond et futur Henri VII, lors de son exil dans le duché. Il est alors à la tête d’une petite troupe dont la solde est prise en charge par le duc10. C’est sans doute à cette occasion qu’il a noué des liens avec le pouvoir ducal qui, se souvenant de ses services passés, lui envoie des émissaires sur l’île de Wight, où il a été nommé capitaine par Henri VII11. La promesse d’une escadre, ainsi que quelques subsides de la part des ambassadeurs, rejoints par François Becquart, seigneur de Bréhat, le 16 avril, finissent par le convaincre12. Un mandement ducal fait notamment mention d’une rondelette somme de 6 000 livres13. Scalles peut dès lors faire appel à des volontaires pour voler au secours des Bretons. Combien sont-ils ? Selon une étude publiée en 1888, sa troupe comprenait quarante gentilshommes ainsi que quatre cents hommes du peuple, des paysans armés de piques, d’armes et de flèches, habillés de vestes blanches sur lesquelles était attachée la croix rouge des Lancastre14. Le symbole est important, notamment lors des batailles car les archers anglais sont très renommés15. Mais Henri VII, dans une lettre adressée à Charles VIII, fait état du « nombre d’environ troys cens hommes, dont il a tiré la plupart d’iceulx des franchise ou ils avoient esté plusieurs annees par leurs delitz et malefices, desquelz la plupart sont allez sans harnoiz et habillement de guerre16 ».

  • 17 A. de La Borderie, « Louis de La Trémoille et la guerre de Bretagne en 1488 », Revue de Bretagne e (...)
  • 18 Une lettre de Charles VIII, le 14 juin, fait allusion à une lettre du roi d’Angleterre évoquant la (...)

6Arthur de La Borderie est plus optimiste puisqu’il évoque le secours de 700 à 800 archers17. Quoi qu’il en soit, 300 ou 700, paysans ou prisonniers de droit commun, ce détachement paraît plutôt mal équipé. Rien à voir en tout cas avec les contingents anglais, composés de plusieurs milliers d’archers et de gens d’armes, envoyés dans le duché par le passé. Une autre question se pose : le roi a-t-il réellement défendu à Scalles de servir en Bretagne et n’en a-t-il appris la nouvelle qu’après l’embarquement ? Ou bien, au contraire, était-il au courant de toute l’opération et a-t-il délibérément fermé les yeux, comme il l’a affirmé par la suite ? Difficile de trancher. Il semble toutefois que cette initiative le plonge dans un certain embarras, qu’il croit bon de dissiper en envoyant une missive à son homologue français le 27 mai, dans laquelle il désavoue fermement Woodville, certifiant que cela s’est fait « sans [son] sceü et consentement et contre [sa] prohibicion et defense18 ». Il lui apprend également qu’il a réussi à faire arrêter le frère du comte d’Arundel « avec son navire et tous ceulx de sa compaignie », alors qu’il s’apprêtait à rejoindre Scalles. Toutes ces justifications sonnent plutôt faux, mais le roi ne veut pas risquer une rupture avec la France.

  • 19 Ibid., n° 96, 104.
  • 20 Il écrit dans sa lettre que les Français « misdrent deux ou troys embuches devant jour et envoyere (...)
  • 21 Bouchart, Les Grandes Croniques…, op. cit., p. 493 ; A. de La Borderie, Histoire de la Bretagne, o (...)

7Finalement, le corps expéditionnaire s’embarque à bord de navires affrétés par le duc et débarque à Saint-Malo avant le 25 mai. Il ne représente pas une réelle menace pour l’armée française comme l’écrit André d’Espinay, archevêque de Bordeaux, le 25 mai, ainsi que l’amiral de Graville le 29 mai, ce dernier signalant, non sans un certain dédain, que Scalles « n’a pas amené grant nombre de gens19 ». La troupe se rend ensuite à Dinan où le gouverneur de Dol, le vicomte d’Aunay, leur dresse une embuscade, lors de laquelle Scalles aurait perdu plus de 300 hommes. C’est ce qu’affirme Graville, dans une lettre adressée à La Trémoille, en évoquant 114 prisonniers et 240 morts20. Même exagérés, ces chiffres en disent long sur l’importance des pertes, peut-être dues au fait qu’il ne s’agissait pas de mercenaires professionnels pour l’essentiel. C’est finalement une troupe réduite à 300 hommes, si l’on en croit Alain Bouchart, et sans doute en piteux état, qui fait son entrée à Rennes le 5 juin21.

La réception par le conseil des bourgeois de Rennes

  • 22 Laurence Moal, « L’accueil des ambassades en Bretagne (1364-1491) : un instrument d’affirmation du (...)
  • 23 Arch. mun. Rennes, AA 3.
  • 24 Sur ce héraut, Ingrid Parrot, Transcription…, op. cit., n° 1312, 5 août 1488.

8Les Anglais sont tout de même accueillis à Rennes comme des hôtes de qualité, selon un cérémonial officiel que l’on retrouve lors de la venue d’ambassadeurs étrangers22. Ce rituel de l’hospitalité met en lumière les relations qui s’installent entre les visiteurs et la ville qui reçoit, dont l’honneur rejaillit immanquablement sur le pouvoir ducal lui-même. On ne peut exclure d’ailleurs un ordre du duc adressé aux Rennais, leur demandant d’accueillir ces Anglais comme il se doit. Le 3 juin, le conseil des bourgeois de la ville ordonne aux miseurs de recevoir convenablement le seigneur de Scalles « nouvellement venu en ce païx au service du duc, en compaignie d’un bon nombre d’Anglois, lequel, en briefs jours, sera en ladite ville23 ». Cet ordre est révélateur des conditions de l’accueil réservé à l’étranger. Il montre tout d’abord que l’hospitalité est une manière de rendre le service offert par les visiteurs et donc une manière de se mettre à égalité, de ne pas être redevable. Ceux-ci ne perdent pas pour autant leur extranéité puisque leur venue est intrusive et provisoire à la fois. Enfin, leur arrivée n’a pas lieu à l’improviste. Le conseil est mis au courant deux jours avant, peut-être plus. Des messagers espions, entretenus par la ville, ont certainement annoncé leur approche et on peut supposer que Scalles lui-même a envoyé en avant son propre héraut, du même nom que lui24. La ville a peut-être aussi offert les services d’une escorte, tout au moins d’un poursuivant, pour les accompagner à destination. Il semble néanmoins que les Anglais n’arrivent pas le jour où on les attendait. Mais qu’importe ! La communauté a été avertie et a pu préparer une réception, qui se déroule en deux temps : l’entrée dans la ville et le banquet.

  • 25 Jutta Huesmann, « La procédure et le cérémonial de l’hospitalité à la cour de Philippe le Bon, duc (...)
  • 26 Les deux autres sont la porte Mordelaise et la porte Toussaint : Catherine Le Mée, Les manifestati (...)
  • 27 Livre d’heures à l’usage de Nantes, médiathèque de Nantes, ms. 3072, f° 118.

9La troupe vient de Dinan. Elle arrive donc par la « rue Haulte » où est apporté du vin en signe de bienvenue. L’entrée dans la ville se veut festive, à la manière des joyeuses entrées solennelles des ducs, et marque le moment où s’effectue le contact entre les visiteurs et les habitants. En franchissant les portes de la ville, l’étranger est admis au sein de la communauté et devient un hôte25. Les Anglais entrent par la porte aux Foulons, une des trois portes utilisées pour ce genre de réception26. Le lieu de convergence est ensuite le « Bout de Cohue », c’est-à-dire la place du marché où ont généralement lieu les manifestations publiques. On perçoit d’emblée les limites d’un document comptable qui ne dit rien des sentiments profonds des Rennais assistant à ce défilé : curiosité devant ces inconnus, dont la venue apporte un vent de changement et de festivité ? Allégresse devant ces sauveteurs providentiels venus renforcer l’armée ducale ? Déception face à leur nombre restreint ? Ou encore, animosité due à des sentiments anglophobes profondément enracinés parmi la population ? On peut aussi envisager une certaine réticence devant l’obligation de financer leur accueil alors que les habitants sont déjà très sollicités pour la défense de leur ville. Tous ces sentiments se retrouvent sans doute dans l’assistance, mais l’acte ne garde que le souvenir festif de la visite. Des « feux de joie » ont peut-être été allumés mais ils ne sont pas indiqués. En revanche, les Anglais sont accompagnés de musiciens, des « sonneurs », sans doute des joueurs de biniou comme on peut en voir une illustration dans les Heures de Jacques de Montbéron27. De plus, afin d’égayer la procession, un jeune acrobate effectue des numéros d’adresse en leur ouvrant le passage.

  • 28 Une « buee », la contenance d’une cruche (Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue fra (...)
  • 29 Arch. mun. Rennes, AA 3.
  • 30 Ibid. Sur ce sujet : Jean-Pierre Leguay, « Un aspect de la sociabilité urbaine : cadeaux et banque (...)

10Mais surtout, on leur offre à boire et à manger ! En effet, cette offrande est l’un des tout premiers gestes qui marquent l’attitude de l’hôte à l’égard des voyageurs, en signe de paix. Des tables sont dressées au « Bout de Cohue », où sont préparés du pain, deux « buees » de vin claret ainsi que deux pipes de vin blanc, avec soixante verres28. Cette collation vise bien à la rencontre entre la population et les invités puisque le vin est offert à « touz ceulx qui seront à ladite arrivee29 ». L’acte n’indique pas où sont logés les mercenaires mais aucune somme n’étant dépensée à cet effet, on peut penser qu’ils restent stationnés « aux champs » ou dans les faubourgs. Quant aux capitaines, ils sont logés en la rue Haute, peut-être dans une auberge, en tout cas en dehors des murs de la ville. Il s’agit de Scalles mais on ignore le nom du second. Les deux hommes reçoivent du vin, de meilleure qualité que celui distribué lors de l’arrivée puisque, le 3 juin, le conseil demande de préparer « pour sa despense, du meilleur que pourra estre recouvré ». Toutes ces dépenses sont prises en charge par la ville, à commencer par le souper qui leur est servi le jour même30.

  • 31 Id., La ville de Rennes au xve siècle à travers les comptes de miseurs, Paris, 1969, p. 277.
  • 32 B. Laurioux, dans Histoire de l’alimentation, Jean-Louis Flandrin (dir.), Paris, 1996, p. 460.
  • 33 Id., Manger au Moyen Âge, Paris, 2002, p. 88.
  • 34 Ibid., p. 235.

11Le second temps de la réception, comme l’indique le conseil des bourgeois le 3 juin, consiste en l’organisation d’un festin qui a lieu à la garde-robe ducale, rue Saint-Yves. C’est un grand bâtiment où réside habituellement François II lors de ses séjours à Rennes31. Malheureusement, on ne connaît pas le nombre de convives ni la qualité des invités. On peut supposer que des personnalités de la ville composent l’assistance, comme des membres du conseil des bourgeois, des nobles, des militaires. Le banquet sert ainsi de prétexte pour se donner en spectacle mais représente aussi l’occasion d’évoquer les difficultés militaires. Ce n’est donc pas seulement un moment de festivité mais davantage un instrument de médiation sociale pour la communauté qui reçoit, dont la puissance se marque par la prodigalité délivrée. Le document apporte en revanche des informations précieuses sur l’organisation du dîner. Il se transforme même en menu puisqu’il énumère les différents mets qui constituent le repas32. Il s’agit de viande pour l’essentiel, assez variée puisqu’on y trouve du veau, des moutons, des chevreaux, des lapins et des volailles. On en ignore cependant le mode de préparation. Les aliments sont-ils cuits sur un fourneau de charbon ou directement sur de la braise ? Les fagots peuvent très bien être utilisés pour faire bouillir ou rôtir, mais aucune broche n’est mentionnée. La vaisselle d’étain ou des « pots de terre a feu » ont pu être utilisés pour faire des fricassées ou des cuissons à l’étouffée. Il semble qu’une partie de la viande soit farcie car on retrouve un certain nombre d’ingrédients utilisés pour réaliser une farce : du pain, du beurre, des œufs (qui peuvent aussi servir de liant pour réaliser les sauces), des herbes et du lard. Notons que les « erbes » peuvent aussi désigner des sortes de cresson et se manger en salade. 720 pains ont été commandés, utilisés soit pour accompagner les mets, soit en guise d’assiette. Les aliments sont relevés par les condiments, du sel, du vinaigre et surtout des épices qui occupent une place importante malgré leur prix élevé33. On en trouve ici un petit échantillon : « pouldre jaune » (curry ?), « pouldre blanche » (gingembre ?), safran, cannelle, clous de girofle et autres « menues espices ». Elles servent à relever les sauces ou à la préparation de l’hypocras, un vin épicé rouge ou blanc servi en guise d’apéritif ou à la fin du repas. Il est vrai qu’à l’époque, les épices sont censées activer la digestion34 ! Le dîner se termine par une note sucrée, avec des tartes, peut-être aux fruits de saison, tandis que des « mestiers », sortes de petits fours, en composent « l’yssue ». Le tout est copieusement arrosé de vin et d’ypocras mais, malgré tout, ce souper ne ressemble pas tout à fait à une ripaille gargantuesque : on n’y trouve, en effet, ni poisson, ni potage, ni légume, ni fromage.

  • 35 Il fournit le vin lors d’un dîner chez Vincent Le Vallays, le 18 mars 1490, Arch. mun. Rennes, CC (...)

12Ce compte nous renseigne aussi sur les détails concernant l’organisation proprement dite. Pour trouver les ingrédients qui composent le menu, il faut tout d’abord faire appel à plusieurs fournisseurs, notamment les éleveurs Jamet Blanchart, pour les moutons, Guillaume Trochet, pour le veau. « La Mallecote » est sans doute la boulangère chargée de fournir le pain. À noter qu’en ces temps de guerre, la communauté urbaine a sans doute restreint le commerce des céréales et la fabrication du pain. Le banquet constitue donc une entorse au règlement. Jamet Rolland est chargé de procurer le bois, Pierre Marchand et Pierre Bohuon la vaisselle. Le vin est livré par un certain Cador, l’eau amenée par un portefaix appelé Boays. Le transport des marchandises a été assuré par des charretiers, Jehan Chalmel, Phelipe Tormier et Jehan de Rennes. Le repas est réalisé par un cuisinier professionnel, Jehan d’Allemaigne, comme il en existe à la fin du Moyen Âge. Il peut s’agir d’un « queux » mais le terme n’est pas utilisé. On le retrouve attaché au service de la ville dans deux comptes postérieurs à celui-ci35. Il est ici assisté d’un aide, Jarnou, et de Collas Vaurais qui travaille aussi en cuisine. Le compte ne mentionne pas, en revanche, la présence d’enfants de cuisine, de pages ou de galopins, pourtant fréquente lors des banquets. En définitive, toute cette logistique témoigne des efforts déployés pour l’accueil d’un hôte de qualité.

  • 36 B. Laurioux, Manger…, op. cit., p. 199.
  • 37 A. de La Borderie, Histoire de la Bretagne, op. cit., p. 553 ; L. de La Trémoille, Correspondance… (...)
  • 38 Arch. mun. Rennes, CC 848.2, 1490, f° 91.

13« Mise en scène et en ordre de la société, affirmation du pouvoir princier », le banquet n’est décidément pas un repas comme un autre36. On reste cependant sur sa faim avec ce type de document puisque l’auteur est seulement préoccupé de retranscrire le montant des dépenses, sans se soucier du reste. On ne trouve aucune information sur la perception de l’événement par la population. On ne sait rien non plus sur les invités à ce dîner ni sur son déroulement, en particulier sur l’ordre des mets. On n’apprend rien non plus sur les visiteurs. On peut imaginer qu’ils ont apprécié l’accueil et qu’ils sont repartis le lendemain le ventre plein. Pour Scalles, comme pour beaucoup de ses hommes, c’est sans doute le dernier repas de marque puisqu’il trouve la mort lors de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier le 28 juillet37. Il faut aussi relativiser l’importance de ce repas, sans commune mesure avec d’autres banquets beaucoup plus copieux, comme celui organisé pour la venue de l’évêque d’Albi et du seigneur du Bouchage, représentants du roi de France, le 31 octobre 149138. Les effectifs sont sans doute assez réduits et finalement cette troupe n’apporte pas un grand espoir. L’intérêt suscité n’est peut-être pas si important que le laissent supposer les préparatifs. L’hospitalité reste cependant un devoir, mais elle est vue aussi comme une obligation à l’égard du duc. C’est une manière également de souder la communauté rennaise autour du conseil des bourgeois et de l’autorité ducale en période de guerre. L’accueil de l’étranger participe de ce fait à une sorte de propagande officielle.

PIÈCE JUSTIFICATIVE

Détail des dépenses effectué par le miseur de la ville de Rennes, Laurans Pares, à la suite de la venue d’Édouard Woodeville, seigneur de Scalles, et de sa compagnie de mercenaires (5 juin 1488, Rennes)

14Original sur papier. Archives municipales de Rennes, AA 21.

15Analyse succincte : Arthur de La Borderie, « Louis de La Trémoille et la guerre de Bretagne en 1488 », Revue de Bretagne et de Vendée, 1876, t. 40/2, p. 476.

16Ensuit les mises quelles Laurans Pares, l’un des miseurs de ceste ville a fait pour la venue de monseigneur de Scalles, quel arriva en ceste ville le cinquesme jour de juyn l’an mil IIIIC IIIIxx ouit.

17Premier

18Pour deux buees de vin claret menees en la rue Haulte pour devoir effoncer a faire boire les Angloys venuz avecques ledit seigneur de Scalles pour ce que ne vinrent au jour que on cuidoyt et que aucuns des capitaines vinrent devant, fut avisé bailler a deux desdits capitaines estanz loger en la rue Haulte, a chaicun sa buee dudit vin pour les comptenter de ceulx loger en la rue Haulte, quel vin fut achapté dudit Pares et autres de trante livres.

19Item, pour deux pippes de vin blanc effonczees a la venue dudit seigneur de Scalles a Bout de Cohue a achaptees dudit Pares, chacune pippe XXXV L, pour ce : saixante dix L.

20En pain a faire menger lesdits Angloys en passant audit Bout de Cohue, vignt soulz.

21En cinq dozaines de voirres a IIII soulz la dozaine a faire boire les dessusdits, vignt soulz.

22Item, fut poyé aux sonneurs qui sonnoient audit lieu, quinze solz.

23A ung jeune garczon quel jouoyt de souplesse, tendys que ledit seigneur et sa compaignie passa audit lieu, cinq soulz.

24Item, pour avoyr fait tirer le vin et mener a Bout de Cohue et en la rue Haulte et aincsin drezer les tables pour deux foyz, cinq soulz.

25Audit jour cinquesme jour de juyn fut fait ung soupper audit seigneur de Scalles a la maison de la Garderobbe ainsin que cy apres ensuit :

26Pour deux moutons et demy achapter de Jamet Blanchart, trante soulz.

27Pour ung veau et demy de Guillaume Trochet, dix sept soulz VI d.

28Ouit ouaizons, vignt soulz

29Trante seix poulletz, trante deux sous VI d.

30Troys chevreaulx, vignt soulz.

31Ung levreart, troys soulz, neuff d.

32Vignt ouit lappereaux et ungn levrart, trante soulz.

33Vignt ouit pigeons, vign cinq soulz.

34En lart, quinze soulz.

35En saixante dozaines de pain a XIII gasches de ches la Mallecote, cinquante cinq soulz.

36Ung pot de beure pesant XIIII livres a VIII d. la livre, neuffs s. quatre d.

37En troys grans pots de terre a feu, deux soulz seix d.

38En troys dozaines d’euffs, deux soulz VI d.

39Pour trante fagotz, sept soulz seix d.

40Pour une charietee atellés, vignt soulz.

41En cherbon, cinq soulz.

42En erbes, troys soulz quatre d.

43En seil menu, doze d.

44En quatre dozaines voirres a IIII s. et demi, saize soulz.

  • 39 Commis du contrôleur.

45JF Legendre39.

46En deux potz pinte vernist, seix soulz IIII d.

47En deux potz vin aigre, cinq soulz.

48en chandelle neufflivres, neuff soulz.

49en quatre flambeaux, vignt soulz.

50En seix tartres, quatre livres dix soulz.

51En ouit estamaulx ypocras a XV soulz le pot, IX livres.

52Quatres onces pouldre jaune a II sous, VIII soulz.

53Troys onces menues espices a XX d., cinq soulz.

54Deux onces pouldre blanche a XV d., deux soulz VI d.

55Ugne once giroufle, deux soulz IIII d.

56Demye once saffran batu, seix soulz.

57Deux onces et demye quenelle pure, seix soulz III d.

58En cinq cens de mestier, vignt soulz.

59En une buee fontaine, deux d.

60A Jehan d’Almaigne pour ses paines, cinq soulz.

61A ung nommé Jarnou aidé dudit d’Almaigne, quatorze d.

62A Jamet Rolland, quel a tiré demi lean et a porté les fagotz pour ce que dessus.

63A Pierres Marchant pour cinq plaz d’estain, quelx furent perduz, que pesoint XIII L et d., a III s. la livre et la faczon de XXVII L et demi de estain en vexelle a IIII d. la livre, XLIX soulz VIII d.

64JF Legendre.

65De Pierres Bohuon, troys escuelles, cinq platz moyens pesans ensemble XX L et demi ainsi la livre, quelx furent perduz et le faczon de VIxx VI livres III d. a IIII d. la livre et ung estamal perdu de chés Jamet Le Gendre, pour tout ce, cent saze soulz.

66Item, pour louaige de linge a servir audit bancquet ou fut perdu deux tonaillons en quarte serviettes fines, dix livres dix soulz.

67A Collas Vaurais pour une tonaille, quarte serviettes a servir a la cuisine qui furent perdues, mesmes pour son sallaire de avoir servy a la cuisine, en tout ce, dix ouit sous IX d.

68Pour deux pippes de vin, l’une blanche d’Anjou et l’autre clariette de Challocé donnees audit seigneur, quatre vigns livres.

69Item, pour deux bues et la paine de Cador qu’il allouyt querir le vin pour ledit bancquet, cinq soulz.

70Et pour deux autres grandes bues achaptees ches Boays, portefeix, cinq soulz.

71A Jehan Chalmel, charretier, pour deux jour de charroy, et a Phelipe Tormier et Jehan de Rennes que furent pour deux jours a charger les bouriers et maniz estenz davent le logis de la Garderobbe, a dix soulz chaque jour de charroy, et manouvriers a XX d., que monte ensemble vignt seix souz VIII d.

72JF Legendre.

Notes

1 Marie-Claire Grassi, « Passer le seuil », Alain Montandon (dir.), Le livre de l’hospitalité, accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures, Paris, 2004, p. 17-36.

2 Arch. mun. Rennes, AA 21.

3 Bruno Laurioux, « Banquets, entremets et cuisine à la cour de Bourgogne », Danielle Régnier-Bohler (dir.), Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, Paris, 1995, p. 1027-1127.

4 Arthur de La Borderie, Histoire de la Bretagne, Rennes, 1896, rééd. Mayenne, 1972, t. IV, p. 544 ; Philippe Contamine, Histoire militaire de la France, t. I : Des origines à 1715, Paris, 1992, p. 230.

5 A. de La Borderie, Histoire de la Bretagne, op. cit., p. 549 ; Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, « François II, duc de Bretagne, et l’Angleterre », MSHAB, t. IX/2, 1928, p. 463.

6 A. de La Borderie, Histoire de la Bretagne, op. cit., p. 549 ; Antoine Dupuy, Histoire de la réunion de la Bretagne à la France, Paris, 1880, t. II, p. 136.

7 Léon Mirot, « Sylvestre Budes et les Bretons en Italie », Bibliothèque de l’École des Chartes, LVIII-LIX, 1898 ; Georges Minois, Du Guesclin, Paris, 1993.

8 François II peut les garder treize autres semaines, mais alors à ses frais (Calendar of the Patent Rolls preserved in the Public Record Office, Londres, 1901, Edward IV et Henry VI, 1467-1477, p. 536, 542, 551-551 ; B. Pocquet du Haut-Jussé, « François II… », art. cit., p. 341 ; dom Morice, Preuves, t. III, col. 280). Le roi d’Angleterre offre les services de 1 000 hommes sous les ordres de John Grey, amenés en Bretagne dans sept navires organisés par Guillaume Guillemet (A. Dupuy, Histoire de la réunion…, op. cit., t. II, p. 33).

9 Beauchesne (marquis de), « Expédition d’Edouard Wydeville en Bretagne (1488) », Revue de Bretagne et de Vendée, XLVI, 1911, p. 185-214.

10 Il reçoit d’abord 100 l. en mars 1484 puis 900 l. en janvier 1485 pour payer la solde de ses hommes (Arch. dép. Loire-Atlantique, E 212, n° 18, f° 16).

11 Beauchesne, « Expédition… », art. cit., p. 187.

12 Voir en effet le « mandement au tresorier general de poier le frect des navires que François Brequart, seigneur de Brehat, conduira es parties d’Angleterre pour querir le seigneur de Scalles et sa compaignie » et la « commission audit seigneur de Brehat de se transporter es ports et havres des eveschez de Saint Mallo, Saint Brieuc et Treguer et faire mectre sus a la mer dix navires pour aller devers le seigneur de Scalles » (Ingrid Parrot, Transcription du registre B 11 des lettres scellées à la chancellerie de Bretagne en 1487-1488, mémoire de maîtrise dactylographié, Brest, 1999, actes n° 773-774, 16 avril 1488).

13 Ibid., n° 1041, 20 juin.

14 Beauchesne, « Expédition… », art. cit., p. 189, 196-197.

15 Lors de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, « pour cuider donner entendre qu’il y avoit plus grant nombre d’Anglois qu’il n’y avoit […], luy furent baillez XVII cens Bretons gens de pié vestuz de hocquetons à croix rouges, et par ce moyen sembloit qu’il y avoit II mil Angloys » (Alain Bouchart, Les Grandes Croniques de Bretaigne, éd. Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, avec une préface de Bernard Guenée, Paris, CNRS, 1986, t. II, p. 493).

16 Ibid., p. 197-198 ; Louis de La Trémoille, Correspondance de Charles VIII et de ses conseillers avec Louis II de La Trémoille pendant la guerre de Bretagne, Paris/Genève, Mégariotis Reprints, 1978, n° 213.

17 A. de La Borderie, « Louis de La Trémoille et la guerre de Bretagne en 1488 », Revue de Bretagne et de Vendée, 1876, t. 40/2, p. 459 ; Histoire de la Bretagne, op. cit., p. 546, 548.

18 Une lettre de Charles VIII, le 14 juin, fait allusion à une lettre du roi d’Angleterre évoquant la venue de Scalles et des Anglais « qu’il a amenez en Bretaigne sans son sçeü ne plaisir, mais l’a fait oultre ses deffenses dont il n’est pas content » (L. de La Trémoille, Correspondance…, op. cit., n° 117).

19 Ibid., n° 96, 104.

20 Il écrit dans sa lettre que les Français « misdrent deux ou troys embuches devant jour et envoyerent trente chevaulx courre devant la ville, et tous [les] Angloys saillirent a vauderoute sur lesditz trante chevaulx et les chasserent bien demye lieue jusques dedans leur ambusche ou ilz les ont deffaiz et en ont emmené de prisonniers cent et XIIII, et sur la place en est demouré de mors XIIxx et plus » (ibid., n° 108).

21 Bouchart, Les Grandes Croniques…, op. cit., p. 493 ; A. de La Borderie, Histoire de la Bretagne, op. cit., p. 548.

22 Laurence Moal, « L’accueil des ambassades en Bretagne (1364-1491) : un instrument d’affirmation du pouvoir ducal », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 86, à paraître, 2008.

23 Arch. mun. Rennes, AA 3.

24 Sur ce héraut, Ingrid Parrot, Transcription…, op. cit., n° 1312, 5 août 1488.

25 Jutta Huesmann, « La procédure et le cérémonial de l’hospitalité à la cour de Philippe le Bon, duc de Bourgogne », Revue du Nord, 84, n° 345-346, avril-septembre 2002, p. 297.

26 Les deux autres sont la porte Mordelaise et la porte Toussaint : Catherine Le Mée, Les manifestations publiques à Rennes au xvie siècle (1500-1610), mémoire de maîtrise, Rennes, 1997.

27 Livre d’heures à l’usage de Nantes, médiathèque de Nantes, ms. 3072, f° 118.

28 Une « buee », la contenance d’une cruche (Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, Paris, 1881, t. I, p. 750).

29 Arch. mun. Rennes, AA 3.

30 Ibid. Sur ce sujet : Jean-Pierre Leguay, « Un aspect de la sociabilité urbaine : cadeaux et banquets dans les réceptions municipales de la Bretagne ducale au xve siècle », Charpiana. Mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, Rennes, 1991, p. 349-359 ; « Banquets, cadeaux alimentaires et autres présents aux visiteurs de marque dans les villes françaises », 116e Congrès national des sociétés savantes (Chambéry, 1991), Paris, 1993, p. 193-213.

31 Id., La ville de Rennes au xve siècle à travers les comptes de miseurs, Paris, 1969, p. 277.

32 B. Laurioux, dans Histoire de l’alimentation, Jean-Louis Flandrin (dir.), Paris, 1996, p. 460.

33 Id., Manger au Moyen Âge, Paris, 2002, p. 88.

34 Ibid., p. 235.

35 Il fournit le vin lors d’un dîner chez Vincent Le Vallays, le 18 mars 1490, Arch. mun. Rennes, CC 848.1, 1490, f° 9. C’est sans doute lui qui est payé 29 s. et 2 d. pour avoir fourni de la charcuterie pour le banquet offert à l’évêque d’Albi et au seigneur du Bouchage en 1491 (ibid., CC 848.2, 1490, f° 92).

36 B. Laurioux, Manger…, op. cit., p. 199.

37 A. de La Borderie, Histoire de la Bretagne, op. cit., p. 553 ; L. de La Trémoille, Correspondance…, op. cit., n° 220.

38 Arch. mun. Rennes, CC 848.2, 1490, f° 91.

39 Commis du contrôleur.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540