Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

Deux Bretons de Paris au début du xve siècle : les testaments d’Yves de Kerengar et de Guy Raoul

Olivier Guyotjeannin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Avec la collaboration de Pierre Chancerel, Camille Lefauconnier et Stéphane Reecht.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Danielle Courtemanche, Œuvrer pour la postérité : les testaments parisiens des gens du roi au débu (...)
  • 3 A. Tuetey, Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Paris, 1880 ( (...)
  • 4 Le registre original, seul conservé d’une série jadis plus étoffée (Arch. nat., X1A 9807, ci-après (...)
  • 5 Codirigée par Marion Chaigne, l’édition est en partie assurée dans le cadre de travaux pratiques. (...)

2Célèbre dans l’historiographie parisienne pour avoir sauvé du naufrage archivistique près de deux cent quarante testaments, concentrés aux années 1398-1421, le registre où le Parlement de Paris transcrivait officiellement les actes de dernière volonté dont les testateurs lui confiaient la charge de contrôler l’exécution, offre un prodigieux échantillon de textes où l’on aurait tort de croire que les parlementaires et les Parisiens sont seuls. S’ils appellent, en matière de stratégies familiales et spirituelles, de contenu juridique et de portée sociale, un traitement sériel dont les voies ont été déjà ouvertes2, ils apportent aussi, selon les cas, une moisson exceptionnelle de données sur des carrières, des profils de formation, des patrimoines, des bibliothèques. Mais ces richesses sont encore bien cachées puisque, vérifiant une loi qui n’a que l’apparence du paradoxe, la méticuleuse et très sélective édition d’Alexandre Tuetey3 a longtemps masqué la source et différé l’entreprise d’édition critique intégrale des textes, d’autant plus nécessaire que la tradition en est quelque peu tarabiscotée4. Cette édition a été lancée, depuis peu, à l’École des chartes, sous une forme collective et électronique, et l’on n’est ainsi que trop heureux d’associer un peu l’institution et ses étudiants à l’hommage d’amitié et d’estime adressé à Jean Kerhervé5.

  • 6 Ce codicille est transcrit dans T à la suite du testament (f° 216 v°-223 v°, d’après R, f° 451-453 (...)
  • 7 André Chédeville, « L’immigration bretonne dans le royaume de France du xie au début du xive siècl (...)

3S’il est senti, l’hommage est aussi dilettante en matière d’histoire bretonne et on laissera prudemment au dédicataire le soin du décryptage et de la glose des deux testaments que nous lui présentons, d’une part celui d’Yves de Kerengar, rédigé en 1410, d’autre part celui de Guy Raoul, composé en 1416, et opportunément complété par un codicille de 1418, dont les précieuses données seront mentionnées, sans que son texte, long de multiples clauses juridiques, puisse être ici édité6. Confirmant l’importance relative de la communauté bretonne de Paris7, marquée d’un très ordinaire mélange de liens avec le pays et d’intégration dans la ville, les deux documents permettent de radiographier les belles carrières de deux clercs aisés, qui se connaissaient d’ailleurs puisque, six ans avant son propre testament, le second apparaît parmi les exécuteurs testamentaires du premier.

4Les formes diplomatiques sont variées : le testament d’Yves de Kerengar est établi, comme de juste en latin, par l’un de ces nombreux notaires apostoliques d’origine bretonne que révèlent les archives parisiennes, puis corroboré à l’officialité de Paris ; le processus oral de préparation, sans doute hâtive, des prescriptions transparaît dans un ordre lâche, brisé de plusieurs retours en arrière, dont se trouve exempt le second testament, où le testateur, clerc mais aussi procureur en Parlement d’après le témoignage croisé du testament de 1410 et du codicille de 1418, tient lui-même la plume, en français, et classe très méthodiquement ses dispositions. Celles-ci, validées de sa seule signature, sont encore retouchées, à deux occasions, par la rayure de quelques passages, avant la confection d’un codicille à Nantes, cette fois en latin et sous le sceau de l’officialité du lieu, plus tard vidimé par le Châtelet de Paris à la demande des exécuteurs.

  • 8 L’édition des actes du duc Jean V montre à deux reprises Guy Raoul engagé comme procureur auprès d (...)

5Les chemins des deux testateurs se sont pourtant croisés et nombre de traits leur sont communs. L’insistance mise sur les dons à des collèges parisiens (trois collèges bretons mais aussi cent écoliers chez Kerengar, huit collèges dont trois bretons chez Raoul) suffit pour imaginer leurs années universitaires de formation, poussée jusqu’au doctorat en décret pour Kerengar, sûrement juridique aussi pour Raoul. Tous deux originaires du diocèse de Léon, les clercs tiennent des bénéfices en Bretagne, mais très divers : une cure paroissiale pour Kerengar, qui dote aussi une série d’églises et de chapelles proches, la dignité de prévôt (attestée explicitement en 1418 seulement) à la collégiale de Guérande pour Raoul. Entre la Bretagne et Paris s’égrènent quelques lieux, où divers legs marquent explicitement ou implicitement la détention passée ou présente d’autres charges, la collégiale de Montmorency pour Kerengar, une chapelle à Mantes, un doyenné au diocèse de Chartres et un passage à la cathédrale d’Orléans pour Raoul. Les liens avec le pays natal, beaucoup moins avec la famille, sont forts, prolongés par un attachement peu surprenant à la chapelle parisienne de Saint-Yves, marqués aussi chez Raoul par un flottement de la résidence que met en pleine lumière le codicille de 1418 : le testateur a alors quitté Paris, pour des raisons qui nous échappent mais qui peuvent être dictées par la simple prudence devant les troubles, et se trouve hébergé à Nantes chez l’un des chanoines de la cathédrale, Yves Corolleur. En cas de décès, il prévoit une sépulture dans la cathédrale, mais le départ de Paris a été ou provisoire ou précipité, puisque des documents sont mentionnés comme conservés en son logis (« in pisside infra banchum meum Parisius »). C’est toujours le codicille de 1418 qui nous apprend que les liens forts de Guy Raoul avec la Bretagne (léonaise mais aussi nantaise) sont aussi, en partie, des liens forts avec le duc, qui lui doit 200 livres tournois (léguées à la cathédrale de Nantes) : 50 livres offertes pour aider à la construction d’une maison de Raoul à Guérande, le reste dû tant pour ses gages comme procureur du duc au Parlement que en remboursement des dépenses faites pour l’hôtel du duc à Paris8. S’il n’a pas l’heur d’appartenir au cercle des gens de finances, Guy Raoul n’en est donc pas moins à sa place parmi ces courtiers du pouvoir sur lesquels Jean Kerhervé nous a tant appris.

Annexes

ANNEXES

Testament d’Yves de Kerengar, 5 mars 1410 (n. st.)

Testament notarié, confirmé du sceau de l’officialité de Paris le 23 avril 1410.

Copies : R, f° 268-269 v° (partie aujourd’hui perdue) ;

S, f° 356-363, d’après R. Indiqué : Tuetey, n° 1209.

 « In nomine sancte et individue Trinitatis, Patris et Filii et Spiritus Sancti, amen. Noverint universi presens publicum instrumentum testamenti inspecturi quod, anno ejusdem Domini millesimo quadringentesimo nono, indicione tertia, mensis marcii die quinta, pontificatus sanctissimi in Christo patris et domini mei domini Alexandri divina providentia pape quinti anno primo, in mei notarii publici et testium infrascriptorum ad hoc vocatorum specialiter et rogatorum presencia presens et personaliter constitutus, venerande circunspectionis et magne auctoritatis vir dominus Yvo de Kaerengar presbiter, decretorum doctor, curatus parrochialis ecclesie de Ploe de Linezeu10, Leonensis diocesis, sanus mente et bene ac intelligibiliter loquens, considerans quod presentis vite statum habet instabilem quodque nichil cercius est morte nichilque incercius ejus hora et ob hoc non immerito cogitans de supremis, nolens intestatus decedere, imo verius diem mortis disposicione testamentaria prevenire ac sue anime, quantum humane fragilitatis condicio et quandiu racio regit ejus mentem sibi a Domino tempora largiuntur, providere saluti disponendo de se et bonis a Domino eidem collatis, testamentum suum seu ultimam voluntatem suam fecit, condidit et ordinavit in modum qui sequitur et in formam.

In primis siquidem animam suam, cum de suo corpore exierit, omnipotenti Deo creatori suo, beateque gloriose Virgini Marie, beato Michaeli archangelo, totique curie celesti paradisi humiliter et devote recommendavit. Voluitque et ordinavit predictus dominus Yvo testator debita sua primitus et ante omnia persolvi et ejus forefacta si que sint emendari per executores suos inferius nominandos.

Item voluit corpus suum seu cadaver tradi ecclesiastice sepulture in ecclesia sua parrochiali de Sancto Hilario Parisiensi11, unde est parrochianus, vel in capella Sancti Yvonis Parisius12, seu in ecclesia collegiata de Monte Morenciaco13, Parisiensis diocesis, aut alibi prout videbitur dictis suis executoribus inferius nominandis expediens. Item idem testator legavit capelle Sancti Yvonis predicte ducentum francos semel solvendos tam pro sepultura quam pro missis ibidem ob remedium salutis anime sue celebrandis, prout tam ipsis executoribus(a) quam gubernatoribus ipsius capelle Sancti Yvonis videbitur expediens.

Item legavit ecclesie parrochiali Sancti Rivolai14, Leonensis diocesis, unum calicem valoris et precii decem francorum auri. Item legavit dictus testator capelle Beate Marie de Brelles15, ejusdem diocesis Leonensis, calicem totidem precii et valoris decem francorum auri. Item legavit ecclesie parrochiali de Ploe de Linezeu, unde extitit rector seu curatus idem (b) testator, duos calices valoris viginti francorum auri summam invicem. Item legavit ecclesie Beate Marie de Sancto Renano16 unum calicem valoris decem francorum auri.

Item legavit ecclesie collegiate Sancti Martini de Monte Morenciaco, dicti diocesis Parisiensis, ducentum scuta auri semel solvenda, ordinanda ad voluntatem dictorum suorum executorum inferius nominandorum, pro missis ibidem celebrandis pro remedio salutis anime sue, vel pro reparacionibus fiendis in ipsa ecclesia.

Item legavit scolaribus collegii de Kaerberz Parisius17 viginti francos pro decem missis celebrandis immediate post obitum ejusdem testatoris, in quibus missis omnes scolares ipsius collegii tenebuntur interesse, alioquin qui non intererit nichil habebit ; et celebrabuntur predicte misse cum nota seu cum cantu ; et de istis legatis scolaribus fiet satisfactio de pecuniis in quibus ipsi scolares eidem testatori tenentur, si tempore mortis seu obitus ipsius testatoris eidem debeantur, alioquin super bonis execucionis per illos qui ad hoc onus assument eorum gracia et intuitu pietatis humane.

Item legavit curato Sancti Hylarii, si contingat eum decedere in sua parrochia, octo francos auri semel solvendos ; item fabrice ejusdem ecclesie quatuor scuta auri semel solvenda. Item legavit capellano dicte ecclesie octo solidos parisiensium semel solvendos ; et si placuerit curato dicte ecclesie contentari de omni sua sepultura servicio debito facto, habeat decem scutos, octo francis predictis eidem legatis omnino remotis.

Item voluit et ordinavit quod misse(c) scolarium supradictorum fient in loco ubi corpus dicti testatoris erit sepultum.

Item ordinavit dictus testator quod fient et celebrentur quatuor anniversaria pro remedio salutis anime sue statim per annum post mortem seu decessum ipsius testatoris, pro quibus voluit quod quatuor sacerdotes habeant octo viginti scuta, scilicet quilibet ipsorum sacerdotum seu presbiterorum quadraginta scuta auri.

Item legavit cuilibet ordini quatuor ordinum mendicancium Parisius sex scuta auri ita quod tenebuntur vigilias novem lectionum decantare, et ordini ipsorum qui intererit in ejusdem testatoris inhumacione unum scutum unacum hoc.

Item legavit scolaribus collegii de Treguer Parisiensis18 quatuor scuta auri semel solvenda pro duabus missis celebrandis in loco sepulture ipsius defuncti. Item legavit scolaribus collegii Corisopitensis Parisius(d)19 quatuor scuta auri pro tribus missis ibidem celebrandis. Item legavit predictus testator cuilibet sororum suarum quadraginta francos auri semel solvendos.

Item legavit ecclesie de Canildue20 unum calicem valoris et precii decem francorum.

Item confessus fuit idem testator teneri et debere heredibus seu executoribus defunctorum magistrorum Johannis Croyse, magistri in medicina, et Johannis Pertuyson, magistri in artibus nacionis Normannie, quatuordecim francos, quos voluit et ordinavit persolvi per suos executores predictos ob remedium animarum ipsorum defunctorum ubi hoc commode fieri poterit distribui. Item confessus fuit debere eciam uxori defuncti Reginaldi Solis octo solidos parisiensium.

Item voluit et ordinavit idem testator quod in crastino obitus et sepulture sue celebrentur quadraginta misse ob remedium anime ejusdem testatoris in loco quo contingerit ipsum testatorem sepeliri.

Item voluit et ordinavit idem testator quod pauperibus scolaribus qui reperientur Camerarii et in collegio Sedagorum21 vel alibi cuilibet detur unum scutum de bonis predicti testatoris usque ad summam centum scolarium.

Item voluit et ordinavit quod Margareta portatrix aque habeat de bonis ejusdem duo scuta auri ob remedium salutis anime ipsius testatoris.

Item voluit et ordinavit quod per totum annum quo migraverit ad Christum qualibet die lune celebretur una missa solemnis cum dyacono et subdiacono de beata Virgine Maria in ecclesia parrochiali Sancti Hylarii Parisiensis, pro qua habebit curatus vel celebrans ipsam missam pro ipso octo albos, dyaconus duodecim denarios et subdiaconus octo denarios parisienses ; et duo tenentes cappas (e) habebunt quilibet octo denarios parisienses ; matricularii qui ministrabunt ornamenta et candelas pro bono fabrice habebunt duos solidos parisiensium.

Item voluit dictus testator et ordinavit quod nullus de genere suo, quicumque sit ille, sibi in aliquo succedat quovis modo, sed solum pauperes Christi et loca religiosa juxta et secundum ordinacionem dictorum suorum executorum infra nominandorum, quin imo illi (f) de genere suo omnino exclusit.

Item legavit Domui Dei Parisiensi octo francos auri semel solvendos.

Item voluit et ordinavit quod certa die deputanda et statuenda per executores suos vel deputandos ab eisdem convocentur presbiteri tam in ecclesia de Ploe de Linezeu quam in ecclesia de Ploerin22, unde oriundus extitit, pro officio et commemoracione ibidem ob remedium salutis anime sue fiendis et celebrandis. Pro quibus serviciis fiendis, ut predictum est, legavit idem testator in qualibet ipsarum ecclesiarum parrochialium duodecim scuta auri.

Residuum vero omnium bonorum suorum mobilium et immobilium voluit et ordinavit idem testator distribui per suos executores infranominandos ob remedium salutis anime ipsius testatoris secundum quod ipsis executoribus videbitur expediens.

Deinde idem testator fecit, creavit, nominavit et ordinavit suos et dicti sui testamenti hujusmodi executores quoad premissa omnia et singula complenda, exequenda et persolvenda et ad finem debitum deducenda(g) et terminanda, videlicet venerabiles et discretos viros dominos et magistros Guidonem Radulphi, procuratorem in Parlamento regio, Herveum Ponchardi, advocatum in foro ecclesiastico, et Johannem Rigaudi, bachalarium(h) in decretis Parisius, et eorum quemlibet in solidum. Quibusquidem suis executoribus supranominatis dedit idem testator et concessit datque tenore presentis publici instrumenti et concedit plenam et liberam potestatem et mandatum speciale recipiendi immediate post ejus obitum seu decessum necnon saisiandi et levandi omnia et singula bona sua mobilia et immobilia, ubicumque sint et poterunt inveniri, omniaque et singula debita sua petendi, exigendi, requirendi, recuperandi, recipiendi et habendi et de receptis plenarie quittandi litterasque quittatorias dandi, passandi et concedendi pro premissis omnibus et singulis in suo testamento exequendis, persolvendis et complendis, dans et concedens idem testator predictis executoribus suis et eorum cuilibet plenam et liberam potestatem et mandatum speciale hujusmodi suum testamentum exequendi, complendi et omnia et singula in ipso contenta exequendi et faciendi ac alia que boni et veri executores testamentorum facere possunt et debent et que circa execucionem testamenti hujusmodi fuerint necessaria et eciam quomodolibet oportuna, quod valere voluit dictus testator et tenere per modum testamenti et codicillorum seu aliter meliori modo et forma quibus melius valere poterit et debebit, quascunque alias ordinaciones testamentarias alias per ipsum factas revocando et adnullando propter istud, quod pro efficaci et valido reputari voluit et censeri, usu et consuetudine patrie ad hoc contrariis non obstantibus quibuscunque. De et super quibus premissis omnibus et singulis prefatus testator peciit et requisivit per me notarium publicum infrascriptum sibi fieri publicum instrumentum.

Acta fuerunt hec in domo habitacionis ipsius testatoris sita in vico Cacabi23, in parochia Sancti Hilarii Parisius, sub anno, indicione, mense, die et pontificatu predictis, presentibus ad hoc discretis viris magistris Herveo Ponchardi, licenciato in decretis, curato parrochialis ecclesie Beate Marie de Monte Letherico24, dicte Parisiensis diocesis, Johanne Rigaudi, bachalario in decretis, supranominatis, Alano Boseuc et Luca de Alneto, clericis Leonensis et Cenomannensis diocesum(i), testibus ad premissa vocatis specialiter et rogatis.

Et ego Herveus Baronis, clericus, bachalarius in decretis, Leonensis diocesis, publicus auctoritate apostolica notarius, premissis omnibus et singulis dum sicut premittitur agerentur, dicerentur et fierent unacum prenominatis testibus presens interfui, ea que sic fieri vidi et audivi publicavi(j) et in hanc publicam formam redegi. Ideo huic presenti testamento in hanc publicam formam redacto manu aliena, me aliis occupatus negociis, fideliter scripto signum meum solitum apposui in testimonium veritatis omnium et singulorum premissorum, requisitus.

H. Baronis.

Et nos, officialis Parisiensis, ad majorem confirmationem et certitudinem premissorum, quia(k) nobis constitit et constat et est legitime facta fides per relacionem et disposicionem fidedignorum quod signum et subscripcio superscripta(l) sunt vera et propria signum publicum et subscripcio venerabilis viri magistri Hervei Baronis, clerici, bachalarii in decretis, Leonensis diocesis, publici auctoritate apostolica notarii, et quod ad ipsum magistrum Herveum Baronis tanquam ad notarium et tabellionem publicum habetur recursus pro publicis instrumentis recipiendis(m) et conficiendis, ideo sigillum curie Parisiensis presenti publico instrumento testamentario duximus apponendum in testimonium veritatis premissorum. Datum anno Domini millesimo quadringentesimo decimo, die mercurii post Cantate. »

(a) suivi de ipsis, répété par erreur, S. – (b) item, S. – (c) mille, S. – (d) Parisiis, S. – (e) suivi de quilibet, rayé, S. – (f) sic S, sans doute pour illos. – (g) deduci, S. – (h) bachalarii, S. – (i) diocesibus, S. – (j) publicam, S. – (k) qui, S. – (l) superscriptis, S. – (m) rapiendis, S.

Testament de Guy Raoul, 17 avril 1416 (n. st.)

Testament olographe, avec corrections portées les 12 mai 1416 et 14 avril 1417 (passages rayés, ici entre parenthèses), mentionnées au registre du Parlement.

Copies : R, f° 449 v°-451 (partie aujourd’hui perdue) ; T, f° 210-216 v°, d’après R. Indiqué : Tuetey, n° 188a.

« Ou nom de Dieu le Pere, du Filz et du Saint Esperit. Je Guy Raoul, filz de Yvon Raoul, né de la ville de La Roche Morice25 en l’evesché de Leon en Bretaigne, sain de pensee la mercy Dieu, pensant a ma derreniere fin, fais mon testament et derreniere voulenté en la maniere qui s’ensuit, en revoquant et rappellant tous autres testamens et derrenieres voulentez que autresfoiz auroye faiz, voulant que cestui vaille et tiengne et soit entendu en la meilleur fourme et maniere que faire se pourra, au proufis et acquit de mon ame.

Et premierement je commande mon ame a celuy qui la fist, a la benoicte Vierge sa mere, a monsieur saint Jehan Baptiste, saint Jehan l’Euvangeliste, monsieur saint Aubin, saint Yves, madame saincte Katherine, madame saincte Geneviefve, a monsieur saint Michiel et a tous angles et archangles et a tous les autres sains et sainctes de Paradis, et esliz ma sepulture aux Chartreux lez Paris26 sous ma tumbe qui y est assise, et vueil que mes torsfaiz et debtes qui apperroient soient premierement paiez et satisfaiz. Item que le jour que je trespasseraye se il se puet faire, senon par autres prestres, XL messes pour le remede de mon ame et de mes bienfaicteurs. Item que mes obseques soient leans faictes convenables par les religieux de leans, au plus tost aprés mondit trespas, et die chascun d’iceulx religieux messe ce jour pour le salut et remede de mon ame ; (a) et aient ledit jour pitance le couvent de leans, ce fait, sur mes biens. Item et le jour que on (b) le fera, soit distribuee aux povres pour le remede de mon ame (a), de mes amis et bienfaicteurs, ung blanc de quatre parisis a chascun povre jusques a la somme de XL livres parisis. Item le jour de lendemain soient chantees pour lesdictes ames leans par prestres dudit evesché de Leon qui pourra XL messes ; et qui ne trouveroit tans de prestres de Leon soient de Cornouille ou se non de Treguier ; et en la fin de chascune messe soient faictes memoire de Nostre Dame et de saint Michiel, que ilz vueillent interceder a Dieu pour ma povre ame, et aient chascun desdiz prestres de Bretaingne deux solz parisis.

Item aux quatre ordres mendians lesse pour dire vigilles sur mon corps avant mon enterrement et prier pour moy et lesdictes ames, a chascun ordre seze solz parisis ; et avecques ce au couvent des Carmes a Paris27 pour convoier mon corps auxdiz Chartreux et faire audit lieu un service pour lesdictes ames, cens solz parisis. Item lesse au couvent de Saint Mathurin a Paris28, qui sont tenuz, et les autres de leur ordre et chascun d’eulx, de dire une messe pour moy a mon trespas comme il appert par une lettre que ja pieça ils me baillerent parmi ce que ilz seront tenus de dire chascun d’eulx ladicte messe, quatre livres parisis. Item lesse a l’euvre de Saint Yves29, parmy ce que les procureurs de leans seront tenus chascun jour par ung an entier, et a commencier tantost aprés mon trespas, de faire dire une messe pour lesdictes ames et par ung prestre de Leon qui pourra, et faire memoire aprés chascune messe de Nostre Dame et de saint Michiel et aussi faire audit Saint Yves un service solempnel a note au bout de l’an de mon trespas, cinquante livres parisis. Item celle journee du bout de l’an vueil que donnee soit faicte audit lieu Saint Yves aux povres, a chascun ung denier jusques a dix livres parisis, qui soient pris sur mes biens.

Item lesse a l’Ostel Dieu de Paris, pour la pitance des povres, quatre livres parisis. Item lesse a l’euvre Nostre Dame de Paris vint solz parisis. Item a l’ospital du Saint Esperit en Greve30 XX solz parisis. Item a l’ospital de Saincte Katherine31 en la grant rue Saint Denis, XX solz parisis. Item a l’euvre de Saint Innocent32 a Paris, XX solz parisis. Item a l’euvre de Saint Cosme et Saint Damien33 a Paris, XX solz parisis. Item a l’euvre de Saint Honoré34 a Paris XX solz parisis, et XXIIII solz parisis a estre distribué egalement a ceulx de leans qui convoieront mon corps en terre. Item a chascun vicaire de leans pour prier pour moy et dire chascun IIII messes, huit solz parisis. Item a l’euvre de Nostre Dame de Boulongne la Petite lez Paris35, XX solz parisis. Item lesse aux Celestins de Paris36, pour faire ung service pour lesdictes ames et estre comprins en leurs prieres et bienfaiz, cinquante soulz parisis.

Item a l’euvre de la chappelle Saint Yves a La Roche Morice, XL solz parisis. Item au chapelain qui gouverne ladicte chapelle, pour prier pour moy et dire dix sept psaulmes, X solz parisis. Item a l’euvre du Pont de Landeringneu37 emprés ladicte Roche, XL solz parisis. Item a l’euvre Nostre Dame du Merzer38, ou le corps de mon pere, que Dieu pardonne, repose, XL solz parisis. Item a l’euvre de l’eglise de Gwiabennee39, ou le corps de ma mere repose, XL solz parisis. Item au couvent de Doulas40, pour faire ung service solempnel pour lesdictes ames et estre compris es prieres de leans, LX solz parisis. Item au couvent de Lendennevent41, pareillement soixante soubz parisis. Item a l’euvre Nostre Dame (c) de Brest42, XL solz tournois. Item a l’euvre de l’eglise parrochial de Ploezux43, ou je fus nez, XL solz tournois. Item au curé ou chappellain la resident, dix soubz parisis pour dire et celebrer cinq messes pour mon ame (d). Item a l’euvre Saint Aubin de Guerrande44, dont les procureurs seront tenus de rendre compte, XL soubz tournois (Item pour fonder mon anniversaire oudit Saint Aubin tel jour que le chappitre dudit Saint Aubin verra expediant estre entre le dimenche de la Passion et le jour de Pasques, et soit de XL solz tournois, XXXVI livres tournois) (e). Item a l’euvre de Nostre Dame de (f) Guerrande45, XL solz tournois.

Item pour la fundacion de mon anniversaire a Sainte Crois d’Orleans46, et pour prier pour lesdictes armes, cinquante livres parisis. Item a l’euvre de chascune fabrique de cure de mon doyenné que autre fois eux en Dunois47, dix solz tournois. Item a chascun curé demourant en icelles cures et, en l’absence du curé qui n’y seroit resident, au chappellain, et que chascun d’eulx soient tenus de dire trois messes pour les remedes desdictes ames, six soubz parisis. Item pour estre emploiez au prouffit de ma chappelle, que j’ay eue autresfois, de Saint Blaise en l’eglise de Nostre Dame a Mante48, et pour soustenir les aournemens de ladicte chappelle, X livres tournois.

Item laisse a messire Philippe Barraut, prestre (qui autresfoiz fu mon chappelain)(e), dix livres tournois pour dire des messes et prier pour moy. Item lesse au curé en quelle paroisse je trespasseray, pour tous drois que il pourroit demander a mon execucion et faire ung service a note pour lesdictes ames et estre comprins en ses bienfaiz et(g) convoier mon corps en terre, quatre livres parisis. Item et au chappellain d’illec, XX solz parisis pour dire dix messes pour les remedes desdictes ames. Item au clerc d’ilec, X solz parisis pour dire deux psautiers et cinq sept seaulmes pour lesdictes ames dedens la XVe aprés mon trespas.

Item lesse aux escoliers du Touil a Paris49 pour la substantacion de leur maison, et parmi ce que ilz seront tenus de faire ung service a notte pour lesdictes ames en la chappelle de Saint Yves a Paris et d’estre comprins en leurs bienfaiz, dix livres tournois. Item au college de Kabertz50 par pareille condicion, XL solz parisis. Item au college du Plexis51 par pareille condicion, XL solz parisis, et que ilz facent le service en leur chappelle. Item au college de Cournouaille52, pareillement XL solz parisis. Item au college de Narbonne53, pareillement XL solz parisis. Item au college de la Grant Sorbonne54, pareillement XL solz parisis. Item au college de Petite Sorbonne55, X solz parisis. Item au college des XVIII Escoliers56 devant Nostre Dame, XX solz parisis.

Item deffens que nul de mon lignaige ne me succede en hoir quant a mes meubles et acquestz, mais soit content celui ou ceulx qui me devroit succeder de ce que il me pourroit appartenir au païs par succession de pere et de mere, et XX solz tournois pour toute ma succession. Item laisse a Jehan Denis mon nepveu cinquante escuz, que Olivier son frere me doit et dont ledit Jehan a ja la cedule. Item a Yvon le Bailli mon nepveu, en contemplacion des services que il m’a faiz et pour aidier a acomplir mon testament et a avoir quant le compte dudit testament sera acompli, XX frans. Item a Marguerite ma suer, XX livres tournois a prendre sur cinquante escus que Olivier Denis mon nepveu me doit. Item a Katherine ma suer, a prendre sur iceulx cinquante escuz X livres tournois (Item a Jehan de la Tour, filz de ladicte Marguerite, le remenant d’iceulx L escuz.)(e). Item a Guiot mon filleul et nepveu, a estre baillié a ung maistre qui lui aprendra aucun mestier de quoy il puist vivre ou temps avenir, XX frans. Item a Perrette mere dudit Guiot, pour estre contente de moy et l’aidier a vivre, et parmi ce, je leur quicte aussi bien L frans que feu mon frere son mari me devoit57.

Item a celui de mes amis ou serviteur esleu par mes parens plus prouchains qui fera diligence de acomplir mon testament et rendre compte d’icelui, a prendre lors aussi cent soubz parisis. Item lesse au maistre clerc du premier greffier de Parlement, pour faire diligence de faire rendre compte de mon execucion, cent solz tournois a les avoir quant ledit compte sera rendu.

Tout le residu de mes biens je donne auxdis Chartreux pour prier pour lesdictes ames et estre comprins en leurs bienfaiz et faire expresse mencion de moy en leurs graces chascun jour.

Et faiz mes executeurs le prieur et le procureur desdiz Chartreux, maistre Audry Cotin, maistre Jehan David qui autresfoiz fu a moy, maistre Jaques Touillart procureur en Parlement et messire Philippe Barraut prestre, et deux d’eulx, pourveu que aucune chose ne se dispose a la charge de mon execucion sans lesdiz procureurs et ledit maistre Audry. Item vueil que mes serviteurs soient contentez de ce qu’il apperra leur estre deu et que celui d’eulx qui parfera diligence a faire fournir l’execucion des choses dessusdictes et icelles parfaictes ledit compte rendu(h). Et soubzmés l’execucion de ce testament en la court de Parlement, en lui suppliant que ladicte soubzmission vueille recepvoir, et soit adverti que oncques je ne scele lettres patentes de mon seel dont je ne use a present, qui ne feust signee de ma main. Item vueil que foy soit adjoustee a ce que on trouvera escript de ma main et non rayé en mon manuel ou papier ouquel je auroye autrefoiz escript mon testament. Item communement je porte sur moy en une cedule partie de ce que on me doit en gros et aucunes memoires. Item je ne cuide(i) riens devoir se il n’en est fait mencion oudit papier ou en ladicte cedule.

Fait et escript le Vendredi aouré(j)58 XVIIe jour d’avril, l’an mil quatre cens et quinze, et signé de ma propre main. (Tesmoing mon signe manuel cy mis. G. Raoul. Le douzieme jour de may ensuivant, l’an mil quatre cens seze.)(e) Le XIIIIe jour d’avril l’an mil CCCC dix sept aprés Pasques. G. Raoul.

(a) Le passage et aient – de mon ame, oublié par le copiste de T (saut du même au même), a été ensuite reporté en marge par celui-ci. – (b) on, illisible en marge de T, restitué d’après le sens. – (c) Dame omis, T. – (d) T remarque ici que suivent dans R vingt et un mots rayés, qu’il ne retranscrit pas. – (e) Passage reproduit rayé dans T, tel qu’il est présent et rayé dans R. – (f) de omis, T. – (g) en, T. – (h) Sic, T, passage corrompu. – (i) evide, T. – (j) joure, T.

Notes

1 Avec la collaboration de Pierre Chancerel, Camille Lefauconnier et Stéphane Reecht.

2 Danielle Courtemanche, Œuvrer pour la postérité : les testaments parisiens des gens du roi au début du xve siècle, Paris/Montréal, 1997 ; Marion Chaigne, « Pour le remède et salut de mon âme » : édition et commentaire de trente et un testaments de femmes enregistrés au Parlement de Paris (1394-1420), thèse de l’École des chartes, Paris, 2006 (résumé dans École nationale des chartes, Positions des thèses…, 2006, p. 81-87).

3 A. Tuetey, Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Paris, 1880 (extrait de Mélanges historiques, choix de documents [Documents inédits], t. III).

4 Le registre original, seul conservé d’une série jadis plus étoffée (Arch. nat., X1A 9807, ci-après sigle R) est parfois mal lisible et a perdu de nombreux cahiers ; ses lacunes peuvent être en bonne partie comblées par une entreprise de copie intégrale du xviiie siècle, réalisée pour le compte du Cabinet des chartes, mais dont ne subsistent plus que deux des trois volumes (BnF, coll. Moreau, vol. 1161-1162, ci-après S et T).

5 Codirigée par Marion Chaigne, l’édition est en partie assurée dans le cadre de travaux pratiques. Le texte du testament de Guy Raoul a été à l’origine établi et son annotation préparée au printemps 2006 par Pierre Chancerel, Stéphane Reecht et Camille Lefauconnier.

6 Ce codicille est transcrit dans T à la suite du testament (f° 216 v°-223 v°, d’après R, f° 451-453 ; ind. Tuetey, n° 188b). Il est daté du 24 mars 1418 (n. st.). Une apostille apprend que le testateur était déjà décédé le 16 avril suivant.

7 André Chédeville, « L’immigration bretonne dans le royaume de France du xie au début du xive siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, LXXXI, 1974, p. 301-343.

8 L’édition des actes du duc Jean V montre à deux reprises Guy Raoul engagé comme procureur auprès du Parlement, en 1405 avec huit autres personnages (René Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, 5 vol., Nantes, 1889-1895, t. I : Actes de Jean V de 1402 à 1406, 1889 [Archives de Bretagne, 4], n° 33, p. 18-30, à la p. 28, § XXIV) et en 1409 de concert avec deux autres (ibid., t. II : Actes de Jean V de 1407 à 1419, Nantes, 1890 [Archives de Bretagne, 5], n° 1053, p. 113).

9 L’apparat critique, qui figure à la suite de chaque texte, ne retient pas les erreurs formelles de graphie aussitôt corrigées par le copiste du xviiie siècle.

10 Il faut comprendre Ploe Delmezeu, auj. Ploudalmézeau (Finistère, ch.-l. cant.), comme l’avait déjà proposé Tuetey.

11 Saint-Hilaire, église paroissiale de Paris, au débouché de la rue des Carmes.

12 Le projet d’édification de la chapelle Saint-Yves de Paris, sise entre la rue Saint-Jacques et la rue des Noyers, remontait à 1348 et bénéficia de l’aide du roi, qui en posa la première pierre en 1352. Elle attira naturellement la dévotion des Bretons de Paris, dont plusieurs s’y firent ensevelir (Épitaphier du vieux Paris, t. XII, éd. Hélène Verlet, Paris, 1999, p. 403-464).

13 Collégiale Saint-Martin de Montmorency (Val-d’Oise, ch.-l. arr.).

14 Sans doute Lanrivoaré (Finistère, cant. Saint-Renan).

15 Brélès (Finistère, cant. Ploudalmézeau).

16 Saint-Renan (Finistère, ch.-l. cant.).

17 Collège de Kairemberc (d’après son fondateur Even de Kerobert) ou de Léon (plus tard Petit collège des Bretons). Proche de Saint-Hilaire, il devait fusionner en 1575 avec le collège de Tréguier.

18 Le collège de Tréguier (juste au nord du collège du Plessis) a été fondé par Guillaume de Coëtmohan, chantre de la cathédrale de Troyes, en 1325.

19 Le collège de Cornouaille a été fondé dans la seconde moitié du xive siècle (les premiers boursiers de ce collège furent institués en 1380) par Galeran Nicolas, dit de Grève, natif de Cornouaille. Il était sis rue du Plâtre.

20 Comprendre Lanildut (Finistère, cant. Ploudalmézeau).

21 Comprendre peut-être qu’il s’agit du collège de Cambrai (dit aussi des Trois-Évêques, jouxte le collège de Tréguier) et du collège de Sées (rue de la Harpe), dont la fondation au début du xve siècle est assez obscure mais n’est vraiment achevée qu’en 1427.

22 Plourin (Finistère, cant. Ploudalmézeau).

23 Rue du Chaudron, proche de Saint-Hilaire, actuelle rue d’Écosse.

24 Montlhéry (Essonne, ch.-l. cant.).

25 La Roche-Maurice (Finistère, cant. Ploudiry).

26 Les Chartreux de Vauvert, implantés hors les murs, après la porte Saint-Michel ou d’Enfer, à l’emplacement actuel de l’École des mines.

27 Les Carmes, d’abord installés près du port Saint-Paul, obtinrent du roi en 1309 le droit de s’installer plus près de l’université, entre la place Maubert et la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève.

28 Le couvent des Mathurins, ou Trinitaires, est implanté rue Saint-Jacques, juste à l’est de l’hôtel de Cluny.

29 Chapelle Saint-Yves. Voir ci-dessus, note 12.

30 L’hôpital du Saint-Esprit, fondé en 1362 en place de Grève à Paris, accueillait les enfants pauvres et les orphelins légitimes, dont les parents étaient en général soignés ou morts à l’Hôtel-Dieu voisin.

31 L’hôpital Sainte-Catherine, situé au croisement de la rue de la Sellerie (au débouché de la Grand-rue Saint-Denis) et de la rue des Lombards, a été fondé en 1184, sous le nom primitif de Sainte-Opportune. Il était chargé de recueillir les filles et les femmes pauvres ainsi que celles qui venaient à Paris chercher du travail.

32 Église des Saints-Innocents, située sur la rue Saint-Denis, au nord de l’hôpital Sainte-Catherine, et célèbre pour son cimetière.

33 Saint-Côme-et-Saint-Damien, ou plus couramment Saint-Côme, au croisement de la rue des Cordeliers et de la rue de la Harpe.

34 Saint-Honoré, fondée en 1204 et desservie par une communauté de chanoines, entre les rues Saint-Honoré, des Petits-Champs et des Bons-Enfants.

35 L’église de Boulogne-sur-Seine (auj. Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine, ch.-l. arr.) est achevée, sur le modèle de Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer, au moment où le village prend le nom de Boulogne-la-Petite. Érigée en paroisse détachée d’Auteuil en 1343, elle devient le principal lieu de pèlerinage des Parisiens.

36 Les Célestins, rue du Petit-Musc, juste à l’est de hôtel Saint-Paul.

37 Pont de Landerneau (Finistère, ch.-l. cant.), sur l’Élorn.

38 Notre-Dame-du-Merzer, alias La Martyre (Finistère, cant. Ploudiry).

39 Plabennec (Finistère, ch.-l. cant.).

40 Daoulas (Finistère, ch.-l. cant.), abbaye d’Augustins au diocèse de Quimper.

41 Probablement Landévennec (Finistère, cant. Crozon), abbaye bénédictine au diocèse de Quimper.

42 Chapelle du château de Brest, paroisse unique du lieu jusqu’en 1549.

43 Probablement Plouézoc’h (Finistère, cant. Lanmeur).

44 Collégiale Saint-Aubin de Guérande (Loire-Atlantique, ch.-l. cant.).

45 L’église Notre-Dame-la-Blanche de Guérande.

46 Cathédrale Sainte-Croix d’Orléans (Loiret).

47 Au diocèse de Chartres, le Dunois formait un archidiaconé, mais il existait deux doyens ruraux de Dunois, l’un pour la Beauce, l’autre pour le Perche.

48 Collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie (Yvelines, ch.-l. arr.).

49 Le collège de Thou, ou de Toul, fondé avant 1393, jouxtait l’église Saint-Hilaire.

50 Collège de Kairemberc. Voir ci-dessus, note 17.

51 Collège du Plessis, fondé rue Saint-Jacques par Geoffroy du Plessis, notaire et secrétaire de Philippe V, en 1322. Une partie de ses boursiers venait du diocèse de Léon.

52 Collège de Cornouaille. Voir ci-dessus, note 19.

53 Le collège de Narbonne (rue de la Harpe) a été fondé en 1317 par Bernard de Farges, évêque de Narbonne.

54 Le collège dit de Grande Sorbonne est la « Sorbonne » de Robert de Sorbon.

55 Le collège de Petite Sorbonne, autrement appelé collège de Calvi, était sis entre les collèges de Sorbonne et de Rethel.

56 Le collège des Dix-Huit Écoliers était un hospice d’écoliers et de jeunes clercs, placé sous l’autorité du chapitre cathédral et situé à l’intérieur des bâtiments qui forment l’Hôtel-Dieu.

57 Autres dons à son neveu Guy Raoul, cette fois pour le soutenir aux écoles, et à sa mère Perrette dans le codicille de 1418, qui confirme l’exclusion de la succession d’Yves Raoul et des autres parents du testateur.

58 Le Vendredi adoré, autre nom du Vendredi saint (Pâques tombe le 19 avril en 1416 n. st.).

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540