Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Deuxième partie. Lectures philosophiques de l’allégorie antique : la contestation de la tradition

Le vocabulaire de l’allégorie chez Héraclite le Pontique : entre conservatisme, apologétique et polémique

Bernard Pouderon

Résumé

L’herméneutique chrétienne, et plus spécialement l’exégèse allégorique, n’est pas née du néant, mais se révèle profondément tributaire de la pensée grecque. Cette étude, menée par un patristicien, se propose d’étudier pour lui-même le vocabulaire de l’allégorie chez un philosophe stoïcisant, Héraclite dit le Pontique (Ier siècle de notre ère), tout en établissant quelques parallèles avec la terminologie employée par les auteurs chrétiens susceptible de l’éclairer. L’un des apports de cette enquête est de montrer qu’il est illusoire d’établir une distinction (sur le plan de la terminologie) entre allégorie d’expression et allégorie d’interprétation. Elle montre aussi comment la démarche d’Héraclite s’insère dans un combat pour la défense d’Homère, accusé par ses adversaires (depuis Xénophane de Colophon) d’impiété et d’immoralité. Héraclite le sauve de ces accusations en recourant à l’allégorie, d’inspiration stoïcienne. Néanmoins, comme les auteurs chrétiens de l’école dite d’Antioche, il condamne ceux qui abusent de l’allégorie en ne voyant dans les poèmes d’Homère que prétexte à asseoir leurs propres doctrines – le reproche, précisément, qu’adressaient les « Antiochiens » aux « Alexandrins » dans la tradition exégétique chrétienne.

This study on Heraclitus’ Homeric Problems tends to show that Christian and pagan exegesis are very similar. For example, both of them use the same terminology – the analysis of which tends to prove that the usual distinction between «active» (i.e. the expression) and passive (i.e. the interpretation) allegory is mere illusion. Both of them see in the allegorical exegesis of Homeric poetry the best (or the worst…) way to preserve the Greek myths from the charges of atheism and immorality. And both of them (Heraclitus on one hand, the Christian so called Antiochian school on the other) make use of it as mean to promote their own doctrine.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la toute première pensée chrétienne, représentée entre autres par les Pères dits apologistes, l’allégorie est avant tout une supercherie inventée par les philosophes du paganisme pour justifier l’existence des cultes païens et donner un fondement rationnel à des mythes jugés le plus souvent inconvenants, voire pour corroborer l’existence des dieux du polythéisme en leur attribuant une valeur symbolique, qu’elle soit de type historique, morale, physique, psychologique ou même métaphysique, susceptible d’entraîner l’adhésion des plus sceptiques1. Et ce n’est qu’avec Origène, lui-même héritier de l’allégorisme de Philon d’Alexandrie, que l’exégèse allégorique, celle des Écritures juives et chrétiennes, aura droit de cité, dans une partie seulement du monde chrétien. En effet, aux partisans de l’allégorie, représentée essentiellement par l’école dite d’Alexandrie, s’opposeront les tenants de l’école d’Antioche, qui s’élèveront contre les excès de l’allégorisme, dans lequel ils ne v...

Auteur

Professeur de littérature grecque tardive à l’université de Tours et membre de l’Institut universitaire de France (chaire « hellénisme et christianisme »). Il a publié plusieurs ouvrages sur le christianisme primitif : Athénagore d’Athènes (Paris, 1989) ; D’Athènes à Alexandrie. Études sur Athénagore (Québec-Louvain, 1997) ; Les Apologistes grecs (Paris, 2005) ; La genèse du roman pseudo-clémentin, Louvain (sous presse), ainsi que les éditions critiques de l’œuvre des apologistes Athénagore (Paris, 1992), Aristide (Paris, 2003) et Pseudo-Justin (Paris, 2009). Il édite la série des colloques de Tours sur l’ancien roman (I à V) et celle des colloques de Patristique communs à Tours et à Paris (I à V). Il dirige actuellement l’entreprise d’édition d’une Histoire de la littérature grecque chrétienne (un volume paru, un second à paraître).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540