Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Septième partie. Dissidence et circulation géographique de l’allégorie à la Renaissance

Hercule à la croisée des chemins ou les métamorphoses de l’âne-Pégase

Avatars de l’allégorie de Rabelais à Giordano Bruno

Olivier Pot

Résumé

Quel est le rapport entre le topos d’« Hercule à la croisée des chemins » et la figure de l’« âne divin » (« animalaccio divo ») mise en scène par Rabelais et surtout plus tard par Bruno dans leurs œuvres romanesque et philosophiques ? L’indécision de l’un et la « sant’asinità, sant’ignoranza » de l’autre emblématisent la conciliation du terrestre et du céleste, de la natura et de la mens telle que la réalisent les espèces fantastiques, sensibles et intellectuelles : théorie qui opère une révolution dans la conception de l’allégorie à l’époque baroque.

What is the link between the motif of «Hercules at the crossroads» and the figure of the «divine donkey» («animalaccio divo», «sant’asinità, sant’ignoranza») as presented by Rabelais and later Bruno in their narrative and philosophical works? Both emblems embody a kind of conciliation between Earth and Heaven, natura and mens, thanks to the fantastic impressions, sensible and intelligible. New conception which therefore makes a change in the nature of the allegory at the baroque era.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est généralement admis que l’allégorie, jusque-là relevable d’un décryptage plus ou moins univoque, connaît avec la Renaissance, une « crise » herméneutique dans laquelle joue à plein régime un processus de subversion privilégiant, au détriment de l’illusion des points fixes, l’indétermination et l’ambiguïté des significations et des valeurs.

Hercule à la croisée des chemins

Je partirai d’un topos qui, par ses virtualités subversives, pourrait fonctionner comme une allégorie de l’allégorie. Pour Erwin Panofsky, l’image d’« Hercule à la croisée des chemins1 » poserait la question de l’allégorisation conçue comme représentation d’une idée ou d’une pensée qui est précisément la finitude de l’existence humaine (le libre arbitre), ce contenu thématique se traduisant sur le plan formel par la possibilité pour l’allégorie de se construire et de se reconfigurer à partir de motifs anciens qu’elle infléchit et modifie. Néanmoins ces deux problématiques – contingence humaine...

Auteur

Professeur à l’université de Genève, Olivier Pot a travaillé sur Ronsard (Inspiration et mélancolie, 1990), Montaigne (L’Inquiétante étrangeté, 1993) et Aubigné (Entre Clio et Melpomène, 2010). Il est l’éditeur de Rousseau (Pléiade, Gallimard, 1995) ainsi que l’auteur d’articles sur Voltaire, Balzac, Flaubert, Baudelaire, Rimbaud, Proust. Entre autres ouvrages collectifs, il a publié Les Origines du langage. Une encyclopédie poétique, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540