Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au prisme du figural

 | 
Luca Acquarelli

Les auteurs

Texte intégral

1Luca Acquarelli est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Lille 3 et il est membre du CEHTA, centre d’Histoire et Théorie des Arts (EHESS) où il a été boursier Marie Curie en qualité de post-doctorant. Il a obtenu son doctorat en « Études sur la représentation visuelle » à l’université de Sienne, sous la direction de Omar Calabrese et Boris Uspenskij, en 2009. Dans sa thèse (publication prévue fin 2015) il a étudié l’iconographie du fascisme italien, en analysant un corpus des œuvres très hétérogènes (affiches, couvertures de revues, décorations urbaines, cartes postales, œuvres d’art) à partir d’une perspective interdisciplinaire sur le problème de l’efficacité des images. Ses précédents travaux de recherche concernent les relations entre les imaginaires coloniaux des grands empires de la fin de siècle. Dernière publication « Cartographie et représentation du pouvoir dans la propagande fasciste », Visible, no 10, 2014, p. 53-70.

2Tarcisio Lancioni enseigne Sémiotique du texte et Sémiotique de l’image à l’université de Sienne, où il dirige également le centre de Sémiotique et Théorie de l’image Omar Calabrese. Il est le directeur de la revue Cartes sémiotiques, et membre des comités scientifiques d’Actes sémiotiques et de la collection éditorial I libri di Omar, de l’éditeur La Casa Usher (Florence-Lucques). Parmi les publications récentes : Immagini narrate. Semiotica figurativa e testo letterario. Milano, Mondadori Università, 2009 ; « Mode semi-symbolique et architectures textuelles », Nouveau Actes Sémiotiques, janvier 2010 ; Il senso e la forma. Semiotica e teoria dell’immagine, Florence, La Casa Usher 2012 ; « Jan Van Eyck et les Époux Arnolfini, ou les aventures de la pertinence », Actes Sémiotiques, janvier 2013 ; « Il polittico di Isenheim di Matthias Grünewald. Una macchina del tempo », Carte semiotiche – Annali, 1, 2013.

3Xavier Vert est docteur en histoire de l’art, chercheur associé au Cetha (École des hautes études en sciences sociales, Paris), enseignant à l’école supérieure des Beaux-Arts de Nantes métropole et actuellement chercheur post doctoral au département d’histoire de l’art de l’université de Stockholm. Il a publié de nombreux articles sur les relations entre pratiques visuelles et pratiques sociales en Italie au XVIe et XVIIe siècle. Il a co-organisé avec Giovanni Careri l’exposition « Louis Marin, le pouvoir dans ses représentations », Galerie Colbert/INHA, 26 mai-26 juillet 2008. Il est l’auteur d’une monographie sur Pasolini, « La Ricotta. Pier Paolo Pasolini », Lyon, Aléas Éditions, coll. « Le vif du sujet », 2011. Son dernier ouvrage s’intitule L’adresse du portrait. Bernin et la caricature, Paris, Éditions 1:1 (ars), 2014.

4Angela Mengoni est docteur de recherche en sémiotique (à l’université de Sienne, Italie) et travaille actuellement comme chercheur et enseignant à l’université IUAV de Venise.

5Entre 2009 et 2012 elle a été chercheur post-doc dans le cadre du programme du Fond national Suisse de Recherche eikones – « Bildkritik/Iconic Criticism. Pouvoir et signification des images » à l’université de Bâle. Elle est chercheur associé au groupe de recherche « ACTH – Art contemporain et temps de l’histoire », un projet coordonné conjointement par l’école de Beaux-Arts de Lyon et l’EHESS de Paris, et elle est membre de la rédaction de la revue Carte Semiotiche. Semiotica e teoria delle immagini et de la revue on line Rheinsprung11. Zeitschrift für Bildkritik. Ses intérêts de recherche portent sur les formes de la représentation du corps dans l’art de la modernité tardive et sur la relation entre image et mémoire. Elle a récemment publié un ouvrage, en italien, sur le rapport entre les représentations du corps blessé dans l’art de la modernité tardive et la question d’une « biopolitique de la vie ».

6Maria Giulia Dondero est chercheure qualifiée du Fonds national de la recherche scientifique (FRS-FNRS) et travaille à l’université de Liège où elle poursuit des recherches en sémiotique visuelle, et notamment sur les statuts des images (scientifique, artistique, religieux) et les genres visuels. Elle a dirigé une quinzaine d’ouvrages collectifs et de numéros spéciaux de revue sur l’image scientifique, la photographie et la subjectivité dans l’image et a récemment publié trois ouvrages : Des images à problèmes. Le sens du visuel à l’épreuve de l’image scientifique (avec J. Fontanille, Limoges, 2012) ; Sémiotique de la photographie (avec P. Basso Fossali, Limoges, 2011) ; Le Sacré dans l’image photographique. Études sémiotiques (Paris, 2009). Elle est co-fondatrice de la revue de sémiotique Signata Annales de sémiotiques/Annals of Semiotics et co-directrice de la collection Sigilla (PULg). Elle est également vice-présidente de l’International Association for Visual Semiotics (IASV) et première vice-présidente de l’Association française de Sémiotique (AFS).

7Bertrand Prévost, historien de l’art et philosophe, est maître de conférences à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3. Il a notamment publié La Peinture en actes. Gestes et manières dans l’Italie de la Renaissance (Actes Sud 2007), Botticelli. Le manège allégorique (Éd. 1:1, 2011), Peindre sous la lumière. Leon Battista Alberti et le moment humaniste de l’évidence (PUR, 2013). Ses travaux tournent principalement atour de l’idée d’une cosmétique élargie.

8Directeur du centre d’Histoire et Théorie des Arts, Giovanni Careri est directeur d’études à l’EHESS de Paris et professeur à l’école des Beaux-Arts de Lyon. Ses recherches portent toujours sur des objets singuliers et singulièrement complexes : le « montage » des arts dans les chapelles baroques du Bernin (Envols d’amour, 1990), le réseau des tableaux, pièces de théâtre et ballet qui ont repris la Jérusalem Délivrée du Tasse (Gestes d’amour et de Guerre, 2005), la visualisation de l’histoire chrétienne dans son rapport à l’altérité juive, La Torpeur des Ancêtres. Juifs et Chrétiens dans la chapelle Sixtine (2013) Il est également engagé dans la recherche en art contemporain (Face au réel. Éthique de la forme dans l’art contemporain, 2008, publié avec Bernhard Rüdiger avec lequel il partage la responsabilité du groupe Art Contemporain et Temps de l’Histoire). Son approche historique et critique a recours aux outils et aux questions de l’anthropologie et de la sémiotique.

9Luc Vancheri est professeur en études cinématographiques à l’université Lyon 2 où il enseigne l’esthétique du cinéma et la théorie des images. Il est actuellement responsable du master 2 recherche du département des Arts de l’Image et de la Scène et codirecteur de la collection cinéma des Presses Universitaires de Lyon, Le vif du Sujet. Dernières publications : Psycho. La leçon d’iconologie d’Alfred Hitchcock, Vrin, 2013 ; Les Pensées figurales de l’image, Armand Colin, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540