Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Troisième partie. Le symbole et l’allégorie dans la confrontation entre références païennes et culture judéo-chrétienne

Allégorie et « dissidence » dans la Paraenesis didascalica d’Ennode de Pavie

Vincent Zarini

Résumé

La Paraenesis didascalica d’Ennode de Pavie est un traité pédagogique daté de 511, d’écriture prosimétrique et de forme allégorique. Y interviennent d’abord trois vertus chrétiennes rassurantes, puis Grammaire et Rhétorique, qui se proclame toute-puissante et indifférente à la morale. Peut-être Ennode, en tant que clerc, prend-il ici ses distances avec le rigorisme chrétien en matière littéraire, tout en fournissant pour finir à ses jeunes amis des exemples d’hommes et de femmes de haut rang, éloquents et vertueux à la fois.

Ennodius’ of Pavia Paraenesis didascalica is a pedagogical treatise written in 511 as a prosimetrum with an allegorical framing. First are introduced three Christian and reassuring virtues, then Grammar and Rhetoric, the latter claiming to be almighty and unconcerned with ethics. Perhaps Ennodius, as a clergyman, stands here aloof from Christian severity on literary matters, while giving to his young friends the examples of men and women of higher rank, both eloquent and virtuous.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Justement qualifié par St. Kennell de « Gentleman of the Church1 », Magnus Felix Ennodius est un aristocrate gallo-romain, né en Arles vers 474 ; clerc passé de l’Église de Pavie à celle de Milan vers 496, diacre vers 503, évêque de Pavie vers 513 jusqu’à sa mort en 521, il nous a laissé une ample production littéraire datable des débuts du VIe siècle, avant que son élection à l’épiscopat ne le fît classiquement renoncer à la littérature profane. Au sein de cette œuvre fort copieuse et difficile, où se manifeste souvent le souci de former des hommes publics éloquents, bien que l’on ne croie plus qu’Ennode ait dirigé une école au sens strict, il est un opuscule dénommé Paraenesis didascalica, d’ailleurs par l’éditeur J. Sirmond et non par son auteur2. Traduit pour l’heure à notre connaissance en italien et en anglais seulement3, il est datable de la fin de l’année 511, et se présente comme une lettre-traité, adressée à deux jeunes laïcs partant achever leurs études à Rome ; il s’agit...

Auteur

Vincent Zarini, après avoir enseigné aux universités de Metz et de Nancy, est depuis 2002 professeur de littérature latine de l’Antiquité tardive à l’université Paris-Sorbonne (Paris 4). Il est par ailleurs directeur de l’Institut d’études augustiniennes, composante du Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584 du CNRS, dirigée par Olivier Boulnois).
Ses recherches portent sur les rapports entre littérature, politique et spiritualité, essentiellement à travers la poésie latine des IVe-VIe siècles. Auteur d’une cinquantaine d’articles, il a par ailleurs publié trois livres : Berbères ou barbares ? Recherches sur le livre second de la Johannide de Corippe (Nancy-Paris, ADRA-De Boccard, 1997), Rhétorique, poétique, spiritualité : La technique épique de Corippe dans la Johannide, Turnhout, Brepols, 2003, et, avec Perrine Galand-Hallyn, Manifestes littéraires dans la latinité tardive : Poétique et rhétorique, Paris, Institut d’études augustiniennes, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540