Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Quatrième partie. Nouvelles sensibilités spirituelles et mutations du langage allégorique à l’époque médiévale

Allégorie et dissidence au xive siècle : Cola di Rienzo et la personnification de Rome

Juan Carlos D’Amico

Résumé

Au XIVe siècle, Cola di Rienzo, dont la tentative révolutionnaire est rapportée par l’Anonimo Romano, sut utiliser, à des fins de communication et de propagande, la personnification allégorique de Rome : elle apparaît dans ses lettres et ses discours et il la fait figurer sur divers supports iconographiques. Cette image, d’une grande richesse symbolique, évolue au cours de la carrière politique du tribun, en fonction de la situation de la ville et au gré de ses ambitions.

In the 14th century, Cola di Rienzo, whose revolutionary attempt was related by the Anonimo Romano, often used the allegoric personification of Rome for purposes of communication and propaganda: this allegory appears in his letters and speeches as well as on various iconographic supports. Rich in symbolic possibilities, it evolved throughout the tribune’s political career, depending on the situation of the town and the progress of his ambition.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Salve noster Camille, noster Brute, noster Romule seu quolibet alio nomine dici mavis ! Salve Romane libertatis, Romane pacis, Romane tranquillitatis auctor1 !

Dans une étude sur l’Italie médiévale, Jacques Le Goff se réfère à l’imaginaire urbain quand il évoque l’élaboration d’une image propre des villes médiévales, une sorte d’autoportrait que la ville construit pour définir et mettre en valeur sa singularité2. Selon Le Goff, cette image est le fruit d’une série de représentations littéraires et iconographiques conçues par une élite cultivée à partir d’une synthèse de modèles idéaux, esthétiques et idéologiques dans lesquels la société urbaine se reconnaît. En partant de cette observation, nous nous sommes interrogé sur l’importance que le mythe de Rome pouvait avoir dans l’élaboration de cette image par l’élite romaine, ou plus largement italienne, à l’époque médiévale. D’une manière générale, il s’agissait pour nous de comprendre dans quelle mesure l’image mythique de Rome pouvai...

Auteur

Professeur des universités depuis 2009, Juan Carlos D’Amico enseigne l’italien à l’université de Caen. Il est l’auteur de plusieurs articles sur la Renaissance italienne publiés dans différentes revues spécialisées et d’un ouvrage intitulé Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité, édité en 2004 aux Presses Universitaires de Caen. Il a aussi dirigé la publication, en 2001, des actes du colloque international De la politesse à la politique. Recherches sur les langages du Livre du Courtisan et d’un ouvrage collectif intitulé : L’homme de la Providence : de l’Histoire au Mythe. Il a récemment publié, toujours aux Presses Universitaires de Caen, un ouvrage consacré à la personnification de Rome au Moyen Âge intitulé : Le mythe impérial et l’allégorie de Rome entre Saint-Empire, Papauté et Commune.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540