Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

En guise de point d’orgue…

Allégories cellulaires dissidentes chez Liszt, lecteur de Dante : au fil des sens cachés d’une Psychomachie musicale

Pierre Maréchaux

Résumé

Le poème pianistique de Liszt « Après une lecture de Dante » est communément présenté comme une allégorie musicale de la Divine Comédie. Ce concept pose d’emblée le problème de la signification. Pour mieux l’appréhender, il faut analyser l’œuvre en suivant le fil de sa composition rhétorique et en dégageant dans le texte différentes allégories cellulaires à partir desquelles le discours se développe. Ces motifs se prolongent, fusionnent et entrent continuellement en conflit. Le poème devient alors une psychomachie musicale. L’allégorie étant une figure de rhétorique ainsi qu’une figure de pensée, elle pose toujours, dans l’imaginaire musical, la question de la signification : il n’y a a priori dans cette musique aucun sens obvie. Pourtant l’allégorie lisztienne tire toujours son sens d’un ailleurs ; et des références issues de l’intertextualité lisztienne viennent construire la signification a posteriori et édifier un système poétique de haute portée spirituelle.

Liszt’s pianistic poem Après une lecture de Dante is generally presented as a musical allegory of the Divine Comedy. From the start this concept raises the issue of meaning. In order to understand it better, any analysis of the work must follow the thread of its rhetorical composition and distinguish within the text many core allegories from which the musical discourse develops. These motifs strech each other out, merge and are in constant conflict. The poem thus becomes a musical psychomachia. Since allegory is a figure of speech as well as a figure of thought, it always raises the issue of significations; there is, at first glance, no obvious meaning in this music. Yet, Lisztian allegories always draw their meaning from elsewhere: and references stemming from the Lisztian intertextuality contribute to the creation of meaning after the fact and erect a poetic system of elevated spirituality.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le poème musical de Franz Liszt Après une lecture du Dante1 n’est pas seulement la résultante sonore des lectures poétiques que Liszt faisait lorsqu’il en écrivit les prolégomènes2 ; c’est un composé monstrueux, organique, qui met aux prises différentes cellules allégoriques. Voilà une affirmation qui fait naître une nouvelle question : la musique peut-elle sans ambages relever du processus allégorique ? L’allégorie étant au premier chef une suite de métaphores, il faudrait d’abord asserter que la musique recèle des virtualités métaphoriques, ce qui n’est pas évident. La musique n’a aucun sens, comme l’ont développé Strauss, Stravinsky ou Boulez. Mais n’y a-t-il pas là une vue de l’esprit, une sorte de transposition conceptuelle déplacée, qui pousserait à instiller de force dans le discours musical les instances délicates du discours mythographique ? Pourtant la musique, comme la Fable, a bien un noyau et un intégument. Le noyau tient tout entier dans les bases logiques de l’inventi...

Auteur

Membre de l’Institut universitaire de France et Yates Fellow du Warburg Institute de Londres, est professeur de littérature latine à l’université de Nantes. Il a notamment publié un essai sur Ovide (Énigmes romaines) ainsi que des traductions d’auteurs latins et grecs (Aristote, Lucien, Plutarque, Marc Aurèle, Sénèque, Horace, Pétrarque, etc.). Son champ de recherche concerne la mythographie antique et humaniste, l’histoire de l’herméneutique, les philosophies antiques et la musicologie.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540