Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allégorie, symbole : voies de dissidence ?

 | 
Anne Rolet

Première partie. L’allégorie, mode de construction des oppositions politiques, intellectuelles et artistiques dans l’Antiquité

L’allégorie chez les historiens grecs anciens : une figure marginale ?

Stavroula Kefallonitis

Résumé

L’allégorie est d’autant plus signifiante chez les historiens grecs qu’elle semble a priori incompatible avec la fonction référentielle de l’écriture historique. Longtemps limitée à la forme oblique du commentaire, ou de la citation, elle se voit favorisée par le contexte historique et intellectuel des débuts de l’Empire romain et la diffusion de réflexions universalistes. C’est notamment en faisant la conquête d’une dimension allégorique que le récit historique acquiert sa majorité sémiologique au même titre que les autres genres littéraires.

Allegory is all the more significant in the Greek historians as it seems incompatible a priori with the referential function of the historical writing. For a long time restricted to the indirect forms of commenting or quoting it is then fostered by the historical and intellectual context of the beginning of Roman Empire as well as by the broadcasting of universalist trends of thought. Especially by winning an allegoric dimension, the historical narrative attains its semiological majority as well as other literary genres did before.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Désignée par sa force suggestive, son impact sur les esprits, l’allégorie est souvent impliquée dans la fabrique de l’histoire. Dans les moments historiques, ceux où l’histoire se fait, elle apparaît au premier plan des outils de la subversion ou de la résistance. Pour autant, elle n’est pas volontiers associée au récit historique, et si l’on remonte aux origines grecques de l’écriture de l’histoire, on se trouve aussi face au constat que l’allégorie ne semble pas y avoir trouvé sa place.

Il convient alors de se demander ce que l’on entend par allégorie, figure complexe et ambiguë par nature, difficile à saisir, pour vérifier qu’elle n’est pas, tel un caméléon, cachée en évidence, au beau milieu du récit historique.

Emplois d’ὑπόνοια et d’ἀλληγορία chez les historiens grecs anciens

Un mot proche de celui d’« allégorie » existe-t-il dans l’Antiquité grecque ? Le nom commun ἀλληγορία vient naturellement à l’esprit. Plutarque1 suggère aussi ὑπόνοια (« sens caché ; à rapp...

Auteur

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay – Saint-Cloud, agrégée de lettres classiques et docteur de l’université Paris 4, Stavroula Kefallonitis est maître de conférences en langues et littératures anciennes à l’université de Saint-Étienne (PRES université de Lyon) et membre de l’UMR CNRS 5189 Histoire et Sources des Mondes Antiques (HiSoMA). Elle prépare l’édition critique du livre VII des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse dans la collection des universités de France. Ses travaux concernent les historiens grecs, les origines de Rome, la pragmatique de l’écriture historique antique et l’espace urbain hellénistique. Url : http://www.pyxida.fr

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540