Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Sixième partie. L’allégorie à la Renaissance, arme des dissidences

Allégorie et homoérotisme dans la poésie narrative de Ronsard

Philip Ford

Résumé

Les spécialistes de Ronsard ont remarqué chez lui une nette ambivalence en ce qui concerne la sexualité. Malgré sa réputation poétique comme amant de Cassandre, de Marie et d’Hélène, certains poèmes font preuve d’une attitude plus ambiguë à l’égard des femmes et de l’identité sexuelle, et c’est particulièrement le cas d’un groupe de compositions narratives des années 1560, où la présence de significations allégoriques est souvent explicite ou pour le moins insinuée par le poète. Ce chapitre se propose d’examiner deux de ces compositions, qui datent de 1569, « Le Pin au Seigneur de Cravan » et « Hylas au seigneur Passerat », où il nous semble que le véritable but de ces allégories consisterait non pas à offrir un message subversif, mais au contraire à masquer le message subversif du récit lui-même.

Ronsard specialists have noticed in him a clear ambivalence with regard to sexuality. Despite his poetic reputation as the lover of Cassandre, Marie, and Hélène, some poems show a more ambiguous attitude towards women and sexual identity, and this is particularly true of a group of narrative poems from the 1560s, where the presence of allegorical meanings is often explicit, or at least hinted at by the poet. This chapter will examine two of these compositions dating from 1569, «Le Pin au Seigneur de Cravan» and «Hylas au seigneur Passerat», in which it appears that the real aim of these allegories is not to provide a subversive message but in fact to mask the subversive message of the narrative itself.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les spécialistes de Ronsard ont de temps en temps remarqué chez lui une nette ambivalence en ce qui concerne la sexualité1. Malgré sa réputation poétique comme amant de Cassandre, de Marie et d’Hélène, certains poèmes composés surtout dans les années 1560 font preuve d’une attitude plus ambiguë à l’égard des femmes et de l’identité sexuelle, et c’est particulièrement le cas d’un groupe de compositions narratives de cette époque, où la présence de significations allégoriques est souvent explicite ou pour le moins insinuée par le poète. Nous nous proposons d’examiner dans ce chapitre deux de ces compositions, qui datent de 1569 : « Le Pin au Seigneur de Cravan » (L. XV. 178-85) et « Hylas au seigneur Passerat » (L. XV. 234-53)2.

Dans les Hymnes des saisons (1563), Ronsard avait offert deux variations sur le thème de l’allégorie poétique. Dans l’« Hymne de l’Autonne », la célèbre théorie du « fabuleux manteau » concerne le processus même de la création de mythes allégoriques : Ronsard n...

Auteur

Professeur de littérature française et néo-latine à l’université de Cambridge et spécialiste des rapports entre l’humanisme et la poésie. Il a publié George Buchanan, Prince of Poets (1982), un livre sur les Hymnes de Ronsard (1997), une édition annotée de Jean Dorat, Mythologicum, ou interprétation mythologique de l’Odyssée X-XII et de L’Hymne à Aphrodite (Genève, Droz, 2000) et les actes de douze colloques sur la Renaissance française et la littérature néo-latine. Il a récemment publié De Troie à Ithaque : Réception des épopées homériques à la Renaissance (Genève, Droz, 2007). Il est président de l’Association internationale des études néo-latines et de la Fédération internationale des sociétés et des Instituts pour l’étude de la Renaissance.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540