Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Sixième partie. L’allégorie à la Renaissance, arme des dissidences

Un pileus et deux poignards : les symboles immuables du tyrannicide, du denier eid mar de Brutus à l’emblème d’Alciat Respublica liberata (1546)

Stéphane Rolet

Résumé

Cette étude s’efforce de mettre en lumière comment une composition symbolique fameuse dès l’Antiquité comme celle du denier eid mar frappé par Brutus pour commémorer un acte révolutionnaire par excellence – le meurtre du tyran –, mêle pourtant tradition et nouveauté radicale. Puis, en suivant la réception de ce schéma à la Renaissance, dans le domaine de la médaille et dans celui de l’emblème, on se demande quel transfert de sens s’opère alors – avec quel enrichissement et quelle déperdition – et quelles nouvelles significations ces temps nouveaux lui confèrent.

This study tries to show how a symbolic composition, famous since Antiquity – which appears on the reverse of the denarius eid mar struck by Brutus after the Ides of March to commemorate a revolutionary act, the tyran’s murder – puts tradition and radical novelty together. We follow then the reception of this scheme in the Renaissance and more specifically within the medals corpus and Alciato’s emblems and we try to highlight how the original meanings are reinterpreted and which new significations are brought by this new era.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le fameux denier eid mar frappé par Marcus Iunius Brutus pour commémorer l’assassinat de César qu’il a lui-même fomenté sera au centre de cette étude, ainsi que des exemples relevant de sa réception depuis l’Antiquité jusqu’à la Renaissance. En nous attachant à démontrer en quoi cette monnaie est à la fois « révolutionnaire » et traditionnelle, nous tenterons d’en exposer le schéma et l’articulation symboliques. Nous serons plus particulièrement attentif à son célèbre revers au bonnet d’affranchi, le pileus, flanqué de deux poignards.

De là, nous passerons à l’examen de sa réception et de quelques-unes de ses reprises. Pour ce qui est du domaine antique, nous nous arrêterons à un rarissime denier anonyme qui est frappé par Galba en 68 apr. J.-C. au lendemain de la mort de Néron et qui est la seule monnaie antique à reprendre le revers du denier de Brutus. Là encore nous chercherons à montrer le fonctionnement symbolique d’ensemble de cette monnaie et à saisir les raisons qui ont pous...

Auteur

Maître de conférences (latin) à l’université de Paris 8-Vincennes/Saint-Denis et chargé de conférence à l’EPHE. Après un doctorat consacré aux « Hieroglyphica de Pierio Valeriano (1556) : somme et source du langage symbolique de la Renaissance », il s’est intéressé à l’histoire des symboles de la tradition gréco-latine et, en particulier, à leur réception à la Renaissance.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540