Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

Des Bretons à la cour de Bourgogne sous les deux premiers ducs de la Maison de Valois (du milieu du xive au début du xve siècle)

Bertrand Schnerb

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Deux féodaux : Bourgogne et Bretagne (1363-1491) », Revue bimensuel (...)
  • 2 Eugène Cosneau, Le connétable de Richemont (Arthur de Bretagne) (1393-1458), Paris, 1886 ; B.-A. P (...)
  • 3 Werner Paravicini, « Un tombeau en Flandre : Hervé de Mériadec », Francia, 34/1, 2007, p. 85-146.
  • 4 B. Schnerb (éd.), Les étrangers à la Cour de Bourgogne. Statut, identité, fonctions, numéro thémat (...)

1La présence de Bretons à la cour des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois est un des aspects des liens unissant l’« État bourguignon » à l’« État breton », dont les relations politiques et diplomatiques ont été jadis bien étudiées par Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé1. Or, si l’on excepte le cas exceptionnel d’Arthur de Bretagne, comte de Richemont2, et celui, plus modeste, d’Hervé de Mériadec3, on constate que cette question n’a pas été traitée de façon spécifique, alors même que l’étude des « étrangers » à la cour de Bourgogne a fait l’objet d’un véritable questionnement4.

  • 5 Bernard et Henri Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la (...)
  • 6 Sur les gens de guerre étrangers dans les armées des ducs de Bourgogne au temps des premiers ducs (...)
  • 7 Pour une présentation de ces sources, je renvoie une fois pour toutes à Robert-Henri Bautier et Ja (...)

2La présence bretonne dans l’entourage des ducs de Bourgogne est pourtant loin d’être discrète ou masquée dans la mesure où elle est largement nobiliaire et militaire. Ces caractères ne sont toutefois pas exclusifs et je me garderai bien d’omettre de citer pour mémoire le cas de Jean de Guingamp, alias Jean de Bretagne, qui fut successivement valet de chambre et fourreur de robes de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur5. Toutefois si l’on excepte un personnage tel que celui-ci, dont le recrutement s’explique sans aucun doute par des critères de hautes compétences professionnelles, les Bretons du duc de Bourgogne furent surtout des nobles et des gens de guerre6. C’est cette composante de l’entourage des ducs de Bourgogne et de l’encadrement de leurs armées, révélée par des sources comptables bien conservées7, que je voudrais évoquer dans les pages qui suivent, afin de rendre amicalement hommage à Jean Kerhervé.

Les capitaines bretons au service de la Maison de Bourgogne

La période 1363-1388

  • 8 Sur le contexte militaire de la période et sur les compagnies d’aventure, voir notamment Jules Fin (...)
  • 9 Jean de Saint-Pol, Benedic et Roland de Pollemic sont, tous trois, désignés comme chevaliers, les (...)
  • 10 En juin 1364, les comptes mentionnent deux écuyers de Bretagne, Bryant de Lannion et Guillaume de (...)

3Philippe le Hardi avait, dans les années 1363-1367, employé des compagnies bretonnes pour assurer la garde du duché de Bourgogne8 : dans la comptabilité ducale, il est possible de relever les noms de capitaines originaires de Bretagne comme Yon de Lacouët, Arnoton et Jean de Saint-Pol, Jacques de Penhoëtdic, Roland de Pollemic, Jean de Cornouailles, Benedic, Jean de Saint-Ryot9. Ces personnages étaient liés à Bertrand du Guesclin10.

  • 11 Sur ce personnage, P. Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les arm (...)
  • 12 Maurice de Trézéguidy reçut 39 fr. en considération du fait que depuis le 30 mai 1368, date de son (...)
  • 13 Mandement ducal donné le 6 novembre 1385, Arch. dép. Nord, B 4074, f° 55 v°.

4À la même époque apparaît, dans l’entourage du duc Philippe, le célèbre chevalier Maurice de Trézéguidy, qui était lui aussi un homme de Bertrand du Guesclin11 ; il vint servir le roi de France en armes « sous le gouvernement » du duc de Bourgogne en mai-juin 136812 et continua à fréquenter la cour et les armées ducales jusque dans les années 1380, servant le duc dans les guerres de Flandre : présent au siège de Damme, en 1385, il reçut en don une « cotte d’acier » d’une valeur de 50 fr.13.

  • 14 Quatre écuyers bretons reçurent une somme de 24 fr. pour avoir servi le duc lors de la « chevauché (...)
  • 15 Ernest Petit, « Campagne de Philippe le Hardi en 1372 dans le Poitou, l’Angoumois, etc. », Mémoire (...)
  • 16 Les trois premiers de ces personnages « et plusieurs autres capitaines du pays de Bretagne » qui s (...)
  • 17 Jean du Hallay, 300 fr. ; Jean Dinay, 75 fr. ; Geoffroy Fevrier, 50 fr. ; Jean de Perrigny, 50 fr. (...)

5Durant la période 1370-1388, marquée par diverses expéditions militaires entreprises par Philippe le Hardi, des Bretons continuèrent à servir ce prince : ainsi durant la campagne de Poitou de 137214, à l’issue de laquelle le duc, passant par la Bretagne, visita Clisson et Rennes15. Par la suite, durant les chevauchées menées en Flandre entre 1382 et 1385, un groupe de capitaines bretons fut de nouveau pris aux gages du duc de Bourgogne : les comptes de la recette générale des finances mentionnent Jean de Saint-Didier, Jean de Perrigny, Jean du Hallay et Jean Dinay, tous écuyers, comme ayant pris part à la campagne de Roosebeke de l’automne 138216. Au mois de juillet 1383, à la veille d’une nouvelle expédition de Flandre, Jean du Hallay, Jean Dinay, Geoffroy Fevrier, Jean de Perrigny, Bertrand Tirecoq et Jean de Saint-Léger reçurent diverses sommes « pour don a eulx fait par monseigneur de grace especial et pour les estas de leurs personnes de ce present mois de juillet en estant ou service de mondit seigneur a tout chascun certain nombre de gens d’armes en la chevauchee que ycellui monseigneur entent presentement faire en la compaignie dou roy nostre sire es parties de Flandres et d’ailleurs contre les Engloiz17 ».

  • 18 BnF, ms. fr. 32 510, f° 251 v°.
  • 19 « A Jehan du Hallay, escuier, pour don fait par monseigneur a XIIII hommes d’armes que ledit Jehan (...)

6Pour cette campagne, les comptes du trésorier des guerres du roi indiquent que Jean du Hallay était à la tête d’une compagnie comptant vingt-huit hommes d’armes et onze archers à cheval18. La comptabilité ducale montre qu’il fut gratifié d’un don de 70 fr. pour rembourser les frais que ses hommes d’armes et lui-même avaient dû faire sur la route en rejoignant l’armée19.

  • 20 M. Jones, Letters, Orders and Musters…, op. cit., nos 774, 841, 859, 871, 872, 883, 888, 931.
  • 21 BnF, ms. fr. 32 510, f° 250-250 v°.
  • 22 Jean Froissart, Chroniques…, op. cit., XI, p. 113-114.
  • 23 M. Jones (éd.), Letters, Orders and Musters…, op. cit., p. 347.
  • 24 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1469, f° 77 v°.

7Plusieurs des hommes cités dans les documents des années 1382-1383 – Jean du Hallay, Bertrand Tirecoq, Geoffroy Fevrier, Jean Dinay – avaient, eux aussi, servi Bertrand du Guesclin20 ; du reste, durant la chevauchée de 1383, les troupes placées directement sous le gouvernement de Philippe le Hardi comptaient la compagnie du frère du défunt connétable, Olivier du Guesclin, comte de Longueville, chevalier banneret, forte de quatorze autres bannerets, vingt-cinq chevaliers bacheliers et quatre cent soixante-quatorze écuyers, à laquelle s’ajoutait, « de crue », la compagnie de son cousin germain Olivier du Guesclin, seigneur de La Morelière, chevalier bachelier, composée de deux autres chevaliers bacheliers, soixante-six écuyers et deux arbalétriers à cheval21. Les sources narratives font également mention de la présence, au service du duc de Bourgogne durant cette même campagne, d’autres capitaines bretons, Yvonnet de Tinténiac notamment, qui, en compagnie de Jean de Saint-Léger, fut défait par les Anglais au pont de Comines22. Par la suite, deux écuyers originaires de Bretagne, Jean de Comuan, alias Commun, et Jean du Bois, ce dernier ancien compagnon du connétable du Guesclin23, servirent le duc en armes durant le « voyage d’Allemagne » – c’est-à-dire l’expédition de Gueldre de 1388 – et furent récompensés par un don de 100 fr.24.

La période 1400-1419

  • 25 Ibid., B 11 736.

8Entre le début des années 1390 et les premières années du xve siècle, l’apaisement du conflit franco-anglais eut pour conséquence un arrêt du recrutement des gens de guerre bretons, qui ne reprit qu’à partir de l’apparition des premières tensions entre la Maison de Bourgogne et la Maison d’Orléans. En 1401, lorsque Philippe le Hardi vint à Paris accompagné d’une troupe armée, deux « chevaliers du pays de Bretagne » figuraient dans sa suite : Raoul de Trael et Raoul de Coëtquen25.

  • 26 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Les séjours de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, en Bretagne (13 (...)
  • 27 Jules de La Chauvelays, « Les armées des trois premiers ducs de Bourgogne de la Maison de Valois » (...)
  • 28 Arch. dép. Côte-d’Or, B 361. Voir pièce justificative donnée en annexe.

9Il est certain que le voyage qu’en 1402 Philippe le Hardi entreprit en Bretagne pour s’y montrer en tant que tuteur du jeune duc Jean V lui permit ensuite de nouer sur place des contacts, dont son fils et successeur allait bénéficier26. Il est significatif que trois années plus tard, lors de la prise d’armes de 1405, le duc Jean sans Peur intégra à ses armées un contingent breton non négligeable. La comptabilité, de même que les montres et revues, font apparaître les noms de capitaines comme Pierre de La Rocherousse, chevalier bachelier, dont le cas sera traité plus loin, Pierre Bonami, Yvain d’Anglées, Yvon de « Calenaig » (Quellenec), Guillaume de Plédran, tous les quatre écuyers. Leur compagnie était forte de quatre-vingt trois hommes d’armes et de trente-neuf archers à cheval27. Par ailleurs, Jean de La Chapelle, « chevalier du pays de Bretaingne », vint, lui aussi, se mettre au service du duc de Bourgogne à Paris avec douze écuyers en sa compagnie28.

  • 29 Ibid., B 11 738. Voir infra, n. 32.
  • 30 « A Hervieu Morel, escuier du païs de Bretaigne, pour don a lui fait par mondit seigneur de la som (...)
  • 31 Mandement du duc donné à Paris le 30 octobre 1405 et quittance de Pierre Bonami datée du même jour (...)

10À ces gens de guerre, qu’il qualifie lui-même d’« estrangers29 », Jean sans Peur accorda, en plus de leur solde, des dons en argent : à l’écuyer breton Hervieu Morel, il fit ainsi verser 10 écus pour lui permettre de rentrer en son pays après le licenciement de l’armée de Paris30. À Pierre Bonami il fit un don de 30 écus pour l’aider à acheter un cheval et pour le récompenser de l’avoir servi « avec une certaine quantité de compagnons31 ».

11Par ailleurs, outre ces dons individuels, le duc fit aux Bretons des conditions de service avantageuses destinées à inciter les gens de guerre de leur pays à répondre à ses mandements :

  • 32 Ibid., B 11 738. Voir aussi J. de La Chauvelays, « Les armées des trois premiers ducs… », art. cit (...)

« Jehan, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne palatin, seigneur de Salins et de Malines. A noz amez et feaulx gens de noz comptes a Dijon, salut et dilection. Comme nous eussions fait venir par devers nous en ceste ville plusieurs chevaliers, escuiers et autres gens d’armes en grant nombre pour nous servir en l’armee que dernierement avons faite en France pour le bien de monseigneur le roy et de son royaume et, par autres lettres, mandé a nostre bien amé Jehan de Velery, maistre de nostre chambre aux deniers et nagueres aiant la charge de la recepte generale de nos finances, paier a ycelles gens d’armes estans en nostre service leurs gaiges desservis depuis le jour de leurs monstres jusques au XXe jour d’octobre dernier passé seulement, auquel jour nous cassasmes de noz gaiges icelles gens d’armes ; et il soit ainsi que plusieurs chevaliers et escuiers du païs de Bretaigne aient esté et soient venuz en nostre dit service, auxquelz, pour ce qu’ilz estoient estrangers et afin que nous en puissions attraire d’autres dudit païs plus largement, se mestier nous eust esté, nous feismes promptement faire prest et paiement a une fois de leurs monstres, c’est assavoir : a Yvon de Calenaig, escuier, et ses gens estans soubz lui, receuz a monstre par nostre amé et feal cousin et mareschal de Bourgoingne, messire Jehan de Vergy, les XXIIe et XXIIIIe jour de septembre derrenierement passé, messire Pierre de La Rocherousse, chevalier, et ses gens estans soubz lui, receuz a monstre par nostre dit mareschal le XXIIIIe jour dudit mois de septembre, Pierre Bonami, escuier, et ses gens estans soubz lui, receuz a monstre le XXVe jour d’icellui mois, et Guillaume de Pledren, escuier, et ses gens, semblablement receuz a monstre ledit XXIIIIe jour de septembre ; lequel paiement fait aux dessus nomméz pour ledit mois finist et excede oultre le temps et terme desdis XX jours ; et pour ce doubte icellui Jehan que vous soïez resistans passer en ses comptes ce qui a esté a eulx paié d’argent pour un mois. Pour quoy nous, attendu ce que dit est, voulons et vous mandons allouer es comptes dudit Jehan et rabatre de sa recepte tout l’argent qu’il aura paié aux dessus diz pour ledit mois, et rapportant ces presentes, lesdites monstres avec les quittances sur ce de ce qu’ilz ont receu seulement, non obstant que le paiement dudit mois excede et passe lesdiz XX jours d’octobre, ordonnances, mandemens ou deffenses a ce contraire. Donné a Paris, le XIIIIe jour de fevrier l’an de grace mil quatre cens et cinq [1406 n. st.].
Par monseigneur le duc, Bordes32. »

  • 33 B. Schnerb, Jean sans Peur. Le prince meurtrier, Paris, 2005, passim, notamment p. 183-185 et 305- (...)
  • 34 J. de La Chauvelays, « Les armées des trois premiers ducs… », art. cit., p. 214.
  • 35 BnF, nouv. acq. fr. 20 528, p. 195. Le bâtard de Quintin reçut, en don du duc de Bourgogne, un che (...)

12Dans les années qui suivirent, les caractères du recrutement des gens de guerre bretons se modifièrent : à partir de 1406, en effet, date du mariage de Jeanne de Bourgogne, fille de Jean sans Peur, avec Olivier de Blois, comte de Penthièvre, ce dernier devint un membre de l’entourage ducal et prit part, en tant que prince allié et gendre du duc, aux expéditions militaires bourguignonnes33 : ainsi le trouve-t-on, en septembre 1410, figurant à la tête d’une compagnie forte de trois cent trente-sept combattants dans l’armée réunie par son beau-père autour de Paris34. L’année suivante, il servit de nouveau le duc de Bourgogne avec deux cent quatre-vingt-cinq hommes d’armes, de même qu’un capitaine breton, Guillaume, bâtard de Quintin, venu à la tête d’une compagnie forte de trente-huit écuyers et vingt-trois gens de trait35.

  • 36 B. Schnerb, Jean sans Peur…, op. cit., p. 115-116 et 185.
  • 37 Voir A. Marchandisse, « Le pouvoir de Marguerite de Bavière, duchesse de Bourgogne » (article à pa (...)
  • 38 Une somme de 100 fr. est versée à l’écuyer breton Guillaume d’Irolic, lieutenant de Mérion de Quel (...)

13Le service du comte de Penthièvre dans les armées ducales ne dura toutefois pas au-delà de septembre 1412, date à laquelle Jeanne de Bourgogne, que la comptabilité bourguignonne désignait comme « madame la comtesse de Penthièvre », mourut à Dijon36. Parallèlement, à partir du printemps 1411, le service des Bretons se modifia : comme dans les années 1363-1368, le phénomène du mercenariat réapparut et la mention, dans les sources, de « capitaines de compagnie » originaires de Bretagne ne laisse, sur ce point, planer aucun doute. C’est ainsi qu’en juin 1411, la duchesse Marguerite de Bavière, qui avait reçu délégation de son mari pour organiser la défense des pays de Bourgogne37, engagea deux écuyers, Mérion de Quellenec et Yvonnet de La Noë, tous deux « capitaines de certaines gens d’armes de compaigne » et les fit placer en garnison « ou pays de Bourgoingne pour la seurté d’icellui38 ».

  • 39 Chronique du religieux de Saint-Denys, éd. Louis Bellaguet, 6 vol., Paris 1839-1852, t. IV, p. 702
  • 40 Chronique de la Pucelle ou chronique de Cousinot, éd. Auguste Vallet de Viriville, Paris, 1859, p. (...)
  • 41 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1563, f° 86.
  • 42 Ibid., f° 88. Mont-Saint-Vincent, Saône-et-Loire, arr. Chalon-sur-Saône, ch.-l. cant.
  • 43 Mandement ducal donné le 20 août 1411, ibid., B 1570, f° 237.
  • 44 Compte de Jean de Pressy, trésorier des guerres du roi, 1411-1412, BnF, nouv. acq. fr. 20 528, p. (...)
  • 45 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-d’Arcq, 6 vol., Paris, 1857-1862, t. II, p. 226.
  • 46 Chronique du religieux…, op. cit., t. IV, p. 702.
  • 47 BnF, Bourgogne 57, f° 167 ; B. Schnerb, « Un seigneur auvergnat à la cour de Bourgogne : Renaud II (...)
  • 48 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 783.
  • 49 Mandement ducal donné le 1er mars 1415 (n. st.), Arch. dép. Nord, B 1903, f° 149.
  • 50 E. de Monstrelet, Chronique…, op. cit., t. III, p. 57.
  • 51 Chronique de la Pucelle…, op. cit., p. 334.

14Au même moment apparaît au service de Jean sans Peur un capitaine dénommé Guillaume Ferrebourg que deux sources désignent comme breton : la Chronique du religieux de Saint-Denys, dans laquelle Michel Pintoin écrit « Brito quidam, cognominatus Feirebuit39 », et la Chronique de la Pucelle dont l’auteur cite « un capitaine du pays de Bretaigne nommé Ferbourg40 ». Ce « capitaine de gens d’armes » est mentionné pour la première fois au service du duc de Bourgogne en avril 1411 : en tant qu’« écuyer et capitaine », il prit part à des opérations militaires au comté de Tonnerre ; il est dit alors « conduiseur » d’une compagnie forte de quatre-vingts hommes d’armes, soixante-douze archers et quarante arbalétriers à cheval41. En juillet suivant, on le retrouve en garnison au château de Mont-Saint-Vincent42. Jean sans Peur lui fit alors don d’un cheval d’une valeur de 32 écus43. Au mois d’octobre, à Paris, il figura dans la retenue du duc avec cinquante-cinq écuyers, dix-huit archers et vingt-quatre arbalétriers en sa compagnie44. En 1412, il participa à plusieurs expéditions contre les adversaires du duc de Bourgogne, notamment en Beaujolais45 et en Beauce46. Au printemps et à l’été 1413, il servit contre le comte d’Armagnac sous la bannière du vicomte de Murat, seigneur auvergnat qui tenait le parti bourguignon47. Au mois de mai 1414, il conduisit en Artois une compagnie forte de quarante-et-un hommes d’armes et quatorze hommes de trait et l’on relève, à cette occasion, dans le rôle de la montre de sa compagnie, la présence d’un écuyer du nom de « Guillemet Ferrebourg48 ». En récompense de ses services, le duc lui fit présenter un cheval d’une valeur de 35 l. t.49. Après la paix d’Arras, Guillaume, qui était passé en Bourgogne avec le duc Jean, continua, après son cassement, à tenir les champs. Ses gens de guerre, avec d’autres, vécurent sur le pays en Auxerrois, jusqu’à ce que le gouvernement royal prît des mesures pour les disperser ; il se retira alors vers la Bourgogne50. Après cet épisode, il n’apparaît plus dans les sources bourguignonnes et semble bien avoir ensuite changé de camp, car il est mentionné, en 1429, servant le roi Charles VII en compagnie de Jean II, duc d’Alençon51.

  • 52 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles Le Bouvier dit le héraut Berry, éd. Henri Courteault, (...)
  • 53 Charles Labbé est reçu comme homme d’armes dans la compagnie de Guillaume de Mendres, « escuier et (...)
  • 54 Henri de Flamare, Le Nivernais pendant la guerre de Cent Ans, 2 vol., Paris, 1925, t. II, p. 88-89
  • 55 Charles Labbé, ainsi que d’autres capitaines de gens d’armes, est payé « pour certaines causes et (...)
  • 56 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 788.

15Le parcours de Guillaume Ferrebourg n’est pas sans évoquer celui d’un autre capitaine breton nommé Charles Labbé52, celui-ci, toutefois, n’apparaissant qu’en 1414 dans les armées du duc de Bourgogne53. Deux ans plus tard, en 1416, il est cité comme capitaine de gens d’armes et se signale par les ravages causés par les gens de sa compagnie dans la région de Chablis et d’Auxerre54. Malgré ces désordres, ce personnage était utile au duc Jean sans Peur qui l’employait, en février 1417, dans des missions secrètes, consistant probablement à recruter des gens de guerre mercenaires55. À l’été suivant, il participa à l’expédition menée par le duc contre Paris. Sa compagnie, reçue à montre par le maréchal de Bourgogne, comptait cent vingt-cinq hommes d’armes, cent huit hommes de trait et deux trompettes56.

  • 57 Joseph Delaville-Le Roulx, « La domination bourguignonne à Tours et le siège de cette ville, 1417- (...)
  • 58 Ibid., p. 8 n. 2, 12, 15-48 et 50-51 ; Les chroniques du roi Charles VII…, op. cit., p. 88-89.

16C’est durant cette campagne de 1417 que le parcours de Charles Labbé connut de notables modifications : après avoir accompagné le duc de Bourgogne autour de Paris, il le suivit dans la chevauchée qui, au mois de novembre, permit aux Bourguignons de rendre la liberté à la reine Isabeau de Bavière, assignée à résidence à Tours. Avant de quitter cette ville, Jean sans Peur en fit Charles Labbé capitaine à la charge de deux cents lances57. Son administration et les désordres occasionnés par ses gens de guerre provoquèrent des plaintes des habitants de Tours. Malgré l’intervention du duc de Bourgogne qui proposa de le remplacer, le capitaine breton refusa de se démettre de sa charge et la conserva jusqu’au moment où les troupes du dauphin Charles vinrent assiéger la ville au mois de novembre 1418. Le 28 décembre, après un mois de siège, Charles Labbé rendit la ville et prêta serment au dauphin, moyennant 14 000 livres tournois et le maintien dans ses fonctions58.

17Par la volonté du capitaine, cette capitulation à l’amiable ne porta pas préjudice à ceux de ses compagnons qui désirèrent rester fidèles au duc de Bourgogne, comme l’a rapporté un chroniqueur anonyme :

  • 59 Chronique anonyme du règne de Charles VI, dans E. de Monstrelet, Chronique…, op. cit., t. VI, p. 1 (...)

« Et quant le duc [de Bourgogne] s’en party [de la ville de Tours] en la compaignie de ladicte royne et y laissa garnison et en fu Charles Labbé cappitaine. Lequel Charles la rendi depuis, environ ung an après, en l’obeissance des Armignas, et en demoura luy meisme comme devant. Mais tant fist il de bien que a ceulx de sa compaignie qui volrent retourner en la compaignie du duc de Bourgongne, il bailla saulf conduit et les laissa partir sauvement sans eulx rien hoster ne prendre, et les fist conduire hors des perils59. »

  • 60 Les chroniques du roi Charles VII…, op. cit., p. 89, n. 3.
  • 61 Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 6 vol., Paris, 1881-1891, t. I, p. 413.
  • 62 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, dans Jean Alexandre C. Buchon (éd.), Choix de chr (...)

18Après cet épisode, Charles Labbé servit dans les armées du dauphin Charles, figurant en la compagnie de Philippe, comte de Vertus, devant Parthenay60. Il fut même agrégé à l’hôtel delphinal, apparaissant comme écuyer d’écurie en 142061. Il est possible qu’il ait reçu également en récompense la seigneurie de Montreuil-Bonnin, « une bien belle et bonne chastellenie en la comté de Poictou », mais, en tout état de cause, il ne la conserva pas longtemps car, dès 1423, Charles VII en disposa en faveur de l’un de ses capitaines écossais62.

19Le phénomène de changement d’obédience observé tant dans le cas de Guillaume Ferrebourg que dans celui de Charles Labbé est accompagné d’une disparition significative des mentions de gens de guerre bretons dans les sources documentaires bourguignonnes. La césure semble se placer à la charnière des années 1419-1420, moment marqué, d’une part, par le meurtre de Montereau et, d’autre part, par l’attentat perpétré par Olivier de Blois, comte de Penthièvre, contre le duc Jean V. Il n’est probablement pas trop audacieux de dire que la combinaison de ces événements eut un effet direct sur la participation des Bretons aux entreprises militaires des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois, alors même que cette participation avait été pratiquement continue depuis 1363 (à l’exception de la période de paix relative des années 1390). La chronologie est, en revanche, quelque peu différente si l’on s’intéresse aux Bretons non plus comme alliés ou comme mercenaires, mais comme membres de l’hôtel ducal de Bourgogne.

Les gentilshommes bretons dans l’hôtel ducal

  • 63 Août 1366, Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 746.
  • 64 K. Fowler, Medieval Mercenaries…,op. cit., p. 276, 278, 315-319 et 327.
  • 65 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1430, f° 42. Voir aussi M. Jones, Letters, Orders and Musters…,op. cit., n (...)
  • 66 Messire Jacques de Penhoëtdic, docteur in utroque, figure parmi les conseillers de Jean V au début (...)

20Sans avoir jamais été massive, la présence de gentilshommes bretons dans l’hôtel des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois n’en est pas moins une réalité bien visible : dès les années 1363-1366, le duc Philippe le Hardi s’attacha certains des Bretons qui le servaient en armes en les y incorporant. Tel fut le cas du chevalier Jacques de Penhoëtdic que l’on trouve mentionné comme chambellan du duc en août 136663. Cette intégration ne signifiait toutefois pas une coupure d’avec le milieu socio-militaire dans lequel ce personnage avait auparavant évolué : homme de Bertrand du Guesclin, Jacques de Penhoëtdic l’accompagna dans ses entreprises ibériques64 et, en juillet 1367, Philippe le Hardi lui fit verser 500 fr. pour l’aider à payer sa rançon après sa capture à la « bataille derrenierement faicte en Espaigne », c’est-à-dire lors du combat de Najera65. Par la suite, ce personnage ne semble plus avoir fréquenté la cour de Bourgogne, alors que des membres de sa famille se retrouvent plus tard parmi les conseillers et serviteurs de Jean V, duc de Bretagne66.

  • 67 Voir supra, n. 17 et 20.
  • 68 Mandement ducal du 28 janvier 1388, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1467, f° 51 v°.
  • 69 Mandement ducal et quittance donnés le 28 décembre 1382, ibid., B 1460, f° 106 v°.
  • 70 Pierre de La Rocherousse figure en tant qu’écuyer dans la compagnie de Guillaume de La Trémoille e (...)
  • 71 Ibid., B 1479, f° 73 v°.
  • 72 Quittance du 17 mai 1390, ibid.

21On trouve de nouveau des gentilshommes bretons dans l’hôtel ducal au cours des années 1380. Bertrand Tirecoq, qui avait servi Bertrand du Guesclin et avait pris part, en 1383, aux guerres de Flandre sous la bannière du duc de Bourgogne67, est mentionné comme écuyer d’écurie de ce prince en janvier 1388, gratifié alors d’un don de 100 fr. pour ses services rendus, notamment « en ce dernier voiage de Flandres68 ». À la même époque apparaît Pierre de La Rocherousse. Ce gentilhomme breton entra au service de Philippe le Hardi au début des années 1380 ; il participa, en tant qu’écuyer, à la campagne de Flandre de l’automne 1382, à l’issue de laquelle le duc lui fit verser 200 fr. en récompense de ses services69. Cinq années plus tard, à l’automne 1387, on le trouve toujours au service du duc de Bourgogne, prenant part aux opérations dirigées contre le duc de Gueldre70 ; en mai 1390, une somme de 300 fr. lui fut versée pour les services rendus par lui « es parties d’Allemaigne » – ce qui implique sans doute une participation au « voyage » de Gueldre de 138871. Or, à la date où ce don lui fut fait, il était explicitement désigné, dans les documents comptables, comme chambellan du duc de Bourgogne72.

  • 73 En tant que membre de l’hôtel, il fut aussi un fournisseur de l’écurie ducale, vendant, par exempl (...)
  • 74 Ibid., B 1511, f° 171 v°-172 et B 11 753.
  • 75 Marijke Gevaert, Het hotel van de Bourgondische hertogen onder Jan zonder Vrees als troonopvolger (...)
  • 76 Arch. dép. Nord, B 1878, f° 129-129 v° ; Arch. nat. France, J 919, n° 24, f° 1 ; B. Schnerb, « Un (...)
  • 77 Le duc de Bourgogne fait verser 46 fr. à Pierre de La Rocherousse en août 1407 pour l’aider à ache (...)
  • 78 Mandement ducal donné le 28 juin 1408, ibid., B 1554, f° 91 v°.
  • 79 Ibid., B 1560, f° 89.

22Pierre de La Rocherousse servit en l’hôtel de Philippe le Hardi dans les années 1390 et fut investi, en tant que chambellan, de diverses missions d’ordre administratif et militaire73. C’est ainsi qu’en juillet 1394, en vertu d’une commission spéciale, il reçut à montre, à Angers, deux compagnies de gens de guerre de l’hôtel qui devaient escorter le duc « pour la garde et seurté de son corps » dans son voyage de Bretagne entrepris « pour faire le traictié et acort du duc de Bretaigne, le conte de Painthevre et le sire de Clichon74 ». Il fut, par la suite, retenu comme chambellan par Jean sans Peur, prince au service duquel on le trouve mentionné de 1406 à 140975. Durant cette période, il assuma diverses missions, de nature militaire notamment, participant, par exemple, à la campagne menée en 1406 sur la frontière de Calais76. Son service fut récompensé par des dons divers, notamment de chevaux77. Dans ce laps de temps, bien que figurant dans l’entourage du duc de Bourgogne, il resta en contact avec son pays d’origine et, en juin 1408, il reçut un don de 60 fr. « pour soy en aller ou pays de Bretaigne78 ». Il est possible qu’il s’y soit retiré après 1409, date de sa dernière apparition dans la comptabilité bourguignonne79.

  • 80 Raoul de Coëtquen figurait déjà dans l’entourage de Philippe le Hardi en 1401, mais ne semble pas (...)
  • 81 Arch. dép. Côte-d’Or, B 5520, f° 83 v°.
  • 82 B. Schnerb, Jean sans Peur…, op. cit., p. 183.
  • 83 Arch. dép. Côte-d’Or, B 5520, f° 115 v°.
  • 84 Lettres patentes du duc données à Paris le 10 juillet 1406, ibid., B 1554, f° 53 v°.
  • 85 Ibid., B 361.
  • 86 Mandement ducal donné à Paris le 11 février 1407 (n. st.), Arch. dép. Nord, B 1878, f° 117.
  • 87 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1556, f° 164 v° et B 1588, f° 202 v°.
  • 88 Cette mention, de onze années postérieure à la mort de Jean de La Chapelle, est la seule où il est (...)
  • 89 Michel Mollat (éd.), Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, 3 tomes en 6 vol., (...)
  • 90 Voir Bernard d’Alteroche, De l’étranger à la seigneurie à l’étranger au royaume, xie-xve siècle, P (...)
  • 91 W. Paravicini, « La cour, une patrie ? L’exemption du droit d’aubaine accordée par les ducs de Bou (...)
  • 92 M. Mollat, Comptes généraux…,op. cit., t. II/1, n° 2521.

23Dans l’hôtel de Jean sans Peur, Pierre de La Rocherousse appartenait à un personnel que le duc avait hérité de son père ; or, à ses côtés, les sources comptables font apparaître aussi les noms de personnages constituant une nouvelle arrivée de nobles bretons à la cour de Bourgogne. Pour mémoire, il faut citer tout d’abord Jean de Tournemine, seigneur de La Hunaudaye, et Raoul de Coëtquen80, tous deux retenus comme chambellans avec une pension annuelle de 200 écus, en vertu de lettres patentes du duc Jean données le 6 septembre 140481. Leur présence éphémère dans la documentation, où ils ne sont cités qu’une fois, semble indiquer qu’ils furent nommés chambellans à titre honorifique et pour des raisons surtout diplomatiques82. Plus significative est l’entrée dans l’hôtel ducal de Jean de La Chapelle, « chevalier du pays de Bretaingne ». Déjà mentionné comme chambellan du duc en novembre 1404, date à laquelle il reçut 200 fr. en don pour ses services83, il est cité comme conseiller et comme bénéficiaire d’une pension annuelle de 500 fr. en juillet 140684. Dans l’intervalle, à l’automne 1405, comme nous l’avons vu plus haut, il avait amené une compagnie de gens de guerre bretons à Paris pour y servir dans les armées bourguignonnes85. En février 1407, le duc Jean le récompensa par un don de 300 écus d’or86. Mais l’année suivante, sa carrière à la cour de Bourgogne s’acheva brutalement : il fut tué lors de la bataille d’Othée le 23 septembre 1408 et fut enterré à Maastricht87. Le duc de Bourgogne, montrant dans l’instant peu de reconnaissance envers ce chevalier breton venu mourir à son service si loin de chez lui, fit prendre, à son profit, « cinq chevaulx […] entre les meilleurs chevaulx que avoit le seigneur de La Chappelle88 en la bataille du Liege, ou il ala de vie a trespassement89 ». Cet incident est intéressant car il semble indiquer que le prince fit jouer alors une forme du droit d’aubaine, le « meilleur catel », prélevé sur les biens meubles d’un étranger décédé90 ; le droit d’aubaine, en effet, n’épargnait pas les étrangers au service du prince91. Quoi qu’il en soit, Jean sans Peur répara le préjudice causé aux héritiers de Jean de La Chapelle en accordant, en mai 1419, à « Jehan et Loys de La Chappelle, escuiers, freres », qui étaient probablement les fils du défunt, un don de 400 écus d’or représentant la valeur des cinq chevaux saisis92.

  • 93 M. Gevaert, Het hotel…,op. cit., t. II, p. 56. Bertrand de Montauban était le fils cadet d’Olivier (...)
  • 94 Christian de Borchgrave, Diplomaten en diplomatie onder hertog Jan zonder Vries. Impact op de Vlaa (...)
  • 95 E. de Monstrelet, Chronique,op. cit., t. II, p. 421.
  • 96 Ibid., t. III, p. 116.

24Au moment où disparaît Jean de La Chapelle, les sources comptables mentionnent le nom d’un autre chevalier breton, Bertrand de Montauban, retenu comme chambellan de Jean sans Peur et qui est cité jusqu’en 141293. Investi de missions diplomatiques, il fut, en juillet 1411, envoyé d’Arras en Bretagne pour « certaines besognes » dont le duc l’avait chargé ; en février 1412, Jean sans Peur l’investit aussi d’une mission secrète dont on ne connaît pas la teneur94. On le retrouve ensuite au sein de l’hôtel du dauphin Louis de France, duc de Guyenne, où il avait été placé par le duc de Bourgogne, ce qui lui valut d’être victime de l’épuration menée par les Armagnacs en 1413 et même d’être alors brièvement emprisonné95. Il fut tué le 25 octobre 1415 lors de la bataille d’Azincourt96.

  • 97 À noter qu’un autre écuyer breton, Guillaume de Plédran, qui avait servi le duc Jean sans Peur en (...)
  • 98 La graphie de ces deux noms « étrangers » a subi d’importantes déformations sous la plume des cler (...)
  • 99 Jean Tirecoq était sans nul doute un parent de Bertrand Tirecoq qui, après avoir servi sous Bertra (...)
  • 100 Yvon de Kermelec est cité comme écuyer d’écurie à l’automne 1406 (Arch. dép. Nord, B 1878, f° 129)
  • 101 Jean de Kernezné est mentionné en mars 1406 en tant qu’écuyer et échanson du duc de Bourgogne et b (...)
  • 102 Jean Tirecoq apparaît comme échanson en 1408 (Arch. dép. Côte-d’Or, B 1558, f° 71).

25Hors du groupe des chambellans, on relève, parmi les serviteurs de l’hôtel du duc de Bourgogne, les noms de trois écuyers bretons dont les parcours présentent à la fois des similitudes et des différences97 : il s’agit d’Yvon de Kermelec, de Jean de Kernezné98 et de Jean Tirecoq99. Le premier fut intégré à l’hôtel en tant qu’écuyer d’écurie100, le deuxième en tant qu’échanson puis écuyer d’écurie101, et le troisième en tant qu’échanson102.

26Yvon de Kermelec et Jean de Kernezné, au début de leur carrière à la cour de Bourgogne, apparaissent souvent ensemble et, éventuellement, en la compagnie de Pierre de La Rocherousse qui fut peut-être leur patron. L’une des premières mentions que l’on ait d’eux date du printemps 1406 et est révélatrice du rôle qu’ils jouèrent auprès du duc Jean sans Peur :

  • 103 C’est sans doute par erreur qu’Yvon de Kermelec est désigné ici comme chambellan car, par la suite (...)
  • 104 Arch. dép. Nord, B 1878, f° 117. Brantôme, Dordogne, arr. Périgueux, ch.-l. cant.

« A messire Pierre de La Rocherousse, chevalier, Yvon Kermelot, chambellans103 de mondit seigneur, et a Jehan de Karnehen, escuier et eschançon dudit seigneur, ausquelz a esté paié par ledit tresorier, du commandement et ordonnance dudit seigneur, comptant, la somme de C fr. d’or a eulx donnee le XXIIIIe jour de may CCCC et six, tant pour consideracion des bons services qu’ilz avoient faiz a mondit seigneur ou temps passé, comme pour eulx deffraier de la ville de Paris et leur en aller en Guienne, a la journee que devoit estre entre les François et les Anglois pour le fait de la ville de Brantomme, si comme ces choses et autres sont plus a plain declairees es lettres patentes dudit seigneur sur ce faictes, donné a Compiengne le XXIIIIe jour de juing mil CCCC et six cy rendues avec quittance, C fr.104. »

  • 105 Aucun chroniqueur ne mentionne le combat, mais l’auteur de la chronique attribuée à Jean Juvénal d (...)
  • 106 Arch. nat. France, J 919, n° 24, f° 1 ; B. Schnerb, « Un projet d’expédition… », art. cit., p. 184 (...)
  • 107 Voir un don fait à Pierre de La Rocherousse et un autre à Yvon de Kermelec « pour leur aidier a su (...)

27D’emblée, les deux écuyers bretons furent impliqués dans des expéditions militaires et des faits d’armes, même si la « journée de Brantôme » ne semble pas avoir eu lieu105. À l’automne 1406 on les retrouve, chacun à la tête d’une compagnie de gens de guerre, dans l’armée réunie par Jean sans Peur à Saint-Omer en vue d’assiéger Calais106, puis servant sur la « frontière107 ».

  • 108 B. Schnerb, Jean sans Peur…, op. cit., p. 502-504. Voir aussi Évelyne Van den Neste, Tournois, jou (...)
  • 109 Mandement du duc donné à Paris le 23 décembre 1406, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1547, f° 88. Ce versem (...)
  • 110 Mandement du duc donné à Bruges le 8 mars 1407 (n. st.), ibid., B 1554, f° 80. Sur ce voyage au ro (...)

28Mais plus qu’en tant que capitaines, c’est en tant que jouteurs que Jean de Kernezné et Yvon de Kermelec affirmèrent leur rôle à la cour de Bourgogne. Leur activité, en ce domaine, fut encouragée et financée par le duc108 : en décembre 1406, Jean de Kernezné reçut un don de 200 fr. « pour lui aidier a supporter les grans frais, missions et despens qu’il lui conviendra soustenir pour le fait de certaines armes a oultrance qu’il doit faire prochain a Calaiz a l’encontre d’un escuier engloiz109 ». En mars suivant, l’écuyer breton reçut encore 200 fr. « pour lui aidier a susporter les despens et autrez frais necessaires pour son estat en allant, par le congié et licence dudit seigneur, ou pays d’Aragon combatre a oultrance avec messire Tanghy du Chastel, chevalier et chambellem de feu monseigneur d’Orleans110 ».

  • 111 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, f° 85 v°.
  • 112 Mandement du duc donné à Bruges le 24 décembre 1407, ibid., f° 77 v°.
  • 113 Sur ce fait d’armes, voir E. Van den Neste, Tournois, joutes…,op. cit., p. 272-277 ; Élodie Lecupp (...)
  • 114 Mandement ducal donné à Lille le 12 décembre 1407, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, f° 85 v°.
  • 115 Mandement ducal donné à Arras le 10 juillet 1408, ibid., f° 190.
  • 116 Mandement ducal donné le 4 décembre 1408, ibid., f° 99.

29Au mois d’août 1407, une somme de 325 fr. fut remise, par ordre du duc Jean, à Yvon de Kermelec « pour lui aidier a supporter les frais des armes qu’il devoit faire a l’encontre de IIII Englois ou mois d’aoust mil CCCC et sept111 ». À l’automne suivant, Yvon reçut encore 200 fr. pour se monter et s’habiller afin de se rendre auprès du duc « fere le champ qu’il fit lors contre ung Engléz112 » ; cet adversaire était l’écuyer Robert de Scotebroke et le « champ » fut tenu à Lille le 3 décembre 1407 en présence de Jean sans Peur113. Après le combat, le Breton fut gratifié d’un don de 200 écus d’or « quant il ot fait les armes qu’il fist oudit mois a Lille a l’encontre de Robert Sotusbroke, englés, lesquelz IIc escus furent mis en I gobelet doré qu’il [le duc de Bourgogne] donna semblablement ledit jour audit Karmelec114 ». En juillet 1408, Yvon de Kermelec reçut un don de 100 fr. « pour lui aidier a susporter les frais et missions qu’il a eulx et soustenus en faisant certaines armes en juillet mil CCCC et huit a l’encontre d’un escuier tenant la partie d’Engleterre115 ». En décembre suivant, il fut encore gratifié d’une somme de 60 écus d’or « pour aller vers Ardre fere I champ a l’encontre d’un Engléz116 ».

  • 117 Ibid., f° 83, 87 v° et 100 v°.
  • 118 Ibid., f° 94 v°.
  • 119 Ibid., B 1547, f° 113 et B 1554, f° 108 v°.

30Jean sans Peur se soucia non seulement du financement des faits d’armes entrepris par les gentilshommes bretons de son hôtel, mais aussi de leur bonne apparence ; c’est pourquoi la comptabilité bourguignonne a conservé la trace des dons qui leur furent faits pour leur permettre d’être armés, équipés et remontés au mieux : c’est ainsi que Jean de Kernezné fut gratifié d’un don de 100 fr. fait, en septembre 1407, pour le récompenser de ses services, d’un autre d’un même montant, en mai 1408, pour l’aider à « soustenir son estat », et d’un troisième, en septembre suivant, encore d’un montant de 100 fr., pour l’aider à s’habiller et se monter « pour soy en aller en son pays117 ». Yvon de Kermelec reçut, pour sa part, 300 fr. en juillet 1408, là encore « pour lui aidier a maintenir et soustenir plus honnorablement son estat118 » ; il bénéficia aussi de dons de chevaux, recevant, en 1407, un cheval morel d’une valeur de 46 écus et l’année suivante un cheval de même robe d’une valeur de 50 écus119.

  • 120 C. de Borchgrave, Diplomaten…,op. cit., t. II, p. 154.
  • 121 « A Jehan de Carnehen, escuier d’escuierie de monseigneur, la somme de CXII fr. demi, auquel mondi (...)
  • 122 Arch. dép. Nord, B 1897, f° 66 v°.
  • 123 Ibid., B 1894, f° 123-123 v°.
  • 124 Ibid., B 1897, f° 73-73 v°.

31Ces jouteurs et voyageurs bretons jouaient incontestablement un rôle dans la politique de prestige menée par le duc de Bourgogne et l’on n’est pas étonné de les voir aussi investis par leur maître de missions à caractère diplomatique : c’est en particulier le cas de Jean de Kernezné qui fut, à diverses reprises, impliqué dans des affaires concernant l’Angleterre120 : ainsi en avril 1411, fut-il envoyé outre-Manche auprès du roi Henri IV et de la reine Jeanne, cette dernière, il est utile de le rappeler, étant la veuve de Jean IV, duc de Bretagne121. En septembre 1411, le duc envoya son conseiller Jean Saquespée à Calais « en la compaignie de Jehan de Kernien, son escuier d’escuierie, devers les ambaxadeurs du roy d’Engleterre faire certaines choses secretes que ledit seigneur ne veult aucunnement estre declairees122 ». Au début du mois d’octobre, l’écuyer breton se rendit de nouveau en Angleterre pour y rencontrer le roi et plusieurs grands seigneurs du pays123. Deux mois plus tard, dans le courant de décembre 1411, le duc dépêcha « hastivement » l’un de ses chevaucheurs « de la ville de Paris, avec et en la compaignie de Jehan de Kernien, escuier d’escuierie dudit seigneur, ou pays et royaulme d’Engleterre, pour faire aucunnes besongnes secretes que ledit seigneur avoit enchargees audit Kernien124 ».

  • 125 Carla Bozzolo et Hélène Loyau, La cour amoureuse, dite de Charles VI, 3 tomes en 2 vol., Paris, 19 (...)
  • 126 Maurice Rey, Les finances royales sous Charles VI. Les causes du déficit, 1388-1413, Paris, 1965, (...)
  • 127 Voir le dessin de la collection Gaignières, BnF, Estampes, Réserve Pe 11, f° 81. Jean de Kernezné (...)

32Acteur des négociations secrètes entre la cour d’Angleterre et la cour de Bourgogne, Jean de Kernezné, qui fut membre de la célèbre Cour d’Amour dite de Charles VI125, apparaît comme un homme de confiance de Jean sans Peur et il n’est donc pas surprenant de le voir également jouer un rôle dans l’entreprise de « noyautage » de l’administration royale que le duc Jean entreprit entre 1409 et 1413. C’est naturellement sous l’influence du duc de Bourgogne qu’il put entrer dans l’hôtel du roi Charles VI et fut nommé premier écuyer du roi et maître de son écurie en décembre 1411. Il contrôlait ainsi un office de première importance dont les recettes, en 1404, dépassaient les 10 600 l. t. et qui, durant le laps de temps au cours duquel il en assuma la charge, semble avoir encaissé 16 000 l. t. Il ne géra toutefois l’écurie royale que quelques mois car il mourut brutalement le 17 août 1412126. Il fut inhumé en la chapelle Saint-Yves de la rue Saint-Jacques à Paris ; sa tombe y était située « au pied des marches du sanctuaire127 ».

  • 128 Voir supra, n. 117.
  • 129 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, f° 80.

33Le choix de sa sépulture est intéressant car il montre que désormais intégré à l’hôtel du duc de Bourgogne, à l’hôtel royal et aux milieux gouvernementaux parisiens, Jean de Kernezné restait un Breton. Il était du reste loin d’avoir perdu le contact avec son pays d’origine : nous avons vu qu’en septembre 1408 il avait reçu un don du duc de Bourgogne pour soutenir les frais d’un voyage « en son pays128 » ; or, un an plus tôt, en septembre 1407, Jean sans Peur lui avait déjà donné 225 fr. « pour aller en pelerinage a Saint Yves », c’est-à-dire sur la tombe du saint en la cathédrale de Tréguier129. L’inhumation dans la chapelle Saint-Yves de Paris représentait une solution de compromis pour un noble breton voué au service d’un prince des fleurs de lys mais lié spirituellement à la Bretagne.

  • 130 E. Gondret, Le dauphin Louis, duc de Guyenne, fils de Charles VI, 1397-1415, mémoire de maîtrise, (...)
  • 131 Louis-Claude Douët-d’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, 2 vol., Pari (...)
  • 132 R. Blanchard, Lettres et mandements…,op. cit., t. II, n° 1213.

34Yvon de Kermellec, pour sa part, eut un itinéraire et un destin un peu différents de ceux de son alter ego : il semble, en effet, que les revers politiques subis par Jean sans Peur à partir d’août 1413 l’aient décidé à abandonner sa cause car, après 1412, il n’apparaît plus dans les sources comptables bourguignonnes. En revanche, on le trouve, en 1414, écuyer d’écurie du duc de Guyenne, après que l’hôtel de ce prince fut épuré de ses éléments bourguignons130, et, en 1415, il est dans l’entourage de Jean Ier, duc de Bourbon, désormais adversaire déclaré du duc de Bourgogne : le nom de « Carmalet » figure en effet parmi les seize « chevaliers et escuiers de nom et d’armes » choisis par le duc de Bourbon pour accomplir avec lui une « emprise d’armes » d’une durée de deux années, dont les règles furent établies à Paris le 1er janvier 1415131. Son admission au sein de ce groupe indique tout à la fois que l’écuyer breton s’était rallié au parti des princes hostiles à Jean sans Peur, mais aussi que sa réputation de jouteur le faisait apprécier. Quoi qu’il en soit, à cette date Yvon de Kermelec semble avoir amorcé, non seulement une conversion politique, mais aussi un repli vers son pays d’origine : un acte du duc Jean V donné au château de l’Hermine au mois d’avril 1416, montre que ce prince lui faisait alors verser 200 l. t. en précisant : « Laquelle somme nous avons fait bailler a nostre bien amé et feal escuier Yvon de Kermelec pour deux chevaulx que autresfoiz et ja pieça nous feismes prandre de lui132. »

  • 133 Mandement du duc donné à Paris le 23 mars 1409 (n. st.), Arch. dép. Côte-d’Or, B 1558, f° 71.
  • 134 Mandement du duc donné le 12 mars 1412, ibid., B 1571, f° 98.
  • 135 En mars 1414, le duc fait verser 30 fr. à Jean Tirecoq, son écuyer et échanson, « pour acheter du (...)
  • 136 Des six ambassadeurs bourguignons envoyés en Bretagne par Jean sans Peur, Jean Tirecoq est, avec l (...)

35Contrairement à Yvon de Kermelec, Jean Tirecoq offre l’exemple d’un noble breton qui, bien loin d’être à la cour de Bourgogne un simple « oiseau de passage », y fit une longue carrière. La première mention qu’on ait de lui dans les sources bourguignonnes montre qu’en 1408, en tant qu’écuyer et échanson de Jean sans Peur, il prit part au « voyage de Liège » et fut plus tard récompensé par un don de 100 fr. pour les bons services qu’il y avait rendus à son maître133. Dans les années suivantes il servit encore en armes et « sur les champs », recevant 100 fr. en 1412 en récompense des grands frais et dépens qu’il avait dû y soutenir134. Ce service, à la fois aulique et militaire, dura jusqu’à la fin du principat de Jean sans Peur135. Durant cette période, tout comme Jean de Kernezné, Jean Tirecoq fut également employé dans des missions diplomatiques mais si, en ce domaine, l’action du premier s’inscrivit surtout dans le cadre des relations avec l’Angleterre, le second apparaît, à la lumière de la documentation, comme l’un des plus actifs ambassadeurs que le duc de Bourgogne dépêcha en Bretagne auprès du duc Jean V et des « barons dudit pays136 ».

  • 137 14 mai 1420. M. Mollat, Comptes généraux…, op. cit., t. I, n° 1464. En juin 1428, Philippe le Bon (...)
  • 138 H. Kruse et W. Paravicini (éd.), Hofordnungen der Herzöge von Burgund, t. I : Herzog Philipp der G (...)
  • 139 Ibid., p. 175 et 247.

36Après la mort de Jean sans Peur, Jean Tirecoq resta à la cour de Bourgogne. En mai 1420, il était dans l’entourage de Philippe le Bon sur qui il gagna 300 fr. « au geu de la paulme » lors d’une partie disputée en la ville de Troyes137. Ce duc le retint en son hôtel en tant qu’écuyer d’écurie : Jean Tirecoq apparaît en cette qualité dans les ordonnances de l’hôtel ducal de 1426, 1431-1432, 1433, 1438 et 1445138. À ses côtés apparaît aussi, comme serviteur de l’écurie ducale, dans les ordonnances de 1438 et 1445, un personnage nommé Guyon Tirecoq qui était, de toute évidence, de sa parenté139.

  • 140 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…, op. cit., t. II, p. 357 n.
  • 141 R. Blanchard, Lettres et mandements…,op. cit., t. III, n° 1903 n.
  • 142 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…,op. cit., t. II, p. 444 n.
  • 143 Ibid., t. II, p. 518 n.
  • 144 R. Blanchard, Lettres et mandements…,op. cit., t. III, n° 1903 n.

37Tout comme sous le principat de Jean sans Peur, l’écuyer breton fut employé comme ambassadeur et, comme par le passé, il fut surtout envoyé auprès de Jean V, duc Bretagne : ce fut le cas, notamment, en juillet 1424140, en juillet 1430141, en janvier 1432142 et en février 1435143. Les liens qui l’unissaient à son pays de naissance étaient puissants et il n’est pas indifférent de noter qu’un document breton de juillet 1430 le désigne comme « Jehan Tirecoq, escuier du duc [de Bretagne] demourant avec le duc de Bourgogne144 ».

38Pour conclure une brève étude qui mériterait d’être reprise et approfondie, il n’est pas inutile d’esquisser une typologie des nobles qui constituèrent la « composante bretonne » de la cour de Bourgogne, car on trouve parmi eux des situations variées.

39Au sommet de leur hiérarchie se trouvent les princes et grands seigneurs de Bretagne liés au duc pour des raisons diplomatiques : ainsi Olivier de Blois, comte de Penthièvre, Jean de Tournemine, seigneur de La Hunaudaye, Raoul de Coëtquen ; leur degré d’intégration était variable puisque le premier, gendre de Jean sans Peur, fit, durant quelques années, partie du premier cercle des parents et familiers du prince, alors que les deux autres ne furent agrégés à l’hôtel ducal que de manière circonstancielle.

40Une autre catégorie de Bretons fut celle des capitaines de compagnies d’aventure recrutés pour les besoins des entreprises militaires des ducs de Bourgogne. On en voit apparaître deux vagues, ou pour mieux dire deux générations : tout d’abord, entre les années 1360 et les années 1380, les sources mettent en lumière un groupe d’une vingtaine de personnages qui, presque tous, avaient des liens avec Bertrand du Guesclin ; vinrent ensuite des capitaines qui servirent dans les armées ducales entre le début des années 1400 et 1420 selon des modalités proches d’un mercenariat très pragmatique. Peu fiables sur la longue durée, certains comme Guillaume Ferrebourg et Charles Labbé changèrent d’obédience – dans un contexte politique qui, il est vrai, s’y prêtait bien.

41L’incorporation effective à la cour par la voie d’une retenue au sein de l’hôtel n’a concerné qu’un nombre restreint d’individus : Jacques de Penhoëtdic, Pierre de La Rocherousse, Bertrand de Montauban, Jean de La Chapelle, Jean de Kernezné, Yvon de Kermelec, Bertrand, Jean et Guyon Tirecoq. Les ducs appréciaient en eux leurs qualités militaires, leurs talents de jouteurs, leur aptitude aux voyages et leur utilité diplomatique, notamment dans le cadre des relations que l’État bourguignon entretenait avec le royaume d’Angleterre et plus encore, naturellement, avec l’État breton. Il est vrai que ces hommes conservaient des liens étroits avec leur pays d’origine et avec la cour du duc de Bretagne. Le « tropisme breton » exerçait d’ailleurs sur eux, le plus souvent, une force supérieure à l’attraction bourguignonne. Le cas de Jean Tirecoq qui fit une carrière suivie d’au moins trente-sept ans à la cour de Bourgogne et servit deux ducs successifs semble bien exceptionnel.

Annexes

ANNEXE

19 décembre 1405, Paris

Mandement patent de Jean sans Peur, duc de Bourgogne, portant ordre aux gens de la Chambre des comptes de Dijon d’allouer aux comptes de Jean de Vélery, commis à la recette générale de toutes les finances, une somme de 126 fr. payée à Jean de La Chapelle, chevalier de Bretagne, pour ses gages et ceux des écuyers de sa compagnie venus à son service à Paris.

Original sur parchemin. Arch. dép. Côte-d’Or, B 361

Jehan, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne palatin, seigneur de Salins et de Malines. A noz amez et feaux gens de noz comptes a Dijon, salut et dilecion. Nous voulons et vous mandons que la somme de six vins six frans que nostre bien amé Jehan de Velery, maistre de nostre chambre aux deniers et nagaires commis a recevoir toutes noz finances, a paiee, baillee et delivree de nostre commandement et ordonnance a messire Jehan de La Chapelle, chevalier du pays de Bretaingne, que nous lui avions donnéz et ordonnéz estre bailléz, pour et en recompensacion des despens qu’il a faiz par l’espace de trois sepmaines entieres qu’il a demouré et esté en nostre service durant l’ermee [sic] que nous avons derrenierement faicte en ceste ville, en compaignie de douze escuiers de sa compaignie, desquelx les noms s’ensuivent, c’est assavoir : Jehan Tirel, Jehan Picaut, Guillaume Bagons, Raoul Richart, Jehan Riaut, Robert de Marigni, Pierre Joliz, Aubin de Parqui, Jehan de Lorraine, Alain du Vergier, Yonnet de La Croix, Guillaume de La Valée, escuiers, sans ce que ledit messire Jehan, pour lui ne ses dictes gens, ait prins aucuns gaiges de nous, comme les autres gens d’armes qui, durant ladicte armee, ont esté en nostre service, ne autres ; vous, par rapportant ces presentes et quictances sur ce dudit messire Jehan de La Chapelle, de ladicte somme de VIxx VI fr. seulement, alloez es comptes dudit Velery et rabatez de sa recepte sans aucun contredit, non obstant que ledit messire Jehan ne sesdictes gens n’aient faicte aucune monstre par devant nostre amé et feal cousin et mareschal messire Jehan de Vergy comme les autres gens d’armes, pourveu que ledit messire Jehan n’ait prins aucuns autres gaiges pour lui et ses dictes gens, par les escroes de la despense de nostre hostel ne comme les autres gens d’armes qui ont esté en nostre service, et quelxconques ordonnances, mandemens ou deffenses a ce contraires. Donné a Paris, le XIXe jour de decembre l’an de grace mil quatre cens et cinq145.

Par monseigneur le duc, Fortier146.

Notes

1 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Deux féodaux : Bourgogne et Bretagne (1363-1491) », Revue bimensuelle des cours et conférences, 1934 (2), p. 481-493 et 595-612 ; 1935 (1), p. 53-67, 164-171, 439-457, 641-656 ; 1935 (2), p. 177-186, 363-375. Voir aussi Richard Vaughan, Philip the Bold. The Formation of the Burgundian State, Woodbridge, 2002 (3e éd.), spécialement p. 52-53 et id., John the Fearless. The Growth of Burgundian Power, Woodbridge, 2002 (3e éd.), p. 247.

2 Eugène Cosneau, Le connétable de Richemont (Arthur de Bretagne) (1393-1458), Paris, 1886 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Le connétable de Richemont, seigneur bourguignon », Annales de Bourgogne, VII, 1935, p. 309336 et VIII, 1936, p. 7-138 ; Jean Kerhervé, « Une existence en perpétuel mouvement, Arthur de Richemont, connétable de France et duc de Bretagne, 1393-1458 », Viajeros, peregrinos, mercaderes en el Occidente Medieval. XIII Semana de Estudios Medievales, Estella, 22-26 juillet 1991, Pampelune, 1992, p. 69-74.

3 Werner Paravicini, « Un tombeau en Flandre : Hervé de Mériadec », Francia, 34/1, 2007, p. 85-146.

4 B. Schnerb (éd.), Les étrangers à la Cour de Bourgogne. Statut, identité, fonctions, numéro thématique de la Revue du Nord, n° 345-346, t. 84, 2002.

5 Bernard et Henri Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois (1363-1477), 2 vol. parus, Paris, 1902 et 1913, t. II, n° 3126 (1390) ; Arch. dép. Côte-d’Or, B 1538, f° 238 (1404), B 1571, f° 134 et B 1572, f° 10 (1411-1412).

6 Sur les gens de guerre étrangers dans les armées des ducs de Bourgogne au temps des premiers ducs de la Maison de Valois, voir B. Schnerb, « Un capitaine italien au service de Jean sans Peur : Castellain Vasc », Annales de Bourgogne, 64, 1992, p. 5-38 ; id., « Bourgogne et Savoie au début du xve siècle : évolution d’une alliance militaire », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, n° 32, 1992, p. 13-29 ; id., « Les capitaines de Jean sans Peur, duc de Bourgogne (1404-1419) », Alain Marchandisse et Jean-Louis Kupper (dir.), « À l’ombre du pouvoir ». Les entourages princiers au Moyen Âge (actes du colloque de Liège, 3-5 mai 2000), Genève, 2003, p. 329-342 ; id., « Anglais et Écossais dans les armées des ducs de Bourgogne au début du xve siècle », Guerra y Diplomacia en la Europa Occidental, 1280-1480 (XXXI Semana de Estudios Medievales, Estella 19-23 juillet 2004), Pampelune, 2005, p. 323-335.

7 Pour une présentation de ces sources, je renvoie une fois pour toutes à Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale, t. II : Les États de la maison de Bourgogne, 2 vol. parus, Paris, 1984 et 2001.

8 Sur le contexte militaire de la période et sur les compagnies d’aventure, voir notamment Jules Finot, Recherches sur les incursions des Anglais et des Grandes Compagnies dans le duché et le comté de Bourgogne à la fin du xive siècle, Vesoul, 1874 ; Aimé Chérest, L’Archiprêtre, épisodes de la guerre de Cent Ans au xive siècle, Paris, 1879 ; Georges Guigue, Récits de la guerre de Cent Ans. Les Tard-Venus en Lyonnais, Forez et Beaujolais, 1356-1369, Lyon, 1886 ; Philippe Contamine, « Les compagnies d’aventure en France pendant la guerre de Cent Ans », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps Modernes, 87, 1975, p. 365-396 ; Kenneth Fowler, Medieval Mercenaries, t. I : The Great Companies, Oxford/Malden, 2001.

9 Jean de Saint-Pol, Benedic et Roland de Pollemic sont, tous trois, désignés comme chevaliers, les autres sont comptés comme écuyers. Comptes de Huet Hanon, trésorier de Philippe le Hardi, duc de Touraine, puis duc de Bourgogne, BnF, nouv. acq. fr. 7414, f° 45 v°. Voir aussi Arch. dép. Côte-d’Or, B 1416, f° 39 (compagnies bretonnes en garnison à Pontailler en 1364).

10 En juin 1364, les comptes mentionnent deux écuyers de Bretagne, Bryant de Lannion et Guillaume de Qualain, « lesquelx messires Bertrand de Guesclin avoit envoiéz en Bourgoingne pour enmener devers li en Normandie les compaingnies des Bretons estans ou duchié de Bourgoingne » (Arch. dép. Côte-d’Or, B 1416, f° 64 v°-65). Yon de Lacouët, entre 1367 et 1369, servit en Espagne avec du Guesclin et prit part à la bataille de Montiel. Jean Froissart, Chroniques, éd. SHF, 15 vol. parus, Paris, 1869-1975, t. VII, p. XXXII et 81-82. Jean de Saint-Pol, Jacques de Penhoëtdic et Jean de Saint Ryot (alias de Saint-Riou) étaient des capitaines de la compagnie de du Guesclin (Michael Jones [éd.], Letters, Orders and Musters of Bertrand du Guesclin, 1357-1380, Woodbridge, 2004, nos 141 n., 276, 278-281, 311, 355, 859 n.).

11 Sur ce personnage, P. Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris/La Haye, 1972, annexe II, n° 37, p. 590. Voir aussi M. Jones (éd.), Letters, Orders and Musters…, op. cit., nos 252, 259, 267, 374, 311 et 894.

12 Maurice de Trézéguidy reçut 39 fr. en considération du fait que depuis le 30 mai 1368, date de son arrivée au mandement du duc, à Sens, jusqu’au 11 juin suivant, il a continuellement servi le roi avec quatre écuyers en sa compagnie sous le gouvernement du duc de Bourgogne, sans prendre de gages (mandement ducal donné à Troyes le 11 juin 1368, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1430, f° 114).

13 Mandement ducal donné le 6 novembre 1385, Arch. dép. Nord, B 4074, f° 55 v°.

14 Quatre écuyers bretons reçurent une somme de 24 fr. pour avoir servi le duc lors de la « chevauchée de Guyenne » (quittance donnée le 26 juillet 1373, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1438, f° 52 v°).

15 Ernest Petit, « Campagne de Philippe le Hardi en 1372 dans le Poitou, l’Angoumois, etc. », Mémoires de la société bourguignonne de géographie et d’histoire, II, 1885, p. 421-440 ; id., Itinéraires de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur, ducs de Bourgogne (1363-1419) d’après les comptes de dépenses de leur hôtel, Paris, 1888, p. 84-89.

16 Les trois premiers de ces personnages « et plusieurs autres capitaines du pays de Bretagne » qui sont venus servir le duc dans la chevauchée de Flandre, reçoivent 120 fr. en don pour les aider à soutenir leur « estat » (mandement ducal donné le 29 octobre 1382, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1460, f° 105-105 v°). Les quatre écuyers reçurent encore 400 fr. en don pour avoir servi avec vingt-et-un hommes d’armes en leur compagnie dans la « chevauchée de Flandre » (mandement ducal et quittance donnés le 28 janvier 1383 n. st., ibid., f° 117).

17 Jean du Hallay, 300 fr. ; Jean Dinay, 75 fr. ; Geoffroy Fevrier, 50 fr. ; Jean de Perrigny, 50 fr. ; Bertrand Tirecoq, 50 fr. ; Jean de Saint-Léger, 50 fr. (mandement ducal et quittance donnés le 2 juillet 1383, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1461, f° 126 v°).

18 BnF, ms. fr. 32 510, f° 251 v°.

19 « A Jehan du Hallay, escuier, pour don fait par monseigneur a XIIII hommes d’armes que ledit Jehan avoit admenéz a mondit seigneur pour lui servir en la chevauchee qu’il entendoit faire en la compaignie du roy nostre sire es parties de Flandres ou d’ailleurs contre les Engloiz, en recompensacion des fraiz et missions qu’il ont faiz en venant devers ledit monseigneur pour le servir » (mandement ducal et quittance donnés le 24 juillet 1383, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1461, f° 114).

20 M. Jones, Letters, Orders and Musters…, op. cit., nos 774, 841, 859, 871, 872, 883, 888, 931.

21 BnF, ms. fr. 32 510, f° 250-250 v°.

22 Jean Froissart, Chroniques…, op. cit., XI, p. 113-114.

23 M. Jones (éd.), Letters, Orders and Musters…, op. cit., p. 347.

24 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1469, f° 77 v°.

25 Ibid., B 11 736.

26 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Les séjours de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, en Bretagne (1372, 1394 et 1402). La tutelle de Jean V », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 16, 1935, p. 1-62.

27 Jules de La Chauvelays, « Les armées des trois premiers ducs de Bourgogne de la Maison de Valois », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 6, 1880, p. 19-335 (cf. p. 136-160).

28 Arch. dép. Côte-d’Or, B 361. Voir pièce justificative donnée en annexe.

29 Ibid., B 11 738. Voir infra, n. 32.

30 « A Hervieu Morel, escuier du païs de Bretaigne, pour don a lui fait par mondit seigneur de la somme de X escuz d’or pour s’en retourner de Paris en Bretaigne, ouquel lieu de Paris il estoit venu servir mondit seigneur en l’armee nagaires par lui illec faicte pour le fait du roy et du bien de son royaume » (mandement du duc donné à Paris le 21 octobre 1405, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1543, f° 104 v°).

31 Mandement du duc donné à Paris le 30 octobre 1405 et quittance de Pierre Bonami datée du même jour (ibid., B 374).

32 Ibid., B 11 738. Voir aussi J. de La Chauvelays, « Les armées des trois premiers ducs… », art. cit., p. 161-162.

33 B. Schnerb, Jean sans Peur. Le prince meurtrier, Paris, 2005, passim, notamment p. 183-185 et 305-306.

34 J. de La Chauvelays, « Les armées des trois premiers ducs… », art. cit., p. 214.

35 BnF, nouv. acq. fr. 20 528, p. 195. Le bâtard de Quintin reçut, en don du duc de Bourgogne, un cheval acheté 28 écus au mois d’août 1410 (Arch. dép. Côte-d’Or, B 1570, f° 237).

36 B. Schnerb, Jean sans Peur…, op. cit., p. 115-116 et 185.

37 Voir A. Marchandisse, « Le pouvoir de Marguerite de Bavière, duchesse de Bourgogne » (article à paraître dans les actes du colloque Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance tenu à Lille et à Bruxelles en février 2006).

38 Une somme de 100 fr. est versée à l’écuyer breton Guillaume d’Irolic, lieutenant de Mérion de Quellenec et d’Yvonnet de La Noë, en déduction de ce que le duc pouvait leur devoir sur leurs gages et sur ceux des gens de guerre de leur compagnie. Mandement de la duchesse donné à Rouvres le 25 juin 1411, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1563, f° 73 v°.

39 Chronique du religieux de Saint-Denys, éd. Louis Bellaguet, 6 vol., Paris 1839-1852, t. IV, p. 702.

40 Chronique de la Pucelle ou chronique de Cousinot, éd. Auguste Vallet de Viriville, Paris, 1859, p. 334.

41 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1563, f° 86.

42 Ibid., f° 88. Mont-Saint-Vincent, Saône-et-Loire, arr. Chalon-sur-Saône, ch.-l. cant.

43 Mandement ducal donné le 20 août 1411, ibid., B 1570, f° 237.

44 Compte de Jean de Pressy, trésorier des guerres du roi, 1411-1412, BnF, nouv. acq. fr. 20 528, p. 196.

45 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-d’Arcq, 6 vol., Paris, 1857-1862, t. II, p. 226.

46 Chronique du religieux…, op. cit., t. IV, p. 702.

47 BnF, Bourgogne 57, f° 167 ; B. Schnerb, « Un seigneur auvergnat à la cour de Bourgogne : Renaud II, vicomte de Murat », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, année 2005, p. 105-125.

48 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 783.

49 Mandement ducal donné le 1er mars 1415 (n. st.), Arch. dép. Nord, B 1903, f° 149.

50 E. de Monstrelet, Chronique…, op. cit., t. III, p. 57.

51 Chronique de la Pucelle…, op. cit., p. 334.

52 Les chroniques du roi Charles VII par Gilles Le Bouvier dit le héraut Berry, éd. Henri Courteault, Léonce Célier, Marie-Henriette Jullien de Pommerol, Paris, 1979, p. 82-83, et 88 : « Ung cappitaine breton nommé Charles Labbé ».

53 Charles Labbé est reçu comme homme d’armes dans la compagnie de Guillaume de Mendres, « escuier et capitaine de gens d’armes » (Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 783).

54 Henri de Flamare, Le Nivernais pendant la guerre de Cent Ans, 2 vol., Paris, 1925, t. II, p. 88-89.

55 Charles Labbé, ainsi que d’autres capitaines de gens d’armes, est payé « pour certaines causes et consideracions dont mondit seigneur ne vuelt aucune mencion estre faicte ». Mandement ducal donné à Lille le 12 février 1417 n. st., Arch. dép. Nord, B 1903, f° 219-219 v°.

56 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 788.

57 Joseph Delaville-Le Roulx, « La domination bourguignonne à Tours et le siège de cette ville, 1417-1418 », Le Cabinet historique, 23, 1877, p. 1-71 (cf. p. 2).

58 Ibid., p. 8 n. 2, 12, 15-48 et 50-51 ; Les chroniques du roi Charles VII…, op. cit., p. 88-89.

59 Chronique anonyme du règne de Charles VI, dans E. de Monstrelet, Chronique…, op. cit., t. VI, p. 191-327 (cf. p. 243).

60 Les chroniques du roi Charles VII…, op. cit., p. 89, n. 3.

61 Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 6 vol., Paris, 1881-1891, t. I, p. 413.

62 Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, dans Jean Alexandre C. Buchon (éd.), Choix de chroniques et mémoires relatifs à l’Histoire de France, Paris, 1875, p. 546 ; J. Delaville-Le Roulx, « La domination bourguignonne… », art. cit., p. 50-51 ; Les chroniques du roi Charles VII…,op. cit., p. 83, n. 1 ; Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, 1979, p. 808. Montreuil-Bonin, Vienne, arr. Poitiers, cant. Vouillé.

63 Août 1366, Arch. dép. Côte-d’Or, B 11 746.

64 K. Fowler, Medieval Mercenaries…,op. cit., p. 276, 278, 315-319 et 327.

65 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1430, f° 42. Voir aussi M. Jones, Letters, Orders and Musters…,op. cit., n° 278 n., p. 100.

66 Messire Jacques de Penhoëtdic, docteur in utroque, figure parmi les conseillers de Jean V au début des années 1440. René Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne de 1402 à 1442, 5 vol., Nantes, 1889-1895, t. IV, n° 2482.

67 Voir supra, n. 17 et 20.

68 Mandement ducal du 28 janvier 1388, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1467, f° 51 v°.

69 Mandement ducal et quittance donnés le 28 décembre 1382, ibid., B 1460, f° 106 v°.

70 Pierre de La Rocherousse figure en tant qu’écuyer dans la compagnie de Guillaume de La Trémoille envoyée par le duc de Bourgogne « pour secourir [sa] tres chiere suer la duchesse de Brabant ou fait de la guerre qu’elle avoit contre le duc de Ghelre » (septembre-décembre 1387, ibid., B 1467, f° 85).

71 Ibid., B 1479, f° 73 v°.

72 Quittance du 17 mai 1390, ibid.

73 En tant que membre de l’hôtel, il fut aussi un fournisseur de l’écurie ducale, vendant, par exemple, au duc, son maître, en mai 1390, deux chevaux pour un prix total de 400 fr. (ibid., f° 52 v°, information fournie par N. Thouroude).

74 Ibid., B 1511, f° 171 v°-172 et B 11 753.

75 Marijke Gevaert, Het hotel van de Bourgondische hertogen onder Jan zonder Vrees als troonopvolger en als vorst (1398-1419), 2 vol., mémoire de licence, université de Gand, 1979, t. II, p. 64.

76 Arch. dép. Nord, B 1878, f° 129-129 v° ; Arch. nat. France, J 919, n° 24, f° 1 ; B. Schnerb, « Un projet d’expédition contre Calais (1406) », Stéphane Curveiller (dir.) avec la collaboration de Denis Clauzel, Les champs relationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest des origines à la fin du Premier Empire, Calais, 1994, p. 179-192 (cf. p. 184).

77 Le duc de Bourgogne fait verser 46 fr. à Pierre de La Rocherousse en août 1407 pour l’aider à acheter un cheval (Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, f° 75). En juin 1408, il lui offre un cheval gris d’une valeur de 153 écus (ibid., f° 110 v°, information fournie par N. Thouroude).

78 Mandement ducal donné le 28 juin 1408, ibid., B 1554, f° 91 v°.

79 Ibid., B 1560, f° 89.

80 Raoul de Coëtquen figurait déjà dans l’entourage de Philippe le Hardi en 1401, mais ne semble pas avoir été alors intégré à l’hôtel. Cf. supra, n. 25.

81 Arch. dép. Côte-d’Or, B 5520, f° 83 v°.

82 B. Schnerb, Jean sans Peur…, op. cit., p. 183.

83 Arch. dép. Côte-d’Or, B 5520, f° 115 v°.

84 Lettres patentes du duc données à Paris le 10 juillet 1406, ibid., B 1554, f° 53 v°.

85 Ibid., B 361.

86 Mandement ducal donné à Paris le 11 février 1407 (n. st.), Arch. dép. Nord, B 1878, f° 117.

87 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1556, f° 164 v° et B 1588, f° 202 v°.

88 Cette mention, de onze années postérieure à la mort de Jean de La Chapelle, est la seule où il est désigné comme « seigneur de La Chapelle » ; cette désignation semble abusive, à moins qu’il s’agisse d’une appellation de courtoisie.

89 Michel Mollat (éd.), Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, 3 tomes en 6 vol., Paris, 1965-1976, t. II/1, n° 2521.

90 Voir Bernard d’Alteroche, De l’étranger à la seigneurie à l’étranger au royaume, xie-xve siècle, Paris, 2002, notamment p. 144.

91 W. Paravicini, « La cour, une patrie ? L’exemption du droit d’aubaine accordée par les ducs de Bourgogne aux officiers de leur hôtel (1444-1505) », B. Schnerb (dir.), Les étrangers…,op. cit., p. 247-294.

92 M. Mollat, Comptes généraux…,op. cit., t. II/1, n° 2521.

93 M. Gevaert, Het hotel…,op. cit., t. II, p. 56. Bertrand de Montauban était le fils cadet d’Olivier, seigneur de Montauban, et de Mahaut d’Aubigné (Les chroniques du roi Charles VII…,op. cit., p. 71 et n. 2).

94 Christian de Borchgrave, Diplomaten en diplomatie onder hertog Jan zonder Vries. Impact op de Vlaamse politieke situatie, 2 vol., Kortrijk-Heule/Bruxelles, 1992, t. II, p. 158.

95 E. de Monstrelet, Chronique,op. cit., t. II, p. 421.

96 Ibid., t. III, p. 116.

97 À noter qu’un autre écuyer breton, Guillaume de Plédran, qui avait servi le duc Jean sans Peur en armes en 1405, est mentionné comme écuyer panetier de ce duc en avril 1407 ; son passage au sein de l’hôtel ducal semble toutefois avoir été fort bref car il n’est plus cité par la suite (Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, f° 88).

98 La graphie de ces deux noms « étrangers » a subi d’importantes déformations sous la plume des clercs bourguignons ; on trouve pour Kermelec, Karmalet,Karmelot,Carmelec,Carmelet,Larmelec, et pour Kernezné, Carnéan,Kaernaen,Kernien,Karnehen,Carnehen,Karnesen,Kernesen,Kanesem. Le premier appartient à une famille dont certains membres figurent dans l’entourage des ducs de Bretagne de la Maison de Montfort : un Éon ou Yvon de Kermelec (alias Kermelleuc) est nommé capitaine de Huelgoat et de Châteauneuf-du-Fou par le duc Jean IV au printemps 1380. M. Jones, Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, 3 vol., Paris/Rennes, 1980-2001, t. I, n° 346. Un Jean de Kermelec est l’un des capitaines tenant garnison à Brest pour Jean IV en août 1397 : ibid., t. III, n° 1400. Jean de Kermelec, chevalier, apparaît, par ailleurs, à de très nombreuses reprises en tant que conseiller du duc Jean V entre 1405 et 1441. R. Blanchard, Lettres et mandements…,op. cit.,passim. Jean de Kernezné, quant à lui, appartenait sans doute à une famille noble de la Bretagne septentrionale (Kernezné, ancienne paroisse de Quilbignon, auj. Saint-Pierre – Brest, rive droite). L’inscription figurant sur sa tombe en l’église Saint-Yves de Paris, le désignait comme « natif de Leon en Bretaigne ». Ses armoiries portaient trois coquilles disposées 2 et 1 et étaient chargées d’un lambel (indiquant peut-être que Jean était un cadet de famille) (BnF, Estampes, Réserve Pe 11, f° 81).

99 Jean Tirecoq était sans nul doute un parent de Bertrand Tirecoq qui, après avoir servi sous Bertrand du Guesclin, entra au service de Philippe le Hardi dont il devint écuyer d’écurie. Cf. supra, n. 17, 20 et 67.

100 Yvon de Kermelec est cité comme écuyer d’écurie à l’automne 1406 (Arch. dép. Nord, B 1878, f° 129).

101 Jean de Kernezné est mentionné en mars 1406 en tant qu’écuyer et échanson du duc de Bourgogne et bénéficiaire d’un don de 100 fr. (mandement ducal donné à Paris le 28 mars 1406 n. st., ibid., f° 117). Il est cité comme écuyer d’écurie en 1411 (ibid., B 1897, f° 66 v°).

102 Jean Tirecoq apparaît comme échanson en 1408 (Arch. dép. Côte-d’Or, B 1558, f° 71).

103 C’est sans doute par erreur qu’Yvon de Kermelec est désigné ici comme chambellan car, par la suite, dans toutes les mentions relevées dans les documents comptables, il est cité comme écuyer d’écurie.

104 Arch. dép. Nord, B 1878, f° 117. Brantôme, Dordogne, arr. Périgueux, ch.-l. cant.

105 Aucun chroniqueur ne mentionne le combat, mais l’auteur de la chronique attribuée à Jean Juvénal des Ursins affirme qu’à la fin de l’année 1405 des troupes avaient été envoyées en Guyenne « auquel lieu on avoit esperance que les Anglois combatroient les François » (Jean Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI…,op. cit., p. 430).

106 Arch. nat. France, J 919, n° 24, f° 1 ; B. Schnerb, « Un projet d’expédition… », art. cit., p. 184. Pierre de La Rocherousse, chevalier, Jean de Kernezné, Yvon de Kermelec et Riou de L’Espernez, écuyers, reçurent 96 fr. « pour eulz aidier a habiller et acompaigner mondit seigneur en l’armee qu’il entendoit lors faire briefment es marches de Picardie » (mandement ducal donné à Paris le 18 septembre 1406, Arch. dép. Nord, B 1878, f° 129 v°).

107 Voir un don fait à Pierre de La Rocherousse et un autre à Yvon de Kermelec « pour leur aidier a supporter leurs neccessitéz sur leur partement d’aler en la frontiere ou mondit seigneur les envoioit » (mandement ducal donné à Hesdin le 15 novembre 1406, ibid., f° 129).

108 B. Schnerb, Jean sans Peur…, op. cit., p. 502-504. Voir aussi Évelyne Van den Neste, Tournois, joutes et pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge (1300-1486), Paris, 1996, p. 137, 173-175 et 272-276.

109 Mandement du duc donné à Paris le 23 décembre 1406, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1547, f° 88. Ce versement de 200 fr. fut suivi d’un autre de 100 fr. quelques mois plus tard (mandement ducal donné à Lille le 5 février 1407 n. st., ibid., f° 87 v°-88).

110 Mandement du duc donné à Bruges le 8 mars 1407 (n. st.), ibid., B 1554, f° 80. Sur ce voyage au royaume d’Aragon, auquel participèrent aussi Jean, seigneur de Werchin, et Ghillebert de Lannoy : Œuvres de Ghillebert de Lannoy, voyageur, diplomate et moraliste, éd. Charles Potvin, Louvain, 1878, p. 13 (où le nom de l’écuyer breton est déformé en Carmenien) ; E. de Monstrelet, Chronique…,op. cit., t. I, p. 76-80 (dans cette édition, on trouve cité « ung notable escuier nommé Jehan Carmen », mais il est probable que le chroniqueur avait écrit « Jehan Carnien ») ; W. Paravicini, « Jean de Werchin, sénéchal de Hainaut, chevalier errant », Françoise Autrand, Claude Gauvard et Jean-Marie Moeglin (éd.), Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, 1999, p. 125-144 (cf. p. 131 – où est repris le nom de Jean Carmen).

111 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, f° 85 v°.

112 Mandement du duc donné à Bruges le 24 décembre 1407, ibid., f° 77 v°.

113 Sur ce fait d’armes, voir E. Van den Neste, Tournois, joutes…,op. cit., p. 272-277 ; Élodie Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, 2004, p. 107 ; B. Schnerb, Jean sans Peur…, op. cit., p. 503-504.

114 Mandement ducal donné à Lille le 12 décembre 1407, Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, f° 85 v°.

115 Mandement ducal donné à Arras le 10 juillet 1408, ibid., f° 190.

116 Mandement ducal donné le 4 décembre 1408, ibid., f° 99.

117 Ibid., f° 83, 87 v° et 100 v°.

118 Ibid., f° 94 v°.

119 Ibid., B 1547, f° 113 et B 1554, f° 108 v°.

120 C. de Borchgrave, Diplomaten…,op. cit., t. II, p. 154.

121 « A Jehan de Carnehen, escuier d’escuierie de monseigneur, la somme de CXII fr. demi, auquel mondit seigneur les avoir donnés de grace especial, tant pour consideracion des bons et agreables services qu’il lui a fais le temps passé, fait chascun jour et espere que encorre face, comme aussi pour lui aidier a supporter certain voiage qu’il fait presentement, par le commandement et ordonnance dudit seigneur, ou païs d’Angleterre devers les roy et royne dudit païs » (mandement ducal donné à Arras le 15 avril 1411, ibid., B 1562, f° 33 v°-34).

122 Arch. dép. Nord, B 1897, f° 66 v°.

123 Ibid., B 1894, f° 123-123 v°.

124 Ibid., B 1897, f° 73-73 v°.

125 Carla Bozzolo et Hélène Loyau, La cour amoureuse, dite de Charles VI, 3 tomes en 2 vol., Paris, 1982 et 1992, t. II/2, n° 673, p. 163 (Jean de Kernezné).

126 Maurice Rey, Les finances royales sous Charles VI. Les causes du déficit, 1388-1413, Paris, 1965, p. 121-122 ; Claude Billaud (éd.), Comptes de l’écurie du roi Charles VI, vol. II : Le registre KK 35 des archives nationales (1399-1404 et 1411-1413), Paris, 1996, p. 215-261.

127 Voir le dessin de la collection Gaignières, BnF, Estampes, Réserve Pe 11, f° 81. Jean de Kernezné est représenté dans l’attitude de la prière, tête nue, en armure, portant une cotte armoriée ; ses deux pieds reposent sur un lévrier. L’inscription sur la pierre tombale telle qu’elle a été reproduite donne une date de décès fautive (20 août 1416) : « Cy gist noble homme Jehan de Kernezen, natif de Leon en Bretaigne, jadis grand escuier de tres haut et puissant monseigneur le duc de Bourgoingne, qui trespassa le vinthiesme jour de l’an de grace mil quatre cens et seize. Je prie a Dieu qu’il vueille avoir son ame et de tous les trespasséz. Amen. » Voir aussi supra, n. 98.

128 Voir supra, n. 117.

129 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1554, f° 80.

130 E. Gondret, Le dauphin Louis, duc de Guyenne, fils de Charles VI, 1397-1415, mémoire de maîtrise, Paris IV, 1995, p. 186.

131 Louis-Claude Douët-d’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, 2 vol., Paris, 1863-1864, t. I, p. 370-374.

132 R. Blanchard, Lettres et mandements…,op. cit., t. II, n° 1213.

133 Mandement du duc donné à Paris le 23 mars 1409 (n. st.), Arch. dép. Côte-d’Or, B 1558, f° 71.

134 Mandement du duc donné le 12 mars 1412, ibid., B 1571, f° 98.

135 En mars 1414, le duc fait verser 30 fr. à Jean Tirecoq, son écuyer et échanson, « pour acheter du harnoys pour lui armer et servir mondit seigneur en sa guerre » (Arch. dép. Nord, B 1903, f° 118 v°). En juin 1416, il lui offre un cheval d’une valeur de 60 écus (Arch. dép. Côte-d’Or, B 1588, f° 168, information fournie par N. Thouroude). En novembre 1418, il lui fait un nouveau don de 70 fr. « pour les bons et agreables services qu’il lui a faiz en sondit office et autrement, et pour avoir ung harnois a soy armer » (M. Mollat, Comptes généraux…,op. cit., t. II/1, n° 3785).

136 Des six ambassadeurs bourguignons envoyés en Bretagne par Jean sans Peur, Jean Tirecoq est, avec le secrétaire ducal Jean Fortier, celui qui y fut envoyé le plus souvent (tous deux furent investis de six missions) devant Jean de Chevenon, chambellan, le Dauphin de Séris, écuyer tranchant (trois missions chacun), Wicart de Bours et Regnier Pot, tous deux chambellans (deux missions chacun). C. de Borchgrave, Diplomaten…,op. cit., t. I, p. 187-188 et II, p. 206-207.

137 14 mai 1420. M. Mollat, Comptes généraux…, op. cit., t. I, n° 1464. En juin 1428, Philippe le Bon offrit à Jean Tirecoq une haquenée d’une valeur de 56 l. p. de 40 gros de Flandre (Arch. dép. Nord, B 1938, f° 149, information fournie par N. Thouroude).

138 H. Kruse et W. Paravicini (éd.), Hofordnungen der Herzöge von Burgund, t. I : Herzog Philipp der Gute 1407-1467, Ostfildern 2005, p. 65-66, 106, 119-120, 171-172, p. 245.

139 Ibid., p. 175 et 247.

140 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…, op. cit., t. II, p. 357 n.

141 R. Blanchard, Lettres et mandements…,op. cit., t. III, n° 1903 n.

142 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII…,op. cit., t. II, p. 444 n.

143 Ibid., t. II, p. 518 n.

144 R. Blanchard, Lettres et mandements…,op. cit., t. III, n° 1903 n.

145 On trouve, sous la même cote, une quittance de Jean de La Chapelle, « chevalier breton du païs de Bretaigne », donnée sous son sceau le 22 octobre 1405 pour la somme de 126 fr. (Arch. dép. Côte-d’Or, B 361).

146 Jean Fortier, secrétaire du duc de Bourgogne actif de 1399 à 1415 au moins, « paraît bien avoir été le spécialiste des affaires de Bretagne à la chancellerie de Bourgogne-Flandre ». Pierre Cockshaw, Prosopographie des secrétaires de la cour de Bourgogne (1384-1477), Ostfildern, 2006, n° 30, p. 40-41. Voir aussi C. de Borchgrave, Diplomaten…,op. cit., t. II, p. 339-341.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540