Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Première partie. L’allégorie, mode de construction des oppositions politiques, intellectuelles et artistiques dans l’Antiquité

L’allégorie, une arme de l’opposition politique sous les Césars (ier siècle apr. J.-C.) ?

Christophe Badel

Résumé

Au premier siècle de l’Empire, les symboles de la libertas (pileus, imagines de Brutus et Cassius), vénérés par les dissidents, apparaissent comme « brouillés », car le régime s’y référait aussi. Les discours allégoriques de l’opposition ne sont pas clairement repérables car ils puisaient dans un patrimoine culturel commun à tous les Romains. Malgré tout, la période connut bien une « bataille des allégories » entre le pouvoir et les dissidents, destinée à influencer l’opinion publique et à créer le consensus.

In the first century of the Empire, the symbols of libertas (pileus, Brutus and Cassius’imagines), venerated by the dissidents, seem «blurred», because the power refered also to them. The allegorical discourses of the opposition are not clearly spotted, because they drew from cultural héritage shared by all the Romans. Despite everything, the period knew a real «allegories’ battle» between power and dissidents, intented to influence the opinion and create the consensus.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début de l’Empire, l’espace politique regorge d’allégories mais ce sont les allégories du pouvoir. À travers les monuments publics et les œuvres de la littérature « officielle », le pouvoir impérial orchestre sa « propagande » ou sa « communication » – le concept en la matière évolue régulièrement – à destination des différents acteurs politiques – Sénat, armée et peuple – dont le consensus est toujours indispensable à sa légitimation mais aussi à l’efficacité de son action1. On peut dire sans exagération que l’espace public est saturé par les allégories du pouvoir. Dans une telle situation, quel espace reste-t-il à l’opposition ? Aucun pour une critique ouverte mais beaucoup pour les allusions voilées. De fait, une telle omniprésence impériale ne laisse d’autre recours que l’usage de messages cryptés – que les Romains nommaient dissimulatio – et donc favorise le recours à l’allégorie2.

Multiforme et complexe, cette opposition n’est pas facile à définir ou à résumer. Pour les beso...

Auteur

Né en 1958, Christophe Badel a enseigné l’histoire romaine à l’université de Rennes 2 comme maître de conférences (1994-2003) puis comme professeur (depuis 2003). Titulaire d’un doctorat d’histoire sur le personnel administratif à la fin des Sévères (1994), il s’est ensuite orienté vers l’étude des modèles sociaux dans son habilitation (2002), qui a été publiée sous le titre La Noblesse de l’Empire romain. Les masques et la vertu, Seyssel, Champ Vallon, 2005. Il étudie actuellement le modèle aristocratique romain sous toutes ses facettes, cherchant à déterminer ses différents marqueurs et à les confronter à ceux d’autres périodes, faisant appel à l’histoire du genre (modèle féminin de la noblesse) comme de l’alimentation (fonctionnement du banquet aristocratique).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540