Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Quatrième partie. Les hommes

La Roche-Maurice, forteresse des vicomtes de Rohan

Patrick Kernévez

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean Kerhervé, « Landerneau à la fin du Moyen Âge. Le développement urbain », Bulletin de la Socié (...)
  • 2 Médiathèque Nantes, fonds Bizeul, ms. 1702, n° 5 et 6.

1Avec la disparition d’Hervé (VIII) de Léon en 1363, une ère nouvelle s’ouvre pour le château de La Roche-Maurice (Finistère), principale forteresse et résidence des seigneurs de Léon depuis deux siècles. Grâce à ses mariages, ce lignage s’est déjà ponctuellement éloigné de ce château, situé au cœur de ses possessions léonardes, à une lieue de sa « capitale », Landerneau1, et de la vallée de l’Élorn, véritable « berceau » de la maison. Devenus seigneurs de Châteauneuf-en-Thymerais, dans le Perche, puis de Noyon-sur-Andelle, en Normandie, Hervé (VII) et Hervé (VIII) témoignent toujours de leur enracinement au cœur du Léon, par leurs donations testamentaires, au milieu du xive siècle2.

  • 3 Patrick Kernévez, Les fortifications médiévales du Finistère. Mottes, enceintes et châteaux, Renne (...)

2Il en va différemment pour les Rohan, dont le fief ancestral se trouve en Bretagne centrale autour de Rohan, Pontivy et La Chèze. Certes, ils accordent un grand intérêt à leurs possessions léonardes comme en attestent leurs fondations pieuses et le titre de « seigneur de Léon », attribué au fils aîné du vicomte. Ils réalisent d’importants aménagements à La Roche-Maurice entre la fin du xive siècle et le début du xvie siècle mais, en dépit de la reconstruction du logis révélée par les fouilles, la fonction résidentielle passe au second plan, derrière une fonction guerrière réaffirmée et surtout une dimension symbolique. La Roche-Maurice devient alors l’unique forteresse de la seigneurie de Léon maintenue en état de défense3.

  • 4 Nous renvoyons aux ouvrages d’Hervé du Halgouët, La vicomté de Rohan et ses seigneurs, Saint-Brieu (...)
  • 5 P. Kernévez et Frédéric Morvan, « Généalogie des Hervé de Léon (vers 1180-1363) », Bulletin de la (...)
  • 6 Jocelyn Martineau, Château de Roc’h Morvan, La Roche-Maurice, Rapport final d’opération 2002-2005, (...)

3Nous allons dans les pages qui suivent non pas rédiger une nouvelle histoire des vicomtes de Rohan4, mais montrer comment celle-ci permet d’appréhender le destin de cette austère forteresse féodale jusqu’au décès de Jean (II) de Rohan en 1517. Cette évocation de la succession lignagère accompagnée de la mise en perspective des quelques dizaines d’actes relatifs à l’histoire de la seigneurie de Léon est, comme pour la dynastie des Hervé de Léon5, le préliminaire indispensable à la réécriture de l’histoire du château de La Roche-Maurice, à partir de sources d’archives éparses et lacunaires. Elle vient compléter les données recueillies par Jocelyn Martineau dans le cadre de la fouille archéologique programmée effectuée sur le château de La Roche-Maurice, entre 2002 et 2007, et fournir les indices chronologiques indispensables à un meilleur phasage de la stratigraphie et de l’archéologie du bâti6.

La seigneurie de Léon vers 1480.

Jean (Ier) de Rohan (1352-1396)

  • 7 Dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de la (...)

4Jean (Ier) de Rohan est issu d’un des plus anciens et des plus prestigieux lignages bretons. Son père, le vicomte Alain (VII), choisit la cause de Charles de Blois, tout comme Hervé (VII) de Léon, quand éclate la guerre de Succession de Bretagne en 1341. L’année suivante, ses terres sont ravagées puis occupées par les Anglais et les Montfortistes, à l’instar du Léon. Alain de Rohan périt lors de la bataille de Mauron en 1352. En 1349, il avait uni son fils aîné, Jean, à Jeanne de Léon, fille d’Hervé de Léon, décédé en 1344, et de Marguerite d’Avaugour, garde de son fils mineur, Hervé (VIII) de Léon. Ce dernier est l’unique héritier mâle de la lignée, ce qui permet de comprendre une des clauses du contrat de mariage : « Et si par aucune fortune avenoit que Hervé de Léon decedat sans haer de son cors parquoi sa succession vint à lad. Jaane, le haer dudit vicomte issu de lad. Jaane portera les armes de Léon et de Rohan esquartelées. Et quant à scavoir si le vicomte en sa personne portera lesdites armes si ladite succession li avenoit, sera ordené et fait la volenté monseigneur de Bretaigne7 », c’est-à-dire Charles de Blois. Il est certain que ce mariage s’inscrit dans une habile politique matrimoniale : les deux parentèles n’en sont pas à leur première union et renforcent ainsi le parti blésiste.

  • 8 P. Kernévez et Robert Le Roy, « La seigneurie de Léon aux xve et xvie siècles », Bulletin de la So (...)
  • 9 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1625-1628.
  • 10 Y. Seltenreich, La famille de Rohan…, op. cit., t. I, p. 39.

5L’hypothèse d’une disparition d’Hervé (VIII) de Léon sans héritier devient une réalité en 1363 : la seigneurie de Léon passe alors dans les mains de Jeanne de Léon qui la transmet à son époux, Jean de Rohan. Ce lignage, avant tout possessionné dans le centre de la Bretagne, augmente ainsi considérablement ses fiefs, non seulement en Léon, avec une soixantaine de paroisses et de trèves8, mais aussi en Cornouaille et dans le Vannetais avec les « fiefs de Léon », sans oublier les fiefs normands des Léon. Jeanne octroie d’ailleurs en partage une partie des terres normandes à sa sœur cadette, Marie, en 13699. Par cette union, les Rohan doublent la superficie de leurs possessions et s’offrent des accès à la mer, alors que leurs fiefs étaient jusque-là enclavés en Bretagne centrale. On peut considérer qu’elle est à l’origine d’un véritable « décollage » de la famille de Rohan, qui conforte encore son rang par l’union d’Alain (VIII) avec Marguerite de Clisson, fille aînée du connétable et héritière des deux tiers de ses biens, notamment du comté de Porhoët, en 1407. La maison de Rohan se hisse alors au-dessus de tous les autres lignages bas-bretons10.

  • 11 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1376-1380.
  • 12 Paul Peyron, « Actes du Saint-Siège concernant les évêchés de Quimper et de Léon du xiiie au xve s (...)

6Pour profiter de ses biens dévastés par une vingtaine d’années d’une guerre qui prend fin après la bataille d’Auray en septembre 1364, Jean de Rohan prête serment au nouveau duc lors du traité de Guérande d’avril 1365. La paix revenue lui permet de s’occuper de ses domaines. En 1370, il confirme les donations concédées en 1336 par Hervé (VI) de Léon à l’hôpital Saint-Julien de Landerneau11. C’est le temps de la reconstruction, comme en témoignent des indulgences accordées deux ans plus tard pour la réparation de l’hôpital et du pont voisin12.

  • 13 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 79.
  • 14 Arthur de La Borderie et Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, 6 vol., Rennes/Paris, 1896-1914 (...)

7Les querelles ne sont cependant pas oubliées : Jean de Rohan, comme de nombreux nobles bretons, est hostile à la politique jugée trop anglophile du nouveau duc, Jean IV. Ils en appellent au roi de France qui fait chasser la majeure partie des garnisons anglaises du duché par son connétable Bertrand du Guesclin en 1373, suite au départ en exil du duc. Le roi nomme Jean de Rohan lieutenant général en Basse Bretagne en janvier 137413. Après l’échec du siège de Brest entrepris par Du Guesclin en juillet 137314, une de ses missions consiste à bloquer la garnison anglaise de la place, probablement à partir d’un complexe de points fortifiés dont La Roche-Maurice fait partie. Guillaume Riou est alors connétable du château : en 1374, il reçoit l’ordre de Jean de Rohan de veiller à la perception de dîmes octroyées aux religieux de l’abbaye de Bon-Repos, afin qu’ils disent des messes pour le repos de Jeanne de Léon, décédée en 1372. Jean de Rohan agit alors comme garde naturel de son fils Alain qui porte le titre de « seigneur de Léon ». Les troubles politiques continuent : en 1379, quand le roi de France entreprend de mettre la main sur la Bretagne, les seigneurs bretons se déclarent favorables au retour du duc. En 1381, lors du second traité de Guérande, Jean de Rohan prête serment à Jean IV, lequel lui accorde à nouveau sa confiance.

  • 15 Ibid., t. IV, p. 104-107.
  • 16 Michael Jones, « Brest sous les Anglais (1342-1397) », Cahiers de l’Iroise, 1969, p. 3-12 ; id., L (...)

8La documentation est, encore une fois, lacunaire pour La Roche-Maurice mais il est certain que ces péripéties correspondent à d’importants travaux entrepris sur ce château. Les deux sièges menés contre Brest par Du Guesclin en 1373 et 1378 échouent, tout comme ceux de Jean IV en 1386 et 1387, en dépit des moyens considérables mis en œuvre15. Les troupes bretonnes stationnent notamment dans la « bastille de Gouesnou », à huit kilomètres du château de Brest, et même jusqu’à Morlaix, à près de soixante kilomètres. Il est donc logique d’envisager la présence du vicomte de Rohan et de son fils aîné, le seigneur de Léon, à La Roche-Maurice durant ces opérations militaires. Brest n’est rétrocédée au duc qu’en 139716.

  • 17 Médiathèque Nantes, fonds Bizeul, ms. 1706, n° 7.
  • 18 Ibid., ms. 1701, n° 45.
  • 19 Arch. dép. Morbihan, 20 J 224, n° 11, pièce n° 1, f° 1 v°. Une autre copie de cet acte donne Hervé (...)
  • 20 M. Jones, Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne (1357-1399), 3 vol., Paris, 1980 et 1983, (...)
  • 21 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 73.
  • 22 Ibid., t. II, col. 659.

9Les dernières années de la vie de Jean de Rohan semblent avoir été plus paisibles, en dépit de la querelle entre Jean IV et la famille de Clisson : il peut sans doute consacrer plus de temps à l’administration de ses domaines, notamment léonards, dont la gestion semble être déléguée à Alain, son fils aîné, comme en témoignent quelques pièces d’archives. En 1387, ce dernier mande à Hervé Le Heuc, son capitaine de La Roche-Maurice, et Guillaume Hervé, son bailli et procureur, de chercher certains contrats relatifs à ses aïeux les sires de Léon et de les confier à son père17. En 1391, Jean de Rohan autorise son fils Alain, « seigneur de Léon », à établir tel nombre de procureurs qu’il jugera utile pour ses affaires18. Peu après, c’est encore Alain de Rohan qui, à l’occasion d’un voyage en France, établit comme « lieutenants, gouverneurs et gardes de nostre chastel de la Roche Maurice » Guillaume Hervé et Guyomar Manfuric19. En 1391 toujours, c’est à Alain de Rohan que s’adresse Jean IV au sujet du fouage qui doit être levé en Cornouaille pour payer la garnison anglaise de Brest20. En 1394, le même Alain soutient Olivier de Clisson, son beau-père, lors de sa révolte contre le duc ; il apparaît dans la Chronique de Saint-Brieuc sous la dénomination « Alanum de Rohan, dominum Roche Morvani in Leonio21 ». En 1396, dans son testament, Jean de Rohan nomme Alain son « fils de Léon22 ».

Alain (VIII) de Rohan (1396-1429)

  • 23 Ibid., t. II, col. 184.
  • 24 Médiathèque Nantes, fonds Bizeul, ms. 1690.
  • 25 H. du Halgouët, La vicomté…, op. cit., p. 77.

10Alain, fils aîné de Jean de Rohan et de Jeanne de Léon, se distingue très jeune sous le commandement d’Olivier de Clisson, comme en 1377 à la tête d’une troupe d’une trentaine d’hommes « ès presentes guerres en la frontiere de Brest et ailleurs ou païs de Bretaigne », probablement lors d’opérations destinées à bloquer la garnison anglaise de Brest23. Il est encore payé pour ses faits de guerre par le roi Charles VI en 138124. Il réalise un aussi beau mariage que son père puisqu’il épouse Béatrix de Clisson, la fille du connétable. À la mort de son père, en 1407, Béatrix apporte à son mari le comté de Porhoët avec la forteresse de Josselin, mais aussi les seigneuries de Blain (Loire-Atlantique) et de La Garnache (Vendée)25.

  • 26 Ibid., p. 78 ; H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 665-666. Les noms de celles-ci n’appara (...)
  • 27 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 669-674. Les hommages de la noblesse de Léon n’ont pas (...)
  • 28 Ibid., t. II, col. 1099-1100 ; René Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne de (...)
  • 29 L’accord est prorogé le 16 juillet 1423 (H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1138-1139) et (...)
  • 30 H. du Halgouët, La vicomté…, op. cit., p. 79.
  • 31 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1145-1147.

11Alain succède à son père en 1396 : le duc lui accorde une remise partielle du droit de rachat, moyennant l’occupation momentanée de ses places26. Alain reçoit en juillet les hommages de ses vassaux de la vicomté de Rohan, du comté de Porhoët et des « fiefs de Léon27 ». Pour se le concilier, le duc Jean V marie une de ses sœurs à son fils Alain et lui assigne pensions et avantages fiscaux. En mai 1420, il lui accorde un droit d’octroi pour deux années, afin de faire réparer « ses villes, forteresses et chasteaux de Rohan, Jocelin, La Chèze, Blaing et La Roche-Maurice », probablement ses cinq principales places. Trois de celles-ci sont situées au centre des fiefs patrimoniaux de la famille ; celle de La Roche-Maurice semble dès lors devenir l’unique forteresse léonarde des vicomtes de Rohan. Cela est confirmé par un accord du 28 octobre 1421 relatif à la perception du droit de ports et havres par les officiers ducaux à Landerneau et dans les environs. À l’issue d’une vingtaine d’années de disputes, le vicomte de Rohan en autorise le prélèvement à la condition que la moitié de la somme lui soit dévolue afin d’être, précise le duc, employée « à la réparation de son chastel et forteresse de La Roche-Morice qui est sur port de mer et en danger et lequel a mestier de réparation » ce qui pourrait, selon Yaïr Seltenreich, être un simple prétexte28. En fait, cet accord est régulièrement prorogé tout au long du xve siècle et il paraît malaisé de retenir cette mention de 1421 pour dater des travaux précis sur le château ; on retrouve ainsi une référence similaire en 142529. Un élément d’explication pourrait être la conspiration des Penthièvre qui incarcèrent le duc Jean V de février à juillet 1420. Celui-ci tient par la suite à récompenser ses plus loyaux sujets qui ont contribué à sa libération, parmi lesquels le vicomte de Rohan, un temps nommé lieutenant général en Bretagne30. Le testament rédigé par Alain (VIII) de Rohan en 1424 nous montre qu’il avait nommé un fidèle, Yvon Le Normand, comme capitaine du château de La Roche-Maurice. Le futur vicomte de Rohan dut y séjourner régulièrement car il fait des donations importantes à la famille du Roual et d’autres à des lieux de culte voisins, à l’image de ses ancêtres, Hervé (VII) et Hervé (VIII) de Léon31. Alain décède en juillet 1429, dans son château de La Chèze.

Alain (IX) de Rohan (1429-1462)

  • 32 Ibid., t. II, col. 1271 ; H. du Halgouët, La vicomté…, op. cit., p. 81. Alain de Rohan, seigneur d (...)
  • 33 BnF, ms. fr. 22340, f° 140-140 v°.
  • 34 Ibid., ms. fr. 22332, f° 216-216 v°. Ils sont encore prorogés pour quatre ans en 1441 et 1443 (H. (...)
  • 35 R. Blanchard, Lettres et mandements…, op. cit., t. IV, p. 204-205, n° 2341.
  • 36 Ibid., t. IV, p. 227-228, n° 2387.
  • 37 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1145-1147.
  • 38 Arch. dép. Morbihan, 20 J 224, n° 12.

12Un mois après le décès de son père, Alain de Rohan, âgé de 47 ans, compose avec le duc Jean V pour son rachat : le duc lui en fait don, à condition que Tristan de La Lande, grand maître de l’hôtel ducal, assure durant un certain temps la garde des forteresses de Rohan, La Chèze et La Roche-Maurice, comme cela avait probablement été le cas en 1396. Alain (IX) est un des proches barons du duc, son beau-frère ; il est présent à la cour ducale dès 1416, alors qu’il n’est encore que « sire de Porhoët ». Jean V sait combler de cadeaux et de gratifications son « très cher et très amé frère » pour s’assurer de sa loyauté, car certains nobles, tels les Penthièvre et le duc d’Alençon, complotent encore. En mai 1435, le duc prévoit d’aider au paiement de la dot de Yolande de Laval dont on projette l’union avec « noble et puissant Allain, seigneur de Léon, fils aîné dudit vicomte », tous deux mineurs32. En juillet 1437, le duc autorise le vicomte de Rohan à percevoir un billot sur ses terres33 et, en novembre de la même année, il prolonge de quatre ans la perception des droits de ports et havres dans les ports du vicomte34. En décembre 1438, Jean V confirme les franchises des habitants du bourg de La Roche-Maurice, déclarés « quites, frans et exemptz de tous fouages, pipages et autres subvencions et imposicions35 ». En novembre 1439, le duc exempte de service militaire les gens d’armes préposés à la garde des places du vicomte de Rohan : Josselin, La Chèze, Rohan et La Roche-Maurice36. Dans cette dernière, on retrouve neuf nobles appartenant à des lignages locaux dont Yvon Le Normant, capitaine de la place depuis au moins 142437, et Olivier de Rosnyvinen. Cette famille de Rosnyvinen, originaire d’un manoir distant de 8 km, fournit plusieurs capitaines de La Roche-Maurice dans la seconde moitié du siècle. Un bâtard d’Alain (IX), Alain Le Goff, est, par ailleurs, receveur de Landerneau et s’oppose aux fabriciens de La Martyre quand il essaie d’y percevoir des taxes à l’occasion de la foire qui s’y tient annuellement38.

  • 39 R. Blanchard, Lettres et mandements…, op. cit., t. III, p. 305, n° 1951, lettre de franchise de 14 (...)
  • 40 Hervé Martin, Les Ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530), Paris, 1975, p. 79-80.
  • 41 Y. Gic quel, Alain IX de Rohan…, op. cit., p. 412.

13L’église de La Martyre, située à 4,5 km du bourg de La Roche-Maurice, est alors en cours de reconstruction, avec le concours du vicomte de Rohan et du duc que l’on retrouve à la même période parmi les bienfaiteurs de Notre-Dame du Folgoat39. En 1458, Alain de Rohan concède un emplacement dans sa forêt de Cuburien, au nord de Morlaix, afin que des franciscains y implantent un couvent40. Il fonde aussi deux messes anniversaires dans la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon en 144541.

  • 42 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1385.
  • 43 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol., Paris (...)
  • 44 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 6, f° 179 v° ; Marion Kermarrec, Transcription et étude du registre (...)

14Après la mort de Jean V en 1442, Alain (IX) continue de profiter des libéralités ducales. En 1445, François Ier le gratifie d’un fouage de cinq sous par feu dans tout le duché42. Cette allocation est prolongée à plusieurs occasions, même après le décès d’Alain, âgé de 80 ans, en 146243. En juin 1468, le duc François II ordonne un billot pour une durée de cinq ans en faveur du vicomte de Rohan « pour en estre les deniers mis et emploiez à la réparacion de ses places », notamment Rohan et Blain, mais peut-être aussi La Roche-Maurice44.

Jean (II) de Rohan (1462-1517)

15Jean (II) de Rohan, fils d’Alain et de sa seconde épouse, Marie de Lorraine, naît en 1452. Il est promis en mariage à Marie de Bretagne, la seconde fille du duc François Ier. François II, le nouveau duc de Bretagne, et Alain (IX) s’accordent sur le traité de mariage en mars 1462, une quinzaine de jours avant le décès du vicomte. Cette alliance matrimoniale se trouve à l’origine des prétentions de Jean (II) de Rohan à la couronne de Bretagne pour le compte de son fils aîné, ambition qui conduit le versatile vicomte à trahir la cause bretonne lors des guerres d’Indépendance.

  • 45 Il ne saurait être question ici d’exposer les tenants et les aboutissants de cette affaire ; nous (...)
  • 46 Ibid., t. III, col. 250-251.

16En avril 1470, considérant que son beau-frère, François II, qui a épousé la sœur aînée de Marie, Marguerite de Bretagne, ne manifeste pas assez d’attention à son égard, mais surtout plein d’ambition, Jean de Rohan choisit, comme plusieurs autres barons bretons, de rejoindre la cour de Louis XI45. Le roi couvre Jean de Rohan de pensions et d’honneurs afin de se servir de lui contre François II. Durant l’été 1472, le roi entreprend une campagne militaire contre le duc, au moment où Jean de Rohan cherche à rejoindre la Bretagne. François II pour faire plier Rohan n’hésite pas à confisquer ses terres et ses châteaux et à y instituer des capitaines, comme au château de La Roche-Maurice où il nomme Louis de Rosnyvinen, le 22 novembre 1472, destituant le capitaine que le vicomte y a nommé46.

  • 47 Une colline au nord-ouest du château de La Roche-Maurice s’appelle encore « Les Justices », possib (...)

17Jean (II), revenu en Bretagne, consacre plusieurs années à ses domaines, et notamment il mène, en 1479, une procédure pour la préséance aux États de Bretagne contre le comte de Laval. Il livre dans son mémoire un véritable étalage de ses prétentions : origines fabuleuses de la famille de Rohan, énumération des châteaux, des villes, des fondations pieuses, des forêts et des droits de toute nature. Il indique que la seigneurie de Léon s’étend de Quimper à Saint-Pol-de-Léon sans interruption, qu’il est, par ses ancêtres de Léon, fondateur des abbayes de Saint-Mathieu, Daoulas et Le Relecq ainsi que de sept hôpitaux. Il ajoute que la seigneurie de Léon compte cinq sièges et juridictions à La Roche-Maurice, Landerneau, Coat-Méal, Penzé et Landivisiau47. Il y évoque les châteaux de Joyeuse-Garde, « auquel le roy Artus faisoit sa résidence », celui de Daoulas qui est en ruine, mais surtout la forteresse de La Roche-Maurice :

  • 48 H. Morice et Claude Taillandier, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 2 vol., Paris, 175 (...)

« De tout temps ladicte seigneurie a esté emparée d’un très-bon, fort et grand autre chasteau fort et puissant de deffense autant ou plus que chasteau de Bretagne, nommé la Rochemaurice, qui grandement a servy et peut servir quand le cas en adviendra à la tuition et garde des biens subjets de tout le païs. Auquel chasteau y a eu de tout temps et a capitaine, lieutenant et garde cotidiennement, laquelle capitainerie vault communs ans audit capitaine de trois à quatre cents livres et mesme n’est le guet en icelle seigneurie levé qu’en la dixième partie d’icelle seigneurie. Auquel chasteau et capitaine lors que la mer ou costé devers la terre dudit vicomte est pris aucun morhotz, les preneurs sont subjets sous peines de grosses amendes les apporter et offrir audit capitaine qui les pourra prendre et retenir à juste prix pour ledit vicomte48. »

  • 49 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 7, f° 137 ; Dominique Quéro, Transcription et étude du registre des (...)

18Les relations avec le duc semblent s’améliorer : en septembre 1473 François II renouvelle l’exemption des aides pour les habitants de La Roche-Maurice49. En juin 1477, le duc autorise le vicomte de Rohan à percevoir, pendant trois ans, un billot pour ses

  • 50 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 8, f° 111 v°-113 ; Yvon Bihan, Transcription et étude du registre d (...)

« […] chasteaulx et forteresses de Bleign, La Cheze, Rohan et La Roche-Morice, a la mise desquelles reparacions et ediffications de soy-mesmes du revenu desdites seigneuries et sans notre grace, moïen et aide, il ne pourroit fraier et satisfaire […]. Pour quoy nous, lesdites choses considérees, inclinans à la requete de notredit cousin, acertenez des grans ruynes et decadences desdites places et deffaulx de reparacions d’icelles, lesquelles places et chasteaulx reparees et fortiffiees pourront et pevent grandement servir a la seürté, recueil et reffuge de noz subgetz du païs d’environ icelles places et de leurs biens par ledit temps d’ostillité, voulons donner moïen convenable et aider au fait desdites reparacions et emparemens50 ».

  • 51 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 9, f° 13 v° ; Jacques Poullelaouen, Les activités de la chancelleri (...)
  • 52 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 438-441.
  • 53 C’est aussi une manière de l’indemniser car les revenus de ses terres ont été perçus par les offi ci (...)

19La brouille reprend en novembre 1479, après un assassinat dont le vicomte est accusé d’être l’instigateur. Il est arrêté et jeté en prison ; ses biens sont confisqués par le duc et sa famille placée sous surveillance. Louis de Rosnyvinen conserve probablement alors la charge de capitaine de La Roche-Maurice, mais pour le compte du duc. En février 1480, il décède en fonction et François II nomme son fils cadet, Guillaume, à cette charge, au désespoir de son frère aîné qui s’y était installé51. En février 1484, Jean de Rohan est relâché par le duc et rétabli provisoirement dans ses biens avant qu’il ne repasse en France. Une autre réconciliation doublée d’un pardon intervient avec le duc en septembre 1484, à l’issue de laquelle Jean (II) peut récupérer ses terres et ses forteresses52. Le duc le gratifie en outre d’une pension de plusieurs milliers de livres qui s’ajoutent aux 7 500 l. de revenus annuels de ses fiefs de Porhoët, Rohan et Léon53.

20Cette richesse explique notamment les importants travaux entrepris par le vicomte de Rohan dans ses forteresses. En décembre 1486, il obtient du duc

  • 54 Ibid., t. III, col. 525-526.

« […] qu’il puisse faire, fortifier et mettre en toute bonne édification et estat de deffense lesdits chasteaux et maisons fortes de Pontivy et Corlé ; et icelles ainsi fortifiees et emparees, qu’il ait et jouisse de tout droit et devoir de guet et garde sur et de tous et chacun les hommes et subgets desdites places et lieux de Pontivy et Corlé respectivement a ce contraignables par raison, tant en fié proche que en riere fié, tout ainsi qu’il a et joïst a ses chasteaulx, places et forteresse de Rohan, Josselin, La Cheze, Bleing, La Rochemorice et aultres54 ».

  • 55 Ibid., t. III, col. 458.
  • 56 « Procès verbaux, séance du 29 novembre », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, LV, (...)

21On recense ainsi pas moins de sept places fortes appartenant à Jean (II), dont cinq au cœur de ses possessions de Bretagne centrale. Il semble toutefois que, en raison des menaces d’invasion française et des complots au sein du gouvernement breton, François II confie la garde de quelques-unes d’entre elles à des officiers ducaux. En février 1485, Guillaume de Rosnyvinen reçoit ainsi l’ordre « de choisir 6 hommes non sujets aux armes pour résider en habit de guerre au chasteau de La Roche-Morice, qui auront chacun 100 sols par mois ; et commandement audit de Rosnyvinen de s’y tenir et d’y commander, et ordre au capitaine dudit lieu de lui en laisser les clefs55 ». La même année cependant, Jean de Rohan nomme Perceval de Lezormel, un de ses fidèles, comme capitaine de La Roche-Maurice56. Durant quelques années, les deux hommes semblent se succéder à cette capitainerie, en fonction des rapprochements et des dissensions entre le vicomte et le duc. En 1485 et 1486, Jean ne cesse d’intriguer pour unir son fils aîné, François, à Anne, la fille aînée du duc qui n’a pas d’héritier mâle.

  • 57 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 628-631.

22Au printemps 1487, Jean (II) de Rohan participe à une conjuration de barons bretons contre François II. Ils font appel au roi de France Charles VIII qui organise une offensive militaire foudroyante en Haute Bretagne, mais échoue devant Nantes en août 1487. Certains conjurés, comme le sire de Rieux, rallient alors le duc. Durant l’hiver, Jean (II) de Rohan est encerclé par les troupes ducales : ses places de La Chèze, Josselin, Rohan et Pontivy tombent l’une après l’autre en mars 1488. Le vicomte fait mine de se réconcilier avec François II mais c’est encore pour rallier le parti du roi : en mai, le duc nomme des capitaines à Rohan, La Chèze et Josselin, qu’il envisage même de démanteler. L’offensive française reprend au printemps 1488 : en juillet, l’armée ducale est défaite à Saint-Aubin-du-Cormier. Parmi les morts bretons figure François de Rohan, le sire de Léon, qui a choisi le parti opposé à celui de son père. Le duc doit se soumettre : il décède peu après. Plusieurs places fortes de Haute Bretagne sont occupées par les troupes françaises : le sort du duché repose sur les épaules de la duchesse Anne, âgée de 11 ans. Jean (II) de Rohan lorgne toujours la couronne ducale pour son héritier et persiste dans son désir de marier son second fils à la duchesse. Le roi ne l’ignore pas mais, en raison de son importante assise territoriale en Bretagne centrale, il le nomme son lieutenant général en Basse Bretagne. Jean s’empare successivement de Guingamp, Morlaix, Carhaix, Concarneau et Brest en janvier-février 1489 lors d’une véritable « promenade militaire57 ». Les partisans de la duchesse rétablissent toutefois la situation et, aidés de contingents étrangers, expulsent les Français de plusieurs places dès le mois de mars. La garnison laissée par Jean (II) à Guingamp abandonne la ville qui est réoccupée par les Anglais. En juillet 1489, les Français ne possèdent plus en Basse Bretagne que Brest, assiégée par l’armée du maréchal de Rieux qui ne parvient pas à reprendre la place, encore une fois secourue par mer durant l’été.

  • 58 Ce dernier, quoique lieutenant général pour le roi en Basse Bretagne, se heurte à la méfiance des (...)

23C’est à cette occasion, au printemps 1489, que la forteresse de La Roche-Maurice est démantelée par les troupes françaises, comme en témoignera plus tard Jean de Rohan58 :

  • 59 J. Kerhervé, « Château de La Roche-Maurice : travaux à la fin du xve siècle (documents inédits) », (...)

« Il est tout cler et notoire que les gens et cappitaines du roy ont demoly ladite place durant les dernieres guerres de Bretaigne de leur autorité sans que en icelle ledit sr de Rohan tenist aucunes gens de guerre ne autres adversaires ou tenant party contraire au roy. Vray est qu’ilz disaient que ladite place estoit et est assez proix de Brest et que en icelle se fussent peü mettre durant lesdites guerres aucuns adversaires dont ladite place de Brest eut peu estre endommagee […]. Aussi luy ont lesdites gens de guerre et cappitaines estant à Brest pour ledit sr [roi] prins, abattu, coppé et demoly les boys de fustaye de la fourest dudit lieu de La Roche pour faire les logeys, habitacion et fortification dudit Brest59. »

  • 60 Arch. dép. Morbihan, 20J224, n° 11, pièce n° 1.

24Les vassaux du vicomte en prennent prétexte pour refuser d’acquitter le droit de guet, qui est cependant confirmé par Charles VIII le 26 juin 1492. Le roi reconnaît que le château a bien été démantelé par les troupes françaises60. Ce n’est pas la seule place à changer de mains et à être ravagée dans cette lutte qui oppose Bretons et Français, un conflit qui s’internationalise avec la présence de contingents étrangers. Les ambitions de Jean (II), un temps captif des Anglais au début de l’année 1490, sont définitivement ruinées par le mariage de la duchesse Anne avec Charles VIII en décembre 1491, même si de longues procédures l’opposent encore à la duchesse et au roi, essentiellement au sujet de l’héritage de son épouse, Marie de Bretagne, jusqu’au début du xvie siècle.

  • 61 Ces détournements s’élevaient au minimum à 30 000 l. selon J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., (...)
  • 62 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 783-784, pour 1494. Selon Y. Gicquel, Jean II de Roha (...)
  • 63 Arch. dép. Morbihan, 20 J 224, n° 11, pièce n° 1.
  • 64 J. Kerhervé, « Château de La Roche-Maurice… », art. cit., pièces n° 2 et 3.
  • 65 Arch. dép. Morbihan, 20 J 224, n° 13, pièces n° 2 et 3.

25Le roi récompense Jean de Rohan pour l’aide qu’il lui a apportée. Il lui accorde temporairement les revenus de châtellenies ducales et l’amnistie pour toutes les levées d’argent qu’il a faites lors des guerres61. Il l’autorise aussi à rétablir ses forteresses et lui confirme, à plusieurs occasions, comme en 1494, la permission de lever un droit de billot sur ses vassaux « affin qu’il puisse entretenir en bon et convenable estat et reparation ses places et chasteaux qu’il a audit pays, lesquels ou la plupart ont esté gasté, desmolis et degarnis par le fait et disposition des guerres qui derrenement ont eu cours audit pays62 ». Des travaux se révèlent urgents à La Roche-Maurice où Perceval de Lezormel, capitaine de la place, par ailleurs maître d’hôtel de Jean (II), transige avec les habitants de Landerneau qui, en raison de la ruine de la forteresse, refusent de payer le devoir de guet en février 149363. Nous demeurons hélas mal renseignés sur les travaux alors réalisés. J. Kerhervé a exhumé quelques pièces, notamment relatives à un devis et un certificat de travaux de charpenterie menés en 1493, pour la somme de 20 l.64. Deux autres documents inédits, de 1498, concernent les interventions à réaliser sur la maison du jardin, au bourg de La Roche-Maurice65.

26Ces quelques documents ne sont que les infimes vestiges des multiples devis et réceptions de travaux qui durent alors être entrepris au château de La Roche-Maurice sur ordre de Jean de Rohan. En mai 1504, il est présent au château et ordonne à Jehan Le Guirieuc, son receveur, d’affecter les revenus de lods et vente qui lui sont dus aux travaux en cours car

  • 66 J. Kerhervé, « Château de La Roche-Maurice… », art. cit., pièce n° 4.

« […] a présent avons encommancé de rediffier, bastir et fortiffier nostre place et chastel de La Roche Morice, où desirons estre vacqué et besongné a toute diligence, nous voulons et ordonnons que les deniers, qui de ce nous sont et pourront estre deüz tant du temps passé que avenir, iceulx estre mys convertiz et employez oudit euvre et ediffice ainsi qu’il sera requis et que ordonnerons66 ».

  • 67 « Procès verbaux, séance du 29 novembre », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, LV, (...)
  • 68 Y. Gicquel, Jean II de Rohan…, op. cit., p. 398.
  • 69 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 597-598.
  • 70 Ibid., t. III, col. 860-861, 871-873.
  • 71 Jehan Bazin, Landerneau, ancienne capitale de la principauté de Léon, Rennes, 2e éd. 1973, p. 181.
  • 72 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1376-1380.
  • 73 H. du Halgouët, La vicomté…, p. 103, 119, note 3, selon des mandements du fonds de Kerguéhennec.
  • 74 BnF, ms. fr. 22341, f° 229-229 v°.

27Ces travaux sont certainement suivis de très près par Perceval de Lezormel, capitaine du château jusqu’en 1516 au moins. Il est assisté, à partir de 1502, par son neveu Olivier de Lezormel67. En 1504 encore, le roi octroie à Jean de Rohan le renouvellement des droits de billot pour lui permettre de réparer ses villes et places fortes68. Le vicomte vient parfois visiter ses terres de Léon : en août 1488, il fonde le couvent des frères mineurs à Landerneau69 ; en 1503, il est reçu solennellement comme chanoine en la cathédrale de Saint-Pol70 ; en 1505, il accompagne la reine Anne qui visite le duché, notamment Brest, Le Folgoat et Morlaix. Il y retourne peut-être encore en 1510 quand il fait réédifier le pont de Landerneau71. Deux ans plus tard, il confirme et augmente les donations de ses ancêtres à l’hôpital Saint-Julien, situé à l’entrée de ce pont sur la rive sud ; il demande également qu’une messe soit dite tous les lundis à La Roche-Maurice72. Il est cependant avant tout présent dans sa vicomté de Rohan où il fait reconstruire plusieurs de ses châteaux, comme à Rohan, Josselin, Pontivy ainsi qu’à Blain73. Dès 1509, il assigne en avancement de partage 4 000 l. de rente à « noble et puissant seigneur messire Jacques de Rohan, chevalier, seigneur de Léon, son fils aîné et principal héritier74 ».

  • 75 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 940-942 ; H. du Halgouët, La vicomté…, op. cit., p. 1 (...)

28Jean (II) de Rohan décède en avril 1517, non sans inquiétude quant à sa succession : son fils aîné François est tombé à Saint-Aubin-du-Cormier, deux autres de ses fils sont morts avant lui, Jacques n’a pas de postérité, Claude bien qu’évêque de Cornouaille est mentalement défaillant. Jean (II) a ainsi pris soin de marier ses deux filles à des membres de branches cadettes de Rohan. L’aînée, Anne est unie à Pierre de Rohan-Gié en 1516 ; il est convenu qu’elle et ses enfants hériteront du fief si Jacques n’avait pas de descendance75.

29Les travaux effectués par Jean (II) de Rohan après les guerres d’Indépendance contribuent peut-être au fait que son petit-fils et héritier, René de Rohan (vers 1529-1552), s’arroge le titre de « prince de Léon », au début des années 1530. Cependant, ni lui, ni son oncle, Jacques de Rohan (1517-1527), ne semblent plus avoir effectué de travaux importants à La Roche-Maurice. Les vicissitudes liées à des successions difficiles, les difficultés financières du lignage et surtout les troubles dus aux guerres de religion entraînent la décrépitude puis la ruine du château dans des circonstances encore mal connues, dès la fin du xvie siècle.

Notes

1 Jean Kerhervé, « Landerneau à la fin du Moyen Âge. Le développement urbain », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXXIII, 2004, p. 207-235.

2 Médiathèque Nantes, fonds Bizeul, ms. 1702, n° 5 et 6.

3 Patrick Kernévez, Les fortifications médiévales du Finistère. Mottes, enceintes et châteaux, Rennes, 1997, notices de Coat-Méal, Daoulas, La Forest-Landerneau, Landerneau et Landivisiau.

4 Nous renvoyons aux ouvrages d’Hervé du Halgouët, La vicomté de Rohan et ses seigneurs, Saint-Brieuc/Paris, 1921 ; id., Le duché de Rohan et ses seigneurs, Saint-Brieuc/Paris, 1924 ; Yaïr Seltenreich, La famille de Rohan (1396-1540), dactyl., thèse de doctorat d’histoire, 3 vol., Nantes, 1982 ; Yvonig Gicquel, Alain IX de Rohan, un grand seigneur de l’âge d’or de Bretagne, Paris, 1986 ; id., Jean II de Rohan, ou l’indépendance brisée de la Bretagne, Spézet/Paris, 1994 ; Charles Floquet, Châteaux et manoirs bretons des Rohan, Loudéac, 1989 ; George Martin, Histoire et généalogie des maisons de Chabot et de Rohan-Chabot, Lyon, 1996.

5 P. Kernévez et Frédéric Morvan, « Généalogie des Hervé de Léon (vers 1180-1363) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXXI, 2002, p. 279-312.

6 Jocelyn Martineau, Château de Roc’h Morvan, La Roche-Maurice, Rapport final d’opération 2002-2005, dactyl., Service régional de l’archéologie, Rennes, 2007. P. Kernévez, Les sources documentaires de l’histoire du château de La Roche-Maurice, rapport 2005, dactyl., Quimper, 2006.

7 Dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, Paris, 1742-1746, 3 vol., t. I, col. 1468-1469 qui donne la date de 1349. Le contrat de mariage est conservé à la médiathèque de Nantes, fonds Bizeul, ms. 1687, n° 2 : c’est un parchemin taché, où la date apparaît mal.

8 P. Kernévez et Robert Le Roy, « La seigneurie de Léon aux xve et xvie siècles », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXXV, 2006, p. 299-319.

9 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1625-1628.

10 Y. Seltenreich, La famille de Rohan…, op. cit., t. I, p. 39.

11 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1376-1380.

12 Paul Peyron, « Actes du Saint-Siège concernant les évêchés de Quimper et de Léon du xiiie au xve siècle (suite) », Bulletin diocésain d’histoire et d’archéologie de Quimper et de Léon, XII, 1912, p. 283-288, p. 286, n° 408.

13 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 79.

14 Arthur de La Borderie et Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, 6 vol., Rennes/Paris, 1896-1914, t. IV, p. 29-30. Les auteurs utilisent les chroniques de Jean Froissart.

15 Ibid., t. IV, p. 104-107.

16 Michael Jones, « Brest sous les Anglais (1342-1397) », Cahiers de l’Iroise, 1969, p. 3-12 ; id., La Bretagne ducale, Jean IV de Montfort (1364-1399) entre la France et l’Angleterre, Rennes, 1998.

17 Médiathèque Nantes, fonds Bizeul, ms. 1706, n° 7.

18 Ibid., ms. 1701, n° 45.

19 Arch. dép. Morbihan, 20 J 224, n° 11, pièce n° 1, f° 1 v°. Une autre copie de cet acte donne Hervé Goello à la place de Guillaume Hervé.

20 M. Jones, Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne (1357-1399), 3 vol., Paris, 1980 et 1983, Rennes, 2001, t. III, p. 106-107, n° 1332.

21 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 73.

22 Ibid., t. II, col. 659.

23 Ibid., t. II, col. 184.

24 Médiathèque Nantes, fonds Bizeul, ms. 1690.

25 H. du Halgouët, La vicomté…, op. cit., p. 77.

26 Ibid., p. 78 ; H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 665-666. Les noms de celles-ci n’apparaissent pas dans l’acte mais, si on se réfère au rachat suivant, La Roche-Maurice aurait bien pu en faire partie.

27 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 669-674. Les hommages de la noblesse de Léon n’ont pas été conservés.

28 Ibid., t. II, col. 1099-1100 ; René Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne de 1402 à 1442, 5 vol., Nantes, 1889-1895, t. III, p. 79-80, n° 1510 ; Y. Seltenreich, La famille de Rohan…, op. cit., t. II, p. 231.

29 L’accord est prorogé le 16 juillet 1423 (H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1138-1139) et le 16 juin 1425 (R. Blanchard, Lettres et mandements…, op. cit., t. II, p. 155-156, n° 1631), où il est encore question de la « reparation de son chastel de la Roche Morice ». Ces droits étaient perçus non seulement à Landerneau mais aussi à Daoulas, Camaret et Lanvéoc.

30 H. du Halgouët, La vicomté…, op. cit., p. 79.

31 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1145-1147.

32 Ibid., t. II, col. 1271 ; H. du Halgouët, La vicomté…, op. cit., p. 81. Alain de Rohan, seigneur de Léon, périt lors de l’attaque de Fougères contre les Anglais en 1449.

33 BnF, ms. fr. 22340, f° 140-140 v°.

34 Ibid., ms. fr. 22332, f° 216-216 v°. Ils sont encore prorogés pour quatre ans en 1441 et 1443 (H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1139).

35 R. Blanchard, Lettres et mandements…, op. cit., t. IV, p. 204-205, n° 2341.

36 Ibid., t. IV, p. 227-228, n° 2387.

37 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1145-1147.

38 Arch. dép. Morbihan, 20 J 224, n° 12.

39 R. Blanchard, Lettres et mandements…, op. cit., t. III, p. 305, n° 1951, lettre de franchise de 1431 en faveur de Notre-Dame de La Martyre.

40 Hervé Martin, Les Ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530), Paris, 1975, p. 79-80.

41 Y. Gic quel, Alain IX de Rohan…, op. cit., p. 412.

42 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1385.

43 J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol., Paris, 1987, t. II, p. 590 ; H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. II, col. 1385, 1688, t. III, col. 166-167.

44 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 6, f° 179 v° ; Marion Kermarrec, Transcription et étude du registre des lettres scellées à la chancellerie de Bretagne en 1468, dactyl., mémoire de maîtrise, dir. J. Kerhervé, 2 vol., UBO, Brest, t. I, p. 349, n° 978.

45 Il ne saurait être question ici d’exposer les tenants et les aboutissants de cette affaire ; nous renvoyons à A. de La Borderie et B. Pocquet, Histoire…, op. cit., t. IV, p. 470 ; pour les motifs, voir H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 231-233.

46 Ibid., t. III, col. 250-251.

47 Une colline au nord-ouest du château de La Roche-Maurice s’appelle encore « Les Justices », possible souvenir des patibulaires à six pots des vicomtes de Rohan.

48 H. Morice et Claude Taillandier, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 2 vol., Paris, 1750-1756, t. II, p. clxi-clxxxv, articles n° cli, clii, cliii.

49 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 7, f° 137 ; Dominique Quéro, Transcription et étude du registre des lettres scellées par la chancellerie bretonne en 1473, dactyl., mémoire de maîtrise, dir. J. Kerhervé, UBO, Brest, 1988, p. 203, n° 828.

50 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 8, f° 111 v°-113 ; Yvon Bihan, Transcription et étude du registre des lettres scellées à la chancellerie de Bretagne en 1477, dactyl., mémoire de maîtrise, dir. J. Kerhervé, 2 vol., UBO, Brest, 1991, t. II, p. 162-163, n° 611.

51 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 9, f° 13 v° ; Jacques Poullelaouen, Les activités de la chancellerie de Bretagne en 1480, dactyl., mémoire de maîtrise, dir. J. Kerhervé, UBO, Brest, 1982, p. 22-23, n° 74 ; H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 387.

52 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 438-441.

53 C’est aussi une manière de l’indemniser car les revenus de ses terres ont été perçus par les offi ciers ducaux durant des années (H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 528, 382, 386).

54 Ibid., t. III, col. 525-526.

55 Ibid., t. III, col. 458.

56 « Procès verbaux, séance du 29 novembre », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, LV, 1928, p. xxxvii-xl, p. xxxix, intervention de Louis Le Guennec au sujet des archives du château du Rohou en Plouézoc’h.

57 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 628-631.

58 Ce dernier, quoique lieutenant général pour le roi en Basse Bretagne, se heurte à la méfiance des gens du roi qui n’ignorent rien de ses ambitions sur la couronne ducale. Certains purent ordonner la destruction de la forteresse de La Roche-Maurice sans regret ni déplaisir…

59 J. Kerhervé, « Château de La Roche-Maurice : travaux à la fin du xve siècle (documents inédits) », dans « Monuments et objets d’art du Finistère : études, découvertes, restaurations (années 1981-1982) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CX, 1982, p. 332-336, p. 333, pièce n° 1.

60 Arch. dép. Morbihan, 20J224, n° 11, pièce n° 1.

61 Ces détournements s’élevaient au minimum à 30 000 l. selon J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. II, p. 591-593.

62 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 783-784, pour 1494. Selon Y. Gicquel, Jean II de Rohan…, op. cit., p. 398, il y en eut une autre en 1492 et elle fut reconduite en 1504.

63 Arch. dép. Morbihan, 20 J 224, n° 11, pièce n° 1.

64 J. Kerhervé, « Château de La Roche-Maurice… », art. cit., pièces n° 2 et 3.

65 Arch. dép. Morbihan, 20 J 224, n° 13, pièces n° 2 et 3.

66 J. Kerhervé, « Château de La Roche-Maurice… », art. cit., pièce n° 4.

67 « Procès verbaux, séance du 29 novembre », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, LV, 1928, p. xxxvii-xl, p. xxxix.

68 Y. Gicquel, Jean II de Rohan…, op. cit., p. 398.

69 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 597-598.

70 Ibid., t. III, col. 860-861, 871-873.

71 Jehan Bazin, Landerneau, ancienne capitale de la principauté de Léon, Rennes, 2e éd. 1973, p. 181.

72 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. I, col. 1376-1380.

73 H. du Halgouët, La vicomté…, p. 103, 119, note 3, selon des mandements du fonds de Kerguéhennec.

74 BnF, ms. fr. 22341, f° 229-229 v°.

75 H. Morice, Mémoires…, op. cit., t. III, col. 940-942 ; H. du Halgouët, La vicomté…, op. cit., p. 149.

Table des illustrations

Légende La seigneurie de Léon vers 1480.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5366/img-1.png
Fichier image/, 668k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540