Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Première partie. L’allégorie, mode de construction des oppositions politiques, intellectuelles et artistiques dans l’Antiquité

Usages conjugués de l’image et de l’allégorie chez Ovide : la foudre et l’Envie dans les Remèdes à l’amour (371-398) et dans la littérature d’exil (Tristes, Pontiques et Contre Ibis)

Jacqueline Fabre-Serris

Résumé

Peut-on parler de dissidence à propos d’Ovide ? C’est à cette question que tentera de répondre mon article consacré aux façons dont, accusé d’immoralité, le poète a défendu sa pratique poétique dans les Remèdes à l’amour et dans ses poèmes d’exil en recourant à la même image : la foudre, et à la même allégorie : l’Envie.

Can it be said that Ovid is a dissident poet? That is the question to which my paper will try to answer by studying how, accused of immorality, the poet defended his poetical practice in the Remedia amoris and his poems of exile by using the same image: the lightning and the same allegory: Envy.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une image, la foudre, et, une allégorie, l’Envie sont les deux figures rhétoriques dont Ovide use dans un passage des Remèdes à l’amour, où, déviant de son sujet, il répond aux critiques pour immoralité que lui ont values ses textes par un plaidoyer ironique et brillant. Si on admet que les Remèdes à l’amour datent du Ier siècle apr. J.-C., Ovide est alors un poète célèbre, fêté par le tout Rome. Certes Julie, qui fut probablement une de ses protectrices, a été bannie en 2 av. J.-C., sous le coup d’une accusation d’immoralité qui couvrit, semble-t-il, des raisons politiques. Quoi qu’il en soit, Ovide à ce moment-là ne manifeste aucune prudence.

Ces deux mêmes figures : la foudre et l’Envie, reviennent dans les Tristes et les Pontiques dans le même contexte et également dans le Contre Ibis. Mais l’accusation d’immoralité, à partir du moment où elle a été relayée par le Prince et suivie d’une punition dure, ne peut être et n’est plus balayée d’un revers de main par un poète qui n’aspir...

Auteur

Professeur de littérature latine à l’université de Lille 3, Jacqueline Fabre-Serris co-dirige la revue Dictynna et la collection « Mythographes » aux Presses Universitaires du Septentrion. Elle est responsable de 3 réseaux de recherche internationaux : sur « La poésie augustéenne », sur « La tradition mythographique de l’Antiquité au XVIIe siècle (Polymnia) », sur les Gender Studies dans l’Antiquité (EuGeStA), et rédactrice en chef des sites Polymnia et EuGeStA. Elle est l’auteur de plusieurs articles et de trois livres : Mythe et poésie dans les Métamorphoses d’Ovide (Paris, 1995) ; Mythologie et littérature à Rome. La réécriture des mythes aux Iers siècles avant et après J.-C. (Lausanne, 1998) ; Rome, l’Arcadie et la mer des Argonautes. Essai sur la naissance d’une mythologie des origines en Occident (Lille, 2008).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540