Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Troisième partie. L’argent

Un double système de comptabilité : la crise monétaire de 1420-1422 en Normandie

Philippe Lardin

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

Extraits du tabellionage de Rouen
(Archives départementales de la Seine-Maritime, 2E1/169
1)

  • 1 Dans la suite des notes, les indications de folio sans indication de cote proviennent de ce regist (...)

F° 266 v° : 17 décembre 1421 : « Jouhen gadisdont natif du pais d’engleterre et serviteur de Monseigneur Jehan Senard, chevalier chambellan de la Royne, confesse que par Richard salin serviteur aussi dudit chevalier luy ont esté bailiez et delivrez ix queues et ung poincon de vin vermeil tous prestz et chargiez en un vessel de mer au kay de Rouen pour mener en engleterre pour leur dit maistre jusques en la ville de londres, desquieulx vins ledit Jehan gadisdont se tint à bien contant. Et lesquieulx vins coustent dedens le bort du vessel tant en principal comme es frans de par deca ensemble xi frans de fieble monnoye bailliez au marinier dudit vessel de mer comprins ensemble aussi en baterie d’arain pesant xxix livres la somme de mil lx £ tournois fieble monnoye de xii gros pour livre vault en forte monnoye vixx xii £ x s. t. qui valent en escus d’or cent dix sept escus xvii s. v d. ob. t. comme tesmoingnoit ledit gadistont lequel d’iceulx vins se charga et en promist delivrer et descherger ledit Richard salin envers ledit chevalier leur maistre et tous aultres ; obligé corps et biens. »
F° 293 : 15 janvier 1421 (v. st.) : « Guillaume Do de la paroisse saincte marie des camps vent à heritage à Perrin Ourssel le Jeune à katerine et à margnet dites les courtes enffans de jehanne la courte demourans en la paroisse saint maclou de Rouen absens cent soulx t. de fieble monnoye de rente par an à payer aux termes de saint michel, noel, permier terme de payer commenchans à la saint jehan prouchain venant sur tout pour xlv £ t. de fieble monnoye qu’il en confesse avoir eux et receu en quatre escus d’or pour xxxviii £ t et le demourant en gros et xl sous pour vin le tout de fieble monnoie à xii gros pour livre […]. »
F° 349 : 9 mars 1421 (v. st.) : « Jehan Le Maignen et Jehan Fourmy dem à Mantes doivent à Robin Conque par de Kay près Bayeux la somme de 106 £ de faible monnoye à 12 g[ros] pour £ à présent courans pour 2 d parisis pour prest à payer en icelle monnoye de gros, ou en nobles ou escus, chacun noble pour 19£ 10s d’icelle monnoye, ou deux escus pour un noble dedens demain en 8 j. »

  • 2 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, 1976, rééd. 1981, p. 92.

1Les comptabilités qui nous sont parvenues des deux derniers siècles du Moyen Âge ont longtemps été considérées par les historiens comme des sources de première importance pour faire une étude statistique des réalités économiques. Pour la Normandie orientale, Guy Bois a ainsi pu estimer qu’il avait rassemblé, à partir de la plupart des comptabilités royales et ecclésiastiques conservées à Rouen ou à la Bibliothèque nationale de France, « assez d’indications chiffrées pour qu’une étude quantitative soit entreprise2 » et il a cru pouvoir dresser des tableaux apparemment indiscutables enregistrant année après année les salaires des ouvriers spécialisés et des manœuvres du secteur du bâtiment ainsi que des graphiques montrant l’évolution du prix de diverses céréales ou de certains matériaux de construction. Bien sûr, afin de pouvoir éliminer les effets des modifications de la valeur de la monnaie, il n’avait pas négligé de « déflater » toutes ces données en les exprimant en quantité de céréales, notamment en froment. Pourtant, à aucun moment, il ne se posa la question de savoir si les données dont il se servait, exprimées en monnaie de compte, autrement dit en monnaie virtuelle et, par conséquent, totalement inexistante, subissaient les conséquences des évolutions de la valeur des pièces en circulation, c’est-à-dire de la monnaie réelle, dont les changeurs exprimaient le prix à partir de la quantité de métal contenu et de divers autres facteurs tandis que les autorités en fixaient une valeur légale nécessairement acceptée par la plupart des utilisateurs.

2C’est donc sur les problèmes posés par les relations entre la monnaie de compte utilisée par les rédacteurs des comptabilités et les réalités monétaires basées sur la valeur légale des pièces en circulation que je voudrais attirer l’attention ici en prenant l’exemple bref mais caractéristique de la crise monétaire qui secoua non seulement la Normandie mais aussi les autres zones du royaume soumises à l’autorité des Anglo-Bourguignons au lendemain du traité de Troyes.

  • 3 Sur l’histoire monétaire en général, voir Faustin Poey D’Avant, Monnaies féodales de France, Paris (...)
  • 4 Sur la situation de la Normandie entre 1410 et 1422, voir G. Bois, Crise…, op. cit., p. 284-293 ; (...)
  • 5 Dès le 12 janvier 1420 (n. st.), le roi Henri V se plaignait de l’entrée en Normandie de monnaies (...)
  • 6 Arch. dép. Seine-Maritime, G 2486.

3La crise monétaire des années 1420-1422, par son caractère spectaculaire a beaucoup frappé les esprits, aussi bien de ceux qui durent la subir que des historiens contemporains. La hausse des prix à première vue vertigineuse qui toucha alors l’ensemble du royaume de France eut en Normandie des aspects particuliers du fait de la victoire anglaise qui venait de se manifester par la prise de Rouen3 et la chute consécutive de la presque totalité des places fortes de la province4. En effet, la ponction représentée par la « composition » de 400 000 livres que le roi d’Angleterre Henry V imposa à Rouen s’ajoutant aux difficultés dues à la guerre, ainsi que l’entrée de monnaies royales ou delphinales françaises et de plusieurs autres monnaies locales s’y traduisirent assez vite par des troubles monétaires considérables qui constituèrent une gêne importante pour les milieux économiques normands aussi bien que pour le souverain anglais5. Le fait apparaît de manière plus ou moins nette au fil des chroniques ou encore des comptabilités, essentiellement dans un compte de la fabrique de la cathédrale de Rouen6. Toutefois, les importantes lacunes des années suivantes ne permettent pas véritablement un examen approfondi du phénomène. Les registres du tabellionage de Rouen qui couvrent sans interruption, jour après jour, la période allant de 1419 à 1423, fournissent, en revanche, une information continue et relativement précise. Ces registres ne disent que peu de choses sur la valeur réelle – titre ou poids – des pièces en circulation au cours de cette période. Ils nous mettent en présence de monnaies aux noms précis dont le cours est fixé officiellement par les autorités mais dont la valeur intrinsèque reste incertaine. Il n’est donc pas possible, à partir de telles sources, de savoir précisément comment la valeur réelle – en métal précieux – des pièces en circulation évolua au cours de ces années de crise mais ce n’est pas forcément leur apport le plus intéressant. En fait, ces documents nous permettent de saisir la manière dont les Normands réagirent aux troubles monétaires auxquels ils étaient confrontés. Ils nous permettent surtout, ce qui est l’essentiel pour le sujet qui nous occupe, de décrire les conséquences de la baisse de la valeur des pièces en circulation sur les prix et sur certains salaires, ainsi que la réaction des consommateurs aux décisions prises par le roi d’Angleterre Henry V. Ainsi, on pourra mieux comprendre les actes présentés au début de cet article.

  • 7 Chronique normande, éd. Charles de Beaurepaire, Rouen, 1870, p. 323.
  • 8 F° 372.
  • 9 Journal du bourgeois de Paris, éd. Colette Beaune, Paris, 1990, chap. 242, p. 138-139, pour l’anné (...)

4L’idée la plus souvent admise à propos de la crise monétaire du début des années 1420 est qu’elle a abouti à une très forte hausse des prix. Les chroniqueurs, par exemple le Bourgeois de Paris ou le Rouennais Pierre Cochon, déplorent à intervalles réguliers la hausse vertigineuse d’un certain nombre de prix, particulièrement de ceux des produits alimentaires ou de certains autres produits de première nécessité comme le bois7. C’est également l’impression que donnent certaines comptabilités et on peut en trouver la confirmation dans un acte du tabellionage du 29 mars 1422. Pour justifier la demande de diminution de la rente qu’il devait à son propriétaire pour l’exploitation de trois pièces de terre situées dans la paroisse d’Appenées, un paysan se plaignait en effet de « la chierté du temps ». Malheureusement, c’est la seule mention de ce type pour l’ensemble du registre et les autres demandes d’aménagement de rentes ou de baux évoquent les « guerres qui ont couru et courent encore en ce pais de Normendie ». Le paysan d’Appenées dont nous venons de parler ne faisait d’ailleurs intervenir la hausse des prix qu’après avoir expliqué qu’il n’avait pas pu labourer les terres qu’il exploitait « à l’occasion et par le fait et empeschement de la guerre8 ». De même, le Bourgeois de Paris note que certains métaux comme le cuivre ou l’étain continuaient à être vendus à des prix qui n’avaient pas connu d’augmentation9. Certes, il est probable que cette remarque était destinée à indiquer que les métaux vils qui entraient dans la composition des pièces noires étaient si abondants que leur prix ne pouvait pas augmenter. Il n’en demeure pas moins qu’il constate que la hausse n’était pas aussi généralisée qu’il l’affirme par ailleurs, et il faut donc se pencher avec attention sur les données monétaires et sur la manière dont elles étaient enregistrées.

  • 10 La composition qui avait frappé Rouen était payable en or et il est probable que ce métal était de (...)
  • 11 La première mention de la valeur du gros à 20 deniers (en fait, du quart de gros à 5 deniers) par (...)
  • 12 Par exemple, J. Lafaurie, Les monnaies…, op. cit., n. 6, p. 81 (402), p. 85 (421), p. 88 (431).
  • 13 C’est dans une ordonnance du 1er février 1420 (n. st.) qu’on trouve le nom de « royaulx » pour dés (...)
  • 14 C’est ce que dit le roi Henry V dans l’ordonnance datée du 1er février 1420 (n. st.) (ibid., n. 3, (...)
  • 15 BnF, ms. fr. 26043 [5464].
  • 16 F. de Saulcy, Histoire numismatique…, op. cit., n. 3, p. 10-11 et p. 12.

5La crise de 1420-1422 fut avant tout une crise du gros. C’était, en effet, la pièce la plus fréquemment employée alors dans les transactions et celle dont la valeur fut le plus affectée par la situation monétaire10. Au début de la période que nous étudions, sa valeur légale était de 20 deniers11. Les gros, contrairement à ce que disent les ouvrages de numismatique12, ne sont jamais appelés « florettes » dans les documents normands qui nous sont parvenus mais seulement, et très rarement, « royaulx13 ». Composée avec de moins en moins d’argent et de plus en plus de métal vil, cette pièce se déprécia considérablement au cours de l’année 1419 du fait de l’émission par le roi de France, le dauphin ou le duc de Bretagne, et sans doute aussi par des faux-monnayeurs, de pièces de billon qui envahirent la Normandie14. Dans un premier temps, le roi Henry V intervint en cherchant à remettre en circulation des pièces de bon poids et de bon aloi. Le 12 janvier 1420, il fit forger de nouveaux gros auxquels il garda la valeur officielle de 20 deniers tout en en précisant minutieusement les caractéristiques, de poids, d’aloi et de figure15. Le 6 mai, puis le 16 juin suivant, de nouvelles ordonnances tentèrent encore de rétablir la valeur du gros à 20 deniers16. Ces mesures n’eurent pas l’effet escompté et il est probable que ces gros réévalués disparurent rapidement pour être remplacés par des pièces de médiocre qualité et la hausse des prix se poursuivit inexorablement.

  • 17 F° 47. Le fait est jugé suffisamment important pour que le Bourgeois de Paris en fasse mention dan (...)
  • 18 F° 251. L’ordonnance est en réalité datée du 20 novembre (F. de Saulcy, Histoire numismatique…, op (...)
  • 19 Un recueil sur les monnaies appartenant à l’abbaye de Saint-Ouen rédigé à une date inconnue indiqu (...)
  • 20 F° 398 v°.
  • 21 Il n’est donc pas étonnant que lors de transactions en faible monnaie dans lesquelles on continuai (...)

6C’est pourquoi le roi – ou son conseil – décida de changer de méthode et de ramener la valeur officielle du gros à la valeur officieuse atteinte par les pièces en circulation. Le samedi 12 avril 1421, « après disner », le gros fut officiellement déprécié à Rouen, sa valeur officielle divisée par quatre et ramenée à 5 deniers17. Néanmoins, cette décision royale ne fut pas suffisante pour arrêter la hausse des prix et la dépréciation du gros qui continuait à être très largement utilisé dans les transactions. Il fallut donc de nouveau diviser sa valeur officielle, cette fois par 2, ce qui fut « crié » à Rouen le 1er décembre 1421, « environ deux heures après mydi18 ». Le gros ne valait donc plus désormais que 2 deniers tournois obole, ce qui se traduisait le plus souvent dans les actes du tabellionage par la formule « des gros qui courent à présent pour deux deniers parisis ». Par rapport à Pâques de cette même année, la valeur officielle du gros avait donc été divisée par 819. Le gros fut ensuite démonétisé, la dernière mention de cette pièce dans le registre de tabellionage étant du 5 mai 142220 tandis qu’une nouvelle pièce, le « double nouveau », d’une valeur de 2 deniers était mise en circulation. Si l’on récapitule l’évolution du gros au cours de la brève période qui nous intéresse, on peut, comme le font de nombreux actes du registre de tabellionage que nous utilisons ici, considérer qu’avant la première dépréciation on comptait 12 gros pour obtenir une livre, qu’il en fallut 48 à partir du 12 avril 1421, puis 96 après le 1er décembre21. C’est donc au lendemain de la deuxième dévaluation et avant la suppression définitive du gros que se situent les textes présentés ci-dessus.

  • 22 F° 14 v°.
  • 23 F° 3 v°. Encore, le 23 avril 1421, une vente de 20 livres de rente entre des habitants de deux vil (...)
  • 24 BnF, ms. fr. 26044 [5681].
  • 25 F° 55. Dans ce cas, on indique que les paiements se font en gros, « à 48 gros pour livre » ou même (...)

7Les mutations officielles de la valeur du gros modifièrent évidemment le comportement de ceux qui effectuaient des transactions. L’aspect le plus remarquable est la lenteur avec laquelle ces changements entrèrent dans les habitudes. Pendant les derniers jours du mois de mars 1421, les actes du tabellionage ne contenaient pratiquement aucune indication sur la manière dont les paiements enregistrés avaient été ou devaient être effectués22. Néanmoins, la crise monétaire était déjà sensible et la monnaie blanche, en particulier le gros, avait commencé à se déprécier. C’est pourquoi les utilisateurs du tabellionage faisaient insérer dans les actes des formules de protection contre d’éventuelles contestations au moment des paiements ou des remboursements. Lorsque, le 26 mars 1421, la confrérie Notre-Dame de Rouen acheta 600 livres de rente au seigneur de Saint-Pierre et de La Gaillarde, elle précisa que le rachat de cette rente était possible à condition de payer la somme nécessaire « en la monnoye qui couroit lors [de la transaction] nonobstant mutacion de monnoye23 ». Après la première dépréciation du gros qui eut lieu, on l’a dit, le 12 avril, les clients du tabellion pouvaient réagir de plusieurs manières. Certains prirent en compte immédiatement la décision royale et, pour faire coïncider monnaie de compte et monnaie réelle, divisèrent par 4 toutes les sommes correspondant à des gros. C’est ce que fit le capitaine de Bayeux le 25 novembre 1421. Alors qu’il avait reçu 6 921 livres 13 sous 4 deniers en gros de 20 deniers pour payer les gages des gens d’armes qu’il avait sous ses ordres, il « signa » une quittance de 1 730 livres 8 sous 4 deniers (soit quatre fois moins) en gros de 5 deniers « selon la nouvelle ordonnance faicte par le Roy nostre sire24 ». C’est ce que fit également le seigneur de Doudeville quand il bailla son manoir à ferme pour 50 livres par an, en indiquant que la somme était comptée « du pris et aloy de la monnoie nouvelle ordonnée25 ». Cette nouvelle manière d’exprimer en monnaie de compte les montants des transactions aboutissait donc à une apparente baisse des prix.

  • 26 F° 52.

8L’autre attitude des clients du tabellion était de continuer à enregistrer les transactions en monnaie de compte comme avant la dévaluation, sans apparemment en tenir compte. C’est pourquoi, à partir du 15 avril, le tabellion précisa presque systématiquement, après avoir indiqué le montant de la transaction en monnaie de compte, autrement dit en livres, sous et deniers, qu’il s’agissait de « telle monnoye comme il court pour le présent, a prendre chacun gros pour un petit blanc26 », autrement dit pour 5 deniers. Ce faisant, les clients du tabellion entérinaient la dévaluation du gros mais continuaient à exprimer les montants en utilisant la valeur des pièces qui avaient cours auparavant. Ils inséraient de plus dans les actes une formule stéréotypée, sans doute proposée par le tabellion, précisant que le montant en monnaie de compte, s’établissait « à 12 gros pour livre, des gros qui souloient courir pour 20 deniers et qui courent de present pour 5 deniers tournois ».

  • 27 F° 108.

9Il y avait donc plusieurs échelles pour exprimer les montants des transactions comme le montre la notion de « fieble monnoye » indiquant que les transactions étaient enregistrées avec des paiements en gros pour lesquels on continuait à compter 12 gros pour une livre, et qui apparut pour la première fois le 13 mai 142127. Elle signifie que les gros avaient une valeur légale inférieure à la valeur nominale à laquelle ils auraient dû être émis mais qu’on ne changeait pas le montant des sommes mises en jeu. Elle devint courante et même systématique dans les semaines qui suivirent bien qu’elle fît un peu double emploi avec la mention indiquant la valeur de compte du gros.

10Les actes qui indiquent que les transactions se sont faites en forte monnaie, autrement dit en comptant 48 gros (12 × 4) pour une livre-monnaie, sont plus rares. D’avril à novembre 1421 on n’en compte jamais plus de 8 par mois et leur part dans l’ensemble des actes à caractère monétaire du registre ne dépasse jamais 10 % par mois mais ils se multiplient après la seconde dévaluation du gros en décembre. Il semble donc que la nouvelle valeur du gros ait eu du mal à entrer dans les faits et que les autorités n’aient pas véritablement cherché à imposer immédiatement leur décision. Le premier acte présenté ci-dessus, postérieur à la seconde dévaluation du gros et qui utilise encore la notion de faible monnaie, est, de ce fait, d’autant plus remarquable qu’il émane de l’entourage de la reine, la jeune Catherine de France qu’Henry V avait épousée au lendemain du traité de Troyes. On peut donc considérer que la décision royale du 12 avril 1421 n’a pas véritablement modifié le comportement des Normands qui continuèrent à exprimer les prix en monnaie de compte comme si de rien n’était, en rappelant toutefois presque systématiquement que les gros utilisés avaient dorénavant un cours légal fixé à 5 deniers et il fallut la seconde dévaluation pour que la situation se normalise lentement.

11Le problème fondamental pour les historiens est donc de savoir dans quel système monétaire étaient enregistrées les transactions puisque les mentions de faible ou de forte monnaie dans les actes signifient qu’il était encore possible de calculer les sommes mises en jeu de manières diverses et qu’il y avait dans les faits, jusqu’à la démonétisation du gros, au moins deux échelles qui permettaient d’exprimer les prix en monnaie de compte.

  • 28 F° 266 v°.
  • 29 F° 313 v°. Le compte de l’Ascension 1421 du château de Domfront indique que le vicomte qui tient l (...)

12Le meilleur exemple de cette situation se trouve justement enregistré à la date du 17 décembre 1421 dans le premier document présenté ci-dessus. Le montant du transport de 9 queues et demie de vin et d’une quantité indéterminée de « baterie d’airain » de Rouen à Londres est fixé à 1 060 livres tournois de faible monnaie à 12 gros pour livre ce qui, est-il indiqué dans l’acte, équivaut à 132 livres 10 sous en forte monnaie (soit 8 fois moins) et, en écus d’or, à 117 écus, 17 sous et 6 deniers. Ainsi, la même somme pouvait sembler 8 fois plus élevée selon qu’elle était exprimée en faible ou en forte monnaie, alors qu’elle représentait la même valeur monétaire. Dans un cas, on n’avait pas tenu compte de la décision royale et on avait compté en « anciens gros », dans l’autre on avait appliqué la réforme et donc diminué le montant en monnaie de compte de la somme à enregistrer en le divisant par 828. Un autre exemple montrant le même phénomène se trouve enregistré à la date du 17 février suivant. L’acte mentionne, en effet, que la vente de 25 mines de froment à un Rouennais s’élevait à « 16 livres de bonne monnaie », ce qui équivalait à 128 livres (soit exactement 8 fois plus) « au pois de fieble monnoye à 12 gros pour livre naguère ayans cours29 ».

13Le montant de la transaction du 17 décembre que l’on vient de mentionner était également estimé en écus d’or. Ces pièces avaient alors une valeur légale de 22 sous 6 deniers. Si on effectue les calculs en forte monnaie, c’est-à-dire pour 132 livres 10 sous, on obtient le résultat suivant : [(132 × 20) + 10] : 22,5 = 117,778 – ce que le tabellion a traduit par 117 écus 17 sous et 5 deniers obole (puisque 22,5 × 0,778 = 17,4825). Si maintenant on se place en faible monnaie et qu’on cherche à connaître la valeur de l’écu, on obtient le résultat suivant (1 060 × 20) : 117,778 = 180 sous = 9 livres, autrement dit 22,5 × 8, ce qui correspond bien au total des deux dévaluations et aux autres chiffres que l’on rencontre ailleurs dans ce registre.

  • 30 F° 293.
  • 31 Rappelons qu’un noble valait 45 sous. Si on fait le calcul, on obtient 45 × 8 = 360 sous, soit 18 (...)
  • 32 F° 376 v°. Ainsi, si l’on considère comme avant la dépréciation du gros qu’il y en a douze par liv (...)

14D’autres exemples confirment en effet cette valeur variable des pièces d’or selon le système de monnaie de compte dans lequel elle était exprimée. Ainsi le 15 janvier 1422, une rente à vie de 100 sous est vendue pour 45 livres de faible monnaie et le tabellion indique que le vendeur « confessa avoit receu ladicte somme en quatre escus d’or pour 36 livres et le demourant en gros30 ». Ainsi, le montant de l’écu d’or semblait là encore s’établir à 9 livres mais comme l’ensemble de la transaction était réalisé en faible monnaie, autrement dit en gros de 20 deniers dont la valeur avait été divisée par 8, on obtient un écu qui vaut bien 22 sous 6 deniers de forte monnaie. De même, le 9 mars 1422, une reconnaissance de dettes entre des marchands de Bayeux et de Mantes enregistrée pour 106 livres de faible monnaie, « à payer en icelle monnoye de gros ou en nobles ou escus », précisait que chaque noble valait « 18 livres d’icelle monnoye », c’est-à-dire de faible monnaie, soit 8 fois la valeur officielle du noble qui était alors fixée à 45 sous (45 × 8 = 360 sous = 18 livres)31. Encore le 4 avril, pour la vente d’une pièce de vigne, les deux parties se mirent d’accord sur un montant fixé à 18 écus d’or que le vendeur « confessa avoir eulz et recheus en gros à 9 douzaines pour chacun escu32 ».

  • 33 F° 289. De même, le rachat de rente dont nous avons parlé plus haut (note 19) qui fixait la valeur (...)
  • 34 Ce que tente de faire M. Mollat, Le commerce maritime…, op. cit., n. 18, p. 28-30 qui utilise mala (...)

15Ce double mode de calcul concernait toutes les pièces en circulation. Le 24 décembre 1421, la vente d’une maison située dans la paroisse Saint-Maclou de Rouen se faisait au prix de 40 livres payées en 6 moutons d’or et le reste en gros. Autrement dit, on peut admettre que dans cette transaction le mouton d’or avait été évalué à 6 livres, soit 8 fois sa valeur en forte monnaie fixée à 15 sous (15 × 8 = 120 sous, soit 6 livres). La transaction avait donc été effectuée en 6 moutons soit 36 livres et 4 livres en gros, soit 384 pièces qui, comme le rappelle le texte de l’acte, valaient 20 deniers avant Pâques puis avaient été ramenées à 5 deniers et enfin à 2 deniers et demi. Un autre exemple, encore plus clair, daté du 12 janvier amène à la même conclusion. Deux habitants de Bailleul qui avaient acheté un certain nombre de bovins à un Rouennais pour 138 livres en faible monnaie, effectuèrent leur transaction en couronnes d’or dont la valeur de compte était fixée à 9 livres, autrement dit à 8 fois la valeur de la couronne d’or en forte monnaie qui était la même que celle de l’écu d’or, soit 22 sous 6 deniers33. Ainsi, selon que l’on comptait en faible ou en forte monnaie, la valeur de la pièce d’or variait considérablement mais de manière parfaitement rationnelle, ce qui réduit à peu de choses les calculs sur l’évolution du prix de l’or ou de l’aloi des pièces en circulation34.

  • 35 On retrouve donc ici l’idée selon laquelle la monnaie de compte n’a pas une valeur absolue mais es (...)
  • 36 F° 393 v°. Le débirentier réussit à obtenir une baisse de 11 sous sur les 21 qu’il devait en donna (...)
  • 37 BnF, ms. fr., 26044 [5705]. Il obtient une division par quatre de sa ferme, « à compter entre le 1 (...)

16Le problème du choix de la manière d’exprimer une somme après les deux dépréciations du gros était donc crucial parce qu’il pouvait aboutir à des abus ou des distorsions, volontaires ou non35. En avril 1422, un débirentier qui devait payer 21 sous de rente demanda à son crédirentier d’obtenir une remise de la somme qu’il lui devait parce que, selon lui, la maison sur laquelle pesait la rente « estoit trop chargiée ». Il demandait donc à son crédirentier qu’« il voulsist faire rabes ou relache ou au moins prendre les deniers du pris du roy nostre sire ». Cela signifie par conséquent que, plus d’un an après la première dépréciation, il y avait encore des flottements et on ne savait pas toujours (ou on faisait semblant de ne pas savoir) s’il fallait compter les rentes en faible ou en forte monnaie. Il est évident que si le crédirentier continuait à exiger les 21 sous de rente en monnaie de compte comme si aucune dévaluation n’avait eu lieu, il multipliait par 8 son revenu, et qu’inversement, si le débirentier obtenait que la rente fût comptée en forte monnaie, il ne payait plus que le 1/8 de la somme qui lui était réclamée36. C’est à cette même difficulté que s’était heurté le fermier de la prévôté de Neufchâtelen-Bray qui avait demandé le 26 février 1422 une diminution de sa ferme dont le montant était exprimé en gros. Du fait de la diminution de la valeur de cette pièce, il n’était plus en mesure de payer ce qu’il devait parce que, comme il l’expliquait, il percevait des taxes pesant sur les marchandises qui passaient par la ville, en venant de Picardie et en allant vers Rouen et la Bretagne, en pièces de faible valeur et il craignait de devoir payer 4 ou 8 fois le montant de sa ferme37.

  • 38 Plus précis encore, un acte du 17 octobre 1421 enregistrant la reconnaissance de dette d’un prison (...)
  • 39 F° 445. La rente fut d’ailleurs rachetée pratiquement deux ans plus tard, le 9 août 1424, apparemm (...)
  • 40 F° 461.

17Il était donc préférable de préciser, pour chaque transaction, la manière dont elle avait été réalisée afin d’éviter des problèmes lors des rachats de rente ou de ventes à héritage. À plusieurs reprises, en effet, les actes contiennent des formules indiquant que les rachats devaient se faire selon la manière qui avait été enregistrée ou « en semblable monnoye38 ». Au mois d’août 1422, à un moment où la crise pouvait être considérée comme provisoirement terminée, la vente d’une rente à vie entre deux nobles prévoyait que le « raquet » pourrait se faire dans les deux ans en utilisant éventuellement « autre essence de monnoye », l’acheteur ne pouvant « fère ne porter aucun procès39 ». Cette pratique était relativement courante et donnait lieu à des accords qui ne semblent pas avoir posé de problèmes. Ainsi, le 4 septembre 1422, une veuve qui avait fait don, après la première dépréciation du gros, de ses biens évalués à 60 livres en faible monnaie, contre la prise en charge de ses besoins par le bénéficiaire du don, estimant que la solution qu’elle avait choisie ne lui convenait plus, récupéra l’ensemble de ses biens contre la somme de 22 livres et demie « en monnoye courant de présent », soit seulement 45 livres de la faible monnaie qui avait cours au moment de l’acte, parce que l’ex-bénéficiaire se faisait aussi payer l’entretien de cette veuve pendant près de six mois40.

  • 41 Journal du Bourgeois…, op. cit., p. 173-174 (chap. 321). C’est pour clarifier les choses que, le 3 (...)
  • 42 Journal du Bourgeois…, op. cit., n. 2, p. 343. On peut considérer que, de la même manière, les val (...)
  • 43 La première mention est du 7 juin 1422, f° 422.

18De ce qui précède découle une conclusion qui doit être prise en compte lorsque l’on veut faire des études de prix au moment des crises monétaires. Des transactions et a fortiori des prix ne peuvent être comparés que s’ils sont exprimés dans la même monnaie de compte. C’est à partir de cette précaution seulement qu’une étude des prix peut être véritablement parlante. C’est d’ailleurs ce que montre le Bourgeois de Paris quand il évoque les conflits qui éclatèrent dans la capitale, parce qu’on ne savait pas comment on devait calculer les prix des loyers ou des rentes41. De même, lorsque Pierre Cochon indiquait que l’écu valait 8 à 9 livres, il ne faisait que constater une situation en faible monnaie42. Il est d’ailleurs probable que le maintien de l’utilisation fréquente de la faible monnaie de gros pendant plus de dix mois, malgré deux dépréciations, était dû au fait qu’on ne savait pas vraiment comment compter les sommes mises en jeu en tenant compte de leurs nouvelles valeurs. À partir de juin 1422, dans les registres de tabellionage, la formule « en monnoye courant à présent », autrement dit, sans plus de précision, « en bonne et forte monnaie », devient la plus fréquente43.

19Ce qui est donc remarquable au cours de cette brève période tient au fait qu’il se mit en place un double système de comptabilité utilisant soit de la « forte monnaie », c’est-à-dire tenant compte immédiatement des décisions royales, soit, le plus fréquemment, de la « monnaie faible », continuant à accorder au gros une valeur théorique de 20 deniers. Il y eut donc pendant un certain temps une situation particulièrement confuse qui ne donnait pas forcément lieu à des mentions précises ce qui, par conséquent, ne peut que gêner l’historien qui néglige d’en tenir compte.

Anmerkungen

1 Dans la suite des notes, les indications de folio sans indication de cote proviennent de ce registre.

2 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, 1976, rééd. 1981, p. 92.

3 Sur l’histoire monétaire en général, voir Faustin Poey D’Avant, Monnaies féodales de France, Paris, 1852-1862, reimpression Graz, 1961, reed. Georges Depeyrot, Paris, 1995 ; J. Lesage, « La circulation monetaire en France dans la seconde moitie du xve siecle », Annales ESC, 1948, 3, p. 304-317 ; Jean Lafaurie, Les monnaies des rois de France, d’Hugues Capet à Louis XII, Paris/Bale, 1951 ; S. Clemencet, « Z1b. Cours des monnaies », Michel Antoine et alii, Guide des recherches dans le fonds judiciaire de l’Ancien Régime, Paris, 1958, p. 235-246 ; Etienne Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, 1970 ; La moneta nelle’economia europea secc. XIII-XVIII, Prato, 1983 (7e semaine d’etude, 1975, de l’Istituto internazionale di storia economica Francisco-Datini) ; Harry A. Miskimin, Money and Power in Fifteenth-Century France, New Haven, 1984 ; Francoise Dumas, Le monnayage des ducs de Bourgogne, Louvain-la-Neuve, 1985 ; Jean Belaubre, Histoire numismatique et monétaire de la France médiévale, Paris, 1986 ; id., Les collections monétaires, vol. II, 2 : Les monnaies médiévales, l’ère du gros, l’administration des monnaies, Paris, 1988 ; Peter Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, Cambridge, 1988 ; Philip Gierson, Monnaies et monnayages : introduction à la numismatique, Paris, 1988 ; Jean Duplessy, Les monnaies royales françaises, t. I, Paris/Maastricht, 1988 ; John Day, Monnaies et marchés au Moyen Âge, Paris, 1994 ; G. Depeyrot, Histoire de la monnaie, t. II : Du quatorzième siècle au seizième siècle, Wetteren (Belgique), 1995. Sur la situation en Normandie, Jean-Philippe Cormier, « Variations du cours de la florette en Normandie au debut de l’occupation anglaise (1419-1422), d’apres un compte inedit », Bulletin de la Société française de numismatique, 1989, p. 703-705 ; Jens Christian Moesgaard et Denis Cliquet, Les dessous des sous, catalogue d’exposition, Evreux, 1992 ; J. C. Moesgaard, La politique monétaire des rois lancastriens en Haute-Normandie de 1417/19 à 1449/50. Une étude de la situation monétaire, memoire de maitrise, dir. Kai Horby, universite de Copenhague, juin 1992.

4 Sur la situation de la Normandie entre 1410 et 1422, voir G. Bois, Crise…, op. cit., p. 284-293 ; Christopher T. Allmand, Lancastrian Normandy, The History of a Medieval Occupation. 1415-1450, Oxford, 1983, trad. fr. Paris, 1987.

5 Dès le 12 janvier 1420 (n. st.), le roi Henri V se plaignait de l’entrée en Normandie de monnaies françaises d’or et d’argent, « lesquelles sont moult foibles, tant en pois comme en loy » (F. de Saulcy, Histoire numismatique de Henri V et Henri VI, rois d’Angleterre, pendant qu’ils ont régné en France, Paris, 1878, p. 7). Le 20 novembre 1421, il mettait en cause « les grandes frauldes, mauvaisies et deceptions de celui qui se dit dauphin » (ibid., p. 13).

6 Arch. dép. Seine-Maritime, G 2486.

7 Chronique normande, éd. Charles de Beaurepaire, Rouen, 1870, p. 323.

8 F° 372.

9 Journal du bourgeois de Paris, éd. Colette Beaune, Paris, 1990, chap. 242, p. 138-139, pour l’année 1419.

10 La composition qui avait frappé Rouen était payable en or et il est probable que ce métal était devenu très rare.

11 La première mention de la valeur du gros à 20 deniers (en fait, du quart de gros à 5 deniers) par le roi Henry V est du 25 septembre 1419. À cette date, le noble d’or anglais devait valoir 48 gros, soit 2 livres et le mouton d’or 30 sous. De nouvelles lettres du roi du 12 janvier 1420 (n. st.) ordonnent l’émission de nouveaux gros de 20 deniers et en fixent les caractéristiques. Même décision le 18 avril 1420 (F. de Saulcy, Histoire numismatique…, op. cit., n. 3, p. 6, 7 et 9). Le 6 mai 1420 (n. st.) le roi Charles VI fait forger des gros de 20 deniers, « semblables de forme à ceulx que nous faisons de present » (Ordonnances des rois de France, t. XI, p. 83).

12 Par exemple, J. Lafaurie, Les monnaies…, op. cit., n. 6, p. 81 (402), p. 85 (421), p. 88 (431).

13 C’est dans une ordonnance du 1er février 1420 (n. st.) qu’on trouve le nom de « royaulx » pour désigner les gros (F. de Saulcy, Histoire numismatique…, op. cit., n. 3, p. 8).

14 C’est ce que dit le roi Henry V dans l’ordonnance datée du 1er février 1420 (n. st.) (ibid., n. 3, p. 8). Voir aussi Laurent Feller, Faux-monnayeurs et fausses monnaies en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1986.

15 BnF, ms. fr. 26043 [5464].

16 F. de Saulcy, Histoire numismatique…, op. cit., n. 3, p. 10-11 et p. 12.

17 F° 47. Le fait est jugé suffisamment important pour que le Bourgeois de Paris en fasse mention dans son Journal. Pourtant, les indications qu’il fournit ne paraissent pas totalement exactes. Si la dépréciation de la valeur du gros – qu’il rapporte en deniers parisis – est exacte, il n’y a aucune mention dans le registre rouennais de nobles à 60 sous tournois ou d’écus à 30 sous ainsi qu’il l’indique. Il semble donc avoir été victime de fausses nouvelles. Celles-ci sont d’ailleurs très inquiétantes pour la population parisienne et provoquent à Paris agitation et hausse brutale des prix parce qu’on pense que les mêmes mesures vont y être appliquées. Ce qui se produit effectivement, selon le Bourgeois, le 3 juillet suivant, mais ne touche que le gros (Journal…, op. cit., n. 8, p. 169 [chap. 305 et 306] et p. 170 [chap. 310]). La décision de Charles VI se trouve en réalité dans des lettres du 21 juin 1421 qui fixent également la valeur de l’écu à 30 sous tournois et celle du mouton à 20 sous tournois (Ordonnances des rois de France, t. XI, p. 122-125).

18 F° 251. L’ordonnance est en réalité datée du 20 novembre (F. de Saulcy, Histoire numismatique…, op. cit., n. 3, p. 14). Contrairement à ce qui s’était passé pour la première dépréciation du gros, c’est le roi Charles VI qui, cette fois, en donna l’exemple le 3 novembre 1421 (Journal du bourgeois de Paris, p. 173 [chap. 321]). Les deux rois menaient des politiques monétaires assez voisines, ce qui s’explique par l’entente qui régnait entre eux et par le fait que la région parisienne et la Normandie étaient très liées sur le plan économique et, par conséquent, sur le plan monétaire.

19 Un recueil sur les monnaies appartenant à l’abbaye de Saint-Ouen rédigé à une date inconnue indiquait que le marc d’argent était passé de 9 livres en mars 1419 à 26 livres le 28 juin 1420 et affirmait qu’il avait une valeur légale qui demeurait à 20 deniers, cette manière de compter étant « ordonnée à faire iusques au premier jour de décembre ». Il s’agit donc d’une information erronée qui oblige à remettre en cause la confiance que l’on pourrait accorder à ces livres de changeurs sur la rédaction desquels on ignore tout (Arch. mun. Rouen, ms. I 58, f° 20, cité par Michel Mollat, Le commerce maritime de la Haute-Normandie au xve et au début du xvie siècle, Paris, 1953, p. 28-30).

20 F° 398 v°.

21 Il n’est donc pas étonnant que lors de transactions en faible monnaie dans lesquelles on continuait à utiliser des gros dont la valeur en métal précieux était dépréciée, mais dont le montant théorique restait de 20 deniers, on ait parfois compté les pièces utilisées en « douzaines de gros » : f° 294, le 16 janvier 1422 une maison est vendue 20 livres de faible monnaie et elle est payée en « 20 douzaines de gros qui à pasques derrain passé avoient cours pour 20 deniers ».

22 F° 14 v°.

23 F° 3 v°. Encore, le 23 avril 1421, une vente de 20 livres de rente entre des habitants de deux villages de la région rouennaise fut enregistrée pour un montant de « 100 livres monnoye ayans cours en caresme devant passé » (f° 63 v°).

24 BnF, ms. fr. 26044 [5681].

25 F° 55. Dans ce cas, on indique que les paiements se font en gros, « à 48 gros pour livre » ou même « à 48 gros pour franc » (f° 51 v°).

26 F° 52.

27 F° 108.

28 F° 266 v°.

29 F° 313 v°. Le compte de l’Ascension 1421 du château de Domfront indique que le vicomte qui tient les registres doit à cette date 2 264 livres 13 sous 8 deniers obole « en gros à 5 deniers » et 1 164 livres 13 sous 9 deniers « en gros à 20 deniers qui valent en gros à cinq deniers 291 livres 3 sous 5 deniers poitevine » (c’est-à-dire quatre fois moins). Le déficit total du compte se situant donc à 2 565 livres 1 denier obole en forte monnaie (J.-P. Cormier, « Variations… », art. cit., n. 3, p. 704).

30 F° 293.

31 Rappelons qu’un noble valait 45 sous. Si on fait le calcul, on obtient 45 × 8 = 360 sous, soit 18 livres (f° 349).

32 F° 376 v°. Ainsi, si l’on considère comme avant la dépréciation du gros qu’il y en a douze par livre, cela signifie que l’écu vaut 9 livres, et si l’on se place après la deuxième dépréciation, au moment où le gros vaut deux deniers et demi, on obtient : 9 × 12 × 2,5 = 270 deniers, soit 22 sous 6 deniers, ce qui est, on le sait, le cours officiel de l’écu.

33 F° 289. De même, le rachat de rente dont nous avons parlé plus haut (note 19) qui fixait la valeur de l’écu à 7 livres le 26 septembre 1421 correspondait en fait à la valeur en faible monnaie du vieil écu d’or valant 35 sous, puisqu’à cette date, la valeur du gros n’avait été divisée que par 4 (7 livres = 140 sous ; 140 sous : 4 = 35 sous ).

34 Ce que tente de faire M. Mollat, Le commerce maritime…, op. cit., n. 18, p. 28-30 qui utilise maladroitement un pseudo-livre de changeur (Arch. mun. Rouen, ms. I 29, Observations sur les monnaies) dont il n’a pas vu qu’il comptait en faible monnaie…

35 On retrouve donc ici l’idée selon laquelle la monnaie de compte n’a pas une valeur absolue mais est toujours liée à une monnaie réelle, idée qui avait été mise en lumière par Henri Van Werveke, « Monnaie de compte et monnaie réelle », Revue belge de philologie et d’histoire, XIII, 1934, p. 123-152. Voir aussi G. Depeyrot, Histoire de la monnaie, op. cit., n. 3, p. 245 et p. 333.

36 F° 393 v°. Le débirentier réussit à obtenir une baisse de 11 sous sur les 21 qu’il devait en donnant 4 écus d’or au crédirentier, ce qui ne correspondait pas totalement à la dévaluation du gros. C’est aussi le risque de voir les rentes et les loyers multipliés par 8 que déplore le Bourgeois de Paris, op. cit., n. 8, p. 173-174 (chap. 321).

37 BnF, ms. fr., 26044 [5705]. Il obtient une division par quatre de sa ferme, « à compter entre le 12 avril 1421 et le 1er décembre 1421 ».

38 Plus précis encore, un acte du 17 octobre 1421 enregistrant la reconnaissance de dette d’un prisonnier à l’Anglais qui l’avait capturé, évaluée à 12 écus d’or, était « a paier en ladicte monnoye d’or ou en monnoye qui vaille iceulx escus » (f° 213 v°).

39 F° 445. La rente fut d’ailleurs rachetée pratiquement deux ans plus tard, le 9 août 1424, apparemment sans difficulté.

40 F° 461.

41 Journal du Bourgeois…, op. cit., p. 173-174 (chap. 321). C’est pour clarifier les choses que, le 31 octobre 1421, le roi Charles VI avait adressé au prévôt de Paris des lettres qui expliquaient comment fixer le prix des denrées selon que l’on comptait en vieille ou en nouvelle monnaie. Ainsi, les sujets du roi devaient, soit se servir de la vieille monnaie au prix fixé, soit l’amener à la Monnaie de Paris pour la fondre et forger de nouvelles pièces. De nouvelles lettres du 15 décembre 1421, donc après la deuxième dépréciation du gros, précisaient à nouveau « la manière de faire les paiements relativement à la mutation des monnaies », en indiquant qu’il fallait en fait utiliser la valeur de compte de la monnaie qui avait cours au moment du contrat (Ordonnances des rois de France, t. XI, p. 134 sqq. et p. 146-150).

42 Journal du Bourgeois…, op. cit., n. 2, p. 343. On peut considérer que, de la même manière, les valeurs de l’écu fournies par M. Mollat (Le commerce maritime…, op. cit., n. 19, p. 28), à partir du livre d’un changeur, sont en faible monnaie jusqu’au mois de février 1422, puis en forte monnaie.

43 La première mention est du 7 juin 1422, f° 422.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540