Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Deuxième partie. Lectures philosophiques de l’allégorie antique : la contestation de la tradition

Orthodoxie, hétérodoxie et dissidence : les rapports entre la philosophie et la pauvreté dans les allégories romaines impériales (Sénèque, Apulée, Marc Aurèle)

Juliette Dross

Résumé

Si la juxtaposition des notions d’allégorie, de symbole et de dissidence paraît a priori renvoyer à la problématique de l’écriture entre les lignes, seule arme de l’écrivain face au pouvoir censurant de l’autorité, l’usage des allégories dans la philosophie romaine ne s’inscrit pas exactement dans cette perspective. En tant que langage de l’évidence, l’allégorie apparaît plutôt comme le langage de la revendication philosophique et, d’une certaine manière, de l’orthodoxie. L’usage philosophique de l’allégorie invite dès lors à repréciser les rapports entre l’orthodoxie, l’hétérodoxie et la dissidence philosophiques. C’est ce que l’on entend montrer à travers l’étude des allégories de la philosophie et de la pauvreté dans la philosophie romaine impériale, de Sénèque à Marc Aurèle.

The juxtaposition of the notions of allegory, symbol and dissidence apparently refers to the question of the art of writing, which is the writer’s only weapon against the censuring power of authority. Yet, the use of allegory in roman philosophy doesn’t exactly fit with this conception. Linked to the evidence (enargeia), the allegory rather appears to be the language of philosophical claim and, in some way, of orthodoxy. This relation invites to precise the link between orthodoxy, heterodoxy and philosophical dissidence, which we aim to underline through the study of the allegories of philosophy and poverty in imperial philosophy, from Seneca to Marcus Aurelius.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Allégorie, symbole et dissidence : la juxtaposition de ces trois notions paraît renvoyer, sans autre examen, à la problématique straussienne de l’écriture entre les lignes1, de la parole voilée face à un pouvoir autoritaire et censurant. L’allégorie serait le vecteur privilégié de la dissidence, nouvelle arme rhétorique de l’écrivain maniant « l’art d’écrire » contre la persécution et la censure. L’hypothèse, séduisante au premier abord, achoppe pourtant dès que l’on se penche sur les usages philosophiques de l’allégorie dans la pensée ancienne. Cet écueil n’en constitue pas moins une piste de lecture intéressante, qui invite à analyser les usages philosophiques de l’allégorie à la lumière de la notion de dissidence.

Ces usages sont, dans l’Antiquité gréco-romaine, aussi nombreux que variés. L’allégorie se développe avec une ampleur particulière à Rome, à la fin de la République et au début de l’Empire. Employée à des fins didactiques, parénétiques, exégétiques ou encore polémiques, ...

Auteur

Maître de conférences en langue et littérature latines à l’université Paris-Sorbonne (Paris 4). Elle est membre de l’équipe de recherche « Rome et ses Renaissances » (EA 4081, Paris-Sorbonne). Ses travaux portent sur la rhétorique et la philosophie romaines, notamment sur le stoïcisme, et tout particulièrement sur l’usage philosophique de la rhétorique de l’image. Elle a consacré à ces questions son ouvrage Voir la philosophie. Les représentations de la philosophie à Rome, Paris, 2010, Les Belles Lettres, coll. « Études anciennes », ainsi qu’une dizaine d’articles.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540