Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Troisième partie. L’argent

Per cedulam : notes pour une diplomatique des cédules et mandements au trésor du roi (fin xiiie-début xive siècle)

Élisabeth Lalou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Liutprand de Crémone, Ambassades à Byzance, trad. Joël Schnapp, prés. Sandrine Lerou, Toulouse, 20 (...)

1Dans le récit de l’ambassade qu’il fit à Byzance en 949, l’évêque Liutprand de Crémone raconte comment les officiers de l’empereur de Byzance recevaient lors d’une cérémonie impériale outre des vêtements de soie (les skaramangia), ce qui leur était dû pour leur service en or dans de petites cassettes et comment certains en recevaient tellement qu’ils devaient tirer des sacs d’or derrière eux1.

2Plus de trois siècles après, le roi de France paye aussi les gens de son hôtel : le maître de la Chambre aux deniers transporte des deniers dans la « charrette aux deniers » pour payer les gages mais autour de l’an 1300 les paiements ne se font plus seulement directement du roi à ses hommes. L’Occident a retrouvé l’usage de la monnaie et a aussi inventé des procédés modernes de gestion de l’argent.

3Le Trésor du roi de France est déposé depuis 1190 dans la forteresse parisienne de l’ordre du Temple. Les hommes du roi s’y rendent pour chercher l’argent nécessaire pour effectuer les paiements et les gens du roi vont se faire régler leurs dus en y apportant des cédules qui attestent des sommes que leur doit le roi pour leurs gages ou pour des dépenses diverses faites à son service. Durant le règne de Philippe le Bel, le roi a créé en 1295 un second trésor dans le château du Louvre. Mais le Trésor du Temple demeure, et même après l’arrestation des Templiers en 1307. Ce trésor est le lieu où est centralisé l’argent du roi.

  • 2 Léopold Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, Paris, 1889 (extr. Mémoires (...)
  • 3 Les journaux du Trésor de Philippe IV le Bel, éd. Jules Viard, Paris, 1940 ; Journaux du Trésor de (...)
  • 4 Robert Fawtier et Charles-Victor Langlois (éd.), Comptes du Trésor (1296, 1316, 1384, 1477), Paris (...)

4L’argent y est apporté par les baillis ou sénéchaux, par les collecteurs des impôts ou par les maîtres de la monnaie. Ces rentrées d’argent sont notées dans un des nombreux registres tenus par les trésoriers du roi, dont jusqu’en 1307 un frère de l’ordre du Temple2. Nous avons heureusement conservé un registre du Journal du Trésor de Philippe IV le Bel, comme d’ailleurs un registre pour Charles IV le Bel et un autre pour Philippe VI3. Nous avons aussi conservé un unique compte du Trésor4 pour le règne de Philippe IV ainsi que des fragments des archives propres tenues par les trésoriers du Temple.

  • 5 Marc Bompaire, « La question monétaire : avis et consultations à l’époque de Philippe le Bel et de (...)
  • 6 Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe I (...)

5Dans le Journal du Trésor sont notées tous les jours les recettes et les dépenses. L’essentiel des mouvements de fonds est visible dans ce journal. Il arrive pourtant que le roi utilise directement l’argent issu des impôts ou la monnaie frappée dans un des ateliers monétaires proche du lieu où il séjourne5. Ainsi durant le règne de Philippe III, Pierre de Condé, maître de la Chambre aux deniers, reçoit directement de l’argent du bailli d’Orléans, du bailli de Bourges, du bailli de Vermandois, du receveur de Champagne ou du receveur d’Agenais et Quercy. Cependant, le sénéchal de Toulouse et Albi ou le bailli d’Auvergne sont chargés d’effectuer directement des paiements à certains gens d’armes lors de la croisade d’Aragon6. De même l’atelier monétaire de Bruges effectue directement des paiements pour la guerre de Flandre en 1299 et 1301.

  • 7 Laurent Feller, Faux-monnayeurs et fausses monnaies en France à la fin du Moyen Âge (seconde moiti (...)

6Nous ne disposons que de peu de renseignements sur les transferts de fonds qui sont apportés au Trésor. On peut imaginer des convois de chariots remplis de deniers, bien gardés par des hommes d’armes et protégés probablement plus encore par la crainte du crime de lèse-majesté que représente l’attaque de l’argent du roi7.

7Les quelques documents que nous avons choisi de prendre comme exemples nous renseignent un peu mieux sur la façon dont l’argent était retiré du Trésor du Temple. Le lieu devait être très fréquenté puisque le Journal du Trésor compte 6 081 rubriques, dont plus de la moitié correspondent à des retraits d’argent.

  • 8 Ainsi « Coquina, 9 658 £ 9 s. 9 d. per cedulam de 10 462 £ 12 s. 9 d. p. » (Journaux du Trésor, n° (...)
  • 9 Un exemple parmi beaucoup d’autres, E. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux (...)

8Le Trésor paye en effet des dépenses extrêmement variées : dépenses de l’Hôtel du roi, œuvres royaux et travaux décidés par le roi – notamment la construction du palais de la Cité et des nombreuses abbayes fondées par le roi – remboursement des frais de missions et ambassades des principaux officiers royaux, la guerre ou les aumônes. La personne qui veut se faire payer ou qui doit retirer de l’argent pour les dépenses royales, un maître des métiers de l’Hôtel par exemple, se rend au trésor ou bien y envoie son valet, porteur d’une cédule ou d’une lettre qui justifie sa demande. Ce sont précisément ces mandements ou ces cédules qui nous retiendront ici. On connaît leur existence par les mentions qui figurent dans le Journal du Trésor8 ou encore dans les comptes de la Chambre aux deniers9.

  • 10 Arch. nat. France, JJ 57, édition en ligne TELMA.

9Les cédules étaient utilisées de façon courante pour payer les gens de l’Hôtel lorsque le maître de la Chambre aux deniers était à court d’argent. Celui-ci en effet devait, d’après les ordonnances de l’Hôtel, régler quotidiennement les gages des gens de l’Hôtel10. Mais il était très fréquent qu’une cédule soit remise au lieu d’un paiement direct à la personne qui l’apportait ensuite au Trésor.

  • 11 Cotes des mandements utilisés dans l’Itinéraire de Philippe IV le Bel pour l’année 1299 : Clairamb (...)
  • 12 Élisabeth Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel, Paris, 2007 (Mémoires de l’Académie des inscrip (...)

10Nous avons conservé une soixantaine de mandements, quittances et cédules dans le fonds Clairambault de la Bibliothèque nationale de France11. Parmi cet ensemble se trouve seulement une dizaine de cédules. Ces lettres et cédules adressées aux trésoriers de Paris, du Louvre ou du Temple, sont passées entre janvier et juin 1299, puis en janvier et février 1300. Le fonds est d’un intérêt majeur pour l’étude du personnel du règne et pour l’Itinéraire de Philippe IV le Bel12. Cinquante-cinq mandements nous indiquent ainsi les lieux de séjour du roi de janvier à juillet 1299. À l’aide de ces quelques exemples, nous voudrions esquisser le début d’une étude diplomatique de ces documents, et surtout des cédules.

  • 13 « Per cameram denariorum » (fr 25 697, n° 22 et 23, 15 janvier 1300 et nafr 3637, n° 25, 9 février (...)
  • 14 « Per dominum Chambliaci » (Clairambault 75, n° 170, 7 juin 1299), et 48, n° 27, 26 mai ; « per do (...)

11Les actes contenus dans le fonds Clairambault sont de différents types : une grande partie est constituée de mandements, on trouve aussi des reçus et les cédules sont en très petit nombre. Beaucoup de mandements sont scellés du sceau du secret de Philippe IV le Bel, de cire rouge plaqué. De plus, beaucoup de mandements ou cédules portent des traces de signets de couleur brune. Certaines lettres portent des mentions de commandement : l’ordre a été donné par la Chambre aux deniers13 ou encore par les chambellans14.

  • 15 Clairambault 75, n° 170, 7 juin à Melun : « per dominum Chambliaci ».
  • 16 Clairambault 48, n° 27.
  • 17 Clairambault 49, n° 160, 17 avril, Troyes : « per dominum de Wirmes ».

12Beaucoup de mandements portent la trace du sceau du secret sur la queue ou bien au dos de la queue. Un seul15 apparaît comme ayant été véritablement scellé avec le sceau du secret. Il est commandé par le chambellan. Le 26 mai, l’ordre aux trésoriers de payer 1 000 l. à l’archevêque de Rouen était anciennement scellé du sceau du secret16. Tel autre17 porte au dos des restes du sceau du secret plaqué, alors que la simple queue n’a pas été utilisée.

  • 18 Clairambault 37, n° 189 (3 mars). Clairambault 33, n° 12 (30 mars). Clairambault 47, n° 185 (4 avr (...)
  • 19 Mandements donnant l’ordre aux trésoriers de délivrer des sommes d’argent revêtues de traces de si (...)
  • 20 J. Favier, Cartulaire…, op. cit., p. 274 et 277 ; id., Un conseiller de Philippe IV le Bel, Enguer (...)
  • 21 H. de Bouville, Douet d’Arcq, n° 243 (47 mm, J 151 n° 26) et n° 244 (27 mm, J 151 n° 33). Pierre d (...)

13Toute une série porte en outre les traces d’un petit signet de cire brunâtre. Ainsi en est-il des mandements du 3 mars, 30 mars et 4 avril 129918. D’autres mandements aux trésoriers en 1297 et 1298 portent eux aussi les traces de signets brunâtres19. Ces traces de signets pourraient être celles du signet d’Enguerran de Marigny, chargé dès 1299 de certains transferts d’argent. Nous avons, par exemple, conservé la quittance scellée par lui des 1 000 l. dues à l’archevêque de Rouen20. Mais ce peut être également le signet des chambellans qui auraient utilisé leur signet à la place du sceau du secret : on connaît les signets d’Hugues de Bouville ou de Pierre de Chambly21.

14Les cédules, quant à elles, diffèrent des mandements sur plusieurs points. Elles ne sont pas scellées. L’une d’entre elles (n° 3 ci-dessous) porte la trace d’un signet de cire brune. Leurs dimensions sont identiques aux mandements : 18 cm environ de large pour 6 à 10 cm de hauteur. Elles portent la date, répétée en bas du texte, séparée de celui-ci, sur la droite.

15Le style de la rédaction diffère de celui des mandements. Alors que Philippe IV mande à ses « dilectis nostris thesaurariis Parisius » de payer des sommes d’argent à Guillaume Julien (ci-dessous n° 6, 7) ou à la reine (n° 10), les cédules au contraire donnent presque violemment l’ordre « capiatis », « tradatis » (n° 1, 3, 4) et interpellent « vos thesaurarii Lupere » (n° 2).

  • 22 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel…, op. cit., introduction.

16Ces cédules contiennent des ordres de paiement aux trésoriers. Il y a lieu de s’interroger sur l’identité de leurs rédacteurs. Il ne s’agit probablement pas du roi qui envoie des mandements désignés d’ailleurs dans notre n° 1 par ce « de precepto domini regis », jumeau du « de mandato regis » auquel il faut redonner son sens plein d’acte écrit envoyé par le roi22. Ces cédules sont certainement écrites par les chambellans ou le maître de la Chambre aux deniers, dont les mentions de commandement apparaissent au pied de certains mandements.

  • 23 « Has penes vos litteras retinentes », n° 10, et « penes vos has presentes litteras unacum dicto r (...)
  • 24 L’art au temps des rois maudits. Exposition au Grand Palais, Paris, 1998, p. 179-180 ; Danièle Gab (...)

17On peut donc essayer de suivre le chemin parcouru pour la remise d’une somme d’argent. Le roi émet un mandement qu’il scelle du sceau du secret – sceau porté par le chambellan. L’intéressé ou le porteur (ci-dessous n° 5, 6, 7, 10) se rend au Trésor. Le Trésor garde le mandement pour ses archives23 (n° 10, 11), garde les documents justifiant la demande (n° 11 : la liste des personnes à dédommager pour les dépenses de la Saint-Louis). Le trésorier inscrit la transaction au Journal du Trésor (n° 5). Le bénéficiaire peut fournir un reçu scellé de son sceau, comme dans notre exemple ci-dessous l’orfèvre Guillaume Julien24 (n° 8 et 9).

18Il n’y a guère de place dans ce cheminement pour les cédules. On pourrait émettre l’hypothèse que les cédules émanent d’une des personnes chargées des comptes et qu’elles constituent la preuve d’un contrôle effectué à un niveau de la transaction par un technicien des comptes. Dans un premier temps, ces cédules sans sceau ni mention de commandement qui donnent l’ordre de payer telle somme de 1 000 l. p. aux exécuteurs de la reine Marguerite me semblaient démontrer une belle confiance dans la familiarité que pouvaient avoir les trésoriers avec les porteurs desdits documents. Il fallait en effet que le porteur soit vraiment très bien connu pour obtenir sur sa seule bonne mine une telle somme avec un morceau de parchemin portant si peu de traces d’authenticité.

  • 25 Arch. nat. France, JJ 57, f° 18 ; Émile Boutaric (éd.), Notices et extraits de documents inédits r (...)

19Mais à y regarder de plus près, ces cédules devaient venir en plus du mandement royal. Notre exemple n° 1 mentionne le « de precepto domini regis » et le n° 2 commence par la mention d’une lettre précédente. De plus, même si une seule des cédules dans notre choix d’exemples porte les traces d’un signet brun, l’application de signets par les chambellans notamment est venue probablement ensuite donner de l’authenticité à ces documents. Ce flottement dans l’authenticité des lettres apportées au Trésor par les « porteurs » est certainement la raison de l’ordre contenu dans l’ordonnance de janvier 1314 qui ordonne aux trésoriers de ne délivrer de l’argent qu’avec des lettres scellées du signet au lion du roi ou du sceau d’Enguerran de Marigny25.

  • 26 Élisabeth Gonzalez, Un prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au xve siècle, Paris (...)

20Mandements et quittances sont des documents mieux connus par la suite26. Les cédules restent encore mal connues alors qu’elles devaient jouer un grand rôle dans le maniement de l’argent entre le Trésor du roi et les hommes à son service.

CÉDULES ET MANDEMENTS

1. Clairambault 49, n° 156, 26 janvier 1299 (n. st.). Cédule donnant l’ordre de payer 1 000 l. p. aux exécuteurs de la reine Marguerite

21Tradatis exequtoribus defuncte regine Margarete M £ p. de debito in quo easdem Rex noverit per cedulam istam factam die lune post octabas Epiphanie XCVIII et de precepto domini regis.

22Plus bas : XXVI die januarii XCVIIIo.

23Aucune trace de sceau.

2. Clairambault 49, n° 157, 16 avril 1299 (n. st.). Ordre aux trésoriers du Louvre de payer 4 610 l. 10 s. 9 d. pour les dépenses de la fête de la Saint-Louis

24Vos thesaurarii lupere alias scripsimus vobis ut caperetis super regem pro expensis factis in coquina regis in festo beati Ludovici 3 953 £ 2 s. 5 d. p. et crescatis summam istam de 687 £ 8 s. 4 d. pro vasis emptis tunc ad opus ipsius coquine videlicet cacabis patellis eneis et aliis in garnisione domini regis remanentibus. Et sic erit summa 4 610 £ 10 s. 9 d. quam capietis super regem ut prius et redditis coquine nihil rettinentis per istam cedulam factam die mercurii ante Pascha XCVIIIo.

25Plus bas : XVI die aprilis XCVIIIo in XLa.

26Aucune trace de scellement.

3. Clairambault 49, n° 158. 27 mars 1299 (n. st.). Ordre de délivrer 300 l. t. à Guillaume Julien, orfèvre

27Tradatis magistro Guillelmo aurifabro domini regis pro operibus que facit circa capud beati Ludovici IIIC £ t. per cedulam istam factam die veneris ante Letare Jerusalem anno XCVIIIo.

28Plus bas : XXXVII die martii XCVIII.

29Trace d’un signet brun.

4. Clairambault 62, n° 142, 30 mars 1299 (n. st). Ordre de délivrer 434 l. 5 s. 10 d. à Guillaume Julien, orfèvre

30Capiatis super regem pro XXVIII platellis argenti ad serviciis uno platello argenti ad speciis pro operibus auri et argenti factis in camera regis capella scancionaria et aliis minutis operibus pro hospiciis regis factis per magistrum Guillelmum Juliani pro terminis Omnium Sanctorum XCVI Candelose sequenti Ascencionis Omnium Sanctorum XCVIIo Ascencionis et Omnium Sanctorum XCVIII 434 £ 5 s. 10 d. et reddatis totum regi pro debito suo per cedulam istam factam die lune post Laetere Jherusalem XCVIIIo.

31Plus bas : XXX die martii XCVIII.

32Cet acte est la « cedula camere » citée dans les Journaux du Trésor (ci-dessous n° 5).

5. Les transactions de Guillaume Julien dans les Journaux du Trésor27

  • 27 L’art au temps des rois maudits…, op. cit., p. 179-180.

33N° 1047, août 1291

34Magister Guillelmus Juliani, aurifaber, pro operibus casse beati Ludovici, 200 £ p. per Genofevam uxorem suam, super Regem.

35N° 2341, mars 1299.

36Cepimus super regem, pro XXVIII platellis argenti ad fructum et uso ad species, pro operibus auri et argenti pro camera regis, capella et scancionaria et aliis minutis operibus pro hospicio regis factis per magistrum Guillelmum Juliani aurifabrum, pro terminis Omnium Sanctorum, Candelose XCVI, Ascensionis, Omnium Sanctorum XCVII, Ascensionis, Omnium Sanctorum XCVIII, 433 £ 5 s. 10 d. p. ; et reddidimus Regi de debito ejusdem Guillelmi. Totum per cedulam camere.

37N° 4203, 29 janvier 1300.

38Magister Guillelmus Juliani, aurifaber, pro operibus Regis auri et argenti faciendis, 300 £ p. cont. per se, super Regem.

39N° 5089. 24 juillet 1301.

40Magister Guillelmus Juliani, aurifaber, pro operibus faciendis, 100 £ p. per se, super Regem.

6. Clairambault 62, n° 141, Paris, 17 janvier 1299 (n. st.). Philippe le Bel mande à ses trésoriers de Paris de payer 500 l. p. à Guillaume Julien

41Philippus dei gratia Francorum rex dilectis nostris thesaurariis Parisius salutem et dilectionem. Mandamus vobis quatinus visis presentibus magistro Guillelmo Juliani aurifabro nostro traditis de denariis nostris quingentas libras parisienses pro quibusdam operibus de auro et argento de mandato nostro per eum faciendis Actum Parisius die sabbati post octabas Epiphanie domini millesimo ducentesimo nonagesimo octavo.

7. Clairambault 62, n° 144, Maffliers, 27 mai 1299. Philippe le Bel mande à ses trésoriers de Paris de payer 300 l. t. à Guillaume Julien

42Philippus dei gratia Francorum rex. Dilectis thesaurariis nostris parisius salutem et dilectionem. Mandamus vobis quatinus vos vel alter vestrum magistro Guillelmo aurifabro nostro latori presentium trecenta libras turonenses parvorum pro platellis et aliis vasis argenteis nobis necessariis per ipsum de mandato nostro faciendis sine dilatione aliqua deliberetis de nostro. Actum apud Maffler. XVIIa die maiy anno domini Mo, Cco nonagesimo IX.

43Cet acte porte la trace du sceau du secret et au verso la trace d’un signet brun.

8. Clairambault 62, n° 143, s. l., 19 janvier 1299 (n. st.). Guillaume Julien reconnaît avoir reçu des trésoriers du Louvre 500 l. p

44Noverunt universi quod ego Guillelmus Juliani aurifaber regis habui et recepi a thesaurariis regis apud Luparam pro faciendis de mandato regis quibusdam operibus de auro et argento quingentas libras parisienses in cujus rei testimonium sigillum meum presentibus apposui. Datum martis XIXa die januarii anno domini Mo Cco nonagesimo octavo.

45Sceau de Guillaume Julien (avec tête d’homme).

9. Clairambault 62 n° 145, s. l., 20 mai, 1299. Guillaume Julien reconnaît avoir reçu des trésoriers du Louvre 300 l. t.

46Noverint universi quod ego Guillelmus Juliani aurifaber recepi per litteras patentes regias a thesaurariis domini regis apud Luparam parisius trecentas libras turonenses pro quibusdam vasis argenti pro hospicio domini regis endis. Datum sub sigillo meo die mercurii post mensem Pasche. anno domini Mo CCo nonagesimo nono.

47Trace de sceau de Guillaume Julien.

10. Clairambault 49 n° 161, Vincennes, 11 mai 1299. Mandement du roi donnant l’ordre de payer 1 000 l. p. à la reine

48Philippus dei gratia Francorum rex. dilectis thesaurariis nostris parisius salutem. Mandamus vobis quatinus carissime consorti nostre Johanne regine Francie et Navarre vel ejus nunciio latori presentium mille libras parisienses pro quibusdam suis negociis expediendis tradatis et liberetis de nostro. Has penes vos litteras retinentes. Actum apud Vicennas die lune post festum sancti Nicolai estivalis anno domini Mo Cco nonagesimo nono.

49Sceau du secret sur queue.

11. Clairambault 49 n° 159, Fontainebleau, 9 juin 1299. Ordre de dédommager les habitants de Saint-Denis pour la destruction de maisons et étals lors de la célébration de la Saint-Louis

  • 28 Le rouleau est dans Clairambault 49, n° 164 (rouleau 21 × 47,5 cm). On y voit des traces de cire r (...)

50Philippus dei gratia Francorum rex dilectis thesaurariis nostris Parisius salutem et dilectionem. Mandamus vobis quatinus personis de Sancto Dyonisio in Francia nominatis in quodam rotulo secreti nostri signaculo consignato ducentas quinquaginta libras tresdecim solidos et sex denarios parisiensium scilicet cuique pro rata sua prout in eodem rotulo plenius continetur pro restitutione domorum et stallorum quas et que dirimi fecimus pro sollempnitate beatissimi confessoris regis Ludovici de nostris denariis indilectet persolvetis penes vos has presentes litteras unacum dicto rotulo28 retinentes. Actum apud Fontem Bliaudi die martis post Penthecosten anno domini Mo ducentesimo nonagesimo nono.

51Sceau du secret et « de mandato regis » sur queue.

Notes

1 Liutprand de Crémone, Ambassades à Byzance, trad. Joël Schnapp, prés. Sandrine Lerou, Toulouse, 2004, p. 41. On excusera cet anachronisme, simple volonté de garder mémoire du sujet des concours de Capes et Agrégation d’histoire des années 2006-2008.

2 Léopold Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, Paris, 1889 (extr. Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, XXXIII, 2e partie), p. 162-210 : BnF, ms. latin 9018, f° 35-42 ; Jules Piquet, Les Templiers et leurs opérations financières, Paris, 1939.

3 Les journaux du Trésor de Philippe IV le Bel, éd. Jules Viard, Paris, 1940 ; Journaux du Trésor de Charles IV, éd. J. Viard, Paris, 1917.

4 Robert Fawtier et Charles-Victor Langlois (éd.), Comptes du Trésor (1296, 1316, 1384, 1477), Paris, 1930. Le compte est constitué du ms. Add. charters 13941 de la British Library et du ms. lat. 17010 de la BnF.

5 Marc Bompaire, « La question monétaire : avis et consultations à l’époque de Philippe le Bel et de ses fils », Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel, colloque du 14 mai 2004, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, p. 105-140. Et Journaux du Trésor, p. XI. Huit ateliers monétaires alimentent alors le Trésor : Bruges, Mâcon, Montreuil-Bonnin, Paris, Saint-Quentin, Sommières, Toulouse et Tournai.

6 Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel (1282-1309), éd. Robert-Henri Bautier, Paris, 1994, p. XXXVI-XXXVIII.

7 Laurent Feller, Faux-monnayeurs et fausses monnaies en France à la fin du Moyen Âge (seconde moitié du xve siècle), Paris, 1986.

8 Ainsi « Coquina, 9 658 £ 9 s. 9 d. per cedulam de 10 462 £ 12 s. 9 d. p. » (Journaux du Trésor, n° 469), ou encore « Johannes Arrode, pro solvendis stipendiariis senescallie Xanthonensis, 3 000 £ t. cont. per se, super Regem, per cedulam de 5 000 £ t. » (Journaux du Trésor, n° 461).

9 Un exemple parmi beaucoup d’autres, E. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel (1282-1309), Paris, 1994, p. 263 : « Johannes de Jaaigniaco pro 400 diebus per partes ut dicit usque ad crastinum Penthecostes 80 £. habuit d. Henricus de Champigniaco per cedulam. »

10 Arch. nat. France, JJ 57, édition en ligne TELMA.

11 Cotes des mandements utilisés dans l’Itinéraire de Philippe IV le Bel pour l’année 1299 : Clairambault 3, n° 74, 112 – 12, n° 791, 793 – 13, n° 1 – 18, n° 62 – 20, n° 1, 3 – 24, n° 49 – 28, n° 170, 173 – 29, n° 44 30, n° 39, 40 – 33, n° 9, 12, 52, 54 – 34, n° 114, 115 – 45, n° 194 – 47, n° 99, 101, 185 – 48, n° 26, 27, 70, 71 – 49, n° 159, 160, 161 – 60, n° 116, 151 – 61, n° 167 – 62, n° 115 – 45, n° 194 – 47, n° 99, 101, 185 – 48, n° 26, 27, 70, 71 – 49, n° 159, 160, 161 – 6, n° 116, 151 – 61, n° 167 – 62, n° 141, 144 – 67, n° 132 – 75, n° 168, 170 – 79, n° 151 – 81, n° 130 – 83, n° 12 – 86, n° 53 – 87, n° 28, 30 – 89, n° 72, 73 94, n° 29-30, 31 – 95, n° 88 – 101, n° 139 – 104, n° 38, 39 – 112, n° 72. En outre, deux mandements se trouvent dans fr 25697, n° 24 et nafr 20025, n° 26.

12 Élisabeth Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel, Paris, 2007 (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles lettres, 37).

13 « Per cameram denariorum » (fr 25 697, n° 22 et 23, 15 janvier 1300 et nafr 3637, n° 25, 9 février 1300).

14 « Per dominum Chambliaci » (Clairambault 75, n° 170, 7 juin 1299), et 48, n° 27, 26 mai ; « per dominum de Wirmes » (Clairambault 49, n° 160, 17 avril 1299).

15 Clairambault 75, n° 170, 7 juin à Melun : « per dominum Chambliaci ».

16 Clairambault 48, n° 27.

17 Clairambault 49, n° 160, 17 avril, Troyes : « per dominum de Wirmes ».

18 Clairambault 37, n° 189 (3 mars). Clairambault 33, n° 12 (30 mars). Clairambault 47, n° 185 (4 avril). Clairambault 12, n° 181 et 183 (10 avril). Clairambault 3, n° 74 (1er juin).

19 Mandements donnant l’ordre aux trésoriers de délivrer des sommes d’argent revêtues de traces de signets (des chambellans ou bien des trésoriers eux-mêmes ?) : BnF, 25697, n° 6 (17 mai 1297), 7 (1er juin 1297), 8 (18 juin 1297), 12 (6 mai 1298), 13 (7 mai 1298), 21 (8 octobre 1298), 22 (15 janvier 1300), 23 (15 janvier 1300), et ibid., Clairambault 210, n° 21 (18 juin 1297), Clairambault 6, n° 151 (27 janvier 1299), Clairambault 37, n° 189 (3 mars 1299), Clairambault 33, n° 12 (30 mars 1299), Clairambault 3, n° 74 (1er juin 1299). Clairambault 70, n° 137 (acte de Marigny du 27 mai 1299 revêtu du signet de Marigny) dans Jean Favier, Cartulaire et actes d’Enguerran de Marigny, Paris, 1965, p. 277.

20 J. Favier, Cartulaire…, op. cit., p. 274 et 277 ; id., Un conseiller de Philippe IV le Bel, Enguerran de Marigny, Paris, 1956, p. 59 et 103-104.

21 H. de Bouville, Douet d’Arcq, n° 243 (47 mm, J 151 n° 26) et n° 244 (27 mm, J 151 n° 33). Pierre de Chambly, n° 245 (58 mm et signet de 48 mm) et n° 247 (13 mm, J 633 n° 8). Eng. de Marigny, Douet d’Arcq n° 248 (60 mm, J 225 n° 6 et signet 19 mm, Clairambault n° 5740).

22 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel…, op. cit., introduction.

23 « Has penes vos litteras retinentes », n° 10, et « penes vos has presentes litteras unacum dicto rotulo retinentes », n° 11.

24 L’art au temps des rois maudits. Exposition au Grand Palais, Paris, 1998, p. 179-180 ; Danièle Gaborit-Chopin, « Guillaume Julien et compagnie », Bulletins d’Arte, 1997, suppl.

25 Arch. nat. France, JJ 57, f° 18 ; Émile Boutaric (éd.), Notices et extraits de documents inédits relatifs à l’histoire de France sous Philippe le Bel, Paris, 1861, t. XX, 2e partie, p. 209-213, et à part p. 127-132 ; J. Favier, Un conseiller de Philippe IV…, op. cit., p. 104.

26 Élisabeth Gonzalez, Un prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au xve siècle, Paris, 2004, p. 114.

27 L’art au temps des rois maudits…, op. cit., p. 179-180.

28 Le rouleau est dans Clairambault 49, n° 164 (rouleau 21 × 47,5 cm). On y voit des traces de cire rouge. Alexandre Vidier l’a édité dans « Le trésor de la Sainte Chapelle », Mémoires de la société de l’histoire de Paris et Île de France, 36, 1909, p. 268-274.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540