Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

João Ubaldo Ribeiro

 | 
Rita Olivieri-Godet

Introduction

Présentation de l’auteur

Texte intégral

1João Ubaldo Ribeiro, romancier brésilien, est né le 23 janvier 1941, dans l’île d’Itaparica, près de la ville de Salvador, capitale de l’État de Bahia. Comme de nombreux grands écrivains, Ubaldo est avant tout un grand lecteur, un homme de formation érudite, mais qui s’intéresse aussi aux sujets les plus divers. Cet intérêt pour la lecture s’est révélé dès son enfance. Tout petit, il dévore des livres dans la bibliothèque de son père, en particulier ceux de Monteiro Lobato. Il passe une partie de son enfance dans l’État de Sergipe où son père est alors chef de la Police Militaire. Plus tard, il évoquera, dans son roman Sargento Getúlio, le contexte violent du sertão sergipano. De retour à Bahia, on le retrouve, en 1955, inscrit au lycée Colégio da Bahia où, l’année suivante, il fera la connaissance de Glauber Rocha, futur chef de file du Cinéma Nouveau.

2En 1957, il commence à travailler comme journaliste, d’abord au Jornal da Bahia, ensuite à la Tribuna da Bahia. En 1958, il entre à la Faculté de Droit de l’Université Fédérale de Bahia où, avec Glauber Rocha, il édite des revues et des journaux culturels et participe au mouvement des étudiants. Cette époque de grande effervescence politique et culturelle voit naître la génération Mapa, autour de la revue homonyme (trois numéros entre 1957-1958) éditée par Glauber Rocha, qui ébranle les milieux conservateurs de Bahia. La revue Ângulos, qui lui succède, incorpore des contributions de João Ubaldo Ribeiro et de Caetano Veloso. Cette période marque profondément la formation intellectuelle de ces jeunes étudiants. Trois d’entre eux – Glauber Rocha, João Ubaldo Ribeiro et Caetano Veloso – vont réaliser des œuvres remarquables dans le domaine du cinéma, de la littérature et de la musique. Malgré la diversité de codes artistiques, on peut découvrir dans la production, extrêmement riche et diverse, de ces artistes un fond commun dans lequel le questionnement de l’identité brésilienne allie engagement politique et langage artistique créatif et révolutionnaire.

3La première publication de João Ubaldo Ribeiro date de 1959. Le conte « Lugar e circunstância » paraît dans l’anthologie Panorama do conto bahiano, organisée par Nelson de Araújo et Vasconcelos Maia et éditée par Livraria Progresso Editora et Imprensa Oficial da Bahia. Son premier roman, Setembro não tem sentido, écrit au début des années soixante, avant le Coup d’État militaire de 1964, n’est publié qu’en 1968, avec une préface de Glauber Rocha. Avocat de formation, il n’a jamais exercé cette profession. En 1964, boursier du gouvernement américain, il prépare une maîtrise en Administration Publique et Sciences Politiques à l’Université de Californie du Sud. De retour à Salvador, en 1965, il enseigne les Sciences Politiques à l’Université Fédérale de Bahia pendant six ans à l’issue desquels il reprend ses activités de journaliste. Avec la publication, en 1971, de Sargento Getúlio, qui reçoit le Prix Jabuti dans la catégorie « Révélation d’auteur », la carrière de ce romancier, conteur, chroniqueur, qui a aussi fait des incursions dans le domaine de la littérature enfantine, ne fera que s’affirmer. En 1981, une bourse de la Fondation Calouste Gulbenkian l’amène à Lisbonne. Il fait un autre séjour en Europe, en 1990, cette fois-ci en Allemagne, invité par la Deutsch Akademischer Austauschdienst. En 1994, il est élu à l’Académie Brésilienne de Lettres. À ce jour, son œuvre jouit d’une reconnaissance au Brésil et à l’étranger, comme en témoignent les traductions de ses romans dans plusieurs pays.

  • 1 Voir bibliographie à la fin de cet ouvrage.

4Entre 1968 et 2004, João Ubaldo Ribeiro a publié neuf romans, trois recueils de contes, cinq recueils de chroniques, deux ouvrages dans le domaine de la littérature enfantine et un essai intitulé Política : quem manda, por que manda, como manda (1981) qu’il présente comme un manuel pratique et élémentaire de politique1. Inscrite au sein d’une époque qui a cru à tous les rêves de liberté, aussi bien individuelle que sociale, qui n’a pas hésité à parier sur des expériences pour « changer la vie » et « changer le monde », et qui en même temps ressent tous les bouleversements engendrés par un ordre libéral mondial qui a balayé toutes les valeurs pour n’en vénérer qu’une seule – le capital –, l’œuvre de João Ubaldo Ribeiro jette un regard singulier sur ce nouvel « ordre social » que l’auteur a vu venir à partir d’un lieu situé à la périphérie des grandes puissances économiques. Et c’est de ce lieu qu’il émet sa parole, c’est du Nordeste du Brésil que sa voix s’élève pour mener une réflexion sur le rapport de l’homme au monde.

5Une des questions fondamentales qui s’impose à une réflexion sur cette œuvre est celle de comprendre ce lieu d’où parle l’auteur. En effet, la dimension sociale de l’œuvre de João Ubaldo Ribeiro se manifeste dans la relecture qu’il fait de la formation de la société brésilienne et du processus, souvent douloureux, de métissage ethnique et culturel, sans perdre de vue la confrontation entre un Brésil rustique et primitif et un Brésil urbain suivant le modèle occidental. Tout naturellement, on voit émerger de l’ensemble de son œuvre, consacrée à des thématiques diverses, une préoccupation qui place au cœur de cette production littéraire la problématique identitaire et une vision politique prête à dénoncer toutes sortes d’entreprises de colonisation (culturelle, économique, politique) qu’un pouvoir hégémonique cherche à imposer. Ainsi, c’est dans le cadre d’une perspective de confrontation idéologique que la problématique identitaire se développe et englobe différents discours, de façon à dévoiler les intérêts qui leur sont sous-jacents.

6Le discours littéraire a une place privilégiée parmi ceux que l’œuvre incorpore. De la citation à la parodie, João Ubaldo Ribeiro utilise tous les recours de l’intertextualité pour faire parler son texte par le biais d’une autre parole qu’il s’approprie. Parodie, humour, désacralisation de certaines traditions, mais aussi reconnaissance et complicité envers d’autres. Jorge Amado l’a surnommé « le Rabelais tropical » en raison de cette tendance à subvertir le discours par l’ironie et à regarder d’un œil critique, mais avec beaucoup d’humour, les us et coutumes de la société. Mais si le rire rabelaisien et carnavalesque est une constante dans son œuvre, les formes épiques et les tons dramatiques et lyriques sont également présents, ce qui atteste de la richesse et de la diversité stylistiques de l’auteur. À ces qualités il faudrait ajouter la maîtrise narrative avec laquelle il tisse ses récits depuis la publication de son premier roman, Setembro não tem sentido, en 1968. Tous ces atouts pourraient expliquer la vitalité d’une œuvre qui ne cesse de nous surprendre.

Notes

1 Voir bibliographie à la fin de cet ouvrage.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540