Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Septième partie. Dissidence et circulation géographique de l’allégorie à la Renaissance

« Sotto un manto di gigli di Francia » : poésie, allégorie et emblèmes de la dissidence entre Ferrare et Turin

Rosanna Gorris Camos

Résumé

Emblème vivant d’une lutte contre l’ignorance menée tout le long de sa vie, et pour cette raison représentée, par les poètes aussi bien que par les peintres, sous les traits de la déesse Pallas, Marguerite de France, duchesse de Savoie de 1559 à 1574, s’entoura d’hommes de culture en rupture de ban qui trouvèrent auprès d’elle un port sûr et, à travers le voile de l’allégorie, un langage de la dissidence capable de dire la Vérité. Dans des ouvrages où le goût du travestissement allégorique propre à cette cour se mêle à la quête d’un sens supérieur, entre des images de la vertu et des monstres incarnant les vices, c’est un véritable parcours initiatique qui se dessine, comme dans la Civitas veri de Bartolomeo del Bene, et qui engage Marguerite et les siens, pendant que l’eau trouble des passions et des larmes que le chancelier Michel de L’Hospital verse en se séparant de cette princesse de la Paix, va se transformer en une tempête de la discorde prête à se déchaîner autour d’eux.

Marguerite de France, Duchess of Savoy from 1559 to 1574, was a living emblem of the struggle against ignorance she put up during all her life. For this reason, she has been portrayed both in poetry and painting with the features of the goddess Pallas Athena. She surrounded herself with Protestant men of letters and culture who could find at her court a safe harbour and, by means of allegory, a language of dissidence capable to tell the Truth. In their works, the taste for allegorical disguise, typical of this court, links up with the quest for a superior sense. Between images of virtue and monsters embodying vices, a real initiation route takes place, as in the Civitas veri by Bartolomeo del Bene, in which Marguerite and her followers are engaged too. In this way, the troubled water of passions and of the tears poured by the Chancellor Michel de l’Hospital in parting from this princess of the Peace transforms itself in a tempest of discord, ready to burst out around them.

À Claudio et à sa patience Grun, août 2010

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Foyers de dissidence, les cours de Renée et de Marguerite de France, princesses françaises, abritent des hommes et des livres qui vont et qui viennent d’un pays l’autre, d’un château l’autre, sur les chemins de l’hérésie. Idées nouvelles, nouveaux genres poétiques et nouvelles sciences fleurissent dans le jardin de Consandolo ou dans celui de Rivoli où les hommes du secret aiguisent leur capacité de « parler (ègor) de choses tout en désignant d’autres choses (all-) que ce qu’on dit1 » et cultivent ainsi, dans ces lieux protégés et autoréférentiels2, la fleur de l’allégorie. Poèmes, recueils manuscrits, emblèmes, images et ekphraseis sont ainsi au service de dame Allégorie pour dire, tout en la cachant, la Vérité, la seule vérité qui compte pour ces deux duchesses, icônes de vertu, sapience et charité. Vertus aux mille facettes que leurs poètes orchestrent, en-deçà et au-delà des Alpes, dans des textes où l’enjeu encomiastique cèle, comme les boîtes-silènes de Rabelais, un secret3. L...

Auteur

Née en 1958, Rosanna Gorris Camos est Professore Ordinario de Littérature française à l’université de Vérone, après avoir enseigné comme maître de conférences (ricercatore, université de Ferrare de 1990 à 1998) et comme professeur associé (professore associato, université de Milan, de 1998 à 2003). Docteur en littérature française (Francesistica) et spécialiste de la littérature française de la Renaissance, elle est l’auteur de plusieurs volumes et éditions critiques parmi lesquels : Guy Le Fèvre de la Boderie, Diverses Meslanges Poetiques, édition critique, introduction et notes par Rosanna Gorris, Genève, Droz 1993, 476 pp. ; Alla Corte del Principe : romanzo, alchimia, scienza e politica tra Italia e Francia nel tardo Rinascimento, avec une préface de Jean Balsamo, Ferrare, « Annali dell’Università di Ferrara », sezione VI Lettere, IX, 1, 1996, 290 p. ; Le Tasse et l’Arioste en France, Introduction, Conclusion et Bibliographie par Rosanna Gorris Camos, “Cahiers Saulnier”, no 20, Paris, PENS, 2003, 304 p. Elle est l’auteur d’une centaine d’essais et articles publiés dans des volumes collectifs et dans des revues italiennes et étrangères. Elle a également dirigé la publication des actes de plusieurs colloques (Macrocosmo-Microcosmo. Scrivere e pensare il mondo nel Cinquecento tra Italia e Francia, Atti del Convegno Internazionale di Studio, Verona, 23-25 maggio 2002, Fasano, Schena, 2004, 304 p. ; Les montagnes de l’esprit : imaginaire et histoire de la montagne à la Renaissance, actes du colloque international de Saint-Vincent (Vallée d’Aoste), les 22-23 novembre 2002, Aoste, Musumeci, 2005, 360 p. ; « Vite parallele » : memoria, autobiografia, coscienza dell’io e dell’altro, Atti del Convegno internazionale di Verona, 20-23 maggio 2004, en collaboration avec Alexandre Vanautgaerden, Turnhout, Brepols, 2009, 630 p.) et d’autres volumes collectifs. Elle a rédigé des articles pour des dictionnaires (Utet, Champion, Fayard…) et a collaboré avec de différentes maisons d’édition et revues italiennes et étrangères.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540