Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Cinquième partie. Allégorie plastique, allégorie littéraire dans les controverses religieuses du xvie siècle

L’Europe des signes : les Grecs, figure de la dissidence au temps de la Pléiade et d’Étienne Pasquier

Edith Karagiannis-Mazeaud

Résumé

L’Europe humaniste choisit dans la mythologie et l’histoire des Grecs des allégories et symboles pour figurer les dissidences du XVIe siècle liées notamment à la Réforme : le bonnet d’Ulysse, signe de liberté, les compagnons chez Circé et les Lotophages, les Géants finalement soumis, l’Hydre et, enfin, le motif des Grecs eux-mêmes, considérés comme l’exemple du juste châtiment frappant ceux qui se coupent de l’Église, apparaissent ainsi, à partir de 1547, sur des médailles de Charles-Quint, des rois de France et sous la plume de la Pléiade et de Pasquier.

In the 16th century, humanist Europe appeals to Greek history and mythology to communicate ideas and intentions regarding religious and political dissidence. Ulysses’cap, Ulysses’comrades on Circe’s island, the Lotophags, the Gigantomachy, the Lernaia Hydra and, last but not least, the fate of the Greeks themselves are all used in literature and arts, especially numismatic, for purposes related to current political and religious affairs as the struggle against Reformation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’enseignement et la culture humaniste européenne, ordre et harmonie ont souvent été, jusqu’à nos jours, les notions majeures associées à « la Grèce », présentée en idéal berceau de la civilisation occidentale. Cependant, dès la Renaissance, on s’intéresse aussi et tout autant à leurs contraires : chaos et surtout hubris, excès, luttes intestines et dissensions, voire dissidence, sur le plan individuel ou collectif, viennent s’ajouter à d’autres facteurs tels l’alphabet et la langue, la situation géo-politique et économique, et surtout la religion, pour qualifier cette fois « les Grecs » et les situer à part. Il est vrai qu’eux-mêmes, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, cultivent cette position singulière face aux autres en général, ces « barbares1 », confortant ainsi l’inclination des « Occidentaux » à amalgamer Anciens, Byzantins et post-Byzantins. Aussi au XVIe siècle, les « Gentils ethniques », comme on les appelle encore2, font-ils très fréquemment figure de référence...

Auteur

Maître de conférences à l’université de Strasbourg. Ses travaux récents portent sur la Grèce antique et post-byzantine dans l’Europe humaniste de la Renaissance, son image et influence sur les arts et les spectacles et les lettres en France dans la seconde moitié du XVIe siècle. Elle est notamment l’auteur de Mercure/Hermès au temps de la Pléiade (Genève, Droz), d’Aspects de la ruse au temps de la Pléiade (à paraître), et co-éditeur, avec F. Lestringant et G. Tolias, du Grand Insulaire d’André Thevet.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540