Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

Les abords du château des ducs : Sainte-Radegonde, Saint-Laurent et Richebourg au xve siècle

Jean-Pierre Leguay

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La ville de Nantes, intra et extra-muros, vit en étroite symbiose avec le vaste château des ducs qui succède à l’ancienne Tour-Neuve du xiiie siècle et occupe l’angle sud-est d’une enceinte urbaine partiellement rénovée sous la dynastie des Montforts après les destructions de la guerre de Succession et en prévision des conflits avec la France du temps de François II (1458-1488) et de la duchesse Anne (1488-1492).

2Cette étude, réduite aux abords du château, aux paroisses Sainte-Radegonde et Saint-Laurent et au départ du faubourg de Richebourg, s’efforcera d’abord de décrire un quartier original avec ses limites, ses églises et chapelles, le couvent des Jacobins, ses rues et ses ruelles et une population limitée. En période de paix, les rapports administratifs, sociaux et économiques priment et unissent les deux pôles de la vie nantaise, la forteresse avec les officiers et les serviteurs qu’on appelle les « gens du château » et le quartier voisin, pour l’essentiel habité par des bourgeois aisés et des artisans. La situation se détériore avec les menaces de conflit avec la France. Les transformations de l’enceinte, les aménagements des tours et des douves du château entraînent des expropriations « pour la chouse publicque », auxquelles s’ajoutent les destructions causées par les assiégeants ou la garnison durant les guerres d’indépendance.

3Cet examen repose sur une soixantaine de registres de comptes des miseurs municipaux, sur ceux des contrôleurs des dépenses et des travaux, sur des pièces justificatives annexes, en papier ou en parchemin (quittances, devis, descriptions de travaux), sur des déclarations de propriété et de rentes (cens) ou aveux, des contrats divers, des listes de feux fiscaux, des narrations de faits historiques. Le quartier du château ne dispose pas, malheureusement, de l’information du livre-rentier de 1537, une sorte de cadastre facilitant la levée de cens, qui ne concerne que le fief ducal de Saint-Nicolas, Saint-Saturnin, Saint-Similien et Sainte-Croix.

Les abords immédiats du château

Deux micro-paroisses

4L’identification des limites souligne la valeur stratégique du front oriental, de la porte Saint-Pierre à la Loire, le verrou de la défense urbaine, et l’actuel château, modèle d’architecture militaire et de résidence.

51. La délimitation des paroisses correspond, au nord, aux abords de la cathédrale, aux dépendances de l’évêché, à l’hôtel de l’archidiacre de La Mée ou la Psallette, à la muraille romaine, plusieurs fois rapetassée, et à la nouvelle porte Saint-Pierre, reconstruite entre 1478 et 1482 et prolongée par un boulevard ou défense basse en forme de fer à cheval. Sur le front oriental, l’enceinte de la ville rejoint, en longeant une butte rocheuse, la motte Saint-Pierre, les murs de la Tour-Neuve au sud-est, dominant la Ryvière (la Loire) dont le tracé sera plus tard totalement modifié. La courtine est interrompue par les tours du Mûrier, Saint-Laurent et du Doyenné. Tout ce secteur est en travaux depuis les années 1468-1472, avec la construction de bastions saillants et d’avancées défensives, moyennant des expropriations, dont on a des échos dans des estimations. Un conducteur de travaux, Mathurin Baussan, s’est engagé, par feur ou contrat d’un montant de 1 200 livres monnaie, à aménager en 1488-1489 la douve située entre le château et la tour Saint-Laurent qui fait face à Richebourg. Les délimitations à l’ouest sont moins évidentes ; elles correspondent à une portion de la Grande Rue, à la place du Pilori et à l’artère qui rejoint le port Briand-Maillard.

6Le front méridional qui donne sur la Loire, un des plus difficiles à transformer en raison de l’instabilité du sol, comporte la porte Briand-Maillard ou Brient-Maillard, du nom d’un ancien sénéchal, doublée d’un petit boulevard puis de la tour des Jacobins.

72. Des pôles de la vie spirituelle, en dehors de la cathédrale Saint-Pierre, servent de points de repère topographique dans un ensemble urbain constituant le fief de l’évêque et du chapitre Saint-Pierre.

8Deux églises paroissiales, parmi les sept intra-muros, et des chapelles occupent un espace assez restreint : Sainte-Radegonde, sainte Aragonde (sic) dans un texte de 1507, face à l’entrée du château, dessert, depuis le xie siècle, une micro-paroisse de 48 ménages sur 2 000 familles nantaises selon Michel Le Mené, auxquels s’ajoutent des serviteurs du château et des étrangers. L’édifice se présentait sous l’aspect d’un petit bâtiment de 14 m de long sur 8 de large, avec un porche minuscule, une sacristie, trois autels et un presbytère voisin abritant un « maistre d’escollerie ». Des rentes constituées, dons de fidèles, la propriété d’une maison léguée par un prêtre, Jacques Guéraudin, et louée à Pierre Picard, valet de la duchesse Anne, des messes anniversaires payantes figurent dans le détail d’un fonds géré par le recteur, Guillaume Rousseau vers 1475, maître Jehan Allix en 1485 et 1491, Amaury Estourneau sous-diacre et Jacques Giraudin avant 1497. La paroisse Saint-Lorens ou Saint-Laurent, située au fond d’une impasse, a été plusieurs fois reconstruite depuis les temps mérovingiens. Son chœur et sa nef, largement suffisants pour la présence de clercs de la cathédrale et de 14 ménages en 1479, ont servi de lieu de réunion pour les évêques du xiie siècle. Le bâtiment charpenté, de 28 m sur 9, est restauré du temps de Charles de Blois en 1356. Cinq chapellenies y ont leur siège et font aussi partie du fief épiscopal. Le territoire paroissial est bloqué par les remparts à l’est, la cathédrale au nord, les rues Saint-Denis et des Carmélites, et « la grande rue et pavé qui conduit du Pilori à Saint-Pierre ». Une chapelle Saint-Gildas ou de saint Guedas est accessible par une impasse en 1495.

9Le couvent des dominicains, plus tard dit des Jacoppins, fondé en 1247, et ses dépendances rejoignent le voisinage de la porte Briand-Maillard. Il n’héberge que treize frères. Un incendie détruit les bâtiments le 10 avril 1410. Malgré les subsides accordés par Jean V pour relever les murs et les dons des familles bienfaitrices, l’argent vient à manquer ; la consécration le 19 octobre 1413 des parties relevées cache l’inachèvement du chantier, la poursuite de l’œuvre dans le chœur et dans le cloître encore en 1480. Le don forcé de l’emplacement d’un hôpital désaffecté compense la perte d’un cimetière et d’un jardin pour construire la grande tour du château et permet tout juste « d’amplifier » une maison qui « est de très petit espace ». L’église, à nef unique, sans transept, n’avait rien de remarquable sinon la présence d’une élégante verrière ; elle reçoit en 1688 une nouvelle façade de style jésuite.

10Le couvent forme alors un quadrilatère autour duquel s’organisaient le sanctuaire, le cloître et les différents bâtiments conventuels, dont le dortoir financé par les citadins. Un vaste cimetière le sépare du château mais sera un des biens expropriés à la fin du siècle. La salle capitulaire ou l’église sert à l’occasion de lieu de réunion au conseil des bourgeois et, détail curieux, de lieu d’asile à des délinquants, à un fermier accusé de malversations. Le couvent des dominicains accueille dans la chapelle Sainte-Catherine les confrères de La Véronique depuis 1413.

113. Les axes qui quadrillent le quartier du château, qualifiés de grands dans le feu de l’écriture, n’ont pas tous un nom dans les archives d’alors et sont désignés par des périphrases. Les plus empruntés sont la rue Sainte-Radegonde qui passe devant l’église paroissiale pour devenir « la rue et pavé qui conduit du chastel à l’église Saint-Pierre », la rue du Château entre le pont de la forteresse et la minuscule place du Pilori où se donne une représentation théâtrale en l’honneur du duc en 1450, la rue « qui conduit de l’église des Jacoppins à la chapelle saint Guedas », la rue du Port Briant au même Pilori. Ces voies d’accès, les ruelles et les yssues privées restent, dans la réalité, étroites, tortueuses, sales, même si un effort a été entrepris par les riverains au xve siècle pour les nettoyer et paver. Un contrat du 16 septembre 1432 fait état d’une situation déplorable : les « eaux et egouz qui descendent de la maison d’icelle Julienne [veuve Guillaume Flandrin) audit héral [terrain] et qui, es temps passez, souloient [avaient l’habitude] se ossener [déverser] par un tou [puisard] qui est en la maison desdits Gaultier et sa femme, se rendant et respandant devant le chasteau de Nantes ». Les « bouries et ordurez » vont jusqu’à bloquer, après un orage, la porte Briand-Mailard. Un effort sensible, mésestimé des historiens nantais, a cependant été entrepris pour augmenter le nombre des fosses à détritus, des tous à côté des Jacobins, aménager diverses « choistes d’eau » (gouttières).

12La largeur des voies de communication est restreinte par les avancées des habitations, les constructions parasitaires de façade, les trappes des caves, les bancs des boutiques, les retraits ou cabinets en surplomb.

À l’écoute de « l’usement et style de la ville »

  • 1 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 462.

13Certaines réalités contribuent à faire prendre conscience aux citadins de l’existence d’un quartier sud-est achevé à la porte du château. Un document de Sainte-Radegonde, du 7 janvier 1460, montre que des usages concernent les cheminées, la « choiste des eaux » des toits en ardoises, l’évacuation des eaux usées et les égouts, la dimension et la hauteur des fenêtres qui donnent chez le voisin et qui doivent être au maximum de 7 pieds et demi de haut, « grillées (grillagées) et vitrées », moyennant quoi « lesquelles vues ne pourront [les riverains] empescher ne obfusquer par ediffice ou autrement1 ».

141. Le secteur proche du château relève du fié de seigneurs ecclésiastiques.

15Les deux paroisses dépendent du régaire (domaine) épiscopal et du fief collectif des chanoines. Les officiers seigneuriaux de justice, le sénéchal et les sergents, contestant les usurpations commises du temps de Pierre Mauclerc, usent de toutes les pressions et des armes légales mises à leur disposition pour défendre des privilèges immémoriaux (sic). On comprend l’inquiétude qui s’empare des séculiers et des dominicains quand François II et la duchesse Anne se lancent dans une politique de grands travaux militaires coûteux. Leurs réclamations se font entendre encore en 1502-1506 pour obtenir des indemnisations.

16Un fief rapporte de l’argent aux maîtres du sol qui réclament à leurs dépendants des rentes fixes d’une année l’autre, l’équivalent de loyers ; ils lèvent des amendes ordinaires, exigent les lods et ventes sur les successions, des taxes sur les poids et mesures, les banalités du four, le banvin ou droit exclusif d’écouler le vin pendant quinze jours, l’esmage et des coutumes, des octrois sur les vins et d’autres denrées. Les seigneurs sont en droit de réclamer, en cas de nécessité absolue, des subsides ou des tailles, à l’image de celle qui fut levée en 1478-1479.

172. La levée et le paiement d’impôts, le recrutement de miliciens font réapparaître la notion de quartier privilégié où les gens sont unis et avantagés.

18La solidarité de voisinage est réelle dans ces mini-paroisses qui sont autant de relais entre les familles et les autorités. On a besoin de son vis-à-vis ou de son voisin chaque fois qu’il y a péril. C’est le cas à l’occasion du sinistre de 1415 qui « ardoit » le clocher de Saint-Pierre ou de celui du 10 avril 1410 au couvent des frères prêcheurs, lors des inondations de la Loire en février-avril 1414, en 1447, en 1482, en 1496. La défense s’organise, comme dans les sept autres quartiers de la ville, sous la responsabilité d’un quartenier s’appuyant sur des dizainiers et des centeniers, sous les ordres du connétable et du miseur de la ville.

19Les « gens de l’evesque » se prétendent protégés par des « libertés et franchises », « baillées pour édifier le chasteau de la Tourneuve dont ils [les paroissiens]

  • 2 Ibid.

20entendent s’aider contre les [autres] bourgeois de Nantes afin de ne contribuer au prêt que le Roy demande sur les habitants ». Ces privilèges datent de l’époque où la Tour-Neuve était construite sur un pourprins (terrain et clôture) et à la place d’une maison épiscopale expropriés. Une lettre de Jean IV du 12 mars 1372 fait état d’autres exonérations « tant de garde des portes, de guet, de taillées, de quintaines, de denier pour tavernes et toutes autres impositions quelconques… sauf qu’en cas de guerre, les gens de l’évêque participeraient à la garde de la ville en armes2 ».

  • 3 Arch. mun. Nantes, CC 102 et 383.

21Les officiers ducaux, les élus de la ville n’en tiennent pas compte. Un rolle et esgail de perception d’impôt de juillet 1489 indique, en effet, que le secteur sud-est des Cordeliers doit contribuer pour 384 l. monnaie sur les 3 041 réclamées à l’ensemble de la ville, soit 12,5 % de la somme totale, au quatrième rang parmi les subdivisions urbaines3.

22Les fêtes religieuses sont aussi l’occasion de se retrouver entre voisins et bienfaiteurs de Sainte-Radegonde au nombre d’une vingtaine connus.

Les alentours du château extra-muros

23Du château, du rempart sud-est avec sa porte, on découvre tout un secteur extra-muros proche d’une Loire encore divagante malgré la présence de paliz (palissades).

24Le carrefour « devers le lieu de Richebourg » est le point de départ d’une rue qui devient le grand chemin de Sainte-Luce. Avant les transformations du château de la fin du xve siècle, on trouvait, dans cette partie de la ville, une légère élévation, une motte de rocher et de terre, occupée par une succession de jardins et de vignes. Un chemin, reliant la porte Saint-Pierre à la Ryvière, la traversait, dominé par la tour Saint-Laurent de l’enceinte et une croix. Le Jardin au Duc est un lieu d’agrément très prisé, une sorte de parc avec ses arbres, ses pelouses et ses massifs de fleurs, des vignes et une résidence nommée Château-Gaillard qui donnait son nom à la butte. L’ensemble est rasé sous Jean V pour mieux protéger la ville.

25La « grant rue et pavé » de Richebourg, dans la paroisse Saint-Clément, débute par une petite place ou placitre face à la forteresse et s’achève au lointain par une barrière où sont perçus des octrois. C’est une succession de maisons basses, de masures accompagnées de jardins et de courtils, certaines encore couvertes de glé (paille), de demeures d’artisans, de propriétés extra-muros de notables, de places de maisons et d’hérals ou érails (des terrains), reliées entre elles par des yssues. Une enquête de 1506-1507 rappelle la présence de maisons avancées, de terres de labour entourées de haies et de fossés, de clos de vignes, de « gasts et buissons », de perrières (carrières) dont une relève du prieur de Sainte-Croix.

26Le quartier, alors en pleine expansion, attire les boutiques et les ateliers de bouchers, de boulangers, de ciergiers, de cordonniers, de forgerons, de maçons, de maréchaux-ferrants, de cloutiers, de fabricants de pelles, de selliers, de taillandiers, de barbiers. Des marchands, quelques prêtres, des hommes de loi comme maître

27Pierre de Carré en 1457 ou René du Pont vers 1500, un maître d’école maître Raoul Moreau en 1457, ont investi leur avoir dans des propriétés closes de murs. Des chemins achèvent de découper le « forbour de Richebourc », aboutissant à la chapelle Saint-Antoine de Padoue, à un port et au gué aux chèvres, à des sablonnières, au moulin du chapitre.

28Succédant au port de Pierre de France, qui s’étendait jadis jusqu’aux abords de Sainte-Radegonde quand l’enceinte était réduite à un espace de 24 ha, le port de Briand-Maillard a été aménagé vers 1207 du temps de Pierre Mauclerc et s’étend sur une langue de terre ferme, du château des ducs à la place du Bouffay. Une section occupe le pied de la tour des Jacobins, les abords de la porte et la rive droite de la Ryvière. L’équipement s’est longtemps réduit à une estacade et à un cail ou caillasse incliné pour décharger les produits, avec un degré ou escalier, et un pont de bois au-dessus du fossé devant la porte de l’enceinte et des engins de levée. Les berges, mal protégées, sont envahies par les eaux à chaque inondation. Le premier quai en dur date de juillet 1492. L’ensemble contribue, avec d’autres postes d’ancrage à La Saulzaie, à La Fosse côté Loire, au Port Communeau sur l’Erdre, à faire de Nantes un port de transit, un centre d’échanges atlantiques et fluviaux.

Des liens privilégiés entre une ville et son château

29En temps normal, les rapports entre la ville et sa forteresse ne posent aucune difficulté majeure. On peut même évoquer la complémentarité entre les deux espaces historique et topographique, l’un abritant le souverain durant de longs séjours et ses gens de passage ou à demeure, l’autre une bourgeoisie de marchands et d’artisans aisés.

Des interférences administratives

30Des liens personnels se nouent quotidiennement entre les gens du château appelés les « genz ou officiers du duc », et « la maire et principale partie des bourgeoys ».

311. Un capitaine sert de trait d’union entre la forteresse et la ville. Le gouverneur de la cité, en même temps garde du chastel, apparaît durant la guerre de Succession et est rémunéré 200 l. monnaie par an. Il est secondé par des adjoints : un lieutenant qu’il choisit lui-même ou que le duc lui impose, son représentant et son mandataire, un comptable signalé dès 1400, responsable des troupes et des armes, du personnel subalterne dont fait partie Mathurin Rodier « maître des euvres de Saint-Pierre de Nantes » et du château, un receveur ordinaire des revenus ducaux, un miseur ou comptable des travaux de la forteresse, distinct de celui de la ville, un contrôleur, d’autres officiers désignés par les titres de gardiens, de sergents. Parmi les miseurs du château au moment des travaux de la fin du siècle, on relève les noms de Guillaume Guerault ou Géraud institué en octobre 1466, encore en fonction en 1479, Pierre Guiolle en 1487, Guillaume Picaud en 1488, Clément Collet en 1494. Des contrôleurs sont également cités : Mahet Aloffen 1466, Jehan Le Maistre en 1472, Robin Le Cavelier en 1483. Un certain Guillaume Blandin, surnommé Chantepye, maître queux de la cuisine, est choisi par la reine Anne, le 1er juillet 1498, pour exercer les fonctions de « concierge du château et portier et garde de la Porte Communeau ». Jehan Le Chien est, pour sa part, gouverneur de l’horloge du château en septembre 1472, après le décès de son prédécesseur Guyon Robert.

  • 4 Arch. mun. Nantes, EE 8.

32Le capitaine et ses adjoints sont des chevaliers ou des écuyers qui occupent aussi, à la cour, des fonctions honorifiques de chambellan, de maître d’hôtel, d’écuyer tranchant, permettant d’ajouter aux gages des avantages pécuniaires pris « sur les deniers de la ville » : un prélèvement sur le droit de guet, des cadeaux, des pensions. Tous les détails d’un banquet offert par « Messeigneurs de la Ville » au capitaine Petrot Dayrie en 1472 sont donnés sur un papier où il est question de l’achat de quartes de vin blanc et ypocras (sorte d’apéritif), de pâté de veau, de volailles et de gibiers, etc.4.

332. Le responsable de la ville de Nantes et du chastel surveille étroitement la gestion urbaine.

34Leurs noms calligraphiés, celui d’un représentant du pouvoir comme le Trésorier de l’Épargne Gilles Thomas, des signatures, tout juste esquissées ou déjà bien tracées, figurent dans les papiers de la ville, au bas d’actes de nomination d’agents municipaux, sur la liste des personnalités qui assistent aux délibérations des élus.

35Les directives des « gens du chastel », leurs remontrances sont écoutées, leurs ordres « commis ». Ils concernent des domaines aussi différents que le choix d’une délégation qui se rend à l’étranger ou dans une autre localité, l’achat de munitions, l’adjudication de fermes des impôts de la ville et les rabais pour mauvaise fortune, la signature d’ordres de paiement aux miseurs, le recrutement d’un médecin, la décision d’acquérir de nouveaux canons, etc. À lire les textes, on constate une imbrication des charges et des décisions. Des archives municipales, des copies de mandements consignées sur un Livre rouge, en raison de la couleur de sa couverture, sont, en attendant l’aménagement d’un hôtel de ville, déposées au château dans un coffret carré, garni de fer blanc, dont les clefs sont confiées au concierge. Le capitaine ou son lieutenant figure parmi les auditeurs de la commission d’apurement des finances de la ville, chargés d’opérer la visée des comptes.

363. L’inverse se produit aussi avec l’intervention de la municipalité dans les affaires du château. Le comptable de la forteresse est parfois dans l’incapacité de faire face à ses obligations pécuniaires avec les maigres revenus dont il dispose et qui proviennent des droits seigneuriaux, des rentes ou cens sur les biens afféagés, des amendes, des taxes sur les vins et diverses subventions princières. Le miseur sollicite, avec l’appui du duc, l’intervention et l’aide de son collè gue citadin, obligé de s’exécuter sous la pression venue d’en haut et d’avancer une somme importante. Le 26 juillet 1482 le comptable de la forteresse, Yvonnet Garreau, en difficulté avec sa trésorerie, obtient de la ville 1 200 l. qu’il s’engage à rembourser en octobre 1483. Il lui reste encore à s’acquitter de 600 l. deux ans plus tard.

Des « gens du chastel » sont domiciliés en ville

37Leur présence confère au quartier une allure aristocratique, que corrigent à peine des boutiques d’artisans au service d’une clientèle choisie.

381. Il n’était pas toujours facile de trouver à se loger dans les limites de la paroisse Sainte-Radegonde, sinon par fourrie, par réquisition. Avant l’apparition des manoirs intérieurs, du Grand-Logis et du Grand-Gouvernement, les possibilités d’hébergement du personnel sont insuffisantes ; « petitement logé et indigent de réparacions » disent les écrits. Les bourgeois sont invités à faire un effort pour louer aux officiers, à rendre leurs maisons habitables, à les agrandir, à les refaire à neuf, pour permettre aux fourriers de répartir et de satisfaire les hôtes forcés. Les propriétaires apprécient d’autant moins de telles sollicitations qu’ils se disent endettés pour couvrir les frais d’aménagement et que beaucoup trop de locations restent impayées depuis au moins 10 à 20 ans ! Le duc semble comprendre la situation dans une lettre du 4 mai 1486 et exige que les occupants s’acquittent de leurs obligations et qu’une commission formée du maréchal de la cour, du procureur des bourgeois et de deux citadins assermentés en fixe le montant.

392. Les plus aisés ont investi leur argent dans l’immobilier en ville. Les mieux lotis ont acquis un ostel particulier à proximité immédiate du château, de leur lieu de travail et de plaisir. Mais ils dépassent aussi les limites immédiates du quartier et leurs possessions immobilières ou leurs maisons de rapport se découvrent dans toute l’agglomération et dans la campagne voisine.

40L’investissement obéit aux lois du marché de l’époque. Le prix des maisons est quelquefois mentionné dans un acte de vente ou dans une reconnaissance de rente à verser. Un logis de grant coustaige voisin de la cathédrale, du Bouffay, de la collégiale Notre-Dame ou situé dans la Grande-Rue qui mène du Pilori à Saint-Pierre revient à plus de 200 l. monnaie bretonne, ce qui classe du même coup dans une catégorie exceptionnelle un bien de 400 à 500 l. Les estimations atteignent les plus hauts sommets avec 1 000 à 2 000 l., le prix d’une tour d’enceinte, quand il s’agit d’un manoir urbain avec cour, jardin, dépendances et commodités (cabinets, puits, écuries). Le logis d’un artisan est estimé entre 50 et 200 l. ; une maison basse du quartier populaire de Richebourg, encore couverte quelquefois de glé ou de roz (paille et roseaux), se limite à 10 ou 20 l., un taudis infâme, un galetas, un baraquement, un appentis à moins de 10 l. Il se vend couramment en ville et extra-muros des demis, des quarts de logis, des hérals, des jardins, des prés, des clos de vigne de 5 à 10 l. selon la superficie.

41Si les riverains d’une rue sont sans doute socialement plus diversifiés que de nos jours, des taudis pouvant encadrer un manoir, beaucoup de notables cohabitent près du château, habitent de beaux hôtels particuliers en grison de Chantenay, en pierre de Sayvre (nantaise) ou en granit, en tuffeau du Val de Loire, dont il ne reste guère de souvenirs archéologiques. Les lacunes documentaires, les restaurations successives, l’enchevêtrement des ensembles empêchent d’inventorier de tels immeubles dont les corps de logis sont disposés autour d’une cour et sont plus hauts que les logements des simples artisans. Les différences tiennent aux étages à encorbellement, en saillie sur la rue, aux poteaux corniers et aux pans de bois peints ou sculptés, prolongés ou hourdés de maçonnerie, au nombre des fenêtres qui confèrent aux façades l’aspect de lanternes ou de cages de verre. Le luxe se mesure, à défaut de connaître le mobilier par un testament, à la salle de réception, située au premier étage, au nombre de chambres particulières, aux commodités, aux belles fenêtres à meneaux, éventuellement à une galerie.

  • 5 Arch. mun. Nantes, DD 3 et EE 164, f° 1.

42Des cahiers de prisaige de maisons encore debout ou en ruines ont survécu. Les expropriations ont commencé à la porte du château et au départ de Richebourg dès les années 1456-1460, mais l’essentiel des destructions volontaires s’est produit sous les deux derniers souverains de la Bretagne. Une enquête a lieu du temps où la monnaie tournois y a cours en 1492 (le libellé en monnaie française a été un moment adopté dans les comptes du temps de Charles VIII avant de revenir au système breton sous Louis XII), une autre plus tard, en 1502 sur ce qu’il reste à payer. Les documents distinguent, pour chaque nom d’ancien locataire, la valeur des rentes levées sur un fons ou terrain soumis à rente (cens), des superfices au-dessus du sol, avec des dimensions et quelquefois des indications de constructions. Des articles concernent l’espace situé entre le portail Saint-Pierre et la Loire, l’entrée de la rue de Richebourg, toute une zone au pied des tours de la forteresse convertie en chemin et en dépôt de terres extraites des douves5.

43De l’examen de ces pièces d’archives sur les biens abattus, il ressort que le voisinage de la forteresse était recherché par des gens aisés en 1492. Le prisaige indique en effet des valeurs qui se situent entre une centaine de livres tournois et plus de 500. L’un des logis est qualifié de neuf, celui d’un certain Colas Jouyau, dont la prisée atteint 332 l. tournois.

44De riches propriétaires se succèdent dans le recueil ou avoisinent des artisans. Parmi eux, nous rencontrons la veuve de Simonnet de Marceille, détentrice d’une maison estimée, en 1492, 506 l. tournois, une fortune, les héritiers de Pierre Picart, ancien valet de pied de la reine, récemment décédé, dont le bien atteint 432 l. t., maître Jacques Thobelet, copropriétaire avec la veuve Bretet (115 l.), la veuve Jehan Doguet (111 l. 10 s.), feu Champdepie ou Chantepie, maître queux de la reine (432 l.), le curé de Sainte-Radegonde (318 l.), le chapelain Hervé Tousze (165 l.), Colas Jouyau et sa femme, héritière de Guillaume Pasquier, près des Jacobins (332 l.), maître François Avril (196 l. 10 s). On signale encore la maison du doyen de Nantes près de la « maison de la taillerie » du duc (390 l.), l’habitation de la veuve Jehan Piton, celle de Jehan de La Mote et de son épouse Marie Piton avec leur éral à Richebourg, pris pour tracer un chemin (210 l.) et à côté le jardin de Jehan du Celier, sénéchal (72 l.). Des artisans s’interposent, travaillant pour une clientèle huppée. Ils sont eux aussi bien pourvus de biens dans ce quartier : le gantier Hervé Garnier (un bien de 168 l. t.), le maçon Jehan Le Maistre (397 l. 10 s.), le carreleur Pierre Aubine (185 l.), un premier menuisier nommé Olivier Le Gendre (154 l.), un autre Symonnet de Marseille, le gendre de Fagot, sellier, et Jacques de Moron par moitié (169 l. 10 s.), les héritiers de feu Jehan de La Ramée, claveurier (serrurier) (119 l.), Yvonnet Robert claveurier lui aussi (22 l.).

45Ces quelques exemples cités en 1492 s’inscrivent dans les constructions de prix. Les hauteurs des bâtiments sont données en étages ; mais le premier correspondant à la cave, le second au rez-de-chaussée, une élévation de quatre niveaux au domicile de Champdepie ou chez maître François Avril n’a donc rien d’exceptionnel et nous sommes loin des immeubles modernes et contemporains qui leur ont succédé au fil des générations. Les dimensions au sol sont définies en pieds. Elles ont en général 20 à 25 pieds de long (à 0,33 m le pied) et 13 à 17 pieds de large, avec des cas extrêmes, jusqu’à 54 pieds de long sur 17 et demi chez un menuisier, Olivier Le Gendre, mais avec le terrain. Les enquêteurs ont pris en considération la nature de la construction, la maçonnerie, les terrasses (torchis), les cheminées avec leurs manteaux, de simples chauffepiés, un petit retrait (cabinet), un escalier, les serrures.

46De beaux logis bordent les rues Sainte-Radegonde, du Château et du Pilori à port Briand-Maillard. L’hôtel de Guillaume Montauban, seigneur de Cens, fait face à la chapelle Saint-Gildas en 1443 ; la maison de maître Guillaume Montigné, seigneur de La Haye en Sainte-Luce, avoisine la rue qui rejoint le port. L’Allemand Hans Lezin ou Dezines, gouverneur de l’horloge, habite en 1488 rue du Château, le médecin du duc maître Pierre Thomas également… Des prêtres vivent aussi ici, mais les lacunes documentaires n’incitent guère à dresser des statistiques.

47Extra-muros, Richebourg, au pied du château, est un quartier populaire. Il renferme donc des logis appartenant aux humbles comme aux plus aisés avec Pierre Choque dit Bretaigne, héraut et roi d’armes de la reine Anne, le narrateur du transfert du cœur de la souveraine dans sa bonne ville de Nantes en 1514. Quelques curés semblent s’égarer au milieu d’artisans, comme Jehan Goury en 1475, Pierre Richard en 1432 ou Jacques Géraudin en 1497.

Des sources d’approvisionnement similaires

48Le port Briand-Maillard est un des éléments d’un complexe portuaire pluri-fonctionnel

491. Nantes est devenue le grand port de transit et l’étape du cabotage ligérien. Sa prospérité est née du trafic sur la Loire et l’Erdre, du passage des ponts en direction du Poitou, de la présence d’une population estimée à 14 000 habitants et d’activités multiples d’artisanat et de transbordement.

50Les berges de Briand-Maillard sont fréquentées par des mariniers, des voituriers, des marchands ligériens, des jaugeurs, des percepteurs d’impôts (le méage, le denier par livre, les taxes sur les vins, dont le billot). Tous ces gens placés sous le contrôle des clercs de la prévôté, débarquent, inventorient, réexpédient des marchandises et des matériaux. Ils accueillent des quantités de pierres de construction, d’ardoises, de bois destinés au château ou à l’enceinte urbaine, amenés par une batellerie diversifiée : des batels (barques), des barges, des escaffes ou estaffes remontent la Loire, des sentines de 6 à 12 tonneaux de capacité de transport, des chalands d’une vingtaine de tonneaux apportent des produits pondéreux. Au hasard des détails donnés par les comptes des miseurs et des contrôleurs et leurs pièces annexes, on apprend la venue de 40 chênes livrés par un certain Yvon Jaunay pour la construction des piliers et des estapes des ponts en réfection en mai 1477, du grison (désignant de la granulite blanche et du quartz résistant) brut des carrières de Misery ou de Miseric à Chantenay, des pierres d’Orvault, des bords de la Sèvre nantaise, de Vigneux, de la chaux de Saffré, du tuffeau de Saumur. Les facilités d’accès du côté de la ville et du château, quand la porte n’est pas bloquée par un amoncellement de détritus comme en avril 1449, expliquent que les plus lourdes bombardes de cuivre ou de fonte, amenées par voie d’eau, y débarquent, que des munitions soient expédiées par la même voie vers d’autres places menacées, comme Ancenis en 1467. Jehan de May, de Brest, y amène en 1469, 1 250 pierres de canon taillées dans la carrière de Daoulas.

512. Le port reçoit une partie de l’importation des vins par tonneaux (de 2 pipes) et pipes (de 450 litres) venus du comté de Nantes, de Haute-Goulaine en 1487, du Val de Loire, de l’Orléanais, de Sancerre, de Saint-Pourçain, redistribués ensuite dans toute l’Armorique et dans les campagnes. Sur 3 300 tonneaux introduits en 1440, 1 000 à 2 000 sont réexpédiés à Vannes, en Normandie et en Flandre. C’est un fret rémunérateur, à la descente, pour les bateaux qui ont amené à la montée des tonneaux de blés (froment, épeautre, méteil, orge), du poisson en quantité, de la viande fraîche ou salée, des graisses, des produits laitiers, des légumes (pois, fèves) et une partie des 10 000 tonnes annuelles du sel de la Baie (de Bourgneuf) et de Guérande, du salpêtre et de l’alun, du fer espagnol, de l’étain anglais, du plomb, de l’acier, et 5 000 à 6 000 balles de laine ibérique. Les points d’ancrage du quartier de Richebourg expédient des pierres, du sable dit « de rivière », des briques venues de Thouaré ou fabriquées sur place, des quartiers ou pandans de tuffeau.

Heurs et malheurs d’un voisinage

52On mesure le danger et les dangers d’une proximité en « temps et saesons dostilité » et même en période d’instabilité politique quand la garnison complote, chaque fois que la « closture est très indigente de réparacions » et que la « chouse publicque » exige des sacrifices de la part des particuliers.

53Nantes et sa forteresse, guère éloignées d’Ancenis et des marches frontalières, ont contribué à garantir l’indépendance bretonne. Un premier siège, du 19 juin au 6 août 1487, un échec français semblent avoir montré, sur le coup, l’efficacité des fortifications locales, mais en fait ils ont masqué la réalité aux défenseurs. Vouloir à tout prix surestimer la valeur des murs, le moral des troupes et les performances de l’artillerie est en totale contradiction avec le témoignage des textes.

54Anne de Bretagne, présente dans le château, a fait l’expérience d’un siège, avant de succéder à son père après la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier le 28 juillet 1488 et la mort du duc. Si les troupes royales et leurs séides bretons, parmi lesquels figure le maréchal de Rieux, ont échoué devant la place, si l’ennemi a dû battre en retraite devant la résistance de la garnison, la venue d’étrangers, de volontaires rennais, guérandais, bas-bretons et les exploits de la milice regroupée derrière des étendards aux armes de la ville, la suite des événements n’autorise à parler que d’un répit de quelques mois, finalement préjudiciable pour l’avenir.

55Car la victoire nantaise a coûté très cher aux citadins à tous les niveaux, qu’ils soient économiques avec la baisse du trafic commercial, financiers avec les tailles réclamées aux plus fortunés ou les faillites des fermes des octrois et des billots sur le vin, matériels avec les « places ruyneuses » laissées par les troupes à Saint-Clément et les destructions volontaires pour dégager les abords des remparts, sociales avec l’afflux de réfugiés, mentales avec la peur qui s’insinue dans l’esprit des contemporains. Notre ville n’est pas, depuis 1487 et même plusieurs mois après le mariage entre l’héritière du duché et le roi Charles VIII en novembre 1491, à l’abri des maux dont souffre la Bretagne tout entière, de cette situation catastrophique que certains historiens bretons souhaiteraient minimiser.

Un drame méconnu : les expropriations pour la défense

56Une des conséquences des campagnes de travaux pour étendre la forteresse est l’expropriation de terrains et la démolition de maisons dans l’intérêt public. Les premières mesures ont été prises dans le passé, au xiiie siècle du temps de l’érection de la Tour-Neuve, puis sous Jean IV à la fin du xive siècle.

57Le mouvement d’expropriation prend une tout autre dimension au xve siècle quand on bâtit les tours du Port, des Dominicains, de la Boulangerie et du Pied-de-Chèvre, des Espagnols. Dès l’année 1468, sous la gestion du miseur spécial Guillaume Guéraut, puis du temps de son successeur Pierre Guiolle, les comptables, chargés de l’édification des boulevards et des douves, doivent envisager la saisie de terrains et la démolition de maisons du côté ville, et prévoir des indemnités aux maîtres du sol et aux occupants.

581. On retrouve ces cahiers de prisaige signalés précédemment pour les années 1492 et 1502. L’évêque et ses chanoines se démènent pour obtenir les dédommagements promis et montrent, à cet effet, des documents officiels.

59Chaque commission fait appel à des « gauléeurs » (mesureurs) élus et assermentés. L’enquête aboutit à une évaluation globale, dont voici la conclusion :

« Et avons trouvé qu’il a esté mis et employé aux accroissements dudit chasteau au dedans de ladite ville esdites douves et fossez et aux places, chemins et yssues d’iceulx entre la rivière de Loire, le couvent des Jacobins, les maisons de Richard Le Conte et de feu Olivier le Tailleur, à présent étant les prochaies dudit chasteau, l’église sainte Aragonde [sic] et le chemyn qui descend devers Saint Pierre à ladite église, la maison et jardin du doyenne [sic] et le mur de la ville du costé devers Richebourg le nombre de 23 maisons qui estoint de ladite paroisse de Sainte Aragonde et plusieurs jardins, le tout fyé et estaige dud. évêque. »

60Le même texte rappelle ensuite qu’entre Saint-Pierre, la tour Saint-Laurent, le quartier de Richebourg et la Loire, d’autres pertes ont été provoquées par les premiers travaux d’élargissement, le récent siège de 1487 et la poursuite des campagnes d’aménagement de la forteresse. Cette interférence d’un conflit et d’un chantier a amené la disparition de 32 autres logis extra-muros dans la paroisse Saint-Clément. Le total de 55 habitations montre l’ampleur d’un drame méconnu.

612. L’évêque et les chanoines ne sont d’ailleurs pas les seuls lésés par la diminution de leurs fiefs et la réduction de leurs droits seigneuriaux. Parmi les perdants figurent la fabrique de Saint-Clément, des chapelains, des receveurs restés sans emploi, des fermiers des impôts indirects pénalisés par l’atonie du commerce, des personnalités, d’humbles artisans, des ouvriers et paysans domiciliés à Richebourg.

62Les prisaigeurs et les victimes chiffrent aussi la baisse des loyers à 7 l. 9 s. 3 d. par an pour l’évêque, soit par le jeu des retards enregistrés sur plusieurs années, à 74 l. 9 s. 6 d. Les chanoines déclarent un manque à gagner de 35 l. 2 s. 8 d. par an, soit, avec les arriérés, la somme de 689 l. 3 s. 4 d. D’autres droits seigneuriaux ne sont même pas évoqués : d’éventuels subsides exigés des habitants en cas de nécessité, les banalités, les octrois, etc.

Les nécessités d’un « éminent perill de guerre »

63Le rôle stratégique du verrou nantais justifie l’accélération des travaux de défense et les mesures prises in extremis par les autorités pour renforcer les fronts est et sud-est, face à Saint-Clément et à Richebourg, les plus exposés.

64Les quarteniers ou catronniers, auxiliaires du connétable, sont promus en la circonstance responsables de la mise en défense : Jehan Tourfou puis Herquy Friconneau pour le quartier de Port-Maillard, et Hervé Le Coutelier pour le secteur de la cathédrale. Des gens d’armes, des canonniers de plusieurs nationalités viennent en renfort et sont logés dans la tour Saint-Lorens. Le service de guet est tenu par des eschauguetteurs, qui réclament du charbon de bois pour se chauffer « par le grant froy qui dure en hiver ». La ville fait rentrer des vivres, des munitions et paie du personnel médical, des barbiers-chirurgiens en surnombre.

65Les « abillements de guerre », indispensables à la garnison renforcée de contingents étrangers et aux unités de la milice, sont renouvelés et stockés. La porte Briand-Maillard, les étages de la tour Saint-Laurent accueillent des « bastons à feu » et des armes blanches. Des pièces d’artillerie sont essayées depuis le boulevard méridional, en direction des bancs de sable et des terrains vagues qui bordent la Loire, et les coûteux boulets de pierre ont même été récupérés. Eonnet Le Flou, de Pirmil, reçoit une récompense « pour avoir besché et amené au port Brient Mailart la pierre que la bombarde avoir gicté ». Des barrières sont dressées pour ralentir la marche d’un éventuel assaillant, des loges flanquées de gabions sont établies au sommet des courtines, des petits fortins ou moineaux sont élevés à la hâte aux points stratégiques, aux angles, dans les fossés. On va même jusqu’à réquisitionner des balles de laine espagnole, venues de Billebau (Bilbao), pour amortir les coups des boulets.

66Le temps passant, l’âme de la résistance s’épuise dans ces ultimes efforts de protection, et chacun sait que si le château capitule, tout le dispositif défensif s’effondrera.

La fiabilité du château remise en cause depuis 1484

67Déjà, depuis un certain nombre d’années, des complots sont ourdis à l’intérieur même de la forteresse, qui portent atteinte à l’unité nationale face aux « Franczois ennemis du duc ». L’élimination du favori Pierre Landais se trame dans les pièces du château lors de rencontres des chefs de la noblesse avec Jean de Chalon, prince d’Orange, neveu de François II. La mort du chancelier Chauvin, le 5 avril 1484, leur a donné un motif supplémentaire pour liquider le conseiller honni. Deux fois de suite, les conjurés ont cherché à s’en emparer avec une bande d’hommes armés, avant de réussir leur coup de force en juin 1485 et d’imposer l’exécution ignominieuse de l’ancien Trésorier général du duché.

68Une sédition militaire éclate le 30 novembre 1487 qui voit intervenir « divers aultres gens de trect et de guerre » cantonnés dans les tours de la ville. Ils essaient en vain d’ameuter la population en sonnant le tocsin et cherchent à enfoncer les portes du château pour s’emparer du duc d’Orléans et du comte de Dunois, au service de la cause bretonne plus par intérêt que par conviction. Les dernières années du règne de François II sont une longue suite de déconvenues, achevée par l’échec de SaintAubin-du-Cormier. Le rêve d’indépendance se prolonge encore quelques mois, de septembre 1488 à novembre 1491, au début du règne d’Anne de Bretagne.

69La trahison d’Alain d’Albret, qui avait espéré un moment la main de la jeune duchesse, précipite la fin d’une tragédie, doublée d’une crise financière et de misères sociales. Le comte livre le château dans la nuit du 19 au 20 mars 1491 et prive ainsi la ville de toute possibilité de résister, en supposant que la population découragée ait eu encore la volonté de le faire. Le compte du contrôleur des années 1491-1492 laisse entendre que des précautions ont été prises aux abords des Jacobins et de Sainte-Radegonde, face au pont reliant la place forte à la ville. Des articles font allusion à la démolition de maisons et de clôtures, au creusement de tranchées, à la construction de palissades et de barricades, au changement de serrures (sic) aux portes de la ville, à la mise en place de canons, le samedi et le dimanche qui ont suivi la trahison. Pourtant, quelques lignes plus loin, le même document inscrit des dépenses en vin, en drapeaux, en fagots pour des feux de joie à la « venue du Roy » !

70Les préparatifs du siège, les mesures de précaution et les quelques jours de combat accompagnés de tirs de canon ont coûté cher à la ville. Les hôpitaux nantais sont combles et les barbiers-chirurgiens ne savent plus où donner de la tête pour panser les plaies, ôter les flèches et les projectiles des arquebuses incrustés dans les corps. « Et demeura la pierre au corps dudit suppliant qui ne put oncques la faire tirer », raconte un témoin. Plusieurs quartiers de la ville ont souffert, les abords de Saint-Pierre, Richebourg, les paroisses Saint-Clément et Sainte-Radegonde. Une nouvelle tranche de l’histoire nantaise commence alors.

Bibliographie

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

Archives municipales de Nantes : séries AA, CC, EE. Archives départementales de Loire-Atlantique : B 51, E 164, E 183-192, E 214 et 215, G 147, 256, 309,492, H 299. H. de Berranger, Évocation du vieux Nantes, Paris, Minuit, 1966. F. Brault, « Église paroissiale de Sainte-Radegonde », BSAHNL-Inf., vol. 59, 1917-1919. J. Furret et D. Caille, « Les fortifications de Nantes aux diverses époques », Annales de la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure, 1916-1917, p. 49-57. C. Durville, « L’église et la paroisse Saint-Laurent », BSAHNL-Inf., vol. 49, 1908. J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, Paris, Maloine, 2 vol., 1987. P. Jeulin, « Histoire lapidaire du château de Nantes », BSAHNL-Inf., vol. 64, 1925, p. 121-188. P. Jeulin, L’évolution du port de Nantes, organisation et trafic depuis les origines, Paris, 1929. M. Le Mené, « Temps de prospérité et temps des illusions », P. Bois (dir.), Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977 (bibliographie). M. Le Mené, « La construction à Nantes au xve siècle », Annales de Bretagne, t. LXVII/3, 1961 (réédité dans Villes et campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Nantes, Ouest-Éditions, 2001, p. 13-53). G. Minois, Anne de Bretagne, Paris, Fayard, 1999 (bibliographie). J.-P. Leguay et H. Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, Rennes, Ouest-France Université, 1982. J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, Maloine, 1981. J.-P. Leguay, « Un acte de foi et de fidélité post mortem : l’inhumation du cœur de la duchesse Anne dans sa bonne ville de Nantes », actes du colloque du GRHIS de l’université de Rouen sur Identité chrétienne et espace urbain, janvier 2000, Rouen, 2006. J.-P. Leguay, « La peur dans les villes bretonnes au xve siècle », Peurs citadines, Histoire urbaine, n° 2, décembre 2000. J.-C. Renoul, Le quai et le Port Maillard, Nantes, 1863. H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967. J. Vailhen, Le conseil des bourgeois de Nantes. Contribution à l’étude du droit municipal en Bretagne, DES dactylographié, Rennes, 1965.

Notes

1 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 462.

2 Ibid.

3 Arch. mun. Nantes, CC 102 et 383.

4 Arch. mun. Nantes, EE 8.

5 Arch. mun. Nantes, DD 3 et EE 164, f° 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540