Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Quatrième partie. Nouvelles sensibilités spirituelles et mutations du langage allégorique à l’époque médiévale

L’Ovide moralisé : une traduction « dissidente » des Métamorphoses d’Ovide ?

Marylène Possamaï-Pérez

Zusammenfassung

Première traduction complète en langue romane des quinze livres des Métamorphoses d’Ovide, l’Ovide moralisé, poème anonyme du début du XIVe siècle se veut et a été senti comme une traduction fidèle du poème latin. Pourtant, on peut parler de traduction « dissidente », non seulement parce que le translateur médiéval ajoute de nombreuses légendes à son texte source, mais aussi, plus profondément, parce qu’il fait subir à ce dernier de subtils infléchissements qui préparent la seconde transposition : l’interprétation allégorique des fables ovidiennes, dans le sens de la vérité chrétienne.

The first translation in roman language of the fifteen books of Ovid’s Metamorphoses, the Ovide moralisé, an anonymous poem of the beginning of the XIVth century, purports to be and was felt as a faithful translation to the Latin poem. Nevertheless we can speak of a «dissident translation», non only because the medieval translator adds many legends to his source text, but also more deeply because he makes subtle changes in the text, that announce the second transposition: the allegoric interpretation of ovidian fables, towards the Christian truth.

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Lorsqu’il entreprend de « traire de latin en romans » les quinze livres des Métamorphoses d’Ovide1 au début du XIVe siècle, l’auteur anonyme de l’Ovide moralisé2 affirme son dessein d’en dire « ce que je entens », c’est-à-dire d’interpréter, de moraliser les légendes antiques.

C’est pourquoi son travail de traduction doit s’entendre au sens médiéval du terme, comme une adaptation – le terme de « translation » est préférable à celui de traduction, puisque le but est de conformer ces fables souvent scandaleuses et obscènes à la « vérité », la vérité chrétienne bien entendu.

Pourtant, cette première traduction complète du poème ovidien en langue vernaculaire est souvent très fidèle à son hypotexte : le moraliste fait aussi œuvre de poète, se montre fasciné autant que son modèle par le phénomène de la métamorphose, qu’il décrit comme l’auteur latin dans son déroulement, ce qui est rare au Moyen Âge.

Dans quelle mesure sommes-nous donc fondée à parler de traduction « dissidente » ?

Le morali...

Autor

Professeur de langue et littérature médiévale à l’université Lyon2-Lumière, Marylène Possamai-Pérez est l’auteur d’une thèse d’état sur l’Ovide moralisé, publiée sous le titre L’Ovide moralisé, essai d’interprétation, Paris, Champion, 2006. Elle a traduit Jean Froissart, Le Joli Buisson de Jeunesse, Paris, Champion, 1995, et a dirigé le volume Nouvelles études sur l’Ovide moralisé, Paris, Champion, 2009. Membre de l’UMR CIHAM (Centre international d’histoire et d’archéologie médiévales), elle dirige et a dirigé des programmes de recherche sur ce texte, témoin capital des mentalités de l’âge gothique. Elle fait partie de l’équipe de chercheurs qui prépare l’édition critique du texte à partir de tous les manuscrits existants. Elle a publié dernièrement « La figure de l’oiseau dans l’Ovide moralisé », Déduits d’oiseaux au Moyen Âge, Senefiance, 54, CUERMA, Aix-en-Provence, 2009, p. 269-281 ; « Comment raconter et interpréter au Moyen Âge les récits d’agression sexuelle de la mythologie antique ? », La mythologie : de l’antiquité à la modernité, Appropriation – Adaptation – Détournement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 183-196 ; « La réécriture de la complainte de Didon », Éditer, traduire ou adapter les textes médiévaux, Lyon, CEDIC, 2009, p. 239-248. Elle est spécialiste de latin médiéval et de la réception de l’Antiquité au Moyen Âge (traduction, allégorie).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540