Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Sixième partie. L’allégorie à la Renaissance, arme des dissidences

Allégorie, donc

Culture savante et humour dans la peinture vénitienne du Cinquecento

Guillaume Cassegrain

Résumé

L’allégorie est un langage symbolique largement utilisé par les peintres de la Renaissance et très apprécié par des commanditaires princiers. Mais l’allégorie s’est aussi transformée, dans les écrits de certains historiens de l’art, en un outil critique censé dévoiler les complexités iconographiques des œuvres les plus énigmatiques. Panofsky a souvent eu recours à ce type de lecture en montrant, par exemple, comme dans le tableau de Titien, que derrière une image banale de femmes assises sur une fontaine se cachait une « allégorie de l’Amour ». Ces interprétations allégoriques ont contribué à éloigner l’historien de l’art des problèmes formels et l’ont rendu aveugle aux écarts, aux inventions spécifiques à chaque image. La normalisation effectuée par l’iconographie a également contribué à « moraliser » notre réception des œuvres anciennes et nous a fait perdre de vue que l’allégorie, dès la Renaissance, a été pensée comme un moyen de critiquer un langage savant par des renversements ironiques de ses codes propres.

The allegory is a symbolic language widely used by Renaissance painters and appreciated by Princely Courts. But the allegory was also transformed by the writings of some art historians in a critical tool meant to reveal the iconographic complexities of the most enigmatic paintings. These allegorical interpretations contributed to take away the art historian from the formal problems and made him blind to the specific inventions of images. The allegory is also a way to flout conventions and produce a reversal of academic values.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Marcel Duchamp, qui s’y connaissait en humour, appréciait tout particulièrement l’allégorie. Il y voyait un exemple caractéristique du fonctionnement symbolique du langage artistique classique particulièrement bien adapté à la critique de l’image « rétinienne ». Plusieurs de ses readymade ont pris comme objet de polémique la tradition mimétique que l’art moderne européen avait si longuement servi. Les pochoirs de barbe et de moustache que Duchamp, en 1919, rajoute à la Joconde (fig. 52) provoquent un décalage ironique par rapport à une perception « superficielle » de l’image et parodie le langage sérieux dont l’histoire de l’art a si souvent usé à propos de cette peinture. Les moustaches, en travestissant le visage féminin, affublent ce portrait d’un masque qui contribue à « allégoriser » la figure et ce qu’elle incarne : la représentation classique. L’ajout du motto, au bas de la carte postale, résume ce fonctionnement parodique du discours codifié de l’imitation figurative et de s...

Auteur

Guillaume Cassegrain enseigne l’histoire de l’art moderne à l’université Lyon 2. Il vient de publier Tintoret, Hazan, 2010, et va publier un autre livre sur la réception critique de Michel-Ange au XVIe siècle : Michel-Ange, un portrait d’encre, Hazan, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540