Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Septième partie. Dissidence et circulation géographique de l’allégorie à la Renaissance

Sous le signe du Kairos

Édition et érudition à Bâle, au service d’Érasme de Rotterdam

Valentina Sebastiani
Traduction de Anne Rolet

Résumé

Entre 1512 et 1514, la célèbre imprimerie de Johannes Froben utilisa le symbole allégorique du Kairos pour attirer Érasme de Rotterdam à Bâle. L’analyse de quelques lettres de la correspondance d’Érasme et de dynamiques internes à l’atelier bâlois, révèlent des détails inédits autour de l’élégance érudite et iconographique montrée par la sodalitas basilensis.

Between 1512 and 1514 Johannes Froben’s printing-shop made use of the allegorical symbol of Kairos to attract to Basel Erasmus of Rotterdam. Investigations into Erasmus’Correspondence, as well as into the dynamics of the Basle printing-shop, shed light on the scholarly and iconographical sophistication showed by the sodalitas basilensis.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’image du Kairos (Kαιρός) a présidé à la stratégie éditoriale subtile et raffinée mise en place à Bâle au moment de l’arrivée d’Érasme de Rotterdam. Une assemblée de typographes, de libraires, d’érudits et de traducteurs, réunie autour des presses de Johann Amerbach, a utilisé d’une manière aussi intelligente que persuasive ce symbole allégorique livré par la tradition grecque afin d’attirer l’illustre humaniste dans ce cercle rhénan.

Une analyse serrée de quelques-unes des lettres de la correspondance du savant hollandais, conjuguée à un examen plus approfondi des dynamiques internes de l’atelier bâlois permettent une mise au point sur les raisons qui ont attiré Érasme à Bâle et dévoilent des particularités peu connues de la recherche iconographique et de l’élégance érudite avec lesquelles la sodalitas basilensis s’est présentée au prince des humanistes.

Érasme et Froben : une question ouverte

Dans le cadre de l’histoire de la communication politique et religieuse d...

Auteur

Après ses études dans les universités de Trente, Cagliari, Venise et Bâle, Valentina Sebastiani a obtenu le titre de « Dottore di ricerca » à l’Institut universitaire européen à Fiesole en 2010, avec une thèse intitulée : Il privilegio di pubblicare Erasmo. Johannes Froben (1460c. -1527), stampatore di Basilea. Elle a publié récemment : « Acquistare le verità di Erasmo : pubblico e lettori delle edizioni Johannes Froben di Basilea (1515-1527) » in B. Borello (éd.) Pubblico e pubblici di Antico Regime, Pisa, Pacini 2009, p. 21-48 ; « Fabbricare la cultura degli umanisti. Johannes Froben (1460c.-1527), stampatore di Erasmo » in Famiglia e religione in Europa nell’età moderna. Convegno di Studi in onore di Silvana Seidel Menchi, Rovereto-Trento 16-18 giugno 2010, Roma, Edizioni di Storia e Società, en cours de publication.
Anne Rolet (Traducteur)
Agrégée de lettres classiques, Anne Rolet est maître de conférences en langue et littérature latines à l’université de Nantes et membre junior de l’Institut universitaire de France (promotion 2007). Spécialiste d’emblématique et de poésie néolatines, elle a rédigé une thèse de doctorat intitulée Les Symbolicae quaestiones d’Achille Bocchi (Bologne, 1555) : recherches sur les modèles littéraires, philosophiques et spirituels d’un recueil d’emblèmes à l’époque de la Réforme, à paraître chez Brépols dans la collection Monothéisme et philosophie dirigée par Carlos Lévy. Elle a rédigé une trentaine d’articles sur Achille Bocchi et achève un ouvrage intitulé Emblématique, philosophie et religion à Bologne au XVIe siècle : autour de l’Academia Bocchiana. Elle travaille actuellement, en collaboration avec Stéphane Rolet, à la traduction commentée des Epigrammata du poète néerlandais de langue latine Jean Second, dans le cadre de la publication des Opera omnia de cet auteur aux éditions Droz, sous la direction de P. Galand-Hallyn et M. van der Poel. En collaboration avec Christophe Carraud et Anne-Laure Sweiker, elle prépare une traduction commentée des Disputationes Camaldulenses de Cristoforo Landino. Elle dirige avec Stéphane Rolet la revue Silves grecques, Silves latines aux éditions Atlande. Elle a également dirigé l’ouvrage Protée en trompe-l’œil. Genèse et survivances d’un mythe, de l’Antiquité à la Renaissance, paru aux PUR en 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540