Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Troisième partie. L’argent

Commande et financement des œuvres d’art : à travers les comptes des fabriques de Saint-Melaine et Saint-Mathieu de Morlaix

Michèle Boccard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Lorsque les éditeurs de ces Mélanges m’ont proposé de participer à ce volume, avec pour condition la présentation d’un document inédit, l’idée de parler de la commande et du financement des œuvres d’art à la fin du Moyen Âge s’est imposée d’elle-même. En fait de document inédit, nous avions entre les mains les transcriptions de deux séries de comptes de fabriques, celles des églises Saint-Mathieu et Saint-Melaine de Morlaix. Le plus délicat était de sélectionner, dans cette masse documentaire, un ou deux extraits particulièrement éclairants sur les relations entre artistes et commanditaires, en l’occurrence les procureurs de fabrique et, derrière eux, les assemblées paroissiales.

Présentation des sources

  • 1 1457 à 1459, 1478 à 1481, 1482-1483, 1486-1487 et 1488-1489.
  • 2 En réalité, le premier compte est inexploitable. Ne sont pas documentées les années 1466-1470, 147 (...)

2Notre outil de départ est donc constitué par deux séries de comptes, toutes deux conservées aux Archives départementales du Finistère, sous les cotes 150 G 12 à 33 (comptes de la fabrique de Saint-Mathieu) et 151 G 11 à 37 (comptes de la fabrique de Saint-Melaine). Cette dernière série couvre les années 1455-1456 à 1489-1490, avec seulement quelques lacunes1. La première est en revanche beaucoup plus incomplète, bien qu’elle s’étende de 1464-1465 à 1530-15312. Nous avons fait le choix d’étendre jusqu’au début de la décennie 1530 notre travail de transcription, puisqu’on peut considérer qu’à cette période l’art d’obédience médiévale est définitivement remplacé, dans la région de Morlaix, par le vocabulaire de la Renaissance.

  • 3 Les termes « poullage » (droit d’inhumation) et « renable » (acte de réception des travaux), qui a (...)

3L’ensemble de cette comptabilité est rédigé en français, sans intervention de vocables bretons, à quelques exceptions près, notamment pour les noms propres, dont l’orthographe est à géométrie variable3. Les plus anciens cahiers sont en vélin, avant de céder la place, dès les années 1480, à des feuillets de papier reliés par des cordelettes de cuir.

  • 4 Au nombre de deux ou quatre selon les périodes.
  • 5 Soit le jeudi suivant le troisième dimanche après Pâques.
  • 6 Le lundi suivant le quatrième dimanche après Pâques.
  • 7 Mais aucun n’a été conservé.

4La structure diplomatique est similaire pour les deux séries de comptes. Une introduction est placée en tête de chaque cahier, donnant le nom des procureurs4 et les dates de l’exercice comptable. À Saint-Melaine, les années comptables sont closes le jeudi suivant la fête de Jubilate5, alors qu’à Saint-Mathieu, elles courent jusqu’au lundi suivant la fête de Cantate6. Suit le chapitre des recettes. On constate que les revenus en monnaie sonnante et trébuchante constituent l’écrasante majorité des ressources des deux fabriques. Les rentes, toujours en argent, sont rassemblées en tête du chapitre, et reviennent régulièrement dans un ordre identique d’un compte sur l’autre, soit qu’il y ait un classement particulier des rentiers tenus par la fabrique7, soit que le scribe se réfère au cahier précédent pour la rédaction finale du livre de comptes. Il est impossible de donner une raison précise à cet ordre, puisque les montants comme les termes de paiement sont placés de manière aléatoire. On trouve ensuite les ressources procurées par le domaine muable de l’église, offrandes, poullages, dons divers, produit des quêtes et de l’ouverture des troncs et, en fin de chapitre, le minu de la taillée d’église, quand celui-ci est inséré dans le cahier de comptes, ce qui n’a rien de systématique. Néanmoins, la taillée ne peut être assimilée à des recettes extraordinaires car elle ne coïncide pas systématiquement avec des années de grands travaux ou de dépenses inhabituelles. Par contre, son montant par foyer augmente nettement lorsque des dépenses extraordinaires sont envisagées, comme on le constate à Saint-Melaine dans les années précédant le début des travaux de reconstruction de l’église.

5Après le chapitre des recettes vient celui des dépenses ordinaires, qui rassemblent pêle-mêle tous les articles concernant les dépenses d’entretien et de fonctionnement de l’église : luminaire, salaire du bedeau, entretien des vêtements liturgiques, frais de rédaction du compte, entretien courant des toitures, achats de cordes pour les cloches, menues réparations du mobilier, entretien du cimetière, etc. Dans certains comptes, le scribe fait preuve d’un peu plus d’organisation en rassemblant thématiquement les articles (par exemple, toutes les dépenses concernant le luminaire), parfois sous un titre commun, mais le plus souvent tous sont placés dans le plus grand désordre, à l’exception des frais de rédaction du compte qui sont systématiquement notés en fin de chapitre.

6Les dépenses extraordinaires font généralement l’objet d’un chapitrage particulier, mais qui peut fort bien s’insérer en plein milieu des dépenses ordinaires : le cas le plus fréquent concerne les frais administratifs pour des procès, pour la « séparation » d’un lépreux, pour l’obtention d’actes notariés. Les « non-valeurs » (les annulations de recettes non perçues), en revanche, sont reportées à la toute fin du cahier de comptes, juste après les mentions éventuelles de dépenses somptuaires engagées par la fabrique lors de la visite annuelle de l’évêque ou de son émissaire, ainsi que lors du contrôle des comptes à la fin de l’exercice. Dernière catégorie de dépenses extraordinaires : les dépenses artistiques, commandes d’objets d’orfèvrerie, de tableaux, de cycles de peintures, de tissus ou de livres précieux et, bien entendu, interventions d’envergure sur le gros œuvre de l’édifice. Dans la plupart des cahiers, et notamment dans les deux exemples qui sont reproduits ici, ces articles sont regroupés par le scribe dans des chapitres particuliers venant s’insérer au milieu des dépenses diverses de la fabrique. À l’intérieur de ces rubriques, une certaine logique est respectée : les achats de matériaux sont placés en tête, suivis par les paiements aux différents intervenants ; les dépenses diverses viennent alors en dernier lieu.

Les procureurs

  • 8 Dans ce dernier cas, vraisemblablement deux procureurs secondés par deux trésoriers.
  • 9 Nicolas Coëtanlem exerce d’ailleurs la charge de procureur de la fabrique de Saint-Melaine en 1480 (...)

7Au nombre de deux ou de quatre8, ils font partie de la bourgeoisie marchande locale et possèdent au moins un bien immeuble dans la paroisse, dans lequel ils peuvent être domiciliés. Ils sont mentionnés dans les minus parmi les paroissiens redevables de la taillée, et comptent parmi les donateurs de leur église, le cas le plus célèbre étant sans aucun doute celui de Nicolas Coëtanlem, qui peut s’enorgueillir d’être l’un des plus importants soutiens financiers de Saint-Melaine lorsque la fabrique en décide la reconstruction9. On retrouve dans les listes de procureurs des deux fabriques paroissiales les grands noms de la bourgeoisie morlaisienne : Quintin, Le Borgne, Calloët, Pinart, La Forest, Le Blonsart, Grall, Partevaulx, du Val, Morice, etc.

  • 10 Aucun n’exerce la charge deux années consécutives.
  • 11 À Saint-Melaine : Jehan Kerlehouarn en 1459-1460 ; Thomas Perrot en 1465-1466 ; Martin Lonoré en 1 (...)

8Les attributs de leur charge n’apparaissent que rarement dans les cahiers de comptes. Il semble qu’ils restent très strictement encadrés par l’assemblée des paroissiens, qui est consultée avant chaque décision importante. Ils ne perçoivent pas non plus de rémunération « officielle » pour leur année d’exercice10, mais peuvent être dédommagés des mises avancées par leurs soins, en cas de déplacement par exemple. Il n’est pas rare que l’un des procureurs fasse l’avance sur ses propres deniers pour permettre d’équilibrer le compte. La présence de notaires parmi les procureurs incite à penser que cette charge s’exerce en sus des activités professionnelles des uns ou des autres11.

  • 12 Voir infra, annexe I.
  • 13 Arch. dép. Finistère, 150 G 28, compte 1516-1517, f° 8.
  • 14 Ibid., 150 G 18, compte 1485-1486, f° 11 v°. Dans l’article suivant, on apprend que le même procur (...)

9Dans le cadre des commandes artistiques, qui nous occupe plus particulièrement, les procureurs jouent visiblement un rôle décisionnaire et, au minimum, vérificateur : en 1490-1491, le fabrique de Saint-Mathieu, Jehan Le Maguer, accompagne le tailleur de pierres et expert Étienne Beaumanoir sur l’île de Batz pour « visiter » les pierres de taille qui doivent être livrées à l’église12. En 15161517, le procureur Jacques Richart se fait rembourser les trois jours dont il a eu besoin pour se rendre à cheval à Daoulas, dans la carrière où la fabrique fait tailler des pierres destinées au nouveau calvaire placé devant Saint-Mathieu13. Ce sont eux aussi qui se rendent devant l’évêque ou son représentant, pour faire bénir les tissus et objets liturgiques nouvellement confectionnés ou réparés : en 1485-1486, Alain Guillou, l’un des fabriques, est chargé de se rendre à Guingamp, où se trouve l’évêque, pour faire bénir une chape et une chasuble neuves, ainsi que des corporaux. Le voyage et l’attente l’occupent pendant trois jours entiers, et coûtent 25 s. à la fabrique, y compris pour faire plier les vêtements par un couturier de Guingamp14. On pourrait multiplier les exemples. Il en ressort que les procureurs jouent le rôle de garants du respect des décisions prises par l’assemblée des paroissiens. Pour autant, aucun d’eux ne s’improvise expert en matière artistique, et la direction technique des opérations est toujours laissée à des maîtres qualifiés. Ce sont des tailleurs de pierre qui accompagnent les procureurs dans les carrières, et des artistes et artisans à qui l’on confie la réalisation des devis et des « renables ».

Commande et financement des travaux à Saint-Mathieu et Saint-Melaine de Morlaix

  • 15 Terme indifféremment orthographié « carniere » ou « garniere » : c’est l’ossuaire de l’église, dan (...)
  • 16 Voir infra, annexe II.

10La fabrique agit toujours du « commandement » des paroissiens, qui décident en assemblée, convoquée le dimanche « au prosne de la grand messe », de la manière dont les dépenses exceptionnelles vont être menées. À Saint-Melaine, en 1476-1477, l’article d’introduction au chapitre concernant la « mise de la carniere15 » précise d’emblée que « se deschargent lesd. fabricques davoir poye par le commandement desd. parroessiens es personnes cy ampres nommes, tant pour leurs journees que pour pierres et merrains a abiller lad. garniere, pour ce que lesd. parroessiens avoit commande le fere par journees16 ». Lorsque la fabrique entreprend la reconstruction de l’édifice à la fin du siècle, toutes les décisions font l’objet de discussions après l’office du dimanche.

  • 17 50 l. 15 s. 10 d. (Arch. dép. Finistère, 151 G 37, compte 1489-1490, f° 6).
  • 18 Ibid., 151 G 37, f° 60.
  • 19 Il s’agissait d’un livre de prières évoquant les fonctions d’exorciste du saint : les fidèles lui (...)

11Une fois la commande envisagée, les fonds sont rassemblés : à Saint-Melaine toujours, les revenus de la taillée font un bond dès 1487-1488, et passent d’un montant annuel moyen d’environ 28 l. (ils étaient descendus à 14 l. dans les années 1484-1486) à 57 l. 10 s. en 1487-1488 et 81 l. 15 s. en 1489-1490, année du début effectif des travaux. De même, les revenus des reliques explosent littéralement en 1489, et passent de 6 l. 12 s. 4 d. l’année précédente à plus de 50 l.17. Le scribe fait apparaître cette année-là un nouveau chapitre dans les recettes, consacré aux « donaisons a lad. eglise », dans lequel sont mentionnés tous les paroissiens qui ont versé une contribution pour « ayder fere lad. eglise18 ». Pour l’essentiel, les dons proviennent de la haute société locale, nobles ou riches marchands. Des personnages plus modestes y vont aussi de leur obole, mais rares sont ceux qui ne donnent que quelques sous. La plupart des dons mentionnés dans le compte en relation avec un nom laissent plutôt penser que le financement des travaux de reconstruction de Saint-Melaine est l’affaire des habitants les plus fortunés de la paroisse. Ceci dit, il ne faut pas non plus perdre de vue les multiples dons anonymes, rassemblés sous le chapitre des reliques ou des dons sur le livre de Saint-Hervé19, qui ont eux aussi fait un bond considérable : la première quête faite lors de la grand’messe au début de l’exercice comptable 1489-1490 permet de récolter 78 l. 5 s. 4 d., en sus des offrandes anonymes dans les troncs ; au total, en l’espace de quatre mois, les seules quêtes du dimanche permettent à la fabrique d’amasser plus de 145 l. à destination des travaux.

  • 20 Arch. dép. Finistère, 150 G 19, f° 14.

12À Saint-Mathieu, prieuré de Saint-Mathieu de Fineterre, le prieur renonce régulièrement au tiers des revenus qui doit lui revenir, lorsque des travaux ou l’achat d’objets liturgiques s’avèrent nécessaires. En 1486-1487, les procureurs totalisent le montant des offrandes faites durant leur année de compte et l’année précédente, y compris la part du prieur, pour faire fabriquer un reliquaire d’argent doré, pour un poids de 2 marcs 2 onces et 3 gros, soit un total de 21 l. 16 s. 4 d. pour la seule fourniture de l’argent. L’or destiné à recouvrir le reliquaire coûte en sus 5 l. 18 s. 9 d., et les procureurs ajoutent 15 s. supplémentaires destinés à faire célébrer deux services religieux à l’intention de l’orfèvre : son nom n’apparaît pas, mais il avait vraisemblablement inclus cette clause dans le marché20.

  • 21 Le terme est ainsi orthographié dans le compte 1490-1491 de la fabrique de Saint-Mathieu : 10 s. v (...)
  • 22 Ibid., 151 G 20, compte de la fabrique de Saint-Melaine, 1466-1467, f° 6 v°.

13Lorsque les fonds sont rassemblés, les matériaux sont achetés et le marché établi avec l’artisan « le plus offrant et dernier desgettant ». Les comptes font parfois mention de sommes versées par les procureurs pour la confection d’une « portraitture21 » préalable. À Saint-Melaine, la fabrique passe marché avec Jehan Perrot pour les peintures murales de la chapelle Saint-Yves à l’intérieur de l’édifice. Deux scribes, Chrestien Le Garrec et Hervé Porzsal, rédigent le « feur et marché » ; un troisième, Henri Legal, est chargé d’« escripre et disegner seze ystoires de la vie dud. sainct Yves22 ».

  • 23 Infra, annexe II.
  • 24 Arch. dép. Finistère, 151 G 37, compte de la fabrique de Saint-Melaine, 1489-1490, f° 12 v°.

14Lorsque les travaux engagés le nécessitent, on prépare le terrain : lors de la reconstruction de l’ossuaire de Saint-Melaine en 1476-1477, trois intervenants sont mentionnés au préalable pour avoir passé plusieurs jours à sortir les ossements de l’ancien ossuaire23. Puis les matériaux sont stockés à proximité du chantier. Le compte de 1489-1490 regroupe même une série d’articles concernant la loge : le contenu de cinq charrettes de bois en provenance de la paroisse voisine de Plougonven est acheté pour la somme de 15 l. pour construire « la loge des tailleurs de pierre », ainsi que des planches pour en fabriquer la porte et des genêts pour la couvrir. De la terre et du foin sont encore amenés pour recouvrir le sol, et la fabrique verse plus de 7 l. pour du charbon destiné à permettre la réparation des marteaux des « oupvriers et tailleurs de pierre qui estoint sur leupvre de lad. eglise24 ».

  • 25 Dans ce compte, l’envergure des dépenses oblige le scribe à répertorier les paiements aux ouvriers (...)
  • 26 Soit 12 s. 6 d. par jour pour l’ouvrier et son serviteur.
  • 27 On trouve un Jehan Beaumanoir parmi les artisans de Saint-Melaine et de Saint-Mathieu à une date a (...)
  • 28 Après le départ de Guillaume Le Malion, on note une augmentation du salaire journalier d’Étienne B (...)
  • 29 Arch. dép. Finistère, 151 G 37, compte de fabrique de Saint-Melaine, 1489-1490, f° 12 v°.
  • 30 Ibid., f° 24.
  • 31 Ibid.

15Comme nous l’avons déjà signalé, les comptes de travaux respectent une certaine logique, et les dépenses pour l’achat des matériaux viennent en tête, devant les rétributions aux ouvriers. Même si mention est faite d’un marché passé avec un artisan, le paiement ne s’effectue pas à la tâche mais à la journée, avec une hiérarchisation des salaires en fonction des responsabilités de chacun sur le chantier. Le maître d’œuvre n’est jamais explicitement désigné, non plus que les tâches précises confiées aux ouvriers présents ; tout au plus trouve-t-on la mention des valets et aides qui assistent les plus importants. Ainsi, seule la pyramide des salaires permet de déduire la hiérarchie du chantier. Pour la seule année 1489-1490, qui correspond au début des travaux à Saint-Melaine, on distingue trois personnages dominants, presque toujours mentionnés avec un valet : Guillaume Le Malion, qui ouvre le chantier avec son fils Alain en juillet 1489, et qui est présent pendant six semaines25 avant de disparaître définitivement ; dès la deuxième semaine des travaux, il est rejoint par Étienne Beaumanoir, accompagné par un valet, et dont la rémunération est équivalente26. Il est présent sur le chantier jusqu’à la fin du compte en mai 1490. Enfin, un troisième homme, nommé « Beaumanoir le Vieil », peut-être Jehan Beaumanoir27, apparaît un peu plus tardivement, au début du mois de décembre. Il est lui aussi toujours flanqué d’un valet, et son salaire est équivalent à celui d’Étienne, de même que le nombre de journées de travail qu’il effectue sur le chantier. Il semble qu’à compter de décembre 1489 et au moins jusqu’en mai 1490, les deux hommes exercent conjointement la maîtrise d’œuvre à Saint-Melaine28. La maîtrise d’ouvrage est en revanche beaucoup plus difficile à déterminer. Toutefois, un personnage intervient à plusieurs reprises dans le compte, pour négocier les achats de matériaux ou régir le chantier : il s’agit d’un dénommé Philippe Estienne, qui n’est pourtant pas l’un des procureurs de la fabrique cette année-là. Faut-il le considérer comme le représentant de cette dernière, qui lui délègue le contrôle des travaux ? Le manque d’informations le concernant rend son rôle difficile à cerner… Il ne perçoit aucune rémunération, n’est jamais mentionné comme décisionnaire. Mais c’est lui qui délie les cordons de la bourse pour acheter le charbon pour la loge29 ou la « syviere » pour transporter les gravas et les matériaux30 ; c’est lui encore qui charge son valet d’aller retirer les ossements de leur emplacement lorsque les ouvriers s’attaquent au porche qui jouxte l’ossuaire31. Tout porte à croire qu’il exerce plus qu’un simple rôle de contremaître, qu’il est, d’une certaine manière, l’homme de confiance de la fabrique chargé de superviser le chantier et de faire le lien entre les ouvriers et les procureurs. Une forme de délégation de la maîtrise d’ouvrage donc…

16À travers les comptes de fabrique de Saint-Melaine et de Saint-Mathieu de Morlaix à la fin du xve siècle, en dépit de tous les éléments comptables qu’ils comportent, il est difficile de se faire une idée précise des mécanismes de commande et de financement des ouvrages d’art. À la fois parce que les cahiers de comptes n’ont pas pour but premier de renseigner ces aspects, et parce que les lacunes de chacune des deux séries ne permettent d’avoir qu’un éclairage ponctuel et très incomplet sur les relations entre la fabrique et les artisans. Toutefois, à l’image de ce qui se passe dans les autres fabriques à la même époque, il en ressort une impression d’homogénéité : l’assemblée des paroissiens décide d’entreprendre des travaux ou de commander un ouvrage d’art, les procureurs font établir des devis et choisissent l’artisan offrant le meilleur « rapport qualité-prix », si l’on veut bien nous permettre cet anachronisme. Les fonds sont rassemblés, et les rentrées d’argent peuvent augmenter de manière exponentielle si la dépense envisagée est d’envergure. Les ouvriers préparent le chantier et s’attellent à la tâche dès que les matériaux sont rassemblés en quantité suffisante. Des hommes de l’art sont toujours présents pour seconder les procureurs et légitimer leurs décisions. Bref, la mécanique de la commande artistique s’organise, dans les deux séries d’exemples qu’il nous a été donné d’étudier, d’une manière toujours similaire. Le cas de Saint-Mathieu est un peu moins représentatif que celui de Saint-Melaine pour la période envisagée, mais les quelques parallèles qui peuvent être établis semblent confirmer que les deux fabriques fonctionnent de la même façon.

Annexes

ANNEXE I

Extrait des comptes de la fabrique de Saint-Mathieu de Morlaix, année 1490-1491

Arch. dép. Finistère, 150 G 21, f° 7

La pierre de taille

Davoir paie a Jehan Sacquin pour 300 quartiers de pierre de taille de lille de Batz Paul, savoir pour les rompre et perreer au pris de 4 l. le cent. Et pour ce, pour led. numbre de32 de [sic] IIIc quartiers.............................................................12 l.

Pour amesner led. numbre de pierres de lad. isle de Batz Paul a Mourlaix par33 VIII batellees................................................................21 l. 7 s.

Et pour amesner led. numbre de pierres dessus la ripve de Mourlaix du cimittiere de Sainct Mahe..................................................................... 12 l. 15 s.

Et pour quatre orcelles pour servir a lautier, la somme de..................... 12 s. 8 d.

A Estienne Beaumanoir et lun des fabricques,34savoir Jehan Le Maguer, pour leur despans davoir este visiter lesd. pierres de taille, la some de............................. 5 s. 8 d.

Somme............................................................. 47 l. 4 d.

ANNEXE II

Extrait des comptes de la fabrique de Saint-Melaine de Morlaix, année 1476-1477

Arch. dép. Finistère, 151 G 30, f° 8 à 9 v°

La mise de la carniere

[f° 8] Item se deschargent lesd. fabricques davoir poye par le commandement desd. parroessiens es personnes cy ampres nommes, tant pour leurs journees que pour pierres et merrains a abiller lad. garniere, pour ce que lesd. parroessiens avoit commande le fere par journees, savoir

A Hamon Garin et a Yvon Le Garrec pour sept journees quil fust a metre les ossementz hors et les remettre en leur place pour la premiere foiz, chacun jour pour 20 d., despenx et principal, onze soulz huyt deniers, et pour ce...............................11 s 8 d.

A Yvon Garrec, pour ayder aud. Garin fust deux journees a vingt deniers par jour, troys soulz quatre deniers, et pour ce............................................... 3 s. 4 d.

A Jehan Le Louarn pour quatre journees pour ayder, a 20 d. le jour six soulz huyt deniers, et pour ce................................................................... 6 s. 8 d.

Item, aud. Yvon Garrec pour deux autres journees quil fust entour lad. garniere, troys soulz quatre deniers, et pour ce.................................................... 3 s. 4 d.

Item a Michel Buzic pour pierres affere et abiller lad. garniere dix huyt soulz quatre deniers et pour ce................................................................ 18 s. 4 d.35

Item a Guillaume Perron pour deux journees quil fust, luy et son cheval, a aporter des pierres affere lad. garniere dessus ses despenx, cinq soulz dix deniers, et pour ce......... 5 s. 10 d. [f° 8 v°]

Item a Jehan Legadec pour aporter le parsus desd. pierres dessus ses despenx, huyt soulz quatre deniers, et pour ce............................................... 8 s. 4 d.

Item a Morice Moign pour cinq journees quil fust fust [sic] dessus ses despenx sur lad. garniere, a 2 s. 11 d. par jour, quatorze soulz sept deniers, et pour ce.......... 14 s. 7 d.

Item a Herve Croguennec pour doze journees quil fust sur lad. garniere dessus ses despenx, a 2 s. 11 d. le jour, trante cinq soulz, et pour ce.................................. 35 s.

Item a Jehan Gueguen, tailloir de pierres, pour saeze journees quil fust sur lad. garniere dessus ses despenx, a 3 s. par jour 1 d., faisant quarante six soulz huyt deniers, et pour ce.................................................................... 46 s. 8 d.

Item aud. Gueguen pour ce quil fust troys fois a la pierrerie choesir les pierres, vingt et deux deniers, et pour ce......................................................... 22 d.

Item a Paul Garramour pour aporter de la terre, par marche fait pour fere lad., chacune […]36a troys deniers, some quatre soulz deux deniers, et pour ce.............. 4 s. 2 d.

Item pour six boesseaux de chaux pour abiller lad. garniere et le porchet, sept soulz six deniers, et pour ce........................................................... 7 s. 6 d.

[f° 9] Item a Michel Buzic pour les pierres a fournir lad. garniere, pillers, cornieres, estables et tout, vingt neuffsoulz ung denier, et pour ce.............................. 29 s. 1 d.

Item a Hamon Garin pour avoir este dix journees et demie servir les masczons a enterrer les ossementz et reliques dessus ses despenx, a 20 d. par jour, dix sept soulz six deniers, et pour ce.................................................................... 17 s. 6 d.

Item a Alein Person pour une piece de boys affere le pan pour lad. garniere, vingt sept soulz six deniers, et pour ce....................................................... 27 s. 6 d.

Item a Jehan Taffer, une autre piece de boys quel cousta cinq soulz, et pour ce.......5 s. Item a Jahannete du Molin, fame Jehan Prevost, pour une autre piece de boys, deux soulz six deniers, et pour ce........................................................ 2 s. 6 d.

Item a messire Pierres Jolou, prebtre, pour une autre piece de boys, troys soulz neuffdeniers, et pour ce........................................................... 3 s. 9 d.

[f° 9 v°] Item, se deschargent lesd. fabricques davoir poye a Jacob Prigent et son varlet, pour huyt journees qui furent dessus leurs despenx a fere lad. garniere, et led. Jacob oultre une journee, et pour une planche et deux cloux, quarante troys soulz onze deniers, et pour ce......................................................................... 43 s. 11 d.

Item a Pierres Prigent, pour sept journees a troys soulz le jour, vingt et ung soulz et pour ce.............................................................................. 21 s.

Item aud. Prigent pour deux planches de fou, dix deniers, et pour ce.............. 10 d.

Item a Jehan an Habasq, pour six journees a troys soulz ung denier, faisant par jour dix sept soulz six deniers, et pour ce............................................. 17 s. 6 d.

Notes

1 1457 à 1459, 1478 à 1481, 1482-1483, 1486-1487 et 1488-1489.

2 En réalité, le premier compte est inexploitable. Ne sont pas documentées les années 1466-1470, 1471-1473, 1475-1478, 1479-1482, 1483-1485, 1488-1490, 1491-1492, 1494-1509, 1510-1511, 1513-1514, 15151516, 1517-1525, 1527-1528.

3 Les termes « poullage » (droit d’inhumation) et « renable » (acte de réception des travaux), qui apparaissent tout au long des comptes, sont également d’origine bretonne.

4 Au nombre de deux ou quatre selon les périodes.

5 Soit le jeudi suivant le troisième dimanche après Pâques.

6 Le lundi suivant le quatrième dimanche après Pâques.

7 Mais aucun n’a été conservé.

8 Dans ce dernier cas, vraisemblablement deux procureurs secondés par deux trésoriers.

9 Nicolas Coëtanlem exerce d’ailleurs la charge de procureur de la fabrique de Saint-Melaine en 1480-1481 (cahier manquant, mais il est mentionné dans le compte de 1481-1482, Arch. dép. Finistère, 151 G 32, f° 15 : « Item, d’avoir poye a Nycolas Coetanlem pour ce quilz estoient desmoure en son rest par la deduction de son compte, la somme de 88 l. 11 s. 11 d. »).

10 Aucun n’exerce la charge deux années consécutives.

11 À Saint-Melaine : Jehan Kerlehouarn en 1459-1460 ; Thomas Perrot en 1465-1466 ; Martin Lonoré en 1484-1485.

12 Voir infra, annexe I.

13 Arch. dép. Finistère, 150 G 28, compte 1516-1517, f° 8.

14 Ibid., 150 G 18, compte 1485-1486, f° 11 v°. Dans l’article suivant, on apprend que le même procureur sollicite le couturier guingampais pour plier et empaqueter les vêtements afin qu’ils ne soient pas salis durant le voyage de retour.

15 Terme indifféremment orthographié « carniere » ou « garniere » : c’est l’ossuaire de l’église, dans le cas présent vraisemblablement un ossuaire d’attache.

16 Voir infra, annexe II.

17 50 l. 15 s. 10 d. (Arch. dép. Finistère, 151 G 37, compte 1489-1490, f° 6).

18 Ibid., 151 G 37, f° 60.

19 Il s’agissait d’un livre de prières évoquant les fonctions d’exorciste du saint : les fidèles lui faisaient des dons pour se protéger ou être délivrés d’un mal.

20 Arch. dép. Finistère, 150 G 19, f° 14.

21 Le terme est ainsi orthographié dans le compte 1490-1491 de la fabrique de Saint-Mathieu : 10 s. versés par les procureurs pour la « portraitture » du reliquaire du bras de saint Laurent (ibid., 150 G 21, f° 7 v°).

22 Ibid., 151 G 20, compte de la fabrique de Saint-Melaine, 1466-1467, f° 6 v°.

23 Infra, annexe II.

24 Arch. dép. Finistère, 151 G 37, compte de la fabrique de Saint-Melaine, 1489-1490, f° 12 v°.

25 Dans ce compte, l’envergure des dépenses oblige le scribe à répertorier les paiements aux ouvriers semaine par semaine, ce qui correspond vraisemblablement au mode de rétribution exercé par la fabrique.

26 Soit 12 s. 6 d. par jour pour l’ouvrier et son serviteur.

27 On trouve un Jehan Beaumanoir parmi les artisans de Saint-Melaine et de Saint-Mathieu à une date antérieureaux premières mentions d’Étienne.

28 Après le départ de Guillaume Le Malion, on note une augmentation du salaire journalier d’Étienne Beaumanoir, qui passe de 12 s. 6 d. à 15 s.

29 Arch. dép. Finistère, 151 G 37, compte de fabrique de Saint-Melaine, 1489-1490, f° 12 v°.

30 Ibid., f° 24.

31 Ibid.

32 Barré : « IXxx quartiers ».

33 Barré : « quatre ».

34 Barré : « pour ».

35 En marge : « Alibi ».

36 Un mot non lu.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540