Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Troisième partie. Le symbole et l’allégorie dans la confrontation entre références païennes et culture judéo-chrétienne

Ancien christianisme et langage symbolique comme signe de dissidence1

Ilaria L. E. Ramelli

Abstract

La lettre d’Ammonios à Apollonios (fin du Ier -début du IIe siècle) présente une ligne horizontale sur le X de la salutation initiale XAIPEIN, qui semble un symbole allusif au nomen sacrum (ou à la croix) du Christ. Cette lettre, si elle est chrétienne, atteste la situation critique des chrétiens à cette époque-là, quand le christianisme était une superstitio illicita et les chrétiens devaient essayer de n’être pas dénoncés. Elle vient d’Alexandrie, où l’évangile « secret » de Marc était aussi utilisé.

The letter of Ammonius to Apollonius (end of the I – beginning of the II century AD) contains a superlinear stroke over the X of the initial XAIPEIN, which is the sign of a nomen sacrum or a staurogram that, together with many other clues in this epistolê kekhiasmenê, points to the Christianity of the writer and the addressee. It attests to the critical situation of the Christian communities in those days, when Christianity was a superstitio illicita and Christians had to try not to be denounced. It stems from Alexandria, where the «Secret Gospel of Mark» also was used.

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book will also be available to buy in PDF and ePub formats on the websites of our partner bookstores. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Le cryptochristianisme aux premiers siècles2, quand le christianisme était dissident et παράνομος (pour utiliser une expression porphyrienne) dans l’empire romain, avait besoin d’un langage symbolique pour s’exprimer. Un des premiers exemples en est probablement le X (chi) spécial dans la lettre d’Ammonios à Apollonios, qui faisait partie d’une série de lettres « marquées avec le X ». Un autre exemple intéressant serait l’inscription d’Abercius, mais je ne puis en traiter maintenant. Je développerai le cas de la lettre d’Ammonios.

La lettre d’Ammonios à Apollonios, sur un papyrus d’Oxyrhynchos3 conservé aujourd’hui à la Sackler Library d’Oxford, Papyrology Rooms (Fig. 8 et 9), probablement vient d’Alexandrie4. Elle est écrite par une seule main, avec une graphie claire et un style semi-littéraire. Du point de vue paléographique elle est datable de la fin du Ier ou du début du IIe siècle. En tout cas, elle ne semble pas être plus récente que la première moitié du IIe siècle. Effective...

Author

Titulaire d’un doctorat en études classiques et d’un master de philosophie (Institut catholique et université de Milan), Ilaria Ramelli a été tour à tour assistante en histoire romaine, en historiographie ancienne, en philosophie ancienne et professeur en histoire du Proche-Orient romain. Elle a été récompensée par le Premio A. Gemelli en 1996 et 1997 et par le Premio Internazionale di Cultura Classica M. Gigante en 2006. Elle a été régulièrement invitée dans des colloques et pour des conférences en Europe et en Amérique du Nord. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels I romanzi antichi e il Cristianesimo (Madrid, 2001) ; Allegoria (Milan, 2004) ; Tutti i commenti a Marziano (Milan, 2006) ; Allegoristi dell’età classica (Milan, 2007) ; Gregorio di Nissa sull’Anima e la Resurrezione (Milan, 2007) ; Hierocles the Stoic (Leyde, 2009) ; Bardaisan of Edessa (Piscataway 2009) ; Apocatastasi (Milan, 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540