Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Deuxième partie. Lectures philosophiques de l’allégorie antique : la contestation de la tradition

La critique épicurienne de l’exégèse allégorique

Alain Gigandet

Résumé

La dissidence épicurienne en matière éthique s’exprime d’une manière originale sur le terrain de l’interprétation allégorique. Pour Lucrèce en particulier, loin d’asseoir les vérités de la philosophie, la lecture allégorique des mythes et des rites de la religion à la manière stoïcienne ne peut que renforcer l’autorité du muthos contre le logos. La tâche critique de la philosophie consiste au contraire à comprendre les récits de la tradition, par exemple celui des châtiments infernaux, comme autant de symptômes de l’aliénation morale des hommes.

The topic of allegorical interpretation gives to Epicurean ethical dissidence an opportunity to show its originality. According to Lucretius indeed, allegorical elucidation of myths and religious rituals, as practiced namely by the Stoa, far from reasserting philosophical truth, can but strengthen the authority of muthos upon logos. For philosophy, on the opposite, the critical urgency is to understand traditional fables (like the underground punishments stories) as mere symptoms of human moral alienation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’écriture symbolique, dont l’allégorique fait partie, peut entretenir un rapport étroit avec la dissidence intellectuelle, en particulier lorsqu’elle relève de l’« art d’écrire », en réponse à la censure ou à ce que Leo Strauss nomme, d’un terme auquel il donne un sens très large, la « persécution ». La pratique aussi bien que la réflexion antiques touchant le symbole se sont développées dans des directions diverses, incluant ces dispositifs symboliques de déplacement ou de travestissement du sens dont Plutarque, parmi bien d’autres, est un témoin précis :

Chez Homère existe ce genre d’enseignement implicite : il postule un examen perspicace [anatheôresis] utile à faire pour les mythes les plus critiqués. Ces mythes, quelques commentateurs, avec ce que l’on appelait autrefois des « sens cachés » [huponoiais] et qu’on appelle maintenant des « interprétations allégoriques » [allêgoriais], en torturent et faussent la signification1.

Un des grands intérêts de ce texte pour notre propos e...

Auteur

Né en 1948, Alain Gigandet est ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et maître de conférences en histoire de la philosophie ancienne à l’université de Paris Est Créteil. Il a rédigé plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur l’épicurisme ancien et sur sa réception moderne et contemporaine, de Montaigne et Diderot à Leo Strauss et Foucault.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540