Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Première partie. L’allégorie, mode de construction des oppositions politiques, intellectuelles et artistiques dans l’Antiquité

Un anticonformiste romain : Q. Lutatius Catulus, cos. 102 A. C.

Gilles Sauron

Résumé

Q. Lutatius Catulus, qui fut consul en 102-101 avant J.-C., avant de finir sa vie par un suicide spectaculaire par asphyxie à l’époque de la dictature des populares à Rome, avait manifesté à tous points de vue son esprit anticonformiste. Après avoir fait partie des introducteurs du lyrisme personnel dans la poésie latine pour chanter ses amours homosexuelles, ayant manifesté toute sa vie une passion pour la littérature et l’art grecs, ce personnage semble avoir été l’initiateur de la peinture scénographique à fresque dans sa somptueuse demeure du Palatin. Et, à ce titre, il s’était identifié à un autre anticonformiste célèbre, Alcibiade, qui avait enfermé le peintre scénographe Agatharchos chez lui pour peindre sa maison d’Athènes.

Q. Lutatius Catulus, who was a consul in 102/101 B. C. before ending his life by a spectacular suicide by asphyxia during the dictatorship of the populares in Rome, has manifested by all point of view his nonconformist spirit. After having been a part of the introducers of the personal lyricism in the latin poetry to sing his homosexual loves, having manifested all his life a passion for greek literature and art, this personage seems to have been the initiator of the fresco scenography in his sumptuous home of Palatine. And, justly, he identifies himself at another famous nonconformist, Alcibiades, who had locked up the scenograph painter Agatharchos to paint his house in Athens.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je voudrais, dans le cadre de ce colloque, revenir encore une fois sur un personnage qui m’a toujours beaucoup intéressé, Q. Lutatius Catulus, le consul qui remporta en 101 avant J.-C. avec son collègue Marius la fameuse bataille de Verceil contre les Cimbres. Ce qui sans doute retient le plus l’attention chez Catulus, c’est sa personnalité très singulière, et je crois pouvoir ajouter aux divers portraits que j’en ai déjà esquissés un trait qui pourrait lui conférer une place assez inattendue dans l’histoire.

Car cet homme de pouvoir fut aussi un des esprits les plus cultivés de son temps, ne cachant pas ses goûts pour la littérature et la sculpture grecques. Il s’en cachait d’autant moins qu’il fit construire au centre du Champ de Mars, à la « Fortune de ce jour » (Fortuna huiusce diei), un temple qu’il avait promis à la déesse à la veille de la bataille de Verceil contre les Cimbres où il commandait l’armée romaine comme consul prorogé aux côtés de Marius (Plutarque, Marius, 26). I...

Auteur

Ancien élève de l’École normale supérieure, ancien membre de l’École française de Rome, a été assistant de langue et littérature latines à l’université de Bordeaux 3, maître de conférences puis professeur d’archéologie à l’université de Bourgogne et est actuellement professeur d’archéologie romaine à l’université de Paris-Sorbonne (Paris 4). Auteur d’une thèse intitulée Quis deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome à la fin de la République et au début du Principat (BEFAR, 285, Rome, 1994), G. Sauron a publié différents essais sur l’art romain, La grande fresque de la villa des Mystères à Pompéi. Mémoires d’une dévote de Dionysos (Picard, Paris, 1998, Jaca Book, Milan, 2010), L’histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome (Picard 2000), La peinture allégorique à Pompéi. Le regard de Cicéron (Picard, Paris, Jaca Book, Milan, 2007), Dans l’intimité des maîtres du monde. Les décors privés des Romains (Picard, Paris, Jaca Book, Milan, 2009). G. Sauron fonde ses analyses sur une confrontation entre les sources textuelles, la tradition iconographique et les ensembles monumentaux légués par l’Antiquité, et s’intéresse particulièrement à la sémantique architecturale, au symbolisme ornemental et aux rapports de formes et de significations entre les décors publics et les décors privés des Romains.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540