Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Albert Camus, totem et tabou

 | 
Yves Ansel

Chapitre III. L’écrivain et l’Algérie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Homère, quelque grand qu’il soit, n’est point un homme au-dessus de tous les autres hommes, ni seul au milieu de son siècle, et de plusieurs siècles supérieurs aux siens. Le plus rare génie est toujours en rapport avec les lumières de son temps, et l’on doit calculer, à peu près, de combien la pensée d’un homme peut dépasser les connaissances de son temps.
Lorsque les croyances les plus absurdes sont établies généralement, les écrivains qui en appellent aux lumières de la raison ne peuvent jamais se dégager entièrement des préjugés qui les environnent.
G. de Staël, De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, 1800.

Des analyses qui précèdent on conclura donc que Camus, pas plus que les autres hommes, ne s’est trouvé doté d’une lucidité « infaillible » (J. Daniel, loc. cit.), n’a pu porter sur son époque un regard d’aigle, un « regard de survol » (Sartre) totalement clairvoyant. Aussi grand soit-il, Camus « n’est point un homme au-dessus de tous les aut...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540