Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Quatrième partie. Nouvelles sensibilités spirituelles et mutations du langage allégorique à l’époque médiévale

Allégories et dissidences médiévales

Sylvain Piron

Abstract

Au Moyen Âge central, les dissidences semblent se distinguer non par un usage propre de certains symboles, mais au contraire par la mise en cause des allégories sur lesquelles se fonde le pouvoir de l’Église. Cette hypothèse peut être testée dans le cas des hérésies des XIe -XIIe siècles, pour les philosophes radicaux du XIIIe ou dans le débat ecclésiologique du XIVe siècle. À titre de confirmation, l’interprétation dissidente des prophéties ne met pas en œuvre des formes propres d’allégorie.

Far from using symbols in a distinctive way, dissenting groups in the mid-medieval period seem to set themselves apart by contesting with allegories on which the Church’s power has been built: heresies of the eleventh and twelfth centuries, radical philosophers of the thirteenth century and ecclesiological debate of the fourteenth century could bear out this assumption. By way of confirmation, dissident interpretations of prophecies does not bring peculiar forms of allegory into play.

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book will also be available to buy in PDF and ePub formats on the websites of our partner bookstores. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

L’association des termes qui font le titre de ce volume ne va pas de soi pour un médiéviste. L’interrogation correspond à un phénomène bien repéré pour l’Europe du XVIe siècle : l’usage d’emblèmes et autres signes métaphoriques destinés à illustrer et transmettre des messages politiques dissidents. Dans la mesure où ces symboles sont le plus souvent repris de l’antiquité gréco-latine, il est légitime d’interroger en regard leur milieu d’origine. En revanche, la situation se présente différemment dans la période considérée ici, entre la fin du XIe et le milieu du XIVe siècle.

L’allégorie est bien entendu présente, de façon massive, dans les principaux registres culturels du Moyen Âge central, de l’exégèse biblique à la théologie sacramentelle, dans la littérature latine aussi bien que vernaculaire. Il existe également de multiples courants dissidents bien identifiés, qui sont fréquemment qualifiés d’hérétiques par l’institution ecclésiastique. C’est l’articulation des deux thèmes qui ...

Author

Maître de conférences à l’EHESS, spécialisé dans l’étude des dissidences médiévales et de la pensée économique et politique dans la scolastique des XIIIe-XIVe siècles.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540