Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Cinquième partie. Allégorie plastique, allégorie littéraire dans les controverses religieuses du xvie siècle

De l’âge d’or aux plaisirs mondains : le cycle des mois d’Étienne Delaune et de la rue Montorgueil

À propos du mois de mai

Estelle Leutrat

Résumé

L’étude comparée de la représentation du mois de mai dans deux cycles de gravures, l’un réalisé par Étienne Delaune et l’autre effectué dans les ateliers de la rue Montorgueil, permet de mesurer, malgré leurs ressemblances, la « dissidence » radicale opposant les deux univers politiques et religieux qui s’expriment à travers ces images. L’hommage de la citation dans le travail de l’artiste de la rue Montorgueil, clairement orienté vers le calvinisme, ne rend que plus important le contraste qui sépare les deux types de représentation figurée et les idéaux qu’ils mettent en scène. Cette différence souligne également le rôle important pris par le calendrier et les œuvres qui en dérivent dans la propagation des idées réformées en France vers 1550.

The picturing of the month of May in a cycle of engravings from the workshops of the Rue Montorgueil was inspired by Etienne Delaune’s work and, if it bears actual likeness to its model, deep alterations have been brought nevertheless. The political and religious backgrounds are quite different and the artist of the Rue Montorgueil is clearly influenced by calvinist beliefs.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le British Museum conserve parmi ses collections une suite de douze gravures sur bois représentant les mois de l’année1. Anonymes et non datées, leur style particulier permet néanmoins de les rattacher à la production de la rue Montorgueil, en vogue à Paris durant le dernier tiers du XVIe siècle. Chaque composition, selon une tradition établie, décrit les activités agricoles ou les divertissements de la cour associés à chaque mois. Par exemple, le mois de mai (fig. 28) réunit une assemblée de nobles goûtant aux plaisirs de la promenade amoureuse dans un cadre champêtre, se livrant au chant, jouant de la musique et tressant des guirlandes de fleurs, en somme des occupations liées à la renaissance de la végétation et à la fertilité de la nature. La réserve du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France conserve la même suite gravée (fig. 29), à une différence notable2 : les estampes sont désormais ceintes d’un riche encadrement orné dont la pa...

Auteur

Maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Rennes 2. Elle est l’auteur d’un ouvrage intitulé Les débuts de la gravure sur cuivre en France au XVIe siècle (Lyon 1520-1565) paru à Genève, chez Droz, en 2007. Pour l’essentiel, ses recherches concernent l’histoire de l’estampe et du livre illustré en Europe à l’époque moderne. Parmi ses publications récentes : « Honneur aux vaincus : autour des Troyennes et de Polyxène sacrifiée, en France dans la seconde moitié du XVIe siècle », dans Ford (P.), Capodieci (L.), Homère à la Renaissance, Rome, Académie de France à Rome, 2011, p. 361-382 ; « Guerre de Troie et malheurs du temps. À propos de l’Histoire de Troie (François Desprez, rue Montorgueil) », dans Costa (S.) éd., Illustrer l’histoire. La gravure et l’histoire. Les livres illustrés de la Renaissance et du Baroque à la conquête du passé, Grenoble, Les Cahiers du CRHIPA, no 18, 2010, p. 103-124 ; « Les Vues d’optique. Une poétique de l’espace », dans Guillaume (J.) éd., Jacques Androuet du Cerceau « un des plus grands architectes qui se soient jamais trouvés en France », Paris, Éditions Picard, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2010, p. 183-196. Elle a également publié en collaboration avec Cordélia Hattori et Véronique Meyer, Le recueil d’estampes comme entreprise éditoriale en Europe (XVIe-XVIIe siècle), Milan, Silvana Editoriale, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540